Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mobilités et modes de vie

 | 
Philippe Gerber
, 
Samuel Carpentier

Deuxième partie. Pratiques de mobilités et vulnérabilité sociale

Des modes d’habiter propres à la ségrégation résidentielle ?

Le cas des adolescents de zones urbaines sensibles franciliennes

Nicolas Oppenchaim

Texte intégral

1Dans la plupart des travaux scientifiques, la ségrégation est envisagée prioritairement comme la concentration résidentielle de populations pauvres et/ou partageant une même origine ethnique. De plus en plus d’auteurs diagnostiquent une augmentation de cette concentration dans certains quartiers français (Preteceille, 2009). Cependant, ce constat n’est guère complété dans la littérature scientifique par la prise en compte des pratiques de mobilités quotidiennes et résidentielles des habitants. Ainsi, la plupart des enquêtes de terrain dans ces quartiers portent quasi exclusivement sur l’usage de l’espace de résidence (Lapeyronnie, 2008). Cette absence est d’autant plus étonnante que toute la tradition sociologique issue des travaux de l’École de Chicago (Joseph et Grafmeyer, 1979) montre que la localisation résidentielle ne suffit pas à résumer l’inscription dans la ville des citadins : la concentration résidentielle de certaines populations ne signifie pas mécaniquement, bien au contraire, un ancrage exclusif et immuable sur le lieu d’habitation. Toute division sociale de l’espace urbain n’est ainsi pas forcément problématique, elle ne le devient que lorsque les possibilités de mobilité résidentielle et quotidienne deviennent trop faibles. On ne peut alors postuler sans vérification empirique que les habitants des quartiers ségrégués se trouvent privés de cette capacité à être mobile. Ainsi, certains travaux aboutissent par exemple à un constat nuancé sur l’absence de mobilité résidentielle dans ces quartiers (Pan Ké Shon, 2009).

  • 1 Les ZUS sont définies dans le cadre de la loi de novembre 1996 du Pacte de Relance pour la Ville pa (...)

2Nous nous intéresserons ici aux mobilités quotidiennes des adolescents de zones urbaines sensibles franciliennes (ZUS)1 afin de complexifier les approches statiques de la ségrégation. Nous essaierons de montrer que les pratiques de mobilité de ces adolescents ne peuvent être analysées sans lien avec leur ancrage résidentiel (Carpentier, 2007). Ces pratiques construisent ainsi différents modes d’habiter, entendus comme la manière dont les individus articulent spécifiquement leurs pratiques passées, présentes et futures des différents lieux (Stock, 2005). Un des objectifs de cet article consistera alors, également, à montrer que les pratiques de mobilité quotidienne des adolescents influencent leurs projections de mobilité résidentielle. Le cas spécifique des adolescents qui n’ont pas, a priori, la possibilité de prendre l’initiative de déménager, est alors intéressant. Il permet en effet d’articuler mobilités quotidiennes et résidentielles autrement que sous la forme d’un arbitrage entre deux types de mobilité plus ou moins réversibles (Kaufmann, 2005).

3Afin de remplir ces différents objectifs, nous tenterons de répondre aux trois questions suivantes :

  1. En quoi la pratique des lieux extérieurs au quartier de résidence des adolescents de ZUS porte-elle la trace de leur ancrage résidentiel et influence-elle leurs souhaits de mobilité résidentielle future ?
  2. Quelle est l’influence de l’environnement socio-économique des individus sur leurs pratiques de mobilité et donc sur leurs différents modes d’habiter ?
  3. Les différents modes d’habiter propres à la résidence dans des quartiers à forte concentration de population en difficulté sont-ils transposables à d’autres quartiers ou sont-ils spécifiques aux ZUS ?

4Nous procéderons alors en quatre temps. Nous montrerons dans un premier temps que la réponse à ces trois questions suppose de mobiliser une méthodologie plurielle. Nous exposerons ensuite les différents rapports entretenus par les adolescents à leur quartier de résidence, puis les principales caractéristiques de leurs pratiques de mobilité. Articulant ces deux dimensions dans une dernière partie, nous présenterons les différents modes d’habiter propres à ces quartiers.

SUR QUELLES DONNÉES NOUS APPUYONS-NOUS ?

5Afin de répondre à ces différentes questions, nous nous appuyons principalement sur trois matériaux, récoltés successivement, ce qui n’empêche pas des allers retours dans leur exploitation en fonction des interrogations soulevées par chacun d’entre eux. Premier matériau, l’enquête globale transports (EGT) francilienne de 2001/2002 apporte des réponses aux deux dernières questions introductives. D’une part, elle permet de cadrer cette pratique sociale qu’est la mobilité (potentiel de mobilité des adolescents ; fréquence, portée et longueur des déplacements ; usage des différents modes de transport ; autonomie dans les déplacements…). D’autre part, elle permet une comparaison avec les adolescents d’autres quartiers, ce qui suppose néanmoins de bien distinguer ces quartiers, des différences fortes entre ZUS et non ZUS pouvant ainsi masquer des similitudes entre les ZUS et bien d’autres quartiers. Nous nous appuyons donc sur une description fine du territoire francilien distinguant les quartiers supérieurs, moyens et ouvriers (Preteceille, 2006). Cependant, ce matériau souffre d’une relative faiblesse de l’échantillon disponible (2 309 adolescents interrogés en semaine, dont 401 résidant en ZUS, et 809 le week-end, dont 120 en ZUS). De ce fait, il ne permet pas de différencier les profils à l’intérieur des ZUS autrement que par le genre et l’éloignement au centre de l’agglomération. Cette enquête n’offre également qu’une description sommaire, mais nécessaire, des pratiques de mobilité.

