Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces de vie, espaces enjeux

 | 
Yves Bonny
, 
Sylvie Ollitrault
, 
Régis Keerle
, 
et al.

Troisième partie. Mobilisations par les autorités publiques

Chapitre 15. L’urbanisme temporaire : signifier les « espaces-enjeux » pour réédifier la ville

Benjamin Pradel

Texte intégral

1Une des problématiques que connaissent les centres-villes aujourd’hui relève de la perte de vitesse plus ou moins fantasmée de leur attractivité face au phénomène d’étalement urbain et à l’émergence de nouvelles centralités périphériques. La fin des contraintes spatio-temporelles de localisation des individus et des fonctions urbaines sonnerait la fin de la ville en tant que centralité et lieu privilégié du déploiement de la vie sociale. Dans ce contexte, les réponses pérennes de l’urbanisme fonctionnaliste basées sur un principe d’attraction gravitaire ne font plus automatiquement recette et entraînent un certain « désarroi des aménageurs » (Péraldi & Marot, 1988). L’action publique attribue plus aujourd’hui à « l’aménagement urbain […] des objectifs en termes de création de supports d’usages » (Beaufils, Janvier & Landrieu, 1999, p. 49). Il se développe alors un urbanisme des modes de vie (Masboungi & Bourdin, 2004), un chrono-urbanisme ou encore un urbanisme de stimulation de la vie sociale (Ascher, 1997). Après l’urbanisme de conquête des territoires périphériques prévalant dans les années 1970, les villes se sont engagées dans un processus de réédification et revalorisation de leurs espaces centraux en prenant en compte la vie sociale existante et celle qui peut potentiellement s’y déployer.

2L’attention particulière portée aux espaces publics dans ce processus peut être interprétée comme une tentative pour resignifier la ville en tant que lieu privilégié de la sociabilité et de l’urbanité métropolitaines. Certaines zones du tissu urbain sont alors porteuses d’enjeux urbanistiques parce qu’elles permettraient de répondre ou sont désignées pour répondre, plus que d’autres, à ces évolutions qualitatives des villes centres. Il ne s’agit pas tant d’y implanter des fonctions pérennes que d’en stimuler la fréquentation et les usages en augmentant leur attractivité par un aménagement du temps autant que de l’espace. Selon nous, la prise en main politique de l’acte festif depuis les années 1990 dans les villes et la production ou remise au goût du jour d’événements municipaux oscillant entre la fête, le festival, l’opération d’animation ou la manifestation (Di Méo,

32005), révéleraient un glissement entre urbanisme hard et soft, renouvelant la conception de l’aménagement spatial sur un mode temporaire et cyclique. Tout en revendiquant une certaine filiation, il faut distinguer notre approche de celles analysant le lien entre méga-événement (Hiller, 2000) à existence unique et projets urbains de grande envergure (Gravari-Barbas, 2009 ; Augustin, 2009) et de celles étudiant ce même lien à propos d’événements périodiques mais selon une perspective synchronique (Hugues, 1999). Ainsi, nous travaillons à partir d’un corpus d’événements spécifiques dans l’ensemble de ceux qui noircissent le calendrier urbain (Pradel, 2005a). Périodiques, thématiques, municipaux, gratuits, des événements de plusieurs semaines reprogramment le fonctionnement des espaces publics et se présentent comme une offre de rythmes partagés. Les plages urbaines (Paris-Plages et Bruxelles-les-Bains) et les grandes animations hivernales (Plaisirs d’Hiver à Bruxelles) qui se multiplient dans toute l’Europe et au-delà en sont des archétypes. Elles renouvellent les temporalités de l’action publique dans la production de l’espace et participent de l’évolution de l’acte aménageur dans l’orchestration des usages différenciés de la ville.

