Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces de vie, espaces enjeux

 | 
Yves Bonny
, 
Sylvie Ollitrault
, 
Régis Keerle
, 
et al.

Première partie. Investissements ordinaires de l'espace

Chapitre 4. Faire prier et laisser contrôler : régulations du passage des fidèles musulmans dans les cours parisiennes du 10e arrondissement

Simona Tersigni

Texte intégral

  • 1 Par souci de simplification j’appelle habitants les résidants des immeubles, même si venir pour la (...)
  • 2 Cette enquête a été commanditée par l’Institut des cultures d’islam, créé par la volonté du maire (...)

1Les travaux qui ont porté ces dernières années sur ville et islam en France ont très souvent souligné les dynamiques locales liées à l’aménagement des lieux de culte musulmans, en pointant le rôle de la société civile et des municipalités en particulier. En effet, le moment de l’éclosion des associations musulmanes − dont un certain nombre gère des lieux de culte − a coïncidé en France avec une politique de décentralisation. Celle-ci s’est accompagnée d’un mouvement de territorialisation de l’action publique, ce qui a accru le pouvoir des municipalités, notamment dans les relations avec ces associations. Si pendant longtemps les chercheurs ont privilégié les relations entretenues entre les municipalités et les cadres associatifs, mon approche conduit à voir comment plusieurs acteurs sociaux (résidants, consommateurs, fidèles et mendiants) se positionnent entre eux dans le cadre de relations concrètement dissymétriques. Afin d’étudier les relations entre les musulmans « de passage » et les habitants1 figurant a priori comme des non-musulmans, j’ai pendant plusieurs mois consécutifs, en 2006 et 2007, pratiqué l’observation entre la rue du Faubourg Saint-Denis, la rue de la Fidélité et la rue de Paradis (10e arr. de Paris). Pour mieux comprendre la pluralité des logiques qui règlent l’acte de se rendre à la prière, j’ai également interviewé des imams et des cadres associatifs musulmans, des représentants du conseil syndical de copropriété et eu de multiples échanges « au coin de la rue » avec des fidèles, des vigiles bénévoles et des mendiantes2. Sans qu’à l’époque je puisse m’en rendre compte, la présence quasi systématique de mon enfant dans sa poussette rouge m’a largement aidée à négocier ma présence. Mère et chercheuse à la fois, j’ai essayé dans ma posture de garantir le bien-être de mon enfant et la compréhension de ce qui se jouait sur ce terrain, en désexualisant (i. e. rendant licite), de fait, tout échange avec (et aux yeux de) mes interlocuteurs.

2La spécificité de ce quartier parisien réside dans le fait que plusieurs salles de prière et centres culturels musulmans se trouvent à proximité, à l’intérieur de cours d’immeubles qui associent ainsi plusieurs fonctions. Les responsables des associations qui gèrent les lieux de culte tissent de nombreuses relations avec les autorités locales pour éviter tout conflit avec les riverains. C’est pourquoi ces autorités ne se limitent ni à la municipalité ni à la police. L’invisibilisation du passage des fidèles dans ces cours peut se réaliser tantôt par l’affichage de prescriptions qui leur sont adressées tantôt par leur absence. Mais, dans tous les cas, qu’elle soit affichée ou implicite, la même consigne du silence plane sur les fidèles comme on le verra dans la première section de ce chapitre. Puis, dans une seconde section, je proposerai l’analyse des différentes relations dans lesquelles sont prises les fidèles s’appropriant une cour, cour dans laquelle les prescriptions à l’égard des musulmans sont nombreuses.

CONSTRUIRE L’INVISIBILITÉ DES FLUX DE FIDÈLES

3Les fidèles musulmans qui se rendent à la prière se heurtent au fait d’être définis en fonction de leur différence, différence d’ordre normatif, moral et comportemental. Mon analyse articule cette minorisation dans la pratique quotidienne de la religion musulmane avec les régulations auxquelles participent les cadres associatifs des mosquées et les postures des fidèles. Prise entre des assignations et des revendications identitaires ou entre les accentuations de l’altérité et ses minimisations, la religion musulmane est au cœur d’un ensemble de pratiques et de signifiants fortement surdéterminés. Or, en mettant l’accent sur les salles de prière, les travaux portant sur les régulations locales du culte musulman ont fini par privilégier « l’implication récente des élus dans l’amélioration des conditions pratiques d’exercice public du culte musulman » (Fregosi, 2006). Permettant tantôt une pratique apaisée de l’islam tantôt une définition des contours d’un islam normalisé répondant aux attentes des élus, l’implication de ces derniers n’est qu’une des modalités de régulation du culte à prendre en compte. Loin d’être stables, les liens entre les acteurs publics des municipalités et les cadres associatifs musulmans s’inscrivent dans des relations de réciprocité asymétrique. Celles-ci émergent clairement dans les situations de convivialité les plus anodines dans lesquelles les élus sont reçus (et servis) par les responsables musulmans dans les locaux des mosquées dont ils ont favorisé la construction (de Galembert, 2004). Si on tient compte des modalités pratiques du culte musulman (l’accès aux salles de prière, les possibles tensions dues à la prière sur les trottoirs ou dans les cours des immeubles où se trouvent les salles de prière), on voit le poids de conflits de voisinage dont la responsabilité pèse notamment sur les musulmans. Pour le sens commun, les imams, les cadres associatifs et les fidèles ont pu être assimilés à des fauteurs de trouble, sollicitant des explications hâtives sur le seuil de tolérance.

Les lectures de l’islam à l’échelle locale

  • 3 Circulaire n° 19-76 envoyée le 29 décembre 1976 aux préfets par le secrétariat d’État aux Travaill (...)
  • 4 Cf. Le Monde, 19. VIII. 1989.
  • 5 C. de Galembert montre comment même la destruction de la mosquée de Charvieu-Chavagneux s’inscrit (...)
  • 6 Ministre de l’Intérieur en 1989.
  • 7 Ministre de l’Intérieur et des Cultes en 1991.

