Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mobilités et modes de vie

 | 
Philippe Gerber
, 
Samuel Carpentier

Troisième partie. L'éloignement résidentiel : entre désirs et contraintes

Le double habitat, une solution résidentielle sous contraintes matérielles

Magali Pierre

Texte intégral

  • 1 Nous parlerons indifféremment de double habitat, double résidence, ou encore de bi-résidentialité.

1Le double habitat1 cristallise l’importance des interactions entre mobilités quotidienne et résidentielle. Il est en effet une manière de reporter la charge des mobilités quotidiennes sur un déplacement plus occasionnel (chaque semaine par exemple), qui prend la forme d’un ancrage dans un second logement. Cet ensemble de pratiques associées à deux lieux faisant sens l’un par rapport à l’autre (cf. Stock, 2004) engage donc aussi un dédoublement résidentiel permettant de faire l’économie d’un déménagement irréversible. Cet article met ainsi en lumière ce phénomène qui engage à la fois une mobilité résidentielle et quotidienne sans s’y réduire entièrement.

2Si d’autres époques ont connu des formes de désajustement entre le groupe de résidence et le groupe familial dans certaines catégories de population (Bonnin et Villanova, 1999), il semble qu’aujourd’hui, ce mode de vie se trouve soutenu par des évolutions de société plus larges, concernant notamment le monde du travail. Dans un contexte de forte contrainte professionnelle et de valorisation de la mobilité dans certains milieux professionnels, la birésidentialité s’étend en effet à des statuts, des métiers et des secteurs variés et correspond pour les actifs au double choix individuel de garder un travail pourtant lointain du domicile et de reporter sur une seule personne la charge du déplacement, en épargnant le reste de la famille qui demeure alors dans le logement initial.

3Par ailleurs, ce mode d’habiter touche également les retraités. Ainsi, on ne fait plus forcément le choix, au moment de la retraite, de transformer la résidence secondaire en résidence principale, mais on peut également envisager de s’installer durablement dans deux logements (Dubost, 1998). Ce phénomène semble toucher en particulier les retraités vivant en centre urbain dense, et avait été identifié dès les années 1990 (Cribier et Kych, 1992). La birésidentialité, qui consiste à habiter deux logements à parts presque égales, est en effet un mode d’habiter qui répond à cette volonté d’être à la fois dans et hors la grande ville : elle offre aux personnes âgées à la fois la possibilité d’une relocalisation dans une zone rurale symbolisant le retour aux origines (réelles ou fantasmées), et la certitude du maintien dans une ville-centre offrant un foisonnement de services.

4Au fond, pour les actifs comme pour les retraités, il semble que nous soyons face à un renversement de perspective : « Nous sommes passés d’un contexte dans lequel la stabilité constituait une norme, mise en cause, subvertie ou simplement assouplie par divers phénomènes de mobilité à un autre univers dans lequel c’est la mobilité qui devient une norme à laquelle on se préoccupe de donner des limites. » (Bourdin, 1996, p. 40.)

  • 2 Ces ancrages se comprennent ainsi comme l’ensemble des « [lieux] de référence à partir duquel s’org (...)

5Ce texte cherchera à montrer de quelle manière les individus pour lesquels mobilité résidentielle et mobilité quotidienne s’hybrident en une pratique originale de double habitat, articulent leurs modes de vie à des attaches territoriales fortes, passant par la famille et le logement. De même que Canzler, Kaufmann et Kesserling (2007) l’indiquent dans l’introduction de leur ouvrage sur les mobilités, nous considérons, au travers des résultats de notre enquête de terrain, que certains ancrages2 président et sont la condition sine qua non de cette société de mobilité. Comme l’écrit John Urry cité par ces auteurs, « deterritorialization causes reterritorialization. The complex character of these systems rests on multiple time-space fixities or moorings, which help to realize the liquidity of modernity » (Urry, 2006, p. 96).

6C’est à l’analyse fine de cette pratique sociale émergente que le présent article s’attache, restituant une enquête de terrain réalisée en 2004-2005. Nous montrerons dans cet article en quoi le double habitat peut être interprété comme une manière d’assurer son programme d’activités sans pour autant se départir d’ancrages. Le double habitat concerne en effet trois dimensions, une dimension familiale, qu’à la fois il conforte et sur lesquelles il s’appuie, une dimension matérielle (logement et déplacements) et une dimension liée aux activités. Chaque dimension, reposant sur un ensemble de ressources et nécessitant un certain nombre d’engagements, renvoie ainsi à une tension avec laquelle le double-habitant doit composer. Plus précisément, nous soulignerons comment le double habitat, qu’il s’agisse d’actifs ou de retraités, permet de résoudre les tensions des projets familiaux et professionnels, en en créant de nouvelles sur le plan matériel.

MÉTHODE D’ENQUÊTE ET POPULATION APPROCHÉE

7Le double habitat tient à la fois de la mobilité résidentielle puisqu’il consiste à prendre un second logement (mais pas toujours déclaré comme tel), et de la mobilité quotidienne (les trajets entre les deux logements étant très fréquents), mais échappe de ce fait à la plupart des enquêtes portant sur l’une et l’autre. Appréhender cette question par des méthodes qualitatives portant sur de petits échantillons nous semblait ainsi approprié pour saisir cette pratique émergente, minoritaire et aux contours encore incomplètement cernés par la littérature francophone en sciences sociales – à l’exception notable des travaux d’Isabelle Bertaux-Wiame et de Vincent Caradec.

  • 3 Nous résumons dans un tableau en annexe les caractéristiques des individus interrogés, ainsi que
  • 4 certains éléments ayant trait à leur situation double-résidentielle.

8Les personnes rencontrées ont été sélectionnées en fonctionnant par « boule de neige » à partir d’un noyau initial de personnes connues et en cherchant à diversifier le plus possible l’échantillon pour contrevenir à sa relative homogénéité3. Le recrutement de proches en proches nous est apparu comme le moyen le plus efficace d’avoir accès à des personnes qui ne formulaient pas leur pratique résidentielle en des termes très clairs, et qui avaient tendance à se décrire spontanément sous l’aspect de retraités en résidence secondaire prolongée4 ou de travailleurs pendulaires assimilés à des célibataires géographiques.

9Une fois identifiées, et compte tenu du caractère intime des informations recueillies, ces personnes ont été interrogées à leur domicile, en face-à-face, lors d’entretiens semi-directifs d’une durée assez longue (2 heures minimum). Des entretiens longs – récits de vie centrés sur l’évolution résidentielle – ont ainsi été menés auprès d’une trentaine d’individus en situation de birésidentialité à propos de leur évolution résidentielle en lien avec l’évolution de leurs activités professionnelles. Ils ont porté, plus précisément, sur le parcours résidentiel du ménage en lien avec ses évolutions professionnelles (incluant le passage à la retraite), sur les raisons du double habitat, sur la mobilité quotidienne, hebdomadaire et exceptionnelle, sur certaines pratiques dans le logement (le chauffage, l’usage de certains objets du quotidien, etc.), et enfin sur l’environnement affectif des personnes interrogées. De plus, nous avons procédé à des phases d’observation des espaces résidentiels, lors des entretiens, afin de mieux cerner les usages de l’habitat, la configuration des espaces domestiques et l’appropriation d’espaces fréquentés à temps partiel. Nous avons alors procédé à une analyse de contenu.

