Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Se déplacer pour se situer

 | 
Sandrine Depeau
, 
Thierry Ramadier

Chapitre 4. Entre le national et le transnational : l’identité « latine » dans les trajectoires de deux écrivains italiens d’avant-garde à Paris, 1900-1924

Amotz Giladi

Texte intégral

MOUVEMENTS D’AVANT-GARDE ET MOBILITÉ INTERNATIONALE

1Depuis les années 1880 et jusqu’à l’entre-deux-guerres, les mouvements littéraires et artistiques d’avant-garde constituaient en Europe, dans une large mesure, un phénomène transnational. Dominés et marginalisés dans l’ordre temporel des différents espaces littéraires nationaux, ces mouvements tendaient à fonctionner par réseaux internationaux, où circulaient des créateurs, des idées et des œuvres qui ne trouvaient pas de public suffisant chez eux (Sapiro, 1999). Loin d’être un phénomène naturel ou spontané, cette mobilité internationale était donc le fruit d’une stratégie réfléchie : pour les contestataires de l’ordre littéraire établi, c’était un moyen de contrebalancer une position dominée dans l’espace littéraire national. De plus, la mobilité des avant-gardes n’était pas sans portée idéologique et politique, car elle visait à substituer à la répartition politique des États-nations un espace culturel transnational, où la circulation des artistes et des œuvres serait plus facile. En effet, ces mouvements héritèrent du marxisme, qu’ils s’en réclamassent on non, l’idée du refus et du dépassement des frontières nationales.

2Dans l’entre-deux-guerres, l’internationalisme socialiste et communiste constituait un modèle pour plusieurs mouvements européens d’avant-garde (le surréalisme, De Stijl, les Bauhaus), lesquels préconisaient, chacun à leur manière, une révolution culturelle internationale (Green, 1995). Cette transnationalité était l’une des raisons de l’admiration des avant-gardistes pour les nouvelles technologies, car le développement des moyens de transport et de communication facilita la circulation internationale des hommes et des idées (Monnier, 1994).

3Le dadaïsme, par exemple, fut lancé en 1916 par des créateurs de différentes nationalités, exilés en Suisse : c’est uniquement dans ce pays neutre que des écrivains et des artistes roumains, allemands et français pouvaient s’unir pour protester contre l’absurdité de la guerre. Après la fin du conflit mondial, c’est la dispersion du noyau suisse du dadaïsme qui accéléra son expansion vers d’autres pays, avec notamment l’arrivée à Paris de Tristan Tzara, fondateur du mouvement (1919). La circulation transnationale des mouvements d’avant-garde, passant par une mobilité internationale des créateurs, se constate également dans le cas de l’écrivain tchèque Vítězslav Nezval, qui séjourna à Paris avant d’importer le surréalisme en Tchécoslovaquie au début des années 1930 (Rubeš, 1993).

4Un autre facteur qui explique la multiplication des trajectoires migratoires d’écrivains au début du XXe siècle, mais qui n’est pas spécifique aux avant-gardes, est la réappropriation de la vieille tradition des voyages culturels. Depuis la Renaissance, cette pratique spatiale faisait partie de la formation culturelle et intellectuelle des jeunes issus des élites, et consistait à visiter les monuments historiques et à contempler les grandes œuvres d’art du patrimoine européen. Au XIXe siècle, cette pratique fut adoptée par de nombreux écrivains, parmi lesquels on peut citer, à titre d’exemple, Gustave Flaubert ou Gérard de Nerval. Les destinations principales de ces nouveaux voyages culturels étaient l’Italie et l’Orient, et leurs récits devenaient une partie intégrante de l’imagerie romantique.

5C’est au début du XXe siècle que le voyage à Paris devint, en quelque sorte, ce qu’avait été le voyage en Italie et en Orient au siècle précédent. Étant donné que l’activité littéraire parisienne avait alors un poids symbolique prédominant dans l’espace littéraire transnational – ce que Pascale Casanova (1999) appelle la « République mondiale des Lettres » –, le fait de séjourner dans la capitale française constituait un enjeu important pour tout jeune écrivain étranger. En effet, nombreux étaient ceux qui considéraient le passage à Paris comme une étape décisive dans leur cursus honorum intellectuel. L’objectif principal de leur séjour parisien était de fréquenter de prestigieuses institutions culturelles – musées, théâtres, cafés –, et de nouer de nouveaux contacts.

LES AVANT-GARDES ITALIENNES ET LA FRANCE

6Durant les deux premières décennies du XXe siècle, une partie considérable des échanges littéraires franco-italiens passait par les nombreuses revues d’avant-garde fondées dans chacun des deux pays. Dans la France de cette époque-là, les avant-gardes étaient quasiment les seules à être au courant de la littérature italienne contemporaine, ignorée par le grand public et même par la plupart des hommes de lettres. En revanche, la littérature française était très largement diffusée en Italie et constituait une référence particulièrement importante pour les jeunes avant-gardistes qui y firent leurs débuts dans les années 1900 : pour eux, le fait de se réclamer de la littérature française et d’afficher une position « francophile », permettait de se distancier de l’élite intellectuelle en place, marquée par la pensée allemande et réservée face à la production intellectuelle française. C’était notamment le cas du philosophe Benedetto Croce (1866-1952) – figure majeure de la génération intellectuelle née avec l’unité de l’Italie –, qui était fortement influencé par l’idéalisme néo-hégélien. Par ailleurs, le positionnement par rapport au champ littéraire français jouait un rôle différenciateur à l’intérieur même des avant-gardes italiennes, comme nous le verrons à propos des formes d’identification et des pratiques spatiales de deux écrivains qui passèrent des périodes plus ou moins longues à Paris : Ricciotto Canudo (1877-1923) et Ardengo Soffici (1879-1964).

AVANT-GARDE ET IDENTITÉ NATIONALE

7Dès le XVIIIe siècle, de nombreux écrivains européens participaient aux processus de construction des identités nationales modernes. Ce faisant, ils produisaient une conception liant la littérature à l’histoire nationale et à la constitution d’une langue nationale (Charle, 2001 ; Thiesse, 1999). Cette conception se renforça à travers l’Europe au XIXe siècle, avec l’accélération de la nationalisation politique et culturelle. Elle fut aussi, vers la fin du siècle, l’un des objets de la contestation avant-gardiste : dans les années 1880 et 1890, le symbolisme et le décadentisme, premiers mouvements européens d’avant-garde, avaient, comme l’affirme Blaise Wilfert-Portal (2007), « établi leurs réseaux et ressources dans un système multinational, voire antinational ; ils visaient essentiellement à éloigner la littérature des exigences sociales, et à détacher la langue de son rôle national » (p. 186-187, traduction personnelle).

