Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces de vie, espaces enjeux

 | 
Yves Bonny
, 
Sylvie Ollitrault
, 
Régis Keerle
, 
et al.

Deuxième partie. Mobilisations sociales et politiques des acteurs non institutionnels

Chapitre 6. Conflits d’acteurs et stratégies d’adaptation au nouveau projet urbain dans une ville du patrimoine mondial : Harar en Éthiopie

Pauline Bosredon

Texte intégral

1Dans le cadre d’une réflexion sur l’articulation des différentes formes de rapport à l’espace, le cas de Harar en Éthiopie, une ville classée au patrimoine mondial en 2006, est exemplaire de mobilisations sociales qui font face aux transformations qui affectent le centre ancien, espace de projets pour les autorités publiques mais aussi lieu de vie et de pratiques ordinaires pour les habitants. Parce qu’il y a une multitude d’acteurs sur un même espace qu’ils délimitent et investissent différemment et parce que la capacité d’action de ces acteurs sur cet espace est variable selon leur position, la redéfinition d’un centre ancien en tant que patrimoine mondial, sorte de catégorisation de l’ensemble urbain selon de nouvelles normes, affecte nécessairement le rapport des acteurs à la ville et met au jour sinon des conflits entre les différents groupes, du moins différentes stratégies d’adaptation à la nouvelle donne patrimoniale.

2Dans la ville de Harar, on n’observe pas de mobilisation collective des acteurs ordinaires mais une forme d’accommodation voire de résistance passive au projet des autorités urbaines qui tend à transformer l’espace de vie quotidien des habitants de la vieille ville. Il importe de considérer l’habitant comme un acteur, plus ou moins apte à mettre sur pied des stratégies, tout en conservant à l’esprit que cette capacité d’action est conditionnée par les ressources que peut mobiliser chaque individu. Les habitants sont d’autant plus acteurs dans une ville classée comme Harar que l’habitat constitue la part essentielle de son patrimoine : par le fait qu’ils habitent le patrimoine, les résidants sont les premiers acteurs de son entretien (ou de son manque d’entretien selon les cas), c’est-à-dire de son amélioration ou de sa dégradation (Gravari-Barbas, 2005). Le concept d’habiter recouvre, dans l’acception que nous retenons, les modes d’occupation d’un lieu et « les manières dont les individus pratiquent les lieux » (Stock, 2004, p. 1). Cette définition est issue du concept d’« espace vécu » comme espace des pratiques quotidiennes et des interrelations sociales (Frémont, 1976). L’apport du concept d’habiter à la notion d’espace vécu, c’est la relation d’interaction entre l’individu et son environnement, c’est-à-dire « le processus par lequel chaque habitant construit sa propre place dans le monde » (Lazarrotti, 2006), ce qui permet la répétition des pratiques de l’espace habité et des habitudes qui participent à rendre cet espace familier. Le questionnement sur l’habiter touche donc à la fois à la manière de pratiquer les différents lieux, à la signification des lieux ainsi pratiqués et aux choix faits par les individus de pratiquer tel ou tel lieu, c’est-à-dire leur rapport aux lieux. L’intentionnalité supposée par la notion de choix opère à différents degrés selon les ressources dont disposent les différents groupes d’acteurs. Dans le cas des habitants les plus précaires, disposant des revenus les plus modestes, l’intentionnalité des pratiques est tempérée par les contraintes : vivre là faute de moyens financiers permettant la mobilité résidentielle, être déplacé ailleurs, pratiquer la rue comme espace semi-privé à cause de l’exiguïté du logement, etc. Il faut pourtant reconnaître à chacun sa marge de manœuvre ou sa capacité d’exercer des choix dans différents domaines, par exemple la fréquentation des associations de quartier, le choix de l’école des enfants ou l’intervention personnelle sur le logement par l’agrandissement ou la rénovation de la maison.

3L’articulation des différents types d’investissement de l’espace selon les groupes sociaux se fait à Harar à deux niveaux. Dans un pays où la terre appartient à l’État, l’ancrage des habitants dans la maison et le quartier s’opère selon des voies détournées, dans une forme de contournement du principe de la nationalisation de la terre héritée du régime du Derg (junte militaire établie de 1975 à 1991).

  • 1 Le Jugol est le nom donné à l’enceinte de la vieille ville de Harar, et par extension à la vieille (...)

4Harar étant par ailleurs devenue ville du patrimoine mondial, un niveau de référence supplémentaire est venu s’ajouter au couple habitants-pratiquants/État-propriétaire. Le classement fait en effet de la vieille ville un patrimoine universel. Mais ce qui demeure un statut abstrait pour le centre historique compris dans sa globalité (le Jugol1 appartient à tous/le Jugol n’appartient à personne), cristallise les conflits d’intérêt dans le cas de trois projets précis concernant des édifices monumentaux, simultanément monuments nationaux propriété de l’État régional harari, patrimoine universel classé par l’Unesco et lieu de vie de dizaines de familles vouées au déplacement non seulement hors de leur maison, mais encore hors de leur quartier et même hors de la vieille ville.

