Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Se déplacer pour se situer

 | 
Sandrine Depeau
, 
Thierry Ramadier

Chapitre 6. Attachement et émancipation

Les formes identitaires comme ressources de la mobilité des précaires flexibles

Yves Jouffe

Texte intégral

QUELLES RESSOURCES EXPLIQUENT LA PARADOXALE MOBILITÉ DES PRÉCAIRES FLEXIBLES ?

1Dans les lointaines périphéries de Paris, des agences d’intérim spécialisées mettent des travailleurs, souvent immigrés, parfois illettrés, à disposition de cantines d’entreprises ou d’écoles. Ces employeurs occasionnels sont dispersés dans la région et renverront les intérimaires au bout de quelques jours ou de quelques heures. Ces travailleurs incarnent ainsi à la fois le comble de la précarité professionnelle et de la flexibilité géographique. Double paroxysme paradoxal au sens où l’absence de moyens et de compétences nécessaires au déplacement n’empêche finalement pas une mobilité quotidienne hors-normes, la « mobilité quotidienne » étant définie comme l’ensemble des pratiques spatiales réalisées dans le cadre de la vie quotidienne, structurée par le retour quotidien à un lieu permanent de résidence dans le cas de la population étudiée.

2Les trente personnes rencontrées en 2005, essentiellement à Villepinte et à Saint-Quentin-en-Yvelines, sont toutes économiquement précaires et spatialement flexibles, selon des intensités variables. Quand tant d’autres vivent leur précarité économique comme des « insulaires » (Le Breton, 2005), enfermés sur une île de l’archipel que sont devenus les territoires fragmentés des métropoles, la question est alors de découvrir le secret de la mobilité de ces « précaires flexibles ». « Précaire » renvoie à une combinaison de pauvreté de ressources et d’instabilité de revenus, précarité en particulier liée à l’emploi puisque les personnes rencontrées sont des intérimaires peu qualifiés dont les salaires sont effectivement très bas et les contrats très courts, mais également liée au logement et à la maîtrise du français pour les nombreux immigrés de cette population. « Flexible » qualifie la mobilité quotidienne en termes d’étendue, de diversité et de complexité ; flexibilité surtout générée par les missions d’intérim qui imposent des déplacements effectivement souvent longs, dispersés et variables.

3Ni les ressources cognitives telles que savoir déchiffrer un plan, ni les ressources matérielles de la mobilité comme la voiture n’expliquent pourquoi certains sont plus mobiles que d’autres parmi ces précaires flexibles. En particulier, les automobilistes ne sont globalement ni plus, ni moins mobiles que les usagers du bus et du train. La question qui surgit alors est de savoir si d’autres types de ressources expliquent cette différence, en l’occurrence des ressources d’ordre symbolique, et plus particulièrement d’ordre identitaire. Autrement dit, il s’agit de savoir si, dans le cas de travailleurs précaires flexibles, l’identité peut favoriser tel ou tel type de mobilité quotidienne, « identité » signifiant alors auto-compréhension de soi.

EXPLIQUER LES TYPES DE MOBILITÉ QUOTIDIENNE

4Dans cette étude des intérimaires franciliens, les types de mobilité quotidienne auxquels il vient d’être fait référence correspondent essentiellement à deux modalités : très flexible et peu flexible, c’est-à-dire soit des déplacements fréquents vers de nombreuses entreprises distribuées sur un vaste territoire qui peut couvrir l’ensemble de l’Île-de-France, soit des déplacements réguliers mais moins fréquents vers un plus petit nombre d’entreprises situées plus près de l’agence d’intérim d’où partent les intérimaires. Cette disjonction propre à la population des précaires flexibles, et plus encore à l’échantillon étudié, laisse de côté diverses configurations de mobilité qui vont des « insulaires » qui sortent peu d’un territoire limité aux cadres globalisés qui voyagent d’aéroports en centres d’affaires.

5Parmi les études qui questionnent des différentiels de mobilité, on peut relever la mise en avant des effets de revenus et de position socio-professionnelle (Wenglenski, 2006) et des effets d’accessibilité liée à l’aménagement du territoire, révélés par la comparaison entre « dépendance automobile » londonienne et « dépendance locale » parisienne (Coutard, Dupuy, Fol, 2002).

6La catégorisation en termes de « classes mobiles » reprend le concept marxiste de classe sociale pour proposer une stratification sociale fondée sur la maîtrise de sa mobilité et de sa localisation résidentielle (et donc de la mobilité des autres) (Ollivro, 2005). Cette maîtrise s’appuie principalement sur l’argent mais aussi sur le temps disponible et les capacités physiques de déplacement, ce qui permet d’intégrer à l’échelle sociale des professions d’autres hiérarchies comme celles liées aux âges de la vie. La double opposition mobilité/fixité choisie/subie pose problème car elle mêle la maîtrise des mobilités quotidiennes et de la localisation résidentielle (essentiellement liée au capital économique, c’est-à-dire à la classe sociale) et le fait de privilégier l’une sur l’autre (en fonction des ressources et de préférences socialement déterminées). Si les situations de ceux qui maîtrisent tout et de ceux qui ne maîtrisent rien sont bien identifiables, il est difficile d’associer clairement les catégories sociales rassemblées par Ollivro dans les deux catégories mixtes avec leur intitulé de « classe mobile ». En l’occurrence, la classe des « mobilité choisie et fixité subie » paraît davantage choisir sa fixité que la classe moins aisée des « mobilité subie et fixité choisie ». Il s’agit donc plutôt, respectivement, d’une classe « investissement dans la mobilité » pour améliorer la localisation résidentielle et étendre l’inscription socio-spatiale, contre une classe « modération de la mobilité » pour valoriser une inscription socio-spatiale limitée. En ce sens, cette opposition renvoie au cas des précaires flexibles parisiens qui optent pour une mobilité quotidienne soit intense, soit limitée, mais cette différence est alors orthogonale aux ressources socio-économiques, ce qui la déconnecte de la logique de classe sociale incluse dans la classe mobile. Ces personnes précaires se situeraient alors globalement dans la même classe sociale inférieure mais avec un effort soutenu pour s’intégrer soit dans la classe mobile « investissement dans la mobilité » soit dans la classe « modération de la mobilité », bien que celles-ci soient plutôt associées à des catégories sociales plus aisées.

7À l’opposé des facteurs géographiques, sociaux et professionnels apparaissent des effets davantage liés à la spécificité des désirs de l’individu, ce qui rapproche des interrogations sur le rôle de l’identité. Les caractérisations géographiques des modes d’habiter lient plutôt le mode de transport et l’échelle du territoire de vie quotidienne, au rapport affectif à ce territoire et en particulier à la résidence (Mathieu et al., 2004). Cette focalisation sur l’affect et les préférences individuelles, qui pourrait se formuler comme une analyse de l’identité, trouve son pendant en termes de rapport à la mobilité dans le concept de « styles de mobilité » mais cette approche ambitieuse peine néanmoins à trouver une base empirique (Scheiner, Kasper, 2003).

