Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mobilités et modes de vie

 | 
Philippe Gerber
, 
Samuel Carpentier

Postface

Gabriel Dupuy

Texte intégral

1Les contributions rassemblées dans cet ouvrage sont très différentes les unes des autres. Les terrains, les angles d’attaque, les méthodes diffèrent. Cependant leur juxtaposition, éclairée par l’introduction, conduit le lecteur à surmonter cette diversité pour tenter d’apporter des réponses à quelques questions fondamentales. L’on voudrait alors dépasser le terme de « mobilités », trop vite adopté sans doute tant par les sociologues que par les géographes (sans parler des aménageurs et des urbanistes), afin de saisir les rapports entre le mouvement de l’homme et sa façon d’habiter l’espace. Le rapprochement, assez rare, des analyses sur les mobilités quotidiennes (ne devrait-on pas dire « fréquentes ») et des mobilités résidentielles, esquisse ainsi, non un modèle, mais au moins un schéma heuristique dont voici pour moi les grandes lignes.

2Même si les mobilités s’observent le plus couramment au niveau individuel, l’homme mobile n’est jamais seul. Être social, il a des liens familiaux, amicaux, un réseau de relations. C’est au sein de cet ensemble que se dessinent les patterns de mobilité, que se construisent les compromis qui amènent à telle localisation et à telle pratique de déplacements quotidiens, hebdomadaires. Ces liens sociaux, forts et faibles, constituent donc une base sur laquelle se fondent d’abord les mobilités.

3Chez l’individu mobile, on trouve en profondeur un attachement au lieu, aux lieux. La rationalité courante peine à rendre compte de ces attachements qui font que l’on est mieux là qu’ailleurs, que l’on préfère aller là qu’ailleurs, que l’on voudrait ne pas aller ailleurs pour rester là. La force de ces attachements est difficilement mesurable mais leur réalité est incontestable. Des publications récentes de géographes comme J. Lévy, O. Lazzarotti, M. Stock en témoignent. Cela apparaît bien dans plusieurs chapitres de ce livre. Les attachements constituent en quelque sorte une deuxième couche qui, superposée à la base précédente, structure les formes de la mobilité.

4La dimension du temps est un troisième niveau très important. Il est évident que le temps court est de plus en plus en cause dans les mobilités fréquentes (utilisation des modes de transport les plus rapides, distances évaluées en temps et non plus en kilomètres…). Mais les approches en termes de budget-temps, la fameuse « loi » de Zahavi, ont bien fait comprendre que des temporalités plus longues structuraient également les déplacements, notamment en milieu urbain. En deçà de la recherche individuelle et immédiate du gain de temps, l’organisation sociale décide des temps normalement alloués aux déplacements, par rapport au temps du travail ou des loisirs. Enfin, et, sur ce point, plusieurs chapitres du livre sont explicites, le temps long détermine des mobilités car il est celui de la durée de la vie, du projet (ou de l’absence de projet). Yves Jouffe (2007) avait déjà établi ce résultat à propos des travailleurs précaires. Ici, l’on constate que tel déménagement, tel déplacement ne prend sens que parce qu’il s’inscrit dans un projet qui, au sens fort du terme, mobilise l’individu en s’inscrivant dans son histoire.

5Les trois niveaux précédents semblent hiérarchisés. La famille, les liens sociaux passent en principe avant l’attachement aux lieux et souvent l’influencent. Les temporalités courtes, moyennes ou longues se conçoivent à partir de lieux occupés, fréquentés, d’espaces investis. Bien sûr, il existe aussi entre ces niveaux des relations en sens inverse, mais elles ne remettent pas en cause la hiérarchie première.

6À partir de ce tryptique fondamental se développent les mobilités résidentielles et quotidiennes, connues et repérées de longue date par les chercheurs. Pourtant, même à ce stade, le jeu de ces mobilités n’est pas libre. De multiples contraintes conditionnent encore les patterns de mobilité. Les revenus, par exemple, jouent un rôle crucial dans l’accès au marché immobilier ainsi que dans la disponibilité des modes de transport. Le schéma ci-dessus, à peine esquissé, exhibe toute la complexité du système des mobilités. En même temps, ce schéma, inspiré du présent ouvrage, peut guider la recherche. Les travaux présentés dans le livre ne pourraient-ils être prolongés par des approches moins individualistes, plus culturelles, plus historiques, des mobilités ?