4Ce type d’événements constituerait une échelle d’action publique urbanistique intermédiaire basée sur un principe d’aménagement périodique et réversible des pratiques urbaines et des espaces centraux. De par son caractère rythmique, il ferait le trait d’union entre, d’un côté, la stimulation à court terme des usages d’un espace désigné pour incarner la centralité urbaine à travers le déploiement d’une urbanité festive et, de l’autre, des projets urbains à moyen terme réorganisant ces mêmes espaces pour les intégrer au fonctionnement urbain. Par « espace-enjeu », nous entendons un espace public délimité, souvent doté de propriétés remarquables (patrimoniales, naturelles, centrales), inclus dans des zones urbaines faisant l’objet d’une opération de renouvellement urbain. Ce travail analysera l’institutionnalisation municipale des dispositifs symboliques, techniques et organisationnels de Paris-Plages, Bruxelles-les-Bains et Plaisirs d’Hiver en 2007. Il illustre l’émergence d’un urbanisme temporaire permettant la désignation politique des espaces-enjeux et leur intégration à l’espace sans enjeux, c’est-à-dire la normalisation progressive de leur situation dans la ville qui se renouvelle.

LA TRANSFIGURATION TEMPORAIRE DE LA VILLE POUR DÉSIGNER SES « ESPACES-ENJEUX »

La transfiguration physique

  • 1 Jean-Christophe Choblet, scénographe de Paris-Plages, entretien novembre 2006.

5Les propriétés verticales du bâti sont utilisées afin de délimiter techniquement et symboliquement les espaces pris dans des enjeux urbanistiques. Cette délimitation construite et parfois donnée par la morphologie des lieux, crée des isolats fonctionnels dans le tissu urbain et des lieux d’exception dans la ville du quotidien. À Bruxelles et à Paris, les plages éphémères sont situées généralement sous le niveau de la ville. Cette propriété de l’espace devient un atout pour une identification rapide. Surplombées par des ponts ou des quais où se pressent les curieux, elles deviennent des spectacles urbains visuellement clos, acoustiquement calmes et climatiquement frais du fait de leur proximité avec l’eau. La mise en scène des accès renforce cette séparation en symbolisant le passage dans une réalité modifiée et un espace particulier : végétalisation des rampes, barrières, porches aux couleurs de l’opération, plan des lieux, mobilier entravant la circulation, musique. Le scénographe de Paris-Plages parle alors « d’échappée urbaine1 ». Lorsque la morphologie urbaine n’offre pas d’aménités particulières à l’isolement vertical, c’est l’illumination des façades qui est utilisée pour délimiter les lieux et symboliser la frontière. À Plaisirs d’Hiver l’éclairage changeant du patrimoine de grande hauteur signale les lieux charnières, des arches dans les rues adjacentes créent des sas lumineux et l’ensemble du parcours est identifié par un éclairage unicolore rouge et des totems lumineux. La lumière permet d’appréhender l’échelle du site.

6La dimension horizontale de la morphologie urbaine influence également l’organisation interne des sites et leurs aménagements temporaires. À Paris-Plages, les surfaces plantées et les trottoirs deviennent « bandes d’arrêt » (activités et plages) alors que la bande passante identifiée par le macadam conserve son rôle de support à la mobilité. À Bruxelles-les-Bains, la bande passante centrale en pavés distribue le public sur une bande d’arrêt le long du canal organisée suivant les aménités des aménagements portuaires et une bande coté ville accueillant les restaurants qui ont besoin de se brancher sur les réseaux d’électricité et d’eau. Comme pour les points hauts, ces divisions longitudinales transforment alternativement le visiteur en spectateur ou en acteur selon son positionnement dans l’espace et renforcent la dimension grégaire de l’opération. Les mises en scène utilisent aussi les perspectives visuelles des berges protégées à Paris par l’Unesco. Au Port de la Gare la continuité du panorama est assurée par la limitation de la hauteur des installations et la préservation des distances entre les péniches. Enfin, la nature du sol influe sur la localisation des installations : l’atelier roller et le macadam, la pétanque et la terre battue, les serviettes sur les pelouses, les transats sur les espaces pavés au bord de l’eau, l’élargissement de la voirie pour la scène musicale, la place de l’Hôtel de Ville pour les terrains de sport.

La transfiguration symbolique

  • 2 Bruno Gouyette, responsable de la mission qualité de l’espace public à la mairie de Paris, entreti (...)