10Nous nous sommes très rapidement rendu compte, lors des entretiens, de ce que deux situations fort dissemblables se présentaient : selon que les individus interrogés étaient en activité ou à la retraite, les modalités du double habitat variaient fortement. Les motifs de la migration, son rythme, les membres du ménage concernés, etc., tout différait selon que l’entretien portait sur des actifs ayant un emploi et amenés à dormir une partie de la semaine ailleurs que chez eux, ou sur des retraités alternant entre deux logements. Aussi la structure de cet article prend-elle acte de cette différence profonde.

11D’un côté, les actifs interrogés sont en situation de double habitat depuis des périodes allant de deux à quinze ans. Un certain nombre de facteurs « objectifs » (qui ne sont pas directement mis en avant par les acteurs sociaux) ressortent de la comparaison des trajectoires de vie. Les similitudes dans les parcours de vie des double-habitants portent sur le passé résidentiel, la volonté de double carrière (la plupart sont des ménages biactifs) ou encore la configuration du ménage. Concernant cette dernière, la plupart des personnes interrogées vivent en couple et ont des enfants – c’est souvent en leur nom que le rapatriement familial sur le lieu du nouvel emploi a été banni de l’éventail des choix. Il s’agit surtout d’individus de sexe masculin.

  • 5 De plus, les enquêtes nationales montrent que les résidences secondaires tiennent une place importa (...)

12L’autre partie de l’échantillon, les jeunes retraités (entre 60 et 70 ans), vivent continûment sous le même toit, se déplaçant ensemble d’un logement à l’autre au gré de leur convenance. Ces ménages vivent en couple, la vie commune semblant une des conditions de réalisation de ce choix résidentiel (Caradec, 1999). Il s’agit de classes supérieures (cadres) mais également de classes populaires (éducateur, infirmière, etc.) advenues, au cours de leur carrière professionnelle, au rang de classes moyennes (cf. tableau signalétique en annexe). De milieux sociaux relativement divers, ils sont tous propriétaires d’un de leurs logements, voire des deux. Ce trait n’est pas spécifique aux double-habitants ; rappelons que, selon les données de l’INSEE (enquête Logement 2002), 76 % des retraités sont propriétaires d’au moins un logement5.

LA DIMENSION FAMILIALE : LES RESSOURCES FAMILIALES AU CŒUR DU DOUBLE HABITAT

  • 6 Nous reprenons ici la terminologie de Vincent Caradec (1999), qui a étudié les seniors formant tard (...)

13Le double habitat peut être lu comme une solution résidentielle répondant à certaines exigences familiales. En effet, c’est une manière d’assurer un lien conjugal et familial : pour les actifs, le double habitat se présente comme un choix familial sous contrainte professionnelle – employabilité à de bonnes conditions sans sacrifier la qualité de la vie de famille. Et pour une partie des retraités instaurant un système de double habitat, ce mode d’habiter semble être un moyen de se maintenir au cœur du réseau familial, voire parfois de sauver le couple, c’est-à-dire de lui trouver des aménagements salutaires. Que l’on soit dans cette situation extrême ou non, le double habitat est dans tous les cas une manière d’être libres ensemble (De Singly et Boukaïa, 2000). Cette manière différentielle dont la ressource familiale est mobilisée selon que l’on se situe chez les actifs ou chez les retraités se lit dans le régime de cohabitation choisi dans un cas et dans l’autre. En effet, la plupart des actifs interrogés vivent par intermittence6 avec leur conjoint, partageant leur couche seulement aux moments où le double habitant rejoint sa famille ; le double habitat est alors le moyen d’éviter au reste du ménage d’avoir à suivre le conjoint mobile, et permet ainsi de préserver cette ressource relationnelle qu’il constitue. Au contraire, pour les retraités, la cohabitation des membres du ménage (ici le couple) se fait non plus intermittente mais par alternance, puisque les retraités se déplacent ensemble, et continuent ainsi d’être une ressource fiable pour leurs descendants qui continuent de faire appel à eux.

  • 7 Le concept de système résidentiel est ici défini comme « mode d’habitat articulant plusieurs aires (...)

14Ainsi, la famille et les proches ont un double rôle dans ce système résidentiel7, à la fois de motif de sacrifice (voire d’alibi) justifiant ce mode de vie contraignant et de soutien indispensable sans lequel l’édifice s’effondrerait. Dans les deux cas, la famille se présente comme une ressource permettant de surmonter les difficultés de la grande mobilité.

Les actifs : le double habitat pour sauver la famille ?

15Avoir un double logement revient à reporter la charge de la mobilité résidentielle (déménagement) sur un individu du ménage plutôt que sur tous. Quelles sont les raisons qui poussent le ménage à faire cet arbitrage ? Autrement dit, pourquoi ne pas regrouper le ménage actif sur le lieu de travail du double-habitant ?

16Bien qu’une analyse rapide puisse laisser croire que ces situations viennent simplement d’une volonté individuelle d’autonomie et d’un désir carriériste, quand on y regarde de près, les contraintes, notamment familiales, interviennent pour beaucoup, comme le montre une recherche allemande comparant différentes formes de mobilité professionnelle : « Apart from individual preferences, the decision-making process is affected by options and obligations, which are largely determined by both the family and job-related circumstances. » (Schneider et Limmer, 2007.) En effet, le marché du travail n’est pas la seule raison en jeu dans le choix résidentiel des actifs double-habitants : c’est bien le croisement de la contrainte et de l’ambition professionnelles avec les projets familiaux qui explique que les trajectoires résidentielles se modifient en faveur du double habitat. Notamment, la volonté d’ancrer la famille ailleurs que dans une métropole ou encore l’importance du cadre de vie contribuent à ce choix fondé sur la qualité de vie (par exemple avoir un jardin pour les enfants). Compte aussi la priorité accordée à la double carrière : il s’agit de faire en sorte que le/la conjoint (e) puisse conserver un travail convenable et n’ait pas à sacrifier son réseau professionnel et social au seul bénéfice du travail du double-habitant.

« Ma femme n’a pas suivi, contrairement à la première fois, pour plein de raisons. Elle avait déjà réinvesti une fois dans un boulot, elle n’était pas mécontente de ça donc elle n’avait pas envie de changer de boulot. […] Deuxièmement, les enfants à l’école ; on n’avait pas vraiment envie de les perturber. Et puis moi, honnêtement, la vie parisienne, je n’y tiens pas vraiment. C’est autre chose que la vie parisienne le week-end. » (Émile.)

17Outre le souhait de double carrière et de cadre de vie, il peut également s’agir de faire en sorte de faciliter la garde de ses enfants. C’est souvent la présence des enfants qui décide du foyer principal. Notamment, c’est souvent à proximité du logement des grands-parents maternels que la résidence familiale est établie, pour des facilités d’organisation du quotidien.

18Mais, dans le même temps, cette famille que l’on prétend préserver est mise à rude épreuve par le double habitat. En effet, elle devient pour l’actif mobile un des piliers sur lequel s’appuyer pour supporter sa situation : « La mobilité d’un des partenaires est plus facile à accepter pour le couple si l’autre partenaire agit comme un point stable, un pôle de stabilité qui garantit l’organisation de la famille et la vie sociale à la maison. » (Bonnet, Collet et Maurines, 2007, p. 150.) De ce fait, le double habitat correspond à une organisation du quotidien qui, de manière générale, conforte la division sexuée des tâches ménagères et de toute l’organisation familiale.