5Nous proposons d’explorer le point d’articulation entre l’action de l’État régional, qui opère dans un rapport à la ville à la fois institutionnel (il est responsable du classement et de ses contraintes), aménagiste (il invente et met en œuvre le nouveau projet urbain) et stratégique (il met en scène le classement pour faire de la vieille ville la vitrine de l’État et de l’ethnie hararie), et les stratégies d’adaptation des habitants qui oscillent quant à eux entre soumission et résistance passive.

  • 2 Le compound est un espace généralement circonscrit par une clôture (mur, muret, rue, mur de maison (...)

6Cette analyse repose sur des enquêtes par entretiens réalisés entre janvier et mars 2008 auprès des habitants du compound2 Mohamed Ali, l’un des sites patrimoniaux dont les autorités urbaines envisagent la valorisation, et auprès des acteurs publics de la ville de Harar et des responsables des qebele et subqebele qui sont les plus petits échelons du découpage administratif régional. Les subqebele, équivalents à des quartiers, sont au nombre de sept dans la vieille ville de Harar.

7À Harar, les formes ordinaires d’investissement de l’espace urbain que nous analysons sont celles de résidants : quels sont les modes d’accès au territoire par le biais du logement ? Comment y accède-t-on, et comment le transmet-on ? Quel y est le degré d’ancrage des familles ? Nous verrons quels critères retenir pour définir ce qu’est cet ancrage. L’investissement ordinaire de leur espace de vie par les habitants relève des modes d’habiter l’espace du logement et plus largement la rue, le quartier, la vieille ville : nous cherchons à définir la composition des foyers, la manière dont est partagé l’espace commun de la cour (puisqu’à Harar les maisons sont en réalité pour la plupart composées de blocs disposés autour d’une cour, fermée à l’espace public et partagée par plusieurs familles généralement sans autres liens que ceux du voisinage), la relation entre l’espace privé de la maison, celui partagé de la cour et l’espace public de la rue, enfin le sentiment d’attachement au quartier et au voisinage.

8Quant aux mobilisations politiques, nous interrogeons avant tout la démarche de patrimonialisation entreprise afin de faire inscrire la ville ancienne sur la liste du patrimoine mondial par l’Unesco. La vieille ville devenue un patrimoine universel appartient-elle à tous ? à personne ? à l’État ? La puissance publique investit l’espace urbain à deux niveaux que nous analysons successivement. Le premier niveau est basé sur la propriété de la terre qui constitue le contexte particulier de cette étude sur Harar. Le second niveau d’investissement est lié au classement patrimonial. Il se manifeste par la réappropriation des édifices emblématiques et monumentaux du cœur historique par les autorités urbaines, et le déplacement forcé des familles qui y résident. Il s’agira donc dans la troisième et dernière section de ce chapitre de confronter cet investissement de la vieille ville par la puissance publique aux pratiques des habitants et à leurs modes d’habiter ce même espace : quelles en sont les conséquences sociales ? Des stratégies d’adaptation ou de contournement sont-elles mises en œuvre par les habitants ?

L’ÉTAT RÉGIONAL HARARI, UN PROPRIÉTAIRE FONCIER INCONTOURNABLE

9Il est nécessaire ici de présenter rapidement l’organisation fédérale de l’Éthiopie, afin d’introduire la spécificité de Harar et son système foncier avant d’entrer dans le détail de ce premier niveau d’investissement public de l’espace urbain par le biais de la terre.

Genèse de la nationalisation des terres et fonctionnement fédéral de l’Éthiopie

10L’Éthiopie est un pays fédéral depuis la ratification de la Constitution en 1994 qui signe la naissance de la République démocratique fédérale d’Éthiopie. Le grand principe de cette fédéralisation est l’ethnicité sur laquelle est fondé le nouveau découpage en neuf États régionaux « délimités sur la base des structures d’habitation, d’identité, de langage et sur l’assentiment des populations concernées » selon les articles 46 et 47 de la Constitution (Vaughan, 2007). Deux municipalités (Addis Abeba, la capitale, et Dire Dawa la seconde ville du pays) obtiennent un statut autonome indépendant des régions (carte 1).

Carte 1 : L’Éthiopie fédérale

Carte 1 : L’Éthiopie fédérale
  • 3 310 km2, ce qui ne représente que 0,09 % de la surface de l’Oromiya qui est la plus vaste des régi (...)
  • 4 196 000 habitants en 2005 selon l’estimation de l’Agence centrale de statistiques, contre plus de (...)
  • 5 C’est la théorie des nationalités de Joseph Staline qui inspira le projet fédéral éthiopien et l’o (...)

