Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces de vie, espaces enjeux

 | 
Yves Bonny
, 
Sylvie Ollitrault
, 
Régis Keerle
, 
et al.

Troisième partie. Mobilisations par les autorités publiques

Chapitre 13. L’espace comme support et objet de la geste politique

Philippe Genestier et Claudine Jacquenod-Desforges

Texte intégral

1Alors que la sociologie détaille les activités et les pratiques urbaines contemporaines et que, depuis la décentralisation, la science politique explore attentivement « la gouvernance » locale, la question de savoir comment et pourquoi au cours des années 1980-2000 la ville est devenue un thème privilégié du discours politique reste encore à examiner. Le fort taux de la population française résidant, travaillant et ayant un mode de vie urbain suffit-il à expliquer l’importance prise dans le champ politique par la ville en tant que cadre cognitif, répertoire problématique et ressource argumentative ? Nous émettons l’hypothèse que non, dans la mesure où, à cette époque, ont été massivement posés en termes urbains des problèmes sociaux et économiques (crise de l’industrie manufacturière et chômage de masse) au sujet desquels il ne fait guère de doute qu’un réaménagement de l’espace urbain, quelle qu’en soit la qualité, restera sans effet significatif. Par conséquent, la cause de « l’urbanisation » du politique est à chercher ailleurs.

  • 1 De même que, dans les années 1970, M. Castells (1972) analysait le processus d’« urbanisation de l (...)

2En fait, on constate une disproportion entre, d’une part, le poids attribué dans l’imaginaire de l’action publique actuelle aux catégories de pensée, aux schèmes de raisonnement et aux mises en récit qui se réfèrent à l’espace physique et à l’échelle locale et, d’autre part, la modestie des effets des politiques urbaines, qu’il s’agisse du « marketing urbain » ou de « la politique de la ville ». Cette disproportion nous conduit à tenter de comprendre ce qui motive l’importance des thématiques et des problématiques urbaines en vigueur dans la communication politique de la toute fin du XXe siècle1.

L’URBAIN À LA RESCOUSSE DE LA NATION

3Depuis le XIXe siècle, ce qui fondait la légitimité du politique était la croyance commune en la capacité de celui-ci à faire exister une Nation et à faire s’épanouir une Société sous l’égide d’institutions puissantes : celles de l’État. De nombreux auteurs ont analysé ce « stato-centrisme » opérant tant sur le plan organisationnel que sur le plan épistémologique, puisqu’une conception régalienne des institutions se conjuguait à un « nationalisme méthodologique », selon la formule suggestive d’U. Beck (2006), régissant les perceptions que l’intelligentsia avait de la communauté et de l’histoire. Ainsi, au cours du XIXe siècle, c’est particulièrement en France et au sein d’un cadre national de pensée que l’idée même de Société fut forgée. La notion rousseauiste de « corps social » en avait jeté les bases. Or, aujourd’hui, comme le dit F. Dubet (2009), « la société n’est plus conçue comme le progrès de l’intégration d’une structure sociale, d’une culture nationale homogène et d’une souveraineté politique toute puissante ». En effet, le monde est devenu fluide – ou « liquide » selon Z. Bauman (2000) –, processuel, erratique et complexe (Luhmann, 2007), notamment du fait du développement des moyens technologiques de circulation et de communication qui autorisent l’émancipation et la délocalisation tant des firmes que des individus, c’est-à-dire qui les affranchissent des frontières et des normes, autorisant le déploiement des logiques de marché et des valeurs individualistes.

La dévalorisation du cadre stato-national

4Selon les auteurs cités précédemment, dans le monde actuel, la substance de l’ordre collectif se délite, se déstructure, se désarticule. Dans un tel monde, globalement soumis au paradigme libéral où l’économie est globalisée et financiarisée, toute parole politique substantialiste et mobilisatrice, affichant une posture ambitieuse, paraît incantatoire puisqu’elle reste indexée à une instance, l’État-nation, dont la validité social-historique paraît en voie d’épuisement.

5Plus fondamentalement encore, à cette perte de foi en la Nation et en la Société correspond une désacralisation des institutions, telle que la diagnostiquent M. Gauchet (2002) et F. Dubet (2002). Qu’est-ce qui peut, alors, fonder la légitimité politique ? De quelle croyance d’ordre supérieur et de quelle vision du futur pourra dès lors découler l’acceptation de la contrainte que la puissance publique fait peser sur ses citoyens ?