« C’est une organisation complexe, pour ma femme ce n’est pas forcément facile à vivre. […] Je dirais, elle a élevé le gamin toute seule, il faut être clair par rapport à ça. Comme elle dit, je suis un objet de luxe, je ne sers à rien [rire]. Sur le plan familial, c’est sûr. Par contre, je dirais, la qualité de vie le week-end, du fait d’une sorte de contrat tacite passé, je suis disponible le week-end. » (Éric.)

19Les inconvénients sont forts pour les double-habitants, comme le montre la comparaison par exemple avec ceux qui ont fait le choix de faire déplacer leur famille à proximité du travail du partenaire ayant les revenus les plus importants (Schneider et Limmer, 2007). Ils concernent tant le couple dont les membres peuvent souffrir de solitude, que les enfants (certains actifs mobiles se plaignent du manque de temps et de la perte d’influence parentale) ou encore les relations sociales : la personne qui fait des navettes se sent étrangère aux deux environnements sociaux, ce qui accentue le sentiment de ne plus se sentir chez soi nulle part.

Les retraités : rester au cœur du réseau familial

20Les retraités mettant en place un système de double résidence sont souvent des couples (qu’ils aient ou non encore des enfants au domicile) avec un projet d’activité ou de consolidation du couple ou de loisir pour la retraite. Mais compte aussi pour eux la présence des ascendants-descendants et des groupes de socialisation, sur chacun des lieux élus. Ainsi, le double habitat se présente pour eux comme une manière de réaffirmer l’importance de la famille par des solutions résidentielles fondées sur la seconde résidence. En effet, la famille intervient fortement dans les arbitrages, en lien avec le désir de ne pas s’éloigner des descendants ou d’un vieux parent (Cribier et Kych, 1992). Le double habitat s’appuie donc fortement sur les ressources familiales qu’il entend préserver.

Elle : « Je veux garder un pied-à-terre à Marseille pour mes amis, pour une forme de vie plus animée. Et puis toutes les racines de ma famille sont à Marseille. J’envisage tout à fait de voyager, mais je ne peux pas envisager de ne pas passer au moins trois mois de l’année à Marseille. » (Raymond et Céline.)

Lui : « Compte tenu que nos enfants habitent ici [à Marseille] et que nous avons des petits-enfants en bas âge, que ma fille est médecin, qu’il faut lui donner un coup de main le soir pour récupérer les enfants, on a dit : “Bon ben on va rester là !” » (Edmond et Jeannette.)

21Les relations familiales ou amicales prennent une forme et une importance particulières dans ce système résidentiel. Premièrement, il peut s’agir de la crainte d’affaiblir ses réseaux familiaux sociaux. Aussi, les couples de retraités birésidentiels encouragent-ils la visite des descendants, en faisant en sorte de favoriser la proximité de leurs logements avec les services urbains (école, etc.) ou les loisirs touristiques.

22De plus, le double habitat offre une sécurité affective en garantissant le maintien des liens amicaux entretenus au fil des années. En effet, la sociabilité dans la maison de campagne n’est pas évidente pour tous, les espaces ruraux se caractérisant par la prégnance de communautés très socialisatrices mais auxquelles il n’est pas toujours simple d’avoir accès. Quant à la sociabilité dans les espaces urbains, elle peut poser tout autant de problèmes à ceux qui sont sur un rythme saisonnier d’alternance résidentielle : l’intensité des liens amicaux est contrebalancée par leur rareté. Dans ce cas, tout un travail de réapprivoisement est à effectuer au moment du retour et c’est la désocialisation partielle qui menace ces individus. « Redoutant de ne pas parvenir à se créer un nouveau réseau “à leur âge”, les baby-boomers optent pour la double résidence, modèle de prudence qui permet d’une part de conserver des liens avec le groupe de socialisation et, d’autre part, d’effectuer un retour vers l’ancien mode de vie en cas d’adaptation difficile. » (Pierre et Ogg, 2009, p. 101.)

23Deuxièmement, le double habitat peut être le moyen de rester à proximité d’un vieux parent et/ou des petits-enfants. Amis et surtout famille sont les bienvenus dans la maison habitée à la belle saison (Dubost et al., 1998), qui est le lieu privilégié des regroupements familiaux (Bonvalet et Lelièvre, 2005). Le souhait de se rapprocher ainsi de sa famille et notamment de ses petits-enfants a des conséquences directes sur le rythme de l’alternance géographique : l’agenda des petits-enfants est un des critères primordiaux pour planifier l’année du couple de retraités. Ainsi encouragées, les visites de la famille élargie sont l’occasion d’un investissement qui dépasse le couple de retraités. Dans la perspective des visites, la grande taille des logements est considérée comme un atout (qui fait oublier les contraintes d’entretien par exemple). Les espaces domestiques sont aménagés dans ce sens (Bonvalet et Lelièvre, 2005).

Elle : « Ah oui, nous avons 250 m². Oui, c’est immense, c’est beaucoup plus grand qu’ici et d’ailleurs en général c’est très rare que nous recevions à Marseille ; nous recevons là-haut l’été, à la belle saison, alors les amis viennent, il y a les enfants, les amis. Oui, parce qu’on peut les loger, on a dix couchages. » (Irène et Jules.)

  • 8 Cette recherche (Gotman et al., 1999) qualifie les relations familiales au sein de la résidence sec (...)

24Dans la maison qui est fréquentée à la saison chaude, on remarque parfois le souhait d’un mode de vie plus collectif que dans la maison « du quotidien » : les relations familiales se veulent alors plus resserrées dans ce logement qui, comme une résidence secondaire peut le faire, « réunit tout le monde en même temps dans un même espace, si possible restreint, avec recherche de proximité et de rusticité » (Gotman, Léger et Decup-Pannier, 1999)8.

25Bien plus, la fréquentation des deux logements prépare à la transmission d’un patrimoine familial aux descendants, notamment dans le cas de familles recomposées (les deux retraités ont chacun des descendants issus de mariages différents).

26Enfin, le double habitat revêt une dimension conjugale dans certains cas : la double résidence des personnes âgées peut parfois être envisagée comme un moyen de sauver le couple, c’est-à-dire de lui trouver des aménagements salutaires. Les retraités y voient « la possibilité d’échapper à un face-à-face conjugal parfois pesant » (Dubost, 1998), puisque l’alternance des lieux de vie permet à chacun de privilégier ses activités pendant un moment de l’année. Au final, « ce double habitat peut être lu comme une manière de ménager les préférences de chaque membre du couple, sans remettre en cause la prédominance des rapports familiaux (liens avec les enfants, notamment) » (Pierre et Ogg, 2009, p. 101).

LA DIMENSION DE L’ACTIVITÉ : LE DOUBLE HABITAT COMME RESSOURCE

27Se donner les moyens d’accomplir des projets personnels est une dimension qui intervient fortement dans ce mode d’habiter, que cela soit pour des actifs aux fortes ambitions professionnelles, ou pour de jeunes retraités aux activités nombreuses. Double habiter constitue en effet une ressource, au sens où il permet un appui stable permettant de mener à bien des projets personnels d’investissement dans des activités professionnelles ou dans des activités de temps libre.

