Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Mobilités et modes de vie

 | 
Philippe Gerber
, 
Samuel Carpentier

Première partie. Modes de vie et construction de l'habiter

Mobilités résidentielles, parcours professionnels et déplacements quotidiens : spatialités emboîtées et construction de l’habiter

Denis Martouzet

Texte intégral

1La mobilité géographique a fait l’objet de nombreux questionnements et on peut raisonnablement estimer que les méthodes mises en œuvre dans la recherche des réponses à ces questionnements ont été globalement efficaces sur de nombreux aspects, permettant d’avoir des données précises la concernant, que ce soit sur un plan quantitatif, sur le plan des moyens utilisés, des motifs invoqués, de la complexification des trajets opérés (du mode binaire aux trajectoires en zigzag). On a aussi accès à des informations sûres concernant la mobilité géographique, non seulement quotidienne, mais aussi en termes de trajectoires individuelles ou familiales, intégrant la mobilité socioprofessionnelle : la mobilité géographique est alors condition ou conséquence de la mobilité sociale, comme atout dans une perspective de carrière et en même temps comme contrainte pour celle-ci.

2D’un autre côté, nous pouvons retenir deux expressions majeures de la phénoménologie. L’une tend vers la psychologie, dont Moles notamment (Moles, Rohmer, 1998) a largement contribué à développer l’assise théorique et méthodologique. Elle s’apparente à une « phénoménologie psychologique », dont l’objet est de tirer des expériences vécues, des phénomènes tels qu’ils se présentent à la conscience, un ensemble de règles qui marqueront les premiers jalons de la psychologie de l’espace. Les psychologues traitent du rapport entre l’homme, via son comportement, ses attitudes et représentations, et l’espace, envisageant la question du place attachment formalisé notamment par Altman, Low (1992), déjà présent chez Fried et Gleisher (1961), faisant le lien entre attachement et identité spatiale et identité groupale, posant ainsi les dimensions physique et sociale de l’attachement au lieu. Des travaux portent sur l’attachement au logement (Canter, 1977 ; Giuliani, 1991 ; Sixsmith, 1986), au quartier (Carp, Carp, 1982 ; Kasarda, Janowitz, 1974 ; Riger, Lavraskas, 1981 ; Sampson, 1988), à la ville (Cuba, Hummon, 1993 ; Stokols, Shumaker, Martinez, 1983). Au-delà des divergences méthodologiques (Giuliani, 2002 ; Lalli, 1992), l’attachement a été traité en lien avec le sentiment d’appartenance (Fried, Gleisher, 1961), l’attachement communautaire (Kasarda, Janowitz, 1974), le sentiment communautaire (Hunter, 1975 ; Sarason, 1974), la dépendance vis-à-vis du lieu (Stokols, Shumaker, 1982), l’identité d’habitation (Feldman, 1990 ; Korpela, 1989 ; Proshansky, 1978 ; Proshansky, Fabian, Kaminoff, 1983). L’autre, la « phénoménologie poétique », retranscrit par l’art du langage le pouvoir de signification de l’imaginaire dans ses variations autour des phénomènes. Les principaux représentants (Bachelard, 1957 ; Sansot, 1973, 1998) exploitent le principe phénoménologique de la variation et de l’éternel va-et-vient entre imaginaire et réalité. Une de nos clés d’entrée est la mise en tension du couple habitant/lieux.

3Sur un plan plus pratique, on dispose aussi d’informations sur les occupations menées pendant les temps de déplacements, comme dans SCALAB, programme de recherche dirigé par J. Lévy (PUCA, 2004) ou sur la construction d’une représentation individuelle ou partagée de certains lieux mobiles comme, par exemple, les rames de TGV utilisées par les grands navetteurs : la démarche anthropologique de Lanéelle (2004, 2005) à ce propos sur les usagers réguliers entre Le Mans et Paris est exemplaire. Dans ces cas, les liens acquièrent le statut, le rôle et la fonctionnalité de lieux.

4Bien que largement balayée, cette thématique de la mobilité géographique laisse des zones d’ombre. La puissance des modèles d’économie spatialisée des transports a sans doute contribué en partie à la mise à l’écart des aspects sensibles, émotifs, affectifs des déplacements pourtant ancrés dans le quotidien, (de Certeau, 1990, Goffman, 1973 ; Augé, non daté), dans le sensible (Grésillon, 2004, 2005), dont l’étude est l’axe majeur du programme tracé par Dardel (1952) en plus d’être soigneusement notés dans les carnets de voyage de géographes, d’ethnologues et d’anthropologues.

5Souvent les lieux prennent le pas sur les liens effectués entre les lieux. Nous proposons, sans revenir sur cette géographie passée et sans aller dans de lointaines contrées, de montrer que le rapport de l’individu aux déplacements (comme on parle de rapport à l’espace ou de rapport aux lieux) dépasse le cadre même des trajets effectués, c’est-à-dire les lieux joints et le lien entre ceux-ci. Se déplacer mobilise des savoirs relatifs à l’espace et aux lieux et des savoirs relatifs à soi-même, ainsi que des compétences qui lient ces deux types de connaissances, mais aussi des représentations et des sensations, des préférences et des routines, des souvenirs et des craintes, des attentes… Cependant, tous les déplacements ne mobilisent pas les mêmes éléments et, en contrepartie, ne construisent pas les mêmes représentations de l’espace. L’hypothèse est que, bien que participant à la construction de l’habiter des individus, ces déplacements, lorsqu’ils sont relatifs au travail et notamment quand il s’agit des déplacements domicile-travail, n’interviennent que peu dans cet habiter toujours en construction : la charge affective et émotionnelle s’exprime moins dans un cadre considéré, à tort ou à raison, comme contraint (celui des déplacements liés au travail), en tout cas plus contraint qu’en ce qui concerne d’autres déplacements.