8D’autres approches se penchent davantage sur les projets de vie, qui peuvent se comprendre comme une articulation particulière des contraintes socio-spatiales et des irréductibles préférences individuelles. Ainsi l’analyse de la mobilité quotidienne de banlieusards de la ville de Québec (Ramadier, 2002) met en avant deux façons d’utiliser et penser la ville, centrée sur le quartier ou bien englobant le centre-ville et l’ensemble de la structure urbaine, ce qui suggère l’incidence sur les pratiques spatiales des projets d’insertion sociale essentiellement liés aux différences générationnelles. De manière similaire, ce sont les phases du cycle de vie et les successifs projets des ménages de la région rennaise qui orientent principalement leurs mobilités quotidiennes et résidentielles plus ou moins intenses, lesquelles renvoient à des inscriptions plus ou moins fortes dans le tissu social local (Le Breton, 2004).

9L’étude des travailleurs précaires flexibles de la région parisienne conclut à l’insuffisance des facteurs socio-spatiaux pour expliquer leur mobilité quotidienne et renvoie, comme dans les deux derniers travaux cités, à la même importance des projets de vie essentiellement d’ordre professionnel et familial, ce qui porte ici l’interrogation sur le rôle que joue l’identité dans cette articulation entre effets structurels et particularité individuelle. Cette question peut se formuler comme le rôle de l’identité face aux effets de classe mobile : l’appartenance à une classe mobile dépend-elle des ressources matérielles, sociales et cognitives liée à la position sociale ou d’une identité déconnectée de ces dernières ? La réponse passe par une caractérisation des effets de l’identité qui suppose une conceptualisation opératoire de cette notion.

LA FORME IDENTITAIRE COMME TENSION ENTRE RÔLES

Les marques éparses du processus identitaire

10La définition de l’identité comme une auto-compréhension ne suffit pas à établir les modalités méthodologiques de sa caractérisation. En particulier, les entretiens réalisés ne se sont pas focalisés sur la révélation d’une telle auto-compréhension mais des éléments épars apparus au cours des discussions doivent être mobilisés dans ce but. Ces éléments concernent la mobilité quotidienne elle-même, à savoir les modalités du déplacement et la gestion spatio-temporelle des activités, ou bien des domaines annexes, à savoir certaines dimensions des projets professionnels, familiaux et résidentiels. Celles-ci seront également prises en compte car elles ont partie liée à la mobilité (que ces projets supposent et qui les permet) et sont susceptibles de permettre des généralisations à la population des précaires flexibles dans la mesure où elles ont permis l’identification de types idéaux au niveau de l’échantillon.

11Par ailleurs, les éléments qui révèlent l’auto-compréhension de l’individu portent sur des auto-identifications plus ou moins explicites mais aussi sur des jugements. D’une part, les auto-identifications correspondent à l’énoncé d’une caractéristique de soi, catégorielle (« je suis libre ») ou relationnelle (« je suis l’ambassadeur de l’entreprise »), mais qui renvoie toujours à certaines situations d’interaction avec autrui. D’autre part, les jugements révèlent des manières de se situer vis-à-vis de prescriptions de diverses natures. Le lexique du rôle permet d’exprimer ces deux cas, dans la mesure où il se définit comme un ensemble de prescriptions comportementales, fussent-elles informelles, liées à une certaine position dans la société, c’est-à-dire par rapport à un rôle complémentaire qui lui donne sens (Turner, 2005). L’identité ici reconstituée se fonde dès lors sur les diverses identifications discursives par l’individu de ses rôles.

L’auto-compréhension et la mobilité quotidienne

12Avant de détailler la nature de ces rôles, des précisions conceptuelles sont nécessaires en s’appuyant pour cela sur la clarification terminologique du concept d’identité par Brubacker (2001) qui propose de distinguer l’auto-identification dynamique, l’auto-compréhension statique et subjective et les spécifications groupales et objectivantes de cette dernière. L’identité dont il s’agit dans cette étude est une auto-compréhension, qui permet essentiellement de comprendre les raisons d’agir non instrumentales. Elle doit être articulée avec l’auto-identification comme activité discursive qui la révèle, et avec l’auto-identification comme processus de socialisation qui la transforme. Ainsi, les éléments discursifs révèlent une auto-compréhension qui, dans un processus identitaire, subit l’influence d’éléments structurels et contingents. Par exemple, l’identité analysée ici est susceptible de se modifier en fonction des rôles liés à la mobilité quotidienne.

13D’autre part, l’auto-compréhension constitue le produit contingent et variable d’une socialisation qui se poursuit tout au long de la vie (Dubar, 1991), produit complexe dans la mesure où les instances de socialisation sont elles-mêmes diverses et potentiellement contradictoires. La caractérisation constructiviste d’une telle identité évite son utilisation essentialiste mais doit être modérée afin de garder une certaine utilité analytique. Le terme d’identité suggère en effet une permanence que contredit l’affirmation de sa variabilité. À défaut de permanence, elle désigne ici une inertie de l’auto-compréhension, une résistance aux variations, qui fait qu’elle a une influence sur l’action. Par exemple, cette notion d’identité peut influer, directement et indirectement, sur la mobilité quotidienne.

14Cette inertie s’inclut dans celle de la représentation du monde et de soi, qui s’avère nécessaire afin de structurer et rendre opérationnel le cadre de l’action individuelle, notamment afin de fonder le sens intime et la justification externe de l’action, à la manière des « investissements de forme » proposés par Thévenot à partir de l’économie des conventions. Précisément, la notion de forme apparaît pertinente pour désigner l’auto-compréhension ainsi caractérisée. D’une part, elle s’oppose à la notion d’essence de par sa dimension plastique : une forme se déforme, se reforme, se conforme à d’autres formes. D’autre part, dans la mesure où elle n’est pas complètement floue, elle est reconnaissable et peut constituer par là-même un cadre de référence pour l’action.