11La Constitution de l’État national régional du peuple Harari est ratifiée en 1997. La région hararie est doublement originale dans le contexte éthiopien. Elle l’est tout d’abord par sa taille, puisqu’elle est la plus petite région du point de vue de son territoire3 et de sa population4. Elle l’est ensuite par la faible représentativité de l’ethnie hararie au sein de son territoire : les huit autres régions ont été définies par la présence majoritaire d’une nationalité au sein d’un territoire donné, selon le principe qu’un « territoire égale une nationalité5 ». Mais la région hararie ne répond pas à ce critère : selon les chiffres de 2005 de l’Agence centrale des statistiques, les Hararis ne représentent en effet que 11,9 % de la population urbaine (ville de Harar) et seulement 0,5 % de la population rurale de la région composée en immense majorité de Oromos. Cette singularité s’explique surtout par le poids politique et économique dont bénéficiaient les représentants de l’ethnie hararie auprès du pouvoir central lorsque les commissions chargées du découpage régional se sont mises à l’œuvre. D’intenses tractations ont ainsi permis aux Hararis de se voir attribuer une micro-région enclavée dans l’immense territoire de l’Oromiya, attribution justifiée par la reconnaissance de leur histoire singulière.

12Cela explique les précautions prises par les Hararis lors de la rédaction de leur Constitution régionale : cette dernière garantit en effet à l’ethnie hararie une domination politique quasi absolue sur l’État régional. Le président de la région, qui détient avec son cabinet le pouvoir exécutif, est ainsi nommé par le Congrès national Harari élu par les seuls ressortissants de la nationalité hararie. Parmi les huit membres du cabinet figure la municipalité de Harar dirigée par le président de région et dotée d’un conseil municipal. La situation de la municipalité de Harar est très particulière compte tenu du fait qu’elle est la seule ville de la région, entourée d’une zone rurale de faible envergure spatiale et économique. Plus qu’ailleurs donc se pose à Harar la question de la mobilisation identitaire et le rapport entre construction de l’État et investissement spatial.

13Le premier niveau d’investissement par la puissance publique dont on aura compris qu’elle est hararie et que cette précision n’est pas neutre, est celui de la propriété : la terre fut nationalisée en Éthiopie en 1975, date de l’arrivée au pouvoir du Derg. Toutes les terres urbaines appartiennent à l’État depuis cette date et, depuis l’application de la loi, la politique foncière est liée à celle du logement : à l’origine en effet était encouragée la constitution d’associations de propriétaires à qui l’État allouait des parcelles du sol urbain quasi gratuitement. À charge ensuite aux individus d’y faire construire leur logement à leurs frais. Deux groupes se sont retrouvés exclus de ce processus : ceux qui avaient déjà un domicile, puisque la possession d’un logement secondaire avait été interdite, et les plus démunis qui se trouvaient dans l’incapacité financière de faire construire leur maison par eux-mêmes.

14La loi interdisant les logements secondaires et la pratique de la location privée, de nombreux biens ont été confisqués et loués à loyers modérés par l’État. Ce sont les subqebele qui gèrent aujourd’hui ces logements qui représentent environ 50 % de l’ensemble résidentiel dans la vieille ville. Selon la loi de 1975 et jusqu’à aujourd’hui, il suffit en principe de s’inscrire sur le registre du subqebele pour accéder à la location. En réalité, la pression est telle sur ce type de logement que rares sont les familles qui parviennent encore à accéder par ce biais à la location d’une « maison de qebele ». C’est ce qu’explique le responsable d’un subqebele de la vieille ville : « C’est le subqebele qui reçoit les demandes et attribue les maisons. C’est très difficile car il y a très peu de logements de libres. […] Le subqebele a la liste des demandeurs : il satisfait les demandes en fonction de l’ancienneté de l’inscription sur la liste et de la situation de la famille » (administrateur du subqebele 01).

15Pour obtenir en location une « maison de qebele », comme elles sont généralement nommées, le principe est donc à la fois celui de la liste d’attente et des critères de revenus. Ces logements sont en effet censés bénéficier avant tout aux familles les plus démunies, et c’est dans cet esprit que le Derg les avait instituées. Cela reste le cas, mais la pression sur le logement est devenue telle qu’un système parallèle, illégal mais toléré, de transmission de ces logements s’est mis en place : il s’agit de la « vente de la clé ». Il s’agit en somme de l’organisation d’un marché parallèle au marché privé, sur lequel les prix pratiqués sont beaucoup plus bas. Lorsqu’il décide de partir, le locataire d’une maison de qebele va ainsi « vendre la clé » de son logement à son successeur. Les loyers pratiqués ensuite étant quasi insignifiants, on peut considérer qu’il s’agit véritablement d’une vente, sans acte de vente ni titre de propriété. Une maison traditionnelle hararie de taille moyenne peut ainsi coûter jusqu’à 400 000 birrs (35 000 €) dans le marché privé, mais il en coûtera 20 000 ou 30 000 birrs (de 1500 à 2500 €) pour en acheter la clé à son locataire.

