Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Se déplacer pour se situer

 | 
Sandrine Depeau
, 
Thierry Ramadier

Chapitre 3. Les pratiques spatiales des migrants japonais dans l’agglomération parisienne, reflets d’identités en reconstruction

Hadrien Dubucs

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 L’« habiter » est ici entendu dans une acception large d’une « configuration spatiale stabilisée, i (...)
  • 2 Le recensement général de la population de l’INSEE donne pour 1999 le chiffre de 10 000 immigrés ja (...)

1Ce texte est issu d’un travail de thèse portant sur les manières d’habiter1 Paris par les Japonais qui y résident. Actuellement au nombre de 10 à 20 000 selon les sources2, ils correspondent à trois grands profils (Yatabe, 1992 ; Dubucs, 2009). Le premier profil est celui des employés de sociétés japonaises pour qui le séjour parisien constitue une étape professionnelle définie et encadrée par l’entreprise. Le deuxième profil, plus hétérogène, comprend les actifs qui séjournent à Paris de leur propre initiative et par leurs propres moyens (artistes, entrepreneurs, salariés embauchés sur place). Enfin, le troisième profil est celui des étudiants, qui séjournent à Paris pour apprendre le français ou renforcer une spécialisation en musique, en artisanat d’art ou encore en cuisine.

2Cette diversité de profils correspond à une grande diversité de trajectoires socio-spatiales intégrant une séquence à Paris : pour certains migrants japonais, ce séjour constitue une première étape professionnelle à l’étranger, passage obligé d’une promotion au sein de l’entreprise (Wagner, 2007) ; pour d’autres, il fait suite à une première séquence de vie active au Japon et répond à une aspiration au changement, voire à un « nouveau départ » impliquant une prise de distance par rapport à l’entourage professionnel et familial (Goldblum et Charmes, 2005) ; pour d’autres, enfin, le séjour à Paris répond à un projet personnel de formation, associant étroitement l’obtention d’un diplôme universitaire et l’acquisition d’une certaine familiarité avec l’international, appelée à être valorisée professionnellement au Japon. Sans nier les fortes différences de revenus et de position sociale entre les expatriés et les artistes indépendants, il nous paraît intéressant de mettre l’accent, non pas sur les segmentations socioprofessionnelles « photographiées » au moment de l’enquête, mais sur la diversité des trajectoires socio-spatiales qui traversent une population migrante de même origine. Une telle mise en perspective spatiale et temporelle de l’expérience migratoire s’inscrit dans un mouvement de la recherche sur les mobilités spatiales qui, depuis deux décennies, insiste sur la nécessité d’une approche non segmentée des mobilités (Brun, 1993 ; Simon, 2006) : les pratiques citadines développées par les migrants à l’échelle intra-urbaine de leur espace de séjour ne sont intelligibles que si l’on considère l’espace de vie tout entier : la succession des lieux habités conditionne l’acquisition d’habitudes et de compétences à la mobilité ; la circulation entre ces lieux influence les pratiques (ne pas acheter dans la ville de séjour les produits alimentaires que l’on peut acheter plus commodément dans le lieu d’origine) ; elle complexifie également les rôles sociaux incarnés par les individus, avec parfois des contrastes saisissants entre des positions de « petit ici, notable là-bas » (Missaoui, 1995).

3Cette étude des migrants japonais à Paris prend place dans une réflexion sur les articulations entre mobilités et identités. L’approche par la diversité des trajectoires socio-spatiales permet d’éclairer cette articulation à plusieurs niveaux.

  • 3 L’enquête « Histoire de vie » de l’INSEE (2003) et les travaux qui l’ont préparée (Ville et Guérin- (...)

4La séquence parisienne de la trajectoire socio-spatiale des migrants japonais peut d’abord être envisagée comme l’occasion d’une redéfinition des lieux de référence de l’individu au sein de son espace de vie. Dans une perspective géographique, l’identité japonaise n’est pas entendue ici comme une « autocompréhension » (Brubaker, 2003 : 77) de soi comme Japonais, mais comme le fait de se sentir « du Japon3 », autrement dit un « sentiment d’appartenance à un territoire [qui] figure parmi la multitude des référents identitaires potentiels que sont l’appartenance sociale, religieuse, familiale, professionnelle, etc. » (Guérin-Pace, 2006 : 299). La construction d’un ancrage (Imbert, 2005) dans l’espace parisien apparaît le cas échéant comme l’un des marqueurs forts de ce processus de recomposition identitaire. Cette approche des identités sociales par les lieux d’appartenance permet de s’éloigner d’une approche culturaliste très structurante dans les travaux français sur le Japon. Il ne s’agit pas en effet ici de chercher les traductions d’un « rapport japonais à l’espace » dans les pratiques des Japonais à Paris, mais d’analyser comment ces pratiques sont révélatrices d’une confrontation à un contexte socio-spatial parisien très différent de celui où ont été acquises les habitudes et compétences citadines. Soulignons néanmoins que l’idée même de « modèles » urbains spécifiquement japonais et français fait l’objet de débats (Choay, 1994). En outre, si les formes urbaines sont globalement très contrastées entre Tokyo et Paris, cela ne permet pas de préjuger de l’intensité avec laquelle les migrants éprouvent de tels contrastes, ni de la manière dont ils peuvent construire leurs rapports pratiques et cognitifs à leur espace actuel de résidence, et redéfinir les lieux auxquels ils se sentent appartenir.

