Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La pauvreté en Europe

 | 
Emmanuelle Boulineau
, 
Emmanuelle Bonerandi-Richard

Première partie. Mesurer et interpréter la pauvreté dans l'espace européen

Chapitre 1. La pauvreté dans l’espace européen : grilles de lecture

Antonine Ribardière, Emmanuelle Bonerandi-Richard, Mélodie Martin et Luc Merchez

Texte intégral

INTRODUCTION

1La mise en relation de la dimension territoriale des dispositifs de lutte contre la pauvreté avec la dimension spatiale du phénomène de pauvreté nécessite un préalable indispensable : l’établissement d’une « représentation » de la dimension spatiale de la pauvreté. Dans le sens commun, la dimension spatiale de la pauvreté se trouve souvent limitée à quelques grandes figures : les quartiers de relégation en milieu urbain ou les nouveaux venus dans l’UE à l’échelle européenne. Ces représentations reposent sur l’existence effective de concentrations de populations pauvres sur certains territoires, qui, en tant que telles, pèsent sur les trajectoires individuelles et ne peuvent être négligées dans la mise en œuvre de l’action publique (Davezies et Korsu, 2002). Elles occultent toutefois l’existence d’une pauvreté dans les espaces de plus faibles densités (Bonerandi, 2009) ou encore les formes de répartition spatiale plus diffuses (Grasland et Hamez, 2005).

2Il s’agit donc ici de considérer la répartition de la pauvreté et les différenciations qu’elle introduit sur l’ensemble du territoire européen. Cette approche systématique est facilitée par l’existence de sources statistiques harmonisées en Europe, qui permettent d’établir des images cartographiques, vecteurs privilégiés de la lecture des structures spatiales à cette échelle. Cependant ces types de sources et d’approches méthodologiques reposent sur des grilles de lecture qui sont loin d’être neutres. Elles posent des problèmes de catégorisation à plusieurs niveaux. Une approche critique des indicateurs disponibles, mais aussi des maillages d’observations accessibles est donc nécessaire pour tirer le meilleur parti des formes spatiales révélées par les cartes.

3Une réflexion poussée sur les indicateurs européens disponibles a été menée relativement à la question du développement régional dans le cadre des programmes ESPON, elle s’est efforcée en particulier de renouveler la lecture des performances des territoires (ESPON, 2006 ; Parlement européen, 2007). Par rapport à ces travaux, notre apport consistera à dresser un état des lieux des indicateurs disponibles en 2010 permettant une comparaison systématique des régions européennes relativement à la pauvreté des populations résidentes. L’examen critique des indicateurs disponibles sera effectué au regard des principales approches théoriques de la pauvreté, rappelées dans un premier temps. Les effets des catégories spatiales sur la production des images cartographiques seront explicités dans un deuxième temps, avant de confronter deux représentations de la dimension spatiale de la pauvreté en Europe, parmi celles autorisées par les bases de données disponibles.

LA PAUVRETÉ : APPROCHES THÉORIQUES ET MESURES

4La littérature en sciences économiques et sociales portant sur la pauvreté est extrêmement féconde, qu’il s’agisse de textes à forte composante théorique ou d’études empiriques.

Approches monétaires versus approches multidimensionnelles

5La définition retenue par la Commission européenne en 2004 intègre les trois entrées majeures selon lesquelles la pauvreté est abordée dans la littérature et que l’on retrouve dans les synthèses effectuées sur le sujet (par exemple Destremau et Salama, 2002 ou encore Bouquerel et Malleray, 2006) : une approche par les revenus, intimement liée à la définition commune de la pauvreté ; une approche par les conditions de vie ; une approche par les capacités, largement diffusée à partir des travaux fondateurs du prix Nobel d’économie Amartya Sen.

« Une personne est considérée comme vivant dans la pauvreté si son revenu et ses ressources sont insuffisants au point de l’empêcher d’avoir un niveau de vie considéré comme acceptable pour la société dans laquelle il vit. En raison de la pauvreté, cette personne peut se trouver défavorisée de multiples manières : chômage, faible revenu, inconfort du logement, soins de santé inadéquats et obstacles à son accès à l’apprentissage tout au long de la vie, à la culture, au sport et aux loisirs. Elle est souvent marginalisée et exclue de la participation aux activités (économiques, sociales et culturelles) qui sont la norme pour les autres personnes, et son accès aux droits fondamentaux […] peut être restreint. » (Commission européenne, 2004.)

  • 1 Cette synthèse des approches théoriques et de la mesure de la pauvreté reprend des éléments énoncé (...)
  • 2 Lollivier identifie clairement les limites d’une telle approche : « Ainsi, si l’on double le reven (...)

6Aborder la pauvreté sous l’angle des revenus s’impose naturellement, même si la pauvreté est rarement envisagée du seul point de vue des ressources monétaires1. La frange la plus défavorisée de la population est cernée au moyen d’un seuil de pauvreté, défini de manière « absolue » ou « relative ». Dans le premier cas, la frontière entre « les pauvres » et ceux qui échappent à la situation de pauvreté se situe de part et d’autre d’un niveau de ressources correspondant à un « minimum vital ». Ce seuil est établi en référence à un ensemble de besoins élémentaires en termes d’alimentation, de logement, etc. Dans le second cas, le seuil est défini relativement au niveau de richesse de l’ensemble de la population : ainsi, on retient par exemple 50 % ou 60 % de la valeur du revenu médian. Dans les pays développés, cette approche « relative » englobe une part de la population beaucoup plus vaste que celle concernée par la grande pauvreté ; elle vise davantage à positionner les individus dans une société donnée2.

