Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces de vie, espaces enjeux

 | 
Yves Bonny
, 
Sylvie Ollitrault
, 
Régis Keerle
, 
et al.

Deuxième partie. Mobilisations sociales et politiques des acteurs non institutionnels

Chapitre 9. De l’euro-trauma au cosmopolitisme : l’internationalisation de Bruxelles en débat

Louise Carlier

Texte intégral

  • 1 La société civile étant ici comprise dans son sens élargi d’intermédiaire entre citoyens et pouvoi (...)

1Nombreux sont les discours qui, aujourd’hui, mettent en relief la difficulté pour les acteurs publics de se saisir des dynamiques urbaines dans le contexte de mondialisation et de les infléchir, tandis que fleurissent les ouvrages sur les promesses et les limites de la démocratie locale. Cet article vise à nourrir la réflexion sur la possible articulation entre exigences participatives et développement international à l’échelle de la ville, en considérant comment celle-ci est envisagée par la société civile1, dans le cadre de Bruxelles.

  • 2 La Belgique est divisée en trois régions (flamande, wallonne, bruxelloise) compétentes pour les ma (...)

2Intimement liée à l’implantation des institutions européennes, l’internationalisation de Bruxelles, d’abord objet d’une forte indignation, est progressivement constituée en « problème public » (Cefaï, 1996) par les acteurs associatifs. Tandis que dans les années 1960, de nombreuses luttes urbaines, en réponse à l’élan moderniste accompagnant l’internationalisation, ont progressivement amené les pouvoirs publics à privilégier le « régime du proche » (Breviglieri & Trom, 2003 ; Thévenot, 2006) centré sur la figure de l’habitant et l’échelle du quartier, celui-ci est aujourd’hui mis à l’épreuve par les politiques régionales2 mises en œuvre dans le cadre de l’internationalisation. Ce qui amène de nombreux acteurs de la société civile bruxelloise à ouvrir des espaces de débat quant à celles-ci, et a fortiori, quant aux enjeux d’une citoyenneté urbaine, tout en ajustant leurs représentations et leurs pratiques à ce contexte. Ces acteurs manifestent la volonté d’esquisser des alternatives et d’ouvrir la possibilité d’un infléchissement des politiques d’internationalisation, de manière à ce qu’elles répondent à l’exigence de participation. Aujourd’hui, la dimension internationale de la ville tend à être considérée par ces acteurs comme sa caractéristique première, et le terreau de ses potentialités, à la fois en écho au rôle européen de la ville et en contraste aux conflits communautaires.

3C’est ce chemin de la critique jusqu’à la proposition d’une alternative partagée que nous allons suivre. Dans un premier temps, l’attention sera portée sur les scènes d’émergence de la critique de l’internationalisation de la ville, dans les années 1960. Dans un second temps, il s’agira de rendre compte de l’ajustement de l’action publique, tant politique qu’associative, dans le contexte de la mondialisation, et du déplacement des enjeux au centre du débat ; pour enfin se pencher sur le compromis qui émerge actuellement au sein de la société civile quant aux dynamiques à soutenir pour réaliser une « petite ville mondiale » démocratique.

L’IMPLANTATION EUROPÉENNE OU UN SENTIMENT DE DÉSAPPROPRIATION

L’affirmation de Bruxelles comme ville internationale

  • 3 Principalement le Quartier Leopold et le Quartier Nord (appelé le projet « Manhattan », amenant à (...)

4L’internationalisation de la ville est intimement liée à la vocation européenne de Bruxelles, déclarée en 1958, à une période où le pouvoir national cherche à asseoir le prestige de sa capitale à l’horizon de l’idéologie du progrès. L’arrivée d’agents immobiliers internationaux s’installant à Bruxelles, combinée à la volonté de l’État de développer une capitale moderne offrant espaces de bureaux et infrastructures de transport amène à une restructuration massive de quartiers de la ville en centres d’affaires (publiques et privées, nationales et internationales), qui s’accompagne d’expropriations et de démolitions (Aron, 1978). Ces transformations sont planifiées de manière confidentielle au sein d’un cercle d’initiés, où les pouvoirs publics facilitent investisseurs et promoteurs dans leurs démarches. Si du point de vue urbanistique, les années 1960 se caractérisent par ces travaux titanesques, du point de vue socio-économique, elles sont marquées par le développement du tertiaire. Le rôle international de Bruxelles s’accroît : à la fin des années 1960 est achevée la construction du Berlaymont (le bâtiment de la Commission européenne), l’OTAN s’est installée dans la capitale, des entreprises internationales y implantent leur siège, les institutions européennes s’érigent dans différents lieux, selon des principes de concentration et de monofonctionnalité3. Bruxelles se mue en centre financier, administratif et commercial important.

