Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Se déplacer pour se situer

 | 
Sandrine Depeau
, 
Thierry Ramadier

Chapitre 7. La mobilité et la redéfinition identitaire : de la discontinuité spatiale à la co-territorialité

Sylvain Pasquier, Laurent Lévêque, Madeleine Brocard et Emmanuelle Pierre-Marie

Texte intégral

INTRODUCTION

1La question des identités territoriales se pose aujourd’hui à toutes les échelles en les entremêlant. Le problème n’est pas simplement celui que l’on pourrait poser en interrogeant le lien entre identités et territoires et, notamment, l’importance aujourd’hui du territoire dans la constitution des identités individuelles et collectives. Notre étude montre qu’une telle correspondance se complexifie aujourd’hui du fait de la co-présence sur un même espace de populations vivant cet espace de manières différentes et constituant ainsi respectivement des territoires et des identités propres. Cette réalité marquée par la mobilité nous invite à revisiter ces concepts sur le fond, si l’on postule que de nouvelles modalités de l’articulation entre identité et territoire manifestent et engendrent de nouvelles définitions de ceux-ci. La position d’un John Urry proposant un changement de paradigme, ou plus exactement, de métaphores, pour analyser des groupes se fondant sur de nouveaux « modes de voyager et d’habiter » (Urry, 2005) illustre radicalement de telles réorientations.

2Les deux notions d’identité et de territoires sont, tant dans leurs usages ordinaire, politique ou théorique, souvent employées avec la tonalité d’une évidence d’autant plus forte qu’elle se satisfait de l’implicite. Ainsi, si la définition de ces concepts a pu donner lieu à de nombreux développements, il importe toujours de les remettre sur le métier afin d’éviter d’employer des outils peu adaptés à l’analyse des formes nouvelles de la réalité sociale. On peut avec Dominique Schnapper (2007) rappeler la manière dont Claude Lévy-Strauss tenait le concept d’identité pour un « concept-horizon » c’est-à-dire comme « une sorte de foyer virtuel auquel il nous est indispensable de nous référer pour expliquer un certain nombre de choses mais sans qu’il ait d’existence réelle » ou ne corresponde à « aucune expérience » (Schnapper, 2007, p. 60). Un tel concept-horizon, insuffisant mais indispensable, est donc voué à se trouver dépassé aussi longtemps que l’on ne parvient pas à s’en débarrasser. Le dépassement est d’autant plus nécessaire à propos de l’articulation de l’identité et du territoire, que la modalité sous laquelle on envisage l’un conduit à revisiter celle sous laquelle on envisage l’autre (Pasquier, 2009).

  • 1 Le titre de l’ouvrage collectif, Ces lieux qui nous habitent. Identité des territoires et territoir (...)

3Ce chiasme peut apparaître comme une constante de l’interrogation ancienne entre l’identité et le territoire1. Comment l’une constitue l’autre ? Comment le second fabrique la première ? La difficulté récurrente semble de tenir ces deux questions en une seule sans que l’une ne prenne le pas sur l’autre et qu’un concept ne vienne déterminer l’autre.

4Ce jeu de miroir se complexifie encore dès lors que les conditions selon lesquelles des populations coexistent, articulent identité et territoire selon des modalités différentes. Elles produisent alors des territorialités se caractérisant par des usages marqués par la mobilité pour l’une, par une identification au territoire qui en fixe les pratiques pour l’autre.

  • 2 Le concept de territoire fait écho au processus d’appropriation collective d’un espace par un group (...)

5Aussi, la confrontation à laquelle nous conduit la réalité de notre terrain, nous incite à retenir des définitions générales mais dynamiques de chacun des deux termes : générales, afin qu’une définition par trop restrictive en interdise la rencontre ; dynamique, pour signifier l’influence réciproque de l’un sur l’autre. De l’identité, il nous faut donc retenir ce qui se constitue dans un rapport aux autres permettant un rapport à soi. Ce rapport à soi que l’on conçoit aisément comme étant constitutif de l’identité individuelle ne l’est pas moins à propos de l’identité collective. L’enjeu à propos de l’identité territoriale est de résister à la tentation de définitions substantialistes – notamment culturalistes – s’efforçant de répondre à la question : « que sommes-nous ? » et néglige la question posée par le « qui ». Cette tentation est d’autant plus forte à propos de l’identité territoriale que celle-ci ne peut constituer un élément isolable de l’identité en général : le territoire se constitue aussi comme support d’autres activités liées à nos autres appartenances (profession, famille, sociabilité…). Paul Ricœur (1990) nous invite à poser la question de l’identité à partir du pronom « qui » car, ainsi posée, elle introduit une dimension réflexive de l’identité. Celle-ci se révèle alors en jeu lorsqu’une personne ou un groupe sont nommés, sont reconnus et se reconnaissent comme entités spécifiques ou comme sujets. La désignation par les autres puis l’auto-désignation, comme « Havrais » de la population qui fait l’objet de notre étude, peut ainsi apparaître comme un élément constitutif de ce groupe. Cette réflexivité s’impose d’autant plus que notre étude tend à montrer comment le partage d’un même espace ne donne pas lieu nécessairement à l’identification à un territoire commun2. Le thème de la multi-territorialité est, en effet, devenu de plus en plus courant pour décrire la pratique et l’identification des personnes à plusieurs territoires – principalement entre territoire d’origine, lieu d’habitation mais aussi ceux qui se définissent à travers la fragmentation de nos différentes activités. Le concept de co-territorialité vise à rendre compte d’une situation ou des groupes co-habitent sur des espaces communs sans faire territoire ni ensemble ni de la même manière. Cette différence est constitutive de ces groupes eux-mêmes, c’est-à-dire de la façon dont ils se rapportent ou non les uns aux autres et dont ils se rapportent à eux-mêmes.

  • 3 Cet article reprend les grandes lignes d’un travail de recherche réalisé en réponse à un appel à pr (...)

6La mise en place du Pont de Normandie et le mouvement de population auquel elle a donné lieu manifeste différentes modalités selon lesquelles les rapports à l’espace font territoires et donnent lieu à la constitution d’identités territoriales différentes sur la rive sud de l’Estuaire de la Seine. Ainsi, ce qui s’affirmait physiquement et explicitement dans une frontière physique marquant la discontinuité territoriale tend à se transposer symboliquement et implicitement dans la séparation qui s’instaure entre différents groupes. L’objet d’étude a émergé de la rencontre d’une approche géographique et d’une approche sociologique3. Une présentation du contexte de la recherche nous permettra de mieux cerner la démarche conceptuelle ainsi que l’apport des deux démarches croisées. La co-territorialité pourra alors rendre compte du sens d’une nouvelle frontière manifestant des modes de socialisation et de rapports à l’espace différents chez des personnes se côtoyant régulièrement.