7La nature urbaine et les symboles relatifs aux saisons jouent un rôle actif dans la transformation et la symbolisation politique des espaces. L’image « naturelle » des berges parisiennes classées en Zone urbaine verte et du quai où se déroule Bruxelles-les-Bains qui fait partie du maillage vert communal est soulignée par un travail sur la symbolique du littoral estival qui utilise « des icônes et des symboles qu’on ne trouve jamais ensemble2 ». Ces icônes, que l’on retrouve à Paris et à Bruxelles, ont été choisies selon les quatre éléments naturels. Elles doivent amplifier l’effet de dépaysement déjà présent et ancrer l’espace dans un temps de référence pour l’exhausser du temps de la ville du quotidien. Le soleil est représenté par des parasols géants toujours ouverts et du mobilier de jardin sur des sites particulièrement bien exposés à ses rayons par rapport au reste du tissu urbain. La terre est symbolisée par une rangée de palmiers en bac qui complète les alignements plantés caractéristiques des berges et renforce la densité végétale. Tout cela participe de l’unification. L’air est objectivé par des oriflammes de neuf mètres claquant au vent « marin » qui s’engouffre dans la vallée de la Seine. L’eau du fleuve ou des bassins homogénéise les sites et l’éclairage bleuté en rappelle la présence dans l’obscurité. La scénographie invite l’usager à investir ces lieux à la manière des plages du littoral en été. Pour ancrer ces espaces à conquérir où reconquérir dans le présent, la scénographie cherche à faire le lien entre le passé des lieux et leurs utilisations futures.

8La mise en scène instrumentalise la mémoire commune et l’histoire des lieux pour créer plus ou moins artificiellement un continuum temporel symbolique dans le développement urbain. La plage parisienne plonge ses racines dans l’histoire de la culture française à travers le personnage d’André Malraux qui a stoppé le projet d’élévation des voies sur berge de la rive droite dans les années 1970 et a permis de les faire classer au patrimoine mondial. L’édifice se préparait dans la logique fonctionnaliste à un exhaussement à mi-hauteur entre quai et berge. La concession faite par la vision fonctionnaliste, d’une voie inondable, à la vision patrimoniale, conserver les quais en l’état, permet aujourd’hui à l’ouvrage de satisfaire d’autres usages (Gourdon, 2001). Symboliquement, la plage à Paris renvoie aussi aux congés payés, aux migrations estivales, au slogan « Sous les pavés la plage » de mai 1968 ou à la station balnéaire du Touquet Paris-Plage. Pratiquement, l’événement permet de reproduire certains usages historiques des berges de Seine (farniente, pique-nique, musique, baignade) comme en témoignent de nombreux clichés anciens. Les abords du Bassin de la Villette étaient également un lieu de promenade de l’aristocratie du XIXe siècle qui l’avait surnommée le Petit Champs-Élysées et dans les années 1930 les guinguettes et le canotage y rencontrent un vif succès durant les beaux jours. Paris-Plages réactive ces activités nautiques, réinstalle des guinguettes (musique, parquet de danse, lumignons) et propose des boulodromes permettant la rencontre entre les visiteurs d’un jour et les utilisateurs traditionnels des lieux, véritables boulistes ancrés dans l’histoire des quais. À l’opposé, si le parcours des Plaisirs d’Hiver bruxellois utilise la force historique de la Grand-Place pour polariser les publics, la ville qui n’a jamais abrité de véritable marché de Noël invente sa tradition en s’inspirant du folklore du nord de l’Europe.

9La désignation politique et calendaire des espaces pris dans des enjeux de renouvellement urbain procède d’un va-et-vient permanent entre réinvention et instrumentalisation des propriétés actives des lieux comprises comme des dispositions physiques, sensibles et symboliques qui peuvent se prêter plus que d’autres à la mise en scène (Jolé, 2006). Dans ces espaces-enjeux aux propriétés souvent remarquables, l’urbanisme temporaire organise la négation symbolique de la ville du quotidien à travers le déploiement d’un imaginaire extra-urbain saisonnier pour provoquer des usages collectifs inédits. Il mobilise pour cela de nouveaux acteurs et répertoires d’actions qui constituent le bras armé de la politique événementielle.