ÉLÉMENTS DE CADRAGE DE LA RECHERCHE : « MAIS… QU’EST-CE QUE VOUS FAITES LÀ ? »1

Les liens de co-construction de la spatialité et de l’habiter : entre affectivité et utilité

6Hérité d’une tradition philosophique dont la figure majeure et centrale est Martin Heidegger (1960), trop souvent convoqué pour n’être finalement souvent qu’évoqué, l’habiter de l’être humain est devenue une question et un moyen d’appréhender le rapport à l’espace des individus et des sociétés au sein des sciences humaines et sociales à dimension spatiale et donc, au premier chef, la géographie, aux côtés de la sociologie urbaine et de la psychologie environnementale et, plus récemment, de l’urbanisme en tant que discipline orientée vers l’action considérée à la fois comme objet scientifique et comme moyen pratique en vue d’objectifs plus ou moins clairement prédéfinis (Boutinet, 2005).

7Ce passage, de la philosophie aux sciences spatiales, s’est accompagné d’une distorsion de la notion d’habiter, par la mise au second plan, voire par la disparition de la dimension éthique (sauf peut-être en ce qui concerne l’urbanisme) et de la dimension atemporelle de la conception heideggerienne de cette notion : la démarche géographique accentue l’approche descriptive et située. Cette distorsion est telle qu’on ne peut aujourd’hui que constater l’irréductibilité d’une conception à l’autre (Paquot, Lussault, Younès, 2007).

  • 2 Atelier No 37 de la Direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature [http://www.is (...)

8Dans le cadre de cet habiter sociogéographique, donc contextualisé et changeant, notre objectif et notre posture de recherche visent la connaissance des aspects d’ordre affectif du rapport à l’espace et aux lieux, aux différentes échelles envisageables. À celle du quartier, on peut citer « J’aime mon quartier, j’en prends soin ! » (campagne publicitaire sur les quartiers ouest de Montréal, mars 2004) ; « J’aime mon quartier et je le prouve ! » (campagne publicitaire lyonnaise, 2008) ; à l’échelle de la ville, « Aimons la ville » est le titre d’un ouvrage (Blanc, Lolive, Chouquer, Boullier, 2004) mais aussi le slogan actuel de la RATP. « Faire aimer la ville » est l’intitulé d’un atelier de la DGALN2, tenu à Anvers, les 25 et 26 juin 2009. À propos de territoires plus vastes, Balzac, par exemple, écrivait en 1836, dans Le lys dans la vallée : « Ne me demandez plus pourquoi j’aime la Touraine ! Je ne l’aime ni comme on aime son berceau, ni comme on aime une oasis dans le désert ; je l’aime comme un artiste aime l’art ; je l’aime moins que je ne vous aime, mais sans la Touraine, peut-être ne vivrais-je plus. »

9On assiste à une démultiplication des expressions de ce type, à tout propos et, parallèlement, à une instrumentalisation croissante de l’affectivité aux lieux, par les publicitaires et dans les discours politiques en vue de promouvoir telle idée ou d’inciter à certains types d’actions (consommation, vote). De ce fait, l’affectif peut devenir indice explicatif de comportements (Teinturier, Nicola, 2008). Ces slogans et autres formules contiennent soit une part d’évidence, comme dans le cas des campagnes publicitaires de Lyon et de Montréal citées précédemment, soit une structure d’injonction paradoxale : le verbe « aimer » ne se conjugue pas aisément à l’impératif, « Aimons la ville ! » ne peut pas être efficace.

10La question du rapport affectif à l’espace et aux lieux suppose donc au minimum une phase de clarification. Il est nécessaire de faire à la fois référence aux lieux et à la ville pour montrer, outre le recours à des échelles emboîtées et inter-reliées dans la réalité spatiale comme dans le discours (par métonymie et synecdoque), l’existence de niveaux d’abstraction différenciables, la ville apparaissant, dans les discours recueillis, plus abstraite, en lien avec l’urbain, l’urbanité, la civilité et la citadinité, le lieu étant lui, plus aisément descriptible physiquement, dans les représentations mentales que s’en font les individus et dans les ambiances ressenties (Augoyard, 2004 ; 2007). Ce rapport affectif se situe à la convergence de thématiques transversales : la question de l’habiter, déjà évoquée, pose celle des représentations individuelles et sociales de l’espace et des lieux. Ces représentations sont construites, via le sensible, par un individu qui se situe aussi toujours en même temps dans l’agir et dans le virtuel relatif au temps et à la relation à soi-même (souvenirs, attentes, craintes, fantasmes…), qui réfère aussi à ses propres préférences (sans que pour autant préférer induise aimer) et à son imaginaire. Dans chaque lieu, il y a une marge de liberté où chacun doit pouvoir trouver sa place. L’espace est chargé d’attributs exerçant des influences mais il est aussi vécu à travers la capacité individuelle d’agir sur un lieu tout en s’y adaptant (Barker, 1968). En cela, l’approche cognitiviste de Lynch (1960) sur la représentation de l’espace urbain, basée sur l’idée que l’individu crée sa représentation de la ville dans une stratégie adaptative et que celle-ci dépend directement de ses caractéristiques physiques, doit être dépassée. Elle l’a été, notamment par Ramadier et Moser (1998). Nous en proposons une autre approche.

11Ainsi avons-nous été amenés à construire et poser quelques définitions comme autant de jalons. Spatialité et habiter se complètent en s’opposant sur certains aspects et ainsi se codélimitent. La spatialité réelle est l’ensemble des lieux parcourus, mobiles ou immobiles, fréquentés, utilisés par un individu en un laps de temps déterminé (une journée particulière, une journée type, une année, une période scolaire, une vie entière…). Fréquentant ces lieux, l’individu démontre sa capacité (ses compétences) à user plus ou moins complètement et efficacement de cette série de lieux qui, ainsi, le qualifient puisqu’il en use d’une manière qui lui est propre (parmi les manières possibles dont il dispose dans son stock de compétences). Ce dispositif peut inclure le temps passé au lieu, les activités menées en ce lieu, les fréquentations, l’agencement spatialisé des lieux (construit par les déplacements), le temps pour aller d’un lieu à un autre, etc. Nous définissons la spatialité générale comme étant le dispositif constitué à partir de l’ensemble des lieux, fréquentés ou non, réels ou imaginaires, auxquels se réfère l’individu dans ses activités (actions et pensées) spatiales ou non spatiales.