LA MISE EN SERVICE DU PONT OU LA REDISTRIBUTION DES CARTES

7Le territoire d’étude couvre les deux rives de la Seine dans ce que l’on pourrait désigner comme l’estuaire proche, composé au Nord de l’agglomération havraise prolongée par sa zone industrielle et portuaire sur la plaine alluviale. Cet ensemble représente plus de 120 000 emplois. C’est le pôle économique polarisant les navettes sur un vaste périmètre remontant au nord jusqu’au cœur du pays de Caux. La rive sud-est, constituée d’une part des cantons ruraux de Beuzeville, Quillebeuf-sur-Seine et Pont-Audemer dans l’Eure, et d’autre part du canton d’Honfleur dans le Calvados, qui fait partie de l’espace récréatif francilien de la côte fleurie (Fig. 4, cahier couleur).

8La thématique de recherche et les objets qu’elle questionne sont susceptibles d’être abordés à travers plusieurs dimensions explorées dans des travaux antérieurs et qui sont mises en perspective dans la présente contribution. Il s’agit tout d’abord de la dimension « transport », autour du thème des interactions entre les effets supposés d’une infrastructure de transport et le processus de transformation de l’espace périurbain. Dans quelle mesure les améliorations des conditions d’accessibilité routière vont-elles contribuer à accélérer le processus de diffusion de l’urbanisation périphérique ? La dimension du changement social localisé a été également abordée, et plus particulièrement l’impact de la périurbanisation sur des sociétés locales composites et sur la production de territoire. Autrement dit, la périurbanisation est-elle indissociable de la notion de multi territorialité ?

9Une troisième entrée est celle de la gouvernance : quelle cohésion sociale, quelles régulations pour un territoire de ce type où les échelles de développement – du local à l’international – s’interpénètrent ? Quel rôle les acteurs locaux entendent-ils jouer dans l’accompagnement des processus de transformation physique et sociale du rural en (péri) urbain ? Quel engagement collectif se dessine-t-il dans la construction d’une identité territoriale de l’estuaire ?

10Enfin une entrée sur l’objet estuaire, zone de contact entre deux espaces ayant bifurqué vers des trajectoires distinctes, espaces soumis à des influences relevant d’échelles multiples, que l’on pourrait qualifier de ce fait d’espace-laboratoire, en raison des influences qui le traversent et qui se donnent à voir au grand bénéfice de l’observateur et du chercheur.

11L’originalité de cette recherche ne repose pas tant dans le processus qui est examiné, à savoir un phénomène relativement classique de mobilité résidentielle périurbaine dans une conjoncture de hausse des valeurs foncières urbaines, mais plutôt dans le contexte spatio-temporel sur lequel il s’applique, symbolisé par la réalisation du pont de Normandie.

12Tout d’abord, la discontinuité que représente un estuaire de la taille de celui de la Seine reproduit des clivages qui s’inscrivent dans les oppositions majeures du territoire français. Pour schématiser, ce que l’on peut lire encore aujourd’hui dans l’observation des structures économiques et sociales des deux rives (Brocard et Lévêque, 1995), c’est l’opposition entre la France industrielle et urbaine du Nord et de l’Est et la France rurale et touristique de l’Ouest. Ensuite l’histoire de l’estuaire n’est pas celle d’un long fleuve tranquille. Le XIXe et le début du XXe siècle, époque de l’apogée du négoce havrais, voient l’amorce de ce que l’on définirait aujourd’hui comme un processus de métropolisation. Ce phénomène se manifeste alors par de nombreuses navettes par bateaux à vapeur reliant les deux rives pour alimenter le marché havrais en produits agricoles et en main-d’œuvre. C’est à cette époque également que les flux de mobilités résidentielles originaires du pays d’Auge, de l’Eure, de Basse Normandie et de Bretagne, attirés par les grands chantiers, l’industrie coloniale et le commerce maritime viennent grossir la population havraise. La planification étatique de la deuxième moitié du XXe siècle qui se concrétise dans le schéma d’aménagement de la Basse-Seine transforme la rive nord en une plateforme industrialo-portuaire d’envergure nationale, surtout au service du marché francilien. Si l’on ajoute l’avènement de l’automobile, qui rend obsolètes les bacs sur la Seine et la réalisation de l’autoroute de Normandie qui dessert Deauville bien avant Le Havre, c’est l’orientation générale des flux économiques et résidentiels qui se trouve bouleversée. Ce sont désormais les Cauchois et les étrangers qui viennent travailler dans les usines de la ZIP du Havre et peupler les grands ensembles de l’agglomération, ce sont les Parisiens qui viennent massivement coloniser la côte fleurie puis son arrière-pays, au point où l’on a pu qualifier la cité balnéaire de XXIe arrondissement de Paris. Comme dans de nombreuses aires urbaines, le dernier quart de siècle voit s’amplifier le phénomène d’évasion périurbaine qui se cantonne ici dans la pointe de Caux. La rive sud de l’estuaire appartient alors à un autre monde que le long détour par le pont de Tancarville (1965), permet d’atteindre, le temps d’un week-end, en terra incognita pour déguster les crevettes à Honfleur ou fouler les planches de Deauville. L’expression « de l’autre coté de l’eau » qui désigne chez les Havrais les rives calvadosiennes bien visibles depuis la ville, traduit cette distance à la fois si proche et si lointaine. C’est dans ce contexte d’histoire et d’espace décousus qu’intervient la réalisation du Pont de Normandie dont l’objectif affiché par son promoteur, la chambre de commerce du Havre, est le désenclavement de la région havraise vers le sud et l’autoroute des estuaires alors en construction.

13La rive sud de l’estuaire qui est l’objet de nos investigations se caractérise donc par une transition résidentielle de l’espace rural vers l’espace périurbain, selon des modalités particulières qui ont évolué dans le temps. À une première vague de néo ruraux parisiens ou rouennais pour la plupart retraités, qui se sont bien intégrés dans le paysage social et urbain (plutôt des acquéreurs de maisons rurales que des constructeurs), succèdent depuis les années 2000 des ménages de jeunes actifs primo-accédants qui tirent parti d’un fort différentiel de prix foncier avec le nord de l’agglomération havraise. L’impact sur le paysage mais également sur les structures foncières agricoles s’avère donc très différent de celui engendré par les vagues de migrants les plus anciennes.

14L’objectif de la recherche consistait donc à comprendre comment s’inséraient ces nouvelles vagues de migrants résidentiels et quels liens ils conservaient ou non avec leurs territoires d’origine. Le manque de recul quantitatif et qualitatif sur ce processus a conduit à interroger sa nature : est-ce un phénomène ponctuel ou a contrario, un mouvement qui s’inscrit dans la durée, voire qui est amené à s’amplifier ?

DE L’ANALYSE SPATIALE À UNE APPROCHE SOCIOLOGIQUE QUALITATIVE

15La démarche adoptée n’a pas cherché à faire converger a priori les concepts venant de disciplines différentes, c’est davantage dans la progression de la recherche que l’on a pu voir émerger des passerelles entre concepts voisins.

16Parmi les théories qui se situent à la frontière de l’économie spatiale et de la géographie économique, le modèle de localisation résidentielle fondé sur les valeurs foncières dit également modèle de Thünen-Alonso (Dericke, 1992, Abramo, 1997) est utilisé ici non pas tant pour sa portée opérationnelle mais plutôt pour sa valeur heuristique qui permet de mettre en exergue les attendus du nouveau choix résidentiel qui s’offre aux ménages havrais avec l’ouverture du pont de Normandie et qui correspondent assez bien à la rationalité revendiquée par les ménages enquêtés.