Les actifs : un double habitat commandé par des raisons professionnelles

28Pour les actifs, le double habitat constitue une réponse à des tensions à l’œuvre sur le marché du travail et du logement. En effet, les entreprises valorisent la mobilité au point que le salarié nomade en soit une figure exemplaire. La mobilité devient alors une norme, une valeur (Schneider et Limmer, 2007), et son corollaire, l’adaptabilité, serait la garantie de la faculté d’adaptation au changement et de propension à l’innovation (Boltanski et Chiapello, 2002 ; Bertaux-Wiame, 2006) dans une société qui fonctionne en réseau. Cette incitation à la mobilité s’étend au-delà des professions coutumières du célibat géographique, telles celles de la fonction publique internationale. Notre échantillon de population comprend des personnes de statuts, de métiers et de secteurs variés : des fonctionnaires (postiers, fonction publique internationale, enseignants et chercheurs) ayant accepté des mutations professionnelles à certains moments de leur carrière ; il concerne plus spécifiquement des métiers précis du secteur tertiaire : informaticiens, intermittents du spectacle, chefs de PME dans l’édition, consultants, etc.

29Les raisons qui ont présidé à cette pratique renvoient aux projets de carrière pour les actifs : c’est pour renforcer leurs chances d’employabilité que les individus prennent un logement distant de leur foyer, compte tenu des évolutions du monde du travail (concentration du marché de l’emploi autour de certains pôles urbains, flexibilité de certaines professions, valorisation du centralisme dans certains métiers, ou encore volonté de double carrière). Conscients de ces changements, ils entendent maximiser leurs chances de réussite professionnelle.

« Il a eu une offre de poste intéressante à Fribourg. […] Vous savez, dans les groupes industriels de cette taille-là, il y a des évolutions de carrière qui font qu’à un moment donné on vous offre cette possibilité. Alors, est-ce qu’on a la possibilité de le refuser ? Sans doute ; enfin il ne faut pas trop le faire non plus. » (Sophie, conjointe d’un double-habitant.)

30Pour la plupart des actifs double-habitants interrogés, le double habitat a consisté, à un moment donné, à quitter le logement familial et à prendre un second logement, plutôt que de trouver une autre solution dont on pense que le reste de la famille aurait fait les frais (déménager sur l’autre commune avec sa famille, faire en sorte que le conjoint retrouve un emploi, etc.) ou dont le travailleur mobile lui-même aurait trop souffert (mobilité incessante).

« Pour revenir à l’origine du fait du double habitat, j’étais consultant dans la région Rhône-Alpes, [aller d’un client à l’autre dans toute la région], j’ai fait ça pendant trois ans […]. Les deux premières années, j’ai fait 80 000 km en voiture en plus de mes prestations chez mes chers clients ; donc j’ai considéré que si je voulais toucher ma retraite un jour, il fallait trouver une autre solution. […] Donc, je suis remonté sur Paris. » (Éric.)

31Par conséquent, un logement se trouve à proximité du bassin d’emploi, l’autre abrite le reste de la famille, en zone urbaine ou rurale. Bien entendu, les indemnisations délivrées par l’employeur (primes à la mobilité, remboursement des trajets ou des frais d’hôtel, etc.) facilitent ce choix de vie. Pour autant, cela ne suffit pas toujours à rendre son logement professionnel agréable.

32Au sein de chaque logement et au sein de chaque commune, les double-habitants mènent des activités très différentes selon qu’ils sont sur la zone de travail ou sur l’aire familiale. La commune professionnelle n’est que rarement le lieu de loisirs. Le temps dont on y dispose est principalement destiné au travail, secondairement au repos, voire à des formes de détente peu élaborées (écouter la radio par exemple). Alors l’habitat professionnel revêt des fonctions simples : permettre le repos et offrir un espace de travail supplémentaire, principalement. La sociabilité y est très réduite, même avec les collègues, ce logement n’offrant pas le confort minimal pour les recevoir.

« Quand je suis ici, je bosse comme un cinglé, donc j’arrive vraiment tard le soir, c’est peut-être 21 heures ou quelque chose comme ça. Je n’ai qu’une envie c’est de manger, de m’installer devant la téloche et puis basta, quoi. Je ne vais pas sortir ici, je n’ai pas de vie ici, quoi. » (Christian.)

33C’est un logement au rabais, un « placard à balais » comme l’indique un des cadres interrogés, où l’on met sa vie-hors-travail entre parenthèses, « un anti-espace anonyme » (Bonnet, Collet et Maurines, 2007).

« S’il n’y a personne à la maison quand j’appelle le soir, je leur laisse un message : “Je suis au placard, vous me rappelez !” [rires] […] C’est un placard à balais où je peux mettre le balai à l’horizontal. Voilà comment je le définis. Le balai, il a besoin de se laver avant d’aller au boulot, donc il y a ce qu’il faut pour se laver. » (Éric.)

« Bruxelles, pour moi, c’est un endroit où je dors. Ce n’est pas une maison. C’est un endroit très fonctionnel, où je peux prendre, le matin, mon petit-déjeuner, et où je dors. Je ne fais jamais de cuisine – je suis tout équipé, hein ; j’aurais pu, mais de toute façon je n’ai pas le temps de faire les courses. Enfin, une maison, c’est un endroit où vous vivez. » (Ingrid.)

34Il s’agit d’un espace de décompression et d’attente (avant le retour au vrai foyer), mais aussi de compression, dans le sens où les double-habitants y travaillent bien souvent. Il est ressenti comme à la fois difficile et important de bien séparer ce qui relève de la vie privée et de la vie professionnelle, si bien que la solution adoptée consiste à aménager son logement de proximité professionnelle en espace de travail (télétravail), et à préserver au maximum son logement familial des intrusions professionnelles.

35Au contraire, la commune de la résidence familiale est le lieu de loisirs très développés, car le cadre de vie est jugé agréable et que la sociabilité est entretenue par la famille restée sur place.

Les retraités : le double habitat comme occasion d’activités spécifiques à chacun des membres du couple

36Le choix des retraités pour ce mode d’habiter se comprend aussi en lien avec des projets personnels d’activités. Ainsi, notons l’importance de l’idéal d’épanouissement personnel, c’est-à-dire d’une retraite active et indépendante en dépit des contraintes familiales ou de santé. Cet idéal a pris appui sur des évolutions de fond, telles l’aisance et la stabilité financières créées par l’élévation du niveau de vie ; mais aussi une meilleure connaissance géographique grâce à la démocratisation des vacances (Bonnin et Villanova, 1999), aux visites aux enfants, ou aux médias.

37Parmi ces retraités, on peut distinguer plusieurs rapports à la mobilité, selon que le double habitat est vu comme double sédentarité ou correspond au contraire à une valorisation forte de la mobilité, de l’immédiateté et du changement ; pour ces derniers, qui constituent une sorte d’idéal-type du retraité double-habitant, la sédentarité est envisagée en creux de la mobilité, comme une incapacité à se déplacer et comme le signe funeste du vieillissement. La capacité et l’appétence à se mouvoir sont alors jugées comme des caractéristiques essentielles à la distinction entre retraite et dépendance.

  • 9 Cette partition urbaine est en effet valable pour tous les retraités interrogés ; et, même quand le (...)