6Second matériau, une enquête ethnographique d’une dizaine de mois avec des jeunes garçons (13-18 ans) fréquentant la maison de quartier d’une commune de la grande couronne francilienne (située à 45 minutes en train de La Défense et une heure du centre de Paris). La présence quotidienne parmi ces jeunes, dans le quartier et dans les trains, l’accompagnement de sorties, la réalisation de vingt entretiens ethnographiques (Beaud, 1996) ont commencé à faire émerger dans notre recherche les interdépendances entre ancrage résidentiel et pratiques de mobilité. Cependant, cette enquête ne donnait accès qu’aux seuls adolescents fortement présents dans les équipements associatifs et l’espace public de résidence, excluant les jeunes très mobiles ou restant à leur domicile. Les adolescents issus d’autres types de quartier ne pouvaient également pas servir d’outil de comparaison pour tester la transposition de nos observations.

  • 2 Ces entretiens s’appuyaient sur une grille d’entretien dont les dix thématiques avaient émergé de l (...)
  • 3 Ces matériaux sont actuellement complétés par la mise en place de projets similaires dans des collè (...)

7Nous avons donc mené des projets avec cinq établissements scolaires de banlieue parisienne (deux classes de seconde générale, une de seconde professionnelle et deux de troisième) articulant soixante-dix entretiens semi-directifs d’une heure2 et des ateliers thématiques sur la mobilité (photographies, écriture de textes et réalisation de questionnaire par les élèves eux-mêmes, permettant notamment de développer la réflexivité sur leurs pratiques). Ce troisième matériau nous a ainsi permis de creuser nos hypothèses sur le lien entre ancrage résidentiel, mobilité quotidienne et souhaits de mobilité résidentielle future. Il permet également d’étendre ces hypothèses aux adolescents de ZUS faiblement présents dans l’espace public du quartier de résidence, ainsi qu’aux adolescents d’autres quartiers. En effet, malgré l’homogénéisation sociale croissante de ces établissements, une partie des élèves interrogés résidaient dans des quartiers ouvriers non classés ZUS (14) et dans des quartiers moyens (8) situés à proximité d’une ZUS3.

TROIS GRANDS RAPPORTS AU QUARTIER DE RÉSIDENCE

8Les entretiens et l’enquête ethnographique font apparaître différents rapports des jeunes à leur espace de résidence. Ces rapports comprennent en partie le jugement qu’ils portent sur les aménités urbaines de leur quartier. Ainsi, si l’ensemble des adolescents reconnaissent que celui-ci est bien doté en équipements sportifs et associatifs, la majorité se plaint de l’absence de cinémas, salles de concert et restaurants. Plus largement, tous les adolescents interrogés ont conscience de vivre dans un quartier stigmatisé, à plus ou moins juste titre selon eux, en raison des aspects négatifs de la concentration résidentielle de populations en difficulté et de même origine ethnique. Ils développent ainsi un fort sentiment d’opposition entre « eux » et « nous », entre les ZUS et les autres zones de la ville. Cependant, le jugement porté sur les effets de cette concentration est ambivalent. La plupart des adolescents sont marqués par un fort sentiment d’appartenance au quartier et valorisent l’importante sociabilité amicale que fait naître la densité de jeunes. Néanmoins, ils soulignent les aspects négatifs de cette concentration : absence de mixité ethnique et sociale, espace de tension où il faut se faire respecter, fort contrôle social qui rend difficile la construction de relations intimes. Il existe ainsi un continuum entre des adolescents qui retiennent principalement les aspects positifs de la vie dans le quartier et ceux qui insistent sur les aspects négatifs. De fait, les adolescents se différencient par trois grandes postures vis-à-vis de leur quartier, se traduisant par des usages différenciés de l’espace public de résidence :

  • d’une part, des adolescents ayant une inscription forte dans l’espace public du quartier de résidence et/ou dans le tissu associatif local couplée à une valorisation de l’ambiance qui y règne et un réseau social local allant au-delà de leur classe d’âge ;
  • d’autre part, des adolescents qui, tout en témoignant un attachement à leur quartier de résidence, n’y sont présents que de manière ponctuelle. Ils opèrent d’ailleurs une distinction entre les résidants, valorisés, et le quartier en lui-même, dévalorisé. Ces adolescents ont en commun d’avoir exprimé à certain moment une lassitude vis-à-vis de leur quartier : certains garçons déclarent en avoir assez du « délire embrouille, foot, moto » pour reprendre les termes d’un jeune interrogé, certaines filles disent vouloir découvrir des univers extérieurs au quartier. Certains d’entre eux expliquent également leur lassitude par le poids des commérages et des rumeurs dans le quartier (voir infra) ;
  • enfin, les « invisibles » minimisent leur présence dans l’espace public du quartier de résidence. La lassitude face au quartier de résidence s’explique de la même manière que pour le groupe précédent, notamment en raison du poids du contrôle social et des rumeurs, mais, amplifiée, elle conduit à un rejet. Ils ont souvent une amitié très forte avec une ou deux personnes du quartier, mais le reste du réseau amical se situe en dehors du quartier, grâce à Internet, aux liens reposant sur le pays ou la région d’origine ou aux liens avec des personnes qui ont déménagé.

9Ces différents rapports au quartier ne sont évidemment que des idéaux types. Le retour biographique dans les entretiens et l’évolution de certains jeunes durant l’enquête ethnographique montrent ainsi que ces rapports peuvent évoluer dans le temps avec des passages du groupe 1 à 2 ou du groupe 2 à 3 (précisons que le passage direct du premier au dernier groupe n’a été observé que pour trois adolescents). Ces rapports ne sont pas totalement indépendants du genre (il y a plus de garçons dans le groupe 1 et plus de filles dans le groupe 3) ou de variables sociales (il y a bien souvent une corrélation entre présence sur l’espace public, ressources économiques des parents et taille du logement familial), mais ils ne s’y résument pas. Les deux premiers rapports sont les plus importants en nombre chez les adolescents de ZUS. Néanmoins, ces différents rapports au quartier ne sont pas spécifiques aux ZUS et étaient présents, dans des proportions différentes, en quartier ouvrier et moyen situés à proximité avec une sous-représentation du premier profil et une surreprésentation du troisième.

