Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces de vie, espaces enjeux

 | 
Yves Bonny
, 
Sylvie Ollitrault
, 
Régis Keerle
, 
et al.

Quatrième partie. Approche dialectique des différents types de mobilisations

Chapitre 18. Quels territoires pour l’action ?

Mobilisations locales et régimes de territorialité

Patrice Melé

Texte intégral

1La question des rapports entre territoire et action est souvent posée à partir de références au territoire pertinent des aménageurs ou pour désigner la recherche de l’échelle la plus apte à constituer le support de mobilisations politiques. Ce chapitre propose d’adopter une perspective différente et d’initier une réflexion sur les conditions auxquelles la notion de territoire peut être utile pour des travaux portant sur les effets spatiaux d’actions collectives.

2La notion de territoire est utilisée dans les recherches des géographes français dans deux types de travaux et selon deux traditions de recherche le plus souvent irréconciliées. On peut identifier un premier groupe de recherches qui tentent de saisir les modalités d’appropriation de l’espace par des habitants ou usagers, et s’intéressent d’abord aux pratiques et aux représentations des « espaces de vie ». Un second groupe se focalise plutôt sur les actions de découpage et de contrôle de l’espace par des pouvoirs, sur les modalités de saisie de sous-ensembles spatiaux par des politiques publiques, sur les modes de relations entre acteurs publics et privés au sein d’un espace local. Si la notion de territorialité est surtout mobilisée par le premier groupe de travaux, le vocable de territorialisation est convoqué pour caractériser à la fois les modalités d’ancrages de populations dans leur espace proche et la recherche de découpages spatiaux pertinents pour la mise en place de politiques publiques.

3Il faut aussi noter que malgré l’intérêt récent des géographes pour l’action, les travaux qui construisent comme objet de recherche les dimensions spatiales et territoriales des mobilisations ou interrogent les interrelations entre espace de vie et espace de mobilisation sont finalement assez peu nombreux, à l’exception des publications de géographes qui s’intéressent aux conflits et controverses patrimoniaux, environnementaux ou urbains (pour une présentation de ce champ de recherche, cf. Melé, Larrue & Rosemberg, 2003). Toutefois, en dehors de la thèse de F. Ripoll (2005) et de certaines études de géographie électorale ou de géopolitique (Subra, 2007), les géographes français s’aventurent peu sur le terrain de la dimension spatiale et territoriale des mobilisations politiques.

  • 1 Cf. P. Melé (2004 et 2006) et le projet en cours CONFURB : « Conflits de proximité et dynamiques u (...)

4Paradoxalement, la notion de territoire est peu mobilisée en lien avec des actions collectives non institutionnelles, des mobilisations « par le bas », et lorsqu’elle l’est c’est le plus souvent pour désigner la société locale préexistante à la mobilisation ou les ancrages des groupes mobilisés. C’est au niveau de ces mobilisations « par le bas » que se positionnent les considérations développées ici, qui s’ancrent sur des recherches portant sur des mobilisations locales qui convoquent le patrimoine et l’environnement comme valeurs et cadres d’action, sur l’analyse de situations de conflits, de controverses, de débats et de concertation dans différents contextes1.

5Il s’agit donc ici de tenter de répondre à deux questions :

  • Quel peut être l’apport des notions de territoire, territorialités et territorialisation pour l’analyse des mobilisations locales, des rapports entre mobilisations locales et espace ?
  • Quel peut être l’apport de l’analyse de situations d’action collective aux débats sur la pertinence des notions de territoire, territorialités et de territorialisation ?

MOBILISATIONS LOCALES ET PROCESSUS DE TERRITORIALISATION

6La réflexion géographique s’intéresse aux mobilisations locales d’abord à partir de leur capacité à révéler et à renforcer des territorialités pré-existantes. Les mobilisations, les controverses et les conflits sont souvent étudiés comme révélateurs des ancrages territoriaux interprétés en termes d’appartenance, d’appropriation ou même d’identités territoriales.

7Mes travaux sur ces questions – qui portent sur des situations de conflits, de controverses et différentes formes d’actions collectives visant à instaurer un débat sur le devenir de certains espaces – ont adopté une posture différente et se focalisent sur l’analyse des effets spatiaux et territoriaux des mobilisations locales, sur leur productivité spatiale et territoriale.