8Afin qu’une telle forme de contestation contre les injonctions politiques et sociales puisse avoir lieu, il faut d’abord que l’espace littéraire concerné atteigne un niveau suffisant d’autonomisation. Inversement, dans des conjonctures de tension ou de crise provoquant la remise en cause de cette autonomisation, on peut constater, au sein des avant-gardes, des phénomènes de retour à l’ordre politique, sous forme de revirement nationaliste, souvent accompagné d’un retour à l’ordre esthétique, consistant à rejeter le modernisme en faveur du néo-classicisme. C’est ce qui arriva à une partie des symbolistes et des décadents en France et en Grande-Bretagne, à cause du renforcement de la censure légale ou informelle au milieu des années 1890 (Wilfert-Portal, 2007).

9Les avant-gardes qui nous intéressent ici, à savoir celles du début du XXe siècle, connurent également des conjonctures propres à stimuler des processus de nationalisation. Or, à ce sujet, il y a une différence importante entre les contextes français et italien : en France, les avant-gardes des années 1900 étaient très internationalisées ; et c’est surtout durant la Première Guerre mondiale qu’elles montraient de signes de nationalisation, face à des pressions sociales croissantes et des attaques de plus en plus virulentes provenant des écrivains nationalistes et conservateurs, qui occupaient alors des positions dominantes dans le champ, et qui considéraient les avant-gardes « cosmopolites » ou « métèques » comme la pointe d’une invasion culturelle maléfique. En Italie, en revanche, le lien entre avant-gardisme et nationalisme remonta aux premières années du siècle : à l’époque, l’unification territoriale et politique de la péninsule, amorcée en 1860, était encore inachevée, ce qui stimulait beaucoup d’avant-gardistes à lier leurs innovations esthétiques à un engagement pour la « renaissance » nationale.

PERCEPTION DES ITALIENS EN FRANCE : ENTRE IMAGES DÉVALORISANTES ET REPRÉSENTATIONS DE PROXIMITÉ

10Un autre facteur décisif dans les trajectoires migratoires qui nous intéressent est la manière dont ces écrivains étaient perçus à Paris en tant que ressortissants italiens. À ce sujet, il est important de souligner que les différentes représentations de l’Italien, telles qu’elles se développaient, à l’époque, dans la société française, se construisaient largement en se référant aux communautés d’immigrés transalpins présentes dans l’Hexagone. Depuis le XIXe siècle et jusqu’aux années 1930, ces communautés étaient presque exclusivement ouvrières (Milza, 1986), ce qui entraîna une perception de l’Italien comme élément culturellement faible, devant s’assimiler purement et simplement à la société d’accueil (Vegliante, 1991).

11Or, à côté de cette imagerie dévalorisante, se cristallisaient des représentations de l’Italien comme étranger relativement proche des Français. C’est ce qui ressort des enquêtes journalistiques effectuées après la Grande Guerre, permettant de saisir ce que Ralph Schor (1985) appelle les « portraits nationaux » des différentes communautés étrangères vivant en France. Dans cette hiérarchisation, le portrait le plus favorable était celui des Belges et des Suisses, les deux populations perçues comme les plus proches des Français. Quant aux Italiens, ils étaient situés en troisième position : certes, l’imagerie de cette immigration essentiellement ouvrière comportait toujours des éléments négatifs, par exemple en matière d’hygiène ; mais comme pour les Belges et les Suisses, des sentiments d’affinité engendraient des images globalement positives de l’étranger (Schor, 1985).

  • 1 En tant qu’elle était basée sur des souvenirs transhistoriques, voire mythiques, la latinité pourra (...)

12Ces images n’étaient sans doute pas sans rapport avec la propagation en France, à la même époque, de l’identité « latine ». En effet, le XIXe siècle, moment fort du développement des nationalismes, fut aussi celui de l’émergence des mouvements pan-nationalistes : pangermanisme, panslavisme, panlatinité. Cette dernière, qui nous intéresse ici, se construisit en se référant à un héritage historique, linguistique et culturel – celui de l’ancien empire romain – commun à un ensemble de nations modernes : France, Italie, Espagne, Portugal, Roumanie1

13Parmi les intellectuels français, cette identité se développa fortement durant la deuxième moitié du XIXe siècle, et surtout avec la défaite de 1870 et l’exacerbation des sentiments anti-allemands. Dorénavant, cette identité transnationale fut mobilisée par les élites intellectuelles et politiques françaises dans leurs revendications de récupérer l’Alsace et la Lorraine, et servit d’arme idéologique dans la concurrence française avec l’Allemagne sur l’hégémonie politique, économique, culturelle et linguistique en Europe et ailleurs. La panlatinité et l’anti-germanisme connurent un développement parallèle en Italie, nourris par la rivalité historique avec l’Autriche et par l’aspiration des nationalistes à terminer l’unification nationale en annexant les terres irrédentes faisant partie de l’empire habsbourgeois.

14Nous allons à présent nous pencher sur les trajectoires de Canudo et de Soffici, en cherchant à montrer comment le fait de se réclamer de l’identité latine, et la façon de le faire, étaient liés à leurs pratiques spatiales respectives. En effet, les ancrages spatiaux qui se mettaient en place dans leurs trajectoires sont indispensables pour comprendre leurs formes d’identification divergentes, et surtout leurs manières contrastées de se référer à la latinité.

RICCIOTTO CANUDO

15Antonio Canudo, ancêtre espagnol de Ricciotto, s’installa en Italie en 1734, étant parmi les 500 chevaliers suivant Charles III de Bourbon lors de sa conquête de Naples. Atlante Canudo, le grand-père de Ricciotto, était également officier dans l’armée napolitaine. Participant en 1820 à la révolte contre la domination des Bourbons – l’un des premiers épisodes du Risorgimento –, il fut contraint de s’exiler ensuite à Mola di Bari dans les Pouilles.