12L’habiter d’un individu est ce qui fait qu’il est là et pas ailleurs ou voudrait ne pas y être et être ailleurs ou veut y être et pas ailleurs, etc. En léger décalage avec ce qu’annonce M. Stock (2004), l’habiter est, pour nous, de la spatialité argumentée, justifiée, comprise, expliquée, valuée, et qui procède par évocation, souvenir, comparaison, mélange d’informations de natures différentes et de valeurs très diverses : c’est la représentation que l’individu se fait de lui-même en situations spatiales réelles ou virtuelles (passées ou futures, présente à son esprit mais non concrètes, par souvenir, crainte, espoir et projection de soi). L’habiter construit, par les compétences mises à l’épreuve de situations systématiquement en partie inédites, l’individu autant que l’individu construit, par ses choix, son habiter du fait de l’inadéquation partielle, tant sur le plan pratique que sur le plan cognitif (Festinger, 1957), qu’il cherche à réduire, de ses compétences aux situations nécessairement inédites.

13Habiter et spatialité sont ici distingués, essentiellement pour des raisons de clarté du propos et de clarification de chacune des notions, alors que dans ce que ces notions ont, dans leur mise en œuvre, d’évolutif, de changeant, de contextualisé, cette distinction-délimitation n’est pas aussi radicale ni aussi claire. Tout d’abord, la spatialité participe à la construction de l’habiter d’une personne et l’on pourrait, de ce fait, inclure la spatialité dans l’habiter dès que l’on considère que toute action spatiale (déplacements, fréquentations, pratiques, usages, mais aussi évitements) n’est pas que déplacements, usages… mais aussi mémorisation, mobilisation, évaluations multiples (efficacité, plaisir, sensibilité, esthétique…) et a donc nécessairement et immédiatement un impact sur l’habiter. La spatialité réelle telle que définie précédemment n’est pas la seule à intervenir dans cette construction qui fait aussi appel à des lieux et à des espaces non encore fréquentés, des déplacements et des pratiques… non encore réalisés, qu’ils soient projetés, fantasmés, attendus, espérés, craints… Cette construction de l’habiter fait appel, de même, à des espaces et des lieux, à des pratiques et des usages dits, montrés, évoqués par d’autres, sous formes d’images, de récits, contenant du dit et du non-dit. Deuxièmement, en retour, l’habiter, toujours en construction, agit sur la spatialité dans la mesure où il induit des choix, mais aussi des modalités de prise de décision (habitudes, routines…) qui se concrétisent dans les déplacements, les usages, les pratiques et les localisations qui forment la spatialité. En troisième lieu, sur un plan méthodologique, la spatialité, quelle que soit l’échelle temporelle envisagée, ne peut que souffrir de deux défauts : le caractère relativement incomplet de l’information recueillie et l’imprécision qui amène à choisir une échelle, en l’occurrence celle du lieu défini comme l’entité spatiale qui rend inutile toute référence à une distance interne (Lévy, 1994 ; 2003) tout en permettant et cadrant le déploiement de l’action (Berque, 2003). Enfin, toujours sur un plan méthodologique, il faut considérer que la spatialité qui englobe, pour un individu donné, l’ensemble des lieux qu’il a parcouru et fréquenté, ne peut, comme matériau obtenu par un protocole, quel que soit celui-ci, être que la spatialité donnée, restituée et, par un système d’entretiens comme celui par lequel nous avons procédé, une spatialité dite.

  • 3 Qu’il soit clair que la partition implicite entre raison et émotion contenue ici n’a pas d’autre ob (...)

14Néanmoins, une hypothèse peut être formulée pour tenter de répondre à la question de la nature et du mode de réalisation de la co-construction de l’habiter et de la spatialité. De façon schématique, nécessairement réductrice, et dans un objectif de clarification, nous envisageons deux canaux différentiables allant de la spatialité vers l’habiter, c’est-à-dire montrant comment la spatialité, parmi d’autres, construit, en l’alimentant l’habiter. Nous nommons ces deux canaux « affects, émotions », d’une part, et « rationalité, utilité », d’autre part3.

  • 4 . Nous nous focaliserons ici sur les liens, c’est-à-dire les déplacements liés au travail et non su (...)

15Nous avons pu mettre à l’épreuve cette hypothèse en nous focalisant sur la thématique de la mobilité des individus et en ne prenant en compte que les déplacements liés, d’une façon ou d’une autre, au travail4. Notre hypothèse va plus loin que la possibilité de distinction de ces deux canaux, elle pose que la construction de l’habiter est plus fortement alimentée par la spatialité lorsque les éléments de justification apportés pour chaque lieu fréquenté et chaque lien parcouru fait appel à des éléments qui sont de l’ordre de l’affect et des émotions.

16Enfin, une hypothèse plus spécifique porte sur ce type de liens liés au travail : bien que très présents dans la spatialité, ceux-ci ne participent que très peu à la construction de l’habiter car ils ne portent pas ou peu de charge émotive, ni d’affect, en tout cas moins que d’autres déplacements, et, ce faisant, ne passent que par l’un des canaux (ou principalement par l’un des canaux), celui de la « rationalité, utilité ». Cette dernière hypothèse, qui demande de montrer que « quelque chose n’est pas », est, par sa nature négative, plus difficile à vérifier et suppose donc un protocole d’enquête qui réduit autant que possible la probabilité de passer à côté de ce qui pourrait invalider l’hypothèse. Ce sont ces aspects d’ordre méthodologique que nous précisons maintenant.