Vivre en « maison de qebele » : une situation précaire

16Ce système fonctionne jusqu’au moment où le logement a besoin de subir des travaux coûteux (par exemple la construction de latrines, ou la réparation d’un toit traditionnel en bois dans le cas des maisons hararies), car personne n’en a alors les moyens : ni le subqebele, dont le budget dépend entièrement de la collecte des loyers qui représentent une somme très faible, ni le locataire, trop pauvre. « Les subqebele n’ont pas de budget propre, ils collectent les loyers et c’est tout. Les loyers perçus par le subqebele servent à payer les salaires des fonctionnaires. Les subqebele font ce qu’ils peuvent mais ils ne peuvent pas s’occuper des besoins primaires des habitants, les latrines, les toits qui fuient. Dans le subqebele 02 depuis deux ans on a réussi à construire seulement quatre blocs de latrines publiques » (administrateur du subqebele 02). Les loyers recueillis par le subqebele, fixes depuis la loi sur la nationalisation de la terre, sont compris dans la vieille ville de Harar en moyenne entre 3 et 15 birrs par mois (soit entre 0,25 € et 1,25 €), alors que pour louer une maison équivalente sur le marché privé, un locataire déboursera en moyenne de 100 à 250 birrs par mois (soit de 8,50 € à 20 €). Une partie du parc résidentiel appartenant à l’État et géré par les subqebele se retrouve donc dans la vieille ville dans un état très délabré.

17L’autre incertitude, de taille, pour le locataire, est que l’État régional peut à tout moment décider de récupérer le logement et ce pour différentes raisons. Il y a ainsi dans la vieille ville un certain nombre d’anciens propriétaires expropriés sous le Derg qui essaient de recouvrer leur bien à la faveur de la loi sur la privatisation en Éthiopie : le processus, à la charge du bureau de la Privatisation d’Addis Abeba, est long et incertain car soumis à de strictes limitations, mais peut dans certains cas aboutir. Dans ce cas, le qebele doit rétrocéder la maison à son ancien propriétaire et reloger le locataire à des conditions de loyer similaires, ce qui le plus souvent ne peut pas se faire dans la vieille ville étant donnée la pénurie de logements. Dans d’autres cas, la région peut décider d’expulser et de reloger les locataires d’une maison dont elle a décidé de changer la destination : nous allons détailler trois cas précis de gros édifices de la vieille ville que la puissance publique souhaite restaurer et transformer.

EXPROPRIATION ET MISE EN VALEUR DES ÉDIFICES EMBLÉMATIQUES PAR LA PUISSANCE PUBLIQUE

18Nous en arrivons au deuxième niveau d’investissement public de l’espace urbain : la récupération d’édifices de la ville de Harar, emblématiques aux yeux de la région, pour les mettre en valeur et changer leur fonction résidentielle en fonction touristique et culturelle. Ce réinvestissement public des emblèmes du patrimoine urbain est l’expression du projet qui sous-tend le classement de la ville, à savoir l’instrumentalisation de la vieille ville destinée à devenir la vitrine de Harar. Il s’agit bien d’un réinvestissement massif dans la mesure où les autorités urbaines avaient jusque-là largement ignoré la ville historique dans les schémas directeurs successifs et plus généralement dans le projet urbain. Le Jugol était resté un lieu d’habitat très pauvre, en marge des projets de développement et de renouvellement urbain. Il symbolise aujourd’hui la puissance hararie retrouvée.

19Le classement sur la liste du patrimoine mondial a été définitivement acquis en juillet 2006. L’une des conditions à remplir était la réalisation d’un nouveau schéma directeur pour Harar devant prendre en compte les besoins spécifiques de la vieille ville en matière de protection de son bâti, de renouvellement de ses infrastructures et de ses équipements et de développement économique et social. Le schéma directeur n’est toujours pas achevé à ce jour, mais les études et les discussions menées dans ce cadre au département d’aménagement urbain de la région hararie ont abouti au projet d’édification d’un nouveau Jugol, surnommé « Millenium Village » en référence au premier millénaire de la fondation de Harar fêté en juillet 2007. Cette « nouvelle vieille ville » sera bâtie sur le modèle de la vieille ville fortifiée et de la tradition architecturale et urbaine hararie, sur des terrains cédés à des Hararis de la diaspora, comme une forme de « rehararisation » de la ville. Le projet a été imaginé à l’est de l’actuel Jugol, dans une zone encore rurale, dans l’objectif de rééquilibrer l’étalement urbain autour de la vieille ville : celle-ci jusqu’à présent excentrée à l’extrême est de la ville devrait retrouver une position centrale aussi bien symbolique que physique.

Carte 2 : Le Jugol et la localisation des projets

Carte 2 : Le Jugol et la localisation des projets
  • 6 Il s’agit de la maison où le Ras Teferi, futur empereur Hailé Sélassié, a grandi.