  • 2 La jurisprudence administrative parle même aujourd’hui d’« intérêt général local », entérinant par (...)

6La philosophie allemande contemporaine, nourrie des dérives auxquelles avait conduit la mystique du Politique, propose de développer « un patriotisme de la constitution » (Habermas, 1998) et de fonder la légitimité sur « la procédure » (Luhmann, 2007). Mais ce simple respect des formes juridiques, où rien n’est dit, ni de la nature de l’être collectif, ni du sens de l’histoire, paraît insatisfaisant selon « le modèle politique français » (Rosanvallon, 2004). En effet, ce modèle ne se contente pas d’un « intérêt commun » validé par un cadre procédural respectueux du droit et de « l’éthique de la délibération » (Habermas, 1991), il lui faut réfléchir en termes substantiels, via notamment le principe universaliste et la notion d’« intérêt général », fondatrice du droit public hexagonal. Mais l’intérêt général, initialement forgé dans le cadre de la Nation et au service de l’intérêt supérieur de celle-ci, est devenu aussi flottant2 que cette Nation est chancelante. À l’ère post-ou hypermoderne, le roman national définissant une identité et affirmant un destin ne contient plus en lui-même la robustesse qui lui permettait de sous-tendre l’unité du corps social et l’autorité du personnel politique chargé d’énoncer cette dernière.

7Cette décrédibilisation du récit national entraîne un réel désarroi chez nombre d’élus de tous bords autant que chez nombre de leurs électeurs, tant en France l’imaginaire démiurgique semble continuer à régir les représentations de l’action publique et la conception de la mission dévolue au politique. Rappelons-nous de l’effet symbolique désastreux pour sa candidature qu’avaient provoqué les paroles de Lionel Jospin, « l’État ne peut pas tout », prononcées en 2000 lors de la visite d’une usine Michelin compressant son personnel. Rappelons-nous également du « Qu’est-ce que vous attendez de moi ? Que je vide des caisses qui sont déjà vides ? » de Nicolas Sarkozy en janvier 2008 et de ses efforts ultérieurs pour renverser l’image ainsi donnée.

L’investissement sur le local

8Nous faisons l’hypothèse que, en réaction à cette décrédibilisation du roman national, le discours politique a surinvesti la thématique de l’espace local et urbain. Nous voudrions montrer, en effet, que c’est au sujet de la ville et des quartiers – entendus comme lieux et comme métonymies – que le personnel politique et les acteurs publics puisent les mots et les questions qui leur permettent de se conformer au rôle social et à la mission historique dont ils se targuent.

  • 3 Depuis l’automne 2008, les pouvoirs publics des différents pays développés tentent de « réguler » (...)

9Ce rôle politique que, selon ceux qui ont fait de la politique une vocation, il faut impérativement faire vivre, se définit par sa « prétention à rendre transparent le social et à en régir le devenir » (Le Bart, 1998, p. 68-86), de sorte que l’illusio politique (Le Bart, 2003) confère aux aveux d’impuissance le statut de véritables « gaffes » pouvant s’avérer rédhibitoires. Cela montre que le premier défi auquel se confronte celui qui prétend tenir un propos de nature politique est de trouver un « thème-problème » grâce auquel il pourra endosser une posture assertive pour annoncer plausiblement que son action va changer une part de la réalité. Mais pour cela il ne dispose plus que d’un répertoire restreint3 : l’espace physique local.

10Une telle hypothèse a le mérite d’expliquer l’importance prise au cours des années 1980-2000 par les questions urbaines et territoriales. Il s’agit donc ici de s’interroger sur les conditions proprement politiques et culturelles conditionnant le fait que ces questions sont devenues un des socles de la production du (ou d’un des) nouveau(x) récit(s) justificateur(s) et légitimatoire(s) de l’action publique.