COORDINATION, GESTION ET RÉGULATION ÉVÉNEMENTIELLE DES « ESPACES-ENJEUX »

Des organes de coordination

10Depuis quelques années on observe l’apparition d’organes spécialisés dans la gestion et la prise en charge des événements urbains au sein des institutions municipales. Ils développent un savoir-faire administratif qui s’institutionnalise peu à peu. La mairie de Paris a créé en 2003 la délégation générale à l’Événementiel et au Protocole (DGEP), devenue indépendante du secrétariat général en 2008. Délégation la plus importante en termes de masse salariale, sa mission est d’assurer la production d’évènements d’initiative municipale, le conseil technique et la régie, et de coordonner les directions et les partenaires impliqués dans la création d’événements dans l’espace public. La DGEP a en charge la sécurité et la propreté des sites, reçoit les demandes de partenariat, les réponses aux appels d’offre (régie, distribution électrique, secours, graphisme) et valide avec les services concernés les projets et l’organisation spatio-temporelle de Paris-Plages. Elle est également force de proposition et de décision dans son domaine. À Bruxelles, la région a créé en 2005 un Bureau des grands événements (BGE) au sein du « Bruxelles International Tourisme & Congrès » (BITC) chargé d’assurer le développement touristique de Bruxelles Capitale. Le BGE, né de l’intégration de l’entreprise privée en charge des Plaisirs d’Hiver, est un organisme para-public en lien avec l’échevinat de Bruxelles, un guichet unique regroupant les demandes d’organisation d’activités de loisirs. Il coordonne et impulse des événements existants ou à créer sur le territoire et intervient de ce fait dans et sur l’espace public. Les permis de terrasse accordés par la ville ont une durée de onze mois afin que le BGE puisse gérer les emprises au sol pendant les Plaisirs d’Hiver. Place Sainte Catherine, le BGE a fait refaire le réseau électrique par un fournisseur d’électricité, organisateur du spectacle sur la Grand-Place où la publicité est très réglementée. Ces organes, bien que largement libres de leurs mouvements, sont directement subordonnés à l’autorité politique qui oriente les choix de localisation des événements dans un mouvement stratégique de communication politique. Ainsi, la proposition technique de la DGEP d’étendre Paris-Plages 2007 au Jardin Tino Rossi, un site sans enjeu urbanistique particulier, s’est vue refusée par le maire de Paris qui a préféré mettre l’accent sur le Port de la Gare, espace nouvellement édifié mais encore peu usité. L’urbanisme temporaire est un mode d’action publique qui s’institutionnalise en tant qu’outil politique permettant d’orchestrer les usages de la ville en général et de certains espaces particuliers.

Des services inédits et des partenaires privés

11À côté de la création de ces organes municipaux, le recours à des partenaires privés alimente la constitution de l’urbanisme temporaire. Les partenariats public-privés permettent de développer un arsenal serviciel et technique en conservant un financement quasi-constant permettant d’affaiblir les critiques des oppositions municipales. À Paris-Plages, la Société d’économie mixte d’aménagement de Paris (SEMAPA) s’affiche en proposant une navette qui relie les sites de l’événement, à la Villette une navette fluviale dessert gratuitement plusieurs points du Canal de l’Ourcq, la RATP met en place un dispositif spécifique de location de vélos et un plan de déplacement temporaire. À Plaisirs d’Hiver deux navettes desservent spécialement l’événement, le BGE et la Société nationale des chemins de fer ont créé un billet excursion Plaisirs d’Hiver à un prix forfaitaire avec réductions sur les activités. Tous événements confondus on retrouve des bureaux de poste temporaires, des bibliothèques et des activités ludo-sportives tantôt sponsorisées, tantôt municipales, des espaces pour bébé, une couverture Wifi gratuite, des concerts, salons de massage, buvettes etc. Outre les services au public, ces partenariats permettent de développer de nouvelles techniques d’aménagement tout en compressant les coûts pour la collectivité. À Paris le fournisseur du sable a développé pour les voies sur berges fragiles une nouvelle technique d’ancrage des barges dans le fond de la Seine, évitant ainsi l’utilisation de camions. Le fournisseur d’eau a fait réaliser des fontaines spéciales, escamotables, économes en eau et accessibles aux personnes à mobilité réduite. Le fournisseur d’électricité a développé un éclairage par « lucioles » alimentées par de mini panneaux solaires et les hotspots Wifi ont été couplés au réseau d’éclairage. À Plaisirs d’Hiver le fournisseur électrique augmente le voltage des réseaux et camoufle les prises, et des appels d’offre calibrent le mobilier pour des lieux précis et poussent à développer des techniques économes. L’affichage plus ou moins visible des partenaires privés sur certains lieux urbains porteurs d’enjeux urbanistiques à travers l’événementiel permet à ces derniers de travailler leur image d’acteurs participant activement à la vie et au développement de la Cité. Les entreprises se font ainsi connaître des décideurs politiques, s’affichent dans des manifestations festives souvent plébiscitées, sur des lieux densément utilisés, à la couverture médiatique importante, fortement identitaires car généralement patrimoniaux et souvent interdits à toute publicité.