38Ainsi, grâce au double habitat, il devient possible de « tirer parti des avantages des deux lieux d’élection (dépaysement, environnement, etc.) » (Pierre, 2006, p. 108) sous une forme plus souple que la migration de retraite expérimentée par les générations antérieures. En effet, avoir deux résidences permet d’être d’un côté à la ville et, de l’autre, à la campagne9. Le logement se trouvant à la campagne ou en zone isolée est en général une maison et il est en général plus grand que l’autre logement ; quand ce dernier se situe en centre-ville, il s’agit en général d’un appartement de taille plus modeste. Le découpage rural/urbain, qui a ainsi des conséquences sur le type d’habitat et sur la superficie, a également une influence sur les activités que l’on y développe. Dans la maison située en zone rurale, les activités développées sont des activités de plein-air, alors que dans la maison de ville, on a des activités d’intérieur. Par ailleurs, il semble que dans la maison située à la campagne, les tâches soient liées à la nature, alors que dans la maison située en ville, les occupations sont des loisirs culturels liés à une vie sociale dense (shopping, animations culturelles, etc.).

39De plus, même quand les activités réalisées sont similaires dans les deux logements (encadrement, bridge, etc.), dans la maison habitée à la période froide, elles passent par des associations (cours de cuisine, cours d’encadrement, etc.), c’est-à-dire sur un mode plus institutionnalisé. À l’opposé, les retraités ont une impression de vacances quand ils se trouvent dans la maison habitée à la belle saison, où les activités sont moins formalisées. Les espaces ruraux semblent autoriser davantage une convivialité estivale spontanée qu’ignorent les espaces urbains mondains fréquentés à la morte-saison.

Elle : « Quand je suis en Bretagne, je vais à la criée, je vais acheter mon poisson. Je ne sais pas comment le temps passe mais… Je vais à la plage. […]
Enquêtrice : Et votre mari ? Vous, vous faites quoi quand vous êtes là-bas ?
Lui : Quand je suis là-bas, je fais comme quand je suis ici, sauf que je ne joue pas au bridge en club. Mais j’ai sur l’ordinateur des logiciels d’entraînement de bridge. » (Luce et Jean.)

Lui : « Vous voyez ici [à Marseille], les amis vont vous téléphoner pour vous dire qu’ils vont venir, mais là-haut [dans les Alpes], les gens passent et montent ! “Ah ben tiens, c’est ouvert, je monte !”, ce sont tous des gars qui apprécient le matin le canon de vin blanc et l’après-midi le canon de vin rouge. » (Irène et Jules.)

40Un des indices de la ressource que constitue le double habitat pour les retraités et des avantages qu’ils tirent de cette situation se lit dans les déclarations de domicile effectuées auprès des organismes institutionnels (déclaration censitaire, matrimoniale, fiscale, électorale, commerciale, assurance, etc.). L’inscription administrative des retraités, dans l’obligation de spécifier le statut de leurs logements, reflète bien l’ambiguïté de la situation de double habitat. Les ménages adoptent en effet des stratégies complexes de déclaration, qui visent à la fois à tirer le meilleur parti financier de la situation et à ménager la différence symbolique qu’ils accordent à chacun de leurs logements. Les retraités possédant un logement parisien le déclareront presque systématiquement en résidence principale, afin d’éviter de supporter la taxation foncière des résidences secondaires dans la capitale. Ou encore, tel couple ayant porté Marseille comme résidence principale s’inscrira en parallèle sur les listes électorales du village dans lequel se trouve l’autre logement, afin de bénéficier des cartes de chasse délivrées par le maire à ses électeurs.

Lui : « Légalement nous sommes séparés pour les impôts. Si c’était une résidence secondaire ici [à Paris], je crois que les impôts locaux, ça serait quatre fois plus. Donc sur le papier, Léa habite Romainville et moi j’habite ici !
Enquêtrice : Donc vous avez une résidence principale…
Lui : Tous les deux.
Elle : On a deux résidences principales. Léon a la sienne et moi la mienne ! » (Léa et Léon.)

41Ceci montre la différence symbolique accordée à chacun des logements, tout autant que les stratégies que les retraités mettent en œuvre, combinant affects et rationalité de type coûts/bénéfices, pour tirer parti de cette situation : des deux logements, chacun peut tour à tour être dit principal, au gré des avantages que l’on attend de cette affirmation. Dans le même esprit, les lieux de villégiature des ménages birésidentiels se situent en dehors de ces deux logements (à l’étranger, en voyages organisés, chez des amis ou de la famille à qui l’on va rendre visite, etc.) : la résidence de campagne ne joue pas le rôle de simple résidence de loisirs.

LA DIMENSION MATÉRIELLE : LE DOUBLE HABITAT COMME CONTRAINTE EN TERMES DE RÉSIDENCE ET DE MOBILITÉ ?

42Le foyer, souvent tenu pour point d’ancrage et espace de « rassurance » affective, se dédouble pour les individus birésidentiels, ce qui complexifie le rapport au quotidien et modifie la manière dont on s’investit dans sa maison. Faire le constat de la multilocalisation des individus ne permet pas de savoir si celle-ci s’accompagne d’une multi-appartenance. Aussi reprenons-nous à notre compte la question posée par Hilal et Sencébé (2002) dans leur travail sur la mobilité et la périurbanisation : « Sommes-nous capables d’investir des lieux multiples ? »

  • 10 Cette partie aborde les contraintes matérielles, mais bien entendu, chez les jeunes retraités, cell (...)

43En effet, ce mode d’habiter nécessite de gérer l’intermittence et le dédoublement résidentiel, c’est-à-dire, pour les uns, l’absence répétée et, pour les autres, la présence discontinue, ce qui n’est pas sans poser des difficultés10. Comment chaque domicile s’agence-t-il par rapport à l’autre au sein de ce qui, plus qu’un habitat, doit être évoqué comme système résidentiel ? Bien plus, les navettes entre les deux foyers font de ce système résidentiel non seulement un mode d’habiter, mais également un mode de vie incluant un système de mobilité spécifique. À ce titre, la mobilité est « productrice d’un rapport à la territorialité » où « la spatialisation de la vie sociale devient plus complexe et compose divers modes de perception et d’organisation de l’espace » (Rémy, 1996, p. 140).

44Pour aborder la configuration matérielle du système résidentiel, nous nous sommes intéressés à la manière dont on habite chacun des deux logements (temps et moments d’occupation, mode de vie, etc.), à la façon dont on en parle (description du logement et manière de le désigner), aux changements matériels qu’on y apporte (rénovations, ameublement) et au système de mobilité qui les relie. Dans tous ces domaines, quelles différences et articulations repère-t-on entre les deux logements ? Au final, cet ensemble matériel montre de quelle manière habiter des lieux multiples et les investir véritablement est tout à fait envisageable pour les individus dont la mobilité est liée à un choix de vie positif (les retraités), et vraiment délicat pour les individus où celle-ci renvoie à des contraintes fortes.

Les actifs : gérer l’intermittence résidentielle

45Avoir deux logements nécessite de les entretenir, et d’effectuer un ensemble de tâches pour préserver les maisons de l’atteinte du temps et des intrusions (entretien et sécurité), et ce malgré des absences répétées. L’observation de l’habitat situé sur le bassin d’emploi, complétée par l’analyse des entretiens, fait conclure à une forte différenciation dans la gestion des deux domiciles. La complexité de la vie birésidentielle oblige à régler à chaque moment les problèmes d’organisation matérielle liés à l’absence et à la distance avec l’autre domicile (relations avec les entreprises, paiement des factures, etc.). Partant, peu de place est laissée à l’improvisation.