16Ricciotto Colombo Canudo naquit le 2 janvier 1877 à Gioia del Colle, ville située dans la province de Bari. Son père, Eugenio, était inspecteur des Impôts et du Cadastre, et sa mère, Emilia Stampacchia, était issue d’une bonne famille d’avocats de Lecce, originaire de Provence. C’est à Lecce que Ricciotto commença son cursus scolaire, mais les mutations successives de son père l’obligeaient à suivre ses études dans d’autres villes d’Italie du Sud : Palerme, Messine, Bari. C’est dans cette dernière ville qu’il obtint un diplôme de la Section Physique-Mathématiques de l’Istituto Tecnico.

17En 1895, il abandonna ses études d’ingénieur pour s’engager volontairement dans l’armée en substitution de son frère Raimondo. Il prolongea même son service au-delà de l’ordinaire, jusqu’en 1897. En 1901, avec l’aide de sa grand-mère maternelle, il partit pour Florence et y entama des études de langues orientales, de littérature et de philosophie. Ensuite, c’est à Rome qu’il poursuivit ses études sur les civilisations orientales. C’est dans ces deux villes qu’il fit également ses débuts littéraires.

  • 2 Il semble que son voyage fut également motivé par une liaison avec une jeune femme suédoise rencont (...)
  • 3 La nouvelle série des deux revues fusionnées finit par disparaître en mai 1905.

18En mai 1901, un périodique intitulé Italian Review, publié à Rome dès juillet 1900, envoya Canudo comme correspondant à Turin, puis à Paris. Cette arrivée dans la capitale française, due donc aux contingences professionnelles2, réalisait en même temps l’aspiration de Canudo à y effectuer une initiation intellectuelle. Par ailleurs, l’Italian Review paraissait très irrégulièrement et disparut probablement dès 1902, ce qui laissa Canudo dans une grande précarité matérielle. Tout en multipliant les travaux alimentaires, il réussit à nouer des liens dans les milieux littéraires parisiens et à collaborer à différentes revues. Sa collaboration à La Plume, à partir de 1904, lui permit d’élargir considérablement son cercle de contacts, notamment dans les milieux d’avant-garde. Il fréquenta également les principaux lieux de sociabilité des avant-gardes, tels que la Closerie des Lilas, y côtoyant Guillaume Apollinaire, André Salmon et Paul Fort. En 1904, il devint rédacteur en chef de la revue Europe Artiste, et le resta lorsque celle-ci fusionna avec La Plume en 19053.

19Trouvant dans les milieux parisiens d’avant-garde la reconnaissance cherchée en vain lors de ses débuts en Italie, Canudo s’identifiait de plus en plus avec la culture du nouveau pays. Cette identification passait d’abord par une conversion linguistique : à partir de 1907, il fit paraître des ouvrages en français, dont quatre romans : La Ville sans Chef (1910), Les Libérés. Mémoires d’un aliéniste (1911), Les Transplantés (1913) et L’Autre Aile (1922). Le français devenant sa langue principale d’expression littéraire, il n’utilisait plus l’italien que pour ses contributions à des périodiques transalpins.

20Canudo lui-même théorisa son processus d’identification en élaborant, dans son troisième roman, la notion de « transplantation ». Le choix de ce terme fut significatif, dans la mesure où il constituait une opposition symétrique à la notion de « déracinement », utilisée notamment par Maurice Barrès pour dénoncer des phénomènes sociaux qu’il considérait comme remettant en cause l’identité nationale. En tant qu’Italien « transplanté », la stratégie de Canudo était celle d’une insertion durable en France, visant à la continuité dans le pays d’arrivée plutôt qu’à la prolongation de la mobilité spatiale et aux effets de retour sur l’espace littéraire d’origine. Certes, il continuait à se considérer également comme acteur littéraire italien, mais cela d’une manière secondaire. Sa « transplantation » géographique et sociale était donc à la fois un processus de distinction, par rapport à l’espace d’origine, et de continuité dans l’espace d’arrivée.

21L’idée d’une « transplantation », qui serait possible entre pays de la même « race », était sous-tendue par le très fort attachement de Canudo à l’identité latine. Cet attachement peut sans doute s’expliquer par une réinterprétation de sa propre histoire familiale – ses origines espagnoles du côté de son père, provençales du côté de sa mère –, de même que par une volonté de légitimer sa stratégie d’intégration durable en France et sa tentative pour devenir écrivain de langue française. Comme nous l’avons indiqué plus haut, l’imagerie de l’Italien en France était ambiguë à l’époque, contenant à la fois des stigmatisations et des représentations d’affinité. En jouant sur ces dernières, et en y conférant un caractère aussi bien culturel que racial, Canudo affirmait qu’un Italien n’était pas un étranger « indésirable » en France, ni un étranger tout court, mais un élément social appartenant à la même culture et à la même race que les Français, du fait des racines latines communes.

22Le processus d’identification de Canudo, en tant que « transplanté latin », ne s’arrêta pas là, mais alla jusqu’à s’ancrer dans une défense ardente du nationalisme français. En témoigne la revue Montjoie ! Organe de l’impérialisme artistique français, qu’il fonda en 1913. Sous ce titre suggestif, inspiré par le cri guerrier des rois de France au Moyen Âge, il prônait à la fois les innovations les plus poussées des avant-gardes et un transnationalisme panlatin, basé sur une vision de la France comme élément prédominant de la latinité. En effet, dans la conception spatiale de Canudo, Paris était le centre incontestable d’un rayonnement culturel universel – « Ville-Visage-du-Monde », selon sa propre expression : siège d’une sorte d’aristocratie intellectuelle et spirituelle qui serait celle des avant-gardes, et foyer mondial de la supériorité latine.

ARDENGO SOFFICI

23Ardengo Soffici naquit à Bombone, un hameau de la commune toscane de Rignano sull’Arno (près de Florence), dans une famille de riches administrateurs de propriétés foncières. Suite à la ruine de la fortune paternelle et à la perte des rentes, il se transféra à Florence, où il gagnait sa vie en travaillant dans un cabinet de notaire. En novembre 1900, attiré par l’Exposition universelle, il partit pour Paris. Comme dans le cas de Canudo, le départ fut motivé par un événement spécifique, mais reflétait plus généralement la volonté d’effectuer une initiation intellectuelle parisienne.