Aspects méthodologiques

17Pour démontrer la possibilité de différenciation de ces deux canaux, nous avons procédé par entretiens très approfondis (jusqu’à 3 heures), dont nous précisons les caractéristiques plus loin, auprès d’un échantillon restreint de personnes (13) qui, à eux tous, nous ont cité plus de 1 600 lieux et l’ensemble des déplacements reliant ces lieux pour chacune d’entre elle. Ces personnes habitent le centre-ville de Tours, un quartier récemment construit (2004) périphérique mais sur le territoire communal de Tours ou un troisième quartier de la première couronne. Autant d’hommes que de femmes, ces personnes ont entre 24 et 67 ans au moment de l’entretien. Globalement, elles s’inscrivent dans des catégories socioprofessionnelles (personnellement ou par héritage) relevant des classes moyennes et moyennes supérieures : aucune ne se sent exclue du quartier comme de la société, ni trop fortement contrainte dans ses choix de déplacements. Ces entretiens ont été sous-tendus par une posture d’insatisfaction systématique de l’enquêteur vis-à-vis des réponses apportées aux questions relatives aux justifications de la fréquentation d’un lieu, d’un choix de mode de déplacement, d’une pratique spatiale, etc. Chaque réponse a fait l’objet d’un « pourquoi ? » supplémentaire visant à atteindre la justification de la justification, par une forme de récursivité qu’il était matériellement impossible de pousser au-delà d’un certain seuil, ne permettant évidemment pas d’envisager une récursivité à l’infini. Du fait de cette impossibilité théorique et matérielle, certains moments de l’entretien ne se sont pas cantonnés dans le registre de la justification, dans ce qu’elle peut avoir de causaliste (« j’ai fait cela parce que… », dans le sens aussi de « suite à… ») ou de conséquentialiste (« j’ai fait cela pour… »), qui place nécessairement l’individu dans une continuité temporelle, mais ont été menés, grâce notamment aux modalités mises en œuvre lors de la phase de réactivation du discours, dans le registre de l’association d’idées, déstructurant l’écoulement linéaire du temps, positionnant au second plan les raisons évoquées classiquement qui tendent toujours à montrer à la fois la cohérence de l’individu ayant agi et la cohérence de son discours.

  • 5 Le fait que la rationalité soit une catégorie d’analyse de la recherche renforce la prééminence des (...)

18Élaboré dans cette optique, le protocole d’entretien a été soutenu par une méta question, jamais directement posée : « Mais, qu’est-ce que vous faites là ? », introduisant une feinte surprise répondant à la récursivité signalée précédemment pour pousser la personne dans ses retranchements, pour connaître la « cause de la cause » ou « la raison de la raison », dans le but de dépasser à la fois les discours convenus et les « raisons rationnelles »5. Le « mais » établit une rupture quant à l’évidence du questionnement et engage l’individu sur la voie d’un entretien exploratoire approfondi, dans le but de sonder son point de vue, ses sentiments, la signification profonde qu’il attribue à cette dimension spatiale. Le « faites » est formulé de façon à ce que l’on puisse y entendre non seulement « faire », mais aussi « être », « rester », « habiter »… Il contient la dimension existentielle par laquelle l’individu donne consistance à ses actions spatiales, soit par l’existence d’un but, soit comme manifestation d’un élan. Le « là » est laissé au libre choix de la personne : dans ce logement, dans cette ville, etc. La référence spatiale contenue dans l’adverbe de lieu est volontairement soumise à un arbitrage individuel : la personne choisit le ou les chapitres d’Espèces d’espaces qu’elle préfère ou se sent obligée de mobiliser. Ce « là » ouvre alors la discussion sur l’ensemble des considérations spatiales relatives aux échelles, aux connexions, aux lieux et aux liens qui forment les territoires et les réseaux de l’individu. Le « vous » pose d’emblée le locuteur comme référent : l’individu est aussi l’objet de la question sous-entendue « mais qui êtes-vous (là) » ? Le « je » devient, tout autant que le « là », le sujet du discours sur l’espace. Enfin, la formule interrogative « qu’est-ce que… » implique « pour quelle (s) raison (s) êtes-vous là ? Quel est l’intérêt pour vous d’être là aujourd’hui, dans vos activités et dans ce que propose votre espace ? » Mais aussi « qu’est-ce qui, dans le passé, vous a poussé (e) ou amené (e) à être là aujourd’hui ? », et « qu’est ce que vous prévoyez, projetez, envisagez, fantasmez pour l’avenir qui permet de comprendre pourquoi vous êtes là ? ». Le « qu’est-ce que » renvoie aux potentialités matérielles et symboliques de l’espace en question et leur adéquation avec les attentes et les besoins de l’individu, dans le champ de ses compétences spatiales.

19Parallèlement, ont été construits deux objets : la « situation » et la « tranche de vie », à partir des récits donnés à entendre. Les « tranches de vie » correspondent à des périodes vécues par l’individu dans un passé plus ou moins lointain et qui peuvent permettre de comprendre une partie de la réponse à « mais, qu’est-ce que vous faites là (aujourd’hui) ? ». Le lien entre passé, présent et futur, passe par des investigations en rapport avec les émotions et permet de mettre en avant, par des enquêtes de type sociologique et psychologique, des trajectoires dont certains éléments actuels découleraient « logiquement » d’éléments de vie antérieurs ou par anticipation. La « situation » est le contexte de la tranche de vie actuelle : quels sont les éléments extérieurs à la tranche de vie actuelle de l’individu qui expliquent sa position, par la contrainte qu’ils imposent et par les potentialités qu’ils offrent à l’individu ? Ces deux objets sont des constructions intellectuelles de différenciation et de tri des matériaux obtenus. Ceci ne doit pas occulter le fait que ces deux objets sont en interaction constante : la délimitation de l’une par rapport à l’autre n’est ni stable, ni « stabilisable », y compris pour l’individu lui-même qui porte ces (ses) situations et tranches de vie.