46Le territoire dans lequel se situe chacun des deux logements a été choisi en fonction de deux impératifs : un impératif de fonctionnalité pour le logement du bassin d’emploi (à proximité du lieu de travail ou des infrastructures de transport) et un impératif de qualité de vie pour le logement « familial ». Ainsi le logement professionnel est-il géré de façon minimaliste et par défaut : plutôt que d’entretenir ce logement, on évite de le salir ; de manière générale, le logement professionnel n’est pas une adresse que l’on confie à de nombreux interlocuteurs ; on se chauffe en fonction des sensations immédiates, c’est-à-dire seulement aux moments de présence. Cette ascèse peut aller jusqu’à des pratiques extrêmes, comme se refuser à l’achat d’un réfrigérateur ou couper son chauffe-eau tous les matins en partant au travail. Finalement, c’est un logement où les fonctions autres que celles liées aux stricts besoins professionnels sont bannies.

« Accepter un tel système de contraintes, je ne le souhaite à personne, hein ! » (Honoré.)

« Je suis très stratégique sur l’utilisation de la maison […], jusqu’au point où je fais des choses étranges. Par exemple, pour ne pas salir une assiette que j’aurais à laver, je mange un petit biscuit au-dessus de l’évier !
Enquêtrice : Un mode de vie un peu étudiant, enfin.
Nikolas : C’est plutôt, oui, gagner du temps. Mais ce n’est pas bohème. Et je me suis dit : “Je ne suis pas [ici] pour nettoyer mon appart”, […] c’est autre chose que je fais là. »

  • 11 Le fait d’être propriétaire aboutit-il à davantage d’attachement à la commune qu’on doit quitter po (...)

47Par ailleurs, le logement sur la commune de travail est souvent un logement en location. Au contraire, le logement qui se trouve dans la commune sans travail est souvent un logement en propriété. Sans pouvoir dire dans quel sens cette corrélation joue11, nous la soulevons : le statut de propriétaire fait bon ménage avec l’attachement patrimonial à une commune qui n’est pas celle où l’on travaille. Les ménages propriétaires d’une maison familiale souhaitent y passer du temps. Les actifs double-habitants ont par conséquent à gérer « l’éclatement de leurs lieux de vie » (Hilal et Sencébé, 2002), comme l’ont montré Hilal, Sencébé et Collet dans leurs travaux sur les migrants alternants. Ils sont face à deux lieux construits en opposition l’un par rapport à l’autre. Grosso modo, on vivote la semaine, pour se détendre le week-end en famille. Cela s’accompagne de stratégies compensatoires de consommation pour rattraper, le week-end, l’ascèse connue pendant la semaine.

48Par ailleurs, on note chez eux une « motilité » très spécifique, entendue comme « la manière dont un individu ou un groupe fait sien le champ du possible en matière de mobilité et en fait usage pour développer des projets » (Kaufmann et Jemelin, 2004, p. 5). Les ménages birésidentiels se caractérisent par une grande fréquence et une grande distance de trajets, notamment pour se rendre d’un domicile à l’autre. Cette mobilité s’organise de manière très routinière. Les déplacements d’un domicile à l’autre s’intègrent à ce système résidentiel dual : ils se font à jour fixe, à heure fixe, par des modes de transport fixes – souvent les transports en commun rapides.

49Les objets qui voyagent avec les actifs mobiles (vêtements, NTIC et valises) renvoient à un univers relativement simple et stable (mêmes objets d’un trajet à l’autre). Ces objets sont ainsi de bons analyseurs des enjeux pour eux (exiguïté de l’espace, dilution du mode de vie, prégnance du travail sur la vie privée pendant une partie de la semaine, mobilité et insécurité affective, fatigue, etc.). Le système d’objets montre ainsi de manière aiguë que le double habitat est à comprendre comme une contrainte (on l’organise, on réduit son étendue, etc.) pour les actifs, à la différence des retraités pour qui il s’agit d’un choix de vie positif.

Les retraités : gérer le dédoublement résidentiel

50Dédoublement des coûts, dédoublement de l’entretien des espaces (ménage, jardinage), trajets répétés, etc. : d’un point de vue matériel, le double habitat peut présenter certaines lourdeurs pour les retraités. Certains d’entre eux envisagent d’ailleurs ces contraintes comme déterminantes dans la perspective de l’avancée en âge.

Lui : « On pense qu’on va quitter ici dans cinq ans. Pour éviter de faire les allers et retours sans arrêt. Non parce que, déjà, il y a une raison financière. On faisait ça quand on travaillait et qu’on était salarié. À la retraite, on a quand même des revenus qui sont beaucoup plus faibles, et les maisons elles ont le même coût. Deux maisons comme ça, ça a un coût énorme. Et puis c’est vrai que les ans passant, pour entretenir ici, ça devient de plus en plus pénible. Donc un jour ou l’autre, il faut qu’on fasse un choix, c’est l’un ou l’autre.
Elle : Et puis l’âge ! Il y a l’âge aussi.
Lui : Moi, dans cinq ans j’aurai 70 ans ; faire la route comme on fait, on n’aura peut-être plus la santé de le faire. » (Céline et Raymond.)

51Cependant, « pour tous les double-résidants, l’habitation unique semble insuffisante au déploiement de l’identité, à l’alternance des rôles ». Ce constat, de Bonnin et de Villanova (1999, p. 12), parlant des immigrés qui retournent régulièrement au pays, s’applique parfaitement aux retraités ayant choisi la birésidentialité. Le rapport intime à l’espace résidentiel ne se comprend pas mécaniquement sous le signe de l’unicité mais peut être pluriel ; la multirésidentialité renvoie à une réalité objective, perçue et désirée comme telle.

52À la différence des actifs, pour qui le logement du bassin d’emploi n’est considéré que comme un pied-à-terre et n’est l’occasion que d’une très faible appropriation, les deux maisons des retraités ont une importance égale. Pour les retraités, le double habitat est vécu sur le mode de la complémentarité, et les investissements sur chacun des logements sont importants, tant en termes financiers qu’humains (bricolage, jardinage, rénovations entreprises, etc.). Il s’agit en effet de deux résidences jugées comme véritablement principales.

Lui : « Pour reprendre votre question, on ne raisonne plus vacances. On a deux maisons, et on va d’une maison à l’autre. Ce n’est pas : “Tiens, c’est les vacances, on va aller en Bretagne” ; la Bretagne nous manque, on va y aller. Et on a du mal à faire comprendre ça aux gens. On n’a rien de prévu. On ne raisonne plus du tout de la même façon. » (Luce et Jean.)

53Les retraités mettent en place un dédoublement de la fonction domestique par l’intermédiaire d’un dispositif social et technique, renvoyant au statut et à l’investissement matériel dans chacun des logements. L’attachement porté aux deux domiciles est attesté par les rénovations que l’on y fait. Tous les ménages rencontrés ont entrepris des travaux lourds dans leurs logements, qu’il s’agisse d’un domicile ou de l’autre. Indices de l’ancrage résidentiel, ils ont été réalisés à des moments précis du cycle de vie – achat d’une maison, mise en couple, départ des enfants ou naissance des petits-enfants. La rénovation du bâti ainsi entreprise accroît l’attachement porté aux domiciles, elle est l’occasion de souder les proches autour de l’amélioration du bâti, notamment en cas d’auto-réhabilitation.

