Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Espaces de vie, espaces enjeux

 | 
Yves Bonny
, 
Sylvie Ollitrault
, 
Régis Keerle
, 
et al.

Quatrième partie. Approche dialectique des différents types de mobilisations

Chapitre 21. Mobilisations dans les espaces urbains centraux : le cas des pratiques festives à Rennes

Yves Bonny

Texto completo

1La restitution d’une recherche empirique de nature monographique est inscrite dans une tension structurelle : si d’un côté elle fournit au lecteur une multiplicité d’éléments concrets lui permettant de se représenter une configuration sociale et spatiale spécifique, elle court en même temps le risque d’engendrer son désintérêt dès l’instant où le cas étudié ne lui parle guère, ainsi qu’un quiproquo quant à l’objet d’étude effectif qui est visé par le chercheur. Il convient donc en commençant d’essayer de clarifier la nature de celui-ci, qui se situe en l’occurrence à plusieurs niveaux.

  • 1 Ce chapitre s’appuie sur la recherche intitulée « Les pratiques festives nocturnes dans les espace (...)

2L’objet d’étude premier de ce texte ne concerne pas les pratiques festives, ni la manière dont elles se manifestent dans le cas spécifique de Rennes, mais les mobilisations spatialisées d’acteurs, qui ont été au centre du programme de recherche MAGIE («  Mobilisations d’acteurs et gestion intégrée des espaces1 »). Nous avons présenté dans l’introduction de ce livre la problématique qui a structuré ce programme, traversée par deux questionnements centraux, l’un concernant les imbrications des formes de mobilisation, l’autre la dialectique structuration/action. Nous nous limiterons donc ici à un bref rappel. Un premier enjeu central de ce programme, de nature à la fois théorique et méthodologique, consistait à élaborer un cadre d’analyse et une démarche permettant d’appréhender de façon unifiée à la fois l’investissement ordinaire d’espaces de vie par un certain nombre d’acteurs et les formes de mobilisation plus structurées qui les constituent en enjeux publics et politiques. Nous sommes en effet convaincu de la pertinence de dépasser certains cloisonnements intra-disciplinaires, notamment entre ethnographie de la vie quotidienne, analyse des politiques publiques et sociologie des mobilisations, et de situer dans un même cadre d’analyse différents types de mobilisation, depuis l’investissement ordinaire de l’espace jusqu’aux modalités les plus formalisées de l’action publique, en passant par les mobilisations politiques ordinaires. L’objectif est de tenir ensemble plusieurs « régimes d’engagement » (Thévenot, 2006) des acteurs, et en particulier de ne pas dissocier ce qui relève de l’investissement ordinaire de l’espace de ce qui renvoie à des formes de mobilisation plus organisées et politisées, qu’elles s’élaborent « par en bas » ou « par en haut ».

3La deuxième orientation théorique et méthodologique que nous avons suivie concerne la manière de rendre compte de ces différents types de mobilisation. À l’encontre d’une tendance aujourd’hui puissante promouvant une approche dite pragmatiste, centrée sur les jeux d’acteurs en situation, nous considérons qu’il est essentiel d’inscrire la dynamique des actions et interactions en situation dans le cadre d’une articulation dialectique entre structuration et action, que l’on peut schématiser comme le propose M. Archer (1998) en découpant dans la continuité temporelle trois moments de l’analyse (cf. figure 1 de l’introduction générale). Ce schéma nous permet de distinguer sur un plan analytique aussi bien que temporel ce qui renvoie à des transformations structurelles de plus ou moins longue durée précédant la période observée de ce qui relève de la dynamique des actions et interactions sur cette période, laquelle contribue simultanément à reproduire les caractéristiques structurelles héritées et à engendrer du nouveau (élaboration structurelle).

4C’est de façon tout à fait contingente que nous avons choisi de mettre en œuvre ce cadre d’analyse et cette démarche à propos des pratiques dites festives. Il se trouve en effet qu’au moment où nous engagions ce programme de recherche survenait à Rennes un épisode de conflit aigu marqué par des affrontements réguliers entre jeunes et policiers le jeudi soir après la fermeture des bars ainsi qu’en décembre 2004 et 2005 à l’occasion d’une rave interdite en marge du festival des Transmusicales. Les mobilisations associées à ces incidents ont fait intervenir de très nombreux acteurs : associations de résidants ou de commerçants, préfecture, ville de Rennes, médias locaux et nationaux, collectif prônant une gestion publique de la fête, etc. Par-delà l’intérêt spécifique que nous pouvions porter à cet épisode conflictuel en tant que résidant de cette ville, il constituait pour nous un lieu de mise à l’épreuve privilégié, du fait de la multiplicité des acteurs impliqués et de la proximité du terrain d’enquête, du cadre d’analyse et de la problématique que nous étions en train d’élaborer à propos des mobilisations relatives à l’espace.

  • 2 « Une période critique peut être définie comme une période qui, jalonnée généralement par les diff (...)

5Par-delà le cas singulier étudié, et compte tenu de notre objet d’étude central, nous avons visé à inscrire l’analyse des pratiques festives et l’épisode de conflit aigu étudié à Rennes à la fois dans une temporalité plus longue et dans une perspective comparative, même si celle-ci ne s’est pas traduite par un travail simultané sur une pluralité de terrains d’enquête. Dans cette perspective, nous avons cherché à resituer l’épisode conflictuel sur l’arrière-plan de ce que nous avons appelé à la suite de N. Dodier (2003) une « période critique2 ». Nous avons parallèlement pris en compte des pratiques et des tensions relatives aux pratiques festives pouvant toucher d’autres villes, qu’elles soient françaises ou étrangères, afin d’approfondir la question de la spécificité ou non du cas rennais, du cas breton, du cas français, selon l’échelle retenue.

6Plus largement, nous avons considéré les pratiques festives nocturnes et la dynamique conflictuelle associée comme un cas particulier de pratiques et conflits d’appropriation et d’usage dans les espaces urbains centraux, et nous avons développé la problématique générale suivante : les espaces urbains centraux constituent simultanément des espaces de vie et des espaces-enjeux majeurs – étant donné le caractère attractif et la portée symbolique du « centre » – où se confrontent une pluralité de représentations et de logiques d’action, débouchant sur des tensions, des conflits, des mises sur agenda médiatique ou politique ; ceux-ci sont ainsi un révélateur et un analyseur des différenciations internes qui traversent et travaillent une collectivité ainsi que des orientations dominantes impulsées par les pouvoirs en place.

7Cet objet d’étude et cette problématisation larges permettent d’établir des comparaisons avec d’autres recherches, qu’elles impliquent des pratiques culturelles et sportives, comme le graffiti (Pradel, 2005b), le skateboard (Dumont, 2005), la techno (Racine, 2005), ou des catégories d’acteurs, telles que les SDF (Gardella & Le Méner, 2005), les jeunes de la rue (Parazelli, 2002) ou les prostituées (Sanselme, 2003).

8Cette présentation d’ensemble nous paraissait indispensable pour pouvoir saisir l’intention qui anime ce texte, ainsi que son plan de construction. Reprenant les trois moments de l’analyse suggérés par M. Archer, en prenant en compte pour chacun d’entre eux les différents types de mobilisation, nous cherchons d’abord à schématiser un ensemble de dynamiques de transformation concernant la morphologie de l’espace urbain, la composition démographique de la ville et du quartier étudié, les régulations qui encadrent les pratiques, les imaginaires sociaux et les modèles culturels dans lesquels baignent les acteurs. C’est sur la base de cette schématisation que nous viserons ensuite à saisir les logiques d’usage des acteurs sur le périmètre étudié, leurs modes d’investissement de l’espace et éventuellement de mobilisation plus structurée sous forme d’action collective, leurs répertoires de justification et d’action. L’enjeu est de réussir à articuler ensemble, de façon non mécaniste et non réductrice, d’un côté un ensemble de caractéristiques structurelles qui configurent les espaces, positionnent les acteurs et régulent leurs pratiques, de l’autre l’autonomie des acteurs, la créativité de l’agir (Joas, 1999), la dynamique des interactions et la portée structurelle des actions, des événements, des décisions et des reconfigurations sociospatiales locales.