7Dans les deux cas, se pose la question du niveau auquel se réfèrent les revenus observés : on peut considérer soit les revenus des individus, soit ceux des ménages. Pour tenir compte de la composition démographique des ménages et notamment des économies liées au partage d’un même logement, le revenu est souvent exprimé en « unités de consommation ». La simplicité apparente des mesures de la pauvreté s’appuyant sur l’unique dimension des ressources financières de la population a l’avantage de permettre des comparaisons et d’observer des évolutions dans le temps.

8Pour efficace qu’elle soit, l’approche de la pauvreté par les revenus se heurte à deux types de limites. Elles tiennent d’une part à l’indicateur utilisé et, d’autre part, à la définition de la pauvreté elle-même. La distribution des revenus au sein d’une population se fait selon un continuum : par rapport à cette progression régulière, toute frontière qui séparerait d’un côté « les pauvres », de l’autre ceux qui échappent à la pauvreté, paraît arbitraire. Au-delà de ce problème de la significativité d’un seuil auquel on se heurte fréquemment en statistique, se pose la question de la capacité du revenu considéré à témoigner des ressources effectivement disponibles : les sources utilisées prennent éventuellement en compte les prestations sociales, rarement les revenus du patrimoine, sans parler des revenus de l’épargne ou de l’endettement possible des ménages. Enfin, un niveau de revenu donné n’est pas la garantie systématique d’un niveau de vie décent. Le niveau d’instruction, la connaissance du fonctionnement des institutions, la qualité de l’intégration dans la société jouent également dans l’accès aux biens et services élémentaires.

9Pour pallier ces limites, des approches en termes de « conditions de vie » sont développées – formulées en termes de « besoins fondamentaux » dans les pays en voie de développement. Sont alors prises en compte non seulement les ressources financières, mais également la qualité du logement ou encore le niveau de consommation du ménage, décrit par un certain nombre d’indices de privations, dans le domaine alimentaire ou de la santé par exemple. La question de l’identification des privations et des seuils à partir desquels leur combinaison est jugée inacceptable reste entière dans ce type d’approche (Accardo et de Saint Pol, 2009).

10Les travaux théoriques de l’économiste Amartya Sen ont tenté de dépasser les approches matérielles de la pauvreté, pour prendre en compte plus largement la capacité des individus à mener une existence libre et à agir sur leur propre destin. Il intègre ainsi à la définition de la pauvreté une dimension légale et politique (Sen, 1987). Cette approche de la pauvreté comme phénomène multidimensionnel a été largement investie dans le champ académique, y compris en géographie (Watts et Bohle, 1993 ; Séchet, 1996) et reprise par les organisations internationales – Banque mondiale et PNUD en particulier. Dès 1997, la définition de la pauvreté retenue par le PNUD est formulée ainsi :

«La notion de pauvreté au regard du développement humain […] se définit dans une analyse en terme de capacités. Selon le concept de capacité, la pauvreté d’une existence ne tient pas uniquement à l’état d’indigence dans lequel une personne se trouve effectivement, mais également au manque d’opportunités réelles – pour des raisons sociales ou des circonstances individuelles – de bénéficier d’une existence qui vaille la peine et qui soit considérée à sa juste mesure. » (PNUD, 1997, p. 16, cité par Destremau et Salama, 2002.)

  • 3 L’IDH (Indice de Développement Humain), calculé depuis 1990 par le PNUD, repose ainsi sur la prise (...)

11Toutefois certaines voix s’élèvent pour dénoncer l’utilisation qui peut être faite de ce type d’approche théorique lorsqu’il s’agit de construire des indicateurs mesurant la pauvreté. La transposition de l’approche conceptuelle d’Amartya Sen peut donner lieu à la constitution d’indicateurs complexes, déconnectés des privations matérielles concrètes des populations et de l’inégalité des ressources entre individus3. C’est la mise en garde qu’effectue Francine Mestrum au sujet de la prédominance d’une représentation multidimensionnelle de la pauvreté dans les discours de la Banque mondiale :

« Aussi pertinente que puisse être une telle approche, elle présente plusieurs écueils. D’abord, le problème de l’évaluation quantitative se complique singulièrement dès lors qu’on multiplie les indicateurs. Ensuite, cette approche risque de confondre les différentes dimensions avec la pauvreté elle-même et de reléguer à l’arrière-plan la question du revenu. Il devient ainsi parfaitement possible d’atteindre des taux satisfaisants dans tous les domaines non monétaires de la pauvreté, sans éliminer pour autant la pauvreté. » (Mestrum, 2008, p. 26-27.)

  • 4 Voir par exemple Monde en développement (titré « Vulnérabilité, pauvreté et stratégies de survie » (...)