L’émergence de la critique

5À la fin des années 1960, une opinion publique (Dewey, 2003) s’affirme à l’encontre du modernisme, à Bruxelles comme dans de nombreuses villes où monte en puissance la thématique de la reconstruction de la ville européenne (Castells, 1975). Architectes, syndicalistes, militants d’extrême gauche et habitants, indignés par les modalités de développement urbain, se mobilisent contre la réalisation de grands projets en ciblant les représentants politiques, qui répondent hors de tout débat public aux sollicitations du privé (Aron, 1978). Ils se fédèrent en comités de quartier et s’engagent dans des luttes urbaines, tout en développant des contre-projets, pour revendiquer un urbanisme concertatif centré sur l’habitant, donnant la priorité à la mixité des fonctions, au logement, aux espaces publics, et à la protection du bâti – signe de l’adoption d’un regard rétrospectif sur la ville et de l’émergence du mouvement de patrimonialisation (Genard, 2006).

  • 4 La région de Bruxelles fut reconnue près de vingt ans après la fédéralisation (du fait même qu’ell (...)
  • 5 Tels les « contrats de quartier », financés par les fonds publics en vue de la revitalisation de q (...)

6Indignés par ce qu’ils nomment la « bruxellisation » – la destruction et le démantèlement de quartiers habités pour la construction massive de bureaux et d’axes routiers – ils exigent que soient pris en compte les besoins des habitants par la mise en débat public des plans d’aménagement et la régionalisation des politiques de la ville. Ces aspirations régionalistes et démocratiques, relayées par la presse, la télévision et la radio, trouveront une véritable écoute et prise en compte politiques lors de la création de la région4, certes tardive, en 1989, où Bruxelles s’autonomisera de la tutelle d’État pour l’aménagement du territoire. Se mettent en place des politiques régionales d’aménagement centrées sur la rénovation urbaine, la cohésion sociale, la mixité et la patrimonialisation ; des dispositifs de concertation voient progressivement le jour, favorisant la participation à l’échelle microlocale de l’îlot, en se basant sur le modèle de la ville habitée5. La rhétorique de la proximité s’impose dans l’action publique en réponse à l’élan moderniste, qui a accompagné les débuts de l’implantation européenne, où l’antagonisme d’intérêts entre les habitants et les acteurs de l’internationalisation s’est affirmé (Kuhk, 2006). L’exercice d’une citoyenneté urbaine se conçoit et s’étaye, tant au niveau institutionnel qu’associatif, à partir de la figure de l’habitant et du quartier (le partage du même quartier est une condition à la mise en lien politique, l’habiter est une condition à la participation), excluant de son « nous » les usagers de la ville et les résidants, souvent éphémères, liés à la construction européenne ou aux organisations transnationales.

  • 6 Je reprends les termes utilisés par des acteurs des comités de quartiers.
  • 7 Comme pour le Parlement européen, réalisé par quatre groupes privés, construit avant la prise de d (...)

7Même si elles ne centrent pas leurs critiques sur l’internationalisation en tant que telle, mais sur les modalités de son inscription urbaine, ces luttes ont participé à une appréhension de celle-ci encore fortement prégnante aujourd’hui. Le lien entre internationalisation et développement local n’a pas été réfléchi ni débattu publiquement. L’implantation européenne est vécue, et mise en récit par les citadins, comme une désappropriation, voire une « colonisation6 ». Le quartier européen est considéré comme le prolongement de l’Europe : développement chaotique, absence de pouvoir politique clairement identifié (des procédures informelles émergent où l’Europe est le client, et le secteur privé le constructeur7), monstre bureaucratique aux aspects de forteresse. Se cristallise progressivement un sentiment d’injustice, qui sera interprétée comme le résultat des dynamiques de l’internationalisation. Si, dans la perspective ouverte par M. Breviglieri et D. Trom (2003), la dénonciation des problèmes publics s’ancre dans des troubles sensibles provoqués par des modifications de l’environnement, alors, cette période de luttes urbaines s’avère un moment charnière, celui qui ouvre au déploiement de la critique des formes de l’internationalisation de Bruxelles – prenant comme première scène d’apparition les quartiers où se forment des comités d’habitants. Critique qui s’étaye dans une sémantique particulière, comme en attestent les termes d’euro-trauma, de cité interdite pour désigner le quartier européen, de Caprice des dieux pour désigner le Parlement européen, de sacrifice des habitants, d’eurocratie pour dénoncer les privilèges accordés aux eurocrates (les travailleurs européens, bénéficiant d’avantages fiscaux, ayant leurs propres écoles, crèches…).

8Or, les pouvoirs régionaux, en instituant les politiques d’aménagement sur l’échelle du quartier et la figure de l’habitant, laissent en marge la problématique de l’internationalisation de Bruxelles, au moment même où se renforcent le processus de mondialisation et ses effets sur la ville. Ce qui amène progressivement à des ajustements de l’action publique, tant du côté des pouvoirs publics que du monde associatif.