7Il faudrait aussi inscrire à l’agenda des perspectives encore peu présentes dans les travaux en question. Nous en évoquerons trois. La première est méthodologique. Si les approches qualitatives sont utiles et nécessaires, apportant une compréhension en profondeur et permettant d’esquisser le schéma précédent, des appréciations quantitatives seraient indispensables pour bien mesurer le poids des différents facteurs dans les mécanismes de mobilité et aussi, simplement, pour bien mesurer l’importance des temps de la mobilité par rapport aux temps de l’immobilité. Aujourd’hui, ces approches quantitatives sont encore tributaires de méthodes statistiques lourdes et souvent peu adaptées. Or, des technologies nouvelles, comme les repérages en continu par GPS ou GSM, permettraient de dépasser ces limites. Il est vrai que des problèmes se posent : respect de la liberté individuelle, précision des tracés, etc. De plus, l’abondance des données ainsi recueillies est déroutante, exigeant un solide faisceau d’hypothèses pour en diriger l’exploitation. Il y a là, en tout cas, une piste extrêmement prometteuse sur laquelle il faut s’engager rapidement. Il s’agit de dégager les études de mobilité des paradigmes de flux et de transport qui surestiment le poids des déplacements fréquents, notamment domicile-travail.

8La deuxième perspective concerne la question des NTIC, non pas cette fois du point de vue méthodologique mais sur le fond de la question des mobilités. Il y a une trentaine d’années, Marie-Christine Jaillet (1982) avait déjà mis en évidence le rôle du téléphone qui se généralisait en France dans l’augmentation des migrations vers les zones périurbaines. Les ménages qu’elle avait enquêtés considéraient que ces déplacements vers des zones éloignées de l’agglomération n’impliquaient pas pour eux de rupture des liens sociaux, puisque la liaison téléphonique désormais possible pour tous permettait de maintenir les liens avec la famille et les amis restés en ville. Dans le cas des birésidents par exemple, la fluidité entre les deux lieux observée par Magali Pierre est très probablement facilitée par le fait de retrouver dans chacun des lieux le téléphone et l’ADSL qui permettent en quelque sorte de rester dans celui des deux lieux que l’on a quitté, en traitant des affaires qui s’y rapportent, en maintenant des communications fréquentes. On pourrait multiplier les exemples en insistant sur le rôle actuel du téléphone mobile pour les mobilités quotidiennes ou ordinaires. Mais l’essentiel est que les recherches futures sur les mobilités « physiques » n’oublient pas les transformations sans doute profondes et très rapides induites par des TIC de plus en plus performantes sur la manière de gérer les rapports entre l’espace et le temps, et sans doute aussi d’habiter l’espace.

9Enfin, la troisième perspective serait celle de comparaisons internationales. Beaucoup des recherches présentées dans cet ouvrage concernent la France. Or, on sait que les pratiques de mobilités résidentielles et quotidiennes sont très différentes dans des pays comme le Japon, les États-Unis ou des pays du Sud. Comparer des contextes aussi différents pourrait aider à mieux comprendre l’articulation des niveaux évoqués ci-dessus. L’étude de J. Meissonnier sur Istanbul le confirme. Mais qu’en est-il aux États-Unis, terre d’immigration, pays où les liens familiaux et amicaux sont différents de ce qu’ils sont en France, où la mobilité quotidienne est essentiellement automobile ? On ne peut s’empêcher de renvoyer à la thèse pionnière de Peter Henry Rossi (1955). C’est en cherchant de tels contrastes internationaux que l’on éclairera au mieux certaines questions heureusement soulevées par les auteurs de ce livre.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Liseuse ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Accès exclusif

Offert par