9Nous postulons donc qu’un certain nombre de dynamiques de plus ou moins longue durée permettent de rendre compte d’une transformation significative de la configuration des espaces urbains centraux ainsi que des caractéristiques des acteurs qui les investissent, des pratiques qui les prennent pour objet (qu’il s’agisse de formes d’occupation, d’usage ou d’appropriation ordinaires qui s’y déroulent au quotidien ou de pratiques d’aménagement, de régulation, d’intervention) et des représentations qui les accompagnent. Cette toile de fond est indispensable pour pouvoir interpréter les logiques d’action des acteurs et leurs imaginaires sociospatiaux. Pour autant, la dynamique des actions et interactions en situation ne se laisse aucunement déduire de cette configuration et doit être étudiée pour elle-même, tant dans la contingence de son déroulement que dans ses produits sociaux (tels que des problématisations et des dispositifs publics, des reconfigurations de l’espace urbain, des transformations durables des représentations et des pratiques).

MISE EN FORME STRUCTURELLE

10Le périmètre de l’épisode conflictuel qui a démarré à l’automne 2004 constitue l’espace de vie et l’espace-enjeu de référence de notre recherche, dans la mesure où par-delà cet épisode il est également pertinent pour la période critique dans son ensemble. Nous l’appellerons l’hypercentre de Rennes, notion qui se justifie compte tenu non seulement de la densité de fréquentation de cet espace, mais aussi de son importance symbolique ; la carte 1 en présente les principales caractéristiques pertinentes pour la recherche.

11La configuration structurelle des pratiques sociales relatives au périmètre étudié fait intervenir des transformations significatives sur plusieurs dimensions, relevant d’échelles spatio-temporelles variées. Nous nous limiterons ici à quelques lignes de force, centrées sur les logiques d’aménagement et d’équipement du périmètre, sur sa composition sociale et sur les déterminants culturels et économiques des pratiques. L’objectif est de tisser ensemble tant ce qui relève de la mise en forme urbanistique du périmètre que des éléments relatifs aux caractéristiques, conditions sociales d’existence, formes de socialisation, de sociabilité et d’expérience des différents acteurs qui s’y côtoient ou aux modes de régulation des pratiques qui s’y déroulent.

Carte 1 : L’hypercentre rennais : principales caractéristiques pertinentes pour la recherche

Carte 1 : L’hypercentre rennais : principales caractéristiques pertinentes pour la recherche

L’aménagement du périmètre

12L’aménagement implique toujours une certaine représentation de l’espace ainsi qu’une anticipation des usages sociaux jugés souhaitables ou désirables. La conception aujourd’hui dominante des espaces urbains centraux dans les milieux de l’aménagement et de l’urbanisme comme au niveau des autorités locales peut être résumée à travers quelques orientations centrales. L’on peut tout d’abord caractériser celle-ci comme une appréhension de type fonctionnaliste de l’aménagement spatial, structurée autour de grandes fonctions urbaines, telles que la circulation ou le commerce. Soulignons en particulier l’ensemble des pratiques de dévolution du domaine public à des fins commerciales, sur un mode largement naturalisé, car bénéficiant d’une forte légitimité collective :

« Que l’activité commerciale soit le principal occupant du domaine public, quoi de plus naturel ? Ne représente-t-elle pas une fonction par excellence collective ? Chargée d’offrir à la consommation services et marchandises, elle est, de toutes les fonctions urbaines, sans doute celle qui est le plus volontiers parée des vertus qui donnent à la cité moderne son urbanité. La densité des chalands, la variété, la qualité ou le luxe des marchandises, l’aspect des boutiques, l’étendue des terrasses, la décoration et l’achalandage des vitrines, sont pour l’habitant ou le voyageur de passage, autant de signes de la réussite d’une ville, de l’épanouissement du modèle citadin. » (Tanguy, 1992.)

13Une deuxième orientation significative renvoie à un enjeu de convivialité et d’attractivité : les espaces urbains centraux constituent un lieu majeur de convergence et de regroupement ainsi qu’une vitrine de la ville et doivent dans cette perspective favoriser les formes de mobilité douces (plateaux piétonniers, pistes cyclables) ou collectives (transports en commun), mettre en relief leur dimension esthétique (harmonie des façades, patrimonialisation), proposer différents types d’animation.

14Au croisement de ces deux orientations, une dynamique de plus en plus importante du point de vue de la culture et de l’économie des villes concerne le développement des loisirs nocturnes, dans un contexte marqué par la désynchronisation croissante des temps sociaux et la montée en puissance du temps de la nuit (Gwiazdzinski, 2005). Favoriser le développement des loisirs nocturnes tout en les canalisant vers des lieux et des formes jugés légitimes constitue un défi majeur pour les acteurs locaux. Si la nuit est un enjeu économique de plus en plus important, tant pour certains commerçants que pour les pouvoirs publics, elle devient en effet parallèlement un temps potentiel de désordres de différentes natures. La régulation des pratiques relatives aux loisirs nocturnes est ainsi traversée par une tension forte, entre valorisation d’une culture hédoniste et séduction marchande d’un côté et répression plus ou moins marquée des conduites jugées illégitimes et indésirables de l’autre (Measham & Brain, 2005). D’où une combinaison toujours fragile de mesures visant à accroître l’attractivité de certains lieux et de mesures préventives et répressives dirigées vers certaines catégories de population ou certains modes d’occupation et de conduite.

15S’inscrivant dans ces orientations générales, le projet urbain rennais relatif à l’hypercentre a été structuré par un certain nombre d’axes stratégiques : lutte contre le tout voiture à travers le développement d’un plateau piétonnier et des transports collectifs, développement de la mixité sociale, aménagement commercial visant simultanément le maintien d’une activité forte et la diversité de l’offre commerciale, mise en valeur du patrimoine historique. Se mêlent ainsi des enjeux de cadre de vie, de mixité sociale, d’attractivité commerciale et touristique, de structuration des mobilités (plan de déplacement urbain), de sécurité.

16En particulier, la municipalité rennaise s’est engagée dans un programme de piétonnisation du centre-ville depuis la fin des années 1970. Le développement du plateau piétonnier influence fortement les choix d’implantation des commerçants, de même que les pratiques qui se déroulent sur le périmètre. L’aménagement piétonnier du centre-ville a engendré comme effets émergents non anticipés le déplacement dans les pratiques comme dans l’imaginaire social de la localisation de la « rue de la Soif » – au sens de la rue principale de sortie nocturne dans les bars – depuis la rue de Saint-Malo vers la rue Saint-Michel, une concentration de débits de boisson et de kebabs sur un périmètre restreint, de même que la possibilité de stationner durablement sur les espaces extérieurs, que ce soit après l’heure de fermeture ou tout au long de la soirée, ce qui n’était pas concevable à une autre époque, où les devantures de bars donnaient directement sur des voies de circulation automobile.