Des équipes réflexives et réactives

  • 3 À Bruxelles, la police est placée sous la responsabilité du bourgmestre, l’équivalent du maire.

12Sur le terrain, la gestion de l’investissement événementiel des espaces mobilise une série d’acteurs municipaux qui développent un savoir-faire organisationnel in situ de plus en plus performant et intégré. La scénographie de Paris-Plages est prise en charge depuis 2002 par un prestataire extérieur qui a développé des compétences spécifiques en matière de plage urbaine. Il conseille aujourd’hui différentes villes européennes dans l’élaboration d’événements similaires. À partir d’un cahier des charges, il imagine la scénographie de l’espace à travailler en intégrant à son équipe des architectes, urbanistes, dramaturges de théâtre ou sociologues. Une fois le projet approuvé par l’autorité politique, différents services municipaux se mobilisent pour examiner la faisabilité des prescriptions. Collaborent ainsi les directions générales du Patrimoine et de l’Architecture, des Parcs et Jardins, de la Voirie et des Déplacements, de la Jeunesse et des Sports, des Affaires culturelles mais aussi la préfecture de police ou les pompiers. La réalisation et l’installation des aménagements (caillebotis, hamacs, tables, brumisateurs, pontons, jets d’eau, végétaux, etc.) sont confiées aux ateliers municipaux aux compétences étendues (plombiers, soudeurs, ébénistes, électriciens, etc.). Ce processus de coordination à l’année et transversal est actif pendant la phase opérationnelle car la régulation des nombreux usages des lieux exige la réactivité des organisateurs. Une veille technique permet aux régisseurs de faire remonter les dysfonctionnements éventuels. Ainsi, en 2004, le solarium destiné au repos mais rapidement dégradé par des passages incessants a été réaménagé en une nuit en passerelle, s’adaptant ainsi aux usages non prévus. À Bruxelles, le BGE coordonne les services d’eau, de voirie, de propreté, du patrimoine, de police3 dans des réunions avant et durant l’opération et assure une présence continue sur le site. Ainsi la mise en place d’une déviation avec fermeture de rue face à un effet de foule ou le renouvellement de totems lumineux dégradés par la pluie se fait en une nuit. La coordination et la réactivité qualifient le savoir-faire organisationnel des pilotes de l’urbanisme temporaire. Sur le terrain, l’encadrement des publics et la régulation des usages ne laissent que peu de place à l’improvisation sociale ou au détournement des installations.

Des agents de l’appropriation tranquille

  • 4 Stéphane Chave, directeur de la DGEP, entretien, juin 2007.

13L’organisation efficace car réflexive des événements entraîne qu’il « vaut mieux avoir un arrêt cardiaque, se faire voler son sac à main ou perdre son môme sur Paris-Plages que n’importe où ailleurs dans Paris4 ». L’encadrement des sites résulte d’un mélange entre personnel municipal, privé, associatif et étatique dont les fonctions sont bien identifiées. La propreté est gérée par des équipes municipales dévolues au périmètre de l’opération. Elles vident les cent cinquante réceptacles à tri sélectif de Paris-Plages et les deux cents poubelles de Plaisirs d’Hiver et veillent en permanence à la propreté du sol. Cependant à Paris une équipe privée de femmes de ménage entretient en flux tendu les sanitaires. Pour la sécurité, chaque site dispose d’un poste de police coordonné par un poste central de sécurité. Les agents fixes logés dans des modules fluo sont en lien avec des brigades à vélo ou en roller mais ce sont des vigiles privés qui fouillent les sacs à l’entrée et sécurisent les installations. À Bruxelles, la police est épaulée par des stewards urbains engagés par la municipalité à l’année pour ce type d’événement dans un objectif de médiation. La sécurité sanitaire à Paris-Plages est assurée par la Croix-Rouge en différents points fixes et par des points info/santé des Hôpitaux de Paris tout comme à Bruxelles-les-Bains. À ces différents intervenants s’ajoutent des maîtres-nageurs, des plagistes, des membres du BGE ou de la DGEP et des régisseurs. À Paris-Plages chaque site dispose d’un régisseur et d’une équipe de plagistes, le tout étant encadré par un régisseur principal suivant une hiérarchie bien rodée. L’existence de ces agents confère à l’urbanisme temporaire une fonction de régulation des usages des espaces en situation qui n’existe pas dans l’urbanisme traditionnel qui cherche plutôt à les anticiper. La reconfiguration événementielle des espaces par ce type d’action publique entraîne une densification de la fréquentation qui semble impliquer une redéfinition politique de la notion même d’espace public.