4Les directives de Valéry Giscard d’Estaing portant sur « l’action culturelle en faveur des immigrés3 » n’ont pas emporté en France une réelle structuration des espaces cultuels musulmans dans les années 1970. H. Vieillard-Baron (2004, p. 97) a associé cette occasion manquée aux limites de l’organisation d’une demande de lieux de culte qui « n’obéit pas uniquement aux logiques de concentration résidentielle des fidèles », se heurtant notamment « à un long processus administratif et juridique » dès lors qu’il s’agit de la délivrance du permis de construire. Étant perçu comme une religion de migrants et de descendants de migrants, l’islam en France s’est vu imposer et a dû composer avec les règles de l’invisibilité sociale. En effet, cette invisibilisation de l’islam à laquelle de nombreux migrant-e-s ont contribué, s’est couplée avec une planification de mesures urbanistiques imposées durant la période des Trente Glorieuses. Bien que la plupart des plans masses préfigurant à ce moment-là les grands ensembles prévoient des réserves foncières pour les futurs équipements cultuels, il s’agit uniquement d’églises. Puis, après l’arrêt officiel de l’immigration en 1974, dans la décennie 1975-1985, pourtant caractérisée par une importante migration de peuplement, ces mesures urbanistiques ont favorisé une affectation sporadique de lieux spécifiquement dédiés à l’exercice du culte musulman dans le cadre des politiques de la ville (Tellier, 2008). Ensuite, à la fin des années 1980, un décalage s’est creusé entre des politiques municipales qui vont jusqu’à la « politique du bulldozer4 » et des volontés étatiques veillant à « faire accepter la transplantation de l’islam par la société5 » (de Galembert, 1995). Tout comme Pierre Joxe6 en 1989, Philippe Marchand7 insistera deux ans plus tard pour que soit « respectée la neutralité du droit de l’urbanisme qui ne saurait être utilisé au seul motif d’empêcher l’implantation de lieux de culte » (de Galembert, 1995). Par conséquent, de nombreuses « municipalités confrontées à cette question utilisent à des fins de pratiques religieuses occasionnelles les locaux collectifs résidentiels censés assurer en partie la promotion de l’animation sociale » (Tellier, 2008). Dans le cadre de cette humanisation des zones dégradées des grands ensembles, la pratique religieuse de l’islam peut être considérée comme une « contribution à la socialisation de nouvelles couches populaires dans les HLM issus des récentes vagues migratoires et non comme une reconnaissance spécifique d’une revendication identitaire » (Tellier, 2008).

5Par ailleurs, en analysant la genèse de la mosquée de Mantes-la-Jolie construite en 1980, C. de Galembert (2004, p. 383) pointe les « faux-semblant d’une politique d’ouverture au fait islamique qui, tout en le “reconnaissant”, le cantonne à un espace de relégation urbain et social ». Pour la chercheuse, il s’agit moins en réalité de la mosquée de Mantes et des Mantais que de la mosquée du Val Fourré, des « Arabes » et des travailleurs migrants, en bref de l’altérité qui est cantonnée à une relative invisibilité sociale. Une telle mosquée est bien le produit d’une « configuration locale de l’immigration favorable à la structuration d’une mobilisation en faveur du culte islamique et d’un “moment” particulier de l’histoire de France qui favorise l’accueil des demandes d’islam par les acteurs publics locaux » (de Galembert, 2004). En dépit de ses mosaïques, de sa coupole et de son minaret de 18 mètres, la localisation de cette mosquée de Mantes est bien périphérique : elle est située dans « l’enclave que forment les quartiers de la plus grande ZUP de France » (de Galembert, 2004), bien que sa construction soit antérieure aux grèves des OS dans l’industrie automobile (1981-1983) et aux approches sécuritaires de l’islam qui se sont imposées par la suite. Tout au long des années 1980 la plupart des demandes d’édification de mosquées dans les villes françaises sont refusées, retardées ou classées sans suite et dès lors qu’une association islamique devient propriétaire d’un lieu de culte grâce à des subsides étrangers (des pays pétroliers ou de la Turquie notamment) et aux collectes des fidèles, le local « consiste en un bâtiment qu’aucun signe extérieur n’identifie véritablement » (Kepel, 1987).

De l’invisibilité islamique du bâti à l’invisibilité sociale des fidèles

6Invisibilisées par le bâti ou par leur éloignement des centres-ville, les premières salles de prière et mosquées autorisées en France ont dû progressivement composer avec l’invisibilité sociale de leurs fidèles dès lors que pour accéder aux salles de prière ces derniers traversent une cour donnant également accès à des habitations. Les responsables associatifs musulmans de la rue du Faubourg Saint-Denis contournent et évitent aujourd’hui toute friction avec les riverains en canalisant les flux des fidèles et en adoptant des « méthodes discrètes pour ne pas ameuter le voisinage », comme l’avaient déjà remarqué M. Diop et R. Kastoryano (1991, p. 107) dans une enquête sur la région parisienne. Pionnier, ce travail sur les associations musulmanes situe déjà les problèmes qu’elles rencontrent au niveau de la mise en relation avec l’environnement immédiat et avec les autorités locales. Dans cette enquête, les riverains évoquent autant l’argument pseudo-savant du « seuil de tolérance » par crainte de l’envahissement de fidèles que la perception de la mosquée en tant que repoussoir d’acteurs sociaux indésirables. Concrètement M. Diop et R. Kastoryano (1991) font le constat qu’une seule convocation au commissariat de police sur plainte des riverains a touché l’association « tabligh » (Foi et Pratique), au début de ses activités, tandis que les autres associations musulmanes n’en ont reçu aucune.