17L’une des particularités de l’hypercentre de Rennes est d’être structuré de façon duale depuis le grand incendie de 1720, avec d’un côté une zone reconstruite de facture classique, avec plan à damier, façades d’immeubles en pierre, rues larges, grandes places, dédiée au commerce de jour, et de l’autre une zone ayant conservé pour partie ses origines moyenâgeuses, avec de petites rues, des façades à pans de bois, où se sont implantées une grande partie des activités économiques nocturnes. Ainsi, le centre est coupé en deux zones bien distinctes, qui ne sont pas fréquentées par les mêmes personnes ni aux mêmes heures, et la zone dévolue aux loisirs nocturnes est extrêmement réduite, ce que renforce encore la concentration des bars.

  • 3 Technologie du Véhicule automatique léger.

18La piétonnisation du centre historique s’est accompagnée d’un plan de déplacement urbain, dont l’une des mesures phares a été la décision de construire un métro, le VAL3. La mise en service du métro modifie en profondeur les distances-temps pour un ensemble d’acteurs. Elle rend par là le centre historique beaucoup plus facilement accessible depuis des distances relativement éloignées, transformant ainsi potentiellement l’expérience de la ville. Il convient bien sûr de se garder de tout déterminisme technologique : de nombreuses barrières autres que techniques peuvent rendre compte de la répartition et des mobilités des populations sur un territoire donné, comme le coût des transports, le caractère plus ou moins libre d’accès des lieux, leur relative sécurité ou insécurité objective ou ressentie, les prégnances attractives ou répulsives qu’ils suscitent chez les acteurs (Parazelli, 2002), etc. Il n’en demeure pas moins que les infrastructures de transport public permettant le déplacement rapide et à coût modéré de populations nombreuses modifient la composition sociale des espaces et des lieux ainsi que les logiques d’usage qui les investissent et transforment de ce fait l’expérience sociale des différents acteurs qui s’y côtoient. L’on ne peut par ailleurs isoler les infrastructures locales de transport de celles qui se situent à une échelle plus large, comme les bus ou les trains interurbains, qui contribuent tous ensemble à engendrer une expérience de rétrécissement de l’espace et à ouvrir le champ des perspectives et des aspirations. À cet égard, les métropoles régionales et plus spécifiquement leurs centres-villes constituent des périmètres dotés d’une forte attractivité pour une variété d’acteurs, ce qui génère un brassage de populations en général plus diversifiées que par le passé.

La composition sociodémographique du périmètre

  • 4 Sources : AUDIAR (Agence d’urbanisme et de développement intercommunal de l’agglomération rennaise (...)
  • 5 Il convient d’ajouter que dans la mesure où la plupart des logements se situent dans le quartier h (...)

19Si la politique d’aménagement du quartier influe fortement sur sa composition sociale, tant côté résidants que côté usagers, elle s’inscrit cependant dans les dynamiques plus larges qui président aux modes de peuplement de la ville. De ce point de vue, Rennes est une ville universitaire, faiblement industrialisée, centrée sur les technologies de pointe, la recherche et l’innovation. Sa population est en conséquence constituée pour une part importante d’étudiants, de techniciens, d’ingénieurs et de cadres, de fonctionnaires. S’agissant de la population qui réside dans le périmètre4, l’on peut d’abord noter une baisse régulière de la taille moyenne des ménages (1,60 personnes par résidence principale pour le centre historique, l’un des taux les plus faibles de la commune) et donc de la part des familles par rapport aux couples sans enfants ou aux personnes vivant seules. L’on peut ensuite mettre en évidence une polarisation importante entre des populations aisées de propriétaires, occupants ou non, et des locataires majoritairement jeunes et aux ressources modestes, étudiants ou non (en 1999, on compte 45,5 % de moins de 30 ans dans le quartier administratif Centre, dont une immense majorité âgée de 20 à 29 ans), avec des conditions d’existence, des modes de vie, des aspirations et des intérêts fortement contrastés5.

20Pour analyser les pratiques qui se déroulent sur un périmètre donné, il est essentiel de ne pas se focaliser uniquement sur ceux qui l’habitent, mais de prendre en compte l’ensemble de ceux qui le fréquentent et le pratiquent sur un mode suffisamment significatif pour structurer les interdépendances et les interactions. Il convient à cet égard de souligner l’importance particulière de la population étudiante, que ce soit comme résidants ou comme usagers, compte tenu à la fois de son poids relatif dans l’ensemble de la population et de sa centralité au niveau des rythmes urbains en général et des pratiques nocturnes en centre-ville en particulier (Guy, 2006). L’importante proportion d’étudiants résidant à Rennes, et notamment d’étudiants originaires de communes extérieures à la ville, se traduit par un partage de la semaine en deux temps : le temps des études et celui du retour dans la commune d’origine. En conséquence, le jeudi soir constitue pour beaucoup d’étudiants le dernier soir passé dans la ville universitaire, et il est devenu au fil du temps le point d’orgue de la semaine, le moment de soirée étudiante et de sortie privilégié. À cet égard, le phénomène des pratiques festives du jeudi soir s’inscrit dans une temporalité longue. Comme l’écrivait déjà C. Guy en 1994 : « La vie récréative […] des étudiants […] [met] en évidence combien Rennes est effectivement une ville universitaire. […] Le jeudi soir, le centre nord de Rennes prend régulièrement l’allure d’un monôme bruyant destiné à illustrer par une symbolique forte la convivialité étudiante » (Guy, 1994, p. 28). Mais si la population étudiante représente ainsi une catégorie centrale d’acteurs investissant l’hypercentre, le dynamisme de l’agglomération rennaise y attire également de nombreux autres publics, avec son lot de pratiques illégales ou marginales, publics qui se croisent, se frottent, s’évitent, et développent tout un ensemble de typifications croisées associées à des imaginaires et à des jugements de valeur sur la base d’un codage élémentaire entre « Nous » et « Eux ».

Les déterminants culturels et économiques des pratiques

21L’analyse de la mise en forme structurelle des rapports sociaux relatifs aux espaces urbains centraux implique d’examiner, parallèlement aux formes que prennent l’aménagement urbain et la composition sociale du périmètre étudié, les déterminants sociaux, économiques et culturels qui mettent en forme la subjectivité et les orientations d’action des acteurs. Ceci concerne potentiellement l’ensemble des processus de transformation relatifs aux conditions matérielles d’existence, aux modes de vie, aux modèles culturels, aux rapports intergénérationnels, etc. S’il est à l’évidence impensable d’examiner tous ces processus, il est en revanche pertinent d’essayer de mettre en relief ceux qui permettent de rendre compte de transformations structurelles significatives dans les modes d’occupation, d’appropriation et d’usage de l’espace-enjeu, et par là d’éclairer les logiques d’action et les dynamiques interactionnelles qui nous intéressent tout au long de la période critique. Parmi ces processus, ceux qui concernent les pratiques dites festives sont particulièrement importants, compte tenu de la place de ces pratiques dans la problématisation marquant l’épisode de conflit aigu de 2004 et des interprétations qui en sont données.

  • 6 Né en Espagne vers la fin des années 1990, le botellón désigne « une réunion de jeunes, majoritair (...)
  • 7 Nous pouvons voir dans la transformation du rapport aux espaces publics urbains que marquent des p (...)