20Ce réinvestissement par la puissance publique de la symbolique hararie et de l’espace intra-muros passe également par la décision de transformer le cœur de la vieille ville en un espace culturel et touristique destiné à concentrer les musées, les centres d’artisanat traditionnel, les hôtels et les maisons d’hôte, les cafés et les restaurants. Trois projets sont clairement identifiés, dont l’un est en cours (carte 2). Le premier concerne la maison Ras Teferi6 (figure f, planche V) qui a déjà été transformée en musée, ses anciens occupants ayant été relogés dans de petites maisons bâties hors les murs. Bien entendu, les familles concernées n’ont pas eu le choix de rester ou de partir de leur logement, tout comme elles n’ont pas eu celui de rester ou non à l’intérieur de la vieille ville.

21La maison Ras Teferi accueillait vingt familles, dont sept venaient en réalité d’une autre grosse maison surnommée la Maison Rimbaud. Cette demeure a fait l’objet en 2001 du déplacement de ses résidants et a été transformée après sa restauration en centre culturel et musée Rimbaud. À sept ans d’intervalle, ces familles ont donc été contraintes au relogement par deux fois, une première fois à proximité de leur lieu de résidence, la seconde en périphérie urbaine. La Maison Ras Teferi n’a pas encore fait l’objet d’une restauration (figure f, planche V) mais accueille déjà au rez-de-chaussée un nouveau musée composé d’une collection privée d’objets anciens majoritairement hararis.

22Un entretien avec une mère de famille, ex-résidente de la maison Ras Teferi, relogée en périphérie nous renseigne sur les conditions de ce déplacement. La famille compte huit personnes, la mère et ses sept enfants, qui vivent dans une maison – une deuxième maison peut être attribuée lorsque la famille excède treize personnes – composée de deux pièces, d’une cuisine et d’un bloc sanitaire sans eau courante (figure g, planche VI). Quatre des enfants vont encore à l’école, trois dans la vieille ville ou à proximité, un quatrième près de leur nouveau logement.

  • 7 Shoa Ber est la porte sud-ouest du Jugol qui en compte six en tout. À la porte Shoa sont localisés (...)
  • 8 Cet ensemble de maisons n’est pas encore équipé de l’eau courante, ce qui oblige les habitants à s (...)

« Rien n’a vraiment changé, hormis le fait qu’il faut prendre le taxi beaucoup plus souvent. Je fais toujours mes courses à Shoa Ber7 pour le gros plein, sinon j’achète les petites choses près de chez moi. La difficulté, c’est d’avoir des enfants qui continuent d’aller à l’école dans le Jugol. Cela fait 9 mois qu’on est installé et pour l’instant on ne paie pas de loyer. On ne paie que l’eau8 et l’électricité. On espérait une compensation financière mais on n’a rien eu. Pour les jeunes, c’est peut-être bien de quitter la maison Ras Teferi. Mais pour moi… j’aurais préféré rester là-bas. C’est très dur pour tout le monde de vivre ici. On attend des améliorations comme l’eau courante chaque jour » (mère de famille relogée).

  • 9 La maison Menen porte le nom de l’épouse du Ras Teferi ; la maison Mohamed Ali était celle d’un ri (...)

23Les deux autres projets concernent les maisons Menen (figure 1) et Mohamed Ali9 (figure 2), deux grandes maisons de style indien dans lesquelles vivent à l’heure actuelle de nombreuses familles. Il est prévu d’y installer, après restauration du bâti, un musée et un centre culturel. Ces familles vivent dans de très mauvaises conditions de confort et d’hygiène et sont trop pauvres pour anticiper ou contourner ces projets. Il leur est impossible d’accéder à un autre logement de qebele à l’intérieur du Jugol, le prix de la clé demeurant un obstacle infranchissable à la plupart ; elles n’ont pas plus les moyens de faire construire leur propre maison. Dans ces conditions, elles n’ont que le choix d’attendre que la région les reloge, en périphérie de la ville, loin de leur quartier d’origine.

Figure 1 : La maison Menen

Figure 1 : La maison Menen

© Pauline Bosredon, 2008

24Le projet du site de la maison Mohamed Ali concerne en réalité la maison Mohamed Ali elle-même et dix maisons en terre et entrepôts situés dans sept compounds adjacents. La surface globale du site est de 4 300 m2, pour une population de 150 personnes (42 familles au total). Dans la présentation officielle du projet, il est précisé que « la principale contrainte du site est la nécessité de reloger les habitants des édifices historiques qui vivent dans de très pauvres conditions. Le site du projet étant très proche du centre, il est accessible pour les touristes et proche du marché local. Ce qui pose principalement problème sur le site, ce sont les édifices effondrés, habités par des familles aux revenus très bas et qui ne sont pas propriétaires ». Dans le même temps sont donc évoqués l’objectif premier du projet, à savoir la valorisation touristique du site, et sa contrainte majeure, c’est-à-dire la nécessité de reloger de trop nombreuses familles, locataires et très pauvres. La précarité des conditions de vie (pas de latrines, ou latrines communes, pas d’eau courante, pas de cuisine) et la pauvreté des occupants les empêchant d’entretenir les bâtiments sont donc présentées comme justification au relogement (« il est pratiquement impossible pour les gens de vivre là ») et comme justification au choix du site de la maison Mohamed Ali pour le projet touristique.