Figure 1 : La trajectoire d’un individu : entre tranche de vie et situation (spatiogramme)

Figure 1 : La trajectoire d’un individu : entre tranche de vie et situation (spatiogramme)

20Ceci a permis pour chaque individu de réaliser le schéma suivant présenté ici de façon simplifiée (fig. 1). Il montre que le fait d’être là aujourd’hui découle, en réponse à la méta question, à la fois de la situation actuelle de l’individu (il est là parce que la situation le lui permet et/ou l’y oblige) et de la trajectoire spatio-temporelle de l’individu qui montre soit des « recherches du passé », soit des « rejets du passé », soit encore des anticipations et projections de mises en place de conditions pour un but non encore atteint, d’évitement… D’une certaine façon, nous avons ici une représentation – ni la seule, ni la meilleure – de l’imbrication de deux champs disciplinaires : d’une part les sciences économiques et sociales lorsqu’elles visent l’explication d’un état de fait pour un individu, d’autre part le domaine de la psychologie qui vise la compréhension de l’intégrité et de la cohérence relatives de la personne en lien avec le contexte dans lequel il évolue mais aussi au-delà de ce que le contexte amène comme perturbation et confirmation. On voit bien alors l’évidence de la nécessité du croisement de ces deux champs, déjà présenté par ailleurs (Martouzet, 2010).

21Reste à capter l’information nécessaire à la validation ou l’invalidation de nos hypothèses et répondant aux contraintes et nécessités méthodologiques explicitées précédemment. Il a été procédé en quatre temps. Le premier temps est celui de l’entretien : un entretien long, très peu directif, avec pour consigne de départ de faire le récit de sa vie en précisant autant que possible les lieux fréquentés, pratiqués (et de quelle manière, pour quelle activité) ou seulement traversés, à l’échelle de la vie entière jusqu’au moment de l’entretien, ainsi que les modes de déplacement pour relier ces différents lieux, éventuellement les activités menées lors de ces déplacements. Ensuite, cet entretien est sous-tendu par la confection d’un tableau visant l’exhaustivité. Puis, à partir de ce tableau, est réalisé le spatiogramme complet et pour chaque tranche de vie de l’individu. Ce spatiogramme reprenant certains aspects techniques développés dans le programme de recherche SCALAB (PUCA, 2004), réalisé sur support informatique, est interactif (Bailleul, Feildel, 2008) : il est possible de choisir la ou les tranches de vie qui intéressent celui qui manipule cet outil, d’y apporter des modifications (ajouts de lieux, réévaluation du temps passé en un lieu, de la fréquence, précisions quant aux types d’activités menées en ce lieu…). Enfin, cette carte interactive est présentée à la personne dont il représente la spatialité : c’est la phase de réactivation des discours. Par une cause relevant des techniques psychanalytiques que nous avons décrite ailleurs (Martouzet et al., 2010), la personne se livre, non seulement en donnant des précisions relatives à son discours antérieur comme le ferait tout mode de réactivation, mais surtout en ne mobilisant ni tout l’arsenal de masques qui entraîne les biais classiques dans les entretiens, ni l’appareillage rationnel : par association libre, révélatrices des tensions existant au sein d’un individu, il s’adresse à lui-même, l’enquêteur disparaissant.

LA PLACE DES DEPLACEMENTS LIES AU TRAVAIL DANS L’HABITER DE L’INDIVIDU

Importance quantitative et diversité des déplacements liés au travail

22Les déplacements liés au travail peuvent ressortir du quotidien comme de l’exceptionnel. Le quotidien est bien évidemment composé de l’ensemble des trajets, faits au jour le jour, ayant pour origine ou pour destination le lieu d’exercice du travail, qu’il soit systématiquement le même (bureau, entreprise, commerce…) ou non (série de chantiers, par exemple). Le départ ou l’aboutissement de ce trajet est généralement le domicile, mais l’on constate de plus en plus une diversité des trajets, à l’aller ou au retour, passant éventuellement par d’autres lieux pour d’autres motifs (courses, club, école, crèche…), qui se situent spécifiquement sur le trajet ou demandant de faire un détour par rapport au trajet utilisé habituellement, le plus court, le moins coûteux (Allemand, Ascher, Lévy, 2004).

23On voit déjà que ces trajets dits quotidiens ne se laissent pas enfermer dans cette catégorie sans qu’on y inclue une grande diversité selon le type de travail, les habitudes ou l’absence d’habitude, dans des contextes individuels, sociaux et familiaux différents et changeants, contextes nécessairement prégnants, notamment par les contraintes horaires qu’ils imposent. Dans cette diversité, on peut aussi distinguer les déplacements qui sont le cœur même du travail (pour les chauffeurs de bus, de taxis, les camionneurs, les contrôleurs de la SNCF…) et ceux qui permettent d’aller sur le lieu du travail. De plus, au cours d’une vie, le rythme acquis peut être remis en cause, introduisant une diversité supplémentaire.

24Ceci réfère à un deuxième type de déplacements liés au travail : la modification du lieu d’exercice du travail par changement d’emploi, volontaire ou contraint, de la part de la personne ou par délocalisation de l’entreprise qui l’emploie. Ce type de situation remet en cause les habitudes de déplacements quotidiens précédemment acquises, par la modification du trajet et si cette modification s’avère trop coûteuse aux yeux de la personne ou de son entourage, cela peut entraîner un changement de domicile ou d’emploi. Parallèlement, ces déplacements domicile-travail peuvent être modifiés par un changement de logement sans que la cause relève de ce qui a été précédemment évoqué (mais pour des raisons liées à la modification du ménage et/ou de ses ressources). Dans ces deux cas, les modifications des trajets pourtant liés au travail sont d’abord associées et vécues comme un déménagement strictement relatif au logement, alors que le travail peut en être la cause directe ou indirecte.

25Enfin, un dernier type de déplacement lié au travail peut être qualifié, comme le précédent, d’exceptionnel, à l’occasion d’un séminaire d’entreprise dans une ville ou un pays lointains, lors d’un colloque…

26Ces différents déplacements liés au travail et leur diversité, les modifications dont ils peuvent faire l’objet et la variété des causes ont au moins une caractéristique commune : la contrainte. On ne modifie pas volontairement les trajets liés au travail, ils ne sont que la résultante de contraintes extérieures à la personne (localisation du lieu de travail, par exemple) ou extérieur au champ du travail (localisation du logement, contraintes d’horaires…). Choisir un travail en fonction des trajets qu’il nécessite et donc en fonction du lieu d’habitation n’est jamais évoqué, ce qui ne signifie pas que la distance ou l’aire géographique ne jouent pas dans le choix d’un emploi, surtout à une échelle géographique régionale ou nationale.