Le caractère paradoxal de cet investissement

11Certes, notre société étant largement urbanisée, il n’est pas malvenu d’appréhender le social au travers de l’urbain. Cependant, le discours « urbaniciste » actuel (Genestier, Ouardi & Rennes, 2007) s’avère paradoxal car il sert aux acteurs publics à réafficher une posture interventionniste et ambitieuse, alors même que le phénomène urbain se caractérise par l’autonomisation des individus et la complexification du social. Il n’est donc pas étonnant que, dans les faits, le discours volontariste de maîtrise du devenir collectif indexé à l’urbain se heurte localement à de fortes résistances de la part de la société civile. En témoignent la multiplication des recours contentieux contre les décisions d’aménagement (ce que certains appellent « le syndrome NIMBY »), de même que la prolifération des squats et des mouvements associatifs protestataires. Quant au développement de la périurbanisation, il témoigne autant d’un désir individualiste des consommateurs que de l’emprise d’un marché foncier et d’un processus décisionnel décentralisé échappant à la régulation (Charmes, 2009).

  • 4 Pensons aux travaux de P.-H. Chombart de Lauwe à la fin des années 1950, montrant que les habitant (...)

12Il existe donc un réel paradoxe entre l’indexation du vouloir politique aux questions urbaines et le développement de la « contre-démocratie » (Rosanvallon, 2006) que favorise indéniablement l’urbanisation. Or, le discours politique urbaniciste actuel méconnaît ce constat sociologique. Il s’adosse à une mythologie urbaine faisant de la ville d’hier « un creuset social », rôle qui pourrait être restauré pour peu que la politique de la ville se déploie efficacement. Que cette doctrine repose sur une interprétation erronée de l’histoire urbaine ne semble pas affecter l’engouement dont elle bénéficie. Erronée, elle l’est assurément, au point que percevoir dans la ville d’hier une organisation intégrative et dans les périphéries d’aujourd’hui la principale force de désintégration sociale constitue une lecture historique et sociologique doublement abusive. La ville d’hier était tout autant, voire plus clivée et ségrégée que celle d’aujourd’hui4. Dès lors, il est difficile de prétendre que la ville permettait jadis de « faire société » et qu’aujourd’hui elle ne le permettrait plus. De plus, en référant la question de la cohésion sociale à la ville, le cadre urbain se voit érigé au rang de moyen d’actions tant pratiques que symboliques pour la puissance publique. Or, par ce moyen, les pouvoirs publics poursuivent des objectifs d’ordre social et politique (conformation des attitudes, partage des valeurs, création d’un sentiment d’appartenance) que le processus contemporain d’individuation invalide. Cette inadéquation des moyens aux fins découle de la confusion entre « espace urbain » (où le mot « espace » est utilisé au sens propre) et « espace social » (où le mot « espace » est utilisé au sens figuré), ce qui condamne l’action publique urbaine à l’échec (Cour des Comptes, 2002).

  • 5 Plusieurs centaines de milliers de logements sociaux sont dynamités sous l’égide de l’ANRU, alors (...)

13Loin d’inciter à la prudence, cette situation provoque des surenchères. Ainsi en est-il du dynamitage de logements sociaux. Cette mesure, mise en place à l’initiative de la « gauche plurielle » au début des années 2000 et poursuivie depuis via l’Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU), constitue une intervention spectaculaire5 conférant aux autorités publiques une image d’acteurs déterminés à agir concrètement. Les autorités publiques en viennent ainsi à déplacer les problèmes sociaux en faisant déménager les populations sans se soucier des conséquences prévisibles de telles mesures. Il s’agit en fait de mettre en œuvre des interventions autorisant l’énonciation, sur le ton de la conviction, de grands principes, traduisibles immédiatement en actes, dans l’espoir de gains symboliques importants. Se targuer ainsi de lutter contre « les ghettos » et contre « la ségrégation », c’est adopter un registre de discours à haut potentiel émotionnel et médiatique : on énonce des mesures fortes, on argumente selon un schéma causal simple et intuitif imputant le malaise au lieu de ses manifestations directes, on profère des paroles moralement avantageuses sur « le lien social », « le vivre-ensemble », « le bien commun ». Dans de tels discours, qui ignorent délibérément que « la proximité spatiale ne résorbe pas la distance sociale », comme l’ont montré J.-C. Chamboredon et M. Lemaire dès 1970, l’homogénéisation de l’espace est présentée comme un facteur de « cohésion sociale », d’« identité culturelle partagée » et d’« accès à la citoyenneté ».