  • 8 Au moment de l’enquête, le site officiel de la mairie de Paris indiquait encore sept immeubles de (...)
  • 9 Alimentaires, habillement, bazar, DVD et cassettes.

7En pleine réhabilitation au moment de mon enquête, le quartier de la rue du Faubourg Saint-Denis présentait un nombre important de logements dégradés8 et il abritait le quartier général de Nicolas Sarkozy, candidat aux élections présidentielles de 2007. S’y trouvaient aussi une école primaire affichant son soutien aux enfants sans titres de séjour dans le cadre du Réseau éducation sans frontières (RESF), des hôtels de passe, de multiples commerces9 tamouls, indiens, nord-africains, turcs et français, des taxiphones ainsi qu’une agence immobilière turque et des agences de voyage spécialisées dans les pèlerinages.

8Si aujourd’hui « les pratiques collectives dans les lieux de culte traduisent et participent d’un processus de redéfinition des identités, des frontières de groupes ayant des origines ou des parcours migratoires différents » (Boubeker, 2006), ces multiples formes d’islam débordent les salles de prière et marquent les espaces limitrophes. Ainsi, dans la rue du Faubourg Saint-Denis, au moment de l’enquête, se trouvaient maints marqueurs d’islamité : présence de mendiantes devant les accès aux salles de prière (figure d, planche IV), restauration halal – rapide ou non –, boucheries halal, bazars et une librairie proposant des objets pour le culte tels que chapelets et tapis. Toutefois, aucune visibilité ni sociale ni scientifique n’existait en matière d’islam. Tantôt l’« ethnic business » de ce quartier a été appréhendé à partir des commerces et restaurants tamouls et indiens (Vuddamalay, 2003), tantôt le religieux a été étudié à partir de l’espace commerçant et se noie dans les multiples références aux formes de christianisme, judaïsme et islam présentes en région parisienne (Vuddamalay, 2004), tantôt la présence des Pakistanais et des Turcs n’a pas été reliée à la pratique de l’islam (Poyraz, 2007). C’est à partir de ces lacunes de la connaissance que j’ai mis en regard les quatre cours qui, dans ce quartier, présentent des salles de prière.

  • 10 Carte réalisée par F. Mauduit que je remercie pour son travail et ses recherches complémentaires a (...)

9La carte 1 présente un aperçu du marquage islamique (et d’immigration) dans la rue du Faubourg Saint-Denis en même temps que les principales salles de prière ou lieux culturels musulmans auxquels je me réfère dans ce texte10. Les cours d’immeubles dans lesquelles se trouvent des lieux de culte musulmans sont ici présentées comme des espaces-seuils entre la rue et les espaces privatifs proprement dits. L’objectif de cette carte est également de mettre en exergue les multiples interactions et accommodements qui ont lieu autour de la pratique de la prière suivant trois régimes d’engagement, lesquels concernent directement les flux de fidèles et les habitants, les vigiles bénévoles, les mendiantes et la police, puis, indirectement, les responsables associatifs et les membres de la copropriété ainsi que les représentants de la municipalité.

Carte 1 : Concentration de marqueurs d’islamité dans la rue du Faubourg Saint-Denis (Paris, Xe)

Carte 1 : Concentration de marqueurs d’islamité dans la rue du Faubourg Saint-Denis (Paris, Xe)
  • 11 Traduit du turc ce nom veut dire « Vision nationale ». Ces « Frères musulmans turcs » ont constitu (...)
  • 12 Il s’agit de la rue Jean-Pierre Timbaud et de ses alentours dans le 11e arr., de Château Rouge dan (...)
  • 13 C’est une des confréries turques qui s’est opposée pendant longtemps aux institutions officielles (...)
  • 14 Dès la fin des travaux de la salle de prière du rez-de-chaussée, la mosquée pourra accueillir jusq (...)
  • 15 Cette mosquée est la seule du quartier à disposer de locaux qui ne se trouvent pas uniquement au r (...)

10Le siège parisien de la communauté islamique du Millî Görüş11 de Paris se limite essentiellement à une librairie. Celle-ci se trouve dans une cour où est affiché « l’avis de fermeture d’une salle de prière » adjacente (elle était située au fond du couloir). La librairie est très peu fréquentée et située en dehors des réseaux libraires musulmans de Paris12. À deux cent mètres de distance du centre Millî Görüş, se trouve la mosquée turque « suleymanci13 » qui joue la carte de l’invisibilité au niveau du voisinage en tant que lieu de culte musulman et centre culturel. En dépit d’un nombre important de fidèles se rendant à la prière14, dans la cour de l’immeuble il n’y a pas d’interdictions qui leur seraient spécialement adressées. C’est surtout par l’arrivée de petits groupes de jeunes femmes en foulard pour la prière et par les va-et-vient d’individus très silencieux que les habitants des trois escaliers peuvent imaginer l’existence de salles de prière au premier étage, où d’ailleurs l’ascenseur ne s’arrête pas puisqu’il monte directement au deuxième. De plus, il est rare de trouver plus d’une femme roumaine ou bosniaque mendier près de l’entrée principale de l’immeuble. Il est encore plus rare qu’elles entrent dans la cour : ces mendiantes se déplacent entre le portail de l’immeuble où se trouve la salle de prière et l’entrée adjacente d’un supermarché. En revanche, elles sont bien plus nombreuses devant les autres mosquées, notamment le vendredi. En dépit d’une politique d’achat immobilier qui a conduit les représentants de la mosquée suleymanci à acquérir en 2006 une salle au rez-de-chaussée, laquelle s’ajoute aux deux appartements au premier étage15, l’invisibilité de cette mosquée est déjà construite à partir d’une dissimulation de la sonnette de l’interphone (figure 1).