L’auto-compréhension comme forme identitaire

15D’où la pertinence du concept de « forme identitaire » proposé par Dubar, qui est de surcroît compatible avec la méthode de reconstitution à partir d’éléments discursifs épars qui forment un système de signification. Dubar (1998, p. 11) nomme par ce terme l’ensemble des significations qui forment un système dans le discours : « Pour penser la relation entre les identités collective et individuelle, les récits biographiques (les trajets de vie, les pratiques, les avenirs) recueillis dans un contexte de confiance permettent au chercheur de reconstituer les systèmes de signification, dont les plus typiques ou les plus éclairants, de les condenser et les comparer, enfin de les articuler avec les catégories des appartenances collectives. […] Les “formes identitaires”, contextuelles, multiples, changeantes, désignent ces “systèmes de significations” typiques qui structurent les récits biographiques et permettent de schématiser les configurations relationnelles. »

16La nécessaire incidence d’autrui doit être soulignée, en particulier, comme réserve méthodologique, dans le contexte supposé « de confiance » des entretiens ici réalisés, à l’abri des yeux et des oreilles des employés des agences d’intérim mais néanmoins dans leurs salles d’attente. Le processus de transformation de la forme identitaire a en effet deux composantes principales qui renvoient respectivement à l’identification à ou avec autrui et à l’individuation (Sciolla, 2005) : la forme identitaire intègre les « catégories des appartenances collectives » dans la transaction relationnelle de l’identité « pour-autrui », l’autre partie du double processus identitaire étant la transaction biographique de l’identité « pour-soi » (Dubar, 1998, p. 12). La forme identitaire ne constitue a priori pas une catégorie pour l’individu qui peut ne pas la voir dans sa globalité mais seulement ses parties, même si elle reçoit une dénomination scientifique, et même si elle contient des catégories personnelles, collectives ou institutionnelles (y compris scientifiques).

17De plus, le lien entre formes identitaires et « schématisation des configurations relationnelles » appelle à reformuler l’auto-compréhension en termes de rôles. Pour cela, la double division en identités pour-soi et pour-autrui et en transactions biographique et relationnelle peut être utilement complétée par une troisième : celle entre le « je » de l’action immédiate et les « moi » stabilisés liés à des rôles particuliers imposés par autrui, qui fondent le « soi » unitaire de l’identité selon la conceptualisation classique de Mead (Sciolla, 2005). Le « je » pourrait dès lors trouver une place dans les rôles influençant le processus identitaire.

La forme identitaire comme tensions entre rôles, temps et situations

18La forme identitaire proposée ici se caractérise finalement par une triple tension entre rôles, temps et situations, qui la rend complexe, variable et multiple.

19Elle est premièrement complexe à cause de la transaction relationnelle qui met en tension quatre types de rôles subjectivement perçus : le rôle intériorisé (en soi par la socialisation), le rôle imposé (par autrui), le rôle exposé (à autrui), le rôle rationalisé (pour soi au travers des diverses rationalités). Les rôles intériorisé et imposé déterminent le « moi » et les rôles exposé et rationalisé correspondent au « je », tandis que les rôles intériorisé et rationalisé constituent l’identité « pour-soi » quand les rôles imposé et exposé forment l’identité « pour-autrui ». Deuxièmement la forme identitaire est variable au travers du temps long de la transaction biographique qui gère la tension entre les auto-compréhensions passée et présente voire future, au sein d’une histoire de vie. Troisièmement, elle est multiple au travers du temps court de la transaction biographique qui gère aussi la tension entre les diverses situations où des rôles distincts activent le processus identitaire.

20Les éléments discursifs qui révéleront la forme identitaire peuvent alors correspondre aux différents rôles des différents temps et situations. Il faut souligner que tous ces éléments n’ont pas le même poids mais qu’il est difficile d’évaluer ce dernier a priori.

La désinvolture et la prévenance

21Le cadre d’analyse de l’identité comme forme identitaire révèle la position sociale de l’individu à travers son interaction avec autrui ainsi que ses éventuelles stratégies identitaires, définies comme les stratégies visant à réduire les diverses tensions identifiées. L’enjeu interne de ces stratégies est la cohérence de la forme identitaire afin d’obtenir un cadre d’action efficace et apaisant. L’enjeu externe est son intégrité vis-à-vis des influences externes afin de permettre le processus d’individuation. Deux stratégies identitaires particulières sont observées dans cette étude : la désinvolture et la prévenance.

22La désinvolture correspond à une protection de l’intégrité identitaire malgré la tension entre un rôle imposé et les autres rôles. Elle passe par la double défense d’un rôle contraire : non seulement le revendiquer comme un rôle intériorisé (dire qu’il est normal pour soi de faire le contraire) mais l’exposer dans les actes (faire le contraire) ou le discours (dire qu’il faut faire le contraire). Lorsque s’y rajoute la rationalisation de la supériorité du rôle contraire (justifier objectivement qu’il faut faire le contraire), la désinvolture devient argumentée. Le prix de cette stratégie est le maintien de la tension entre rôles, jusqu’à changement de stratégie ou transformation par autrui du rôle imposé.

23La prévenance correspond à une annulation des tensions, en adaptant au rôle imposé les autres rôles : non seulement exposer un rôle identique, mais le revendiquer comme approprié, normal pour soi. Lorsqu’en plus, il est défendu rationnellement, il s’agit d’une prévenance argumentée. Cette stratégie peut provoquer des tensions identitaires si ce rôle entre en conflit avec une auto-compréhension passée ou avec un rôle antinomique dans une situation parallèle, et elle peut occulter un intérêt objectif à ne pas jouer ce rôle.

24Ces deux stratégies produisent des parties de formes identitaires qui peuvent être qualifiées de la même manière et qui rentrent dans la composition des deux formes identitaires qui seront mises en évidence dans ce travail.

L’émancipation et l’attachement

25L’émancipation et l’attachement constituent les dénominations synthétiques de deux systèmes de significations, c’est-à-dire que les éléments significatifs répartis dans plusieurs domaines ont en commun ces notions. Elles caractérisent à la fois les pratiques observées et les formes identitaires auxquelles les situations relatives à ces pratiques sont associées dans les discours des précaires flexibles.

26L’émancipation désigne l’affranchissement vis-à-vis d’une autorité, ce qui renvoie à sa définition étymologique selon laquelle l’esclave acquiert sa liberté vis-à-vis de celui qui l’a acheté. Deux notions s’y mêlent : l’indépendance vis-à-vis des ressources externes (ne plus avoir besoin de son maître) et l’autonomie vis-à-vis des rôles imposés (ne plus devoir se comporter comme un esclave). Ces deux notions désignent respectivement les pratiques et les formes identitaires, mais elles seront nommées de la même manière, étant donné leur lien systémique, l’indépendance permettant l’autonomie. En particulier, l’autonomie vis-à-vis d’un rôle imposé peut s’exprimer dans le rôle intériorisé et dans le rôle exposé, et donner lieu à la désinvolture, qui participe donc de cette forme identitaire.

