Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Espaces de vie, espaces enjeux

 | 
Yves Bonny
, 
Sylvie Ollitrault
, 
Régis Keerle
, 
et al.

Première partie. Investissements ordinaires de l'espace

Introduction à la première partie

Texte intégral

1Cette première partie regroupe des études qui visent à montrer, dans le quotidien des habitants, les modalités d’investissement ordinaire de l’espace. Cette expression recouvre une grande diversité de situations. Y. Le Caro présente le cas d’une pratique ordinaire, la promenade, dans le contexte de Villejean, un quartier rennais où cette question n’est pas constituée en enjeu public. L’accès à la campagne proche y est même étonnamment absent des politiques urbaines et des motivations associatives. L’investissement de l’espace peut alors s’y comprendre comme une exploration, une succession de tâtonnements et de choix individuels (chap. 1). Les analyses d’I. Danic sur les adolescents du même quartier rennais (chap. 2) et celles de F. Hérouard, J. Germain et R. Lariagon sur les pratiques des tagueurs à Caen (chap. 3) introduisent une dimension conflictuelle à l’investissement de l’espace : les « jeunes » y semblent en situation de conquérir des territoires, sous le regard des habitants ou des forces de l’ordre. Au contraire du caractère parfois intentionnellement provocateur et expansionniste des pratiques de ces jeunes, les deux chapitres suivants s’intéressent à des situations où des acteurs tentent de se faire oublier face à la pression ou à la réprobation sociale qui affecte certaines de leurs pratiques. S. Tersigni montre que les musulmans parisiens, en invisibilisant leurs pratiques religieuses et les lieux de celles-ci, tentent d’en maintenir les conditions sociales de possibilité (chap. 4). En revanche l’étude présentée par P. Renno sur la cohabitation entre les Juifs et les Arabes en Galilée souligne que l’enjeu de la construction de l’État d’Israël est si prégnant que la discrétion n’y suffit pas aux Arabes pour éviter les conflits intercommunautaires (chap. 5).

2Les investissements ordinaires de l’espace sont donc appréhendés dans des contextes d’action tout à fait différents. Selon que les acteurs étudiés sont en situation sociale dominante ou dominée, majoritaire ou minoritaire, et que les pratiques en question présentent ou non des enjeux d’ordre public, la nature et les modalités des investissements varient. Il existe également un rapport complexe entre ces situations et la dimension spatiale de ces investissements. Nous pouvons en effet supposer qu’en l’absence d’enjeux politiques ou de polémiques sociales explicites et préalables, les individus auront tendance à privilégier une approche vécue comme spécifique : ils investissent alors des espaces-enjeux, à l’échelle de leur espace vécu. C’est clairement le cas des promeneurs de Villejean (chap. 1), mais c’est aussi probablement le cas de certains individus qui, ne souscrivant pas aux catégorisations discriminantes, cherchent, dans les quatre autres exemples étudiés, à faciliter le vivre ensemble. Au contraire, lorsque les pratiques en cause peuvent être vécues comme la déclinaison locale de questions perçues comme préalablement établies, les investissements ordinaires peuvent être compris comme l’actualisation d’enjeux spatialisés. Dans certains cas, comme l’adolescence au quartier (chap. 2) ou les tagueurs dans la ville (chap. 3), l’espace considéré est plutôt générique, c’est-à-dire que la question ne s’y pose pas de manière plus marquée qu’ailleurs, ou du moins pas plus que dans d’autres quartiers ou villes comparables. Les habitants et plus largement les acteurs locaux doivent donc y trouver des solutions locales à une question générale, sans que pèsent sur eux d’évaluation extérieure trop marquée. Au contraire, dans les cas des mosquées parisiennes (chap. 4) ou des implantations juives de Galilée (chap. 5), le caractère emblématique de ces espaces fait peser sur les protagonistes tout le poids de situations conflictuelles structurellement exacerbées par une configuration spatiale particulière.