12Les questionnements théoriques sont régulièrement renouvelés par la recherche d’une nouvelle notion, plus à même que celles usitées précédemment de rendre compte d’une ré-interprétation de la pauvreté, dans un contexte donné. Ainsi, en France dans les années 1990, la notion d’exclusion s’est imposée pour décrire le phénomène d’une « nouvelle pauvreté », qui fragiliserait non seulement les positions individuelles mais le lien social en général (Paugam, 1996). Plus récemment, la notion de vulnérabilité a tenté de cerner les risques spécifiques, en intensité et en nature, auxquels seraient soumises les populations les plus fragiles – risques qu’il conviendrait de prévenir4. Une approche de la pauvreté en termes de marginalité connaît également un renouveau dans la mesure où la notion de marginalité intègre une dimension spatiale, particulièrement significative dans un monde globalisé (Déry, 2005).

Approche substantialiste, institutionnelle, subjective : la question du point de vue

13Un autre volet de la littérature porte sur la question du dénombrement, de la mesure : quelles sont précisément les populations concernées ?

14La démarche la plus courante consiste à déterminer les caractéristiques sociales, économiques, démographiques susceptibles de témoigner des situations de pauvreté. On définit alors des seuils de revenus, des combinaisons de handicaps qui vont permettre de circonscrire les populations concernées. Toutefois, cette approche, que l’on peut qualifier de « substantialiste », se heurte aux limites de toute entreprise de catégorisation effectuée au moyen d’outils statistiques. Même s’il est possible de prendre en compte plusieurs indicateurs simultanément, les catégories obtenues peuvent apparaître prisonnières des seuils nécessaires à la mise en place des méthodes et des classifications a priori qui servent à la collecte des données.

15Le sociologue Georg Simmel avait pointé très tôt les difficultés qu’il y a à définir la catégorie des « pauvres » à partir des caractéristiques intrinsèques des populations concernées, précisément en raison du caractère très relatif de la notion de moyens insuffisants et de la difficulté à lui faire correspondre un seuil (Simmel, 1998 [1907]). Pour dépasser cette aporie, il s’est appuyé sur la relation spécifique qui se noue entre le pauvre et la société qui l’entoure en affirmant que c’est en réalité la relation d’assistance qui définit la pauvreté :

  • 5 L’auteur précise plus loin : « Ce qu’il y a de terrible dans la pauvreté est le fait qu’il y a là (...)

« Le fait que quelqu’un soit pauvre ne veut pas dire qu’il appartienne à la catégorie sociale spécifique des pauvres. Il peut être un commerçant, un artiste ou un employé pauvre, mais il demeure dans la catégorie (commerçant, artiste ou employé), qui est définie par une activité ou une position spécifique5. […] Ce n’est qu’à partir du moment où ils sont assistés – ou peut-être dès que leur situation globale aurait dû exiger assistance, bien qu’elle n’ait pas encore été donnée – qu’ils deviennent membres du groupe caractérisé par la pauvreté. Ce groupe ne demeure pas uni par l’interaction de ses membres, mais par l’attitude collective que la société, en tant que tout, adopte à son égard. » (Simmel, 1998 [1907], p. 98.)

  • 6 Pour une utilisation de cette approche « institutionnelle » en géographie, voir Sélimanovski, 2008

16Serge Paugam, en particulier6, s’est appuyé sur cette approche « institutionnelle » de la pauvreté pour formaliser, dans une perspective comparatiste et notamment en Europe, trois « formes élémentaires de la pauvreté » : la pauvreté intégrée, la pauvreté marginale et la pauvreté disqualifiante (Paugam, 2001). L’objet de ce travail conceptuel, éprouvé par plusieurs études de cas, ne vise pas à dénombrer les personnes en situation de pauvreté, ni même à établir une nomenclature de situations individuelles, mais à formaliser les rapports des sociétés à l’égard de cette frange de population qu’elles considèrent comme pauvre. C’est dans cette optique que les dispositifs nationaux de lutte contre la pauvreté sont étudiés ; c’est également dans cette optique que les expériences vécues sont analysées.

17Toutefois, l’approche institutionnelle définie par Georg Simmel, ou l’approche subjective de la pauvreté telle qu’elle ressort des expériences vécues, sont également utilisées pour identifier les populations en situation de pauvreté. Le choix du point de vue n’a rien d’anodin si l’on considère le faible recouvrement des différentes mesures, dont témoignent les travaux qui se sont efforcés de croiser les différentes approches de la pauvreté. On peut citer une expérience conduite dans le cas français : des seuils ont été fixés de manière à définir trois populations équivalentes – 10 % de la population totale – à partir de deux approches substantialistes de la pauvreté (en termes monétaires et en termes de conditions de vie) et une approche subjective (Lollivier et Verger, 1997). Il apparaît que la réunion de ces trois populations élargit la part des pauvres à plus de 20 %, tandis que leur intersection la réduit à 2 % de la population totale seulement. Une autre expérience conduite à l’échelle de l’Europe confirme la non-coïncidence des mesures substantialistes et subjectives de la pauvreté, approchées sous l’angle monétaire : la part des ménages qui s’estiment pauvres est nettement supérieure à celle mesurée d’après le seuil de pauvreté – ceci est particulièrement vrai dans les pays européens ou le revenu médian est faible, comme c’est le cas au Portugal ou en Grèce (Gallie et Paugam, 2002).