Figure 1 : La sonnette pour la mosquée El Fatih (suleymanci)

Figure 1 : La sonnette pour la mosquée El Fatih (suleymanci)

Remarquer les traces de recouvrement du mot « mosquée » sur la sonnette. © Simona Tersigni, 2007

11La mosquée kurde est située au fond d’une cour décorée par des plantes, une seule interdiction s’adresse à ceux qui se rendent à la prière ou à la cafétéria : « Pour notre tranquillité ne téléphonez pas dans la cour. » Cette affichette légèrement déchirée est placée à la gauche du portail vert en métal par lequel les fidèles accèdent au lieu de culte (figure e, planche V).

  • 16 L’Association interculturelle pakistanaise en France (AIPF) et le mouvement Foi et Pratique (tabli (...)
  • 17 D’après les leaders associatifs des deux mosquées, il n’y a pas de lien entre la nationalité (paki (...)

12Gérées par deux associations différentes16, la mosquée pakistanaise et la mosquée tabligh jalonnent la cour d’une même copropriété. Dans la mesure où la mosquée tabligh reçoit beaucoup plus de fidèles que l’association pakistanaise, dont les fidèles sont principalement des commerçants du quartier, un accord s’est noué entre les deux associations17, de manière à ce que la seconde puisse accueillir les fidèles de la première. Cet accueil cultuel des croyants s’accompagne d’une vigilance attentive dans la gestion des flux de fidèles entrant et sortant, en particulier le vendredi et lors des principales solennités musulmanes. Une fois franchie la porte de l’immeuble où se trouve leur salle de prière, les fidèles peuvent être concernés par un nombre variable de rappels à l’ordre. Soumise à la disponibilité de places, l’autorisation à prier s’accompagne souvent d’une multitude d’interdictions visant le respect des habitants, des cages d’escalier limitrophes ainsi que des autres croyants présents. Les interdictions portent notamment sur l’évitement des nuisances sonores et sur la gestion des déchets dus au passage des fidèles et au travail d’aménagement de ces mosquées (figures 2 et 3).

Figure 2 : Affichettes à l’entrée de la mosquée tabligh, située à l’entrée de la cour

Figure 2 : Affichettes à l’entrée de la mosquée tabligh, située à l’entrée de la cour

Sur le tableau en liège figurent les injonctions des cadres musulmans aux fidèles, les orientations de bonne conduite adressées aux fidèles par la copropriété (interdiction de cracher des noyaux de dattes…) et parfois des lettres de la mairie de Paris, notamment à l’occasion des principales solennités. Au-dessus se trouve un panneau en plastique où figurent en lettres dorées sur fond noir les amendes prévues par la mairie de Paris en cas de stationnement de gravats. © Simona Tersigni, 2007

Figure 3 : Affichettes à l’entrée de la mosquée pakistanaise, située au fond de la cour

Figure 3 : Affichettes à l’entrée de la mosquée pakistanaise, située au fond de la cour

© Simona Tersigni, 2007

  • 18 Pour un rappel succinct des trois régimes d’engagements proposés par L. Thévenot (2006), à savoir (...)

13L’ethnographie de ces cours d’immeubles de la rue du Faubourg Saint-Denis a questionné les cadres d’action dans lesquels s’expriment les dynamiques internes aux musulmans, à partir des relations, des frictions et des accommodements qui ont lieu entre plusieurs « régimes d’engagement » (Thévenot, 2006) avec les riverains. Les responsables associatifs, les vigiles bénévoles, les mendiantes, les travailleurs migrants et les habitants des immeubles où se trouvent une voire plusieurs salles de prière n’agissent pas en fonction des mêmes objectifs. Garantir le déroulement de la prière ou mendier implique le recours à un environnement utilisé selon le « régime du plan », donc pour atteindre un but précis. En revanche, les habitants et notamment les membres de la direction du conseil syndical de copropriété sont clairement intégrés à un contexte, leur immeuble, qu’ils accommodent afin de s’y sentir à l’aise, selon ce que L. Thévenot appellerait le « régime de familiarité18 ». Dans ces cours qui permettent d’accéder aux salles de prière et aux différents escaliers des immeubles les prescriptions ne sont pas toujours affichées. Présente et nécessaire du point de vue des conseils syndicaux de copropriété et du point de vue des militants associatifs musulmans, la dimension prescriptive, dans la section suivante, sera étudiée de manière à mieux comprendre les différents régimes d’engagement dans des relations qui concernent tantôt les fidèles et les habitants des immeubles, tantôt les fidèles et les mendiantes, tantôt les mendiantes, les vigiles et la police.

DISCIPLINER POUR LAISSER PRIER : RÉGIMES DU PLAN ET DE FAMILIARITÉ EN SITUATION DE VOISINAGE

14Étudier le fonctionnement ordinaire du voisinage dans ces lieux de transit et d’habitat revient à prendre en compte les frictions et les ajustements quotidiens des musulmans face au regard porté à la fois par les habitants, par les membres du conseil syndical de la copropriété, par la municipalité ainsi que par les vigiles bénévoles et responsables associatifs. C’est notamment dans la cour caractérisée par la cohabitation entre le centre culturel pakistanais et les salles de prière tabligh que, pour éviter tout conflit avec les riverains, les responsables des associations qui gèrent ces lieux ont adopté une philosophie consistant à discipliner pour laisser prier.