24Sur place, Soffici fréquentait les lieux et milieux des avant-gardes : les ateliers successifs de Pablo Picasso, dont le Bateau-Lavoir, où il rencontrait d’autres créateurs d’avant-garde (Blumenkranz-Onimus, 1976) ; la Closerie des Lilas ; le salon de la baronne Hélène d’Oettingen, mécène des avant-gardes (Soffici, 2008). Parmi ses rencontres parisiennes les plus décisives, il faut mentionner celles qu’il fit avec trois autres écrivains florentins : Giovanni Papini (1881-1956), Giuseppe Prezzolini (1882-1982) et Aldo Palazzeschi (1885-1974) (Marchetti, 1979), rassemblés autour de plusieurs revues intellectuelles au caractère nettement nationaliste : Il Regno (1903-1906), Leonardo (1903-1907), Hermes (1904-1906), La Voce (1908-1913) et Lacerba (1913-1915).

25Fortement inséré dans ce groupe, Soffici s’attachait de plus en plus au nationalisme italien, sa présence même à Paris devenant pour lui une sorte de mission nationale : en cherchant à accumuler à Paris du capital symbolique et à multiplier les échanges avec ses confrères français, il visait désormais au déclenchement d’un transfert de capital symbolique vers Florence, afin de rééquilibrer les rapports de force qu’entretenaient à l’époque, dans la « République mondiale des Lettres » (Casanova, 1999), les deux villes. Cette action s’inscrivit dans la continuité du Risorgimento, qui consistait, entre autres, à appuyer la force politique du pays unifié sur une position culturellement dominante au niveau international. Giuseppe Mazzini (1805-1872), l’une des figures majeures du Risorgimento, avait souhaité que l’importance culturelle de l’Italie moderne fût égale à celle de la France ou de l’Angleterre (Giordan, 1987). C’est aussi ce que souhaitait Soffici.

26Il finit par retourner en Italie en 1907, acte qui, comme le souligne Maria Mimita Lamberti, avait de fortes connotations symboliques : « à la fois retour à sa propre terre, retour à la tradition et “retour”, plus collectif, à l’ordre » (Lamberti, 1976). En plus, il s’installa à Poggio a Caiano, village natal de sa mère : retour au bercail, donc, que nous pourrions qualifier, à la suite de Michel Bonetti (1995), comme « symbolisant à jamais la fidélité à une identité culturelle passée ». Il collaborait aux revues florentines Leonardo et La Voce, avant de cofonder avec Papini Lacerba, qui multipliait ses échanges avec les avant-gardes françaises, allemandes et russes. Par ailleurs, il retournait fréquemment à Paris, jusqu’en 1914, pour de brefs séjours (Soffici, 2008). Ainsi, malgré un ancrage identitaire de plus en plus fort dans sa région natale, Soffici conservait une mobilité spatiale importante et continuait à agir dans les réseaux transnationaux des avant-gardes.

PARIS : TERRAIN DES LUTTES SYMBOLIQUES ENTRE AVANT-GARDISTES ITALIENS

27Les occasions de se croiser ne manquaient pas à Canudo et à Soffici, qui évoluaient dans des lieux et des milieux communs. Le premier logement parisien de Canudo était un petit hôtel situé rue Saint-Jacques, qui comptait parmi ses résidants d’autres jeunes artistes pauvres, dont Soffici. C’est ainsi que les deux hommes se connurent peu de temps après l’arrivée de Canudo à Paris. S’étant liés d’amitié, ils se rendaient mutuellement des services en s’appuyant sur leurs contacts respectifs. Par exemple, il se peut que la collaboration de Canudo à la revue L’Œuvre d’Art International, à partir de 1903, commençât grâce à l’entremise de Soffici, qui y collaborait lui-même. À son tour, Canudo mit ses contacts au profit de Soffici en le présentant à Apollinaire dans la Closerie des Lilas (Canudo, 1999).

28Or, l’amitié initiale entre les deux écrivains italiens se transforma graduellement en rivalité, du fait de leurs formes d’identification opposées, lesquelles étaient liées à des pratiques spatiales également contrastées : tandis que le projet de « transplantation » impliquait pour Canudo une permanence spatiale et une glorification du nouveau pays, Soffici, lui, se réclamait d’une identité culturelle intrinsèquement italienne, qu’il souhaitait renforcer par sa présence même à Paris. Bien évidemment, ces identifications opposées impliquaient des approches tout aussi divergentes par rapport à la question du retour au pays d’origine : dans la « transplantation » de Canudo, le retour n’était plus envisagé ; dans le projet national de Soffici, il était une certitude et une évidence.

29Œuvrant pour rééquilibrer les rapports de force symboliques entre les espaces littéraires français et italien, et plus précisément entre Paris et Florence, Soffici considérait que la « transplantation » de Canudo, sa conversion linguistique et sa vision culturelle francocentriste le délégitimaient à la fois comme écrivain italien et comme présentateur de la littérature italienne en France. Or, non seulement Canudo continuait à se considérer comme acteur dans l’espace littéraire italien, ainsi que nous l’avons déjà indiqué, mais il tenait également la chronique des Lettres italiennes dans la prestigieuse revue Mercure de France.

30C’est cette rubrique qui devint l’enjeu principal de la rivalité entre Soffici et Canudo, car le fait d’être le chroniqueur du Mercure était, comme l’affirme François Livi, une étape décisive dans le cursus honorum de l’écrivain italien à Paris (Livi, 1989). Cette consécration fut atteinte par Canudo en 1904 ; et depuis 1909, Soffici et ses amis florentins, bien que n’étant plus présents à Paris que pendant de courtes périodes, déployèrent des efforts considérables afin de la lui arracher. Dans cet objectif, ils profitèrent de l’hostilité d’une partie de la rédaction du Mercure, surtout Rémy de Gourmont, envers Canudo (Livi, 1989). En effet, la permanence résidentielle de celui-ci à Paris et sa forte intégration dans les milieux littéraires parisiens ne lui valaient pas que des amis. Ainsi, du point de vue de leurs pratiques spatiales, les Florentins, se déplaçant régulièrement entre leur « base » toscane et la métropole culturelle parisienne, se trouvèrent dans une position privilégiée face à Canudo, le « transplanté », dans cette concurrence sur le terrain parisien.