LES AJUSTEMENTS DE L’ACTION PUBLIQUE DANS LE CONTEXTE DE MONDIALISATION

L’émergence des mouvements socio-culturels

9À la fin des années 1990, on observe un renouveau des luttes urbaines à Bruxelles, avec l’émergence d’associations qui prennent pour horizon la ville sous l’angle de sa diversité culturelle. Une rupture s’opère avec le cadrage hérité des comités de quartiers (tout autant qu’avec les mouvements culturels des années 1970, centrés sur la problématique du handicap socio-culturel). Les enjeux d’une participation urbaine sont redéfinis à l’échelle de la ville, à partir de la problématique de la diversité culturelle présente à Bruxelles, qui impose de prendre en compte une pluralité de rapports à l’espace.

10En effet, suite à l’intensification des flux migratoires, le visage de la ville a changé : la moitié de sa population y est d’origine étrangère. Mais Bruxelles tend à être divisée entre le sud-est où cohabitent catégories socio-professionnelles aisées liées aux organisations internationales et le nord-ouest précarisé où se concentrent les catégories socio-professionnelles peu qualifiées issues de l’immigration populaire. La mondialisation crée une situation multiculturelle, mais les logiques économiques qui la soutiennent, nourrissant les processus de différenciations socio-spatiales, vont à l’encontre d’une mise en communication de ces quartiers et de ces populations (Corijn, Huysseune & Macharis, 2008). Cette diversité culturelle, et sa fracture, vont alors être au centre des réflexions et des pratiques de ces associations qui travaillent à la réappropriation d’espaces publics ou de zones en friches délaissées par les pouvoirs publics, pris comme espace de rencontre et de créativité culturelle.

  • 8 Notamment les associations socio-culturelles bruxelloises fédérées par le Réseau des Arts de Bruxe (...)

11La problématique de l’interculturalité est prise comme point de départ de réflexion et d’action, dans un contexte urbain où les politiques culturelles, inscrites dans le cadre communautaire selon une logique d’exclusivité, ne permettent ni de reconnaître celle-ci, ni de valoriser les pratiques d’échanges. Des acteurs associatifs8 vont s’immiscer dans cette brèche afin de promouvoir le caractère hybride de la ville, tout en intégrant la question de la capitale européenne. Longtemps l’objet d’une indignation, la dimension européenne de la ville devient le terreau d’une créativité urbaine et de la mise en œuvre de projets cherchant à faire de Bruxelles un espace de traduction, de communication et d’hybridité culturelles. Un déplacement de la manière d’appréhender et de problématiser l’internationalisation s’opère, celle-ci incluant dorénavant ses actualisations plus populaires et locales.

Le tournant des politiques régionales

  • 9 Présenté en octobre 2007 par le président de la région Charles Picqué.

12Alors que l’internationalisation de la ville s’était jusque-là réalisée sans réelle volonté politique régionale, la concurrence croissante entre métropoles en contexte de mondialisation va amener les représentants bruxellois, quant à eux, à redéployer les politiques urbaines autour de la visée d’attractivité – qui deviendra centrale dans les politiques urbaines avec le Plan de développement international9 (PDI). L’objectif est d’accroître la compétitivité de la ville, mesurée par des outils spécifiques, tels les rankings, cette ambition étant partagée avec les acteurs économiques de la ville.

  • 10 Pour « meetings, incentives, congresses & events/exhibitions ».
  • 11 Près de 400 000 personnes viennent chaque jour travailler dans la région bruxelloise, pour une pop (...)
  • 12 Une agence de consultance a été chargée de réaliser le PDI à partir d’une étude de benchmarking (P (...)

13Ce tournant, qui se dessine depuis une petite décennie, se caractérise par une modification des objectifs et de l’échelle d’action des politiques publiques, mais également des figures d’usagers et de décideurs impliqués. D’une part, l’attractivité étant référée à la capacité de la ville d’attirer les flux de capitaux circulant dans l’espace globalisé, il s’agit désormais de développer des infrastructures de prestige selon les standards internationaux, de se présenter comme hôte de grands événements, et de promouvoir une image attractive de la ville sur la scène mondiale via un city marketing – en se concentrant notamment sur le secteur dit « MICE10 ». La territorialisation des politiques urbaines s’élargit du quartier à la région ; la figure d’usager passe de l’habitant au public de la mondialisation (entreprises et investisseurs, touristes, congressistes, organisations internationales, navetteurs11…). D’autre part, de nouveaux acteurs vont prendre une place centrale dans les politiques urbaines, telles les sociétés de consultance appelées pour déterminer les grandes orientations du développement urbain (par des études de benchmarking), et les agences de citymarketing12.

  • 13 Par exemple le dispositif de « zones leviers » institué en 2002 (Delmotte, Hubert et Tulkens, 2009 (...)
  • 14 Parties prenantes : les bureaux d’étude, le milieu économique (investisseurs, promoteurs et action (...)