  • 2 Selon les positions de G. Simmel (1995) et de L. Coser (1982), une des fonctions sociales du confl (...)
  • 3 Cette interprétation est proche de l’utilisation de la notion de territorialisation par C. Raffest (...)
  • 4 Qui peut prendre des formes très concrètes : soit l’organisation d’une veille de terrain sur les m (...)

8En effet, on peut considérer que les mobilisations locales constituent non seulement une forme de socialisation2 mais bien une forme de territorialisation parce qu’elles produisent des groupes, conscients d’une solidarité de destin reposant sur leur inscription spatiale, qui s’approprient matériellement par une vigilance localisée, et idéellement par un travail de nomination et de valorisation, un espace3. Cette vigilance4 peut être analysée comme une conduite territoriale – au sens de l’éthologie – de prise de possession d’un espace et de sa défense contre d’autres usagers (Le Berre, 1992), ou comme une manifestation de « territorialité », selon la tradition de l’École de Chicago (Lyman & Scott, 1967). Dans cette acception, la territorialité est une tentative de contrôle sur l’espace. R. Sack (1986), s’inscrivant dans cette filiation mais appliquant la notion à différentes échelles, insiste sur les stratégies de contrôle résultant d’actions explicites.

  • 5 Y. Barel a rappelé que la notion de patrimoine doit être pensée comme favorisant la constitution d (...)

9En outre, les réseaux d’habitants qui mettent en œuvre une action collective pratiquent une sociabilité à fort ancrage spatial, constitutive d’une autre forme de territorialité. On peut faire l’hypothèse avec A. Lecourt et G. Baudelle (2004) qu’ils créent une proximité sociale à partir de la proximité spatiale. De plus, les habitants mobilisés mettent en avant, pour défendre leur position, des qualités et valeurs de l’espace concerné, et effectuent ainsi un travail de production d’une certaine représentation de leur espace proche. Comme l’a souligné M. Mormont (2006), les situations de conflits renvoient aussi, ou peut-être d’abord, à des conflits de cadrage, qui portent sur la définition même de ce qui est en conflit. Cette production/promotion du territoire vient renforcer la territorialité spécifique produite par l’action collective. On pourrait dire aussi que ces mobilisations locales construisent symboliquement l’espace proche comme « bien commun », qu’elles instaurent entre un groupe – ainsi institué – et des objets, lieux ou sous-ensembles spatiaux, une relation patrimoniale5.

  • 6 Dans d’autres cas, ils appellent de leurs vœux la mise en place de ce type d’instruments dont ils (...)

10Mais il s’agit aussi d’un processus de territorialisation dans une autre acception du terme, qui implique la confrontation des habitants mobilisés aux modes de spatialisation de l’action publique. Dans un grand nombre de situations, lorsque des individus mobilisés mènent l’enquête qui leur permettra de défendre leur position, ils découvrent l’existence de dispositions juridiques basées sur le zonage qui ont été mises en place pour réguler les relations entre différents usages, entre des activités et les résidants (Melé, 2008), ou pour préserver des éléments qualifiés de patrimoine naturel ou culturel6. Par ailleurs, on observe aussi la multiplication d’instances localisées qui se fixent comme objectif de re-construire l’assentiment et la confiance entre les différents acteurs et porteurs d’intérêts.

11L’existence de ces formes de régulations locales territorialisées, mises en place sur des périmètres proches de ceux des mobilisations, obligent à pousser plus loin l’analyse et à considérer que l’on assiste à une production de « territoires », au sens d’espaces délimités chargés de valeurs et dotés d’une instance – de pilotage, de gestion ou de concertation – au sein de laquelle les habitants mobilisés sont représentés. Ceux-ci s’autoproclament porte-parole de l’espace en jeu, mais ils sont aussi acteurs de l’actualisation locale des règles juridiques nationales et européennes. Ils s’approprient textes de lois et objectifs des politiques publiques qu’ils utilisent comme ressources dans la situation locale. Ils construisent un discours sur les limites des qualifications juridiques de l’espace (zonages) et élaborent des revendications impliquant la mise en œuvre de prescriptions juridiques territorialisées. En ce sens, on peut dire que les habitants mobilisés contribuent à la transmission d’une vision territoriale de l’espace par intégration et diffusion des procédures et catégories de l’action publique.