27L’attachement désigne le processus inverse de renforcement de la dépendance, qui provoque ou suppose la perte d’autonomie. Il se formule de manière positive comme le rapprochement des ressources offertes par les différentes tutelles et la stabilisation des relations avec ces dernières. La prévenance comme modalité de stabilisation fait donc partie de la forme identitaire de l’attachement.

HYPOTHÈSE

28L’hypothèse ici éprouvée est que l’identité oriente la forme de la mobilité des travailleurs précaires flexibles. En ce sens, elle pourrait alors être qualifiée de ressource symbolique de la mobilité quotidienne, ressource discrète et négligée qui expliquerait le caractère paradoxal de la mobilité des précaires flexibles. En conséquence, ce travail vise à : premièrement, qualifier l’identité de chaque groupe, très ou peu mobile, de travailleurs précaires flexibles, l’identité étant comprise comme la reconstitution scientifique de la forme identitaire, en l’occurrence des formes identitaires de l’émancipation et de l’attachement, à partir des divers éléments discursifs qui identifient les rôles en tension ; deuxièmement, identifier l’incidence de la mobilité quotidienne sur l’identité ; troisièmement, identifier l’incidence de l’identité sur la mobilité quotidienne.

MÉTHODE DE CARACTÉRISATION DES FORMES IDENTITAIRES DES PRÉCAIRES FLEXIBLES

Précarité et flexibilité des précaires flexibles

29Le profil des travailleurs précaires flexibles décrit plus haut correspond à vingt-cinq personnes rencontrées dans deux agences d’intérim, situées à Villepinte et à Saint-Quentin-en-Yvelines, respectivement au nord-est et au sud-ouest de Paris, à environ 50 minutes en train de la capitale. Cinq autres personnes particulièrement flexibles de diverses structures d’insertion franciliennes complètent l’échantillon qui s’avère très varié comme le montre le tableau suivant.

Tableau 1 : Répartition et description de l’échantillon

Ancienneté de résidence :

6 autochtones, personnes nées en France voire où elles vivent,
18 immigrés anciens (en France depuis plus de 5 ans),
6 immigrants récents (en France depuis moins de 5 ans)

Pays d’origine :

6 autochtones, 15 d’Afrique Noire, 4 du Maghreb, 5 d’ailleurs

Genre :

21 hommes, 9 femmes

Cycle de vie :

15 célibataires de moins de 35 ans, 15 parents seuls ou en couple de plus de 35 ans

Qualification :

9 avec qualification, 14 à la qualification indéterminée, 7 en difficulté avec le français

30Les entretiens semi-ouverts, de 30 minutes à 3 heures, ont visé les modalités, conditions et motivations de la mobilité quotidienne. Celle-ci se réfère tant à la somme des déplacements et à l’organisation des activités quotidiennes reliées par ces déplacements, qu’à l’ensemble des gestes et intentions qui forment la substance du déplacement et de sa préparation. La compréhension des conditions et motivations de la mobilité a amené à interroger par ailleurs les stratégies et projets de long terme qui conditionnent la mobilité quotidienne, et en particulier les éventuels projets professionnels, résidentiels et familiaux, ainsi que la volonté d’obtenir une automobile.

31Les entretiens ont également permis de qualifier le degré de précarité et de flexibilité des personnes rencontrées. Toutes répondent aux qualificatifs de précaires flexibles mais cette catégorie a été différenciée car elle recouvre des situations très hétérogènes, du jeune cuisinier qualifié qui dispose de sa voiture et peut donc négocier avec ses employeurs, à l’ancien ouvrier du bâtiment contraint par sa jambe handicapée d’attendre la retraite en lavant les casseroles qu’on lui accorde.

32« Précaire » signifie pauvre et instable, concepts segmentés en pauvreté des revenus, pauvreté des ressources de protection, et sources d’instabilité. Ensuite chacune de ces trois catégories a été évaluée par un cumul d’indicateurs qualitatifs, dont les plus significatifs sont la durée et la fréquence des contrats d’emploi, puis la disposition d’un logement stable ou d’une voiture, un soutien parental ou familial, une qualification, le soutien d’un conjoint actif, des enfants à charge.

33« Flexible » renvoie ici à une caractéristique de la mobilité quotidienne effectivement réalisée. Là aussi, une décomposition conceptuelle a abouti à trois catégories opérationnelles : l’étendue spatio-temporelle des déplacements, leur diversité et leur complexité. Celles-ci ont été évaluées par une série d’indicateurs qualitatifs qui s’avèrent largement corrélés et dont les plus déterminants sont la plus grande distance entre domicile et lieu de travail (de 8 à 300 km), et le nombre de lieux de travail traversés (de 3 à 34).

34Afin de situer l’échantillon pour généraliser à bon escient les résultats, il est opportun de noter la grande instabilité professionnelle de ces travailleurs, intérimaires comme 2% des salariés français (Insee Première n° 1206, août 2008), souvent engagés pour quelques heures. D’autre part, leur combinaison d’un salaire minimum et d’un temps de travail très partiel est typique des travailleurs pauvres (Gollain, Leroi, 2001). À cela s’ajoutent des conditions de travail parmi les plus difficiles comme le révèle le « turn-over », beaucoup plus élevé dans l’hôtellerie-restauration que dans les autres secteurs (Insee Première n° 921, septembre 2003). Par ailleurs, la moitié des personnes rencontrées habitent à plus 28 km de leurs lieux de travail, quand la moitié des travailleurs de la grande couronne parisienne vivent seulement à plus de 21 km, contexte urbain où les temps de déplacement domicile-travail sont pourtant les plus longs (Insee Première n° 1129, mars 2007). Malgré sa diversité, l’échantillon apparaît donc largement précaire et flexible.

Pratiques différenciées et ressources en question

35Sans prétendre être universel (Jouffe, Campos, 2009), le couple émancipation-attachement permet une caractérisation duale des pratiques de l’échantillon de travailleurs précaires et flexibles.

36En l’occurrence, les travailleurs les plus mobiles de l’échantillon font montre de pratiques qui peuvent être associées à l’émancipation dans ses diverses dimensions, tandis que les pratiques des moins mobiles seraient traduites par l’attachement. Les plus mobiles sont indépendants du territoire grâce à leur capacité de déplacement, avec des outils nomades qu’ils emportent, au lieu de devoir connaître le territoire ou solliciter ses habitants comme les moins mobiles, et en combinant voiture et transports collectifs à la différence des moins mobiles. Ils se déplacent ainsi davantage et plus loin. Ils deviennent alors plus indépendants des entreprises locales et le démontrent par des refus de missions assumés. Ils ne vivent plus chez leurs parents ou des amis alors que les moins mobiles dépendent de ces derniers qui les hébergent.