Du « bon comportement » des croyants musulmans

15Formulées par les autorités locales, en particulier la municipalité et le conseil syndical de la copropriété dont les gestionnaires tabligh sont membres, les injonctions de mise aux normes des conduites des fidèles musulmans leur sont en général retransmises par les responsables musulmans chargés de participer à leur application. Au moment de l’enquête, la réglementation imposée aux fidèles musulmans dans la cour est directement liée à la conception que ces leaders associatifs se font de la gestion de leur mosquée : en plus des activités strictement cultuelles, elle implique des relations de voisinage avec les habitants de la copropriété et avec le comité de quartier ainsi qu’avec les responsables de la mairie d’arrondissement, de la mairie de Paris et la police. Ne pas gêner le voisinage par respect pour les habitants de l’immeuble, apprendre à respecter les autres croyants qui font la prière, sont, au moment de l’enquête, les critères de base d’injonctions qui se poursuivent à l’intérieur des quatre salles de prière situées dans cette cour. Les règles de « bon voisinage » rejoignent celles du « bon comportement » des croyants musulmans. Aussi, les nombreuses pancartes indiquant de ne pas utiliser de téléphones portables, de ne pas stationner, de ne pas prier à l’extérieur des espaces destinés à la prière sont le résultat d’une volonté de l’imam et des cadres associatifs musulmans. Cette configuration normative dépasse toutefois celle de l’immeuble pour s’inscrire dans les relations tissées entre les mosquées et les autorités municipales, en particulier lors des principales fêtes du calendrier musulman (Tersigni & Lejeune, 2008).

  • 19 Le salat est la prière musulmane dite à 5 moments de la journée.

16Suivant le régime du plan l’on peut s’interroger sur la manière dont s’engagent les musulmans et musulmanes concernés par le passage dans la cour. Dans cette cour, la présence de vigiles bénévoles s’est imposée depuis que les responsables associatifs ont interdit aux fidèles d’y prier. Pour faire face au manque de place pour les 300 fidèles se rendant en moyenne à la prière dans ces lieux de culte, les responsables associatifs des deux mosquées ont adopté deux types de stratégies : l’agrandissement progressif des salles de prière et la mise en place de plusieurs temps de prière pour chaque salat19, de manière à pouvoir accueillir de plus nombreux fidèles les jours de grand flux. L’augmentation du nombre de fidèles musulmans se rendant à la prière dans ces lieux s’est alors accompagnée de toute une organisation pour assurer une bonne entente avec le voisinage (Tersigni & Lejeune, 2008). Le dispositif mis en place par les responsables associatifs vise deux types d’acteurs. En interne, la stratégie élaborée à l’égard des fidèles musulmans s’appuie sur une mise aux normes de leurs conduites individuelles dans la cour et dans les locaux de la mosquée. Vis-à-vis des habitants de la copropriété, il s’agit en revanche d’entretenir des relations cordiales avec les membres du conseil syndical, tout en offrant des cadeaux alimentaires aux habitants des cinq cages d’escalier de la copropriété pour la nouvelle année.

17Depuis quelques années, les représentants des associations cultuelles sont membres du conseil syndical. Pourtant, ce n’est pas à ce titre qu’ils signent les panneaux d’interdiction. La place des représentants des associations musulmanes au sein du conseil syndical témoigne d’une volonté de certains membres d’éviter le courroux de résidants contre les lieux de culte et l’activité qu’ils entraînent. Leur rôle s’apparente à une fonction d’intermédiaire entre les fidèles et les « autorités » de l’immeuble représentées par le conseil syndical. C’est bien en tant que responsables associatifs musulmans, et non en tant que membres du conseil syndical, qu’ils s’adressent aux fidèles. Leurs indications se trouvent notamment face à l’entrée de la mosquée tabligh. Elles rappellent les amendes prévues au cas où les débris de travaux effectués dans cette même mosquée seraient déposés dans la cour, puis en arabe et en français, elles fixent les interdictions proprement dites (déambuler, fumer, rester devant les passages de la cour) ainsi que des avis relevant généralement d’une autorité institutionnelle supérieure à celle des responsables associatifs musulmans (le conseil syndical sur les dettes des deux associations musulmanes au sein de la copropriété, la ville de Paris souhaitant la paix sociale, notamment à l’occasion des principales fêtes musulmanes). L’ensemble de ces interdictions résulte de différentes étapes de négociations avec le conseil syndical de l’immeuble. L’apaisement de ces relations a été marqué par des compromis entre les habitants de l’immeuble et les fidèles de la mosquée dont chacun garde sa propre version. Ayant encouragé la participation des représentants associatifs musulmans au sein du conseil syndical selon le principe « mieux dedans que dehors », le président du conseil syndical vise à valoriser son rôle tout en situant son régime de familiarité. Il raconte avoir mis fin à une situation conflictuelle due à certaines conduites des fidèles musulmans, jugées problématiques dans l’organisation de l’espace collectif et de la mobilité des habitants de la copropriété : des remarques sur les tenues vestimentaires des femmes traversant cette cour, l’hébergement d’un terroriste anglais quelques jours avant une tentative d’attentat, la permanence d’un « colosse barbu psalmodiant le Coran dans la cour » (sic) pendant des heures et ayant conduit à l’intervention de la police.

18Les mesures prises par les responsables associatifs relèvent de stratégies d’accommodations, à savoir d’« attitudes et pratiques de soumission formelle aux normes dominantes, manifestant autant résistance qu’adaptation au changement » (Park, 1926). Ces pratiques et attitudes de soumission formelle composent toutefois avec des inventions normatives religieuses qui, dans le cadre de conflits contrôlés, introduisent une conformité aux normes de comportement majoritaire permettant de démentir des représentations négatives des musulmans. C’est ainsi que des affichettes accrochées sur le côté intérieur des portes donnant accès à la salle d’ablution de la mosquée pakistanaise, rappellent le respect des habitants et invitent aussi à « enlever les chaussures, avoir des chaussettes propres et sans odeur pendant la prière ». Ce rappel à l’ordre quant aux conditions d’hygiène à respecter pour le « bon musulman », se réfère à un code normatif interne auquel on peut ajouter les restrictions sur la cigarette adressées aux fidèles « stagnant » dans la cour de l’immeuble (figure 4). Ces représentations du bon comportement musulman se construisent dans un jeu de miroir entre les demandes de mise aux normes des « autorités locales » et le réaménagement de ces normes par les responsables musulmans eux-mêmes, chargés de participer à leur application. Les tactiques de « bon voisinage » ne sont certainement pas le résultat d’une représentation abstraite des musulmans passivement reprise par les habitants de la copropriété. Ces tactiques quotidiennes s’inscrivent dans un déplacement de l’objet de la criminalisation qui, au lieu de concerner l’ensemble des musulmans, s’attache aux « sans-papiers ». Dès lors que « certains » fidèles évitent de se rendre à la mosquée « par peur des contrôles d’identité » comme en témoigne aussi l’imam de la mosquée kurde, l’on voit apparaître l’importance des conditions de séjour d’une partie de ces fidèles, lesquels sont parfois des résidents étrangers en situation irrégulière.