  • 4 Nous avons construit un modèle de type gravitaire visant à représenter les mobilités résidentielles (...)

17La modélisation des interactions4 permet quant à elle de faire ressortir l’inertie du système d’attractivité résidentielle qui se met en place dans les communes de la rive sud et à laquelle participent de manière agrégée les stratégies individuelles, qu’elles soient fondées sur un calcul économique et/ou sur une logique de distinction sociale. Elle permet ainsi de relativiser le déséquilibre démographique qui oppose les fortes densités urbaines du nord et les faibles densités rurales du sud, pour les transformer en différence de potentiel qui se traduit par des dynamiques inverses.

18De manière générale, l’analyse spatiale permet ici de contextualiser la problématique des mobilités dans ses différentes dimensions (échelles temporelles et spatiales) qui concernent le territoire d’étude pour éclairer les enseignements de la démarche sociologique et de manière rétroactive de reformuler les hypothèses initiales. Ce fut le cas notamment dans cette conclusion paradoxale que ce ne sont pas les ménages les moins aisés qui saisissent l’opportunité permise par le pont de Normandie d’accéder à des prix fonciers plus faibles afin de solvabiliser leurs projets immobiliers.

19L’analyse permise par ces modèles en termes géographiques apporte donc un éclairage sur la mobilité résidentielle et les mouvements de population vers la rive sud. L’approche sociologique s’est efforcée, quant à elle, d’interroger les modalités d’une recomposition du territoire et du « faire territoire » du point de vue des transestuariens, les habitants du Nord venus habiter la rive Sud. Un paradoxe du concept de « territoire » mérite d’être rappelé. Il faudrait un ouvrage, au moins, pour dire l’épopée sémantique de ce concept de territoire dans les différentes disciplines des sciences sociales. Tantôt vu d’en haut, par l’imposition politique attachée notamment à la figure de l’État qui, en le contrôlant, s’adosse à lui pour édifier l’identité nationale. Vu d’en bas, c’est la réappropriation des personnes par des usages et des représentations qui cherchera à s’imposer comme sa définition évidente. Après que la notion d’espace vécu ait refoulé l’imposition politique, la territorialité revient souvent pour traduire une dimension sociale et identitaire de réappropriation de l’espace. Il est moins présent dans les textes sociologiques où il peut rester soumis à une définition principalement politique ou, dans une perspective tout autre, être réhabilité à travers une acception éthologique. La notion plus neutre « d’espace » est ainsi souvent préférée pour en comprendre la production sociale ou pour en faire une grille de lecture de la réalité sociale. Quand le rapport à l’espace et, notamment, à l’espace habité, devient un principe d’identification, le concept de « lieu » peut alors être préféré à celui du territoire. Il permet, notamment, de stigmatiser les « non-lieux », espaces qui ne semblent pouvoir donner lieu à aucune réappropriation, ni à aucune identification. « L’espace du non-lieu ne crée ni identité singulière, ni relation, mais solitude et similitude » (Augé, 1992 : 130). Cet espace est aussi décrit comme celui des passagers qui, dans leur mobilité, n’établissent qu’un rapport de spectateurs avec lui.

20L’approche qualitative en s’efforçant de remonter au point de vue des habitants – faut-il dire des circulants ? – pour interroger la constitution d’un ou de nouveaux territoires après la mise en service du pont de Normandie, s’est davantage inscrite sous l’influence de l’école de Chicago et de l’interactionnisme symbolique que sous celle des auteurs classiques français. Plutôt que de voir dans le territoire une réalité relevant des représentations collectives d’un même espace et aux sentiments communs s’y attachant, l’observation a privilégié les définitions de ce territoire telles qu’elles se traduisent dans des usages et se rationalisent dans des discours. Les recompositions du territoire que nous avons étudiées sont liées à une appropriation de l’espace par la mobilité et non par un enracinement. La confrontation sur un même espace de populations se définissant respectivement par un rapport différent au territoire, justifiait le privilège accordé aux différentes mobilités et à la confrontation des groupes. Comme nous l’avons rappelé avec la distinction d’une approche par le haut ou par le bas du territoire, la mobilité des personnes remet en question des appartenances sédentaires enracinées en un lieu délimité et semble revaloriser, sur un mode circulatoire, des réappropriations par les modes d’habiter et les usages. D’où l’attention qu’il faut porter à « l’apparition de collectifs, plus ou moins stables et durables, où les critères d’identification des individus et la hiérarchie des préséances sont tributaires des temporalités, des fluidités, des mobilités, et plus précisément des capacités circulatoires de chacun ; l’ordre que l’on a si longtemps présenté comme universellement édificateur des légitimités identitaires, l’attachement au lieu, et les diverses manifestations des sédentarités qui le génèrent, n’y fait plus réellement sens ni hiérarchie » (Tarrius, 2000 : 6). Ainsi, l’hypothèse d’une (péri-) urbanisation d’espaces ruraux traditionnels devrait trouver sa confirmation dans la configuration émergente d’un territoire que de nouveaux habitants aux « appartenances multiples » dessinent et maîtrisent à travers les trajets liés à leurs parcours de vie et à leurs activités. Ce qui se projette dans l’espace pour le constituer comme territoire, reflète ce que nous appellerons plus bas des affiliations – et non des appartenances – se manifestant par des usages de l’espace à différentes échelles. À la multiterritorialité géographique a pu alors répondre en écho un territoire pluriel ou difracté se recomposant autour des personnes et de leurs usages.

21Le rapprochement de concepts issus de disciplines différentes sur des objets ayant en commun une dimension spatiale tels que les mobilités, le territoire, les communautés locales, l’espace périurbain, permet donc de confronter des modèles rendant compte de phénomènes agrégés aux catégories et aux pratiques à l’œuvre constitutifs de ces phénomènes et de leur visibilité. Une recherche des effets d’écho des différentes approches mobilisées n’exclut pas le relativisme nécessaire à une progression dans la recherche, débouchant sur de nouvelles recherches.

LA PÉRI-URBANISATION DE LA RIVE SUD : UN NOUVEAU MODE D’HABITER

22Dans un premier temps nous centrerons la restitution des travaux de recherche sur quelques points qui nous semblent les plus représentatifs des logiques de mobilité qui se déploient entre les deux rives de l’estuaire depuis quelques années. Ces logiques de mobilité ne peuvent expliquer qu’en partie une recomposition du territoire possible à partir de la mise en service du Pont qui ne se laisse appréhender que par la façon dont les « passeurs » reconstruisent ce territoire en pensant s’intégrer à un territoire ancien.

23La rive sud de l’estuaire, trois manières d’habiter.