37Pour comprendre ce qui distingue ces deux groupes, les différentes ressources ont été analysées, en particulier les ressources matérielles et cognitives, considérées comme déterminantes dans la plupart des travaux sur la mobilité quotidienne des précaires. Mais ces ressources ne s’avèrent pas discriminantes à l’échelle de l’échantillon d’étude. Un autre élément semble faire la différence entre les plus mobiles et les moins mobiles : le sens que donnent les personnes à leur mobilité quotidienne. On continue à parler de ressources, en l’occurrence de ressources symboliques, en considérant que le sens donné à la mobilité constitue un élément aussi nécessaire aux déplacements que le véhicule ou la compréhension de la signalisation routière. Ainsi s’opère un transfert épistémologique depuis la compréhension du sens vers le domaine de l’explication de l’action. Il s’agit concrètement de caractériser les formes identitaires avant d’estimer l’incidence de la mobilité sur elles puis leur incidence sur la mobilité.

LES DEUX FORMES IDENTITAIRES

38Les personnes les plus flexibles, c’est-à-dire les plus mobiles, de l’échantillon révèlent les éléments d’une forme identitaire caractérisée par la notion d’émancipation, tandis que les moins mobiles témoignent d’une forme identitaire associée à la notion d’attachement. Ces formes s’expriment dans trois domaines : la régulation des contraintes horaires qui pèsent sur les déplacements, la modalité de l’orientation pendant le déplacement, et l’arbitrage entre projets professionnels et familiaux.

Désinvolture contre prévenance

39L’émancipation des travailleurs évalués comme étant les plus flexibles apparaît essentiellement dans le libre-arbitre qu’ils affichent vis-à-vis des injonctions de leurs chefs, dans les cantines comme dans les agences d’intérim. Pour Marwan, Auguste et Mustapha, malgré la pénurie d’emplois qui leur fait accepter des conditions de travail dégradantes, la revendication de leur « liberté » renvoie bien à la désinvolture déterminante de la posture émancipatrice. Immigrés d’Afrique Noire, non qualifiés voire illettrés, âgés de 20 à 35 ans et chefs de famille, ils comptent parmi les très précaires (en particulier à cause de périodes chômées longues et à répétition) et les plus flexibles (leurs courtes missions d’intérim les emmenant dans des lieux de travail nombreux et distants). Ils dénoncent l’attente souvent inutile qui leur est imposée tous les matins dans l’agence d’intérim, alors que d’autres intérimaires, qualifiés, n’ont pas à se déplacer et reçoivent leurs missions par téléphone. Ils se plaignent surtout de ne se voir proposer que peu de missions. Pourtant, ils réaffirment qu’ils demeurent libres de refuser ou de quitter les quelques missions qui leur sont proposées, comme de ne pas venir attendre à l’agence dès son ouverture à 7 h le matin.

Auguste : – Ce que tu veux prendre tu prends, tout ce que tu veux prendre tu prends.
Marwan : – Ah ouais, c’est libre, même si tu veux venir à midi, tu viens. […] Et puis j’avoue, quand on commence le mois, par exemple le mois de juillet, que le gérant te dit : tu restes avec moi jusqu’à la fin… si ça me plaît pas je reste pas hein. Tu finis la journée tu lui dis non. Tu es libre.

40Ils exposent un rôle de travailleur libre, essentiellement dans ce discours prononcé en direction du sociologue, mais également dans les faits de rébellion qu’ils revendiquent et que leur agence leur reproche. Ils revendiquent implicitement ce rôle comme intériorisé. L’usage du tutoiement pourrait même s’interpréter comme une tentative de généraliser le rôle intériorisé afin de concurrencer le rôle imposé par les employeurs, à savoir une adaptabilité voire une servilité, par un rôle imposé par l’ensemble des employés « libres ». Cette affirmation de liberté contre la réalité de leur dépendance économique peut s’interpréter comme un effort identitaire dans le cadre d’une résistance à la domination et l’exploitation. En effet, au-delà du simple effort de cette affirmation à l’enquêteur, ils signalent un effort sur les lieux de travail que Mustapha énonce comme une quête de « respect ». L’affirmation de leur liberté absolue constituerait alors le pendant identitaire d’une lutte symbolique qui se concrétise parfois en résistance pratique au travers du refus de travailler.

41La situation des travailleurs les moins mobiles, a contrario, révèle une forme identitaire caractérisée par l’attachement et la prévenance qui met d’autant plus en évidence l’émancipation et la désinvolture des plus mobiles. Le cas de Hubert est exemplaire à ce titre. Mise à part sa mobilité moins flexible, il regroupe les mêmes attributs que ceux associés plus haut aux trois intérimaires. Pourtant, il fait montre d’une prévenance marquée qui se traduit par la revendication du rôle attaché à la fonction officielle proposée par son agence d’intérim, à savoir celle d’ambassadeur, responsable de l’image de l’entreprise de travail temporaire, valorisé en tant que tel et considéré comme un partenaire à part entière. Cette identité est associée à la défense des règles professionnelles comme la ponctualité et l’acceptation supposément inconditionnelle des missions proposées.

Hubert : – En ce qui concerne la notion d’heure, vraiment, j’arrivais toujours à temps, j’arrivais toujours à temps, et c’est quelque chose qui est dans ma tête, je me dis que le travail c’est quelque chose qui est précieux, et il faut – pour donner une bonne image de toi-même, l’ambassadeur – parce que nous on était les ambassadeurs de, de ETTX [l’entreprise de travail temporaire], donc c’est avec nous, qu’on puisse montrer une bonne image, pour qu’on ait de la cote, hein, hein, à l’agence, parce que quand tu travailles bien, quand t’arrives à temps, chaque fois aussi, l’agence a le courage de te donner une mission, mais quand t’arrives en retard, quand t’es pas sérieux, tu perds tout. Donc c’est la base de tout.

42Hubert fait preuve de prévenance argumentée en affirmant l’intériorisation « dans [s]a tête » du rôle d’ambassadeur imposé officiellement par son agence, en exposant ce rôle dans ses discours au sociologue mais aussi à ses collègues, et surtout dans sa ponctualité et son « sérieux », et en justifiant ce rôle officiel : préserver le travail précieux, être reconnaissant à l’agence pour son courage, bonne image qui bénéficie à l’agence, interdépendance systémique de la réussite personnelle et de cette « base de tout ».

43De manière paradoxale, Hubert affirme ne jamais refuser de se déplacer pour une mission à la différence des trois autres intérimaires mais il est moins flexible qu’eux. Il n’est donc pas exclusivement prévenant en supposant qu’il résiste aux missions lointaines, malgré ce qu’il avance. Sa prévenance qui le fait se revendiquer ambassadeur et l’associe à la forme identitaire de l’attachement semble donc une stratégie pour résister à une partie du rôle imposé par l’agence, à savoir l’exigence de mobilité flexible, malgré sa dépendance économique vis-à-vis de cet employeur.