10Ces rapports structurent fortement l’usage qu’ont les adolescents de l’espace public de résidence, mais également leurs mobilités. En effet, celles-ci sont d’abord et avant tout présentées comme permettant d’accéder à ce qui manque dans le quartier, principalement des espaces combinant anonymat, contrôle social moins important, et possibilité de rencontre avec d’autres adolescents, de sexe opposé ou d’origine géographique et sociale différente. Surtout, l’usage de l’espace en dehors du quartier porte très fortement la trace de l’ancrage résidentiel, que ce soit chez les jeunes qui aiment « transporter le quartier avec eux » ou chez ceux qui établissent au contraire une coupure stricte entre l’usage de l’espace qu’ils peuvent avoir dans le quartier et en dehors. Il est alors nécessaire de croiser l’ancrage résidentiel des adolescents avec les différentes dimensions de leurs pratiques de mobilité.

UNE COHÉRENCE DES PRATIQUES DE MOBILITÉ AUTOUR DE SIX DIMENSIONS

  • 4 Le pourcentage de paires correctement prédites par le modèle est de 72 % et l’effet de ces trois va (...)

11À l’instar du rapport au quartier de résidence, les pratiques de mobilité des adolescents de ZUS sont fortement dépendantes de l’environnement familial, notamment de la disponibilité des parents en temps, argent et moyens de motorisation (fig. 1). Ces trois variables sont ainsi celles, avec la desserte en transport en commun, qui ont l’influence la plus significative, d’après les modèles de régression logistique, sur la probabilité de se déplacer en dehors de la commune de résidence4. Si l’éloignement aux axes lourds de transport en commun est très hétérogène selon la situation géographique des ZUS, les adolescents de ZUS ne se caractérisent pas en moyenne par une moins bonne desserte que les autres adolescents franciliens, en raison principalement de leur sous-représentation dans les agglomérations isolées et les communes rurales d’Île-de-France.

Figure 1 : Caractéristiques sociodémographiques des adolescents franciliens

ZUS

Quartier ouvrier

Quartier moyen

Quartier supérieur

Famille située dans le premier quart de revenu de la population

49.0 %

29.2 %

18.9 %

14.1 %

Adolescent avec au moins 2 frères ou sœurs

44.8 %

34 %

28.7 %

24.5 %

Famille avec un des parents s’étant rendue au travail avant 7 heures ou après 19 heures

27.5 %

19.5 %

18.6 %

11.5 %

Famille avec 2 voitures (hors Paris intra-muros)

17.1 %

40.5 %

49.8 %

54.4 %

Effectifs

401

608

1 364

629

Lecture : 49 % des adolescents de ZUS vivent dans une famille dont le revenu est parmi les 25 % les plus faibles de la population française, 44,8 % ont au moins deux frères ou sœurs vivant sous le même toit.
Source : EGT 2001/2002.

12Cette moindre disponibilité conduit alors, en comparaison des autres quartiers, à un moindre accompagnement des déplacements par les parents, à une concentration des activités autour du domicile et à une sous-représentation des activités de loisirs, les adolescents de ZUS privilégiant les visites amicales et les activités de promenade. Cependant, l’effet est vécu de manière fort différente selon le genre : alors que les garçons compensent la moindre disponibilité parentale par un usage autonome plus précoce des transports en commun, en grande partie grâce à la fraude, nombre de filles n’ont quasiment aucune activité le week-end (fig. 2 et 3) :

Figure 2 : Adolescents sans activité extrascolaire en dehors du domicile le week-end

ZUS

Quartier ouvrier

Quartier moyen

Quartier supérieur

Garçons

12.6 %

16.2 %

10.6 %

9.2 %

Filles

27.0 %

13.0 %

12.7 %

10.5 %

Lecture : 27 % des adolescentes de ZUS en Île-de-France n’ont eu aucune activité extrascolaire en dehors du domicile durant le week-end.
Source : EGT 2001/2002.

Figure 3 : Adolescents ayant fait une sortie après 19 heures le week-end

ZUS

Quartier ouvrier

Quartier moyen

Quartier supérieur

Garçons

27.2 %

21.2 %

26.5 %

39.4 %

Filles

8.9 %

32.3 %

32.3 %

40.5 %

Lecture : 8,9 % des adolescentes de ZUS ont fait une sortie hors du domicile après 19 heures durant le week-end.
Source : EGT 2001/2002.

13Cet impact différencié de la moindre disponibilité parentale selon le genre a déjà été bien renseigné (Buffet, 2002). Il passe notamment par un contrôle parental différencié sur les sorties, qui n’est pas spécifique aux ZUS : dans tous les quartiers, les filles sont plus accompagnées que les garçons en raison des craintes des parents sur leur sécurité. Cependant, il est amplifié en ZUS à cause des rumeurs de voisinage portant sur la vie amoureuse et/ou sexuelle des filles qui sortent et sur l’éducation donnée par des parents soupçonnés de laxisme. Ces rumeurs, conjuguées à la moindre disponibilité parentale, peuvent conduire à une restriction des déplacements, en particulier lorsque la confiance entre les parents et l’adolescent est faible.

14Insister sur la moindre disponibilité parentale et l’influence du sexe sur les pratiques de mobilité des adolescents de ZUS ne doit cependant pas conduire à en faire la seule ou principale distinction. Ainsi, si les filles sont en moyenne moins mobiles que les garçons, il ne s’agit que d’une moyenne et certaines filles de ZUS peuvent se déplacer beaucoup plus fréquemment que les garçons. Lors de notre travail ethnographique, six grandes dimensions, différenciant fortement les pratiques de mobilité des adolescents, sont ainsi peu à peu apparues. Elles ont ensuite été explorées systématiquement dans la réalisation et l’analyse de nos entretiens. Ces différentes dimensions permettent alors d’aller plus loin que la simple mise en évidence des contraintes qui pèsent sur la mobilité des adolescents de ZUS.