3Les cinq études proposées diffèrent aussi par les « moments » choisis par les chercheurs pour les observer. En référence à la figure 1 de l’introduction générale de l’ouvrage, il est possible de considérer que l’ensemble des études de cette première partie privilégie l’approche détaillée des « dynamiques actionnelles et interactionnelles ». Ceci est à la fois une cause et une conséquence de la focale portée sur des investissements ordinaires de l’espace. Une cause car nous pouvons supposer que si les chercheurs ont porté leur regard sur les pratiques habitantes c’est que la dimension structurelle des situations étudiées y est moins perceptible (chap. 1) ou tellement établie qu’elle semble aux individus un cadre d’action difficile à modifier : comment en effet changer le regard porté sur l’adolescence (chap. 2) ou l’Islam (chap. 3) et la place qui leur est faite dans la ville ? Comment, lorsque l’on est Arabe israélien, se faire accepter de voisins juifs qui ont fondé leur projet résidentiel sur le concept d’un village ethniquement homogène selon les préceptes de l’Agence juive (chap. 5) ? C’est aussi une conséquence car en s’attachant aux pratiques sur des espaces et des pas de temps relativement courts, les chercheurs tendent à marginaliser les aspects structurels préalables et ultérieurs. Si la « mise en forme structurelle » préexiste par construction aux situations étudiées, les chercheurs la présentent ici surtout comme un cadre général permettant au lecteur de comprendre les enjeux perçus ou non perçus, au moment de l’enquête, par les habitants. Ainsi de la médiatisation d’un risque adolescent suite aux émeutes de 2005 (chap. 2), de la diffusion du tag dans l’espace urbain (chap. 3) ou de la trop rare construction de mosquées dans la région parisienne (chap. 4). Dans le cas des promenades en campagne, Y. Le Caro utilise la situation particulière d’un quartier planifié comme devant jouxter les champs pour tester ses hypothèses d’investissement des habitants au-delà de la rocade. Les urbanistes rennais n’avaient ici l’intention ni de favoriser ni d’empêcher les circulations transrocade ; en les rendant possibles par un tunnel et une passerelle, ils ont simplement, du point de vue du chercheur, fabriqué un contexte expérimental. La contribution de P. Renno, faisant en cela transition avec la suite de l’ouvrage, montre au contraire comment les habitants des implantations mobilisent leur histoire et les arguments qui ont présidé à la colonisation de cette partie de la Galilée pour construire et défendre leurs positions concrètes aujourd’hui. Autre conséquence de l’attention portée aux pratiques habitantes, la capacité de ces investissements ordinaires de produire des effets en termes de « reproduction ou d’élaboration structurelle » est, dans les cinq chapitres, essentiellement suggérée. Ceci peut se comprendre dans la mesure où les situations étudiées n’entraînent pas des mobilisations susceptibles de modifier fondamentalement le cours des choses.

4Les investissements ordinaires de l’espace peuvent effectivement déboucher ou non sur des mobilisations structurées. Lorsqu’elles se produisent, les mobilisations rapportées par les études de cette première partie se construisent à partir des pratiques ou en réaction contre elles sans que leur émergence ne résulte en premier lieu d’une intervention institutionnelle ou militante extérieure. Le rapport à la sphère politique est donc ici second par rapport au vécu quotidien d’espaces plus ou moins bien partagés entre diverses catégories d’habitants. Néanmoins, ce rapport est de plus en plus explicitement mobilisé dans les situations évoquées au fil des cinq chapitres. En proposant d’étudier les rapports des habitants d’un quartier rennais à l’espace agricole proche, Y. Le Caro cherche explicitement à comprendre pourquoi l’investissement de certains d’entre eux ne débouche pas sur une quelconque mobilisation politique, fusse-t-elle ordinaire. Ce raisonnement « par l’absurde » permet s’il en était besoin de démonter toute automaticité dans la montée en visibilité que symbolisent les trois paliers décrits à la figure 2 de l’introduction générale. Dans les quatre autres études les enjeux sont plus appuyés en termes de rapports sociaux locaux ; les mobilisations sociales n’y trouvent pour autant pas ou peu de débouché dans le champ des mobilisations politiques. Dans le cas des adolescents et plus encore dans le cas des tagueurs, le caractère informel des rapports avec les autres acteurs de la scène locale et l’affirmation individuelle (tout au plus confortée par petits groupes de pairs) semblent consubstantiels de l’esprit ludique et libertaire qui anime leurs pratiques. Les frictions qui en résultent, relativement bénignes, n’entraînent pas d’affrontements mais créent un tissu de malaises et de plaintes qui peuvent s’exprimer dans des interactions interindividuelles ou par des stratégies d’évitement permettant de limiter l’occurrence de heurts en face à face. La faiblesse ou l’absence de mobilisation politique peut s’expliquer chez ces jeunes par la sophistication du jeu de chat et de souris auquel les acteurs se livrent dans le champ social, jeu qui absorbe toute leur énergie. La prédominance de l’investissement ordinaire sur les mobilisations peut également résulter d’une stratégie défensive, comme le démontrent les positions des fidèles musulmans à Paris et celles des Arabes de Galilée. À Paris le contrôle des comportements qui pourraient mettre en danger la relative tolérance des habitants des immeubles voisins est organisé par les fidèles musulmans eux-mêmes. L’invisibilité peut donc être intériorisée au point que les individus sachent que pour pratiquer, ils doivent s’interdire toute mobilisation en faveur de cette pratique. En Galilée, les Arabes qui tentent d’obtenir un logement dans les implantations doivent également se faire très discrets et c’est ce qu’on leur demande lorsqu’ils y fréquentent les parcs ou les piscines. Néanmoins, P. Renno montre qu’il leur arrive de manifester lorsque la ségrégation est fragilisée par la critique interne qu’elle subit au sein de la société israélienne. Parallèlement, des mobilisations politiques explicites amènent certains résidants juifs à restaurer la légitimité du projet d’implantation local sur des bases ethniques et nationales.