Figure 4 : Informations figurant aux entrées de salles de prière

Figure 4 : Informations figurant aux entrées de salles de prière

L’avis traduit en arabe s’adresse aux fidèles et aux cadres musulmans ; il concerne l’échelonnement du paiement des travaux engagés par la copropriété. © Simona Tersigni, 2007

LA SURVEILLANCE DES FIDÈLES DANS L’ESPACE-SEUIL

  • 20 Prénom d’anonymat.

19La médiation à multiples échelles qu’exercent les cadres associatifs de ces lieux de culte se retrouve déjà dans la fonction assurée par Youssouf20, vigile des flux de fidèles, qui s’est mis au service de la mosquée tabligh comme compensation de sa marginalité. C’est par la vente de livres musulmans publiés en France et de quelques parfums et bibelots reçus gracieusement par des associations caritatives musulmanes qu’il a réussi à asseoir sa légitimité dans la cour, en remplaçant un Algérien parti s’installer en Martinique avec sa femme, au moment de la retraite. Au centre de sa « vocation » de passeur : une conception du don de soi permettant d’assurer le maintien de l’ordre social. Une conception religieuse de la pureté de ses actes caractérise le rôle de grand frère de ce vigile bénévole, médiateur auprès des fidèles, des habitants de l’immeuble mais aussi d’autres interlocuteurs « institutionnels » : la municipalité et la police. À la croisée de plusieurs mondes sociaux, comme pour le « marginal-sécant » de M. Crozier et E. Friedberg (1977), ce vigile bénévole tente de « monnayer » l’information dont il dispose pour augmenter ses marges de manœuvre. En dépit de quelques interventions de la police dans la mosquée pakistanaise, il entretient des relations cordiales avec la patrouille qui vient habituellement dans la cour ; d’ailleurs il contacte directement ces policiers dès qu’il juge que les femmes roumaines et bosniaques qui mendient à côté de la porte principale de l’immeuble sont trop nombreuses, « trop visibles avec leurs façons de faire, leurs enfants… ».

  • 21 Je m’appuie sur un critère d’auto-déclaration de la nationalité de ces femmes et j’ai pu récupérer (...)

20Dans les mosquées de la rue du Faubourg Saint-Denis et dans ses alentours, de nombreuses femmes, bosniaques, kosovares originaires de Serbie ou roumaines21, se placent à côté du portail qui permet d’accéder aux cours où se trouvent des centres culturels musulmans ou des salles de prière. Dans la plupart des cas il ne s’agit pas d’aller faire la prière : elles mendient devant la porte principale des immeubles ciblés, notamment le vendredi et lors des principales solennités musulmanes. Ces femmes sont socialement jugées en tant que « mauvaises migrantes » au sein de la société française. Les remarques des vigiles bénévoles et celles entendues au moment du passage des flux de musulmans dans les cours des mosquées, laissent penser que ces exilées font aussi figure de « mauvaises musulmanes » (mendiantes, étrangères et non « arabes »). Même si les Roumaines ne sont plus susceptibles d’être expulsées de France, parce que leur pays fait maintenant partie de l’Union européenne, ces migrantes économiques sont souvent confondues avec les exilées musulmanes, Kosovares originaires de Serbie et Bosniaques, pouvant remplir des demandes d’asile territorial et de protections subsidiaires.

  • 22 Zakat : aumône « légale » islamique.

21Consultée au moment de l’enquête, l’annexe IV du rapport de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) de 2006 indique un pourcentage de femmes bosniaques et serbes ayant acquis le statut de réfugiés politiques de l’ordre de respectivement 7,1 % (35 accords sur 356 demandes) et de 3,1 % (80 accords sur 2 501 demandes). Malheureusement, les pourcentages affichés ne permettaient pas d’avoir accès aux demandes déposées à l’OFPRA, pourtant susceptibles de stagner plusieurs mois avant d’être traitées. Associée à leur « exil » et à la connotation ambiguë de l’appartenance à des états-nations post-soviétiques et non majoritairement musulmans, la mendicité de ces femmes attise les soupçons à leur égard et en fait des éléments indésirables près des mosquées, et ce en dépit du recours à l’aumône de la part de nombreux musulmans et du respect annuel de la zaqat22, en tant que pilier de l’islam. Leur régime du plan s’accommode de celui des fidèles qui se rendent à la prière (puisqu’ils sont susceptibles de leur donner de l’argent) et parfois il rend même possible le régime du plan de ces fidèles. La présence de ces mendiantes près des entrées principales des mosquées indique en effet aux musulmans l’existence d’une salle de prière dès lors qu’ils se baladent dans un quartier où ils n’ont pas l’habitude de se rendre. « Indésirables », ces femmes musulmanes ou présentant les attributs vestimentaires aujourd’hui associés aux musulmanes pour mendier contribuent au marquage sexué de l’espace urbain du point de vue de la construction de l’attractivité religieuse.

22La surveillance qu’exercent les cadres associatifs tabligh sur les fidèles qui s’approchent de cette cour n’est pas dissociée d’une volonté d’entrer dans des instances de décision bien au-delà de la copropriété. Le régime du plan se déplace ici de l’objectif de garantir la prière des fidèles à des visées politiques plus largement liées à la reconnaissance de l’islam en France. C’est ce qui a progressivement conduit les tabligh à faire partie du Conseil français du culte musulman et à nouer des relations avec les autorités municipales et d’autres pouvoirs publics. Les tentatives de reconstruire une image positive de leur mosquée jonglent entre les relations de proximité avec le voisinage et les enjeux sécuritaires de la gestion de l’islam qui se situent au niveau national.