15Tout d’abord, ces adolescents ne partagent pas le même apprentissage de la mobilité. Certes, cet apprentissage porte fortement la trace de la moindre disponibilité parentale, très peu d’adolescents reconnaissant un rôle majeur à leurs parents dans ce domaine. Ils insistent plutôt sur le rôle joué par leurs frères et sœurs, cousins ou autres adolescents plus âgés. Néanmoins, les dispositions des parents à l’égard de la mobilité influent tout autant sur cet apprentissage, bien au-delà de la socialisation différenciée selon le genre évoquée précédemment (Goyon, 2009). Il existe un continuum entre deux types de disposition : d’une part, une valorisation importante de la découverte du monde extérieur par des parents ayant souvent expérimenté très jeunes une mobilité longue distance nationale ou transnationale ; d’autre part, un encadrement très prononcé de la mobilité en raison de la crainte des parents d’agressions susceptibles de se produire hors du quartier. Au final, quatre grandes catégories d’apprentissage émergent ainsi. Tout d’abord, un apprentissage autonome plus précoce que dans les autres quartiers, à l’exception de Paris intra-muros. Les adolescents commencent à utiliser les transports en commun (TC) sans leurs parents vers 11, 12 ans, en accompagnant des jeunes plus âgés, en rendant visite à d’autres membres de la famille, notamment les cousins ou en fréquentant des clubs sportifs extérieurs au quartier ; deuxièmement, un apprentissage des TC lui aussi précoce, mais avec une aide plus prononcée des parents. Cette aide consiste à donner les trajets et les changements à l’avance à l’adolescent, à lui demander de se rendre par ses propres moyens dans un lieu où l’attend un membre plus âgé de la famille ; troisièmement un apprentissage avec les pairs du même âge et un accès à l’usage autonome des TC vers 14 ans ; enfin un apprentissage très encadré, les jeunes n’étant guère autorisés à se déplacer sans un membre plus âgé de la famille.

16Deuxièmement, ils se différencient par quatre grands rapports à l’anonymat et aux foules urbaines très fortement déterminés par la dimension précédente (Oppenchaim, 2009). Certains adolescents se caractérisent tout d’abord par une vision de la foule urbaine et de son anonymat comme une source d’animation potentielle qu’ils opposent à la « galère » sur le lieu de résidence. L’invisibilité qu’elle procure permet une confrontation plus ou moins conflictuelle avec les autres adolescents (séduction, raillerie, agression plus ou moins bon enfant), sans trop risquer d’être contrôlé, voire interpellé par la police. D’autres adolescents développent pour leur part une véritable phobie vis-à-vis des foules urbaines. Ils considèrent cette foule et la présence massive d’inconnus comme une menace, à la fois d’agressions potentielles, mais également de perte d’identité. Une troisième catégorie, les « routiniers », est constituée d’adolescents se déclarant indifférents aux foules urbaines. Ils ne déclarent les fréquenter que pour des occasions spécifiques comme les grandes festivités du Nouvel An. Ils privilégient au contraire des lieux fermés ou moins fréquentés, dans lesquels ils ont leurs habitudes. Dernière catégorie, les « aventuriers » recherchent au contraire l’anonymat et le dépaysement des foules urbaines. Elles leur offrent des possibilités de contact, moins conflictuel que pour le premier groupe, avec d’autres adolescents inconnus. Ils aiment se perdre dans la foule, et ont un goût pour la flânerie et le hasard des rencontres sur le lieu de mobilité.

17La troisième dimension des pratiques de mobilité est constituée par les modalités de la cohabitation avec les autres citadins. Cette cohabitation commence dès les transports en commun, lieux d’interaction avec les autres usagers plus âgés et des adolescents de même âge. Quelles que soient ces interactions (relations de séduction, tension, indifférence polie…), le regard est l’organe fondamental de cette cohabitation, notamment parce qu’il permet de catégoriser les co-usagers de ces lieux. Cette catégorisation passe le plus souvent par une distinction entre les adolescents de banlieue et ceux de Paris. Cette distinction, commune à tous les adolescents, est commentée différemment selon qu’est exprimée une attirance, une neutralité ou un rejet pour le mode de vie des adolescents parisiens. Plus largement, la cohabitation éphémère avec des inconnus peut être exprimée à travers le registre de la peur, de l’épreuve, de l’indifférence ou du plaisir.

18Les lieux fréquentés et les représentations de l’espace urbain constituent la quatrième dimension. Ces lieux doivent comporter des attributs absents selon les jeunes dans le quartier de résidence : animation, anonymat, possibilités de rencontre avec d’autres adolescents, notamment de sexe opposé ou d’autres milieux sociaux. Les grandes centralités commerciales de la région remplissent bien souvent ces fonctions et tolèrent plus ou moins la présence des adolescents comme acheteurs potentiels. Ces derniers ne donnent cependant pas la même signification aux différents centres commerciaux (lieu de respiration pour sortir du domicile, lieu de sociabilité locale, lieu de sociabilité élargie, lieu fonctionnel d’achat…) et les fréquentent de manière très différente. Plus largement, les adolescents différencient les lieux fréquentés selon deux éléments. D’une part, le dépaysement qu’ils procurent. Certains recherchent ce dépaysement par la rencontre d’adolescents issus d’autres zones géographiques, d’autres milieux sociaux ou d’autres styles, et fréquentent plutôt Châtelet. D’autres recherchent plutôt ce dépaysement par la fréquentation de lieux marqués par le luxe et la forte présence de touristes. Ils disent préférer les Champs Élysées et ne guère aimer se rendre à Châtelet. D’autre part, par les prises offertes par ces lieux : qualité architecturale, fréquentation, type d’enseignes et de restaurants, présence de personnes du quartier y travaillant, comportement des veilleurs d’espace. Ces prises structurent alors fortement les représentations urbaines des adolescents, qui classent les lieux selon qu’ils s’y sentent ou non les bienvenus.