14Le référentiel de gouvernance s’impose dans les discours publics, pour caractériser les nouvelles modalités de décision et de participation au niveau régional, impliquant une multiplicité d’acteurs publics et privés (Le Galès, 1996). Des dispositifs urbanistiques13centrés sur le partenariat privé-public se mettent en place pour la réalisation des grands projets. Dans ces dispositifs, deux comités sont constitués : le premier réunit les différents stakeholders14 et est chargé de définir les principales options d’intervention autour d’objectifs stratégiques partagés. Un second comité regroupe les habitants, inscrits dans une démarche de concertation lors de la phase de réalisation des projets. La disjonction entre ces deux espaces de concertation, redoublée par le fait que leur articulation n’est pas instituée, ne donne aucune assurance que les attentes des habitants soient prises en compte, d’autant plus qu’elles s’avèrent souvent antagonistes aux objectifs de rentabilité et d’attractivité. Aucune structure participative n’existe à l’échelle de la Région, permettant de débattre publiquement et de décider démocratiquement de ses grandes orientations urbanistiques.

La tension entre les logiques régionales et les dynamiques associatives

  • 15 Associations engagées dans les questions institutionnelles, visant à accroître l’autonomie politiq (...)

15Ce tournant des politiques publiques entre en contradiction avec les politiques de proximité jusque-là développées et les dynamiques associatives. La présentation du PDI – qui rend plus claires et plus lisibles les logiques régionales du développement international – va agir comme catalyseur du débat sur l’internationalisation de la ville, qui s’impose alors comme une problématique urbaine majeure. Se forme une arène publique (Cefaï, 2002) constituée de différentes scènes (forums, colloques, expositions, films, sites internet, « balades du PDI ») où une pluralité d’acteurs (comités de quartier, syndicats, associations culturelles, « associations citoyennes »15…) questionnent et critiquent les principes et les outils du développement régional.

16Pour les comités de quartier, au fur et à mesure que l’échelle visée par les politiques urbaines augmente, moins les exigences participatives et les demandes locales semblent prises en compte. Les besoins des Bruxellois seraient négligés au profit du public mondialisé (au niveau infrastructurel, urbanistique, économique, culturel…), le développement de la ville étant laissé au soin d’acteurs privés plutôt qu’appuyé sur les dynamiques locales, ce qui va à l’encontre des exigences de durabilité, et de mixité fonctionnelle et sociale, au risque de renforcer les processus de dualisation à l’œuvre. Les syndicats partagent cette critique, la logique économique soutenue allant à l’encontre de l’intégration socio-économique des travailleurs précarisés de la ville. Au principe de concurrence sur lequel se basent les politiques d’attractivité répond un principe de solidarité sociale.

17Les associations socioculturelles contestent, quant à elles, la réduction de la culture à ses dimensions infrastructurelle, spectaculaire et événementielle, et la non prise en compte des dynamiques qu’elles développent, ancrées dans les spécificités urbaines. Par ailleurs, les pratiques de citymarketing sont critiquées à deux niveaux : parce qu’elles produisent une image qui est le fruit de stratégies publicitaires, et non d’une participation politique ; et parce qu’elles se basent sur des standards qui n’accèdent pas aux singularités de Bruxelles, dans un contexte où celles-ci ne sont pas reconnues au niveau institutionnel.

  • 16 Ce plan a été présenté à un salon de l’immobilier avant même d’être présenté au gouvernement, ce q (...)
  • 17 Une demande de moratoire a été posée par les fédérations de quartiers et la section bruxelloise du (...)

18De nombreux acteurs de la société civile s’indignent de ne pas être concertés pour les politiques d’internationalisation, laissées au soin d’agences privées dont les outils ne reconnaissent ni les pratiques ni l’expertise qu’ils développent. Ces politiques se réaliseraient, à nouveau, dans un manque de transparence16 et de débat public17, ce qui rappelle, non sans craintes, les erreurs de l’européanisation. Dans l’ensemble des scènes de la critique, s’affirme la nécessité de débattre publiquement des modalités d’internationalisation, dans des espaces rassemblant les différents acteurs du développement urbain. Au-delà de leurs divergences, les approches de nombreux acteurs de la société civile entrent en résonance autour d’une certaine représentation de la ville, fondée sur son interculturalité, sa mixité, ou encore son hybridité, sur laquelle tendent à s’appuyer les diverses prises de positions et critiques. Cette congruence des approches va se cristalliser lors des États généraux de Bruxelles, où un accord sur les perspectives à donner à cette petite ville mondiale sera publiquement réalisé entre une pluralité d’acteurs de la société civile.

VERS UN COMPROMIS POUR UNE « PETITE VILLE MONDIALE »

Une large mobilisation collective

  • 18 Au cours des deux dernières années principalement, les conflits communautaires ont repris concerna (...)
  • 19 Lancés par les associations « citoyennes », le secteur culturel, les comités de quartier, les synd (...)