18Au total, l’approche de la pauvreté en termes monétaires, de conditions de vie ou de capacités peut, dans chaque cas, faire l’objet d’une approche substantialiste ou subjective. Toutes ces approches peuvent être transposées en indicateurs, permettant la comparaison. L’approche institutionnelle, par nature, limite les possibilités de comparaison puisqu’elle découle directement des dispositifs nationaux. Ces contraintes méthodologiques rappellent la difficulté qu’il peut y avoir à proposer une mesure de la pauvreté : « la mesurer, c’est souvent la réduire et la méconnaître », mettent en garde les économistes Blandine Destremau et Pierre Salama (Destremau et Salama, 2002) en introduction de leur synthèse. Au caractère polymorphe du phénomène, s’associent intimement les positionnements théoriques et les systèmes de valeurs des auteurs.

Les bases de données européennes

19Deux bases de données permettent d’aborder la question de la pauvreté dans l’espace européen : les statistiques régionales Eurostat et les données issues de l’enquête EU-SILC (European Union Statistics on Income and Living Conditions). Toutes deux proposent des indicateurs harmonisés et comparables, à l’échelle nationale et/ou régionale. Toutefois la disponibilité des indicateurs dans chacune des bases ne permet pas d’aborder toutes les dimensions de la pauvreté, ni d’adopter tous les points de vue.

Les statistiques régionales d’Eurostat

  • 7 NUTS est l’acronyme pour nomenclature des unités territoriales statistiques, fixée par Eurostat en (...)

20L’office statistique des Communautés européennes – Eurostat – collecte et harmonise les statistiques nationales produites par les pays de l’UE et publie, entre autres, une base de données à l’échelon infranational du NUTS 27, selon la nomenclature établie au début des années 1970 pour l’établissement des statistiques communautaires. Ce niveau de maillage territorial correspond tantôt à une maille administrative dans le contexte national (régions françaises, comunidades autónomas espagnoles), tantôt à une division d’une maille administrative (division des Länders allemands). La base de données régionales est organisée selon une logique thématique, depuis les statistiques agricoles jusqu’à celles des sciences et technologies, en passant par les statistiques démographiques.

  • 8 Les indicateurs relatifs au risque de pauvreté, à la faiblesse de l’intensité du travail et à la p (...)

21En 2010, malgré la variété des champs thématiques, il n’est pas possible d’aborder la pauvreté selon une approche monétaire : seul le revenu moyen par habitant est renseigné, ne révélant rien des extrêmes8. Toutefois, une approche multidimensionnelle peut être tentée, proche de l’analyse en terme de « développement humain » via les statistiques relatives aux conditions de vie. La performance des territoires dans ce domaine est plus facilement abordable, à travers le PIB par habitant et ses déclinaisons, et également, via des indicateurs plus spécifiques (nombre de lits d’hôpital, solde migratoire, accès à internet, part des emplois de haute technologie…). Au final, les explorations relatives à la pauvreté elle-même sont limitées ; elles se réduisent plutôt à une approche en négatif, à travers la faiblesse des indicateurs de développement ou de performance. Les statistiques régionales n’incluent enfin aucun indicateur relatif à une pauvreté institutionnelle ou subjective.

L’enquête EU-SILC et les indicateurs de Laeken

22L’enquête EU-SILC, pilotée par Eurostat, est une enquête spécifique, mise en œuvre pour répondre à un objectif politique précis. En 2000, le conseil européen de Lisbonne inscrit la nécessité de « favoriser l’intégration sociale » parmi ses objectifs stratégiques : « Il est inacceptable que, dans l’Union, tant de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté et soient touchées par l’exclusion sociale. » Pour atteindre cet objectif, une méthode est précisée : « Les politiques de lutte contre l’exclusion sociale devraient reposer sur une méthode ouverte de coordination. » (Conseil européen, 2010.) Cette méthode, désormais désignée sous le terme de MOC, vise non pas à empiéter sur les prérogatives des États, mais à encourager la comparaison et le transfert de bonnes pratiques. Les indicateurs statistiques sont au cœur de cette stratégie, une liste de 18 indicateurs est rapidement définie en 2001 pour décrire la pauvreté et l’inclusion sociale en Europe : les indicateurs de Laeken. L’enquête EU-SILC doit alimenter cette batterie d’indicateurs.

23Les difficultés d’harmonisation des bases de données nationales prennent ici un tour particulier, comme en témoigne une enquête sociologique effectuée à cette occasion (Nivière, 2005). La traduction des objectifs politiques n’a rien d’évident :

« Les termes les plus simples posent problème dès lors qu’on se situe à l’échelle de l’Union européenne […]. Là où le politique est resté très général, les statisticiens vont être forcés d’établir des contours. Les revenus doivent-ils être mesurés avant ou après impôts ? Doit-on prendre en compte les revenus de l’épargne et du patrimoine, et comment ? Faut-il estimer un équivalent monétaire aux avantages en nature qui peuvent constituer une part importante de la rémunération ? Faut-il considérer que les ménages propriétaires bénéficient d’un supplément de revenu parce qu’ils ne paient pas de loyer ? » (Nivière, 2005, p. 33-34.)

