Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mobilités et modes de vie

 | 
Philippe Gerber
, 
Samuel Carpentier

Deuxième partie. Pratiques de mobilités et vulnérabilité sociale

Des modes d’habiter propres à la ségrégation résidentielle ?

Le cas des adolescents de zones urbaines sensibles franciliennes

Nicolas Oppenchaim

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans la plupart des travaux scientifiques, la ségrégation est envisagée prioritairement comme la concentration résidentielle de populations pauvres et/ou partageant une même origine ethnique. De plus en plus d’auteurs diagnostiquent une augmentation de cette concentration dans certains quartiers français (Preteceille, 2009). Cependant, ce constat n’est guère complété dans la littérature scientifique par la prise en compte des pratiques de mobilités quotidiennes et résidentielles des habitants. Ainsi, la plupart des enquêtes de terrain dans ces quartiers portent quasi exclusivement sur l’usage de l’espace de résidence (Lapeyronnie, 2008). Cette absence est d’autant plus étonnante que toute la tradition sociologique issue des travaux de l’École de Chicago (Joseph et Grafmeyer, 1979) montre que la localisation résidentielle ne suffit pas à résumer l’inscription dans la ville des citadins : la concentration résidentielle de certaines populations ne signifie pas mécaniquement, bien au co...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540