14Un discours plus conforme à l’éthique de la responsabilité se condamnerait à émettre un discours complexe, nuancé, relativiste, et donc d’un faible rendement politique. Or, c’est l’éthique de la conviction qui produit des effets de légitimation immédiats. En outre, l’exigence de médiatisation conduit à privilégier l’action urbanistique car elle porte sur l’espace physique qui est la dimension la plus tangible et visible du réel.

15Il nous semble donc que les impératifs propres à la communication politique ont imposé au cours des deux dernières décennies un transfert de la question de l’intégration sociale d’un territoire à un autre, d’une instance à une autre : le rôle de « creuset social » est passé de la nation à la ville, cependant que l’intégration sociale n’est plus censée être de nature économique et statutaire mais spatiale.

CONSTRUIRE LE SOCIAL… AU SENS LITTÉRAL DU TERME

16Les postulats et l’axiomatique qui spécifient « le modèle politique français » (Rosanvallon, 2006), s’exprimant aujourd’hui en termes urbanistiques, procèdent d’un imaginaire constructiviste et décisionniste. Le décisionnisme découle d’une conception selon laquelle la société est régie dans son fonctionnement quotidien comme dans ses orientations générales par des décisions politiques relayées par les institutions publiques. Quant au constructivisme (au sens de K. Popper), il s’agit de la croyance dans le fait que les sociétés sont façonnables par le politique.

  • 6 Pensons à l’aménagement et à l’urbanisme fonctionnalistes qui, durant les Trente Glorieuses, parti (...)
  • 7 Depuis la fin des Trente Glorieuses, la décentralisation, qui par définition valorise les particul (...)

17La métaphore selon laquelle l’homme et la collectivité naissent du modelage de la glaise par une puissance supérieure est récurrente dans le discours [théologico-] politique, y compris dans la théorie de la Puissance publique et de l’universalité républicaine. Mais elle restait métaphorique car les actions ainsi justifiées visaient la généralité et relevaient de l’échelle de l’État-nation6. Aujourd’hui, l’idée du modelage de la société par le politique se démétaphorise et prend un sens littéral dans la mesure où l’action se conçoit et se réalise à l’échelle de l’espace local : le modelage effectué par les projets architecturaux et urbanistiques mis en œuvre soit par la politique de la ville (destinée aux populations défavorisées), soit par le marketing urbain (destiné aux populations favorisées), devient l’une des modalités privilégiées de l’action publique prétendant produire de la cohésion sociale ou du développement économique7. Cette action publique repose sur le postulat selon lequel un espace urbain conforme aux standards d’une vie sociale normale serait le vecteur d’une normalisation du comportement de ses habitants. Il ne s’agit plus de produire de l’intégration sociale via les droits sociaux et l’élévation du niveau de vie, mais de garantir la cohésion et l’intégrité de la société via l’implication de chacun dans un « grand projet » (Pinson, 2009) de transformation de « la Cité » (au double sens d’Urbs et de Civitas, de Polis et d’Astu). En se démétaphorisant, c’est-à-dire en s’appliquant par des constructions dans l’espace physique, le postulat constructiviste retrouve sa plausibilité : il permet d’agir visiblement et de lester l’action publique de concrétude.

18Comme nous le verrons plus loin, l’analyse des discours formulant en termes urbains des idéaux politiques montre un usage récurrent de figures de rhétorique jouant en la matière un rôle cardinal, en alimentant une réelle confusion entre le champ sémantique de l’urbain et celui du politique.

LA THÉMATIQUE URBAINE : UNE OPPORTUNITÉ POUR ÉNONCER UNE PAROLE HYPERBOLIQUE

19Comment exprimer une parole performative sur la société, sa cohésion, sa cohérence, sa consistance même, quand le monde devient fluide et flou, quand les forces centrifuges paraissent telles que la capacité du politique à exercer un effet centripète et cohésif devient incertain ? Comment parler de la société comme d’une entité substantielle et unitaire quand le social s’émiette et s’atomise, quand les logiques processuelles prédominent ? Examinons à quel point le répertoire urbain a été sollicité, au cours des années 1990 et au début des années 2000, pour résorber ces difficultés.