19La crise institutionnelle qu’a traversée parallèlement la Belgique18 amplifie la volonté d’avoir prise sur le destin de la région, et amène ces différents acteurs urbains, rejoints par le patronat et les universités bruxelloises, à s’associer pour organiser une large mobilisation collective : les « États généraux de Bruxelles19 ». L’échéance des mandatures régionales (d’un enjeu majeur pour les négociations institutionnelles concernant Bruxelles) est considérée comme une opportunité pour la société civile de se faire entendre. Face aux divisions politiques, il s’agit de se rassembler afin de parler d’une seule voix, en mobilisant les centaines d’associations présentes sur le sol bruxellois. L’ensemble de la société civile, organisée ou non, est appelé à participer à différents débats relatifs à des problématiques urbaines spécifiques, dans la perspective de proposer un projet de développement pour la ville, fruit d’une réflexion et d’une négociation collectives. Bien que cette mobilisation s’inscrive en continuité des dynamiques associatives déjà en œuvre (telles la mise en débat, la volonté de collaboration entre les acteurs…), c’est la première fois que se regroupe une telle diversité d’organisations, tant néerlandophones que francophones, pour qu’émerge une vision commune pour Bruxelles. Il s’agit de « s’associer pour s’agrandir » (Thévenot, 2001), ce qui implique d’articuler une pluralité d’approches de la ville, pour composer, par délibération, un projet urbain susceptible d’être partagé par l’ensemble des acteurs engagés, porteurs d’intérêts pluriels.

20Au sein de cette arène, s’opèrent un recadrage collectif de la question internationale, et la cristallisation des positions des acteurs autour d’un bien commun à défendre : le cosmopolitisme, considéré comme seul à même de permettre l’articulation entre dynamiques locales et logiques d’internationalisation, selon les acteurs de la société civile, tout en posant de nouvelles exigences politiques.

Articuler « internationalisation d’en haut » et « internationalisation d’en bas »

  • 20 Selon les termes utilisés par les acteurs.
  • 21 Texte de conclusion des États généraux, publié en avril 2009, en ligne : [www.etatsgeneraux-debrux (...)

21Les différentes critiques se rejoignent quant à la non prise en compte des dynamiques « endogènes » du développement international, au profit des dynamiques « exogènes20 », au risque de renforcer la dualisation socio-spatiale. L’ensemble des acteurs s’accordent sur la nécessité de « développer un projet commun émancipateur pour l’ensemble de la population, où les logiques de l’internationalisation “par le haut” et “par le bas” se croisent et se renforcent21 ». Ce qui implique d’envisager une articulation à différents niveaux – politique, économique et culturel.

  • 22 La région de Bruxelles Capitale, bien qu’elle soit la deuxième plus riche d’Europe, est fortement (...)

22Au niveau économique, la présence conjointe du patronat, d’une part, et des syndicats et fédérations de comités de quartiers, d’autre part, exige de dépasser l’antagonisme, posé par les acteurs, entre concurrence et solidarité sociale. C’est le constat partagé qu’une pauvreté accrue risquerait de faire fuir les ménages et personnes aisés, aux dépens de l’attractivité de la ville, qui amène les acteurs à s’accorder sur la nécessité d’une intégration socio-économique des populations fragilisées. Étant donné les limites intégratives des formes de développement actuellement dominantes (saisies par l’écart croissant entre les catégories les plus riches et les plus pauvres de la ville22), il s’agit plutôt de soutenir les dynamiques locales existantes, portées par les milieux issus de l’immigration, inscrites dans des réseaux socio-économiques transnationaux aujourd’hui marginalisés. De plus, est proposé un ajustement des modalités de redistribution dans le cadre de l’internationalisation, par la contribution fiscale des usagers de la ville, dont les fonctionnaires internationaux, afin de financer les services publics. Solidarité sociale et attractivité deviendraient les conditions l’une de l’autre.

  • 23 Zinneke signifie « chien bâtard » dans le dialecte bruxellois.
  • 24 « Les États généraux de Bruxelles. La société civile se mobilise », Le Cri, 2010, publication du p (...)

23Au niveau culturel, c’est la question de l’image qui est au centre du débat, étant donné qu’elle est indissociable du cadre communautaire où les singularités bruxelloises sont difficilement reconnues. Les acteurs s’accordent sur le fait que l’image, plutôt que d’être le fruit de stratégies publicitaires, devrait être envisagée comme le vecteur par lequel pourrait s’affirmer l’identité bruxelloise, métissée, zinneke23, cosmopolite. Cela implique un changement de méthode, loin des formes managériales ducitymarketing : s’imaginer et s’identifier est un processus actif qui nécessite une mobilisation de la population. Les modalités par lesquelles faire émerger cet imaginaire commun sont dès lors profondément politiques :« il ne s’agit pas seulement de construire cette image, puis de la vendre, il s’agit surtout de la mettre au cœur de l’identité urbaine et d’adapter les politiques, les pratiques et les institutions à cette finalité24 » – ce qui implique des déplacements conséquents dans la manière de gouverner la ville.