Occultation contre exposition de la sollicitation des passants

44Les deux formes identitaires de l’émancipation et de l’attachement apparaissent également dans la narration des déplacements. Les intérimaires véhiculent en effet une image à inclure dans des processus identitaires lorsqu’ils se rendent sur les lieux de travail et surtout lorsqu’ils doivent demander leur chemin aux passants ou aux chauffeurs de bus, ou bien en téléphonant à leurs employeurs pour leur signaler leur retard et éventuellement être orientés.

45Alors que les travailleurs moins mobiles de l’échantillon mettent en avant ces situations, les plus mobiles d’entre eux tendent à les occulter. C’est le cas de Souleymane, immigré non qualifié d’Afrique Noire, et chef de famille de 30 ans, très flexible et très précaire. Bien qu’il sollicite l’aide des conducteurs de bus et utilise les repères indiqués par son agence d’intérim, Souleymane dénigre le fait de demander son chemin.

Souleymane : – Moi je n’ai jamais demandé à personne, moi je demande tout juste au chauffeur l’arrêt où je dois descendre, […] ils vont indiquer normal et bon, ils vont te dire c’est ça et ça, si vraiment tu n’es pas nul, tu vas trouver ça, vite fait, voilà.

46Pour Souleymane, recourir à l’aide d’un passant alors que l’agence a tout indiqué n’est pas « normal » et le disqualifierait comme « nul ». Il semble rejeter le fait de solliciter un passant en le dénigrant ainsi. Il refuse dans ce cas le rôle de travailleur dépendant de la bonne volonté des passants (en plus des autres rôles associés à la situation et qu’il pourrait vouloir éviter à cause des possibles discriminations, vexations voire agressions, en l’occurrence, rôle d’étranger noir parlant mal français), tant au travers du rôle intériorisé (c’est « normal ») et du rôle exposé (« je n’ai jamais demandé ») que du rôle rationalisé (personne n’en a besoin, sauf les « nuls »). De plus, Souleymane défend un rôle de travailleur pas « nul ». En remarquant que la priorité de l’agence est l’efficacité du déplacement et qu’elle considère la sollicitation comme une pratique courante et légitime, le rôle intériorisé, exposé et rationalisé de travailleur qui ne demande jamais son chemin rentre en potentielle tension avec le rôle imposé par l’agence. S’affirme ici une désinvolture vis-à-vis des passants et de l’agence d’intérim.

47Au contraire, Hubert met en valeur sa sollicitation des passants. Il ne craint pas la disqualification due aux « problèmes de langue » car « l’essentiel est que le message passe ». Il assume complètement la sollicitation et en profite même pour exhiber son statut d’intérimaire pour légitimer son acte.

Hubert : – l’essentiel c’est de demander […] [le passant] sait déjà qu’on est là, monsieur, soit on lui a donné une mission, donc il va pour travailler, donc automatiquement euh, il vous renseigne, il vous indique, c’est par là par là par là.

48En s’affichant comme intérimaire qui « va pour travailler » auprès du passant et en le racontant au sociologue, Hubert démontre qu’il valorise son statut et sa ponctualité. À l’inverse des personnes les plus mobiles qui occultent la dépendance que révèle la sollicitation, les moins mobiles comme Hubert exhibent leurs efforts de travailleurs prévenants et capables de s’attacher les services des chauffeurs et passants. Il fait montre de prévenance en affirmant que ce rôle imposé (de travailleur qui privilégie sa ponctualité sur sa fierté de voyageur indépendant) est aussi le rôle qu’il s’est approprié en suggérant la normalité de la sollicitation (c’est « l’essentiel ») et le rôle qu’il expose.

Carrière professionnelle contre fondation de la famille

49Une troisième composante des formes identitaires apparaît dans le domaine des projets de vie, composante reliée à la mobilité quotidienne parce qu’elle en définit les conditions d’exercice, notamment le lieu de résidence et de travail. S’oppose ici la priorité que donnent les travailleurs les plus mobiles à leurs projets professionnels par rapport à celle donnée par les moins mobiles à la fondation d’une famille et de la maison qui l’abritera. Ces préférences renvoient à l’acceptation différentielle des rôles associés aux diverses situations.

50Chez les plus flexibles apparaissent trois situations de rejet des projets familiaux au bénéfice des projets professionnels personnels. En supposant que le rôle de père ou mère de famille (c’est-à-dire conjoint et parent) constitue un rôle socialement imposé et exigeant, les travailleurs les plus mobiles font montre d’un effort d’affranchissement vis-à-vis de ce rôle, se chargeant en contrepartie du rôle de travailleur auquel ils devraient se soumettre de toute façon. Trois types d’émancipation de la famille apparaissent. Premièrement, l’émancipation choisie et permanente du célibataire endurci pour qui « c’est le bazar, l’engagement » : celui-ci affirme sa désinvolture argumentée en affirmant un rôle intériorisé, exposé et rationalisé de célibataire. Deuxièmement, l’émancipation choisie mais temporaire du futur chef de famille qui « pense qu’il faut avoir aussi une situation stable avant d’avoir une famille » : il n’est pas désinvolte dans la mesure où son rôle intériorisé est celui du père de famille, mais le rôle exposé et le rôle rationalisé appuient une identité distincte. Troisièmement, l’émancipation subie de l’immigré séparé de force de sa famille restée dans son pays, pour qui « s’il y a[vait] des chances, pour [lui], [il] vivrai[t] chez [lui], seulement il y a pas de chances chez [lui], [il] [doit] vivre ici en France » : il s’agit de la même configuration que la précédente avec une tension dans le temps long de la transaction biographique, respectivement tension sereine entre identité future de chef de famille et identité présente de futur chef de famille, et tension douloureuse entre identité passée de chef de famille et identité présente d’immigré séparé de sa famille.

51Les éléments qui constituent la forme identitaire sont plus explicites dans le cas des travailleurs les moins mobiles. Ainsi, Hubert illustre clairement la volonté de se conformer aux rôles de bon père et mari qui fournit une maison à la famille qu’il a « laissée dans son pays ».

Hubert : – Je suis là je me bats, je vais là-bas, je fais ça, et tout… Que je puisse obtenir quelque chose de la vie. Que je puisse caser soit ma petite famille, soit maintenant, mon papa, que mon fils puisse dire qu’il avait un père, que ma femme puisse dire qu’elle avait un mari.