31Après quatre ans d’efforts de persuasion faits auprès des amis du Mercure, et à la faveur notamment de l’intervention de Rémy de Gourmont (Pia De Paulis-Dalembert, 2007), les Florentins obtinrent enfin, en octobre 1913, l’éviction de Canudo de la rubrique des Lettres italiennes. Alfred Valette, directeur de la revue, accepta les conseils de Soffici, qui lui eut recommandé de confier la rubrique à Papini (Livi, 1989). Dès le début de son premier article, le nouveau chroniqueur fit une allusion ironique à son prédécesseur :

« Je me dispense des préambules usuels. Je dirai seulement que le nouveau signataire de ces chroniques pourra, étant sur place, être vraiment renseigné sur les forces réelles et vivantes de la littérature italienne (Papini, 1913, p. 857). »

32Dans ce propos, soulignant l’importance de la présence « sur place », en Italie, on peut constater jusqu’à quel point Papini et Soffici considéraient le fait de « se transplanter » à Paris comme un déracinement par rapport au pays d’origine. Certes, ils reconnaissaient la place centrale de Paris dans la géographie symbolique de la « République mondiale des Lettres », face à d’autres villes culturelles ; mais ils visaient justement, de par leurs pratiques spatiales, à changer cet état des choses. Pour eux, le fait de venir à Paris et d’y passer des périodes plus ou moins longues était un moyen de puiser du capital symbolique dans le prestigieux champ littéraire français, afin d’y être reconnus en tant qu’écrivains italiens et de sortir la littérature italienne de sa place dominée à Paris. Leur fort ancrage dans une identité nationale les induisit donc à des pratiques spatiales relevant de la mobilité bien plutôt que de la migration ; des pratiques où le retour en Italie était l’achèvement inévitable des séjours plus ou moins longs à Paris, voire leur finalité. Diamétralement opposées au processus de distinction de Canudo par rapport au lieu d’origine, les pratiques spatiales de Soffici et de Papini avaient un effet de distinction sur le lieu de destination.

MOBILITÉ ET MOBILISATION

33L’éclatement de la Première Guerre mondiale mit à rude épreuve le fonctionnement des réseaux transnationaux des avant-gardistes. Leur mobilité internationale devenait extrêmement difficile, en même temps qu’ils firent l’objet d’une autre forme de déplacement dans l’espace : celle de la mobilisation générale. Ce bouleversement pouvait conduire à une rupture brutale des trajectoires migratoires, mais aussi, comme nous allons le voir à propos de Canudo et de Soffici, à un renforcement des ancrages identitaires d’avant-guerre et des pratiques spatiales qu’ils impliquaient.

  • 4 Le Temps, Le Figaro, Le Matin, L’Écho de Paris, Le Gaulois, I’Intransigeant. Nous n’y avons trouvé (...)

34Ainsi, pour Canudo, l’éclatement du conflit fut d’abord un moment d’auto-mobilisation, traduisant sa « transplantation » en actions fortes : avec l’écrivain avant-gardiste suisse Blaise Cendrars, séjournant lui aussi à Paris à l’époque, il publia dans les grands journaux parisiens, le 2-3 août 1914, un appel à tous les étrangers vivant en France pour s’engager du côté de leur pays d’accueil. Or, les autorités militaires se montrèrent plutôt méfiantes face à cette idée (Picciola, 1995), et c’est peut-être la raison pour laquelle l’appel de Canudo et de Cendrars ne reçut aucun écho, même pas dans les journaux qui le publièrent4.

  • 5 Nommé capitaine à titre étranger pour la durée de la guerre, Canudo commandait un détachement de 40 (...)

35Après l’échec de son initiative, Canudo s’enrôla, le 26 août 1914, dans la Légion garibaldienne. Celle-ci, composée entièrement de volontaires italiens et opérant dans le cadre de la Légion étrangère de l’armée française, fut créée par le fils de Giuseppe Garibaldi, qui était un artisan majeur de l’unification italienne5. Face au zèle avec lequel Canudo s’engagea et servit sur le sol français, il ne faut pas oublier son héritage familial militaire. En effet, nous avons déjà vu, à propos de ses racines espagnoles et provençales, que la réinterprétation de l’histoire familiale avait un poids important dans son identité.

  • 6 Sur le parcours militaire de Canudo, voir aussi Anna Paola Mossetto Campra, « Chronologie », in Pas (...)

36L’Italie, gardant d’abord sa neutralité, finit par entrer en guerre le 24 mai 1915, ce qui entraîna la dissolution de la Légion garibaldienne. C’est à ce moment-là que Canudo, tout en conservant son grade de capitaine dans l’armée italienne, obtint des autorités militaires transalpines la permission d’achever son service auprès de l’armée française (Livi, 1989)6.

37La trajectoire spatiale de Canudo durant la guerre, le menant de France aux Dardanelles, puis de nouveau en France, fut certes dictée par les contraintes de la mobilisation militaire. Néanmoins, elle s’inscrit pleinement dans le cadre de sa « transplantation » : de par ses choix, il réussit à servir son pays d’arrivée, soit en combattant sur le sol français dans le cadre d’une légion italienne, soit sur un statut particulier d’officier italien auprès des forces françaises. Ce qui marque encore plus fortement son processus d’intégration sociale. En même temps, loin d’avoir le sentiment de délaisser son pays natal, Canudo considérait que sa position illustrait bien la lutte solidaire des « Latins » contre leurs ennemis communs.

  • 7 Apollinaire était né à Rome, d’un père italien et d’une mère polonaise.