19Ces représentations concernent également l’espace des transports en commun, certains jeunes différenciant fortement ces transports selon leur composition et leur supposée plus ou moins grande hospitalité. De fait, le rapport aux transports en commun constitue la cinquième dimension des pratiques de mobilité, elle aussi fortement dépendante des modalités d’apprentissage de la mobilité. Certains adolescents déclarent ainsi préférer les modes lourds (train, RER et métro), d’autres le bus alors qu’une partie ne se sent pas à l’aise dans ces transports et se projette vers une mobilité en voiture.

20La dernière dimension est constituée des projections de mobilité résidentielle future. En effet, tous les adolescents interrogés souhaitent quitter ultérieurement leur quartier, qu’ils l’apprécient ou non, ce qui serait pour eux le signe d’une mobilité sociale ascendante car ils ont conscience de vivre dans un lieu stigmatisé. Néanmoins, ils ne se projettent pas vers les mêmes destinations : certains souhaitent migrer vers des quartiers pavillonnaires situés à proximité, d’autres vers Paris ou le centre-ville d’agglomérations de province et une dernière catégorie vers l’étranger.

21Or, ces six dimensions des pratiques de mobilité sont très fortement interdépendantes entre elles : des profils cohérents, non ou peu visibles dans les sources statistiques ou ethnographiques, émergent de l’analyse des entretiens. Or, ces différents profils ne sont nullement résumables par des distinctions entre des adolescents non mobiles et d’autres qui le seraient plus. Il existe par exemple une différence forte entre les adolescents qui sortent peu de l’espace de résidence car leur mobilité est très encadrée et ceux qui passent la majorité de leur temps dans le quartier car ils en apprécient l’ambiance. Ces deux catégories d’adolescents se distinguent ainsi sur chacune des six dimensions listées précédemment. Il nous est donc apparu nécessaire de croiser ces dimensions avec l’ancrage résidentiel des adolescents.

CINQ GRANDS MODES D’HABITER DES ADOLESCENTS DE ZUS

  • 5 Un autre mode d’habiter propre aux quartiers moyens et ouvriers émergeait également des entretiens (...)

22Croiser l’ancrage résidentiel de ces adolescents avec les différentes dimensions de leurs pratiques de mobilité fait alors apparaître cinq grands modes d’habiter qui permettent de classer l’ensemble des jeunes observés et interrogés. Ces modes ne sont encore une fois pas totalement indépendants de variables sociales et de genre, mais ils ne s’y résument pas. Par ailleurs, ils ne sont pas spécifiques aux ZUS et étaient présents, dans des proportions différentes, en quartier ouvrier et moyen : quasiment aucun « adolescent (s) du quartier », beaucoup plus de « passionnés » et d’« encadrés »5.

Figure 4 : Les cinq grands modes d’habiter et les six grandes dimensions des pratiques de mobilité quotidienne

Adolescents du quartier

Passionnés

Flâneurs

Flâneurs

Encadrés à faible mobilité

Rapport au quartir de résidence

Forte présence dans l'espace public de résidence

Présence intermittente et bonne entente avec les autres habitants

Présence intermittente et bonne entente avec les autres habitants

Invisible

Invisibles

Apprentissage de la mobilité

De manière précoce avec des jeunes plus âgés du quartier

Vers 14 ans avec des jeunes du même âge

Vers 14 ans avec des jeunes du même âge

De manière précoce avec l’aide des parents

Peu autorisés à se déplacer sans les parents

Rapport à l’anonymat et aux foules urbaines

Foule productrice d’animation

Routiniers

Aventuriers

Aventuriers

Foule productrice de menace

Cohabitation avec les autres citadins

Épreuve

Indifférence

Plaisir

Plaisir

Peur

Lieux fréquentés en dehors du quartier

Champs Élysées, centres commerciaux à proximité et Châtelet

Lieu d’exercice de la passion

Châtelet

Châtelet et quartiers touristiques de Paris

Centres commerciaux à proximité du domicile

Rapport aux transports en commun

Lieu d’animation potentielle

Rejet et attrait pour la voiture

Attrait

Attrait

Rejet et attrait pour la voiture

Projection dans le futur

Pavillons à proximité ou dans le Sud

Souhait guidé par leur passion

Paris

Paris

Pays/régiond’origine

23Un des objectifs de cet article étant de montrer la diversité des modes d’habiter des adolescents de ZUS, nous privilégions une présentation de chacun de ces modes plutôt que d’insister plus précisément sur un seul. Les premier et troisième modes, plus répandus en ZUS, seront toutefois mieux approfondis. Une description plus détaillée est par ailleurs disponible dans d’autres publications (Oppenchaim, 2011).

Les « adolescents du quartier »6

  • 6 Cette dénomination peut paraître ambiguë car les autres adolescents présentés habitent également da (...)

24Les « adolescents du quartier » ont une inscription forte dans l’espace public de résidence. Ce sont généralement les adolescents dont l’environnement socioéconomique est le plus fragile et la disponibilité parentale la plus faible. Ils ont commencé à utiliser les transports en commun sans leurs parents vers 11, 12 ans et peuvent être occasionnellement véhiculés par des « grands » du quartier en échange de différents services. La quasi-majorité des déplacements se fait en groupe, généralement non mixte, pouvant rassembler près d’une vingtaine de garçons. Ces déplacements en groupe s’expliquent en partie par un effet « âge », lié à la timidité dans la confrontation aux adolescents de sexe opposé. Ils présentent également l’avantage pour eux d’être nombreux en cas de tension avec d’autres jeunes au cours du trajet. Ces déplacements sont peu planifiés, le choix de se déplacer étant souvent improvisé lorsqu’il n’y a rien d’autre à faire : ils ne savent souvent pas où leur périple va les mener et peuvent prendre les transports pour l’animation procurée par un déplacement en groupe. La faible fréquence de trains dans les ZUS de grande couronne peut cependant conduire à la répétition, génération après génération, de l’appropriation ludique du train de « 14 h 30 » le samedi.