Figure 2 : La maison Mohamed Ali

Figure 2 : La maison Mohamed Ali

© Pauline Bosredon, 2008

DES CONSÉQUENCES SOCIALES AUX MODALITÉS D’ADAPTATION, DE CONTOURNEMENT ET D’ACTION

25Déplacer et reloger les habitants semble donc être la solution incontournable. Mais cette décision prise par les pouvoirs publics n’est pas sans conséquence sur la vie des habitants concernés : leur accès au centre et donc à l’emploi ainsi que leur vie sociale sont remis en cause.

Un relogement périphérique

26Le relogement des familles est prévu à l’extérieur de la vieille ville car cette dernière est déjà trop congestionnée et les autorités publiques ont la volonté d’y faire baisser la densité d’occupation, pour le confort de vie des résidants mais aussi et surtout pour être en capacité de donner l’image d’une vieille ville aérée, qui a réglé ses problèmes sanitaires (eau courante, latrines, déchets), toutes sortes de questions plus facilement réglables avec une population moins dense. La volonté, ne l’oublions pas, est de développer l’attractivité touristique de la vieille ville.

  • 10 Afocha et eder sont réservés aux adultes mariés et prennent en charge notamment les cérémonies de (...)

27L’éloignement est donc une donnée incontournable : les résidants de la maison Mohamed Ali pour les raisons évoquées ci-dessus seront relogés en périphérie de la ville nouvelle de Harar, loin de leur quartier d’origine et de leur voisinage. Cette situation crée un problème au niveau de leur travail, car certains gagnent leur vie grâce à la fréquentation touristique de la vieille ville. Le réseau social et familial s’en trouvera également distendu voire rompu, notamment pour le cas – majoritaire – des individus appartenant à un afocha ou un eder, des associations de quartier qui prennent une part importante dans la vie sociale de leurs membres10. Les enfants devront changer d’école ou leurs parents faire des frais supplémentaires de transport pour qu’ils continuent à fréquenter leur école de la vieille ville : beaucoup d’enfants relogés qui vivaient autrefois dans la maison Ras Teferi se rendent ainsi à l’école en taxi.

28Les autorités urbaines veulent par ailleurs développer la propriété privée, et proposent aux familles relogées de devenir propriétaires de leur habitation dans de nouveaux condominiums de logements collectifs actuellement en construction. Cette solution se révèle trop coûteuse pour la plupart des familles concernées, incapables de payer plus que leur loyer actuel. Dans un entretien réalisé dans une famille de neuf personnes, dont le père et les trois aînés travaillent, vivant dans le compound de la maison Mohamed Ali, apparaît clairement cette situation d’incapacité : « On m’a dit que dans les nouveaux condominiums qu’on construit pour nous, on paierait environ 100 birrs par mois et qu’on serait propriétaire après 15 ans. Moi, mon mari me donne 300 birrs par mois pour payer le loyer, l’eau, l’électricité, la nourriture et tout le reste. Je ne peux pas payer un loyer de 100 birrs par mois, c’est impossible. Mais on n’aura pas le choix. » Cette famille est actuellement logée dans une maison de deux pièces pour un loyer mensuel de 3 birrs.

Des habitants impuissants ?

29Le compound de la maison Mohamed Ali concentre tout un ensemble d’unités d’habitation réunies dans un espace relativement ouvert sur celui de la rue. On y cuisine, on y lave le linge, les enfants y jouent, on se partage des sanitaires voire un accès à l’eau dans certains cas. Le compound compte quatorze familles parmi lesquelles neuf ont été enquêtées. Par famille, nous entendons les individus vivant sous le même toit et partageant leurs revenus. Le plus souvent il s’agit des parents et des enfants, mais dans trois cas, ce sont trois générations qui cohabitent.

30Les neuf familles enquêtées sont composées de deux (un couple à la retraite dont les enfants sont tous partis vivre ailleurs) à neuf personnes (un couple d’environ 50 ans et leurs sept enfants dont deux sont encore à l’école, trois travaillent et deux sont au chômage). Aucun des logements n’excède deux pièces de vie pour des loyers de 5-6 birrs (0,50 €) en moyenne, mise à part une maison à demi écroulée, beaucoup plus vaste avec ses deux étages, dont le loyer pour la famille entière s’élève à trente birrs (2,50 €).