24Au total, l’enquête annuelle est conduite sur un peu plus de 206 000 ménages. Le questionnaire aborde le revenu et les conditions de vie de manière très complète, en intégrant les dimensions subjectives et institutionnelles. Au demeurant, la dépendance du chercheur vis-à-vis des catégories établies par les organismes de recensement pour collecter, exploiter et diffuser l’information est ici fort prégnante, dans la mesure où les indicateurs résultent d’un processus de production complexe, mêlant commande politique, interprétations nationales, arbitrages méthodologiques. L’inévitable décalage entre l’objet d’étude – la dimension spatiale de la pauvreté – et l’image cartographique sur laquelle repose sa représentation commence ainsi dès la phase de collecte des données.

DES IMAGES CARTOGRAPHIQUES AUX STRUCTURES SPATIALES DE LA PAUVRETÉ

25La carte constitue l’instrument privilégié pour lire les structures spatiales. Toutefois, la correspondance entre les images cartographiques et les structures spatiales, qui définissent la manière dont un phénomène s’inscrit dans l’espace et le différencie, n’est que partielle, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, la mise en carte ajoute de nouvelles catégories statistiques, qui tiennent aux méthodes de discrétisation. Ensuite, la spatialisation repose sur un autre type de catégories, spatiales cette fois, à savoir les découpages de l’espace utilisés pour la collecte et la représentation des données. Or, ces grilles spatiales d’observation ne sont pas anodines, pas plus que ne le sont les catégories sociales que l’on a évoquées à travers les définitions de la pauvreté. Enfin, les différents échelons d’observation et de représentation autorisent des jeux d’échelles que l’on ne saurait réduire à un simple changement de résolution, telle que l’image du zoom pourrait le suggérer.

Jeux d’échelles et effets de maillages

26Les modes de représentation cartographique les plus communs reposent sur les partitions territoriales utilisées pour collecter et diffuser l’information. La figure 1 illustre l’influence de ces maillages sur la lecture des structures spatiales.

Figure 1. – effet de maillages

Figure 1. – effet de maillages

Source : D’après François et al., 2003, et Grasland et Madelin, 2007.

27Un premier biais tient à la taille de la maille. La complexité des structures spatiales diminue à mesure que s’élargit la maille d’observation, la lecture des formes spatiales se trouve de plus en plus orientée par le tracé des mailles elles-mêmes. À l’inverse, plus le maillage s’affine, plus l’hétérogénéité entre les valeurs augmente – cette hétérogénéité se mesure à travers les paramètres de dispersion statistique, elle se lit dans l’étendue des valeurs portées en légende, plus importante aux échelons fins qu’aux échelons moyens. Les formes spatiales perdent en simplicité, les tendances générales sont brouillées par les configurations locales, une lecture à plusieurs niveaux s’impose. La figure 1 illustre les effets de taille des mailles suivant une approche spatiale, dans laquelle la taille est exprimée en superficie, mais ces effets jouent de la même façon lorsqu’on fait varier le poids des mailles, en termes démographiques par exemple.

28Un deuxième biais tient au tracé des mailles. À taille égale, le dessin des mailles affecte la lecture des formes spatiales, masquant une concentration locale lorsqu’elle se situe au carrefour de plusieurs mailles (figure 1, cas A) ou, au contraire, la soulignant lorsqu’elle correspond au contour d’une maille (figure 1, cas B).

29Les effets liés à la taille et au tracé des mailles se combinent naturellement lorsque le découpage retenu est composé de mailles disparates, inégales en superficie et/ou en poids démographique et irrégulières dans leur tracé.

30Des méthodes existent pour s’affranchir de ces maillages. L’information peut être représentée dans le cadre de mailles régulières, on attend alors du carroyage qu’il supprime les effets liés à l’hétérogénéité du maillage initial. La représentation cartographique peut également s’affranchir de tout tracé. Le lissage vise alors à souligner les structures spatiales dominantes, indépendamment des effets liés au dessin des mailles et du bruit introduit par les configurations locales (voir Grasland et Madelin, 2007, pour une application au contexte européen).

31La mise en œuvre de ces méthodes nécessite que l’information initiale soit disponible à un échelon très fin, ce qui n’est pas le cas des bases de données européennes permettant d’aborder le phénomène de pauvreté. En outre, du fait des choix inhérents à leur construction, les trois niveaux de la nomenclature NUTS correspondent à des niveaux administratifs dans chaque pays européen – ou, du moins, en une agrégation ou une subdivision de mailles administratives. Les structures spatiales lues à travers ces maillages portent donc la trace des géographies administratives nationales, mais elles présentent également l’intérêt de renvoyer à des niveaux d’organisation et d’action concrets, qui peuvent être liés à la mise en œuvre des programmes nationaux de lutte contre la pauvreté. Conserver la trace des mailles d’observation et d’action n’est donc pas uniquement un choix méthodologique, effectué par défaut.

Pauvreté et cohésion sociale, via les statistiques régionales Eurostat

32Les statistiques régionales proposées par Eurostat ont été largement exploitées, faisant l’objet d’une cartographie indicateur par indicateur dans le cadre des publications de la Commission européenne (Commission européenne, 2010) ou d’approches multivariées dans le cadre des programmes de recherche européens (Parlement européen, 2007 ou encore ESPON, 2006). Nous présentons ici le résultat d’une analyse exploratoire conduite dans le cadre de cette recherche, à l’échelon des régions NUTS 2.