25Le sentiment d’opposition qu’ils développent avec les autres citadins, structure alors fortement leur mobilité. Il s’actualise lors d’interactions avec des citadins d’un autre milieu social qui leur feraient sentir qu’ils ne sont pas forcément les bienvenus, en raison du triple stigmate, social, ethnique et d’âge, dont ils se sentent porteurs. Différents indices leur font sentir cette hostilité : regards désobligeants, jugement agressif sur le comportement, en particulier l’écoute de musique, refus de s’engager dans des interactions… Ils ont fortement conscience de l’image qu’ils dégagent et de la méfiance qu’ils suscitent. Ils peuvent toutefois en jouer dans une posture agressive et une mise en scène de soi, de sa virilité et de sa résidence en ZUS, qui n’est pas forcément possible dans leur quartier par peur des réactions des « grands ». Ce triple stigmate est renforcé dans les interactions avec les veilleurs d’espaces soupçonnés de vouloir entraver leur mobilité en adoptant des comportements spécifiques à leur égard, telle la répétition de contrôles d’identité dans les lieux touristiques de la capitale.

26En conséquence, ces adolescents développent une cartographie mentale qui représente l’espace extérieur au quartier comme un monde urbain clivé. Elle repose en effet en grande partie sur la distinction entre les lieux fréquentés par des jeunes de même origine sociale et ethnique qu’eux, et les lieux fréquentés par les autres citadins (particulièrement les adolescents de Paris intra muros). Ainsi, ils se déclarent peu attirés par Paris, si ce n’est pour la recherche ponctuelle d’animation, et critiquent le caractère froid et anonyme de la capitale qu’ils opposent à la solidarité dans leur quartier. Cette vision d’un monde urbain clivé ne restreint pas totalement leur mobilité, mais ils privilégient les déplacements dans des lieux routiniers, jugés plus accueillants : centres commerciaux à proximité du quartier, la Porte de Clignancourt, la Foire du trône. Ils se rendent également épisodiquement sur les Champs Élysées, où ils apprécient l’étalage de luxe et la présence de touristes fortunés.

27Cette vision d’un monde urbain clivé structure également leurs souhaits de mobilité résidentielle future. Si ces adolescents développent un fort sentiment d’appartenance à leur quartier, ils espèrent en effet pouvoir le quitter lorsqu’ils auront réussi leur insertion professionnelle. Ils ont en effet conscience de vivre dans un quartier stigmatisé, ils expriment une lassitude vis-à-vis des conflits entre leur quartier et d’autres ZUS et ils ont du mal à supporter la difficulté d’y construire des relations intimes avec des filles. Ils souhaitent néanmoins majoritairement déménager à proximité de leur cité, dans des quartiers pavillonnaires où ils ne seraient pas dépaysés car des membres de leur famille peuvent y résider. Si certains déclarent également être attirés par un déménagement dans le Sud de la France, qu’ils associent au soleil et à la tranquillité, aucun d’entre eux ne souhaite déménager dans Paris intra-muros.

Les « passionnés »

28S’ils sont attachés à leur quartier, les « passionnés » comme les « flâneurs » ne sont présents que de manière ponctuelle dans l’espace public de résidence. Issus d’un environnement socio-économique plus favorable que les « adolescents du quartier », les « passionnés » se sont éloignés du quartier en raison de l’exercice d’une passion (danse hip-hop, mangas, musique, sport) qui les a amenés à fréquenter des adolescents de quartiers ouvriers et moyens. Plus encadrés dans leurs mobilités, ces adolescents ont été moins précoces dans l’usage autonome des TC que les « adolescents du quartier ». Ils ont généralement expérimenté cette autonomie en classe de quatrième, même s’ils continuent à être véhiculés occasionnellement par des membres de la famille plus âgés. S’il peut arriver à ces adolescents de se déplacer seuls lorsqu’aucun autre jeune du quartier ne partage leur passion, la mobilité se fait généralement en groupe. Ces groupes sont plus mixtes que chez les « adolescents du quartier » et les déplacements sont beaucoup plus planifiés. Ils doivent être motivés par un but précis, généralement à Paris, dont ils valorisent l’ambiance et les équipements urbains. Lorsqu’ils n’ont pas de raison précise de se déplacer, ils préfèrent rester chez eux. Leur passion a donc structuré fortement leur rapport à l’espace, au sens où leurs déplacements ne sauraient être que fonctionnels : la mobilité est dévolue uniquement à l’exercice de la passion ou d’activités en compagnie de personnes rencontrées dans le cadre de celle-ci. Ils n’aiment ainsi guère passer du temps à flâner, se perdre dans les foules urbaines et utiliser les transports en commun. Ils affichent la volonté de passer le plus rapidement possible leur permis de conduire. Continuant à être présents de manière épisodique dans le quartier, ils ont acquis la capacité à passer des codes de celui-ci à ceux des lieux fréquentés dans la mobilité. Aussi à l’aise avec les jeunes du quartier de résidence qu’avec ceux fréquentés à l’extérieur, ils peuvent être sollicités, souvent sans résultat, par les « adolescents du quartier » pour leur présenter des filles qu’ils connaissent. Leurs souhaits de mobilité résidentielle future portent également la trace du caractère fonctionnel de leurs déplacements quotidiens. Contrairement aux autres modes d’habiter, il n’existe ainsi pas de destination type souhaitée pour un déménagement, si ce n’est celle qui permettra à ces adolescents d’aller au bout de leur passion. Ces destinations se situent cependant très souvent à l’étranger (le Japon pour un adolescent amateur de manga, Londres pour un passionné de musique, un centre de formation d’un club professionnel pour un jeune pratiquant le football à très haut niveau…).

Les « flâneurs »

29Les « flâneurs » expliquent quant à eux leur présence épisodique dans l’espace public de résidence par leur volonté de découvrir des lieux extérieurs au quartier. Habitués très tôt à prendre les transports avec des membres plus âgés de la famille, ils ont ensuite commencé à se déplacer de manière autonome vers 14 ans. Ils fréquentent en priorité la capitale, en particulier Châtelet et plus épisodiquement des quartiers plus touristiques. Ils y apprécient l’architecture dépaysante, mais surtout la présence de touristes et de jeunes ne venant pas de ZUS. Ces nombreux déplacements à Paris se traduisent par une volonté de déménager ultérieurement dans la capitale et/ou d’y mener des études. Certains d’entre eux souhaiteraient également vivre plus tard dans le centre-ville d’agglomérations de province, qu’ils ont l’habitude de fréquenter lorsqu’ils rendent visite à un membre de leur famille ou à un ancien ami de leur quartier qui a déménagé.