La Politique de la ville dans le texte

20Au travers de l’argumentaire de la politique de la ville, les ministres de la « gauche plurielle » ont tenté de reformuler une parole politique vive, un récit mobilisateur. Analysons quelques-uns de leurs propos.

« L’accessibilité des quartiers apparaît comme une condition sine qua non d’un retour à une cohérence dans le fonctionnement de la ville, à son unité et donc au sentiment d’appartenance de tous ses habitants à une même communauté. […] Mais plus important encore, les Grands Projets de Ville doivent permettre d’innover dans la participation des habitants. Il s’agit de dépasser les discours, nombreux en la matière, pour construire l’exercice d’une véritable démocratie locale. » (Claude Bartolone, ministre de la Ville, le 14-12-2000.)
« Il s’agit […] de créer des villes plus solidaires, plus accueillantes, à toutes les catégories de la population. […] Tant il est vrai que personne ne peut accepter la ségrégation sociale et spatiale qui existe dans nos agglomérations, nos villes et nos banlieues, porteuse de tensions qui risquent, si l’on n’y prend pas garde, de miner progressivement les valeurs fondatrices du pacte républicain. » (Louis Besson, ministre du Logement, 10-06-2000.)

21La hantise politique et morale d’annihilation de l’idée même de société, partagée par une large part de l’intelligentsia, s’exprime dans la notion de fragmentation, qui fait très souvent référence à des situations urbaines plus ou moins stéréotypées (« ségrégation », « ghetto », « apartheid »), cependant que le remède s’énonce avec les termes d’« intégration », de « communauté », se rapportant eux-mêmes à des thématiques urbaines comme « la mixité », « l’accessibilité », etc.

« Le risque d’une fragmentation de la société est très grand aujourd’hui, et je pense que la division entre ghettos communautaristes ou la fracture entre ghettos de luxe et ghettos de la pauvreté sont contraires à la civilisation européenne. Même si l’Europe a su inventer des horreurs, elle a toujours su aussi lutter contre les apartheids. Notre modèle d’intégration a déjà fonctionné (les Italiens et les Espagnols en France, par exemple) et si nous avons aboli les privilèges, ce n’est pas pour les voir se recréer deux siècles plus tard… » (Daniel Cohn-Bendit, Le Monde, 06-07-1999.)

22Au-delà de cette idée de cohésion de la société, la notion même de « civilisation » devient urbaine, rompant en cela avec la tradition conservatrice, mais aussi républicaine qui, jusque dans les années 1960, voyait dans la France le fruit d’une civilisation rurale immémoriale, dont les paysages constituaient les icônes sacrées. Aujourd’hui, le rôle civilisateur est attribué à la ville.

« La civilisation urbaine maîtrisée telle que ce projet de loi l’envisage n’est donc en rien le laisser-faire vers la ville tentaculaire, sorte de Métropolis, rongeuse et massifiante, que d’aucuns croient déceler à titre de tendance lourde pour l’avenir de notre société. Il ne s’agit pas d’écraser mais de répondre aux aspirations fondamentales de nos concitoyens qui veulent une ville mieux équilibrée, plus sûre, moins polluée, moins anonyme. Une ville qui ne soit pas marquée par des ségrégations sociales ou spatiales. Une ville qui soit un lieu d’urbanité, de culture et de civilisation. » (Louis Besson, 08-03-2000.)

23Grâce à l’énonciation des vertus civilisatrices attribuées à la ville, la thématique urbaine permet d’adopter un ton emphatique par lequel le locuteur se donne à voir comme étant investi d’une mission importante :

« Mesdames et Messieurs, la question du renouvellement urbain pose de fait la question de la civilisation du XXIe siècle et de fait la question de l’identité de notre projet collectif. Je l’ai dit, le développement durable se situe dans l’échelle planétaire. Partout dans le monde, les villes deviennent de plus en plus grandes, de plus en plus des mégapoles. Le monde urbain se développe. Partout dans le monde en même temps que se réalise ce développement urbain, les ségrégations, les ghettos, les inégalités, les violences et les tensions ne cessent de croître. De deux choses l’une, ou la France se résigne à accepter que son mode de développement urbain bascule vers le modèle anglo-saxon dominant de la mondialisation actuelle, ou la France reste fidèle à son héritage de 1789 et donne sens à l’idéal républicain. Et l’idéal républicain […] c’est le droit au logement pour tous, […] ça veut dire qu’on vit ensemble, qu’on n’est pas chacun dans sa communauté, chacun dans son quartier, chacun dans son ghetto. » (Marie-Noëlle Lienemann, ministre du Logement, 22-06-2001.)