Elle : « Un jour on partira peut-être d’ici, mais pour l’instant je ne préfère pas y penser, parce qu’il y a trop de choses ici. Et puis il y a eu tous les copains qui sont venus faire plein de choses : les deux cabanes du jardin […], la salle des fêtes là-bas ; on a fait un garage. Enfin on a fait plein de trucs : la chambre tout là-haut, tout ça on l’a fait nous-mêmes. » (Luce et Jean.)

54Ce système résidentiel est doublé d’un système de mobilité routinier. Les navettes d’un logement à l’autre participent de la construction d’un système résidentiel bi ou pluricentré : elles préparent à l’arrivée dans l’autre logement, assurent la transition entre les deux pivots du système résidentiel. Les habitudes développées lors des trajets entre les deux logements et les objets qui supportent cette grande mobilité signalent la forte routinisation du déplacement. Les moments de départ, les trajets effectués comme le mode de transport (voiture quasi exclusivement) sont toujours identiques, notamment pour les ménages alternant chaque semaine d’un logement à l’autre. Gestion du trajet similaire, régularité du choix d’objets en transit et stabilité des objets fixes : cet ensemble d’usages est fortement organisé et stable – comme chez les double-habitants ayant un emploi, mais revêt une tout autre signification.

  • 12 Nous renvoyons à l’installation telle que la définissent le CADIS et l’UCL (cités par Patrick Meyfr (...)

55Le double habitat nous met face à une double installation12. À de multiples égards, il manifeste ainsi une expression exemplaire de la capacité à « vivre une multiple fidélité aux lieux » (Cribier et Kych, 1992). Il est envisageable à la fois de s’attacher à deux lieux de manière tout à fait ferme, et également de se détacher d’eux pour certains temps. Dans cette alternance d’ancrage et de déprise, nous lirons, avec Cribier (ibid.), une « relation plus libre aux lieux [qui] est [probablement] un des aspects de la modernité ».

CONCLUSION

56Nous avons cherché à montrer en quoi le double habitat, entendu comme un aménagement permettant d’éviter le déracinement résidentiel d’un ménage tout en préservant les projets familiaux et personnels, recrée dans le même temps de nouvelles tensions matérielles. Il est à ce titre un bon révélateur de la mobilité telle qu’elle se présente dans nos sociétés. En effet, cette mobilité est valorisée au point de devenir une norme dans de nombreux univers comme celui du travail ou encore sur le plan de l’accomplissement personnel ; si bien qu’elle constitue dans le même temps une contrainte extrêmement puissante, avec laquelle les individus doivent articuler leurs propres exigences et engagements.

57Le double habitat, en tant qu’il est un mode d’habiter polytopique (Stock, 2006), autrement dit un système résidentiel fondé sur la mobilité régulière, retranscrit bien le pouvoir à la fois attractif et coercitif de la mobilité. Qu’on examine les actifs qui le subissent ou les retraités qui l’expérimentent, que l’on se situe finalement d’un côté ou de l’autre sur l’échelle du degré de contrainte, il apparaît en effet à la fois comme opportunité et ressource, et comme requérant des efforts (voire des sacrifices), tels celui de l'éloignement conjugal pour les actifs, ou encore celui de la gestion du dédoublement résidentiel pour les retraités.

58À ce titre, il repose sur la famille et les proches. Les rassemblements prennent alors la configuration de réseaux sociaux complexes, articulés sur la base d’un double territoire. Ancrage matériel autour des deux logements et ancrage affectif autour du couple, de la famille et des autres proches : il convient de réaffirmer, avec Ortar (2005), et en l’appliquant au double habitat, que « la mobilité n’est pas le contraire de l’ancrage », mais en est une des formes car elle s’accompagne d’un réenracinement réel ou symbolique à des logements, et d’un amarrage solide à des soutiens relationnels.

59Les recherches sur les pionniers de la mobilité, dont font partie les actifs comme les retraités double-habitants, semblent converger pour affirmer l’importance des choix individuels d’activités tout autant que du facteur familial (Schneider et Limmer, 2007 ; Bonnet, Collet et Maurines, 2007). Ainsi, ce mode de vie extrêmement fluide nous ramène à la nécessité de réaffirmer le poids des contraintes et appuis sociaux sans lesquels le double habitat n’existerait pas : « Il semble que, plutôt qu’un choix clairement tranché et individuel, ces situations viennent d’arrangements explicites ou implicites, individuels ou mutuels, qui s’opèrent sur différents registres, comme les emplois des partenaires, [les] enfants, la famille étendue, la durée projetée initialement à cette mobilité géographique, le fait de posséder son logement et d’être attaché à un certain mode de vie, etc. » (Bonnet, Collet et Maurines, 2007, p. 146.)

60Enfin, ce mode de vie repose sur de multiples compétences individuelles, au rang desquelles il faut mentionner la motilité (Kaufmann et Jemelin, 2004), mais aussi « la capacité à affronter des lieux étrangers et à rendre ceux-ci familiers » (Stock, 2004), la capacité à se prendre et à se déprendre en termes affectifs, ou encore l’aptitude à organiser un système résidentiel et de mobilité complexe fondé sur l’intermittence et le dédoublement.

Annexes

Annexe

Pseudonymes

Type de cohabitation (si intermittente, sexe du double-habitant)

Profession et catégorie socioprofessionnelle du double-habitant

Localisation logement de semaine

Localisation du logement de week-end

Distance, temps et modalité entre les 2 logements

Fréquence de l'alternance résidentielle

Christian

Cohabitation intermittente H

Ingénieur en informatique

Location Studio immeuble Ville de banlieue

Propriété appartement familial dans Ville Bretagne

3 h (TC, train et voiture)

Semaine/week-end et vacances

Nicolas

Cohabitation intermittente H

Enseignement supérieur

Location petit appartement Ville à l'étranger (UK)

Location appartement familial à Paris

6 h (avion, TC et vélo)

Rythme irrégulier, selon les contrats

Sophie

Cohabitation intermittente H

Directeur dans grand groupe

Logement de fonction (studio) dans grande ville

Propriété Maison familiale Ville prés Paris (avec jardin)

3 h en avion et voiture

Semaine/ week-end et vacances

Yves et Agnes

Cohabitation intermittente F et H a tour de rôle

Postiers

Propriété Bungalow dans ville de province

Propriété Maison familiale (avec jardin) en province

2h (voiture)

irrégulier (toutes les périodes non travaillées)

Louis

Cohabitation intermittente H

Professionnel du spectacle

Propriété studio Paris

Propriété Maison familiale (avec jardin) à la campagne

3h (moto, avion et voiture)

Irrégulier, dépend des contrats

Jean et Anne

Cohabitation intermittente F et H à tour de rôle

Cadre supérieure et enseignant

Location studio dans grande ville

Location appartement 35 m2 à Paris

2h (train et TC)

Semaine/ week-end et vacances

Eric

Cohabitation intermittente H

Consultant

Propriété studio dans petit immeuble de banlieue

Propriété appartement 110 m2 ville de province

3h30 (train + métro)

Semaine/ week-end et vacances

Pétrus

H, vit seul

Interprète

Location appartement 100 m2 a l'étranger(Belgique)

Location appartement 36 m2 Paris

Moins de 2 h (train + métro)

Irrégulier, selon contrats de travail

Abdel

Cohabitation intermittente H

Informaticien

Location studio en colocation à Paris

Propriété maison avec jardin dans ville de province

3 h (train + TC)

Semaine/week-end et vacances

Charles

Cohabitation intermittente H

Ingénieur

Colocation studio Ville de province

Location appartement Ville de province

3 h (voiture)

Semaine/ Week-end et vacances

Ingrid

Cohabitation intermittente F

Fonction publique internationale

Location appartement 60 m2 à l'étranger (Belgique!