30Leurs déplacements se font avec un à deux amis proches du quartier ou avec des personnes plus âgées ayant déménagé. Si, comme pour les « passionnés », ces déplacements sont relativement planifiés, leur pratique des lieux est toutefois radicalement différente. Lassés du contrôle social et de l’interconnaissance régnant dans leur quartier, les « flâneurs » n’ont ainsi pas d’objectif précis en se déplaçant si ce n’est ce que permet la diversité de la foule urbaine : observer les différents styles vestimentaires des jeunes de leur âge ; être dépaysé par des spectacles de rue ou des événements spontanés ; rencontrer de manière éphémère d’autres adolescents, que cela débouche ou non sur des relations amoureuses ou amicales plus durables ; se mettre en scène et adopter, grâce à l’anonymat, des comportements non tolérés dans le quartier. Ils trouvent également ces qualités dans les transports en commun, dans lesquels ils aiment passer du temps. Cette pratique particulière des lieux a supposé une familiarisation progressive avec l’anonymat de la grande ville. Celle-ci a pu être facilitée par un membre de la famille plus âgé travaillant ou résidant à Paris, ou par les pairs.

31Ils revendiquent par ailleurs une capacité relationnelle qui leur permet d’être aussi à l’aise dans la sociabilité éphémère avec les autres citadins que dans leur quartier. Ils distinguent d’ailleurs strictement les lieux où ils aiment flâner seuls ou avec des personnes extérieures au quartier et les lieux qu’ils fréquentent en groupe avec les « adolescents du quartier », généralement lors des festivités du Nouvel An ou du 14 juillet. Leur habillement et comportement évoluent ainsi selon les lieux ou les moments de la mobilité, ce que ces jeunes résument par l’expression « être en mode » («  être en mode racaille », « être en mode beau gosse »…).

Les « flâneurs exclusifs »

32Les deux derniers groupes réunissent des adolescents minimisant leur présence dans l’espace public de résidence. Ils se désolidarisent des autres jeunes du quartier, notamment ceux qu’ils nomment « racailles » et dont ils fuient la présence. La question fondamentale pour ces adolescents est de savoir si la mobilité hors du quartier est encouragée ou non par les parents, ce qui différencie les « encadrés » des « flâneurs exclusifs ». Ces derniers évoluent ainsi dans un environnement familial qui valorise très fortement la découverte du monde extérieur. Leurs parents sont généralement installés depuis longtemps dans le quartier, qu’ils souhaiteraient quitter s’ils en avaient les moyens, car ils en ont vu l’ambiance se dégrader. Ces adolescents ont donc été habitués à prendre très tôt avec leurs parents les transports en commun, qu’ils maîtrisent parfaitement. Ils ont surtout eu accès à une carte de transports avant les autres jeunes du quartier, qui a joué un rôle important dans l’accès à l’autonomie et a considérablement accru leur mobilité. Leur réseau amical comprend des jeunes en dehors du quartier, qu’ils voient plus régulièrement que les « flâneurs », car ils ont moins d’amis dans le quartier. Leur pratique des lieux extérieurs au quartier est très proche de celle des « flâneurs », mais diffère sur deux points : ils recherchent tant l’anonymat qu’ils désertent les centres commerciaux par crainte de croiser d’autres jeunes du quartier ; ils aiment se déplacer seuls, notamment dans les transports en commun, qu’ils considèrent comme un lieu à part entière, et où ils peuvent passer tout un après-midi. Comme les « flâneurs », leurs nombreuses mobilités quotidiennes dans Paris se traduisent par une volonté de déménager ultérieurement dans les beaux quartiers de la capitale.

Les « encadrés à faible mobilité »

33Les « encadrés » partagent la même invisibilité dans leur quartier, mais évoluent dans un milieu familial encadrant très fortement leur mobilité. Ces adolescents ont rarement une carte de transports, ne maîtrisent pas le réseau de transports et partagent en grande partie les craintes des parents sur la dangerosité du monde extérieur. L’emploi du bus est pour eux beaucoup moins anxiogène que les modes lourds, en raison de la présence du conducteur et de l’impression qu’ils ont de pouvoir le quitter plus facilement à tout moment. Ils souhaitent ainsi passer rapidement leur permis. Paradoxalement, ce profil concerne à la fois des adolescents de ZUS issus de familles socio-économiquement fragiles, souvent monoparentales, mais également de nombreux adolescents vivant dans des quartiers ouvriers et moyens situés à proximité de ZUS. Ces adolescents sont quasiment toujours accompagnés par un membre de la famille plus âgé. Cet accompagnement concerne des activités de loisirs, lorsque cela est possible financièrement, ou des courses dans les centres commerciaux. Ces déplacements sont vécus comme purement fonctionnels et ne donnent pas lieu à des promenades ou à une appropriation du lieu par les adolescents qui se contentent de suivre leurs parents. Lorsque cet accompagnement n’est pas possible, ces adolescents passent beaucoup de temps au domicile, ce qui peut être d’autant plus difficile à vivre lorsqu’ils sont peu autorisés à y amener des amis. Ils profitent, lorsqu’ils y ont accès, d’Internet pour élargir le réseau amical ou garder des liens avec le pays ou la région d’origine, où vivent une majorité de leurs amis et parfois de leur famille. Ils présentent alors leurs rares sorties autonomes comme une respiration vis-à-vis de l’enfermement au domicile et d’un quartier qu’ils n’aiment pas. Ces sorties se font généralement dans les centres commerciaux à proximité, et plus rarement sur Paris en suivant un ami plus habitué à l’usage des transports. Peu en confiance, ils sont néanmoins fortement séduits par la brièveté des interactions urbaines. Celle-ci leur offre la possibilité de rire des autres citadins, voire d’en être la cible, sans que cela prête à conséquence, au contraire des tensions avec les jeunes de leur quartier. Les séjours qu’ils effectuent durant les vacances dans leur pays ou région d’origine sont également présentés comme une parenthèse enchantée. Ils désirent ainsi retourner y vivre une fois qu’ils auront terminé leurs études. Aucun d’entre eux n’envisage au contraire de déménager dans Paris, qu’ils ne fréquentent que très occasionnellement, ou dans les quartiers pavillonnaires situés à proximité, car ils ont peur d’y éprouver les mêmes difficultés relationnelles qu’actuellement.