38En ce qui concerne ses écrits de guerre, il les signait « Capitaine Canudo », ou bien par l’anagramme, à consonance française, « Capitaine Oudanc » ; et c’étaient justement ces livres qui lui valurent ses premiers succès auprès du public français (Livi, 1989). Le fait de s’être engagé en France lui valut également une reconnaissance de plus en plus grande au sein des avant-gardes parisiennes, qui s’étaient, en grande partie, nationalisées et enrôlées avec l’éclatement de la guerre. Le premier septembre 1917, Guillaume Apollinaire, lui aussi étranger et engagé volontaire7, consacra à Canudo une de ses notes dans Le Mercure de France, la revue prestigieuse dont l’écrivain italien avait été évincé en 1913. Intitulée « Bari et le Barisien », elle met en valeur, à travers l’exemple de l’écrivain « transplanté », le fait que les rapports entre avant-gardes françaises et italiennes correspondent bel et bien aux alliances militaires : « il a été se faire blesser sur le front de Macédoine en songeant à Dante, à l’amour, à ses deux patries unies pour le triomphe de la même cause » (Canudo, 1999, p. 19).

39Quant à Soffici, qui se trouvait en Italie lorsque la guerre éclata, il prit une position forte contre la neutralité initiale de son pays. Le débat entre, d’une part, les interventionnistes en faveur d’une entrée en guerre du côté de la France, et de l’autre, les neutralistes, divisa la société transalpine. Beaucoup d’intellectuels, tels que Benedetto Croce, étaient dans le deuxième camp, alors que les avant-gardistes profitèrent de cette conjoncture pour réaffirmer leur opposition aux figures consacrées de la vie intellectuelle italienne. Le 24 mai 1915, une fois l’Italie entrée en guerre contre l’Autriche (c’est seulement le 28 août 1916 que le pays fera aussi une déclaration de guerre contre l’Allemagne), Lacerba, la revue de Soffici et Papini, parut sous le titre « Nous avons gagné ». Dès le mois suivant, considérant que le but de sa revue était atteint et qu’il était temps de passer à l’action, Soffici mit fin à l’existence de Lacerba, s’engagea dans l’armée italienne et se porta volontaire à partir au front. Il servit comme officier et combattit dans l’Est de l’Italie, où il fut blessé. Il retourna néanmoins au combat, et resta mobilisé jusqu’à la fin de 1919.

40Attaché depuis 1917 au personnage de Benito Mussolini, Soffici prit des positions de plus en plus nationalistes et germanophobes. C’est à cette époque-là que le thème de latinitas s’introduisit dans son discours, tourné plus que jamais vers la glorification de l’identité nationale italienne et vers l’aspiration à un nouvel âge d’or de grandeur impériale pour la péninsule, récupérant, par les armes, ses terres irrédentes.

LES TRAJECTOIRES MIGRATOIRES AU SORTIR DE LA GUERRE

41Italien « transplanté » en France, combattant sur le sol français et auprès de l’armée française pour la cause « latine » – c’est ainsi que Canudo se voyait durant la guerre. Il poursuivit cet engagement dans l’après-guerre, en partant en « croisière » dans la Méditerranée, afin de défendre son projet d’une panlatinité à la fois culturelle et politique. En janvier 1920, il donna dans ce cadre une série de conférences, à Rome, sur L’Idée et l’Action Méditerranéennes. Ensuite, il descendit jusqu’à Bari et y embarqua pour la Grèce. Les activités de Canudo pour la cause « latine » furent interrompues par sa mort brutale, le 10 novembre 1923, suite à ses blessures de guerre.

42Quant à Soffici, il se déclara « un autre homme » à son retour du front. D’ores et déjà, on constate chez lui un ancrage identitaire de plus en plus fort dans sa région natale, sous le signe du retour aux origines et de la continuité. Cela passe d’abord par le fait de se retirer à Poggio a Caiano – le village natal de sa mère, où il s’installa en 1907 – et d’y fonder un foyer, en se mariant et en ayant trois enfants. Ayant abandonné l’avant-gardisme, il élaborait désormais son esthétique néo-classiciste, traditionaliste et régionaliste de toscanità.

43Une autre étape de la distanciation de Soffici vis-à-vis de la France, et de ses propres pratiques spatiales d’avant-guerre, se déroula dans l’immédiat après-guerre, avec sa collaboration intensive à La Vraie Italie : organe de liaison intellectuelle entre l’Italie et les autres pays. Cette revue intellectuelle italienne, rédigée essentiellement en français, fut fondée par Papini à Florence en février 1919, juste après le début de la conférence de Paris, dont les négociations provoquèrent en Italie une atmosphère d’amertume envers ce qui y était perçu comme une trahison des Alliés – et surtout de la France, la grande alliée « latine » – face aux revendications territoriales italiennes.

44Dans cette tentative de liaison franco-italienne, Papini et Soffici s’appuyèrent fortement sur l’idéologie panlatine, qui venait de connaître une propagation importante avec l’alliance militaire entre les deux pays durant la guerre. Or, la conjoncture n’était plus la même : en 1919-1920 s’affirma, en effet, un décalage irréductible entre les positions irrédentistes du gouvernement italien, exigeant des récompenses territoriales maximales aux sacrifices de la guerre, et la hantise française de sa sécurité future, qui la mena à privilégier une alliance avec les pays de l’Europe centrale au détriment de certains intérêts italiens. Dès lors, bien que se réclamant de la « civilisation latine », le discours essentiellement nationaliste et irrédentiste de La Vraie Italie ne pouvait être entendu en France. À cause de ce décalage franco-italien, la « liaison intellectuelle » envisagée par Papini et Soffici revêtait un caractère hautement polémique, et leurs propos devenaient de plus en plus francophobes. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que cette revue francophone ne réussît pas à se créer un lectorat français, ce qui provoqua sa disparition dès mai 1920, après 12 numéros seulement.

  • 8 Sur la francophobie du régime mussolinien, voir Gilbert Bosetti (1986).

45Au cours des années 1920, dans le contexte intellectuel de l’émergence du fascisme italien, les prises de position idéologiques et esthétiques de Soffici – nationalisme, francophobie8, retour à l’ordre – lui permirent de reconvertir le capital symbolique qu’il avait accumulé, avant la guerre, en tant qu’acteur majeur de l’avant-garde florentine : grâce à son prestige acquis, y compris durant ses longues années à Paris, il devint désormais la figure tutélaire de Il Selvaggio, une revue fondée en Toscane en 1924. Se réclamant du fascisme révolutionnaire, Soffici et ses collaborateurs attaquaient aussi, très violemment, la France, qu’ils considéraient comme une nation cosmopolite, embourgeoisée et décadente. C’est surtout l’avant-garde parisienne « métèque » qui représentait désormais, pour Soffici, les fléaux de la culture française. Ainsi, malgré la conservation et la reconversion du capital symbolique précédemment accumulé à Paris, la francophobie acerbe exprimée par Soffici dans les années 1920 marqua une rupture violente par rapport à sa propre trajectoire migratoire et à la transnationalité avant-gardiste dont il faisait partie avant la guerre.