  • 25 Remarquons que cette fonction de médiation est, pour Park, assurée par l’« homme marginal » qui es (...)

24Les acteurs rassemblés au sein des États généraux posent alors les conditions politiques d’une petite ville mondiale démocratique et participative. Elles consistent en un élargissement des dispositifs participatifs : à la fois temporel (pour permettre une coproduction des projets urbains plutôt qu’une consultation) ; spatial (du quartier à la région, espace des problématiques de l’internationalisation) ; et également des domaines de la participation aux politiques économiques et aux politiques d’image (alors qu’ils sont aujourd’hui limités aux questions territoriales). Mais surtout, il s’agit d’ouvrir les dispositifs participatifs aux publics cosmopolites de la ville, par l’extension du droit de vote régional aux étrangers résidant à Bruxelles, signe de leur reconnaissance politique, et condition à leur participation. Pourtant, les milieux issus de l’immigration, qu’elle soit populaire ou de statut, sont les grands absents de la mobilisation. Les associations fédérées dans les États généraux, au devant de la scène publique bruxelloise, sont très faiblement liées aux associations impliquant ces publics cosmopolites, associations le plus souvent fondées sur base communautaire ou nationale. L’empêchement, certes implicite, d’une expression communautarisée paraît marquer les limites de l’inclusivité de la figure du zinneke. Fruit d’un consensus entre Bruxellois, cette figure semble être appelée pour réaliser une médiation entre les deux communautés nationales du pays dont les conflits prennent Bruxelles pour espace de compétition. Le cosmopolite serait alors, aussi, la figure placée à l’intersection critique des communautés nationales dont il assurerait la coexistence25 et la possibilité d’un accord. Malgré ce constat, le cosmopolitisme promu par les acteurs de la mobilisation n’en a pas moins des effets performatifs dans le sens où il remet en question les fondements politiques, culturels, et socio-économiques du développement urbain.

Le cosmopolitisme comme l’horizon d’une « petite ville mondiale » et européenne

25L’horizon cosmopolite, où se rejoignent de nombreux acteurs de la société civile, émerge de la rencontre entre internationalisation d’en bas et d’en haut et permet, idéalement, de les articuler, d’inclure chaque frange de la population, européens, immigrés extra-européens, francophones, néerlandophones… Beck souligne que le régime cosmopolitique entend « se débarrasser de ce que l’on peut appeler le mythe communautariste, c’est-à-dire l’idée selon laquelle il faut d’abord qu’il y ait des liens sociaux – […] qu’ils soient déjà existants, déterminés – pour qu’il y ait alors et ensuite, dans ces cadres et espaces nationaux et ethniques, au territoire délimité, une possible action politique » (Beck, 2003, p. 100). Dans le contexte bruxellois, il s’affirme comme l’antidote aux dérives communautaristes, considérées comme obstacles au vivre ensemble dans une ville multiculturelle, et ouvre, malgré ses limites actuelles, la possibilité d’une collectivité politique, à l’échelle urbaine, dépassant les différences culturelles – rejoignant sur ce point l’enjeu d’une citoyenneté européenne (Ferry, 2000).

26De nombreux acteurs de la société civile considèrent en effet Bruxelles comme le laboratoire pour expérimenter les dimensions culturelles et politiques d’une capitale européenne. Alors que l’Europe, à Bruxelles ou ailleurs, est objet de vives critiques, symbolisant bien souvent les désastres de la mondialisation, elle offre pourtant le terreau pour repenser la collectivité politique à l’heure de la mondialisation :

« Si la construction de l’Europe possède quelque signification au regard de l’histoire, sans doute est-ce parce que s’y invente une construction politique que l’on qualifie souvent de post-nationale. De ce que pourrait être une capitale post-nationale, nous ne pouvons faire que des conjectures puisque nous sommes face au défi de l’inventer, et cela à vrai dire à la fois avec mais surtout contre l’image que Bruxelles donne jusqu’à présent d’elle-même, comme siège d’institutions bureaucratiques bien plus que comme capitale susceptible d’attirer parce que s’y inventent de nouvelles manières de vivre politiquement, mais aussi socialement, ensemble » (Genard, 2006, p. 280).

27Pour beaucoup d’acteurs de la société civile, Bruxelles est considérée comme le laboratoire de la construction d’une urbanité plurielle, d’une identité cosmopolite et post-nationale, en écho aux aspirations d’une Europe plus sociale, plus politique, plus culturelle, qu’administrative. Reste à savoir si l’Europe à Bruxelles est prête à se greffer sur la réalité quotidienne de la ville, et à s’inscrire dans cette urbanité réflexive, participative et interculturelle.