31Au sein des neuf familles, treize personnes ont déclaré avoir un travail leur procurant des revenus (un des parents ou les deux, et les enfants quand ils sont en âge de travailler). Deux sont retraitées et touchent une petite pension de l’État (100 birrs par mois, soit 8,50 €). La moitié des actifs travaille dans la vieille ville : quatre mères de famille fabriquent à domicile des paniers qu’elles revendent dans des boutiques d’artisanat traditionnel de la rue Makina Girgir, à proximité. Une jeune femme est guide touristique et préside l’association des guides de Harar ; vivre au cœur de la vieille ville est pour elle une aubaine qui lui permet d’inviter les touristes chez elle pour la traditionnelle cérémonie du café. Une autre vend des légumes sur le marché de Shoa Ber, et un homme travaille dans une boutique de fournitures automobiles de la rue Andennya Menged. Les six autres actifs, policiers, garagiste, ouvriers ou chauffeur de taxi, ne travaillent pas en lien direct avec la vieille ville.

32Toutes ces familles, sans exception, sont Amharas et chrétiennes orthodoxes et révèlent dans leur discours un fort sentiment de discrimination, voire d’abandon pur et simple de la part des Hararis contre qui certains développent une franche rancœur, à peine voilée dans les entretiens. Ainsi une habitante confie-t-elle : « Moi je suis Amhara et aujourd’hui il faut être Harari pour pouvoir vivre dans le Jugol et travailler. Le gouvernement veut que seuls les Hararis habitent dans le Jugol. Les Amharas, les Oromos, les Guragues sont beaucoup plus nombreux, mais ils n’ont droit à rien. » À la question des origines, tous se disent de Harar, un précise du Jugol, un autre « de ce quartier ». Ceux qui expliquent dans un second temps que leur famille (leurs parents ou leurs grands-parents) vient d’une autre région, précisent tous qu’elle est arrivée à Harar il y a longtemps, « du temps d’Hailé Sélassié », et qu’ils n’ont plus de contact ni de famille dans la région d’origine : « c’est Harar ma ville ». Aucun n’est né en dehors de Harar, et la famille la plus récemment arrivée dans la maison Mohamed Ali s’y est installée il y a 20 ans.

33Le sentiment d’ancrage dans la maison et plus généralement le compound, est fort. Ces familles se côtoient depuis plus de 20 ans et certaines ont des liens de parenté. Les travaux d’entretien, notamment de peinture des façades, ont été régulièrement effectués dans les maisons (c’est particulièrement crucial pour les maisons construites en terre), deux cuisines collectives ont été construites dans l’espace commun de la cour ainsi que des latrines, communes elles aussi. Il existe donc un investissement individuel ou collectif, à la mesure des moyens dont disposent les résidants, dans la maison et le compound. La première maison perpendiculaire à la maison Mohamed Ali est sans doute la plus confortable. Elle est composée de deux pièces et d’une cuisine. La mère de famille raconte : « Au départ il n’y avait qu’une pièce, c’est mon mari qui a construit les extensions. Aujourd’hui, on a trois pièces et aussi des WC. On les a construits nous-mêmes. » Le sentiment d’appartenance est lié bien sûr à la durée de l’occupation, mais aussi à l’investissement de chaque famille dans son logement si pauvre et inconfortable soit-il. Dans le cas de cette famille, plutôt mieux lotie que la moyenne, ils vivent aujourd’hui dans une maison relativement grande pourvue de latrines et de l’eau courante (ils sont les seuls à avoir une canalisation d’eau dans le compound), dont deux pièces ont été construites de leurs mains. Ils ont naturellement développé un sentiment de propriétaire qui rend insupportable l’idée d’un relogement. Pour les autres, l’ancrage est davantage lié à la durée d’occupation : « mes parents vivaient là avant moi », « on est arrivé du temps d’Hailé Sélassié ». Tous signifient que leur famille a traversé trois époques (l’Empire, le Derg, la République fédérale), et que deux ou trois générations déjà se sont transmis ce lieu de vie.

34Toutefois, sur les neuf familles enquêtées, seules trois personnes se déclarent irréductiblement attachées à leur maison, et sont farouchement opposées à un déménagement. Tous les autres s’accordent à trouver leurs conditions de vie améliorables, et sont prêts à voir dans le projet qui les forcera à partir une occasion d’être relogés dans de meilleures conditions. « Ici ce n’est pas confortable. Cela manque d’hygiène, et on n’est pas en sécurité. Il n’y a pas de verrou aux portes » confie une mère de famille qui vit seule avec ses deux enfants. « Bien sûr, si on nous propose un logement plus grand, avec plus de confort, on sera content. » Mais tous sans exception se révèlent extrêmement attachés au quartier et au voisinage : « Être relogés, oui, à condition de rester tous ensemble. Pour moi il n’y a pas de problème, si tout le voisinage reste ensemble. Je veux continuer de vivre près de mes amis et des membres de mon eder » dit une vieille femme qui raconte être née dans cette maison et qui y vit aujourd’hui entourée de ses enfants et petits-enfants. « Je préférerais rester dans le Jugol, car tout est à proximité. J’ai grandi ici, je ne veux pas partir m’installer dans un quartier de la ville que je ne connais pas. » Ils évoquent « leur » quartier, celui où ils ont grandi, la proximité de l’eder, de l’école des enfants, des commerces, le voisinage de la famille et des amis qui se reçoivent les uns les autres dans les maisons, la proximité des touristes et donc d’une source de revenus. Les entretiens mettent ici en lumière la faible mobilité spatiale des familles. Peu ont changé de quartier au cours de leur vie, et la plupart des individus enquêtés, quel que soit leur âge, n’ont une réelle connaissance et une pratique régulière que de leur quartier. Vivre ailleurs dans Harar correspond vraiment à un déracinement.