24En utilisant le fichier du marché immobilier des notaires, l’analyse de l’origine géographique des acquéreurs de biens immobiliers et plus particulièrement des maisons individuelles met en évidence trois grands types d’acquéreurs : les « Parisiens », les « Havrais » et les « Locaux ». Ils représentent trois logiques d’inscription résidentielle dans l’espace de la rive sud : l’habitant consommateur à travers sa résidence secondaire, l’habitant usager qui correspond au profil du ménage périurbain et l’habitant « habitant » qui réside et travaille au pays. Une distinction assez nette s’établit entre les cantons du Calvados où les parisiens sont majoritaires (ils représentent plus de 22 % des acquéreurs), et les cantons de l’Eure où la répartition entre les trois catégories est plus équilibrée.

25La distinction de ces trois modes d’habiter et son histoire nous montrent qu’une première opposition, très claire, existait entre « locaux » et « parisiens ». L’arrivée des « havrais » introduit un troisième terme qui échappe au schéma interprétatif qu’offre cette première opposition. D’une part, les locaux ne peuvent considérer ces nouveaux habitants à l’année comme des parisiens et reporter intégralement sur eux l’image qu’ils nourrissent de ces derniers. Une proximité s’impose à travers la permanence de cette présence, entrecoupée seulement par le temps des activités professionnelles qui demeurent situées majoritairement au Havre et dans l’utilisation des mêmes services ou la participation à certaines activités, notamment autour de l’école. D’autre part, les « havrais » peuvent, plus que les parisiens, se sentir les obligés d’une intégration dans le territoire d’accueil. Ils revendiquent d’ailleurs assez généralement cette « intégration » alors que se maintient une distance certaine avec les habitants originaires de la rive sud.

Une classe moyenne se revendiquant comme médiatrice : Madame Vivien
QUESTION : Cette mixité, elle se joue socialement ?
ELLE : Oui ! C’est étonnant parce que ici, Ablon, c’est très étendu ! Là, vous êtes dans le centre du village, il y a des petites maisons, on ne va pas dire que c’est le quartier pauvre ! Ce serait exagéré ! Loin de là ! Mais vous avez par contre dans les vallons justement, des maisons de folie, donc des très belles propriétés, donc il n’y a pas mal… Il y a des artistes aussi ! Il y a deux ou trois artistes qui ont leur maison ici ! Donc, vous avez des enfants d’agriculteurs, des enfants d’artistes ! Des enfants d’ouvriers ! Des enfants que… Donc, il y a de tout en fait ! Donc, vous avez vraiment une mixité qu’on n’avait pas au Havre ! Donc ça, je trouve que c’est pas mal ! Cela lui permet de voir : (en se déplaçant vers et dans la cuisine américaine) « Ah ben oui, machin, il n’a pas de chance, ils n’ont plus de voiture, ils n’ont plus de… Moi, je trouve ça bien ! »
QUESTION : (En forçant ma voix) Mais ce brassage, il se fait relativement bien, « naturellement » ? Je pense qu’il existait déjà puisque vous aviez… C’est pas forcément… Disons que le niveau du Havre a permis de stabiliser ! On va dire que nous, on est dans la moyenne ! On est moyens ! (en posant les tasses sur la table) Mais je pense vraiment que vous aviez deux classes avant ! Vous aviez euh. Soit très haut, soit très bas ! Il y a du très bas aussi, quoi ! Non ici (en retournant dans la cuisine), il y a vraiment, je vais pas dire la misère, mais il y en a quelques-uns en fait !

Tableau 1 : Origine géographique des acquéreurs de maisons dans les cantons de la rive sud de l’estuaire

Tableau 1 : Origine géographique des acquéreurs de maisons dans les cantons de la rive sud de l’estuaire

L’intrusion de la périurbanisation : une dynamique qui s’accélère

26Les ménages périurbains sont plutôt des constructeurs de maisons sur des terrains acquis nus, que des acquéreurs. C’est donc à travers l’origine géographique des pétitionnaires de permis de construire que l’on va pouvoir les identifier. Cette observation faite sur les cantons de l’Eure, portant sur les pétitionnaires originaires de la région havraise, montre la rapidité du processus qui décolle après un temps de latence de cinq à six ans faisant suite à l’ouverture du Pont de Normandie en 1995.

Figure 1 : Évolution de la part des logements construits par des ménages originaires de l’arrondissement du Havre dans les cantons de la rive sud de l’estuaire 1995-2006

Figure 1 : Évolution de la part des logements construits par des ménages originaires de l’arrondissement du Havre dans les cantons de la rive sud de l’estuaire 1995-2006

La rationalité économique du choix résidentiel n’est pas spontanée

27Cet attrait soudain pour la rive sud, malgré un coût de franchissement qui peut sembler dissuasif (5 €), s’explique par un différentiel de coûts fonciers entre les deux rives, de l’ordre du simple au double pour une parcelle constructible (prix moyen) située au nord de l’agglomération du Havre et une autre dans le canton de Beuzeville, au débouché du pont de Normandie. La diffusion ancienne de la périurbanisation en direction du nord du pays de Caux a entraîné des temps et des coûts de transports de plus en plus élevés qui rendent compétitive la localisation dans une commune de la rive sud. D’autant plus que le centre de gravité de l’emploi de l’estuaire se situe rive nord entre le centre-ville du Havre et les grands établissements de la ZIP, soit à vingt minutes des communes de la rive sud.

28Cet arbitrage nécessite cependant de disposer d’un certain nombre de capacités qui vont se trouver confirmées dans les enquêtes : connaître les marchés fonciers et les opportunités qui peuvent se présenter, avoir une expérience antérieure de mobilité à longue distance, être dégagé des liens familiaux dans le pays de Caux, disposer en quelque sorte d’un esprit de « pionnier » pour se rendre de « l’autre coté de l’eau ».

29Il en résulte une appropriation de la rente de localisation, issue de la conjonction entre une accessibilité optimum à l’emploi et aux services urbains et de faibles coûts fonciers, par des représentants de groupes sociaux plutôt aisés, acculturés aux différentes mobilités. La discontinuité physique est abolie, mais elle se trouve transformée en une forme de discontinuité sociale.

Figure 2 : Le prix des terrains dans les cantons de l’estuaire en 2006

Figure 2 : Le prix des terrains dans les cantons de l’estuaire en 2006

À NOUVELLE POPULATION MOBILE, NOUVELLE FRONTIÈRE

L’enquête de terrain

30Les questions qui se posaient à nous, nous orientaient vers une enquête qualitative. Celle-ci a pour l’essentiel reposé sur des entretiens semi-directifs menés auprès de personnes ou de familles venant de la rive-nord et venus habiter sur la rive-sud depuis un nombre d’années suffisant pour juger de leur implantation. Des entretiens du même type furent aussi menés auprès d’élus, de directeurs d’écoles ou d’agents immobiliers. Riches en informations sur cette nouvelle population et son inscription dans le paysage existant, ils nous ont également permis de rentrer en contact avec des habitants sur la recommandation de ceux qui nous les indiquaient. Ensuite, selon la méthode dite « boule de neige », les premiers interlocuteurs rencontrés pouvaient nous mettre en contact avec d’autres.