22Les pratiques festives juvéniles contemporaines paraissent en particulier marquées pour une partie des jeunes par deux phénomènes récents qui ont été observés et étudiés plus particulièrement au Royaume-Uni et en Espagne respectivement et qui se conjuguent à Rennes : le binge drinking et le botellón. Le premier témoigne de transformations significatives dans le rapport à l’alcool, avec la montée en puissance de pratiques de consommation importante dans un court laps de temps, s’inscrivant dans une logique de désinhibition, où l’alcool devient une drogue à caractère récréatif (Measham & Brain, 2005). Le botellón, quant à lui, correspond au développement d’une culture de la gratuité et de la convivialité festive dans des espaces non domestiques et non commerciaux6. Il peut être rapproché d’autres phénomènes, tels que les raves auto-organisées ou le téléchargement sans payer, qui se situent au croisement de conditions d’existence marquées à des degrés divers par la pauvreté ou la précarité et d’aspirations culturelles à l’authenticité, la gratuité, la densité et la diversité (Farnié, 2006 ; Francq, 2003). Ces deux phénomènes conjugués favorisent la quête d’excitation et de plaisir, un « relâchement contrôlé des contrôles » dirait N. Elias, et une mise à l’épreuve de soi, ainsi que des formes de sociabilité renouvelées. « Faire la teuf » peut aussi être interprété comme une façon d’exalter le présent, de relâcher la pression sociale et de mettre provisoirement entre parenthèses un avenir marqué par des incertitudes fortes, compte tenu en particulier de la précarité de la situation de beaucoup de jeunes en France (Dagnaud, 2008). Si cette précarité peut aussi expliquer pour partie le fait de boire dans la rue plutôt que dans des bars et autres commerces spécialisés, cela ne doit pas occulter les significations anthropologiques et culturelles des pratiques7, ni leur dimension plus ou moins clairement politique pour une fraction des jeunes, en termes d’affirmation d’un certain mode de vie, d’appropriation des espaces urbains, de résistance et de protestation par rapport à des dynamiques de gentrification des centres-villes.

  • 8 Ces divergences de perception correspondent également à des clivages sociaux, pas seulement géogra (...)

23Les modes de rapport à l’espace correspondant à ces orientations interpellent riverains et autorités en place, dès lors qu’ils s’inscrivent dans une autre conception des espaces publics urbains que celles qu’ils privilégient (qu’il s’agisse du quartier village ou de l’espace public fonctionnel, esthétique et maîtrisable), dès lors aussi qu’ils s’accompagnent de nuisances objectives (bruit, détritus, etc.) et de types de conduites s’écartant des normes usuelles de l’interaction urbaine, associés en particulier à l’excitation collective et à la consommation de produits psychoactifs. Si comme nous l’avons souligné la tradition des soirées étudiantes n’est pas nouvelle, les deux tendances récentes des pratiques festives juvéniles présentées ci-dessus, soit la quête rapide d’un état d’ivresse à travers la consommation d’alcools forts et le regroupement et la consommation sur la voie publique, se sont particulièrement développées dans le centre-ville de Rennes. En particulier, l’appropriation nocturne de l’espace public par les étudiants et les jeunes, selon un modèle très similaire au botellón espagnol, est un phénomène récent et à certains égards local. Ainsi, les entretiens menés auprès d’anciens étudiants rennais adeptes de soirées festives, de même que l’enquête menée par J. Freyssinet-Dominjon et A. -C. Wagner (2003) dans la région parisienne, montrent que le fait de boire de l’alcool dans les espaces publics évoque des images négatives, celle du clochard, du SDF8.

  • 9 Voir les enquêtes ESCAPAD (Enquête sur la santé et les consommations lors de l’Appel de préparatio (...)

24Ces deux tendances doivent aussi être resituées dans un contexte culturel régional spécifique du point de vue national, tant en matière de pratiques festives que s’agissant de la consommation de produits psychoactifs. La Bretagne est en effet une région caractérisée par une culture festive très ancrée, dont témoignent en particulier le nombre très important de fest noz, de festivals et de raves (Moreau & Sauvage, 2006), toutes occasions de fêtes populaires de masse dans des espaces extérieurs qui contribuent à diffuser un certain ethos et des aspirations que l’on retrouve à propos des pratiques festives dans les espaces publics urbains. La région se singularise d’autre part au plan national quant à la consommation d’alcool et de drogues, sensiblement plus élevée qu’ailleurs. Plus précisément, les données disponibles à l’échelle de la Bretagne font état d’une évolution contrastée : d’un côté, une baisse de la consommation régulière d’alcool, qui rejoint progressivement la moyenne nationale ; de l’autre, une augmentation des ivresses répétées. La Bretagne comptabiliserait 2,5 fois plus d’ivresses régulières que le reste du pays et se classe également première région française pour l’expérimentation de la consommation de cannabis dans les enquêtes déclaratives9.

DYNAMIQUE INTERACTIONNELLE

Investissement ordinaire de l’espace et épreuves de proximité urbaine

25L’analyse de la mise en forme structurelle des rapports sociaux et des espaces permet de cerner quelques aspects significatifs de la structuration de l’expérience sociale des acteurs qui investissent le périmètre sur des bases ordinaires, avec leurs modes de perception, d’occupation, d’appropriation et d’usage des lieux. Les formes de l’expérience sociale et de l’investissement ordinaire de l’espace sont structurées et orientées par la configuration du périmètre et des lieux et les significations sociales qui y sont associées, la composition des acteurs qui s’y croisent, les modes de vie et les logiques d’action typiques qui les caractérisent, les régulations formelles ou informelles des pratiques, les modèles culturels hérités ou émergents, les styles d’action et d’intervention publiques en vigueur, etc.

  • 10 Cette relation dialectique entre les différents niveaux de mobilisation interdit de raisonner selo (...)
  • 11 Ainsi, la décision de créer un plateau piétonnier important dans le centre historique n’est pas la (...)

26Ce qui se joue au niveau des modes d’investissement ordinaire de l’espace renvoie à des usages ainsi qu’à des formes de perception sociale et à des imaginaires urbains correspondants. Ces modes d’investissement et l’expérience sociale qui leur correspond sont par ailleurs reconfigurés en permanence par d’autres niveaux de mobilisation, et en particulier les décisions des acteurs politico-administratifs et les interventions et régulations qui en découlent. De ce point de vue, il est impossible de considérer les formes ordinaires d’investissement de l’espace comme une sorte de point de départ inscrit dans un schéma narratif linéaire, débouchant sur des tensions, des concernements, puis des conflits ouverts et des mises sur agenda médiatique et politique. Il convient plutôt d’aborder les dynamiques actionnelles et interactionnelles à partir de plusieurs points d’entrée, constamment enchevêtrés10. En effet, les mobilisations politiques, qu’elles se produisent « par en bas » ou « par en haut », s’imbriquent en permanence avec les formes d’expérience et d’investissement ordinaires, dès lors qu’elles se situent toujours simultanément en aval de celles-ci, en tant que réactions ou que réponses à des phénomènes et des enjeux issus des usages et mis en relief, et en amont, à travers la mise sur agenda et le traitement par les acteurs politico-administratifs de différentes questions, sans qu’il y ait nécessairement de lien étroit avec des conflits d’usage ou des transformations en problèmes publics d’usages existants (projets d’aménagement, d’équipement, politiques publiques en tous genres11).