CONCLUSION

46Dans les deux trajectoires étudiées ici, nous avons constaté des pratiques spatiales et des formes d’identification divergentes, y compris des manières différentes de se référer à la latinité. Ces pratiques spatiales et ces formes d’identification se développèrent dans une double distinction. Premièrement, les deux avant-gardistes italiens, amis puis ennemis, se distancièrent graduellement l’un de l’autre par des stratégies opposées : d’une part, celle d’un investissement total sur l’espace littéraire d’arrivée, et de l’autre, celle d’un transfert de capital symbolique vers l’espace de départ. Deuxièmement, le processus de distinction était aussi celui de Canudo face à l’Italie, et celui de Soffici par rapport à la France. Certes, Canudo n’alla jamais jusqu’à renier ses origines, mais il cherchait à les « dissoudre » dans la latinité, celle-ci conçue comme un tremplin pour sa « transplantation » en France. Inversement, l’attachement grandissant de Soffici à son identité nationale et régionale, depuis le retour en Italie en 1907, aboutit à un rejet de la France, de sa culture, et surtout de ses avant-gardes.

47Concomitamment à cette double différenciation, nous avons pu constater une continuité importante dans la logique des trajectoires : continuité de la « transplantation » dans le pays d’arrivée, chez Canudo, et continuité de l’enracinement dans le pays et la région d’origine, avec leurs traditions séculaires, chez Soffici. Nous en avons vu plusieurs exemples, comme celui du parcours militaire de Canudo, qui, malgré les changements successifs de statut, effectua la totalité de son service en France ou auprès des forces françaises à l’étranger. En plus, la continuité était un élément fort dans la théorisation, effectuée par Canudo et Soffici, de leurs propres pratiques spatiales. Ainsi, affirmant l’existence d’un espace « latin » transnational, Canudo cherchait à concevoir et à présenter son immigration en termes de continuité plutôt que de rupture. De même, Soffici ne concevait pas ses déplacements spatiaux en termes de déracinement et de déstabilisation de ses ancrages identitaires italiens et toscans, mais comme la continuation d’un projet national remontant au Risorgimento du XIXe siècle. En effet, ses activités à Paris, qu’elles se fissent sur place ou de loin, s’inscrivaient pour lui dans la mission nationale de rééquilibrage des rapports de force symboliques entre l’Italie et les autres puissances culturelles européennes.

48À travers l’analyse historique, nous avons cherché à éclairer la relation entre identité et mobilité dans les deux cas étudiés. Nous avons vu que les trajectoires de Canudo et de Soffici, avec leurs pratiques spatiales et leurs ancrages régionaux, nationaux et transnationaux, s’inscrivirent dans un contexte historique où se mêlaient de fortes tendances à la transnationalité et à la nationalisation. Ce contexte fut celui des mouvements d’avant-garde du début du XXe siècle, qui, tout en s’appuyant sur des modes de fonctionnement transnationaux, n’étaient pas perméables aux processus de nationalisation culturelle dans leurs pays respectifs. Nous avons indiqué que la nationalisation des avant-gardes italiennes était précoce, par rapport à d’autres mouvements européens, du fait de la conjoncture politique d’une nation dont l’unification territoriale n’était pas encore achevée. Ces facteurs rendent compte à la fois de la propension de Soffici et de Canudo aux pratiques spatiales de mobilité et d’immigration, et de leurs forts ancrages nationaux, que ce soit sous forme de nationalisme italien ou français.

49Le fait que les pratiques spatiales des deux écrivains italiens fussent tournées vers la France n’était pas un hasard. Nous avons vu en effet que le séjour à Paris, visé par tout écrivain européen désirant effectuer une initiation intellectuelle, avait en plus une signification particulière pour la nouvelle génération littéraire en Italie : se tourner vers Paris était un moyen de se distinguer des aînés consacrés, généralement orientés davantage vers la pensée germanophone.

50L’éclatement de la Première Guerre mondiale, déclenchant la nationalisation de la plupart des avant-gardes européennes, fut pour les avant-gardistes italiens un moment d’accélération des tendances déjà manifestes avant le conflit. Ainsi, la mobilisation de Canudo en France et celle de Soffici en Italie achevèrent la « transplantation » du premier – assortie d’une forte adhésion au nationalisme français – et l’enracinement du second dans le nationalisme italien.

51Les formes d’identification et les pratiques spatiales contrastées de Canudo et de Soffici, avec leurs références divergentes à la latinité, peuvent aussi être regardées comme une illustration des paradoxes des identités transnationales émergées au XIXe siècle. Si les États-nations modernes opposèrent leur « universalisme » aux identités infranationales « particularistes » (ethniques, linguistiques, religieuses…), les mouvements pan-nationalistes prônaient, eux, un « universalisme » transcendant même celui des États-nations, tout en réintroduisant dans leurs discours ce que ces derniers avaient fragilisé en estompant les identités locales, à savoir, pour reprendre les termes de Michel Bonetti (1995), « l’ancrage symbolique [des identités individuelles] dans un système de différences susceptibles de les nourrir et sur lequel elles peuvent s’étayer ». Universelle – et donc légitime selon le paradigme même du national, qui constituait à l’époque le modèle identitaire prédominant –, la latinité proposait aux individus, en même temps, un ancrage symbolique puissant dans le passé transhistorique de la « race ». Or, la référence à la latinité relayait très souvent, comme dans les deux cas étudiés ici, un ancrage de plus en plus fort dans l’identité nationale, qu’il s’agît du détour de Canudo par la latinité pour accéder à une identité française ou de l’usage de la latinité fait par Soffici, comme synonyme de grandeur nationale italienne.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Blumenkranz-Onimus N., « Deux destins parallèles : F. T. Marinetti et Ardengo Soffici », Pampaloni G. (dir.), Ardengo Soffici : l’artista e lo scrittore nella cultura del 900, Firenze, Centro Di, 1976, p. 96-99.