14L’urbanisme temporaire n’est donc pas une réalité totalement instituée, elle est mouvante et cela lui permet d’être relativement efficace en amont et en aval de ses déploiements événementiels. Il mobilise différentes compétences pour signifier et organiser des espaces-enjeux en cherchant à en provoquer un usage massif et inédit mais temporaire.

UN URBANISME TEMPORAIRE AU SERVICE DES « ESPACES-ENJEUX »

Anticiper des aménagements en gestation

  • 5 Projet d’aménagement et de développement durable (PADD) de Paris, en ligne, [www.paris.fr].
  • 6 Christian Ceux, échevin à l’urbanisme de la ville de Bruxelles, entretien, septembre 2007.

15L’urbanisme temporaire permet d’ouvrir la réflexion sur de futurs aménagements tout en cristallisant des habitudes d’usages. « Les multiples occasions offertes aux Parisiens de profiter, dans Paris, des bords de la Seine, comme la fermeture des voies sur berges le dimanche et l’été, montrent une véritable attente. Ainsi les réflexions sur la reconquête des voies sur berges au profit des circulations douces devront se poursuivre5. » L’implantation de Paris-Plages dans le XIXe en 2007 découle d’une demande de la mairie d’arrondissement auprès de la mairie de Paris, préfigurant symboliquement le projet d’implanter un port de plaisance sur le bassin. À Bruxelles, la plage urbaine participe à la politique de réinvestissement du canal de la Senne qui traverse la ville. La réhabilitation du quai qui accueille l’événement en espace de promenade par le Port autonome prépare l’implantation future d’une passerelle et d’une piscine flottante et la transformation du bassin en pôle ludique. L’opération permet également de symboliser le lien entre la vieille ville et le quartier nord industriel qui fait l’objet de plusieurs projets de grande ampleur. Ainsi « Bruxelles les Bains montre qu’il y a une volonté d’intégration ludique d’un quartier en pleine réhabilitation au sein de la ville6 ». Enfin, l’urbanisme temporaire permet de provoquer l’usage d’un espace et ainsi de lui attribuer une dimension symbolique dans la construction mentale de l’image de la ville. Le Bassin Béco construit volontairement hors de et dos à la ville au XIXe siècle se transforme en prolongement de Bruxelles via un réinvestissement ludique. L’événement établit un lien entre les zones évoquées en activant l’utilisation piétonne du quai par les habitants du centre-ville qui s’y rendent en masse. L’urbanisme temporaire permet d’intégrer pratiquement et symboliquement des espaces-enjeux à des projets de grande ampleur et sur le long terme.

Amplifier l’usage et médiatiser un équipement nouveau

  • 7 Groupe de travail Berges et Déplacement, M. Reimbold, Port autonome de Paris, 11 février 2004, en (...)
  • 8 Groupe de travail Berges et Déplacements, D. Althabegoity, architecte du Port autonome de Paris, 1 (...)