27L’on peut à partir de là aborder ce que nous appelons l’investissement ordinaire de l’espace de deux points de vue. D’abord, en nous centrant sur les logiques d’action et de perception des différentes catégories significatives d’acteurs qui coexistent sur le même périmètre. Il s’agit ici d’analyser à la fois la diversité des logiques d’usage mises en œuvre, la manière dont elles se côtoient selon des modalités variées, allant de l’ignorance à la provocation ponctuelle, en passant par la complémentarité ou l’évitement, et les catégorisations des autres acteurs qui se déploient dans cette dynamique. Les formes ordinaires d’investissement de l’espace sont en effet marquées par des processus d’identification et d’altérisation croisés – de typification croisés –, à travers lesquels des frontières tant réelles qu’imaginaires s’établissent entre différentes catégories d’acteurs. Le rapport aux lieux est toujours en même temps un rapport aux autres dans les lieux, plus ou moins conflictuel selon que l’imaginaire urbain et l’expérience sociale privilégiés par une catégorie d’acteurs donnée s’accommodent facilement ou non de ce qu’ils évoquent. L’on peut ainsi mettre en évidence des rapports très diversifiés à l’espace-enjeu, selon les catégories d’appartenance ou les facettes pragmatiques de l’identité que chacun revêt par rapport à lui et qui se traduisent par des types d’expérience sociale profondément différents, par où les acteurs se regroupent, se reconnaissent, se complètent (par exemple, le client et le commerçant), s’ignorent ou s’opposent.

28Nous nous limiterons ici à illustrer cette perspective à travers une opposition entre le modèle du « village dans la ville » et celui du « village de ville » (Francq, 2003, p. 189). Dans le premier cas, le périmètre de l’hypercentre est appréhendé à partir d’un imaginaire de quartier-village et de « quartier comme les autres ». Dans le second, c’est la densité et la diversité de la vie du quartier qui sont mis en exergue, et la notion de village signifie alors tout autre chose, soit la concentration sur un périmètre très restreint d’une multiplicité de possibilités d’activités et de stimulations des sens. Cette ligne de clivage se développe fréquemment sur des bases générationnelles et oppose les résidants les plus âgés aux plus jeunes. Il est certain que l’appréhension du centre-ville en est profondément marquée, comme l’illustrent de façon caricaturale deux extraits d’entretiens qui suivent.

« J’avoue que j’évite de passer par cet endroit la nuit, je veux dire, en journée ça va encore, bon, il y a quelques marginaux, ça fait peine à voir, mais, en général, eux et leurs chiens se tiennent à distance, mais, la nuit, c’est vrai que je serais pas tranquille. Avec mon mari, ou avec des amis, ça nous arrive d’aller au restaurant, et on ne s’attarde pas, on ne se sent pas à l’aise, vous voyez, c’est pas parce que nous nous sommes déjà fait agresser directement, mais, avec ce qu’on entend, dans les journaux notamment, et puis même, de voir toute cette foule de jeunes en train de boire ou de se droguer, je trouve ça malsain, extrêmement agressif en fait, oui, on se sent en dehors, comme étrangers, pas à notre place et surtout, pas en sécurité. On a peut-être tort, mais c’est vrai que je préfère éviter d’y passer. Et puis c’est vrai qu’avant c’était pas à ce point, on aimait bien mon mari et moi faire un petit tour en ville comme ça le soir, mais, maintenant on le fait plus, c’est pas vraiment agréable. » (Dame, la soixantaine, résidant place du Parlement.) « Moi, je suis Parisien, à la base, et ici, tu vois, quand je descends de chez moi, avant de rentrer dans le métro, je dis bonjour à tout le monde. Tu sors, bon, il y a des dealers, mais ils font partie du décor, tu t’y fais, ils dérangent pas, les clochards, les zonards, c’est pareil, il y en a qui sont sympas, et les gens, les petits commerçants, tout ça c’est chaleureux, c’est exceptionnel ce quartier, un truc rare, tu vois, un genre de monde à la Amélie Poulain, un petit Montmartre ! Ouais, c’est de la balle ! » (Homme, 25 ans, salarié, résidant rue Saint Michel.)

29Une deuxième approche de l’investissement ordinaire de l’espace consiste à mettre l’accent de façon plus spécifique sur les troubles, les tensions et les conflits de bas niveau qui naissent de cette coexistence, pouvant ou non déboucher sur des mobilisations plus accentuées, telles que des plaintes et des doléances auprès des autorités. Ces troubles, tensions et conflits sont en particulier liés aux logiques d’occupation, d’appropriation et d’usage qui s’opposent le plus fortement. M. Breviglieri et D. Trom introduisent à ce propos une distinction très pertinente entre « épreuves de proximité urbaine » et « épreuves de l’engagement collectif ». Les premières correspondent à ce que nous appelons l’investissement ordinaire de l’espace, tandis que les secondes regroupent les mobilisations politiques « par en bas » et « par en haut ». Ils écrivent ainsi :

« […] le problème public ne constitue qu’une manière parmi d’autres d’aborder, sur un mode fortement articulé à des contraintes de publicité, des tensions urbaines et de signifier, sur un mode générique et formalisé, le trouble urbain. Situer le problème public dans une pragmatique urbaine et dans l’horizon d’une pluralité d’engagements possibles dans l’environnement urbain suppose dès lors de décliner les multiples modalités d’apparition du trouble, du traitement des tensions qui en découlent et du déploiement séquentiel qu’il emprunte. » (Breviglieri & Trom, 2003, p. 402.)

30L’analyse de l’investissement ordinaire de l’espace implique donc de s’engager dans une démarche de type ethnographique, explorant à la fois les logiques d’occupation et d’usage du périmètre des différents acteurs, les catégorisations, les perceptions et types d’interaction qu’ils développent à l’égard des autres acteurs, et la dynamique interactionnelle que génèrent l’ensemble de ces orientations. L’on se situe ici dans le cadre d’une analyse de « l’espace public pratique » (Boissonade, 2006), caractérisé par tout un ensemble de tensions et d’épreuves pragmatiques autour desquelles se confrontent des conceptions divergentes des relations sociospatiales, soumises en même temps à la contrainte pratique d’aménager au quotidien un espace commun.

31Différentes figures de la gêne ou du trouble associées aux épreuves de proximité urbaine peuvent émerger. Ces figures ne débouchent pas nécessairement sur des formes publiques d’expression, elles peuvent rester cantonnées dans le registre du privé, celui des émotions que l’on garde pour soi faute de trouver le langage permettant de les partager, des plaintes circulant dans un entourage plus ou moins large, celui aussi des micro-ajustements pragmatiques par lesquels les acteurs s’en accommodent (comme contourner systématiquement un lieu ou ne s’y rendre qu’à certaines heures) ou des initiatives informelles à travers lesquelles ils s’efforcent de les traiter par eux-mêmes. Les dynamiques actionnelles et interactionnelles caractérisant les différentes catégories d’acteurs mentionnées débouchent ainsi sur des régulations endogènes des tensions et conflits de bas niveau qui caractérisent leurs relations, à base de vigilance méfiante et crispée, de replis stratégiques et d’aménagement d’un espace protégé, de quête de soutien dans l’entourage, d’évitements, de fuites, de discussions, de confrontations houleuses, de violence envers des personnes dans les cas les plus graves.

32Elles peuvent aussi donner lieu à des mobilisations d’une autre nature, par où l’on bascule du régime de l’engagement familier vers celui de l’engagement public (Thévenot, 2006). C’est vers ce type de mobilisation que nous nous tournons à présent.

Problématisations relatives à l’espace-enjeu et construction d’un problème public autour des pratiques festives juvéniles

33L’on peut considérer l’épisode de conflit aigu qui démarre en 2004 comme un moment particulièrement net de basculement des formes d’investissement ordinaires et des épreuves de proximité urbaine qui leur correspondent vers une mise sur agenda politique et la constitution explicite d’un problème public. Mais ce moment est lui-même à resituer sur la temporalité plus longue correspondant à la constitution du périmètre en espace-enjeu majeur, et ce depuis le début des années 1990. Tout au long de la période, des acteurs se mobilisent, qu’il s’agisse de mobilisations politiques ordinaires (riverains, commerçants) ou de mobilisations plus institutionnalisées (préfecture, quotidien local, municipalité), qui enclenchent du simple fait de leur puissance dans le système d’acteurs et de leur capacité de régulation (lois, autorisations, réglementations), de dramatisation des situations (médiatisation) et d’intervention (mise sur agenda, répression, réaménagement des lieux, animation culturelle, etc.) une dynamique interactionnelle significative et une reconfiguration permanente des modes d’investissement ordinaires.