Tableau 1. – Indicateurs issus des statistiques régionales Eurostat, 2007

Indicateur

Unité

Description

Revenu (net disponible)

SPAC

Le revenu disponible prend en compte le solde du revenu primaire et la redistribution des revenus en espèces (cotisations sociales payées, prestations sociales reçues, impôts courants sur le revenu et le patrimoine, autres transferts courants). Il est exprimé en SPAC (standard de pouvoir d’achat basé sur la consommation par habitant).

Espérance de vie à la naissance

années

Nombre moyen d’années qu’un nouveau-né peut espérer vivre s’il se trouve tout au long de sa vie dans les conditions de mortalité du moment

Taux de mortalité infantile (TMI)

Rapport entre le nombre de décès d’enfants âgés de moins d’un an au cours de l’année et le nombre de naissances vivantes au cours de la même année. Ce chiffre est exprimé pour 1 000 naissances vivantes

Taux d’emploi

%

Proportion des personnes en âge de travailler (15-64 ans) ayant un emploi

Niveau d’éducation

%

Personnes âgées de 25 à 64 ans et de 20 à 24 ans, ayant au moins un niveau d’études secondaire supérieur, par sexe

Égalité Homme/Femme

ratio

Ratio du taux d’activité des hommes sur celui des femmes (de 15 à 64 ans)

Source : Eurostat et élaboration des auteurs.

33Les 6 indicateurs retenus associent une mesure du niveau de vie des populations résidentes, 2 indicateurs des conditions de vie (espérance de vie et taux de mortalité infantile), 1 indicateur du marché de l’emploi et 2 indicateurs d’égalité, l’un relatif à l’accès aux études supérieures, l’autre à la position des hommes et des femmes sur le marché du travail (tableau 1). Cette combinaison d’indicateurs renvoie à une problématique de cohésion sociale, qui fait référence aux conditions de vie mais également au niveau des inégalités sociales, telle que les institutions européennes ont pu la définir :

« Le conseil de l’Europe définit la cohésion sociale comme la capacité d’une société à assurer le bien-être de tous ses membres – et en réduisant les disparités et en évitant la marginalisation. » (Conseil de l’Europe, juillet 2010.)

34La cohésion sociale est approchée ici à l’échelon des régions européennes : c’est donc le profil moyen de l’ensemble des régions de l’UE qui sert de référence à l’appréciation du niveau de vie d’un territoire donné et à la mesure des disparités à l’échelle européenne.

35Lorsqu’on les considère simultanément, au moyen des méthodes dites d’analyse des données (ici une ACP), les indicateurs se structurent en deux dimensions principales. La première renvoie aux disparités en termes de niveau de vie ; le positionnement des régions sur cette échelle de niveau de vie résume à lui seul 47 % des disparités inter-régionales introduites par les 6 indicateurs. Cette échelle résulte toutefois principalement de la combinaison de l’indicateur de revenus, des 2 indicateurs de condition de vie et du taux d’emploi.

36Une deuxième dimension, moins structurante que la première mais restituant tout de même 32 % des disparités inter-régionales, exprime des disparités en termes socio-culturels : cette échelle rend compte des variations simultanées du niveau d’accès aux études supérieures, de l’égalité homme/femme sur le marché du travail et, dans une moindre mesure, du taux d’emploi.

37Par construction, ces deux échelles sont indépendantes : en particulier, la position d’une région sur la deuxième doit être interprétée « toutes choses égales par ailleurs » relativement à sa position sur la première.

38La première dimension (figure 1 du cahier couleurs) s’imprime dans l’espace européen sous la forme d’un clivage est-ouest qui reprend les frontières nationales le long de l’Allemagne et de l’Autriche et les transcende au contraire au sud de l’Europe, en partageant l’Italie en deux. Ce partage de l’Italie s’insère plus globalement dans un deuxième motif, qui revêt la forme d’un gradient nord-sud, marquant les pays du bassin méditerranéen (à l’exception de la France) ainsi que l’Allemagne, dans une moindre mesure – le gradient est alors inversé relativement à celui qui caractérise les pays méditerranéens.

39Localement, ces deux formes spatiales principales sont perturbées par quelques exceptions. Elles correspondent d’une part aux régions anciennement industrielles en crise (de part et d’autre de la frontière franco-belge, anciennes régions industrielles du nord de l’Angleterre et de l’Écosse). Elles correspondent d’autre part à la position spécifique des régions capitales, plus favorisées que leur environnement national (Bucarest, Varsovie, Sofia, Paris, Madrid) ou encore aux régions économiques dynamiques (Rotterdam, Catalogne, Piémont). Cet « effet capitale » n’est toutefois pas systématique : à cet échelon d’observation, ni Bruxelles ni Vienne ni Berlin ne se démarquent de leur voisinage.