24Outre l’emphase qu’elle permet de donner à ces propos, alors qu’elle ne serait pas de mise ailleurs, la thématique urbaine est également propice à l’adoption de la posture inverse : les enjeux sociaux et politiques les plus généraux sont exprimés de manière inductive, les locuteurs les évoquent par l’intermédiaire du « terrain », de « la proximité », ce qui confère un caractère réaliste et concret à leurs propos.

« L’essentiel, c’est que sur le terrain des petites choses régulièrement améliorées fassent réapparaître l’idée de progrès dont je vous disais qu’il était parfois en crise dans l’esprit de nos concitoyens qui vivent dans les quartiers. » (Marie-Noëlle Lienemann, 18-06-2001.)

25Dans le même ordre d’idées, Jean-Pierre Chevènement, ministre de l’Intérieur, pourtant chantre depuis les années 1970 d’une conception souverainiste voire jacobine de la République, affirme le 16-06-1998 :

« Je ne crois pas aux règlements, aux lois pour changer la vie, je crois que le changement se fait sur le terrain [et qu’] il faut faire vivre au quotidien le projet d’une société citoyenne. »

26Le ton de ces discours, tantôt proclamatoire, tantôt modeste, témoigne d’une hésitation entre deux postures : afficher le volontarisme requis par un idéal démiurgique du politique, d’une part, et se conformer au principe de réalité, d’autre part. La thématique de l’espace, par son caractère syncrétique, permet de jouer sur ces différents registres.

Un discours reposant entièrement sur quelques figures de rhétorique

27Quelques figures de rhétorique apparaissent comme un moyen privilégié d’entretenir une confusion entre l’urbain et le social. L’analyse des formulations en termes urbains des idéaux et des objectifs politiques montre l’existence d’un cadre cognitif où l’appréhension du réel est structurée par des métonymies et des synecdoques spatiales, elles-mêmes discursivement sous-tendues par trois figures de rhétorique : la syllepse, la paronomase, l’étymologisme.

28La syllepse use simultanément du sens propre et du sens figuré d’un mot, comme si, par ce seul mot, s’instaurait une relation d’engendrement d’un sens à l’autre. Ainsi l’« espace public », entendu comme l’espace physique des rues et des places, serait un vecteur de développement de la sphère publique constitutive de la démocratie. De même, avec l’« urbanité », la « citadinité » assurerait le règne de la politesse et du respect des codes comportementaux, de sorte que l’accès à la ville pacifierait les mœurs. La paronomase use dans l’argumentation de vocables à la sonorité identique ou proche, comme si ces paronymies suffisaient à justifier leur rapprochement conceptuel ou substantiel. Ainsi, leur sonorité suffirait à associer « lieu » et « lien » et à donner une vraisemblance minimale à l’assertion selon laquelle « le lieu produirait du lien ». Il en serait de même pour « le social » et « le spatial », qui entretiendraient entre eux une proximité telle que leur différence de nature pourrait être abolie et que l’on pourrait les amalgamer dans quelque propos descriptif ou normatif. Quant à ce que nous appelons « étymologisme », c’est le fait de postuler qu’une identité de racine étymologique suffit à lier des termes par des relations d’inférence réciproque. Ainsi, la « Cité » serait propice à l’exercice de la « citoyenneté » ou favoriserait la « civilité », voire instaurerait la « civilisation », parallèlement à la « Polis » qui constituerait « le lieu même de la politique ».

29Ces trois figures de rhétorique sous-tendent les métonymies du social par l’urbain et alimentent ainsi une confusion entre les problèmes évoqués par le discours et les lieux où ces problèmes sont censés se produire :

« La cage d’escalier représente en quelque sorte l’espace public » (Marie-Noëlle Lienemann, 08-06-2001) ; « Les quartiers sont devenus le concentré de tous nos maux […] être citoyen, c’est aussi être acteur dans la cité, s’impliquer dans la vie collective de sa ville et de son quartier. » (Martine Aubry, ministre de la Cohésion sociale, 13-01-1998.)