34De façon générale, l’on peut dire que ce qui pose problème pour certains acteurs se constitue négativement en référence à un certain imaginaire sociospatial de l’ordre urbain, soit en l’occurrence des modes d’occupation et des usages jugés légitimes des espaces publics urbains. Les critères d’appréciation renvoient toujours à des normes, de ce qui constitue du « bruit » ou une conduite d’» excès », de ce qui fait « sale » ou « désordre », de ce qui est « laid », « gênant » ou « menaçant », etc. À cet égard, l’examen des mobilisations structurées relatives au périmètre de l’hypercentre tout au long de la période met en évidence différentes catégories d’acteurs jugées problématiques et différentes manières de les thématiser. Les catégories d’acteurs jugées problématiques sont sur la durée les SDF, les squatters proches du périmètre qui investissent celui-ci dans la journée, plus largement l’ensemble des jeunes qui stationnent là, fréquemment associés aux chiens qui en accompagnent certains, les dealers, les fêtards nocturnes ne constituant dans cet ensemble qu’une catégorie parmi d’autres.

35Une ligne de clivage majeure renvoie aux jugements normatifs relatifs à la présence régulière ou prolongée sur le périmètre, au regard des normes en vigueur. Elle fait se rejoindre les résidants, les commerçants, les touristes, les usagers ou clients réguliers, en tant que conjointement occupants ordinaires se percevant comme légitimes des lieux publics et riverains (pour les deux premières catégories) des transgressions de l’ordre public urbain dont ils se font aisément les porte-parole auprès des agents municipaux, des autorités ou des médias. En cela, ils s’opposent aux « jeunes de la rue » et aux « dealers », occupants tout aussi réguliers mais jugés illégitimes des lieux. Plus précisément, le résidant s’oppose au jeune de la rue, sans titre de propriété et s’appropriant – indûment au regard de l’idéal normatif d’ouverture et d’accessibilité à tous promu dans les discours – une portion de l’espace public, tandis que le commerçant s’oppose au dealer, exerçant un commerce illégal. Ces deux catégories d’acteurs sont en outre fréquemment associées à l’incivilité et à l’insécurité. L’hypercentre est ainsi marqué en permanence par le frottement de la norme et de la marginalité, comme dans toutes les grandes villes (Beauparlant et al., 2006), frottement qui renvoie aussi fréquemment à des différences significatives en termes de milieux sociaux.

36C’est sur cette toile de fond que l’on doit situer la mise sur agenda progressive de la question des pratiques festives des jeunes. Pendant longtemps, celles-ci ne sont pas thématisées comme problématiques, à part pour certains riverains, elles renvoient plutôt l’image d’une ville universitaire dynamique, dotée d’un quartier festif réputé dans toute la région. Progressivement, l’on assiste tout au long de la période à un durcissement des politiques publiques, en réponse en particulier aux mobilisations croissantes des associations de riverains et de commerçants. Ceci couvre en particulier la législation et la réglementation relatives aux débits de boisson, aux salles de concert, aux cafés-concerts, aux commerces de nuit : autorisations (licences) et interdictions (par exemple, de vendre des boissons alcoolisées après telle heure), horaires d’ouverture et de fermeture, normes à respecter (bruit, hygiène, sécurité, etc.).

37Cette orientation va s’accélérer avec l’arrivée d’une nouvelle préfète. Aux yeux des autorités, les pratiques festives des jeunes sont associées à deux formes majeures de déviance : le regroupement tardif sur les espaces publics centraux et les nuisances associées d’une part ; la « consommation excessive » de produits psychoactifs d’autre part. Il est bien difficile de faire la part dans cette mise sur agenda de ce qui relève d’une transformation objective des pratiques, d’une évolution des « définitions de la situation », en particulier de la part des riverains et des médias locaux, avec une baisse de la tolérance et un accroissement de la propension de certains acteurs à se regrouper et s’organiser, à porter plainte et à faire pression sur les autorités ou encore à dramatiser médiatiquement certains événements ou phénomènes, et enfin d’une évolution des politiques publiques. Nous pensons qu’il convient de combiner ces trois types d’explications dans le cas présent. La problématisation des pratiques festives juvéniles par les autorités va s’orienter selon trois registres principaux : celui de la tranquillité publique (et secondairement de l’ordre public), celui de l’offre alternative de loisirs nocturnes et celui de la santé publique.

38C’est d’abord une politique de tranquillité publique qui va caractériser l’action de la préfecture. Ceci correspondant aussi à une priorité nationale, dont témoigne en particulier la promulgation en mars 2003 de la Loi sur la sécurité intérieure, qui énonce dans son article 1 un droit fondamental à la sécurité et à la paix. La préfecture impose des mesures de réglementation à caractère restrictif, en particulier en matière d’horaires d’ouverture et de fermeture des bars, d’achat d’alcool, de circulation avec de l’alcool, de consommation sur la voie publique. Parallèlement, elle met en place un dispositif d’intervention systématique et particulièrement imposant le jeudi soir, mobilisant CRS et policiers, qui va entrer en action à partir de la rentrée universitaire de 2004. C’est dans cette même orientation de fermeté que l’on peut situer l’interdiction deux ans de suite, en décembre 2004 et 2005, de la désormais « traditionnelle » rave organisée en marge du festival des Transmusicales.

39La thématique de l’ordre public va se superposer à celle de la tranquillité publique notamment parce que ces modes d’intervention et ces interdictions vont susciter des réactions et déboucher sur des altercations et dans certains cas des affrontements ouverts. En particulier, les modes d’intervention policière en fin de soirée le jeudi contribuent à construire un rituel d’affrontement, qui tient en partie du grand jeu (gendarmes et voleurs grandeur nature) et du spectacle suscitant l’excitation, mais durcit également les relations et génère régulièrement des débordements plus ou moins importants, qui vont eux-mêmes déboucher sur une mobilisation judiciaire active, via la procédure de comparution immédiate et la condamnation quasi systématique des prévenus (la plupart du temps à des travaux d’intérêt général). L’on peut d’ailleurs observer au fil du temps une évolution significative des modes d’action policière, privilégiant à l’affrontement frontal massif la circulation de petites patrouilles s’inscrivant moins dans une logique de confrontation que de dissuasion et d’intervention ciblée.

40Face à cette politique de fermeté de la préfecture d’Ille-et-Vilaine, dont elle est pour partie solidaire mais dont elle cherche aussi à se démarquer, à la fois par désaccord sur certains modes d’action et du fait de l’image très négative de la ville qui se met en place, la ville de Rennes va rapidement chercher à développer d’autres orientations d’action, d’abord dans une certaine précipitation, sous la pression des événements, puis sur un mode plus réflexif. Elle met ainsi en place un dispositif de concertation autour du thème « La Ville, la nuit », ainsi qu’un programme de loisirs alternatifs le jeudi soir, en partenariat avec différents acteurs associatifs et équipements de quartier.