16La dimension médiatique de l’urbanisme temporaire est une variable de plus en plus intégrée aux processus de réalisation des nouveaux espaces publics. Le réaménagement du Port de la Gare ZAC Rive Gauche intégre le port à la ville en le transformant en espace portuaire public. Cet « espace de gestion des activités spatio-temporelles7 » est un « aménagement permanent conçu pour intégrer facilement des aménagements provisoires8 ». En amont de la réalisation, le scénographe de Paris-Plages a été consulté, les nuisances sonores potentielles des installations temporaires ont été prises en compte, la berge a été piétonnisée, interdisant son rôle habituel de délestage du quai François Mauriac et même l’ombre des tours de la Bibliothèque nationale de France a été prise en compte pour l’installation d’un solarium estival. Dans la réalisation, les marches de l’escale du Batobus forment des gradins tout en permettant l’embarquement et la proximité physique avec la Seine, la voie de circulation automobile est matérialisée par une légère déclinaison dans le sol afin de ne pas créer de rupture, le revêtement en pavés et béton désactivé facilite l’accueil des personnes à mobilité réduite, l’espacement du mobilier et l’éclairage en tâches lumineuses accompagnent le déploiement des terrasses estivales. En aval de la réalisation, un « Cahier des prescriptions pour les aménagements temporaires » norme les infrastructures qui peuvent s’y déployer, assure la continuité piétonne et définit les marges d’action des organisateurs d’événements. Enfin, la période de livraison de cet espace articulée avec Paris-Plages correspond à l’inauguration de la piscine Joséphine Baker et de la passerelle Simone de Beauvoir. Ici Paris-Plages amplifie l’utilisation du lieu, le médiatise et l’insère à un pôle ludique plus large constitué de la Bibliothèque nationale de France, du Palais omnisports de Paris Bercy, de la Cinémathèque française, de deux multiplexes ou encore de Bercy-Village et du Parc de Bercy. La valorisation de l’équipement politique de certains espaces et la médiatisation de leurs nouvelles fonctions sont une des finalités portées par l’urbanisme temporaire.

Accompagner la rénovation d’un espace

  • 9 Rapport d’activité 2006 de la Société d’économie mixte de la ville de Paris (SEMAVIP).
  • 10 Présentation de la ZAC Villette, en ligne, [www.paris.fr].
  • 11 Olivier Marette, coordinateur au Bureau des Grands événements de Bruxelles, entretien, décembre 20 (...)
  • 12 Christian Ceux, échevin à l’urbanisme de la ville de Bruxelles, entretien, septembre 2007.

17Au Bassin de la Villette, Paris-Plages vient éclairer un quartier en mutation depuis la mise en place d’une Zone d’aménagement concertée (ZAC) en 1988 dont un des objectifs est de « créer une animation culturelle et de loisirs de qualité dans ce quartier marqué par une activité industrielle tout en rénovant et réaménageant les espaces publics en faveur des piétons9 ». Ainsi, l’opérateur de la ZAC est partenaire de Paris-Plages 2007 et l’espace public du bassin fait l’objet d’une attention particulière dans la perspective d’en augmenter la fréquentation : « La rénovation de la place de la Bataille de Stalingrad permet d’accueillir des installations temporaires. Les projets de reconversion […] viendront compléter l’animation de ce lieu remarquable10. » L’implantation d’une activité de restauration dans la Rotonde, l’ouverture du local sous terrasse quai de Loire, le recalibrage des trottoirs, la création d’une piste cyclable, l’extension des espaces de jeux pour enfants, la préservation des surfaces pour boulistes intégrant l’opération estivale, facilitent le développement d’activités temporaires et contribuent à créer un nouvel espace à la vie sociale intense. L’urbanisme temporaire accompagne le réaménagement d’un espace de quartier conçu dans les années 1980. L’extension des Plaisirs d’Hiver correspond à une volonté d’amplifier les usages de la Place du Marché aux Poissons peu fréquentée au quotidien. Dans « Plaisirs d’Hiver il y a une volonté politique affichée de conquête de quartiers un peu oubliés11 ». Plaisirs d’Hiver contribue à « revaloriser la ville et la vie du quartier12 ». L’événement suscite le réinvestissement collectif du quartier et accompagne la rénovation des logements, la dynamisation du tissu commercial, la réfection de la station de métro, le réaménagement de la chaussée et celui des espaces publics alentour. Sur ce site le BGE a refait le réseau électrique pour les manèges, formulé une demande de mobilier urbain escamotable et dicté l’implantation des sorties de métro pour laisser libre un espace suffisant pour accueillir les infrastructures des Plaisirs d’Hiver. De son côté, Bruxelles-les-Bains contribue à valoriser l’image du canal qui « avait une sale réputation à Bruxelles, il pue, il y a des quais de péniche, des voitures, des ferrailleurs et maintenant c’est un lieu branché ». Le renouvellement urbain s’appuie sur l’urbanisme temporaire pour faire accepter et intégrer les transformations de l’espace dans les usages quotidiens.