CONCLUSION

28Aujourd’hui, les formes d’action publique qui émergent, comme les États généraux, attestent d’une réappropriation de la question internationale, par la figure du zinneke, redéfinissant les contours de la citoyenneté bruxelloise. C. Neveu (2004) propose de considérer la citoyenneté comme un « construit social et politique », qui met en jeu la façon dont la société se représente elle-même, et de l’approcher par les représentations et les pratiques où elle « s’éprouve » : le cosmopolitisme semble alors s’affirmer comme l’horizon à partir duquel s’appréhende, à Bruxelles, la question de la démocratie urbaine dans le contexte de l’internationalisation.

  • 26 Je reprends la notion de hantise telle qu’elle a été développée par J. Stavo-Debauge (2010).

29À l’internationalisation de Bruxelles telle qu’elle s’est réalisée dans le contexte moderniste, ont répondu de nombreuses luttes urbaines, et l’émergence d’une figuration de la citoyenneté autour de l’habitant et du quartier. Aujourd’hui, les traces de cette période sont toujours là, inscrites dans le tissu urbain, dans la mémoire des citadins et dans des dispositifs d’action publique ; ce qui est appelé « l’euro-trauma » imprime sa marque sur l’avenir26. Du coup, lorsque les représentants politiques régionaux justifient la transformation de la ville pour son rayonnement international à coup de grands projets et en ciblant investisseurs et public mondialisé, les craintes d’une désappropriation de la ville sont réanimées chez les défenseurs de la ville habitée. Mais les acteurs participant au débat sur l’internationalisation se sont entre-temps pluralisés, et ont développé d’autres approches de la ville que celles portées par les comités de quartier, considérant l’internationalisation comme une dynamique structurante, non éphémère et pleine de potentialités.

30Le PDI, mais également l’urbanisation liée à l’implantation européenne, actualisent une forme d’internationalisation, matérialisée dans l’espace, que la société civile n’approuve pas, la considérant « non inclusive », et inhospitalière à la diversité sociale et culturelle de la ville – Bruxellois d’origine immigrée, européenne ou non, réfugiés, etc. Cette diversité plus populaire, liée aux flux migratoires non hégémoniques, donne à voir, bien qu’elle soit marginalisée par les pouvoirs publics, une actualisation et une expérience quotidienne de l’internationalisation autre, et objet de moins de ressentiments dans l’opinion publique (Tarrius, 2001). C’est de la rencontre de ces deux formes d’internationalisation, entre celle « d’en haut » et celle « d’en bas », inscrites dans la ville, qu’émerge la conception du cosmopolitisme au sein de la société civile bruxelloise. Il s’agit de faire coexister tout ce petit monde, tout en donnant de l’ampleur aux dynamiques portées par la société civile, organisée ou non, plus proche de la réalité de la ville que ne le sont les institutions organisées sur base communautaire.

31Si « configurer le problème public implique de soulever la question de sa résolution, et de réfléchir sur les objectifs à atteindre et les moyens à employer pour y parvenir » (Cefaï, 1996, p. 55), alors le cosmopolitisme reconfigure le problème public de l’internationalisation en dehors des références à l’habitant et au quartier jusqu’alors privilégiés, tout en amenant à des exigences de participation politique renouvelées. Se dessine la perspective d’un cosmopolitisme politique qui se revendique inclusif et solidaire bien que paradoxalement les publics « cosmopolites » de la ville soient les absents de cette mobilisation qui cherche leur reconnaissance. La question qui s’ensuit est celle de savoir si les acteurs porteurs d’une approche cosmopolitique de la ville trouveront les prises pour se lier aux publics porteurs des dynamiques qu’ils évoquent, et pour incarner leur approche dans la matérialité de la ville.

32On peut se demander si la figure du cosmopolite, qui émerge au sein de l’action publique dans le cadre de l’internationalisation de la ville comme dernière configuration de la critique, trouvera un degré de reconnaissance similaire à celui qu’a pu connaître la figure de l’habitant dans les dispositifs institutionnels. Et si elle contribuera, d’une part, à réaffirmer l’exigence de participation politique aujourd’hui négligée dans les politiques régionales d’internationalisation, et d’autre part, à réaliser l’articulation souhaitée entre les dynamiques locales et les dynamiques d’internationalisation.

Notes

1 La société civile étant ici comprise dans son sens élargi d’intermédiaire entre citoyens et pouvoirs publics, incluant tant les acteurs associatifs que para-publics (acteurs de la concertation sociale).

2 La Belgique est divisée en trois régions (flamande, wallonne, bruxelloise) compétentes pour les matières économiques et territoriales ; et en trois communautés (francophone, néerlandophone et germanophone) compétentes pour les matières personnalisables (enseignement, culture, formation). À Bruxelles, sont compétentes la région Bruxelloise et les deux communautés francophone et néerlandophone.