31Nous avons ainsi rencontré 14 couples mariés ou vivant maritalement, et une veuve. Ce sont principalement des familles, si l’on définit celle-ci par la présence d’enfants. Celles-ci ont en moyenne un peu plus de deux enfants d’âge scolaire ou plus petits. La fourchette des âges des parents se situe entre 30 et 40 ans et nous retrouvons légèrement plus d’acquéreurs que de constructeurs. L’emploi des personnes les place dans les classes moyennes ou moyennes supérieures. L’homme occupe souvent une position de cadre, la femme aussi parfois, même si l’on relève un certain nombre de congés parentaux (5).

32La méthode de recrutement devait nous conduire à rencontrer une population assez homogène dont le choix reposait sur les critères de ceux qui nous signalaient les personnes qui, selon eux, étaient susceptibles d’accepter un entretien et « d’avoir des choses à dire ». Cette population était donc valorisée et valorisante par et pour ceux qui, par ce biais, devaient dessiner les réseaux se tissant entre ces nouveaux habitants mais parfois aussi les différents responsables locaux. Ainsi, nous avons surtout rencontré des points de vue interprétant l’expérience de la mutation résidentielle en termes positifs, les autres refusant souvent l’entretien et étant même plus difficiles à contacter. Les personnes rencontrées rentraient aussi dans une catégorie dont la présentation permettait de vanter la bonne intégration et le dynamisme d’une nouvelle population pouvant participer au développement local ou menacer une identité rurale pour d’autre.

Deux regards d’élus sur une visibilité valorisée ou déniée
Élu d’un chef lieu de Canton :
On les voit dans les manifestations… Je vois à la Foire à Tout qui a lieu au mois d’août, ils sont là, ils participent, ils vendent, ils ont des stands… Enfin ils essayent de faire partie de la commune… Et puis en général ce sont des gens tous sympathiques hein ! ? Bon ben, ils viennent en Mairie et on les voit au moment du dépôt du permis de construire… des gens qui s’habituent très très facilement à leur nouvelle vie ici !
Élu d’une petite commune rurale :
QUESTION : Vous les rencontrez souvent ?
RÉPONSE : Non, non, pas souvent ! Non ! Non ! On les voit peu ! On les voit… je dirais même qu’on les voit presque pas ! Ils sont pas chez nous, quoi ! Ils dorment chez nous ! C’est un peu une résidence secondaire, à vrai dire !

La spécificité et la représentativité des ménages rencontrés

33Dès lors, ce n’est pas tellement en termes statistiques qu’il faut apprécier la représentativité de notre échantillon même si celui-ci repose sur une population effectivement importante de ce point de vue. Ce sont sa désignation et son auto-désignation qui en font une population identifiée comme telle et qui nous la montrent comme étant porteuse d’un nouveau rapport au territoire qui, la distinguant aujourd’hui, pourrait se généraliser demain ou, tout au moins, s’imposer comme une norme vis-à-vis de laquelle d’autres catégories de personnes ne pourront pas mobiliser les mêmes ressources.

34Ce sont donc les caractéristiques qui servent à nos différents interlocuteurs pour désigner cette population qu’il faut rappeler pour en dire la représentativité de leur point de vue. La population identifiée comme étant celle des « Havrais » sur la rive-sud, est essentiellement celle de familles comprenant des enfants dont les parents ont entre 35 et 40 ans. On leur reconnaît – « ils ont de belles propriétés » – et ils se reconnaissent eux-mêmes un statut de classe moyenne ou moyenne supérieure. Cela confère une première visibilité à cette population dont la présence peut-être diversement appréciée selon que l’on vante un dynamisme et des compétences utiles dans la vie associative ou l’animation des communes ou selon que l’on stigmatise son exigence urbaine en matière de services et la menace qu’elle fait peser sur l’identité rurale des communes. La représentativité est donc celle d’une forte visibilité de ce groupe particulier qui représente une forte proportion des personnes venues s’installer sur la rive sud.

35Ces catégories sociologiques générales, que se sont réappropriées les personnes interrogées pour caractériser et identifier cette population, masquent une autre caractéristique, plus déterminante encore, qui est celle de leur mobilité. Sans que celle-ci soit mise en avant, elle est massive. Cette population est hyper-mobile. Très peu sont originaires du Havre et presque tous ont connu un parcours résidentiel les ayant conduits à plusieurs déménagements à l’échelle de la France et de ses grandes villes. La plupart n’a donc habité Le Havre ou dans sa région que de façon transitoire avant d’envisager une installation plus durable sur la rive sud. La mobilité est aussi importante au quotidien pour des individus qui travaillent au Havre et pour ceux dont l’activité professionnelle impose des déplacements interrégionaux ou internationaux. Enfin, la facilité à se déplacer en différents endroits pour jouir au mieux des offres commerciales, de loisir et de biens culturels et les visites à des familles ou à des amis qui ne sont pas de la région renforcent cette mobilité générale.

L’entre-soi dans des sphères semi-publiques
QUESTION : Est-ce que les personnes que vous rencontrez dans ces associations sont des personnes qui sont également de l’extérieur ?
MADAME AUDE : Pas mal, oui ! Je vais prendre l’association des parents d’élèves par exemple. On est 6 dans le bureau, on va être 4 nouveaux arrivants sur les six ! Voire cinq, parce que l’autre est arrivé il y a peut-être dix ans, mais il n’est pas natif d’ici non plus ! Mais ça, j’ai eu déjà des échos, même par la municipalité, que, au contraire, ils aimaient bien les nouveaux arrivants ! Ils apportaient un certain dynamisme, des exigences ! C’est vrai qu’il y a 8 ans sur Beuzeville, tout ce qui était garderie périscolaire, loisir le mercredi, ou garderie pour les enfants le mercredi, il n’y avait rien ! Mais vraiment rien ! Quand vous arrivez d’ailleurs et que bon vous avez les mêmes demandes que dans votre ancien lieu d’habitation, vous dites : « Mince ! Ici, il n’y a pas ! » Donc, vous poussez pour que ça change !

36Cette visibilité redoublée des compétences à la mobilité semble constitutive d’un entre-soi qui, tout en étant bien réel, se dénie lui-même. Celui-ci se manifeste dans une présence forte dans les activités scolaires et dans les associations. Cet entre-soi peut aussi se confirmer lors de rencontres sur des lieux de loisirs culturels fréquentés par cet ensemble de personnes. Ce qui est pointé comme un signe d’« intégration » peut alors être interprété comme la constitution d’un groupe dont la présence sur le territoire masque la réalité sociale préexistante.

Le sens nouveau de la frontière

37La mise en place du pont présageait d’une suppression de la frontière physique et son usage au quotidien par une population jouant de la mobilité pourrait laisser penser que cette frontière s’effacerait également des représentations. Par leur mobilité, les transestuariens d’aujourd’hui se feraient les pionniers de l’entité territoriale estuarienne de demain dans laquelle l’ensemble des habitants de cette région pourrait se reconnaître. Pourtant, la frontière de la Seine ne semble pas s’être effacée ou devoir s’effacer même pour ces personnes qui la passent régulièrement. Elle prend simplement un autre sens en s’installant au cœur de leur vie et en découpant différents territoires définis principalement par les usages qu’elles en font.