40La deuxième dimension (figure 2 du cahier couleurs) rend compte des disparités socio-culturelles, telles qu’elles peuvent s’exprimer indépendamment des disparités en termes de niveaux de vie. Cette dimension secondaire privilégie nettement une opposition nord-sud du territoire européen. Les pays méditerranéens, auxquels s’ajoutent le Portugal et l’Irlande, s’opposent aux pays du nord et de l’est de l’Europe, dans lesquels les disparités socio-culturelles sont moins accusées ou, du moins, mieux restituées dans la première dimension relative au niveau de vie. La France apparaît en position intermédiaire dans cette partition. De manière générale, cette deuxième dimension souligne plus que la première encore, la force des modèles nationaux, bien que des situations plus bigarrées s’observent en Pologne, en Roumanie ou encore en Hongrie.

Pauvreté substantielle, institutionnelle et subjective, via l’enquête EU-SILC

Tableau 2. – Indicateurs issus de la base de données EU-SILC, en 2007

Pauvreté monétaire

1

Taux de pauvreté

Proportion de la population vivant sous le seuil de pauvreté (60 % de la médiane nationale)

2

Revenus

Médiane des revenus des ménages interrogés, en euros par habitant (non pondéré)

Pauvreté de condition de vie

3

Équipement

Proportion de la population ne pouvant s’offrir 2 ou plus des biens d’équipement courants suivants : téléphone, télévision couleur, ordinateur, machine à laver, voiture

4

Budget

Proportion de la population ne pouvant se permettre de payer 2 ou plus des commodités suivantes : une semaine de vacances annuelle en dehors du domicile, un repas avec de la viande ou du poisson tous les 2 jours, des dépenses imprévues, éviter les arriérés de paiement.

5

Logement

Proportion de la population vivant dans un logement ayant 2 ou plus des inconvénients suivants : pas de douche ou de baignoire, pas de toilettes avec chasse d’eau, logement humide, trop sombre ou trop froid.

6

Santé

Proportion de la population ayant des besoins de santé non satisfaits

Pauvreté subjective

7

Fins de mois

Proportion de la population trouvant que les fins de mois sont difficiles ou très difficiles

Pauvreté administrative

8

Aide sociale

Proportion de la population bénéficiant d’allocations exclusion

Sources : EU-SILC, 2007

41Relativement aux explorations autorisées par la base de données régionales d’Eurostat, la base de données EU-SILC permet de se focaliser sur le phénomène de la pauvreté, de manière non seulement à observer les disparités territoriales en la matière, mais aussi de croiser les différentes approches et les différents points de vue. L’analyse proposée ici n’a toutefois qu’une valeur exploratoire, l’enquête SILC n’ayant pas été conçue pour que l’échantillon soit ventilé à des échelons infra-nationaux (chapitre 2). Outre les précautions avec lesquelles il faut considérer les valeurs associées à chaque région, une limite franche de la base de données tient au fait que toutes les unités définies au niveau NUTS 2 ne sont pas renseignées : l’Allemagne, ou encore le Portugal, n’est ainsi caractérisée qu’au niveau national (Merchez et al., 2011).

42L’intérêt d’une exploration de la base de données SILC au niveau NUTS le plus fin possible tient dans la tentative d’interroger la cohérence des modèles nationaux, lorsque cela est possible. D’un point de vue méthodologique, il convient de garder à l’esprit que, dans cette analyse, une région française pèse autant dans la définition du profil moyen de référence que l’Allemagne toute entière et que l’Italie, renseignée au niveau NUTS 1, pèse trois fois plus que le Portugal, uniquement renseigné au niveau national.

43On retient trois types d’indicateurs (tableau 2). Le premier vise à cerner la pauvreté d’un point de vue substantialiste, via une définition monétaire d’une part (approche relative et niveau de vie médian) et une définition en termes de conditions de vie, d’autre part. Le deuxième type permet d’approcher la pauvreté du point de vue des populations concernées (pauvreté subjective) ; le troisième, dénombrant la population bénéficiant de l’aide sociale, renvoie à une définition institutionnelle de la pauvreté.

44Lorsqu’on observe simultanément les 8 indicateurs décrivant les régions NUTS 2, NUTS 1 et pays en fonction de la disponibilité des données, on retient là encore deux principales dimensions de différenciation. La première rend compte de la forte co-variation spatiale des indicateurs décrivant une pauvreté en termes de conditions de vie avec celui témoignant de la pauvreté subjective. Le niveau médian de revenu est également bien restitué dans cette échelle de pauvreté, davantage que le taux de pauvreté lui-même. En considérant la position des unités géographiques sur cette échelle de pauvreté, on tient 56 % du total des disparités introduites par les 8 indicateurs.

45Les formes spatiales révélées par cette échelle de précarité (figure 3 du cahier couleurs) sont proches de celles décrites précédemment (figure 1 du cahier couleurs), tout en étant plus accusées : la coupure est/ouest et le gradient nord-sud sont encore plus marqués. La taille des mailles, souvent plus larges que celles retenues dans la figure 1, contribue à gommer les exceptions locales (en Belgique, en Angleterre notamment) et à simplifier les structures mises à jour.

46La deuxième dimension est bien moins structurante, puisqu’elle ne rend compte que de 16 % des disparités. Elle mérite toutefois d’être mentionnée car elle témoigne de l’indépendance du niveau de pauvreté institutionnelle relativement au niveau des autres indicateurs : il tend même à s’opposer au taux de pauvreté – signe d’une opposition entre une Europe du sud, où les taux de pauvreté sont élevés, et une Europe du nord, où la part des bénéficiaires de l’aide sociale est plus importante. Toutefois, la qualité des données ne permet pas d’aller au-delà de la formulation de cette hypothèse.

