Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces de vie, espaces enjeux

 | 
Yves Bonny
, 
Sylvie Ollitrault
, 
Régis Keerle
, 
et al.

Troisième partie. Mobilisations par les autorités publiques

Introduction à la troisième partie

Texte intégral

1Partant du sommet des paliers de mobilisations d’acteurs, nous abordons ici les mobilisations qui prennent naissance dans le système institutionnel ou concernent prioritairement ses agents, plus ou moins enclins à l’extension de l’aire de concernement des acteurs. Cinq des six chapitres illustrent différents aspects de la production d’une catégorie d’espace, l’espace urbain, propice à l’enchevêtrement des spatialités et de leurs projets, mais un exemple d’analyse de projets de développement local dans deux espaces montagnards témoigne du fait que l’urbanisation de la société (sa détraditionnalisation) conduit à l’incertitude croissante du statut de tous les types d’espaces concrets, donc à la nécessité de les mettre en projet.

2Ph. Genestier et C. Jacquenod-Desforges analysent le discours de l’action publique en France depuis les années 1990 et pointent le passage du récit instituant l’intérêt général de l’échelle nationale à l’échelle locale. Les procédés rhétoriques d’une mobilisation centrée sur l’espace de la ville, censé représenter l’idéal républicain, brouillent la réflexion sur le rôle de l’action urbanistique et risquent de creuser un fossé entre spatiolâtres et spatiosceptiques dans les débats relatifs à l’institution de la société dans l’espace public (chap. 13).

3O. Chavanon, D. Laforgue et R. Raymond étudient la manière dont des acteurs ordinaires répondent à des stratégies d’enrôlement par les institutions temporaires chargées de la mise en œuvre de projets de développement local. La diversité de ces réponses est ramenée à trois grandes figures : attitude participative ou contestataire face aux projets chez les acteurs les plus concernés, démobilisation qui réduit les acteurs ordinaires à des acteurs faibles (Payet, Giuliani & Laforgue, 2008), indifférence des acteurs plus concernés par les dimensions concrètes des espaces que par des projections abstraites de leur devenir (chap. 14).

4Les objectifs de l’action publique sont plus modestes, mais beaucoup plus largement couronnés de succès dans la forme analysée par B. Pradel, celle de l’urbanisme temporaire, tel qu’il est mis en œuvre à Paris et Bruxelles. Outil de ré-exhaussement des centres-villes et d’accommodation au renouvellement urbain, cette mobilisation de l’espace conduit à la production d’espaces publics transformés en hauts-lieux de la sécurisation (chap. 15).

5Architectes et urbanistes sont des acteurs incontournables de l’aménagement et de la régulation du fonctionnement des espaces. J. Le Maire propose une grammaire de leurs conceptions de la participation des citoyens basée sur une étude rétrospective (fin XIXe siècle-1970). La diversité des formes de ces mobilisations à propos de l’espace concerne aussi bien les postures que les outils pédagogiques des bâtisseurs conceptuels de la ville (chap. 12).

6Croisant une analyse en termes de régimes d’engagement et la prise en compte de la segmentation des niveaux de l’action publique, S. Ségas et S. Loudiyi étudient les politiques de lutte contre l’étalement urbain dans les agglomérations bordelaise et clermontoise (chap. 16). Entre justification par la prise en compte des intérêts des résidants de proximité ou des intérêts communaux et définition d’un bien commun à l’échelle des agglomérations, les contradictions des mobilisations ainsi explorées révèlent des jeux avec l’espace dont la stabilité reste aléatoire.

7Renversant ce type d’appréhension du rapport temps/espace, F. Delmotte et L. Damay analysent les procédures d’élaboration des schémas directeurs de la région de Bruxelles à la lumière d’une posture sociologique éliasienne (chap. 17). Ces outils d’un urbanisme de projet, conçus initialement pour la construction d’espaces attractifs sur le plan économique, intègrent par la suite des objectifs sociopolitiques de meilleure coopération entre acteurs forts (publics et privés) et de participation renforcée des citoyens. Mais si l’interdépendance croissante de ces acteurs forts fait progresser la vision d’un espace comme construit fonctionnel, l’institutionnalisation de la participation des habitants n’est pas encore à l’ordre du jour, compte tenu de la forme des enjeux (affectation des surfaces urbanisables).

8Si la texture urbaine de l’espace constitue un des points communs de la plupart des chapitres de cette partie de l’ouvrage, précisons que les espaces concrets qui y sont étudiés n’ont ni les mêmes échelles, ni les mêmes types de caractéristiques. La taille des villes concernées est un premier facteur de différenciation : Bruxelles, capitale belge et européenne, offre à l’analyse, comme Paris, des lieux-enjeux où les espaces de référence des mobilisations sont beaucoup plus vastes que ceux construits à partir des sites même les plus emblématiques des métropoles régionales de Bordeaux et Clermont-Ferrand. Autre facteur de différenciation, ce sont des espaces centraux qui font l’objet des mobilisations étudiées dans les deux premières villes, tandis que c’est aux périphéries des deux secondes que se situent les zones ciblées par différentes échelles de l’action publique. S’agissant de la réflexion sur le rôle de l’urbanisme dans la codification de ces échelles, P. Genestier et C. Jacquenod-Desforges diagnostiquent une pauvreté de l’imaginaire qui contraste avec les ressources inscrites dans l’histoire de ce domaine d’action, telles que les révèle J. le Maire et l’inventivité symbolique de l’urbanisme temporaire. Mais quelle est la part de l’imaginaire et du symbolique dans le concernement des acteurs ordinaires ? L’exemple des projets de développement local du Parc naturel régional des Bauges et du canton de Modane montre que la réflexivité des acteurs ordinaires n’est pas toujours en mesure d’accompagner, que ce soit dans le sens de l’adhésion ou de la contestation, les initiatives des autorités publiques.

9En termes de réussite ou d’échec des mobilisations par les autorités publiques (en référence à Giugni, 2009), donc d’articulation des mobilisations (d’aucuns parleront de gouvernance), les chapitres illustrent tous les cas de figure possibles. L’objectif est d’autant plus facilement atteint par l’urbanisme temporaire qu’il suffit de concerner une part relativement mineure des acteurs susceptibles de l’être pour « rentabiliser » l’investissement, à l’inverse des zones de faible densité, dont les espaces montagnards. L’échec relatif des contre-mobilisations bruxelloises semble avoir moins de conséquences négatives sur l’efficacité de l’action publique que les ratés de la politique de la ville en France. Quand les niveaux d’action se multiplient, comme à Bordeaux et Clermont-Ferrand, l’écart est maximal selon que les acteurs forts parviennent à coordonner leurs actions (cas bordelais) ou divergent selon la place qu’ils accordent à la satisfaction des aspirations résidentielles de leurs administrés (cas clermontois). Une réflexion sur les grammaires de la participation peut-elle suffire à indiquer les voies de résolution de ces contradictions ?

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540