  • 7 Au sens ici d’espace délimité chargé de valeur.
  • 8 J. Lolive (1999) qualifie de « territorialisation réactive » la valorisation d’éléments territoria (...)

12Ce n’est donc pas seulement l’action collective sur une base spatiale qui constitue un processus de territorialisation ; mais bien la double expérience de construction d’un acteur collectif au moment de la mobilisation et de sa confrontation aux procédures territorialisées d’action publique. L’intégration du vocabulaire, des référentiels et des typifications portés par le droit et l’action publique implique l’adoption d’une vision territoriale du monde7. Souvent ces situations ouvrent des espaces de débats qui constituent de nouvelles scènes de production territoriale à différents niveaux : production de territoires juridiques et institutionnels, territorialisations réactives8, construction de nouvelles territorialités par les habitants mobilisés, diffusion d’une vision territoriale des dynamiques spatiales et de l’action publique auprès des habitants de l’espace concerné.

UN RÉGIME DE TERRITORIALITÉ RÉFLEXIF

13Dans les mobilisations locales étudiées, des collectifs, composés en partie de résidants, construisent par un travail d’enquête des éléments valorisables de l’espace qui peuvent justifier sa protection et se dotent ainsi d’une certaine vision de leur espace proche. On peut faire l’hypothèse que cette production de connaissances et cette mise en débat du devenir d’un ensemble spatial ont des effets à la fois sur les modalités de l’action des pouvoirs publics et sur les relations à l’espace des populations.

  • 9 Pour une présentation plus complète de cette hypothèse d’interprétation, cf. P. Melé (2009).

14Ces processus peuvent être qualifiés de territorialisation réflexive9, au sens où ces collectifs construisent une scène sur laquelle sont mises en débat des informations sur les qualités, les évolutions et le devenir possible d’un territoire, et proclament la nécessité de la mise en œuvre de procédures de veille et de surveillance – de réflexivité institutionnelle (Giddens, 1987 et 1994) – pour tenter de réduire les incertitudes. La réflexivité, entendue comme capacité des acteurs à « comprendre ce qu’ils font pendant qu’ils le font » (Giddens, 1994, p. 33) et à se retourner sur leur activité, est une spécificité et une qualité attribuée à toute action humaine. Conscience pratique, elle autorise l’adaptation au cours de l’action. À un autre niveau, elle rend possible la production de descriptions des objectifs et des raisons de l’action. Elle fonde alors la capacité d’adaptation au contexte, la détermination de « l’action qui convient » (Thévenot, 2000), mais aussi l’attribution de la qualité d’acteur à un collectif.

  • 10 « La réflexivité de la modernité, directement impliquée dans la généralisation continue d’auto-con (...)

15Les auteurs qu’il est convenu de regrouper, malgré leurs différences, sous le nom d’école de la modernité réflexive (Beck, Giddens & Lash, 1994), ont placé la réflexivité au centre d’interprétations des tendances macro-sociales de la « modernité tardive ». On retiendra ici essentiellement les propositions d’A. Giddens, pour qui la réflexivité de la vie sociale moderne consiste en une « révision constante des pratiques sociales à la lumière des informations nouvelles concernant ces pratiques, ce qui altère aussi constitutivement leur caractère10 ». La réflexivité peut être considérée comme la poursuite de la rationalisation des sociétés, quoique, pour cet auteur, la généralisation de la présomption de réflexivité, c’est-à-dire la conscience du caractère limité de tout savoir, subvertisse la raison, dissolve l’assimilation entre savoir et certitude. Des procédures de réflexivité institutionnelle se multiplient (systèmes d’évaluation, dispositifs de suivi en temps réel, commissions de coordination et d’information), « améliorant les connaissances », sans pour autant que celles-ci ne construisent un univers de certitudes, elles conduisent plutôt à la prise de conscience du caractère instable et « mutable » du monde social.