Deux modes de vie dans une même journée
Madame Nina
C’est quelque chose comme je l’ai dit tout à l’heure, c’est l’impression d’être en week-end, d’être en vacances, d’avoir une coupure ! Dès que l’on a franchi le pont, les paysages sont différents ! C’est vrai que même quand vous prenez le Pont du côté du Havre, vous arrivez en zone industrielle ! C’est une horreur, vous avez de la fumée partout, c’est de la circulation partout ! Quand vous faites le chemin en sens contraire, vous arrivez dans de la verdure : c’est des prés, c’est des vaches… Il y a une coupure qui se fait, c’est moins stressant ! Peut-être qu’on prend plus le temps de vivre aussi ! Peut-être que nous, on a changé aussi notre façon de vivre !

38La frontière ne sépare plus, en effet, des populations rurales et urbaines mais elle continue d’opposer deux régions dont l’une représente la ville et l’industrie et l’autre la campagne et la ruralité. Certes, le Pont marque encore une coupure mais c’est désormais un passage et une séparation entre deux modes de vie dont l’opposition est revendiquée. Alors que la rive-nord renvoie aux activités professionnelles et à la consommation utilitaire, la rive-sud renvoie à une impression de vacances perpétuelles. Le lieu d’habitation et de sa région est celui de la vie en famille, d’une tranquillité appréciable pour le bien-être des enfants, d’une convivialité villageoise chaleureuse et de loisirs campagnards et écologiques. Si la ville du Havre peut-être valorisée pour ses services de santé et ses offres de loisirs sportifs et culturels, elle condense surtout les clichés négatifs de la ville comme la pollution, le stress et l’anonymat. Ces pratiques des deux rives cloisonnent nettement deux univers fonctionnels différents entre lesquels le pont et son temps de passage font figure de sas : d’un côté le cocoon familial, l’espace nature, le système de solidarité de voisinage et de l’autre, le monde du travail, des services économiques et marchands.

LA CO-TERRITORIALITÉ : POINT DE CONVERGENCE DES DIFFÉRENTES APPROCHES

39Comment à la discontinuité spatiale a succédé une forme de discontinuité sociale voyant se superposer une population nouvelle pour qui la mobilité est constitutive de l’appropriation des territoires à une population dont l’appartenance au territoire est première. Une nouvelle forme de territorialité semble ainsi venir en masquer une autre – en l’ignorant ? – sans véritablement l’effacer. La coexistence sur un même espace, loin de signifier la commune appartenance et identification à un territoire peut, au contraire, manifester des modalités différentes de l’identité territoriale transposant ainsi symboliquement le sens de l’ancienne frontière.

40L’intérêt de notre objet d’étude est de condenser dans un temps court faisant suite à l’événement de la mise en place d’une infrastructure monumentale les caractéristiques d’une périurbanisation classique. Dès lors, l’alternative opposant l’hypothèse d’un processus de rattrapage réintroduisant de la continuité et celle de territorialités multiples se pose. Si, d’un côté, un certain équilibre semble pouvoir s’établir entre une périurbanisation de proximité et une périurbanisation médiane, plus distante notamment par l’intégration des chefs-lieux de canton à un marché de l’immobilier de la région urbaine et par l’introduction de modes de vie urbains au cœur des villages, de l’autre, la multi-appartenance territoriale d’ex-citadins ou de néo-ruraux réintroduit une discontinuité selon leur définition de territoires multiples attachés à différentes fonctions. Cela se manifeste de surcroît par le contraste entre une population mobile se réappropriant pleinement les infrastructures de transport pour circuler entre ces territoires délocalisés et une population pour qui un territoire au singulier est le support unique des appartenances professionnelles, familiales et autres.

41Les métaphores de « l’ancrage » et de « l’enracinement » utilisées en économie afin de caractériser la durabilité d’une firme dans un territoire vaut certainement pour l’implantation résidentielle des ménages. Le ménage enraciné est, selon cette image, celui qui tire ses origines du territoire où, lui et souvent ses ascendants familiaux, habitent et travaillent de longue date dans la commune ou à proximité ; le ménage ancré est celui qui s’installe pour une durée limitée, pour faire d’un ancrage, une étape dans un parcours résidentiel ou un cycle de vie.

  • 5 Cela attire l’intérêt vers l’analyse de la nouvelle importance et les nouvelles modalités de la mai (...)

42D’une construction identitaire se centrant sur un lieu et en déployant les métaphores, nous passons à des constructions identitaires retraçant des trajets et des parcours. Comme toute opposition, celle-ci peut paraître trop tranchée, en vouant l’enracinement à l’immobilité et à la non-circulation. Cependant, ces deux images marines et terriennes, signalent des constructions identitaires différentes, parce que marquées par la rupture d’une première mobilité. Qu’est-ce qui a poussé un sociologue comme Park à faire de la mobilité une condition anthropologique fondamentale, si ce n’est la migration de populations quittant leurs villages traditionnels pour rejoindre des quartiers urbains où, certes, des personnes de même origines pourront à nouveau faire communauté, mais aussi une ville où ils sont voués à la mobilité quotidienne et résidentielle ? La différence entre l’ancrage et l’enracinement tient fondamentalement dans le fait que, une fois que l’on a bougé, nos attachements ne peuvent plus se faire selon la modalité de l’enracinement. Au quotidien, l’ancrage que représente la maison est un point de fixation fort autour duquel la circulation multiterritoriale se déploie5, notamment, par rapport au lieu de travail. Dans la durée, l’ancrage est un point de fixation qui s’inscrit dans la durée d’un trajet résidentiel marquant souvent les étapes d’un parcours de vie.

43Un même espace ne donne donc pas nécessairement lieu à un même territoire et ne manifeste pas nécessairement, selon les canons de la morphologie sociale, chère à l’école durkheimienne (Halbwachs, 1950), l’appartenance à une même société ou un même groupe. Différentes modalités de l’habiter et du « pratiquer » peuvent coexister sur cet espace impliquant des définitions différentes des territoires et des constructions identitaires différentes des populations (Tarrius, 2000). Ce que nous avons repéré dans les termes de différentes logiques de mobilité peut ainsi renvoyer à différents modes d’habiter. « On peut dire que les gens habitent différentes mobilités » (Urry, p. 159). Ces différentes définitions peuvent s’opposer et se constituer l’une en miroir de l’autre lorsqu’elles se rencontrent (Elias, 1997) mais elles peuvent aussi coexister si elles ne se croisent pas dans une indifférence relative. C’est ce qui se manifeste, par exemple, par les usages faits de la campagne par les nouveaux venus pouvant s’opposer aux pratiques traditionnelles. Cela se retrouve également dans la participation associative. Cette dernière, souvent mise en avant par les élus et les habitants, comme preuve de leur « intégration », s’avère après analyse, se rapporter principalement à cette nouvelle population qui se retrouve assez vite majoritaire dans les associations qu’elle investit, au point de sembler reconstituer un entre-soi dans lequel la population plus anciennement implantée apparaît marginale. D’une façon plus générale, cette population accède rapidement à une visibilité qui se manifeste dans une mise en scène urbaine de la ruralité et de ses caractéristiques supposées.