  • 1 Ce qui peut être rapproché des concepts d’« exit », de « voice » et de « loyalty » proposés par A. (...)

5Ceci nous amène pour conclure à souligner que si les investissements ordinaires de l’espace peuvent sembler banals car consubstantiels à l’habiter humain, leur étude permet de mesurer les différences entre habitants en termes de capacités d’action. Étant donné la mise en forme structurelle préalable qui résulte de l’histoire socio-politique des espaces étudiés, leurs divers habitants ont des marges de manœuvre inégales et limitées. Au chapitre 1, tout se passe comme si, à Villejean, l’utilisation des facilités récréatives offertes par la proximité de la campagne y relevait de démarches individuelles, dans le cadre d’un rapport topologique à l’espace vécu qui maintient de grandes inégalités de compétences entre ceux qui connaissent très bien cet espace et ceux qui ignorent jusqu’à son existence. I. Danic souligne que ce même quartier n’offre pas les mêmes opportunités aux filles qu’aux garçons. Et dans les trois autres études, si les tagueurs caennais, les fidèles musulmans parisiens, les Arabes de Galilée disposent de formes d’organisations sociales plus marquées, ils apparaissent clairement, pour des raisons très différentes, comme des groupes en difficulté sur la scène publique. Dans tous les cas étudiés, du fait de crispations dans le corps social (intolérance envers les adolescents, les musulmans, les Arabes) aggravées par des lacunes dans l’action publique (absence de sentier de randonnée à Villejean, rareté des espaces d’expression pour les graffeurs à Caen, difficulté d’établir des mosquées à Paris, absence de piscine dans la ville arabe de Sakhnin en Galilée), les habitants doivent pourtant trouver des solutions à leurs difficultés et des réponses à leurs aspirations. Si l’on retient la fuite, la lutte et l’inhibition1 comme les trois réponses biologiques possibles à une situation de stress (Laborit, 1974), le risque est alors pour beaucoup d’habitants de se morfondre dans l’inhibition de leurs aspirations lorsque le contexte social et spatial leur laisse peu de possibilités d’échappement par la mobilité et des possibilités de mobilisation réduites. L’étude des investissements ordinaires montre qu’ils offrent au contraire aux habitants des possibilités d’expression tactique et stratégique, formes infrapolitiques de la fuite et de la lutte qui leur évitent pour partie cette impasse. Ainsi du retrait des tagueurs dans les impasses lorsque la pression répressive augmente sur les artères principales ou de la présence dominicale des Arabes à la piscine de Misgav. Dans certaines situations, les pratiques ordinaires hétérodoxes peuvent ainsi constituer des formes de résistance tout aussi efficaces que des manifestations explicitement politiques.

Notes

1 Ce qui peut être rapproché des concepts d’« exit », de « voice » et de « loyalty » proposés par A. O. Hirschman (1970) pour les organisations.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540