Propriété grand appartement Paris

2 h (train) ou 5 h (train + voiture)

Semaine/week-end et plus si possible

Jérôme

Cohabitation intermittente H

Consultant

Location appartement 30 m2 Paris

Propriété appartement 30 m2 Ville de province

3 h (train + métro)

Régulier, une fois par mois

Honoré

Cohabitation intermittente H

Cadre supérieur (informatique)

Location studio dans immeuble de banlieue

Propriété maison à la campagne

4 h 30 (train + TQ

Semaine/week-end et vacances

Rémi

Cohabitation intermittente H

Dirigeant PME

Propriété petit appartement Paris

Propriété maison familiale dans village de province

4 h (TC et train et voiture)

Semaine/week-end + si besoin

Emile

Cohabitation intermittente H

Directeur grand groupe

Location petit appartement Paris

Propriété appartement 200 m2 Ville de province

3 h 15 (train et voiture)

Semaine/week-end et vacances

Claire

Cohabitation intermittente F

Ingénieur

Colocation petit appartement Paris

Location appartement Ville â l'étranger (Belgique)

Moins de 2 h tram

Semaine/week-end et vacances

Léa et Léon

Intermittente de 1996 à 1999 et alternée depuis 1999

Retraités: anciens agent de maîtrise et assistante sociale

Location appartement Paris 57 m2

Propriété maison isolée 85 m2 Petite Ville près Paris (avec jardin)

30 km 40 minutes (voiture)

Semaine/week-end et tout l'été (saison + température)

Charles et Julie

Intermittente des années 1980 à 1996 et alternée depuis 2000

Retraités Anciens chefs de PME (pharmacie)

Propriété maison isolée (avec jardin) Ville de province

Sur un bateau (propriété depuis 2000) à l'étranger (Turquie). 6 couchages.

Un jour (voiture et avion et train)

Saison chaude/ froide

Luce et Jean

Alternée avec une pause la 1er année de retraite

Retraités Cadres supérieurs dans laboratoire pharmaceutique

Maison isolée 180 m2 (avec jardin) à la campagne

Maison mitoyenne 100 m2 Propriété dans village de province

6 h (voiture)

Mode semaine/ week-end de 1988 à 1999. Mode saisonnier depuis 2000

Céline et Raymond

Cohabitation alternée au moment de l'arrêt maladie et de la retraite

Retraités: anciennement infirmière et mécanicien militaire

Appartement en propriété, 100 m2 dans centre-ville (province)

Maison Propriété A ta campagne

7 h (voiture)

Semaine/week-end pendant 10 ans Puis saison depuis 4 ans (arrêt maladie + retraite!

Edmond et Jeannette

Alternée depuis le départ en retraite

Retraités Anciennement Educateur spécialisé + F au foyer

Propriété appartement (avec jardin) dans centre-ville.

Propriété Maison dans quartier résidentiel de petite ville.

½ h (voiture)

Semaine/week-end et tout l'été, depuis les années 1980 (dès avant la retraite)

Irène et Jules

Intermittente pendant l'activité de l'homme ; alternée depuis sa retraite

Retraités : anciennement infirmière et VRP

Depuis 1970, propriété appartement dans centre-ville. 115 m2

Propriété maison à la sortie d'un village de province (Hautes Alpes) 250 m2 et jardin

3 h (voiture) 240 km

Vacances et Semaine/ week-end (en 2003,200 jours dans maison week-end)

Notes

1 Nous parlerons indifféremment de double habitat, double résidence, ou encore de bi-résidentialité.

2 Ces ancrages se comprennent ainsi comme l’ensemble des « [lieux] de référence à partir duquel s’organiser » (Bourdin, 1996, p. 40) dans le cadre de l’expérience locale et de la vie quotidienne. Cf. également Carpentier (2007) qui repositionne cette notion dans le champ de l’écologie urbaine.

3 Nous résumons dans un tableau en annexe les caractéristiques des individus interrogés, ainsi que

4 certains éléments ayant trait à leur situation double-résidentielle.

Le double habitat des retraités se différencie du système résidence principale/résidence secondaire par le rythme plus soutenu de fréquentation et par les temps plus longs de séjours. L’INSEE considère en effet la résidence secondaire comme une résidence fréquentée seulement les weekends, en vacances et pour les loisirs.

5 De plus, les enquêtes nationales montrent que les résidences secondaires tiennent une place importante dans le patrimoine immobilier des retraités puisque 30 % des propriétaires de leur résidence principale et 36 % des locataires en ont une (Minodier et Rieg, 2004).

6 Nous reprenons ici la terminologie de Vincent Caradec (1999), qui a étudié les seniors formant tardivement un couple, et vivant ainsi soit sous le régime de la cohabitation intermittente, soit sous celui de la cohabitation alternée.

7 Le concept de système résidentiel est ici défini comme « mode d’habitat articulant plusieurs aires de résidence séparées dans l’espace et occupées différentiellement dans le temps » (Pinson, 1988).

8 Cette recherche (Gotman et al., 1999) qualifie les relations familiales au sein de la résidence secondaire. Ses résultats sont toutefois en parfait accord avec notre analyse du double habitat.

9 Cette partition urbaine est en effet valable pour tous les retraités interrogés ; et, même quand les deux logements ne se différencient que peu par des critères de densité urbaine, l’un est vu comme champêtre ou situé dans une zone plus touristique, alors que l’autre est vu comme plus urbain, plus central.

10 Cette partie aborde les contraintes matérielles, mais bien entendu, chez les jeunes retraités, celle-ci est nettement moindre que chez les actifs, dans le sens où le double habitat répond à un souhait d’épanouissement personnel et ne se lit pas, comme c’est le cas chez les actifs, comme la réponse à une pression professionnelle.

11 Le fait d’être propriétaire aboutit-il à davantage d’attachement à la commune qu’on doit quitter pour aller travailler ? Ou au contraire, c’est parce qu’on est davantage attaché à une commune que, bien que l’on doive travailler au loin, l’on décide d’y acheter un logement ?

12 Nous renvoyons à l’installation telle que la définissent le CADIS et l’UCL (cités par Patrick Meyfroidt dans un article de 2002 de la revue Recherches sociologiques, n o 3, p. 47-60) : l’installation est « l’investissement d’un espace en fonction de sa forme résidentielle et de la signification subjective que ses occupants construisent pour en régler les normes de coexistence et le rapport à l’hétérogénéité des pratiques et des modes d’appropriation  ».

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par