3 Principalement le Quartier Leopold et le Quartier Nord (appelé le projet « Manhattan », amenant à la démolition de l’ensemble du quartier habité).

4 La région de Bruxelles fut reconnue près de vingt ans après la fédéralisation (du fait même qu’elle est le seul territoire bilingue du pays).

5 Tels les « contrats de quartier », financés par les fonds publics en vue de la revitalisation de quartiers socio-économiquement fragilisés, il associe rénovation urbaine, participation des habitants (sous une forme concertative avec les représentants communaux) et développement social du quartier. Pour un approfondissement, je renvoie à M. Berger (2009).

6 Je reprends les termes utilisés par des acteurs des comités de quartiers.

7 Comme pour le Parlement européen, réalisé par quatre groupes privés, construit avant la prise de décision officielle de le placer à Bruxelles.

8 Notamment les associations socio-culturelles bruxelloises fédérées par le Réseau des Arts de Bruxelles et Brussels Kunsten Overleg, qui travaillent en collaboration.

9 Présenté en octobre 2007 par le président de la région Charles Picqué.

10 Pour « meetings, incentives, congresses & events/exhibitions ».

11 Près de 400 000 personnes viennent chaque jour travailler dans la région bruxelloise, pour une population d’un million d’habitants, mais habitent sa périphérie et paient donc leurs charges fiscales à une autre région – ce qui provoque un paradoxe important : alors que Bruxelles est la deuxième région européenne la plus productrice de richesse, un tiers de ses habitants vivent sous le seuil de pauvreté.

12 Une agence de consultance a été chargée de réaliser le PDI à partir d’une étude de benchmarking (Price WaterHouse Coopers) ; et deux agences de marketing ont été désignées (Co-Managing, et Duval Guillaume).

13 Par exemple le dispositif de « zones leviers » institué en 2002 (Delmotte, Hubert et Tulkens, 2009).

14 Parties prenantes : les bureaux d’étude, le milieu économique (investisseurs, promoteurs et actionnaires), les pouvoirs publics (communaux et régionaux) et les experts (professionnels techniques).

15 Associations engagées dans les questions institutionnelles, visant à accroître l’autonomie politique reconnue à la région telles Aula Magna, Manifesto, Bruxsel Forum.

16 Ce plan a été présenté à un salon de l’immobilier avant même d’être présenté au gouvernement, ce qui a créé un scandale au sein de l’opinion publique bruxelloise.

17 Une demande de moratoire a été posée par les fédérations de quartiers et la section bruxelloise du syndicat chrétien pour la réalisation de ces projets, compte tenu de l’absence de débat avec la société civile organisée.

18 Au cours des deux dernières années principalement, les conflits communautaires ont repris concernant l’élargissement de Bruxelles, la région étant enclavée dans 19 communes alors que la métropole bruxelloise en compterait près de 60, en territoire flamand. Aucun compromis ne fut trouvé, ce qui a amené à la démission du Premier ministre à trois reprises.

19 Lancés par les associations « citoyennes », le secteur culturel, les comités de quartier, les syndicats et le patronat, accompagnés des trois universités bruxelloises, ils ont débuté en novembre 2008 et se sont clôturés en avril 2009. Ils se divisent en trois étapes : 1 °/la publication de 16 synthèses relatives à des problématiques urbaines spécifiques réalisées par des chercheurs des trois universités ; 2 °/la tenue de 16 débats participatifs relatifs à ces fiches où est invitée « l’ensemble de la société civile organisée ou non » et 2 débats de « mise en transversalité » (en moyenne 200 personnes par débat étaient présentes) ; 3 °/la négociation entre les organisations à la tête du mouvement jusqu’à la publication d’un texte de conclusion adressé aux politiques à la veille des élections. Les États généraux ont été l’objet d’un suivi médiatique important (journaux, télévision) mais également d’une écoute politique conséquente, étant donné que les organisateurs ont été appelés par le nouveau gouvernement pour faire entendre leurs propositions.

20 Selon les termes utilisés par les acteurs.

21 Texte de conclusion des États généraux, publié en avril 2009, en ligne : [www.etatsgeneraux-debruxelles.be].

22 La région de Bruxelles Capitale, bien qu’elle soit la deuxième plus riche d’Europe, est fortement dualisée : les 10 % plus riches ont 33 % des revenus contre 1,41 % pour les 10 % les plus pauvres.

23 Zinneke signifie « chien bâtard » dans le dialecte bruxellois.

24 « Les États généraux de Bruxelles. La société civile se mobilise », Le Cri, 2010, publication du projet de ville, p. 333.

25 Remarquons que cette fonction de médiation est, pour Park, assurée par l’« homme marginal » qui est défini comme l’hybride culturel (Grafmeyer et Joseph, 2004).

26 Je reprends la notion de hantise telle qu’elle a été développée par J. Stavo-Debauge (2010).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540