  • 11 Selon l’une des définitions du contenu du risque proposées par U. Beck (2001, p. 60).

16C’est aussi ce que montre U. Beck (2001) dans son analyse des relations entre savoir scientifique et risques. Vivre dans la société du risque ne signifie pas l’aggravation de l’insécurité, mais la fin des certitudes et de la confiance aveugle dans les « systèmes experts », malgré – et peut-être à cause de – l’expérience de vivre environné de modes de connaissances et de calculs sur les conséquences possibles des actions (Giddens, 1991). La présence dans la vie quotidienne de tentatives de contrôle des « futurs potentiels », du risque comme « événement non encore survenu qui motive l’action11 », accroît paradoxalement le sentiment d’imprévisibilité (Beck, Giddens & Lash, 1994, p. 11).

  • 12 « La notion d’environnement est réflexive, elle a pour sens de situer toute action dans un context (...)

17Il est possible d’identifier des processus similaires liés à la forte présence dans les situations étudiées de l’environnement à la fois comme valeur et cadre d’action. Non seulement l’environnement conduit-il à redéfinir des « biens communs » et les objectifs et modalités de l’action des pouvoirs publics pour les préserver, mais cette notion repose sur l’identification des liens et rétroactions entre un individu et ce qui l’environne. Pour L. Charles, la perspective environnementale conduit à questionner les formes d’expertises et de connaissances savantes, à les réinterroger à partir des conséquences des actions, « des pratiques et des usages, de l’expérience et du retour réflexif que cela signifie » (Charles, 2000, p. 10). Cet auteur souligne l’ancrage pragmatique de la notion d’environnement, qu’il propose de considérer comme un « opérateur réflexif pour un individu acteur fondamentalement en relation ». La généralisation de la notion d’environnement caractériserait ainsi un mode de relation particulier au monde12.

  • 13 « Par le phénomène de patrimonialisation, la société semble “s’observer elle-même” avec un écart, (...)

18D’une manière différente, les références au patrimoine impliquent aussi une relation réflexive à certains objets, lieux et espaces. Les mobilisations locales autour de la patrimonialisation de certains espaces peuvent ainsi être analysées comme la (re)construction dans l’action d’une « identité ancrée ». Mais si tout peut être patrimoine, alors la patrimonialisation ne proclame plus que la capacité réflexive de la société. Plus précisément, dans la relation des populations à l’espace, la patrimonialisation introduit une mise à distance, une « mise entre guillemets […] du monde matériel structuré par l’homme » (Poche, 1998, p. 295) qui rend possible une position d’extériorité et la construction d’un regard et d’actions réflexifs. Certains auteurs ont pu définir l’extension patrimoniale comme la diffusion d’un regard ethnographique, ou la démarche patrimoniale comme une « hyper-ethnologie », la distance entre l’observateur et l’objet observé étant pratiquement abolie13. L’identification d’une « réflexivité patrimoniale », par laquelle la société s’observe elle-même, n’induit pas seulement une attention et une valorisation d’espaces, d’objets et de pratiques, mais aussi la transformation des pratiques et des acteurs devenus « objets patrimoniaux de la modernité ». Selon H.-P. Jeudy, ceux-ci deviennent des acteurs « rétroactifs » qui intègrent le regard « ethnographique » dans leur attitude, au risque de la parodie et du pastiche (Jeudy, 2001, p. 55).

19Dans ce cadre d’analyse, les situations d’action en public qui mobilisent les valeurs patrimoniales et environnementales, et dans lesquelles est mis en débat le devenir d’un sous-ensemble spatial peuvent être analysées comme une manifestation de réflexivité sociétale. En effet, des « profanes » se réapproprient des savoirs experts et (re)construisent à partir de ceux-ci leur relation à l’espace et aux actions des pouvoirs publics. Ils réalisent également une critique des objectifs de l’intervention publique et semblent exiger de la part des acteurs publics une capacité de réexamen permanent du cours et des impacts de l’action.

  • 14 La notion de territoire est souvent convoquée pour caractériser des formes de territorialité ancré (...)
  • 15 Dans le cadre de territorialités de projet que R. Lajarge (2000) a proposé de nommer intentionnell (...)