52Alors qu’il est dans la situation de l’immigré séparé de sa famille, il se situe dans la posture du futur chef de famille malgré les obstacles institutionnels au regroupement familial. Surtout, au lieu d’expliquer pourquoi il repousse dans le temps la fondation d’un foyer familial, il en fait l’objectif urgent et la justification de ses efforts actuels. Dans le cas d’Hubert, le rôle imposé, le rôle intériorisé, le rôle rationalisé et même le rôle exposé dans les discours sont en cohérence, seul le rôle exposé dans les actes diffère à cause d’obstacles externes. S’observe alors une forme de prévenance entravée. Mais davantage qu’une prévenance exercée envers un autrui généralisé, l’attachement s’exprime au travers de la valorisation du lien entre l’individu, sa famille, sa maison et son territoire, et s’oppose à l’émancipation que suscite l’effacement de ces liens au profit d’un lien avec un métier au lieu d’un simple travail.

53Les multiples éléments d’auto-identification et de jugement dans les différents domaines liés à la mobilité quotidienne se structurent donc bien en deux formes identitaires, une caractérisée par l’émancipation pour les travailleurs les plus mobiles de l’échantillon et une autre associée à l’attachement chez les travailleurs les moins mobiles. Il reste à comprendre la nature de ce lien entre mobilité et identité.

LA FORME IDENTITAIRE COMME RESSOURCE SYMBOLIQUE POUR LA MOBILITÉ

La mobilité détermine une forme identitaire contre le déclassement

54La forme identitaire associée à chacun des deux groupes de travailleurs précaires flexibles s’appuie sur les pratiques correspondantes. La forme identitaire de l’émancipation, c’est-à-dire l’autonomie vis-à-vis des rôles imposés, est permise et appelée par l’indépendance de ressources que permet la flexibilité de la mobilité quotidienne : au cours des déplacements (l’indépendance vis-à-vis des passants permet l’autonomie vis-à-vis d’eux et vis-à-vis de l’agence d’intérim qui impose leur sollicitation), dans l’organisation des activités (l’indépendance relative du marché local de l’emploi permet une plus grande autonomie vis-à-vis des employeurs qui souhaiteraient une soumission servile) et dans les projets de vie (l’indépendance territoriale facilite les projets de réalisation personnelle dans un plus vaste territoire aux opportunités plus diverses, et facilite donc l’autonomie vis-à-vis du projet familial alternatif et du rôle de chef de famille). Réciproquement la forme identitaire de l’attachement, comme hétéronomie, est générée par la dépendance que suscite une mobilité peu flexible vis-à-vis des passants, des employeurs et des petits territoires qui limitent les projets professionnels et favorise les projets d’ancrage familial dans le territoire. Par exemple, comme le cas d’Hubert le montre, sa faible flexibilité semble lui imposer une forte hétéronomie, c’est-à-dire une forte soumission au rôle « d’ambassadeur » imposé par son agence.

55Une autre série d’indices suggère que la mobilité, qu’elle soit très ou peu flexible, constitue une ressource afin de défendre sa forme identitaire face aux rôles imposés par autrui.

56Parmi les travailleurs très mobiles, les plus désinvoltes sont les plus précaires. Comme ceux-ci sont les plus méritants à se déplacer, la désinvolture semble découler du mérite lié à la flexibilité. En se déplaçant sans assistance et en étant désinvolte, le travailleur démontre son émancipation et résiste ainsi aux rôles de dominé et d’incapable que sa précarité pourrait lui imposer.

57Par contre, chez les travailleurs peu flexibles, les plus précaires sont les plus prévenants. La mobilité ne permet plus par elle-même la démonstration de l’effort et du mérite, ni celle de la capacité. En conséquence, à défaut de pouvoir imposer la forme identitaire de l’émancipation, ces travailleurs moins mobiles revendiquent leur identification à une catégorie positive promue par leurs employeurs, à savoir celle d’employé prévenant et partenaire de son employeur. La reconnaissance qui préserve leur forme identitaire de catégories dépréciatives passe par une prévenance exhibée et non plus par un mérite lié au déplacement. La mobilité leur permet alors d’exposer cette identification aux passants qui les orientent et aux employeurs témoins de leur ponctualité.

La forme identitaire comme ressource de la mobilité

58La forme identitaire est susceptible de susciter la mobilité quotidienne dans la mesure où les rôles qui lui sont conformes sont favorisés et que les formes identitaires de l’émancipation et de l’attachement renforcent les rôles liés à la mobilité respectivement très ou peu flexible. Ainsi les rôles liés à l’émancipation sont le travailleur qui met en concurrence ses employeurs sur un vaste territoire et n’hésite pas à démissionner quitte à augmenter sa flexibilité ; le voyageur nomade qui cultive son autonomie vis-à-vis des passants, ce qui l’amène à développer ses capacités de mobilité (bien que cela puisse aussi l’handicaper) ; le professionnel qui cherche les meilleures opportunités sur un vaste territoire. Et les rôles liés à l’attachement sont définis par le travailleur partenaire de son entreprise, le voyageur qui sollicite les passants sans s’efforcer de développer ses compétences de mobilité (bien que cela puisse constituer une bonne stratégie de déplacement et d’apprentissage marginal), le chef de famille qui favorise son rôle de conjoint et parent sur des projets qui impliqueraient une mobilité plus importante.

59Le fait que la forme identitaire génère effectivement la mobilité est suggéré par une utilisation différenciée des multiples catégories de ressources en fonction du degré de précarité. Alors que les personnes les moins précaires de l’échantillon disposent par définition de davantage de moyens économiques et sociaux que les plus précaires, ces derniers mettent en avant des ressources différentes qui semblent compenser leur pauvreté, notamment leur absence de voiture et de soutien familial. Ainsi, ils exhibent des ressources cognitives, à savoir des compétences spécifiques comme le fait de reconnaître à distance les passants disposés à les orienter.

60Certains de ces travailleurs très précaires, les moins mobiles, évoquent surtout avec emphase des éléments d’ordre symbolique qui, selon leurs dires, les aideraient concrètement dans leurs déplacements vers leur travail. Ils font surtout référence au « courage » qu’ils tirent d’une forme de morale de l’effort que certains ancrent dans le modèle qu’incarne leur père et d’autres dans une foi islamique. Cette morale exige d’eux d’accepter d’éprouvantes conditions de travail et de déplacement afin de fonder ensuite une famille et de s’installer dans une maison à léguer, ce qui correspond exactement à leur forme identitaire qui est celle de l’attachement. Cette conjonction de la forme identitaire avec des éléments symboliques explicitement désignés comme des ressources pour la mobilité invite à considérer les formes identitaires comme des ressources symboliques de la mobilité quotidienne.