47Malgré ses limites intrinsèques, l’exploration de la base de données EU-SILC à un niveau infra-national souligne l’intérêt qu’il y aurait à disposer d’une palette d’indicateurs permettant de cerner avec davantage de précision le phénomène de pauvreté dans les régions européennes et de croiser les différentes approches – sans se limiter à l’approche substantialiste la plus souvent retenue et aussi la plus accessible.

CONCLUSION

48Cette exploration des indicateurs européens disponibles pour cerner la pauvreté souligne combien les représentations que l’on peut se forger sont dépendantes des définitions et des points de vue adoptés. Loin de faire l’objet d’un consensus, la définition de la pauvreté exprime un système de valeur et un positionnement relatif au phénomène. À ces positionnements théoriques se rajoutent des limites méthodologiques, qui tiennent en particulier à la construction des indicateurs et aux maillages utilisés pour la collecte et la diffusion de l’information. Prétendre saisir la dimension spatiale de la pauvreté introduit de nouveaux choix, inhérents à la mise en carte – choix de l’échelon d’observation, choix méthodologiques liés aux traitements des données. Au caractère multidimensionnel de la pauvreté, maintes fois souligné, s’ajoutent ainsi les visages multiples de la carte.

49Une telle conclusion pourrait simplement inciter à la prudence dans l’interprétation des formes spatiales et des oppositions ou ressemblances entre régions européennes. Elle souligne tout autant la complémentarité des différentes images cartographiques : de la même manière qu’un indicateur exprime une facette de la pauvreté, un échelon d’observation renvoie à un niveau d’organisation territorial, tantôt contexte local dans lequel se déploient les expériences individuelles de pauvreté, tantôt niveau d’action des pouvoirs publics, tantôt niveau de décision politique. Ces deux derniers points seront étudiés dans la seconde partie de l’ouvrage.

50Par ailleurs, l’approche multivariée de la pauvreté, conduite ici pour décrire des lieux – les régions européennes – et non des individus ou des ménages, éclaire le caractère multidimensionnel de la pauvreté. Certes, les indicateurs s’associent et se cumulent, mais suivant des combinaisons variables selon les lieux. L’espace apparaît ainsi comme une dimension de la pauvreté et de ses multiples facettes et justifie pleinement les analyses menées dans le chapitre suivant. Il s’agira alors d’approfondir l’analyse cartographique des indicateurs de pauvreté retenus sous l’angle des inégalités territoriales de pauvreté en Europe.

Notes

1 Cette synthèse des approches théoriques et de la mesure de la pauvreté reprend des éléments énoncés dans Ribardière, 2005.

2 Lollivier identifie clairement les limites d’une telle approche : « Ainsi, si l’on double le revenu de chacun à prix inchangés, il y a toujours autant de pauvres ; si les ressources des plus pauvres progressent, mais moins rapidement que le revenu médian, alors le nombre de pauvres augmente automatiquement. Enfin, le taux de pauvreté est souvent plus élevé dans des pays comme la France que chez les nouveaux entrants d’Europe centrale ou orientale, simplement parce que la distribution du revenu y est plus inégalitaire. À la limite, lorsque personne n’a rien, il n’y a pas de pauvres. » (Lollivier, 2008, p. 24.)

3 L’IDH (Indice de Développement Humain), calculé depuis 1990 par le PNUD, repose ainsi sur la prise en compte de l’espérance de vie, du niveau d’éducation et du PIB par habitant. L’IPH (Indice de Pauvreté Humaine), calculé depuis 1997 pour les pays en développement, intègre 4 indicateurs dont aucun ne se rapporte au revenu des populations : la probabilité de ne pas vivre jusqu’à 40 ans ; le taux d’illettrisme ; la proportion de la population qui n’a pas accès à une source d’eau potable ; la proportion d’enfants en sous-poids pour leur âge. Seul l’IPH spécifique aux pays industrialisés (IPH-2, calculé depuis 1998) intègre un indicateur de revenu.

4 Voir par exemple Monde en développement (titré « Vulnérabilité, pauvreté et stratégies de survie »), 2007, n° 140.

5 L’auteur précise plus loin : « Ce qu’il y a de terrible dans la pauvreté est le fait qu’il y a là des êtres humains qui, dans leur position sociale, sont pauvres et rien que pauvres. » (Simmel G., 1998, p. 101).

6 Pour une utilisation de cette approche « institutionnelle » en géographie, voir Sélimanovski, 2008.

7 NUTS est l’acronyme pour nomenclature des unités territoriales statistiques, fixée par Eurostat en accord avec les États.

8 Les indicateurs relatifs au risque de pauvreté, à la faiblesse de l’intensité du travail et à la privation matérielle n’étaient pas disponibles en 2010, au moment de la constitution de cette base de données. En 2012, il est désormais possible de mesurer la pauvreté suivant ces 3 indicateurs, de nature substantialiste.

Table des illustrations

Titre Figure 1. – effet de maillages
Légende Source : D’après François et al., 2003, et Grasland et Madelin, 2007.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34523/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 298k

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site