30D’une façon générale, le discours sur « l’exclusion », « la marginalisation », « la ségrégation », « la relégation » et « la banlieue » constitue en lui-même une figure métonymique, du fait de l’utilisation de catégories spatiales pour parler de la pauvreté, de la délinquance, de déficiences d’acculturation. Il en va de même quand il s’agit d’apporter des réponses aux problèmes soulevés et que l’on parle elliptiquement d’« action publique de proximité » au lieu d’action publique concernant des populations groupées géographiquement.

31Le vocabulaire employé pour argumenter et justifier les interventions publiques dans le domaine social et urbain nous conduit à percevoir que l’imaginaire du peuple souverain, de la nation comme communauté de destin et du politique comme volonté pouvant faire l’Histoire ne semble plus avoir cours. L’entremêlement de l’habitat, de l’urbanisme, de la politique, de la démocratie s’appuie sur un large panel d’objets au sémantisme ambigu qui oscille entre un référent strictement technico-urbanistique et un sens social.

32C’est dans cet esprit que Marie-Noëlle Lienemann utilise abondamment le syntagme « urbanité républicaine », qu’elle semble avoir elle-même forgé :

« L’urbanité républicaine, c’est aussi le citoyen au quotidien, car je me méfie des “demain on rase gratis”, des “j’ai un grand projet pour l’avenir” qui d’ailleurs, quand on y regarde de plus près, ne sont jamais totalement achevés et pendant ce temps-là le quotidien se détériore. » (04-10-2001.)

33Par ce syntagme, ce membre du gouvernement, qui se revendique de la « gauche du PS », semble chercher à concilier une approche locale et morale (le respect de l’autre et des règles de comportement en société) et une problématique plus proprement politique : le qualificatif « républicain » apparaît comme un marqueur idéologique qui identifierait sans ambiguïté son orientation partisane et rehausserait son propos. Il devient alors utilisable comme un slogan.

34Les figures métonymiques « ville », « cité », « quartier » hypostasient le social, qu’elles conduisent à appréhender au travers de ses manifestations spatiales, c’est-à-dire visibles et représentables, intelligibles et médiatisables. En postulant la force d’homogénéisation du lieu de résidence, elles réduisent la complexité sociale. Le lieu est alors conçu comme un trait déterminant des réalités sociales. Il en découle des propositions qui vont concerner ces lieux, soit pour les réaménager, soit pour les démolir. Le personnel politique peut alors justifier de son existence même, par le fait qu’il développe de « grands projets » destinés à façonner et stabiliser une communauté proprement politique. Ainsi, des mesures techniques concernant le bâti et l’espace urbain peuvent-elles être présentées comme des interventions majeures :

« L’enjeu du Grand Projet de Ville est de rendre de nouveau attractifs ces territoires […] La reconstruction de nos villes doit être le grand chantier du XXIe siècle, afin de retrouver partout une véritable unité urbaine, sociale, citoyenne. » (Claude Bartelone, 29-09-1999.)

35L’analyse des usages politiques de l’espace ici présentée a porté entièrement sur la fin des années 1990 et le début des années 2000, mais cette rhétorique n’est pas l’apanage de « la gauche plurielle ». Dans les gouvernements qui suivirent, des déclarations de même nature, certes moins nombreuses, sont repérables. Ainsi, par exemple, Christine Boutin, ministre du Logement, le 16-12-2008 :

« Le problème de la ville, je voulais le poser non pas comme un simple problème de gestion, mais bien comme une question de civilisation. Quelle ville voulons-nous en ce début de XXIe siècle ? C’est un sujet politique majeur qui conditionnera le bien-être des femmes et des hommes de ce pays mais aussi la cohésion de notre Nation. Nous devons en effet réinventer la ville, la réunifier mais aussi la “réenchanter”. »

De la politique de la ville à la ville durable

36Au cours des années 2000, le rapport à l’environnement, et par conséquent à l’espace, a été modifié par une prise de conscience progressive du réchauffement climatique. La perception de la menace crée pour les pouvoirs publics une obligation d’agir et leurs actions portent pour une large part sur l’organisation de l’espace : « lutte contre l’étalement urbain », « raccourcissement du circuit production-consommation et de la distance domicile-travail »…

37Là aussi, on constate que les discours politiques usent abondamment de l’espace afin de réhabiliter un idéal politique de maîtrise du devenir social-historique. Cependant, l’échelle des problèmes climatiques et environnementaux dépasse infiniment les prérogatives et l’aire d’impact des mesures politiques, ce qui est de nature à générer aussi bien une inflation des attentes et des déclarations en la matière qu’un scepticisme à l’égard des actions présentées comme réponse au problème.