  • 6 Il faut rappeler le contexte qui motive ce concept historique. Il s’éloigne du nôtre en ce sens qu’ (...)

44Une forme de socialisation semble ainsi venir se superposer à une autre en la recouvrant au point de produire parfois l’illusion d’une assimilation à celle-ci. De la même façon que Ernst Bloch a inventé le concept de « non-contemporanéité » (Bloch, 1978)6 pour exprimer le fait que « tous ne sont pas présents dans le même temps présent », nous pouvons parler de « co-territorialité » pour exprimer l’idée que la présence sur un même espace (ou sur un même territoire compris selon une acception purement éthologique) peut donner lieu à différentes territorialités. Dans de telles différences, ce ne sont pas simplement des différences d’échelles géographiques ou encore des différences de profondeur d’un sentiment d’appartenance à un lieu ou à un autre qui sont en cause. Plus généralement, il s’agit de différences entre des formes de socialisation qui impliquent des rapports à l’espace, au temps et aux autres et qui impliquent des modalités variées dans la constitution des identités individuelles et collectives.

45Cette co-territorialité peut ainsi s’exprimer dans la coexistence des deux modes de socialité et de socialisation que sont « l’appartenance » et « l’affiliation ». Ceux-ci ont donc une portée générale mais trouvent un écho particulièrement fort en renvoyant à des modalités spécifiques du lien au territoire, si ce n’est à l’identification au territoire. L’appartenance est un mode qui se définit par l’intégration de l’individu à une totalité sociale comprenant des ordres intermédiaires lui préexistant et lui donnant place. La trajectoire des personnes peut, d’une certaine manière, être anticipée par la lecture que peut en offrir la société comprise comme un système de positions. Ce mode à travers lequel le collectif constitue les identités de chacun, en les intégrant, repose sur une articulation des différentes sphères sociales dont la disposition en cercles concentriques offre le modèle le plus adéquat. Pour Simmel, « ces configurations saisissent l’individu, non pas comme individu, mais comme membre d’un cercle, et de l’intégrer en tant que tel dans d’autres cercles » (Simmel, 1999 : 415). L’appartenance au territoire est comme les autres, un lien réciproque qui fait qu’on ne s’approprie un territoire que pour autant qu’on lui appartienne. Dans sa forme idéale, elle devient le support d’autres appartenances, familiales et professionnelles, politiques, religieuses et s’en trouve ainsi renforcée. Le territoire peut ainsi, à différentes échelles et plus généralement, se présenter comme une métonymie particulièrement significative des différentes appartenances et de leur disposition concentrique.

46L’affiliation, au contraire, est un modèle de socialisation circulatoire qui rompt avec un système de positions reposant sur la réciprocité du lien, en faisant de la personne elle-même l’origine de sa propre socialisation. Affranchie des protections traditionnelles, celle-ci doit reconstruire le social autour d’elle et inventer son propre parcours. L’articulation des différentes sphères de socialisation se fait alors au gré d’insertions relativement autonomes les unes par rapport aux autres. Simmel nous offre, en l’opposant au précédent, le modèle d’une configuration des différents cercles sociaux disposés côte à côte et pouvant s’entrecroiser. Outre l’avantage – qui comporte aussi ses coûts – que le développement de l’individualité y trouve, une telle configuration s’ouvre à un nombre infini de combinaisons (Simmel, 1999 : 431). Dans ces conditions, l’affiliation au territoire devient un lien parmi d’autres, pensé sur un mode purement affinitaire et non contraint. S’il se maintient comme support d’autres affiliations, c’est l’usage et le fait que l’on en dispose qui en marque la réappropriation. La mobilité, outre qu’elle porte en elle un certain affranchissement de la condition territoriale, devient le signe d’une appropriation de ce territoire par les usages – certains pourraient dire la consommation – que les personnes y développent à des fins de réalisation de soi.

47La co-territorialité peut donc se comprendre à propos de notre terrain d’étude comme la co-existence de mondes sociaux relativement dépendants parce que se constituant sur des modalités étrangères l’une à l’autre. Parmi celles-ci, la façon dont des groupes font territoire de manière étrangère et relativement indifférente – même si la mesure de cette indifférence n’était pas permise par l’enquête – a pu retenir particulièrement notre attention. Une identification au territoire semble permise dans un cas qui ne l’est pas dans l’autre. Le mode de socialité et de socialisation de l’affiliation manifeste également une « affinité élective » évidente avec la multi-territorialité des personnes. Le territoire dessiné par les trajets des personnes peut se présenter comme la projection de leurs différentes affiliations. Enfin, ce lien par affiliation, qui ne repose plus sur la stabilité de positions préétablies, requière également sur une mise en visibilité plus forte pouvant en garantir l’existence. L’ancrage lié au lieu d’habitation en s’exposant tend alors à masquer les formes traditionnelles d’un attachement au territoire reposant sur l’enracinement et l’appartenance.

CONCLUSION

48C’est la combinatoire de l’analyse spatiale et de l’analyse des discours des habitants qui donne son intérêt à ce travail, et c’est aussi la complémentarité entre des acquis scientifiques généraux portant sur la qualité des lieux, et d’autres portant sur les relations et les rapports sociaux qui nous a permis de faire émerger cette notion de co-territorialité qui serait le pendant pour l’espace de ce qu’est la multi-territorialité pour les individus.

49Cette démarche de recherche a permis également d’aborder d’autres questions. Ainsi l’analyse des usages et pratiques des nouveaux habitants montre qu’ils s’inscrivent dans une temporalité différente des natifs ou des résidents occasionnels du week-end. Un même espace peut donc subir l’empreinte de temporalités différentes. Cette différence, qui mériterait d’être approfondie dans d’autres études, peut apparaître comme une dimension prégnante de la co-territorialité. Non seulement les différentes pratiques de l’espace impliquent des rapports au temps particuliers, mais les trajectoires des personnes, marquées par la mobilité et une transitivité du rapport au territoire, les opposent à des temporalités enracinées. Nous voilà renvoyés à la non-contemporénéité d’Ernst Bloch qui a inspiré notre concept. Au même titre que la notion de co-territorialité, cette attention sur des temporalités différentes remet en cause les utilisations indifférenciées et souvent politiques du concept d’identité territoriale et pose la question de la réintégration de cet espace estuarien dans une communauté de destin. En dernier ressort, ce sont les modalités de gouvernement de ce type de territoire, aux échelles spatiales et temporelles multiples, qui seront conduites à être redéfinies. Premièrement, la complexité des systèmes de référence des acteurs politiques des deux rives est le reflet de la mosaïque sociale qui se construit dans l’estuaire et qui ne correspond pas obligatoirement au clivage entre les deux rives. Face aux enjeux de développement intégré de l’estuaire, qui se sont concrétisés avec la mise en service du pont de Normandie et les grands projets portuaires havrais, la nécessité d’inventer un autre type de coordination entre élus semble admise dans le principe, mais elle demeure encore très laborieuse dans sa mise en œuvre. Mais le problème politique ne se réduit pas à la nécessité d’un nouveau mode de régulation. La réinvention d’un tel type est aussi celle d’une nouvelle façon de faire territoire par l’activité et l’institution politique – la politique et le politique. Le problème qui se pose alors est celui de l’articulation de cette sphère politique avec les autres sphères de l’activité sociale et de sa capacité à mettre en scène la co-existence et la confrontation de populations vivant selon des régimes spatio-temporels, et donc sociaux, différents.