20La généralisation d’instances de débats et de concertation n’est pas en mesure d’apporter des certitudes, de résoudre les conflits. Celles-ci constituent, d’abord, l’institutionnalisation de scènes publiques intégrant la vigilance des résidants et, ensuite, des processus d’hybridation des savoirs « profanes » au contact des acteurs publics. D’une certaine façon, ces instances forment des points de rencontre entre réflexivité individuelle et collective (l’enquête des résidants affectés), d’une part, et, d’autre part, des procédures de réflexivité institutionnelle. On peut construire l’hypothèse de la diffusion d’un régime spécifique de territorialité caractérisé non pas par l’ancrage, la tradition et le temps long14, ni par un projet porté par des acteurs institutionnels15, mais par une place particulière de l’action, du débat public, de la diffusion de modes de connaissances et de valorisation de l’espace, de la mise à distance de l’expérience quotidienne pour la transformer en savoir mobilisable dans des épreuves.

21Il ne s’agit pas pour moi d’opposer des territorialités anciennes seulement capables d’inertie, de résistances ou de résilience (Retaillé, 2009), à des territorialités nouvelles, caractérisant différentes formes de réinvestissements ou de re-territorialisation, mais de souligner qu’en prenant au sérieux le travail des habitants mobilisés, il est possible d’identifier une forme spécifique de relation à l’espace proche liée aux actions collectives en public dans le cadre de mobilisations locales. La notion de régime de territorialité réflexif est un outil d’analyse, une catégorie permettant de regrouper des phénomènes et des situations différents à partir de certaines de leurs caractéristiques qui pourraient rendre compte des mutations du rapport au territoire et de l’importance de certains processus contemporains de (re)territorialisation.

22Il s’agit de caractériser des modalités de relation à l’espace et des façons de penser le territoire, qui doivent être considérées, comme les régimes d’historicité identifiés par F. Hartog, en termes de co-existence avec le régime de territorialité ancré ou celui du projet, de rapports de tensions et non de mutations ou d’exclusives. En adoptant une définition inspirée de cet auteur, un régime de territorialité caractériserait la façon dont une société traite du territoire et une « modalité de conscience de soi d’une communauté humaine » (Hartog, 2003, p. 19). On peut donc émettre l’hypothèse que les situations de mobilisation locale dans lesquelles une définition des biens communs localisés est en jeu constituent des modalités de plus en plus répandues de conscience de soi de collectifs locaux.

CONCLUSION

23Je propose pour conclure trois questionnements critiques sur cet usage du territoire :

  • comment penser ensemble la temporalité de l’action et celle du temps long de l’espace local ? ;
  • quelle position adopter face au triptyque territoire, échelles et niveau ? ;
  • ne faudrait-il pas abandonner l’opposition entre réseau et territoire ?

24Concernant la première de ces interrogations, la position développée ici qui se concentre sur les effets et sur la productivité spatiale et territoriale de mobilisations locales peut être soumise à deux questionnements principaux.

  • 16 M. Leborgne (2006), travaillant sur les relations entre mémoire collective et territoire, a identi (...)

25Premièrement, quelle est la durabilité des processus observés ? Cette production territoriale issue de situations d’actions collectives doit-elle être considérée comme limitée dans le temps et à certaines pratiques ? Ou bien les moments de mobilisation ont-ils la capacité de marquer durablement des espaces, de modifier les valeurs et représentations attachées à l’espace proche ? Il faut souligner de plus que les processus de territorialisation liés à des formes de mobilisations locales ne sont pas nouveaux. Souvent, au moment de commencer une enquête, dans des contextes très divers, nous nous apercevons que d’autres mobilisations, plus anciennes, sont évoquées. Le souvenir des luttes passées marque et informe un espace et concourt au processus de territorialisation16.

  • 17 Au sens identifié par L. Thévenot (2006) d’obligation de faire avec, de nécessité d’ajustement, «  (...)