27Par ailleurs, ces trajets, parce que contraints, bien que souvent vécus comme une habitude plus que comme une contrainte (contrainte intégrée), s’opposent à la flânerie. La contrainte découle de l’existence d’horaires, de leur précision, de la fréquence, du caractère éventuellement répétitif, de la structure urbaine qui impose une forme à ces trajets…

28Il en ressort que, sur un strict plan quantitatif, les déplacements liés au travail sont extrêmement importants : un individu travaillant 40 ans, à raison de 45 semaines par an et de 5 jours par semaine fera 9 000 allers (et autant de retours) dans sa vie, soit, s’il met en moyenne une demi-heure pour chaque trajet, un an à temps plein (très exactement 375 jours, 24h/24). Notre approche ne se veut pas quantitative, mais clairement qualitative comme l’indique notre protocole d’enquête.

29Nous avons par la suite élargi le champ de la notion de déplacements liés au travail en y incluant ceux liés à l’école (au sens large, de la maternelle aux lieux d’enseignement supérieur) pour lesquels on retrouve d’ailleurs les mêmes catégories du quotidien, de l’exceptionnel et du changement permettant de décliner les déplacements liés au travail et qui restent utiles et applicables aux déplacements scolaires. Cet élargissement, réalisé dans le but de préciser la délimitation du champ de validité de nos hypothèses, nous a permis de trouver, d’une certaine manière, des contre-exemples.

Analyse des propos recueillis : une pauvreté qualitative des références aux déplacements liés au travail

30De l’ensemble des discours recueillis, l’un des résultats essentiels réside dans le décalage quasi systématique, à l’échelle de cet ensemble comme à celle de l’individu, entre l’importance quantitative de ce type de déplacements indiquant que le travail structure la vie de l’individu et sa spatialité, et l’absence sur le plan qualitatif de ce type de déplacements dans les discours. Cette relative absence est de plusieurs ordres. Tout d’abord, il n’y a pas de description spontanée des moments de déplacement et des trajets effectués. Ces déplacements ne sont pas justifiés par d’autres éléments que celui, généralement implicite, indiquant qu’il faut bien aller à ce lieu de travail et en revenir. Inversement, ces déplacements, bien que structurant des pratiques et des espaces de vie, ne justifient pas d’autres éléments, que ce soient des localisations, des pratiques, des usages… autres que sur un plan utilitaire, comme peut l’être, par exemple, un arrêt supplémentaire sur le chemin prévu ou à proximité de celui-ci.

31Autrement dit, ces déplacements apparaissent comme des parenthèses dans l’ensemble des activités d’un individu, activités qui sont pour la plupart l’occasion de descriptions sensibles, d’évocations de souvenirs, de rappels de relations d’ordre social, affectif, d’attentes, de rencontres plus ou moins prévues et attendues… La spatialité, dans ce qu’elle a de fortement structurée par ces déplacements, n’influe pas ou peu, l’habiter de l’individu.

32De fait, les déplacements domicile-travail, si on ne prend que cette catégorie, sont restitués uniquement en termes de proximité ou d’éloignement relativement au logement, et encore les évocations en sont-elles peu nombreuses. On constate que l’occurrence d’un tel mode de justification est plus fréquent en ce qui concerne les déplacements de ou vers l’institution scolaire ou universitaire. Par exemple, M. X nous dit que « pour aller à l’IUT on avait trouvé une bonne route, on mettait 10 minutes » ; plus loin que « et là, le critère de choix, parce qu’ils [2 logements] étaient globalement identiques, même si celui qui était dans le centre était un peu plus vieux, mais je le trouvais sympa, le critère de choix a été le temps de déplacement pour aller à l’école. Mais alors purement ça. Parce que celui que j’ai pris finalement était plus petit, plus neuf, typiquement exactement le même style que ce que l’on trouve sur le quartier des Deux-Lions, Vinci, Magellan, ou quand j’étais à Rennes… même surface. Mais je ne dirais pas que le critère de choix c’était cela, quand j’ai dit au vendeur je le prends, je me suis dit dans ma tête, je m’en rappelle encore, c’était vraiment parce que j’étais à deux kilomètres de mon école ». Une autre personne précise : « Non j’allais à la fac à pied. C’était à côté, 5 à 10 minutes à pied. Donc très bien. »

33On ne peut conclure que l’affect et la charge émotionnelle soient systématiquement absentes des choix proprement dits, mais la justification qui en est donnée n’en fait pas mention. N’est pas ressenti le besoin d’en parler. Par ailleurs, s’il y a, sans doute, dans ce calcul qui répond dans les grandes lignes au calcul économique de l’agent rationnel dans la théorie standard, une part de plaisir (c’est bien une théorie hédoniste), ces déplacements ne sont vus que comme un coût et/ou un effort. Dans l’ordre préétabli des préférences, le plaisir de se déplacer, donc de parcourir un espace, de pouvoir regarder, sentir, entendre, ou encore toucher les éléments composant ce parcours, le plaisir de prendre/perdre du temps (qui n’est pas vraiment perdu) est évalué comme étant inférieur à l’effort à fournir dans le cadre régi par l’ensemble des contraintes et des possibles. Ce plaisir n’entre pas dans le calcul préalable au choix du logement. L’espace est réduit, dans ce cas, à la distance qu’il induit entre deux points, et non à un contenu appréhensible par le sensible, un contenu évocateur de souvenirs…