CONCLUSION

23Ces cours du 10e arrondissement de Paris représentent des espaces-enjeux pris entre les régimes du plan et les régimes de familiarité (Thévenot, 2006). Lieux d’expression tout autant qu’espaces normatifs, elles ont été étudiées suivant notamment la construction de l’invisibilité des fidèles musulmans dans le temps de la prière. Le sens et l’organisation de l’accessibilité de ces cours pour les fidèles fait éclater la représentation classique de la dichotomie entre public et privé. En effet, quand on regarde plus finement, il ne s’agit pas tout à fait d’un espace public que des acteurs spécifiques (les habitants ou les membres du conseil syndical de la copropriété) pourraient s’approprier dans l’absolu, en définissant les normes à suivre lors du passage dans la cour. Il ne s’agit pas non plus d’un espace totalement privé que l’action des concierges, des vigiles bénévoles et des militants associatifs musulmans permettrait de privatiser en privilégiant davantage l’habiter ou le prier. L’accessibilité de ces cours en qualifie les usages mais cette accessibilité ne peut être normée au point de devenir exclusive et de se transformer en appropriation définitive de la part d’une catégorie d’acteurs plutôt que d’une autre. Les multiples registres propres aux messages adressés aux fidèles illustrent cet accommodement entre le régime du plan des militants associatifs et le régime de familiarité du conseil syndical. Dans la dernière cour analysée on trouve ainsi plusieurs dedans et plusieurs dehors. Elle constitue un espace-frontière sur le plan du marquage social et spatial à la fois, les deux dimensions se superposant plus ou moins. La plupart des musulmans qui se rendent à la prière ne résident pas sur place mais ils travaillent dans les alentours. Quasiment invisibles à l’extérieur de la cour, les corps de ces fidèles manifestent soudainement leur force en traversant collectivement un espace spécifique, dont l’horizon se différencie du lieu de travail autant que de celui de la rue qu’ils viennent de quitter, que de l’horizon interne au lieu de culte dans lequel ils vont préalablement se déchausser, procéder aux ablutions, et enfin prier.

  • 23 Alors que dans la conception de M. Augé (1992) le non-lieu est un espace de transit au sein duquel (...)

24Les accommodements dissymétriques entre les responsables associatifs et le conseil syndical n’empêchent pas qu’il y ait des formes d’appropriation de la cour par une partie des musulmans qui y transitent. Comme dans les situations de confrontation à la différence qui ont été étudiées par E. Goffman (1973, chapitre 6), la cour devient un territoire dans lequel l’appropriation de l’espace par les musulmans se réalise à l’aide de marqueurs ayant trait au corps : différents régimes d’engagement se construisent ainsi. Il s’agit finalement d’un lieu qui fonctionne comme un ordre négocié et dont les négociations sont soumises à des conditions structurelles au sens de A. Strauss (1992, p. 255). De ce point de vue l’appropriation se fait par des marqueurs (les mendiantes par exemple) dont la présence n’est jamais négociée de manière définitive pour aucune des parties. Et si les travaux de J.-F. Augoyard (1979, p. 185) et de M. de Certeau (2002, p. 350) concernent essentiellement les habitants, je pense que leurs conceptualisations sensibles de l’appropriation23 peuvent tout autant s’appliquer aux fidèles musulmans de passage dans les cours. Pratiqués et vécus par les musulmans comme par les habitants qui les traversent, ces espaces-seuils impliquent de multiples tactiques d’appropriation, de manière à ce que chacun puisse tenter de poursuivre son activité en dépit de la présence d’autrui. Suivant le régime du plan les fidèles qui traversent la cour se représentent cet espace en faisant abstraction de certaines personnes ou objets, de manière à pouvoir se préparer à accomplir la prière.

Notes

1 Par souci de simplification j’appelle habitants les résidants des immeubles, même si venir pour la prière est aussi un mode d’habiter. À noter que parmi les habitants des immeubles concernés il y a également des musulmans, même si cela ne semble guère pensable pour la direction de la plupart des copropriétés, lesquelles mettent l’accent sur l’opposition entre « habitants » et « musulmans ».

2 Cette enquête a été commanditée par l’Institut des cultures d’islam, créé par la volonté du maire de Paris, B. Delanoë, en 2006 (Tersigni, 2007).

3 Circulaire n° 19-76 envoyée le 29 décembre 1976 aux préfets par le secrétariat d’État aux Travailleurs immigrés.

4 Cf. Le Monde, 19. VIII. 1989.

5 C. de Galembert montre comment même la destruction de la mosquée de Charvieu-Chavagneux s’inscrit dans la volonté d’un maire RPR (G. Dezempte) qui pratique des stratégies électoralistes visant à réduire le nombre d’immigrés jusqu’à « un seuil de tolérance tolérable ».

6 Ministre de l’Intérieur en 1989.

7 Ministre de l’Intérieur et des Cultes en 1991.

8 Au moment de l’enquête, le site officiel de la mairie de Paris indiquait encore sept immeubles de la rue du Faubourg Saint-Denis faisant l’objet d’une « Opération d’amélioration de l’habitat dégradé » (URL : [http://www.paris.fr/portail/Urbanisme/Portal.lut?page_id=5685&document_type_id=5&document_id=685&portlet_id=16141], consulté le 15-10-2007) ; parmi les résidences principales classées par la ville de Paris comme étant « sans confort », construites avant 1949 et nécessitant des travaux d’aménagement, figuraient une dizaine d’immeubles situés dans cette même rue.