26Deuxièmement, comment rendre compte du rapport entre les mobilisations observées et d’autres formes de territorialités marquées par le temps long des pratiques et héritages, mais aussi par des tensions et rapports de force qui ne s’expriment pas directement dans des conflits, controverses ou mobilisations explicites ? L’enjeu est ici de restituer la complexité de la relation au contexte, et peut-être aussi les dimensions d’engagement17 dans un environnement, d’encastrement dans des situations politiques des mobilisations locales, sans perdre la focalisation de notre projet sur des situations d’actions collectives en public liées à des mobilisations spécifiques.

27La notion de territoire, quelles que soient les précautions prises, semble nous pousser à raisonner en termes d’échelles et d’entités spatiales de différents niveaux. Malgré les analyses fines des alliances et des relations entre acteurs dans la mobilisation et qui notent souvent d’ailleurs la capacité des habitants mobilisés à passer d’un niveau à un autre.

28Un des inconvénients de l’utilisation courante de la notion d’échelle est qu’elle débouche très vite sur une conception un peu mécanique des emboîtements entre le niveau local, le niveau régional et le niveau national, souvent pensés comme des entités de nature différente et non plus sur le modèle des relations entre le tout et les parties. Une des tendances, et pas seulement des géographes, est de considérer l’espace local – le territoire que l’on vient d’identifier – comme une cellule de base de l’organisation de l’espace. On retrouve cela dans la géographie classique, comme d’ailleurs dans la géographie la plus contemporaine qui définit le lieu où le local comme la plus petite unité géographique complexe (Lévy & Lussault, 2003).

29Les processus de recherche concrets semblent nous inciter à une critique de la notion d’échelle des géographes, de la différence entre le « par le bas » et le « par le haut » des politistes, ou de l’opposition entre un niveau local et des niveaux supra-locaux ou globaux. Les habitants mobilisés établissent des connexions, des liens directs entre des éléments inscrits dans leur espace proche – des lieux, des monuments, des événements – et d’autres éléments qu’ils vont convoquer comme alliés – d’autres exemples de mobilisation, des personnages, des institutions, des textes de lois, des éléments de jurisprudence –, qu’ils vont tenter d’actualiser, de rendre opératoires dans la situation locale. Dans d’autres cas, ils imputent à des éléments extérieurs à l’espace proche la responsabilité de certaines évolutions, de certaines dynamiques contre lesquelles ils se mobilisent. Les enquêtes font ainsi apparaître des alliances hétéroclites entre des résidants mobilisés et d’autres individus – immigrants, militants, hommes politiques – ou entités formant des collectifs hybrides qui ne sont pas nécessairement ancrés dans l’espace en jeu.

30Faudra-t-il alors céder à la critique la plus radicale et abandonner le local et le territoire au profit de la théorie de l’acteur-réseau promue par M. Callon et J. Law (1997), B. Latour et la sociologie des sciences et des techniques ?

  • 18 Qui caractérisait le territoire par la fermeture, l’exhaustivité et la contigüité (Lévy, 1994, p. (...)

31Les interprétations développées ici sur les effets des mobilisations locales et des processus d’actions collectives ne présupposent pas une incompatibilité entre les notions de réseau et de territoire. Ce sont bien des individus mobilisés, organisés en réseau, qui (re)définissent et chargent de sens des lieux et des sous-ensembles spatiaux qu’ils s’approprient ensuite matériellement et symboliquement. Il faudrait donc abandonner l’opposition entre territoire et réseau18, formulée par J. Lévy, qui avait, pendant un temps, servi de feuille de route à ceux qui cherchaient à adopter une définition robuste du territoire. On suivra en cela les propositions stimulantes de J. Painter (2009), qui dans un texte récent définit le territoire soit comme une forme spécifique de réseau, soit comme l’effet des relations entre réseaux, soit encore comme une idéalisation mentale des réseaux.

32Au total, il me semble avoir montré à quelles conditions il est possible de considérer les mobilisations locales, les conflits et les dispositifs participatifs intégrant des habitants à la gestion de certains espaces comme des processus de re-territorialisation, tout en soulignant les précautions à prendre dans l’utilisation de la notion de territoire.

Notes

1 Cf. P. Melé (2004 et 2006) et le projet en cours CONFURB : « Conflits de proximité et dynamiques urbaines (Canada, France, Mexique) », soutenu par l’ANR et piloté par l’équipe CoST de l’UMR CITERES.

