Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces de vie, espaces enjeux

 | 
Yves Bonny
, 
Sylvie Ollitrault
, 
Régis Keerle
, 
et al.

Deuxième partie. Mobilisations sociales et politiques des acteurs non institutionnels

Introduction à la deuxième partie

Texte intégral

1Les acteurs ordinaires se mobilisent en général sur des questions relatives à leur espace au moment où ils sont brutalement confrontés à des modifications de leur environnement résidentiel et professionnel « venues d’en haut ». Il en résulte des formes diverses de mobilisation dont une caractéristique commune est probablement la difficulté et le temps nécessaire pour que ces habitants appréhendent les enjeux réels et les acteurs institutionnels de l’opération. Cette acculturation aux discours d’experts ou encore aux canaux de prises de décision est au cœur de nombreuses études, en particulier celles des situations de « nimby » (not in my backyard). Citons les analyses de l’action publique (Thévenot, 1996, p. 28-29 ; Trom, 1999, p. 31-59) ou de mobilisations collectives s’opposant aux aménagements qui bouleversent le quotidien des citoyens (Blatrix, 2002, p. 79-102 ; Rui, 2004). Dans ces cas de figure, les habitants se transforment peu à peu en experts voire développent des discours de légitimation qui puisent dans la rhétorique de l’intérêt général tant la question de leurs intérêts individualisés est inaudible dans l’espace public. Là encore, les positions sont contrastées ; dans les sociétés occidentales, les études accumulées s’entendent pour repérer les classes moyennes éduquées comme la population la plus capable d’énoncer une opposition à des projets qui affectent leur environnement proche ou leur habitat.

2Toutefois, cette littérature doit être lue en observant que des zones d’ombre subsistent : que font les populations qui n’ont pas de ressources cognitives ou organisationnelles pour se faire entendre ? A. Bayat (1997) montre qu’en Iran, les bidonvilles sont des lieux de réappropriation de leur existence par les plus démunis et qu’ils en font même un lieu de contestation. Les mobilisations de personnes « sans logement » ou « mal logées » (Péchu, 2006) dans nos sociétés marquent aussi que l’accès à l’habitat est la première lutte, avant celles qui peuvent viser la préservation de son cadre de vie ou des qualités intrinsèques de son environnement. C’est pourquoi les travaux qui sont rassemblés dans cette seconde partie nous invitent à comprendre le passage à l’acte de se mobiliser sous l’angle des populations affectées dans leur quotidien par une remise en cause de leurs pratiques dans un espace donné. P. Bosredon et B. Florin en donnent deux exemples particulièrement frappants. La première en montrant les délicates stratégies d’adaptation ou de contournement des habitants de Harar, ville moyenne d’Éthiopie, face à la patrimonialisation des immeubles anciens du centre-ville suite au classement de la ville au patrimoine mondial par l’Unesco (chap. 6). Pour des raisons tant politiques qu’ethniques et sociales, ces familles subissent pour l’essentiel les conditions de leur relogement. La seconde en décrivant la réorganisation complexe des zabbalîn du Caire (chiffonniers) face à la réforme du système de gestion des déchets qui fait appel à des sociétés de collecte européennes et exclut de facto le secteur informel. Paradoxalement, pour la première fois de leur histoire, ils deviennent à cette occasion l’enjeu d’un débat public et sont en position de négocier (chap. 7).

3Sans être dans des situations de précarité aussi extrême, les habitants de l’espace urbain peuvent s’organiser pour défendre leurs pratiques, leurs mémoires, leurs identités, leur « ville », celle qu’ils habitent, celle qui habite leur imaginaire. Les quatre chapitres suivants abordent ainsi les mobilisations de groupes qui passent de simples récriminations ou sentiments d’injustice à des revendications dans l’espace public. Or, investir l’espace public demande autant la construction d’un discours légitime aux yeux des pouvoirs publics qu’une inscription spatialisée permettant de se montrer, de se dire.

4À Nice, S. Moretto analyse ainsi les argumentaires des associations d’usagers des transports qui savent, face à une expertise savante, trouver leur légitimité dans leurs pratiques de l’espace ou dans la mémoire des lieux (chap. 8). Les contributions de L. Carlier et de N. Amrouche développent une autre optique en expliquant comment les villes se transforment sous l’effet des dynamiques sociales et bousculent les identités des habitants qui s’y reconnaissent ou non. Ainsi, lorsque les mobilisations ont trait à l’identité des villes, il est intéressant d’observer comment les acteurs s’identifient ou non aux espaces urbains, sont prêts à construire une identité de ville qui leur ressemblerait. La définition de Bruxelles en ville « cosmopolite » ou « internationale » devient enjeu de mobilisation et s’articule aux profils sociaux opposés des collectifs de classes moyennes et populaires contre ceux des élites mondialisées (chap. 9). Les Kabyles, d’origine rurale, arrivent à Tizi Ouzou et sont contraints de reconstruire leur identité, de la revendiquer dans le cadre d’une ville pourtant longtemps synonyme de domination turque, française puis « arabisante ». Ainsi, l’espace urbain y devient espace de mémoire en écho à l’exode rural (chap. 10). Dans ces deux cas, nous nous retrouvons au cœur de la construction identitaire de groupes qui veulent se donner un sens identitaire dans le cadre d’une ville. Parmi les études réunies ici, celle de L. Mathieu est la seule à s’interroger de manière explicite sur les usages des espaces lors des mobilisations. Il revisite pour cela les luttes des prostituées lyonnaises pour faire reconnaître leurs droits (chap. 11). L’espace est affaire de choix, de mémoires investies. Les villes notamment possèdent des lieux ritualisés de manifestations, des espaces de mobilisations qui sont investis de manière singulière selon les groupes sociaux, renvoyant à leurs identités et leurs ressources. D’un point de vue analytique, L. Mathieu différencie donc l’espace comme levier de mobilisation (ce qui renvoie à la plupart des études proposées dans cette seconde partie) des pratiques de l’espace pendant les moments de mobilisation. Nous pouvons identifier ces usages par les acteurs personnellement investis dans les espaces comme les manifestations, les lieux de commémoration et évidemment, tous ces lieux dans la ville qui ont été marqués par ces mobilisations : murs graffités, usages détournés de certains espaces où derrière la routine se cache la contestation. Dans les six études, une lecture attentive permet, sur cette base analytique, d’articuler la capacité des acteurs à revendiquer collectivement au nom d’un espace et leur habileté à manifester leurs positions dans l’univers quotidien de leurs pratiques.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540