CONCLUSION

38Les raisons profondes de la formulation en termes urbains et urbanistiques d’une large part des problématiques politiques et sociétales restent une énigme. En effet, il est régulièrement dressé un constat d’échec de l’action publique en la matière. Malgré cela, le discours urbaniciste perdure, ce qui nous conduit à ne pas considérer la ville comme le réel objet de la pensée et du discours, et donc de l’action, puisque l’efficacité de cette action finalement importe peu.

39L’action sur l’espace demeurant de l’ordre du politiquement crédible et du matériellement faisable, la tentation reste grande d’affirmer que l’on peut agir par l’espace pour poursuivre les plus hauts objectifs.

40Autrement dit, c’est dans la rencontre entre, d’une part, un répertoire discursif disponible et un registre praxéologique restant à première vue plausible et, d’autre part, une obligation narrative inhérente au politique, renforcée par les exigences médiatiques actuelles, que l’on peut saisir les causes de l’engouement déraisonnable dont la démarche urbaniciste a bénéficié depuis une vingtaine d’années. Pour autant, les urbanistes ne sauraient s’en réjouir car ils se trouvent ainsi enrôlés au service d’une mission proprement politique qui ne relève pas de leur domaine d’action (Genestier, 1996). Ce dernier, beaucoup plus modeste, est en effet consacré à l’amélioration du cadre de vie et non pas à quelque « retissage du lien social ». L’imprécision, voire le confusionnisme, qui caractérise la formulation actuelle des objectifs sociopolitiques autorisent le recours à des actions illusoires, justifiées par des jeux rhétoriques, tout en interdisant l’évaluation de leurs effets.

Notes

1 De même que, dans les années 1970, M. Castells (1972) analysait le processus d’« urbanisation de la question sociale », nous voudrions ici analyser ce que l’on pourrait appeler un processus d’« urbanisation de l’action publique ».

2 La jurisprudence administrative parle même aujourd’hui d’« intérêt général local », entérinant par cet oxymore un bouleversement des repères qui plonge les juristes devant un abîme de perplexité : le colloque du CERDHAP en juin 2008 à Grenoble, intitulé « L’intérêt public local, regards croisés sur une notion juridique incertaine », en témoigne.

3 Depuis l’automne 2008, les pouvoirs publics des différents pays développés tentent de « réguler » l’économie financière avec des moyens budgétaires considérables, mais le mot « régulation » lui-même montre les limites de cette intervention, car il sous-entend que le régulateur est extérieur au système sur lequel il essaie d’avoir prise.

4 Pensons aux travaux de P.-H. Chombart de Lauwe à la fin des années 1950, montrant que les habitants des arrondissements périphériques de l’Est et du Nord de Paris ne se rendaient jamais dans les arrondissements du centre, de l’ouest et sur la rive gauche.

5 Plusieurs centaines de milliers de logements sociaux sont dynamités sous l’égide de l’ANRU, alors même qu’ils avaient bénéficié de plusieurs campagnes de réhabilitation. Là se trouve poussée à l’extrême l’imputation, pourtant éminemment discutable, du malaise social à l’espace urbain.

6 Pensons à l’aménagement et à l’urbanisme fonctionnalistes qui, durant les Trente Glorieuses, participèrent pleinement à un projet global porté par une rhétorique mobilisatrice : celle de la modernisation des structures sociales, productives et territoriales du pays.

7 Depuis la fin des Trente Glorieuses, la décentralisation, qui par définition valorise les particularismes locaux, s’accompagne d’une rhétorique affirmant la portée symbolique, identitaire et mémorielle des lieux. À travers cette rhétorique énoncée à la fois dans le champ politique et dans le champ scientifique, se manifestent tant la nostalgie d’un enracinement territorial qu’un engouement touristique pour tout ce qui peut être patrimonialisé.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540