61La forme identitaire serait donc susceptible d’orienter les pratiques de mobilité, l’émancipation vers la plus grande flexibilité et l’attachement vers une moindre flexibilité. Elle constituerait donc ce qui a été nommé une ressource symbolique, une ressource de la mobilité parmi d’autres. Cette incidence étant complétée par l’effet de la mobilité sur l’identité dans un schéma d’interaction systémique. Dès lors, les stratégies identitaires comme la désinvolture, la prévenance et leurs variantes apparaissent comme des processus clés dans lesquels, au travers de la résolution des tensions propres aux transactions identitaires, se définissent voire évoluent des configurations associant forme identitaire (émancipation/attachement) et forme de mobilité (très/peu flexible).

CONCLUSION – DU PROCESSUS IDENTITAIRE AUX MOBILITÉS GÉOGRAPHIQUE ET SOCIALE

62Les deux formes identitaires des travailleurs précaires et flexibles ici caractérisées (cette étude centrée sur l’univers du travail ne fait qu’apercevoir d’autres possibles formes identitaires comme l’hédonisme consumériste lié au « sentiment de l’inéluctable » [Millet, Thin, 2005]), l’émancipation chez les plus mobiles et l’attachement pour les moins mobiles, constituent des ressources symboliques de la mobilité qui participent réciproquement à leur cristallisation en permettant de soutenir les stratégies identitaires de désinvolture ou de prévenance. Cette configuration finalement systémique pose la question de l’articulation soulignée par Bourdieu entre espérances subjectives, ici intégrées dans les formes identitaires, et chances objectives, ici fortement déterminées par la mobilité comme le rappelle la notion de classe mobile. Non seulement les espérances subjectives s’adaptent aux chances objectives, mais elles les influencent. Deux individus de même condition objective peuvent ainsi se trouver dans deux configurations différentes d’identité-mobilité, l’un dans la classe mobile « investissement dans la mobilité » et l’autre dans la classe « modération de la mobilité ». Les différentes stratégies identitaires mises au service des différentes configurations paraissent donc avoir suscité des bifurcations sans qu’il ait été possible d’en comprendre les mécanismes historiques sous-jacents ni de deviner comment un changement de configuration serait possible. Des facteurs externes complémentaires comme la qualité du logement pourrait alors jouer un rôle notable.

63Une fois constatée la stabilisation des configurations, apparaît une autre menace, celle du maintien dans la situation doublement éprouvante de travailleur précaire et flexible. Sauf quelques « professionnels de l’intérim » (Kornig, 2003), les personnes rencontrées cherchent effectivement à passer des embauches temporaires à un emploi stable dans un métier intégrateur. Reste finalement à savoir quelle configuration de mobilité et de forme identitaire prépare le mieux cette sortie de la précarité. D’un côté, la mobilité très flexible et l’émancipation sont exigées par les intermédiaires de l’insertion socio-économique (Briole, Rascol-Boutard, 2001). De l’autre, associé à une flexibilité limitée, l’attachement correspond à la prévenance promue par les agences d’intérim et favorise l’acquisition de parrainages informels déterminants dans l’accès à l’emploi stable (Lizé, Lochet, 2006). La forme identitaire qui renforce la mobilité géographique n’ouvre donc pas forcément la voie de la mobilité sociale.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Brubaker R., « Au-delà de l’“identité” », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 139, 2001, p. 66-85.

Briole A., Rascol-Boutard S., « La mobilité des créateurs d’entreprises érémistes », Montpellier, Crego/IAE de l’université de Montpellier II, ARCE, recherche Predit « Déplacements et inégalités », 2001.

Coutard O., Dupuy G., Fol S., « La pauvreté périurbaine : dépendance locale ou dépendance automobile ? », Espaces et Sociétés, n° 108-109, 2002, p. 155-176.

Dubar C., « Usages sociaux et sociologiques de la notion d’identité », Recherche sociale, n° 147, juillet-septembre 1998, p. 7-15.

Dubar C., La socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Armand Colin, 3 e éd. 2000, 1991.

Gollain V., Leroi P., « Évolutions économiques et statuts d’emploi en Île-de-France », Cahiers de l’IAURIF, 131-132, mars 2001, p. 77-85.

Jouffe Y., Campos F., « Movilidad para la emancipación o el arraigo. Un estudio comparativo para el caso de las periferias de París y Santiago de Chile », CIUDADES, México, 82, avril-juillet 2009, p. 29-35.

Kornig C., « Le concept de précarité de l’emploi : usages et limites. Le cas des professionnels de l’intérim », communication présentée aux Premières Rencontres Jeunes & Sociétés en Europe et autour de la Méditerranée, Marseille, 22, 23 et 24 octobre 2003.

Le Breton É., Bouger pour s’en sortir. Mobilité quotidienne et intégration sociale, Paris, Armand Colin, 2005.

Le Breton É., Les épreuves de la dispersion, Recherche exploratoire sur les expériences individuelles de la société dispersée, Predit 2002-2006, Rapport final, juin 2004. 170 p.

Lizé L., Lochet J.-F., « De la relation d’embauche à la relation d’emploi », Économies et Sociétés, 9/2006, p. 1259-1277.

Mathieu N., Morel-Brochet A., Blanc N., Gajewski P., Grésillon L., Hebert F., Hucy W., Raymond R., « Habiter le dedans et le dehors : la maison ou l’Eden rêvé et recréé », Strates, n° 11, 2004. Disponible sur : [http://strates.revues.org/document430.html].Consulté le 7 mai 2009.

Millet M., Thin D., « Le temps des familles populaires à l’épreuve de la précarité », Lien social et Politiques, n° 54, automne 2005, p. 153-162.

Ollivro J., « Les classes mobiles », L’information géographique, n° 3, 2005, p. 27-44.

Ramadier T., « Rapport au quartier, représentation de l’espace et mobilité quotidienne : le cas d’un quartier périphérique de Québec-Ville : Espaces », Espaces et sociétés, 2002, n° 108-109, p. 111-131.

Scheiner J., Kasper B., « Estilos de vida, elección del sitio de residencia y movilidad cotidiana : El enfoque basado en los estilos de vida en el contexto de la planificación y la movilidad espacial », Revista internacional de ciencias sociales, « Movilidad sostenible », n° 176, juin 2003, p. 173-191.

Sciolla L., « Identité », en Borlandi M., Boudon R., Cherkaoui M. et Valade B. (dir.), Dictionnaire de la pensée sociologique, Paris, PUF, 2005, p. 335-338.

Turner R. H., « Rôle et statut », en Borlandi M., Boudon R., Cherkaoui M. et Valade B. (dir.), Dictionnaire de la pensée sociologique, Paris, PUF, 2005, p. 609-612.

Wenglenski S., « Regards sur la mobilité au travail des classes populaires. Une exploration du cas parisien », Cahiers Scientifiques du Transport, n° 49, 2006, p. 103-127.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540