34On a cependant un beau contre-exemple, celui d’une dame maintenant âgée de près de 70 ans. Elle explique que « le lycée des garçons était à 5 minutes, je longeais un parc et derrière ce parc se trouvait le lycée avec de grandes, grandes briques rouges, un bâtiment des années 1900 à peu près […]. Après, le lycée de jeunes filles était pareil, le même style. Ils ont élargi en créant deux grandes salles de classe supplémentaires. À partir de 1951 je suis allée à ce lycée-là. Le chemin durait 20 minutes. Je l’ai fait pendant huit ans et demi […]. Le chemin qui menait à l’école était agréable, c’était long, 20 ou 25 minutes ». Dans ce cas-là, on a un contenu descriptif du parcours lui-même qui semble le justifier au-delà du fait de permettre d’aller d’un lieu (domicile) à l’autre (école) et on notera le renversement par rapport au schéma classique : « [C’]était agréable, c’était long. »

Interprétation : affectivité et liberté

35Le constat est donc que comparativement parlant (même si nous n’avons pu présenter ici le détail concernant les déplacements qui ont d’autres motifs et motivations), les déplacements liés au travail, aussi importants soient-ils en termes quantitatifs et comme éléments structurant la spatialité, n’interviennent que peu – voire très peu – dans la construction de l’habiter. L’interprétation que nous faisons de cela repose sur la possibilité d’existence et de distinction de deux canaux allant de la spatialité à l’habiter, l’un porteur d’éléments relevant de l’affect et de l’émotion, l’autre d’éléments porteurs de rationalité et d’utilité, même si cette distinction reste formelle.

36Nous avons alors le schéma (fig. 2) suivant où l’on voit l’importance des déplacements liés au travail par rapport aux autres déplacements dans le cadre de la spatialité (on aurait pu faire, globalement, le même type d’analyse en ce qui concerne les lieux de travail plutôt que les déplacements liés au travail). De l’autre côté, le cadre représentant l’habiter peut être structuré autour d’une réduction des proportions relatives aux déplacements liés au travail par rapport aux autres déplacements, ainsi qu’une réduction des proportions relatives aux lieux du travail par rapport aux autres lieux.

  • 6 Cela ne signifie pas qu’en situation de contrainte, les affects ni les émotions ne puissent s’expri (...)

37Concernant le transfert de la spatialité vers l’habiter, distinguer ce qui est de l’ordre de l’utilité-rationalité de ce qui est de l’ordre de l’affect-émotion permet de rendre compte du contenu des discours. Ce qu’il importe de noter est le fait que malgré l’importance des déplacements liés au travail dans la spatialité, ces mêmes déplacements sont de moindre importance dans l’habiter parce que cela passe essentiellement par le vecteur « rationalité-utilité » et pas ou peu par le vecteur « affect-émotions ». Pour soutenir cela, il est possible de mobiliser la notion de routine, dont l’expérience tend à la fois à rendre moins saillants des éléments qui le seraient autrement et rendre ces éléments apparemment moins intéressants, du point de vue de l’interviewé. Cependant, nous faisons appel à deux notions fortes de natures différentes mais qui sont néanmoins liées : la notion de liberté (ou d’impression de liberté) et la situation de « première fois ». Nous avons montré ailleurs (Martouzet, 2007a, 2009) que l’impact émotionnel d’un événement sur la personnalité affective de l’individu est d’autant plus fort que cet événement s’effectue dans un cadre (lieu, activité, temporalité) non contraint6. Plus encore, nous avons pu noter que les justifications apportées, au mépris de toute cohérence et de toute rationalité, révèlent une posture de préférence pour la désignation d’une situation comme étant libre plutôt que contrainte. En effet, cette seconde possibilité réduit l’individu-aujourd’hui à la résultante des effets du contexte, alors que la première permet à l’individu-aujourd’hui de se dire acteur de ses choix.

Figure 2 : De la spatialité à l’habiter : les canaux « affects, émotions » et « utilité, rationalité »

Figure 2 : De la spatialité à l’habiter : les canaux « affects, émotions » et « utilité, rationalité »

38Or, les déplacements liés au travail (et le travail lui-même, les lieux, les activités qu’il implique) sont contraints, réellement ou considérés comme tels, en tout cas plus que d’autres déplacements aux motifs liés aux vacances, à la consommation et/ou effectués dans un cadre familial, amical et affectif jusqu’à inclure, par exemple, de conduire les enfants à l’école, ce qui explique en partie la présence accrue de cette institution comparativement au travail professionnel.

39D’autre part, l’évocation des déplacements contraints tels que définis précédemment et qui englobent tant ceux qui sont liés au travail que ceux qui sont liés à l’école, diminue à mesure que s’accroît l’âge de la personne au point que la très grande majorité de ces évocations relèvent de l’enfance et de l’adolescence. Cela est d’autant plus vrai que l’évocation est construite par une description analytique du trajet et autour d’évaluations affectives et de rappels d’états affectifs de ces trajets et des éléments matériels, sociaux ou symboliques qui y sont associés, pouvant se traduire par un ressenti, une ambiance…

40Cela peut s’expliquer par le fait que la construction affective de la représentation de l’espace et des lieux est accentuée lorsqu’il s’agit d’une découverte, d’une première fois : premières sorties, premiers trajets entre le domicile et l’école sans autorité parentale directe ou indirecte (représentée par le grand frère ou la grande sœur). Cette première fois s’accompagne d’une prise de conscience (sur le moment ou postérieurement) du gain d’autonomie de la personne dans son développement physique et psychique et dans ses relations à autrui par absence (de l’autorité) et présence de l’inconnu (potentiel), que cet inconnu soit l’autre, l’espace et la matérialité du lieu ou le sentiment de nouveauté. Là aussi cette impression de liberté joue un rôle fondamental dans l’affect et, de ce fait, la spatialité imprime de façon plus marquée l’habiter.

CONCLUSION

41Sur le plan conceptuel, l’habiter, largement développé dans les sciences humaines et sociales ainsi qu’en philosophie, est clairement défini quant à son champ de validité ontologique. Mais si ce qu’il est apparaît comme acquis, la ou les façons dont il se construit demeure un champ encore à explorer et les avancées sont irrémédiablement soumises à la qualité et à la rigueur des modes d’investigation et des méthodes appliquées, notamment quand cette construction est recherchée via le discours nécessairement plus ou moins bien recueilli.