41Les soirées « Dazibao » sont lancées au printemps 2005, à l’initiative du CRIJ-Bretagne (Centre régional d’information jeunesse), avec le soutien financier et logistique de la municipalité. Elles proposent un ensemble d’activités gratuites (concerts, ateliers, activités sportives, stands d’information, etc.) dans un lieu unique. L’une des originalités tient aux horaires de la manifestation, qui se tient de 22 h à 3 h du matin, avec l’idée de mieux coller aux rythmes de vie des jeunes. Une autre particularité tient au fait que l’alcool est interdit dans le lieu, ce qui se traduit non seulement par l’absence de vente d’alcool à l’intérieur, mais aussi par une fouille par des vigiles à l’entrée. À compter de l’automne 2005, le dispositif « La nuit des quatre jeudis » prend le relais, les soirées Dazibao passant d’un rythme hebdomadaire à un rythme mensuel et devenant l’une des quatre composantes du dispositif, les trois autres étant la « Nuit du sport », la « Nuit découverte » et les soirées « Bulles d’art » puis « Bars en scène ».

42La lutte contre l’alcool et les conduites addictives constitue le troisième axe majeur de mobilisation des pouvoirs publics. Du point de vue de la préfecture, il se situe au croisement d’une politique dite de prévention de la délinquance, au sens large du terme (y compris la « délinquance routière ») et d’une politique de santé publique et de lutte contre les conduites à risque. Elle finance en particulier fin 2005 un publireportage dans le quotidien régional intitulé « la Bretagne face à ses démons », qui aborde l’alcool, le cannabis, le tabac, la sécurité routière. La ville de Rennes met quant à elle en place à compter de l’automne 2005 le dispositif « Prev’en ville », avec le concours financier de l’État, visant la prévention des risques en milieu festif. Il regroupe en partenariat de nombreuses structures pouvant être concernées par les questions d’alcool, de drogue et de sexualité :

43acteurs du secteur sanitaire et social, organisateurs d’événements, bars, collectivités publiques, sociétés de transport public, etc. Par la suite, la ville lance également en 2007, en partenariat avec l’État, une campagne de prévention de l’alcoolisation dite excessive, intitulée « À ta santé », et met en place à compter de l’automne 2008 un dispositif de médiation et de prévention sur l’espace public, « Noz’ambule », qui vise tout à la fois à réduire la consommation d’alcool, les nuisances pour les riverains et les conflits avec les forces de l’ordre.

44Les logiques d’intervention et les dispositifs mis en place par les pouvoirs publics vont susciter des mobilisations d’autres acteurs. La ville de Rennes compte en particulier, du fait notamment de sa forte population étudiante, de nombreux médias alternatifs plus ou moins durables, qui vont consacrer plusieurs dossiers ou émissions thématiques au périmètre de l’hypercentre et à l’épisode conflictuel. La tonalité dominante consiste à critiquer ce qui est perçu comme une politique répressive de la préfecture, une conception passablement fonctionnaliste et aseptisée des espaces publics urbains, un déficit de politique culturelle municipale en matière de cafés-concerts et un caractère infantilisant de l’offre de loisirs alternatifs mise en place par la municipalité.

45Un autre acteur important se mobilise au cours de l’épisode. Il s’agit au départ d’un collectif d’associations qui se met en place dès le printemps 2005 en lançant des « états généraux de la fête », débouchant sur des « cahiers de doléance » remis aux autorités municipales. Il va ensuite se structurer sous forme associative avec pour nom « Adrénaline » et développer différentes initiatives, dont en janvier 2008 un colloque sur le thème « Fête (s) et horaires nocturnes ». Il marque une divergence significative par rapport à la préfecture et à la mairie en mettant l’accent sur la légitimité de la fête (et pas seulement des loisirs) en milieu urbain comme aspiration culturelle à inscrire dans une politique publique ambitieuse.

CONCLUSION

46La dynamique engendrée par les mobilisations, qu’il s’agisse de l’investissement ordinaire de l’espace, des mobilisations autonomes des acteurs de la société civile ou des logiques d’action et d’intervention impulsées par les autorités publiques, génère sans cesse des phénomènes de reproduction mais aussi d’élaboration structurelle, qui transforment de façon plus ou moins importante la configuration des rapports sociaux dans les espaces urbains ainsi que leurs régulations. En particulier, les différents volets de l’action engagée par les pouvoirs publics à compter de 2004, en termes d’intervention policière, de médiation urbaine, de santé publique, d’offre alternative de loisirs, d’aménagement et de réaménagement du périmètre, contribuent à transformer la configuration des acteurs et des pratiques, notamment en modifiant la distribution des prégnances attractives ou répulsives associées aux différents espaces et lieux et la structuration des opportunités et contraintes. Ainsi, par exemple, les patrouilles policières plus intensives contribuent à réduire l’attractivité de l’espace-enjeu, l’offre du dispositif « Nuit des quatre jeudis » modifie en profondeur ou superficiellement (déplacement de la logique du botellón d’un lieu vers un autre) les pratiques de certaines catégories d’acteurs et fait émerger aussi de nouveaux publics, qui n’étaient pas des pratiquants réguliers de l’espace-enjeu et sortaient peu en ville le soir. Il y a ainsi reconfiguration de l’expérience pour une pluralité d’acteurs, point de départ d’une nouvelle dynamique interactionnelle.

47L’analyse de cette dynamique incessante implique par conséquent de faire la part des choses entre la continuité et les inflexions ou les ruptures, en fonction de l’échelle temporelle retenue, et de repérer des lignes de force et des enjeux. Au terme de cette recherche, deux enjeux majeurs de gestion publique de l’espace urbain nous paraissent en particulier pouvoir être soulignés, enjeux qui débordent le cas rennais que nous avons étudié.

48Le premier concerne la composition sociodémographique et les logiques d’usage dominantes des centres-villes. L’examen des conflits relatifs aux pratiques festives des jeunes met en évidence des divergences significatives de conceptions de l’ »  espace public » : entre un espace fonctionnel et sécurisé de circulation, un espace esthétisé fait pour être admiré, un espace commercial animé, un espace village tourné vers les familles habitant le quartier et un espace gratuit de convivialité festive, différents imaginaires de l’urbanité et de la citadinité se confrontent à propos d’un même périmètre. Malgré les discours de la municipalité rennaise sur la mixité sociale dans tous les quartiers, l’on constate que le centre historique est particulièrement mal loti en matière de logements sociaux et de grands logements, les habitants se répartissant essentiellement entre jeunes de moins de trente ans locataires du parc privé et propriétaires sans grande famille de catégorie socioprofessionnelle élevée. Par ailleurs, les aspirations de ces deux groupes de population diffèrent, y compris en matière de sorties nocturnes. Plusieurs orientations développées au cours des dernières années, en particulier à travers l’ouverture du centre commercial La Visitation, le projet de centre des congrès sur le site de l’ancien couvent des Jacobins, l’implantation sur la place Sainte-Anne d’un manège, d’un marché aux livres, l’élargissement des terrasses, témoignent d’une gentrification croissante du quartier. D’autres mesures, comme la suppression des bancs et des barrières supports à vélos ou l’éclairage intensif au sol, contribuent à réduire le caractère convivial des lieux publics. Justifiées par la lutte contre certains usages jugés indésirables (installation durable, deal), elles diffusent un modèle centré d’un côté sur le commerce et de l’autre sur la mise en circulation des personnes, tel qu’on peut l’observer dans de plus en plus de centres-villes. Le poids démographique des jeunes qui ne s’inscrivent pas dans ce type d’usage des espaces publics fait à Rennes contrepoids à ces tendances, ce qui générera sans doute des tensions encore fortes au cours des prochaines années et obligera les acteurs publics à se positionner.