35L’autre sentiment partagé est celui de l’inéluctable : ils devront partir, et on ne leur demande pas leur avis : « personne ne nous écoute ». Personne ne semble informé de la date ni des modalités du relogement. Or plusieurs incertitudes pèsent lourd : le lieu (pour les raisons évoquées ci-dessus) et le prix. Ceux qui admettent qu’ils devront partir et acceptent même l’éloignement signalent qu’ils ne pourront de toute façon payer davantage que leur loyer actuel.

CONCLUSION

36Face à de multiples contraintes, quelles stratégies les résidants dont les logements sont menacés par la patrimonialisation de Harar sont-ils en capacité d’adopter ? Les tactiques d’accommodation atteignent leurs limites : la population se révèle trop pauvre et trop fragile pour résister aux projets de rénovation urbaine qui la touchent. Réduits à l’impuissance, les habitants ne peuvent devancer la mise en œuvre de ces projets, anticiper par exemple leur relogement, car ils n’en ont pas la capacité. Retrouver par leurs propres moyens un logement de qebele, au même coût, se révèle impossible compte tenu de la pression démographique sur ces habitations à petits loyers. Ils n’ont pas les revenus suffisants pour louer un logement à un propriétaire privé. Profiter de l’opération pour acquérir un terrain en compensation de leur déplacement et faire construire leur propre maison est également financièrement hors de portée.

37Terre appartenant à l’État, espace patrimonialisé à valeur universelle, espace de vie et de pratiques des résidants, de relations de voisinage et de famille, lieu de la pratique religieuse, de l’école, du marché, centre historique dont l’acteur institutionnel cherche à développer le potentiel touristique, vitrine et symbole identitaire de l’ethnie hararie, enjeu de pouvoir… la vieille ville de Harar est donc tout cela à la fois. Ce centre urbain est aujourd’hui l’objet d’un fort investissement de la puissance publique qui cherche à y réimposer sa marque après des décennies d’abandon. Le résultat en est la précarisation de l’ancrage des habitants locataires de l’État dans leur logement et dans leur quartier, mais aussi la fragilisation de leur pratique de la vieille ville et de leurs réseaux sociaux. Mais cette évolution de leur rapport à l’espace du centre historique ne provoque pas tant le conflit que la résignation : on n’y observe aucune mobilisation collective mais plutôt un fatalisme hérité de longues décennies de pouvoir autoritaire et centralisé.

Notes

1 Le Jugol est le nom donné à l’enceinte de la vieille ville de Harar, et par extension à la vieille ville elle-même.

2 Le compound est un espace généralement circonscrit par une clôture (mur, muret, rue, mur de maison).

3 310 km2, ce qui ne représente que 0,09 % de la surface de l’Oromiya qui est la plus vaste des régions de l’Éthiopie fédérale avec 360 000 km2.

4 196 000 habitants en 2005 selon l’estimation de l’Agence centrale de statistiques, contre plus de vingt millions dans l’Oromiya.

5 C’est la théorie des nationalités de Joseph Staline qui inspira le projet fédéral éthiopien et l’on continue d’utiliser le terme de « nation » ou de « nationalité » plutôt que celui d’« ethnie » dans la Constitution.

6 Il s’agit de la maison où le Ras Teferi, futur empereur Hailé Sélassié, a grandi.

7 Shoa Ber est la porte sud-ouest du Jugol qui en compte six en tout. À la porte Shoa sont localisés les grands magasins de Harar (alimentation, produits manufacturés, artisanat, fripes…).

8 Cet ensemble de maisons n’est pas encore équipé de l’eau courante, ce qui oblige les habitants à s’approvisionner à la citerne. Le bidon de 20 litres coûte 25 cts de birrs.

9 La maison Menen porte le nom de l’épouse du Ras Teferi ; la maison Mohamed Ali était celle d’un riche commerçant indien.

10 Afocha et eder sont réservés aux adultes mariés et prennent en charge notamment les cérémonies de mariage et les funérailles. Ces associations organisent aussi parfois les cérémonies des grandes fêtes religieuses.

Table des illustrations

Titre Carte 1 : L’Éthiopie fédérale
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34443/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 473k
Titre Carte 2 : Le Jugol et la localisation des projets
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34443/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 781k
Titre Figure 1 : La maison Menen
Légende © Pauline Bosredon, 2008
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34443/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Figure 2 : La maison Mohamed Ali
Légende © Pauline Bosredon, 2008
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34443/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 959k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540