42Le trajet est révélateur des lieux qu’il relie et notamment du lieu auquel il mène. En parallèle, le trajet révèle d’autres lieux (ceux qui sont effectivement traversés physiquement pendant le trajet, ceux qui sont mentalement mobilisés pour ce trajet et les compétences qu’il requiert). Que conclure alors d’un type de trajet évoqué et qui ne révèle pas de lieu, si ce n’est l’absence d’implication de la personne en ces lieux et en ce trajet et donc l’absence de ces lieux et de ce trajet dans ce qui construit la personne, ce qui, ici, via la spatialité, s’avère être l’habiter ?

43Les trajets liés au travail n’ont qu’une influence faible – voire pas d’influence du tout – dans cette construction de l’habiter. Briques importantes de la spatialité, ne serait-ce que par la répétitivité et la contrainte inhérente à ce type de déplacements, les trajets liés au travail s’avèrent ne pas être des briques constitutives de l’habiter. De là, la spatialité est ce qui se construit avec nos déplacements, l’habiter ce que l’on construit à partir de cette construction, en valorisant et minimisant certains aspects de la spatialité. Cette valorisation-minimisation peut être affective – ce dont nous avons traité ici – sans que, pour autant, elle ne puisse être que d’ordre affectif.

44Au-delà des résultats pratiques ainsi obtenus et ici restitués, apparaît la possibilité – la nécessité – d’une ré-interrogation du concept d’habiter. Hérité de la phénoménologie à partir des travaux de Husserl et Merleau-Ponty, du texte fondateur de Heidegger, Bâtir, habiter, penser, de leurs continuateurs, l’habiter, transposés dans les disciplines spatiales, de la géographie à la psychologie environnementale, a ainsi subi une première transformation radicale : le toujours-déjà-là, synonyme de permanence et d’imbrication des passé, présent et futur, devient un être-là contextualisé, construit, toujours en cours de construction, devient une permanence dans un monde mouvant, incertain. Parallèlement, la société, si ce n’est chaque individu, face au caractère changeant de l’évolution du monde et donc face au caractère incertain du devenir, se réfugie dans le patrimonialisé (Veschambre, 2008) que l’on peut définir comme la tentative volontaire et d’avance échouée de réintroduire le passé dans le présent, plus que de valoriser le passé dans le présent, provoquant une rupture entre passé et présent : on s’oblige à affirmer haut et fort que le passé est toujours présent, que la permanence reste vraie mais le fait même de l’affirmer, de devoir l’affirmer et de s’y sentir obligé révèle, par elle-même, le fait contraire. Le regard de la société sur elle-même, notamment dans sa dimension spatiale, change, même si les phénoménologues restent convoqués. Plus encore, l’incertitude à venir (liées aux catastrophes, aux guerres et à l’accélération de l’évolution des sociétés, notamment en ce qui concerne l’acte de bâtir) conduit à avoir un regard sur l’actuel comme étant déjà-détruit ou déjà-disparu (Abbas, 1997). La construction de l’habiter géographique des personnes ne peut, notamment en ce qui concerne sa part affective, faire abstraction de ce double changement, celui du passé à réintroduire dans le présent, celui du futur déjà advenu mais non par permanence, plutôt par disparition de l’actuel. Le regard sur la société change et cela ne manquera pas de rejaillir sur les articulations habiter/spatialité et utilité-rationalité/affect-émotion que nous avons abordées dans un contexte socio-historique déterminé.

Notes

1 Sur les plans institutionnel et financier, les informations récoltées par le biais d’entretiens ont pu l’être dans le cadre d’une réponse à l’appel à propositions de recherche dit « blanc » provenant de l’Agence Nationale de la Recherche en 2005. La réponse à cet appel a été faite conjointement par l’UMR 6173 CITERES (CItés, TERritoires, Environnement et Sociétés) de l’université de Tours, la MSH de Tours, l’EA 997 CERAMAC (Centre d’Études et de Recherches Appliquées au MAssif Central, à la moyenne montagne et aux espaces fragiles) de Clermont-Ferrand et le LAUA (Langages, Actions Urbaines, Altérités) dépendant de l’École nationale supérieure d’architecture de Nantes. Ce projet de recherche intitulé « Espaces habités, espaces anticipés » a été mis en œuvre de janvier 2006 à mars 2008. L’une des avancées, tant sur le plan théorique que pratique et méthodologique, est la compréhension de l’habiter des individus, à partir de personnes résidant dans l’agglomération de Tours.

2 Atelier No 37 de la Direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature [http://www.isted.com/agenda/Atelier_Projet_Urbain%20_ANVERS_Annonce.pdf].

3 Qu’il soit clair que la partition implicite entre raison et émotion contenue ici n’a pas d’autre objectif que la clarification, par simplification, de ces deux objets. Il a été largement montré que ce ne sont pas deux catégories qui formeraient un système d’opposition. Au contraire, au delà des simples questions de champ de validité sémantique, des prises de positions philosophiques et des travaux récents en neurosciences (Damasio, 1995, 1999, 2003) ont montré l’interpénétration relative de ces deux modalités. On peut aussi se référer aux travaux de Laflamme (1995) et de Bouchard (2006) et au concept d’émorationalité.

4 . Nous nous focaliserons ici sur les liens, c’est-à-dire les déplacements liés au travail et non sur les lieux du travail eux-mêmes.

5 Le fait que la rationalité soit une catégorie d’analyse de la recherche renforce la prééminence des « raisons rationnelles » énoncées dans les discours analysés. L’exposé des aspects méthodologiques vise justement à montrer l’intérêt et la difficulté à dépasser ces « raisons rationnelles ».

6 Cela ne signifie pas qu’en situation de contrainte, les affects ni les émotions ne puissent s’exprimer.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La trajectoire d’un individu : entre tranche de vie et situation (spatiogramme)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34479/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 2 : De la spatialité à l’habiter : les canaux « affects, émotions » et « utilité, rationalité »
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34479/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 187k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Liseuse ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Accès exclusif

Offert par