Bonetti M., « La spatialisation des identités : de l’ancrage symbolique à la quête des référents imaginaires », Revue internationale de Psychosociologie, n° 2, 1995, p. 147-158.

Bosetti G., « Les lettres françaises sous le fascisme : le culte de la “N. R. F” dans l’entre-deux-guerres face à la francophobie fasciste », Mélanges de l’École française de Rome, n° 98, vol. 1, 1986, p. 383-432.

Canudo R., Lettres à Guillaume Apollinaire, 1904-1918, établies, annotées et présentées par Giovanni Dotoli, Paris, Klincksieck, 1999.

Casanova P., La République mondiale des Lettres, Paris, Le Seuil, 1999.

Charle C., Les Intellectuels en Europe au XIXe siècle : essai d’histoire comparée, Paris, Le Seuil, 2001.

Giordan H., « Cosmopolitismo e cultura nazionale in Italia al tempo della Voce », Cenobio, n° 2 (nouvelle série), 36e année, avril-juin 1987, p. 148-157.

Green C., The European Avant-gardes : Art in France and Western Europe 1904-c1945, London, Zwemmer, 1995.

Livi F., « Le “saut vital” : le monde littéraire italien à Paris (1900-1914) », Kaspi A. et Marès A. (dir.), Le Paris des étrangers : depuis un siècle, Paris, Imprimerie nationale, 1989, p. 313-327.

Marchetti G., Ardengo Soffici, Firenze, La Nuova Italia, 1979.

Milza P., « Les cultures de l’immigration dans la France des années 1930 »,

Duroselle J.-B. et Serra E. (dir.), Il vincolo culturale fra Italia e Francia negli anni trenta e quaranta, Milano, Franco Angeli, 1986, p. 181-196.

Mimita Lamberti M., « Appunti sul primo Soffici (1897-1908) », Pampaloni G. (dir.), Ardengo Soffici : l’artista e lo scrittore nella cultura del 900, Firenze, Centro Di, 1976, p. 227.

Monnier G., « Mobilité et liberté, l’internationalisation des arts en Europe », Monnier G. et Vovelle J. (dir.), Un art sans frontières : l’internationalisation des arts en Europe, 1900-1950, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 9-13.

Papini G., « Lettres italiennes », Mercure de France, n° 105, vol. 392, 1913, p. 857-861.

Pia De Paulis-Dalembert M., Giovanni Papini : culture et identité, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2007.

Picciola A., « Les étrangers au service de la France », Leroy C. (dir.), Blaise Cendrars et la guerre, Paris, Armand Colin, 1995, p. 22-34.

Rubeš J., « De la sensibilité nationale à la conscience européenne. Le cas des avant-gardes tchèque et belge », Delaperrière M. (dir.), Convergences européennes : conscience nationale et conscience européenne dans les littératures slaves, baltes, balkaniques, hongroise au XXe siècle, Paris, Publications Langues’O, 1993, p. 231-237.

Sapiro G., La Guerre des écrivains, 1940-1953, Paris, Fayard, 1999.

Schor R., L’Opinion française et les étrangers en France, 1919-1939, Paris, Publications de la Sorbonne, 1985.

Soffici A., Commerce avec Apollinaire : poèmes et proses (1904-1955), textes réunis, traduits et présentés par Isabel Violante, Paris, XXI siècle éditions, 2008.

Thiesse A.-M., La Création des identités nationales : Europe, XVIIIe-XXe siècle, Paris, Le Seuil, 1999.

Vegliante J.-C., « Italiani trasparenti : la letteratura d’emigrazione in Francia fra impostura e dimenticanza », Marchand J.-J. (dir.), La letteratura dell’emigrazione : gli scrittori di lingua italiana nel mondo, Torino, Edizioni della Fondazione Giovanni Agnelli, 1991, p. 61-80.

Wilfert-Portal B., « Literary Import Into France and Britain Around 1900 : a Comparative Study », Charle C., Vincent J. et Winter J. (dir.), Anglo-French Attitudes : Comparisons and Transfers Between English and French Intellectuals Since the Eighteenth Century, Manchester/New York, Manchester University Press, 2007, p. 173-193.

Notes

1 En tant qu’elle était basée sur des souvenirs transhistoriques, voire mythiques, la latinité pourrait être rapprochée des formes de la « mémoire collective » définies par Maurice Halbwachs. Voir Id., La Mémoire collective, édition critique par Gérard Namer, Paris, Albin Michel, 1997.

2 Il semble que son voyage fut également motivé par une liaison avec une jeune femme suédoise rencontrée à Rome et suivie à Paris.

3 La nouvelle série des deux revues fusionnées finit par disparaître en mai 1905.

4 Le Temps, Le Figaro, Le Matin, L’Écho de Paris, Le Gaulois, I’Intransigeant. Nous n’y avons trouvé aucun écho durant la semaine suivant la publication de l’appel.

5 Nommé capitaine à titre étranger pour la durée de la guerre, Canudo commandait un détachement de 400 Italiens volontaires. Envoyé au front de l’Argonne le 8 septembre 1914, il effectua le 8 janvier 1915 une action d’éclat qui lui valut une Croix de Guerre. Cette décoration fut suivie par d’autres, récompensant le mérite et l’héroïsme dont Canudo, blessé plusieurs fois, fit preuve tout au long de son service.

6 Sur le parcours militaire de Canudo, voir aussi Anna Paola Mossetto Campra, « Chronologie », in Pasquale Aniel Jannini et Sergio Zoppi (dir.), Canudo, Roma, Bulzoni, 1976, p. 19-37. Le 3 septembre 1915, Canudo embarqua avec le premier régiment des Zouaves à destination des Dardanelles. Ensuite, le 27 septembre 1916, il fut détaché comme officier de liaison au Quartier Général de l’Armée Italienne en Orient, chargé, dans ce cadre, de coordonner l’armée italienne et française. En octobre 1917, il fut évacué en France pour maladie ; et en juillet 1918, nommé officier d’Information, il fut envoyé en mission à Reims.

7 Apollinaire était né à Rome, d’un père italien et d’une mère polonaise.

8 Sur la francophobie du régime mussolinien, voir Gilbert Bosetti (1986).

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540