9 Alimentaires, habillement, bazar, DVD et cassettes.

10 Carte réalisée par F. Mauduit que je remercie pour son travail et ses recherches complémentaires aux miennes.

11 Traduit du turc ce nom veut dire « Vision nationale ». Ces « Frères musulmans turcs » ont constitué un groupe islamiste d’opposition au gouvernement turc pendant très longtemps (parti politique turc Refah). Aujourd’hui, la majorité des membres du gouvernement et des députés est composée d’une formation issue des rangs de Millî Görüş. En France ce mouvement est implanté surtout en Alsace, il a été au premier rang des organisations turques en France (de la fin des années 1980 jusqu’à 1996) et aujourd’hui la plupart des associations turques s’allient entre elles pour constituer un groupe de lobbying dans le débat turco-européen, comme le souligne S. Akgönül (2006).

12 Il s’agit de la rue Jean-Pierre Timbaud et de ses alentours dans le 11e arr., de Château Rouge dans le 18e arr. et de la partie du 5e arr. comprise entre l’Institut du Monde Arabe et la Grande mosquée.

13 C’est une des confréries turques qui s’est opposée pendant longtemps aux institutions officielles turques par une implantation en Allemagne et dans d’autres pays européens, nord-africains et en Amérique du Nord. La création d’écoles destinées à former les futurs cadres fait partie de ses objectifs prioritaires.

14 Dès la fin des travaux de la salle de prière du rez-de-chaussée, la mosquée pourra accueillir jusqu’à 300 fidèles environ.

15 Cette mosquée est la seule du quartier à disposer de locaux qui ne se trouvent pas uniquement au rez-de-chaussée d’immeubles. Avant les travaux de 2007 elle pouvait déjà accueillir 200 fidèles environ.

16 L’Association interculturelle pakistanaise en France (AIPF) et le mouvement Foi et Pratique (tabligh).

17 D’après les leaders associatifs des deux mosquées, il n’y a pas de lien entre la nationalité (pakistanaise) des fondateurs de la Jama’at al Tabligh, l’organisation piétiste internationale dont Foi et Pratique représente la branche française, et l’AIFP.

18 Pour un rappel succinct des trois régimes d’engagements proposés par L. Thévenot (2006), à savoir la familiarité, le plan (fondé sur la projection dans l’avenir et le calcul) et la justification publique (manière de se coordonner en renvoyant à des principes généraux de justice – à l’opposé de la familiarité), j’invite le lecteur à se reporter à la seconde section du chapitre 2.

19 Le salat est la prière musulmane dite à 5 moments de la journée.

20 Prénom d’anonymat.

21 Je m’appuie sur un critère d’auto-déclaration de la nationalité de ces femmes et j’ai pu récupérer ces informations à partir d’autres sources. Les modalités par lesquelles elles s’affichent à Paris, dans la rue ou dans le métro, doivent être pensées comme le produit de négociations à l’égard de l’islam qui sont déjà propres aux régions balkaniques en relation avec les recompositions politiques et sociales post-communistes ainsi qu’en relation avec celles liées à la guerre du Kosovo (1999) et aux effets locaux du 11 septembre 2001. C’est notamment avec la progressive perte de discrédit de l’islam en tant qu’idéologie de remplacement du communisme qu’après 2001 de nouvelles identifications à l’égard de cette religion ont pu avoir lieu. Les récentes configurations de l’islam dans les Balkans résultent tantôt d’impulsions venant de l’étranger (prosélytisme musulman, wahhabite notamment, mais également catholique, protestant et orthodoxe ainsi qu’action humanitaire), tantôt de l’usage qu’en font les musulmans eux-mêmes. Dans ce contexte s’imposent des formes d’individualisation du croire accompagnées de formations politiques ex novo centrées sur l’islam, d’une nationalisation de l’islam (un islam bosniaque, un islam albanais…), mais également de la crainte de la stigmatisation islamiste de certaines régions comme le Kosovo.

22 Zakat : aumône « légale » islamique.

23 Alors que dans la conception de M. Augé (1992) le non-lieu est un espace de transit au sein duquel il y a une impossibilité apparente d’appropriation de la part des individus, les théorisations de J.-F. Augoyard et de M. de Certeau soulignent respectivement des formes d’appropriation par les habitants de l’espace géométrique, cette instance de nature imaginaire se dévoilant notamment par les voix qui l’entourent (Augoyard, 1979), et des tactiques d’appropriation des lieux, avec l’idée qu’une ville métaphorique se superpose à celle qui est planifiée et lisible dans les cartes officielles (de Certeau, 2002).

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Concentration de marqueurs d’islamité dans la rue du Faubourg Saint-Denis (Paris, Xe)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34439/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 1 : La sonnette pour la mosquée El Fatih (suleymanci)
Légende Remarquer les traces de recouvrement du mot « mosquée » sur la sonnette. © Simona Tersigni, 2007
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34439/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 781k
Titre Figure 2 : Affichettes à l’entrée de la mosquée tabligh, située à l’entrée de la cour
Légende Sur le tableau en liège figurent les injonctions des cadres musulmans aux fidèles, les orientations de bonne conduite adressées aux fidèles par la copropriété (interdiction de cracher des noyaux de dattes…) et parfois des lettres de la mairie de Paris, notamment à l’occasion des principales solennités. Au-dessus se trouve un panneau en plastique où figurent en lettres dorées sur fond noir les amendes prévues par la mairie de Paris en cas de stationnement de gravats. © Simona Tersigni, 2007
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34439/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Figure 3 : Affichettes à l’entrée de la mosquée pakistanaise, située au fond de la cour
Légende © Simona Tersigni, 2007
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34439/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 4 : Informations figurant aux entrées de salles de prière
Légende L’avis traduit en arabe s’adresse aux fidèles et aux cadres musulmans ; il concerne l’échelonnement du paiement des travaux engagés par la copropriété. © Simona Tersigni, 2007
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34439/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 664k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540