CONCLUSION

18L’action publique urbaine se restructure en partie autour d’interventions temporaires et cycliques de type événementiel pour provoquer l’usage d’espaces devenus porteurs d’enjeux parce qu’ils sont placés dans le processus de renouvellement de la ville sur elle-même. On peut avancer ici une définition de l’urbanisme temporaire comme action d’organiser et d’aménager temporairement un espace public afin d’en amplifier les usages à court terme et de l’intégrer à des projets urbains sur le long terme. L’urbanisme temporaire peut s’apparenter à un fonctionnalisme soft différenciant les fonctions dans le temps en travaillant les espaces publics sur le mode du rendez-vous collectif. Il n’est pas le fait d’une compétence instituée mais le résultat d’un projet qui agrège différents intervenants coordonnés dans le temps et l’espace par une institution de pilotage. Techniquement, il met en scène la ville en utilisant la morphologie du bâti auquel il associe des éléments inédits et éphémères (structurels ou serviciels) et travaille l’imaginaire par le symbole créant un effet de curiosité. Temporellement, il met en scène la saison et aménage de manière calendaire l’espace quotidien selon des séquences et des moments de la journée permettant un investissement inédit des lieux (Pradel, 2007). Au-delà, mis en perspective avec les logiques de concurrence urbaine, l’urbanisme temporaire permet au politique d’organiser et orchestrer l’attractivité urbaine suivant différentes échelles de temps.

19À court terme, ce mode d’action est une forme de programmation temporelle des lieux qui doit provoquer rapidement l’animation, fonction du rassemblement, et l’image de la qualité de vie qui lui est assortie, comprises comme de nouveaux prescripteurs d’attractivité urbaine. Il s’agit de créer les conditions politiques de l’émergence d’une urbanité de type métropolitaine en captant les mobilités de loisirs. Il permet également de produire une action politique rapidement visible et adaptée au court terme des mandatures. À moyen terme, l’urbanisme temporaire s’inscrit dans une perspective de (re)valorisation de fractions du tissu urbain car il accompagne et médiatise des projets destinés à renouveler l’attractivité fonctionnelle des centres-villes. L’urbanisme temporaire est un instrument politique permettant de conjuguer une action sur l’urbs et la civitas dans un même mouvement d’édification de la ville. Enfin, à long terme, l’urbanisme temporaire interroge l’évolution des espaces publics centraux, leur programmation autant que leur aménagement. Si d’un côté il permet d’en renouveler les usages et l’image en appliquant un principe de flexibilité temporelle des fonctions urbaines et propose aux citadins des espaces-temps du vivre ensemble, de l’autre, il pose la question de la capacité des espaces publics à faire société au quotidien, hors des soubresauts festifs, dans une tendance à leur normalisation, fonctionnalisation, sécurisation et privatisation.

Notes

1 Jean-Christophe Choblet, scénographe de Paris-Plages, entretien novembre 2006.

2 Bruno Gouyette, responsable de la mission qualité de l’espace public à la mairie de Paris, entretien, décembre 2006.

3 À Bruxelles, la police est placée sous la responsabilité du bourgmestre, l’équivalent du maire.

4 Stéphane Chave, directeur de la DGEP, entretien, juin 2007.

5 Projet d’aménagement et de développement durable (PADD) de Paris, en ligne, [www.paris.fr].

6 Christian Ceux, échevin à l’urbanisme de la ville de Bruxelles, entretien, septembre 2007.

7 Groupe de travail Berges et Déplacement, M. Reimbold, Port autonome de Paris, 11 février 2004, en ligne, [www.parisrivegauche.fr].

8 Groupe de travail Berges et Déplacements, D. Althabegoity, architecte du Port autonome de Paris, 12 avril 2005, en ligne, [www.parisrivegauche.fr].

9 Rapport d’activité 2006 de la Société d’économie mixte de la ville de Paris (SEMAVIP).

10 Présentation de la ZAC Villette, en ligne, [www.paris.fr].

11 Olivier Marette, coordinateur au Bureau des Grands événements de Bruxelles, entretien, décembre 2006

12 Christian Ceux, échevin à l’urbanisme de la ville de Bruxelles, entretien, septembre 2007.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540