49Le second enjeu concerne la place des pratiques festives dans la ville. L’émergence d’Adrénaline a joué à cet égard un rôle important d’aiguillon des pouvoirs publics en thématisant explicitement la question de la gestion publique de la fête, alors que les élus considéraient jusque-là qu’elle relevait des pratiques privées. Si la ville a mis sur pied, d’abord dans la précipitation, puis de façon plus réfléchie, un certain nombre de dispositifs d’action et d’intervention publiques, l’on ne perçoit pas pour l’heure de politique d’ensemble vraiment convaincante. En particulier, parce qu’il existe un quiproquo certain entre ce que les pratiquants associent à l’idée de pratiques festives et l’offre mise en place par la ville, qui se situe beaucoup plus dans une logique de loisirs et d’activités culturelles et sportives. Et parce que le refus de prendre en compte le lien étroit établi par les pratiquants entre fête et alcool, autrement que sous l’angle d’une politique d’interdiction et d’une politique sanitaire combinant communication à visée dissuasive et prévention des risques, ne permet pas de traiter de la dimension anthropologique et culturelle des pratiques, de prendre en compte les aspirations des acteurs ainsi que la transformation des modes de vie. Plus largement, c’est toute la gestion publique de la nuit qui est concernée, dans un contexte de désynchronisation croissante des rythmes de vie et d’enjeux de valorisation économique du temps de la nuit, ayant également des retombées en matière d’image et d’attractivité des villes. Quel équilibre sera-t-il établi entre les aspirations contraires des différentes catégories de population, entre l’offre commerciale et les formes de pratiques à coût réduit ou gratuites, entre logique de tranquillité publique et accompagnement de dynamiques culturelles et de nouvelles formes d’urbanité ?

Notas

1 Ce chapitre s’appuie sur la recherche intitulée « Les pratiques festives nocturnes dans les espaces urbains centraux », que nous avons coordonnée dans le cadre du programme MAGIE, financé par la région Bretagne. La recherche, menée entre 2005 et 2009, a réuni les personnes suivantes, que nous remercions vivement : Johann Pons, Loïc Avry, Patricia Loncle, Isabelle Danic, Franck Dorso, Marie-Laure Turban, Anne Rogard, Céline Rothé et Virginie Muniglia. Les analyses présentées ici n’engagent cependant que leur auteur. Au plan méthodologique, cette recherche a combiné plusieurs techniques d’enquête : constitution et analyse d’un corpus d’articles issus de différents journaux locaux ou nationaux ; constitution et analyse d’un corpus documentaire issu d’archives, de textes réglementaires, de documents officiels, de pages de sites Internet, etc. ; analyse secondaire de données statistiques ; entretiens semi-directifs auprès d’adeptes des soirées festives de plusieurs générations, de patrons de bars, de commerçants, de riverains, de responsables de l’État et de la municipalité, d’acteurs associatifs ; entretiens sous forme de parcours commentés ; entretiens informels et impromptus lors des soirées festives sur le périmètre étudié ; cartes mentales et entretiens associés ; observations en situation.

2 « Une période critique peut être définie comme une période qui, jalonnée généralement par les différents étages de la mobilisation […] est caractérisée par l’activation soutenue du sens critique des acteurs autour d’un objet problématique » (Dodier, 2003, p. 334). Dans le cas que nous analysons, et à la différence de N. Dodier qui étudiait une controverse spécifique autour du Sida, il existe plusieurs mises en problème dans le temps à propos du périmètre et plusieurs objets de tensions et de conflits. Compte tenu de notre souci de situer l’épisode conflictuel de 2004-2006 dans une perspective temporelle plus large, nous circonscrivons la période critique non pas à partir des différents étages de la mobilisation à propos de cet épisode mais à partir de l’ensemble des conflits d’appropriation et d’usage dotés d’une certaine unité temporelle que l’on peut repérer sur le périmètre. De ce point de vue, nous faisons démarrer la période critique au début des années 1990.

3 Technologie du Véhicule automatique léger.

4 Sources : AUDIAR (Agence d’urbanisme et de développement intercommunal de l’agglomération rennaise), « Votre quartier sous la loupe », portant sur le quartier Centre au sens administratif du terme, et ville de Rennes, « Morphologie urbaine et caractéristiques des quartiers rennais ». Dans les deux cas, les données sont issues du recensement général de la population de l’INSEE de 1999.

5 Il convient d’ajouter que dans la mesure où la plupart des logements se situent dans le quartier historique de la ville, il s’agit d’un parc ancien, parfois vétuste, et qui présente des risques importants, en particulier d’incendie, qui alimentent régulièrement la controverse autour des pratiques festives du jeudi soir.

6 Né en Espagne vers la fin des années 1990, le botellón désigne « une réunion de jeunes, majoritairement âgés de 16 à 24 ans, dans des espaces publics ouverts en libre accès, pour mélanger et consommer des boissons achetées préalablement dans des commerces, écouter de la musique et parler » (Farnié, 2006, p. 16).

7 Nous pouvons voir dans la transformation du rapport aux espaces publics urbains que marquent des phénomènes tels que le botellón espagnol ou son pendant rennais l’affirmation collective d’une pratique juvénile de masse, par où est vécu comme légitime et banal le fait de boire dehors et dans des lieux visibles plutôt que dedans (chez soi, dans les bars, les boîtes de nuit) ou dehors mais dans des lieux non visibles (parc, square, voiture), ce qui constituait la norme antérieure.

8 Ces divergences de perception correspondent également à des clivages sociaux, pas seulement géographiques ou générationnels. Les adeptes des regroupements sur l’espace urbain ne se distribuent pas de façon aléatoire, pour des raisons à la fois de moyens, de perspectives objectives et de philosophie. Il convient donc de combiner des explications de type économique et socioprofessionnel – précarisation des jeunes (Loncle, 2008), augmentation du coût des consommations, filières universitaires moins prestigieuses aux débouchés incertains (Dagnaud, 2008) – et d’autres de type culturel ou politique (ainsi, de nombreux étudiants de l’université Rennes 2, qui constituent une part importante des pratiquants du jeudi soir, s’inscrivent dans des orientations contestataires diffuses ou militantes, qui ne sont pas étrangères à leurs pratiques).

9 Voir les enquêtes ESCAPAD (Enquête sur la santé et les consommations lors de l’Appel de préparation à la défense) et ORSB (Observatoire régional de santé Bretagne).

10 Cette relation dialectique entre les différents niveaux de mobilisation interdit de raisonner selon un modèle linéaire et séquentiel partant des logiques d’investissement ordinaire de l’espace pour déboucher sur des troubles, des tensions, des mobilisations politiques ordinaires et des mises sur agenda politique. Il convient plutôt, comme nous l’avons souligné dans l’introduction de ce livre, de raisonner en termes de hiérarchie enchevêtrée, les différents types et niveaux de mobilisation rétroagissant constamment l’un sur l’autre, sur des modes mineurs ou majeurs selon le cas, la hiérarchie renvoyant au fait que toutes les formes de mobilisation n’ont pas la même puissance d’impact sur le système d’acteurs ainsi que sur la configuration et la régulation des rapports sociospatiaux.

11 Ainsi, la décision de créer un plateau piétonnier important dans le centre historique n’est pas la simple conséquence mécanique des problèmes engendrés alors par la circulation automobile. La même chose vaut pour la décision de construire le métro, le centre commercial « La Visitation », ou encore un centre des congrès à la place de l’ancien couvent des Jacobins. Toutes ces décisions et leur mise en œuvre reconfigurent en profondeur l’investissement ordinaire des acteurs.

Índice de ilustraciones

Título Carte 1 : L’hypercentre rennais : principales caractéristiques pertinentes pour la recherche
Leyenda L’aménagement du périmètre
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34462/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 616k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540