2 Selon les positions de G. Simmel (1995) et de L. Coser (1982), une des fonctions sociales du conflit est de permettre de « souder des groupes », de susciter ou de modifier des communautés d’intérêt, de constituer une forme positive de socialisation.

3 Cette interprétation est proche de l’utilisation de la notion de territorialisation par C. Raffestin (1980, p. 129) : « En s’appropriant concrètement ou abstraitement (par exemple, par la représentation) un espace, l’acteur “territorialise” l’espace. »

4 Qui peut prendre des formes très concrètes : soit l’organisation d’une veille de terrain sur les modalités de fonctionnement de certaines activités, sur la présence ou le niveau de nuisances, soit le recueil d’informations transmises aux autorités publiques, le dépôt de plaintes ou de dénonciations.

5 Y. Barel a rappelé que la notion de patrimoine doit être pensée comme favorisant la constitution d’un « groupe patrimonial », collectif défini par « une relation spécifique entre un bien ou une ressource, ou un ensemble de biens ou de ressources et un groupe humain déterminé » (Barel, 1984, p. 118). Pour lui, ce groupe « est construit, beaucoup plus que reçu ou donné », il cherche à caractériser un processus d’« auto-fondation » permis par cette relation particulière.

6 Dans d’autres cas, ils appellent de leurs vœux la mise en place de ce type d’instruments dont ils ont identifié l’existence dans des textes de lois, ou en référence à d’autres situations qu’ils considèrent comme similaires.

7 Au sens ici d’espace délimité chargé de valeur.

8 J. Lolive (1999) qualifie de « territorialisation réactive » la valorisation d’éléments territoriaux menacés et la mobilisation de topiques dans la construction d’une argumentation contre un projet.

9 Pour une présentation plus complète de cette hypothèse d’interprétation, cf. P. Melé (2009).

10 « La réflexivité de la modernité, directement impliquée dans la généralisation continue d’auto-connaissance systématique, ne stabilise pas la relation entre le savoir expert et le savoir appliqué aux actions courantes. Le savoir revendiqué par les observateurs experts rejoint son sujet, tout en l’altérant » (Giddens, 1994, p. 51).

11 Selon l’une des définitions du contenu du risque proposées par U. Beck (2001, p. 60).

12 « La notion d’environnement est réflexive, elle a pour sens de situer toute action dans un contexte plus large d’action en retour, d’interaction, dans un schéma dans lequel un organisme en agissant transforme l’environnement, modification qui rétroagit sur l’organisme » (Charles et Kalaora, 2007, p. 128).

13 « Par le phénomène de patrimonialisation, la société semble “s’observer elle-même” avec un écart, soit temporel, soit de l’ordre de l’organisation sociale, qui va se rétrécissant de plus en plus. Mais en revanche, l’écart conceptuel ne peut que se maintenir : il est bien clair que ce que l’on observe dans ce registre est réputé par le fait même ne plus exister en tant que mode de fonctionnement sociétal, c’est être passé dans la catégorie de la désuétude » (Poche, 1998, p. 292).

14 La notion de territoire est souvent convoquée pour caractériser des formes de territorialité ancrées, basées sur les lentes maturations de la société locale (Marié, 1986). Dans ce régime de territorialité, le modèle de relation entre les membres du groupe et entre ce groupe et l’espace est celui de la communauté et de son terroir, ou dans les versions plus urbaines, du quartier ouvrier traditionnel, ou même de la petite ville de la « troisième Italie » et du district industriel (Marcelpoil, 2002).

15 Dans le cadre de territorialités de projet que R. Lajarge (2000) a proposé de nommer intentionnelles. Le modèle est ici celui du projet de territoire (politiques de développement local et territorial, PNR, programme Leader).

16 M. Leborgne (2006), travaillant sur les relations entre mémoire collective et territoire, a identifié des marques liées à des événements ou à des personnages.

17 Au sens identifié par L. Thévenot (2006) d’obligation de faire avec, de nécessité d’ajustement, « de dépendance aux personnes et aux choses ».

18 Qui caractérisait le territoire par la fermeture, l’exhaustivité et la contigüité (Lévy, 1994, p. 76).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540