50La mise en perspective de l’impact politique de ces évolutions est aussi liée au caractère transitoire et durable de la situation que nous avons décrite à un moment particulier. Sans en revenir à l’hypothèse de l’intégration d’une nouvelle population à un environnement rural, on peut, à l’inverse, interroger celle d’une péri-urbanisation qui généraliserait, au-delà des populations non natives de la rive sud, des modes de vie urbains ne conservant de la ruralité que l’image folklorique nécessaire au tourisme (important dans la région) et indispensable à l’idéologie valorisante d’une vie urbaine « à la campagne ». De nouvelles dynamiques de recompositions hybrides sont peut-être à l’œuvre pour réinventer une ruralité qui n’obéisse pas de part en part à une logique péri-urbaine. De ce point de vue, comme des autres, ce ne sera certainement pas tant la norme de l’intégration qui fera sens pour le vivre-ensemble des personnes et des groupes que celle d’une pluralité communément reconnue comme richesse.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Abramo P., Marché et ordre urbain : du chaos à la théorie de la localisation résidentielle, Paris, L’Harmattan, coll. « Villes et Entreprises », 1997.

Alonso W., Location and land use, Cambridge-MA, Harvard University Press, 1964.

Augé M., Non-Lieux, introduction à une anthropologie de la surmodernité, Paris, Le Seuil, 1992.

Bloch E., Héritage de ce temps, Paris, Payot, coll. « Critique de la politique », 1978.

Brocard M., Lévêque L., Atlas de l’estuaire de la Seine, Presses universitaires du Havre et de Rouen, 1996.

Derycke P.-H. (dir.), Espace et dynamiques territoriales, Paris, Economica, 1992.

Elias N., Logiques de l’exclusion, Fayard, 1997.

Guérin-Pace F. et Filippova E. (dir.), Ces lieux qui nous habitent. Identité des territoires, territoires des identités, La Tour d’Aigues, INED-L’Aube, 2008.

Halbwachs M., La mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1997 (1950).

Lévêque L., Pasquier S., Brocard M., Pierre-Marie E., « Ils sont partis de l’autre coté de l’eau », Mobilités résidentielles, représentations des territoires et des sociétés locales dans l’estuaire de la Seine, Rapport de recherche pour le compte du Pôle universitaire normand. CIRTAI, Université du Havre, LASAR, Université de Caen, 2008.

Pasquier S., « Appartenance et affiliation », Dorna A. et Georget P. (dir.), La démocratie peut-elle survivre au XXIe siècle ?, Éditions In Press, 2004.

Pasquier S., « Les associations ou l’expression politique d’une sociabilité urbaine », Revue du M.A.U.S.S., n° 11, 1998, p. 250-262.

Pasquier S., « De la communauté au territoire et du territoire à la communauté », Revue MANA, n° 16, Qu’est-ce qu’une communauté ?, Pasquier S. (dir.), L’Harmattan, 2009.

Simmel G., Sociologie. Essai sur les formes de la socialisation, Paris, PUF, 1999.

Tarrius A., Les nouveaux cosmopolitismes, mobilités, identités, territoires, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Essai », 2000.

Ricœur P., Soi-même comme un autre, Paris, Le Seuil, 1990.

Schnapper D., Qu’est-ce que l’intégration ?, Paris, Éditions Gallimard, 2007.

Urry J., Sociologie des mobilités. Une nouvelle frontière pour la sociologie ?, Paris, Armand Colin, 2005.

Notes

1 Le titre de l’ouvrage collectif, Ces lieux qui nous habitent. Identité des territoires et territoires des individus (Guérin-Pace et Filippova, dir., 2008) illustre ce chiasme et l’ouvrage montre comment cette permanence se perpétue dans de nouvelles approches.

2 Le concept de territoire fait écho au processus d’appropriation collective d’un espace par un groupe social (définition géographique).

3 Cet article reprend les grandes lignes d’un travail de recherche réalisé en réponse à un appel à projet du Pôle universitaire normand lancé en 2006 qui posait comme conditions de réunir des chercheurs de différentes disciplines et appartenant à plusieurs établissements constituant le pôle (Brocard, Lévêque, Pasquier, Pierre-Marie, 2008). Il réunit ainsi deux sociologues, une géographe et un aménageur. Cette recherche s’inscrit dans une double filiation ; celle des travaux sur les impacts territoriaux du pont de Normandie initiés dès 1996 par l’équipe du CIRTAI au Havre (Lévêque, Brocard, 1996) et celle des travaux sur la sociologie de la vie quotidienne et sur le voisinage menés par S. Pasquier au sein du LASAR à Caen.
Le rapport de recherche est téléchargeable : [http://www.cirtai.org/IMG/pdf/Mobilites_estuaire_de_la_Seine-2.pdf].

4 Nous avons construit un modèle de type gravitaire visant à représenter les mobilités résidentielles au départ de l’agglomération havraise vers les communes de l’estuaire, en fonction de l’offre nouvelle liée à la construction de logements et de la distance-temps de trajet au pôle d’emploi havrais. Le modèle est calibré à partir des flux de déménagements enregistrés à la régie des eaux de l’agglomération. Il met en évidence un potentiel d’attraction des communes de la rive sud bien supérieur à celui des communes situées au nord de l’agglomération havraise. Pour plus de développement voir : Brocard, Lévêque, Pasquier, Pierre-Marie, 2008.

5 Cela attire l’intérêt vers l’analyse de la nouvelle importance et les nouvelles modalités de la maison dans l’habiter. Nous ne pouvons faire mieux sur ce point que de renvoyer à la littérature et à Sorman Joy, Gros œuvre, Gallimard NRF, 2009.

6 Il faut rappeler le contexte qui motive ce concept historique. Il s’éloigne du nôtre en ce sens qu’il s’efforce de comprendre d’un point de vue marxiste les contradictions à l’œuvre dans l’Allemagne des années 1920 faisant le terreau du fascisme. Face au développement du capitalisme un certain nombre de catégories sociales ne pouvant s’inscrire dans sa temporalité peut se constituer comme forces de réaction. Il ne s’en rapproche que par l’attention particulière portée par E. Bloch à la paysannerie dans ce contexte. L’interprétation politique d’un tel rapprochement ne relève pas non plus de notre propos.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Origine géographique des acquéreurs de maisons dans les cantons de la rive sud de l’estuaire
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34423/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 1 : Évolution de la part des logements construits par des ménages originaires de l’arrondissement du Havre dans les cantons de la rive sud de l’estuaire 1995-2006
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34423/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Figure 2 : Le prix des terrains dans les cantons de l’estuaire en 2006
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34423/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 155k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540