CONCLUSION

34Décrire la diversité des modes d’habiter des adolescents de ZUS aura, nous l’espérons, permis d’infirmer les visions caricaturales véhiculées à propos de jeunes qui ne bougeraient pas ou mal. Ce jugement de valeur porte généralement sur des pratiques de mobilité en groupe, dans une posture ségrégative et agressive, et vers des lieux comme les centres commerciaux qui contribueraient à leur enfermement :

« Le rapport aux espaces extérieurs semble largement dominé par leur fonction commerciale, les jeunes ne fréquentant que rarement des quartiers qui ne comportent pas une concentration importante de magasins de vêtements et de disques tournés vers leur classe d’âge […] L’occasion de fréquenter la ville plus librement ne semble pas saisie […] ils recherchent particulièrement en ville des territoires dévolus à l’expression d’une identité juvénile marquée socialement et qu’eux-mêmes savent dominée. » (Deville, 2007.)

35Or, comme le suggère ce chapitre, ce triple reproche ne tient pas : d’une part, la mobilité avec des pairs ressort surtout d’un effet âge ou peut masquer des inhibitions beaucoup plus liées à un rapport difficile avec les institutions scolaires et professionnelles qu’avec la mobilité (c’est souvent le fait de se déplacer à deux pour trouver un stage qui est critiqué par les adultes les encadrant) ; d’autre part, la posture ségrégative ne concerne qu’une partie des adolescents de ces quartiers et se construit surtout dans les interactions avec les autres citadins ; enfin, la mobilité vers les centres commerciaux, qui ne concerne pas que et pas tous les adolescents de ZUS, permet un accès à l’anonymat et à la mixité que les jeunes n’ont pas forcément sur leur lieu de résidence.

36Plus largement, nous espérons, grâce au croisement des méthodes, avoir apporté des éléments de réponse aux trois questions introductives. L’articulation entre l’ancrage résidentiel des adolescents de ZUS et leurs pratiques de mobilité quotidiennes fait ainsi apparaître différents modes d’habiter et donc différentes manières de vivre dans un quartier ségrégué. Les souhaits de mobilité résidentielle future sont également en adéquation avec ces différents modes : les adolescents qui désirent déménager à Paris n’habitent ainsi pas leur quartier de la même manière que ceux qui se projettent vers les pavillons situés à proximité ou vers leur pays d’origine.

37Ces divers modes d’habiter ne sont pas spécifiques aux ZUS, mais concernent également, dans des proportions différentes, les quartiers ouvriers et moyens situés à proximité. Ce chapitre ouvre donc des pistes de recherche – transposer l’analyse à d’autres catégories d’adolescents, à d’autres classes d’âge ou à d’autres territoires – tout en rappelant que les modes d’habiter restent fortement structurés par des variables sociales.

Notes

1 Les ZUS sont définies dans le cadre de la loi de novembre 1996 du Pacte de Relance pour la Ville par la présence de « grands ensembles ou de quartiers d’habitat dégradé et par un déséquilibre accentué entre l’habitat et l’emploi » ainsi que par une analyse conjointe des élus locaux et de l’État portant sur l’écart de leur situation sociale par rapport au reste de l’agglomération. Ces quartiers ne forment néanmoins pas un ensemble homogène, que ce soit en termes de taille, taux de chômage… (Andrieux, 2001).

2 Ces entretiens s’appuyaient sur une grille d’entretien dont les dix thématiques avaient émergé de l’enquête ethnographique : les pratiques de mobilité, l’apprentissage de la mobilité, les négociations avec la famille, le rapport au quartier de résidence, les représentations de l’espace, le réseau social, la cohabitation dans les TC et sur les lieux de mobilité, la pratique d’Internet, la projection dans le futur et une mise en perspective de l’environnement socio-économique. Ils ont ensuite fait l’objet d’une analyse thématique.

3 Ces matériaux sont actuellement complétés par la mise en place de projets similaires dans des collèges parisiens et le calcul d’indicateur d’éloignement aux axes lourds de transport que nous intègrerons dans le traitement de l’enquête EGT. Cela nous permettra ainsi de mieux saisir le rôle de l’éloignement au centre de l’agglomération et aux transports en commun sur les modes d’habiter.

4 Le pourcentage de paires correctement prédites par le modèle est de 72 % et l’effet de ces trois variables est significatif au seuil de 1 %.

5 Un autre mode d’habiter propre aux quartiers moyens et ouvriers émergeait également des entretiens avec un rejet du lieu de résidence, principalement dû à la proximité d’une ZUS, et une mobilité organisée autour de nombreuses activités encadrées par l’école, des associations ou la famille.

6 Cette dénomination peut paraître ambiguë car les autres adolescents présentés habitent également dans le quartier. Elle présente cependant l’avantage d’insister sur le rôle que jouent l’attachement et la présence dans le quartier dans ce mode d’habiter spécifique. Elle se rapproche ainsi de la dénomination employée par Nicolas Renahy (2005) pour désigner les jeunes ruraux fils d’ouvriers qui ont un fort ancrage local («  les gars du coin ») ou par William Foot Whyte (1996) à propos des jeunes très présents dans l’espace public du quartier qu’il étudie (les «corner boys »).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par