5Le séjour parisien s’inscrit également dans une trajectoire professionnelle et sociale, et se caractérise vraisemblablement par une redéfinition des rôles sociaux joués par les migrants dans des environnements familiaux et professionnels recomposés : la migration implique toujours une mise à distance de l’entourage ; en situation d’expatriation, l’entreprise encadre les choix résidentiels mais aussi plusieurs registres de la vie quotidienne, tels que les activités de loisirs (Ben-Ari, 2000) ; les collègues ou camarades d’études japonais sont souvent les interlocuteurs privilégiés, voire exclusifs, au moins dans les premiers temps du séjour ; les interactions avec les citadins autochtones imposent l’incarnation d’une « figure » particulière de l’étranger (Simmel, 1999 [1908]). Les travaux sur la multi-résidence (Bonnin et Villanova, 1999) montrent bien qu’aux différents lieux de l’espace de vie sont associés des rôles sociaux différents, ou au moins des degrés différents de « sérieux » (Rémy, 1999) avec lequel ils sont joués : les espaces de « primarité », où s’assument les responsabilités professionnelles et familiales, se distinguent des espaces de « secondarité », où ces enjeux sont moins directement impliqués, et qui par conséquent, offrent une plus grande liberté à l’expérimentation de nouvelles attitudes.

6Les trajectoires socio-spatiales des migrants japonais sont donc ici appréhendées comme des processus de constructions identitaires, à la fois concernant le territoire d’appartenance et les rôles sociaux joués par les individus. Nous proposons ici de saisir la séquence parisienne comme l’une des étapes de ce processus. Plus précisément, nous faisons l’hypothèse que les pratiques spatiales des migrants japonais dans l’espace parisien sont un révélateur pertinent de leurs identités sociales en construction. Les pratiques spatiales désignent les diverses actions individuelles dotées d’une certaine régularité et associées à des lieux précis de l’espace de résidence. Elles sous-tendent les mobilités quotidiennes ou plus épisodiques et impliquent un questionnement, auquel la réponse n’est pas donnée a priori, sur le choix des lieux associés à l’action considérée. Les configurations spatiales des activités diffèrent selon les résonnances singulières entre des projets, des expériences, des aspirations, et les qualités objectives, mais subjectivement perçues, des lieux susceptibles de servir de cadre à ces actions.

7Le matériau analysé est issu d’enquêtes menées auprès de trente-sept migrants japonais recueillant précisément le parcours antérieur, les contextes familial et professionnel du séjour, l’agencement spatial des pratiques ordinaires et les discours produits par les enquêtés sur la signification qu’ils attribuent à leur séjour parisien. Nous proposons donc ici une approche phénoménologique de type compréhensive des rapports à l’espace parisien, inscrite dans des parcours socio-spatiaux entre le Japon et la France.

8Il s’agit d’abord de décrire dans leurs grandes lignes les ressources localisées à destination des Japonais résidant à Paris. L’usage qu’en font les individus sera analysé comme un révélateur du statut qu’ils attribuent à la séquence parisienne de leur trajectoire socio-spatiale, et servira à en identifier trois grands types.

LE « JAPON À PARIS » : UNE GÉOGRAPHIE DES BEAUX QUARTIERS

Une organisation spatiale guidée par les « ressources japonaises localisées »

9Comment les individus ont-ils recours à un ensemble de ressources localisées explicitement destinées à la population japonaise de Paris ?

10Destination ancienne de l’immigration japonaise, l’agglomération parisienne se caractérise par un ensemble de ressources diverses destinées aux ressortissants japonais qui y séjournent (tableau 1), et s’adressant dans la plupart des cas à plusieurs profils de migrants. Ainsi, les agences immobilières s’efforcent de construire une offre répondant aux budgets et aux besoins aussi bien d’étudiants que d’employés de sociétés japonaises. Pour ceux qui y ont recours, la filière japonaise d’accès au logement facilite l’installation à Paris mais en même temps restreint le choix résidentiel en le « canalisant » (Hurdley et White, 2003). Les services housing des entreprises collaborent avec des agences immobilières spécialisées dans une clientèle japonaise pour « cibler » une offre résidentielle répondant à des critères réputés incontournables pour les migrants japonais : localisation dans un quartier « sûr » et prestigieux, niveau élevé de confort domestique ou « typicité » parisienne, ou encore proximité d’autres ménages japonais. L’orientation prioritaire des ménages expatriés vers certains segments de l’offre locative parisienne tend donc à limiter l’éventail des possibles résidentiels.

Tableau 1 : Différents types de ressources japonaises à Paris (exemples les plus fréquemment évoqués par les enquêtés)

Filière d’accès au logement

Agences immobilières (Champs Elysées, Beaugrenelle, Opéra), agences de relocation, propriétaires louant exclusivement à des Japonais, diffuseurs d’annonces et d’informations (presse et Internet)

Employeurs

Filiales de sociétés japonaises (Opéra, La Défense) ; commerces/restaurants japonais (Opéra)

Biens/services

Écoles japonaises (Opéra, Boulogne-Billancourt, Saint Quentin en Yvelines) ; épiceries (Opéra, Beaugrenelle) ; bars/bottes de nuits (Opéra) ; restaurants (Opéra) ; médecins (Hôpital Américain de Neuilly) ; coiffeurs (Opéra) ; associations d’aide aux migrants japonais (Champs Élysées, Opéra) ; centre culturel/bibliothèque (Maison de la Culture du Japon, Quai Branly)

Réseaux

Conjoint(e) ; amis ; collègues ; voisins

Événements

Ex : pique-nique sous les cerisiers au Parc de Sceaux (78) ; course hippique de Deep Impact (hippodrome de Longchamp) ; festival de théâtre kabuki

Lieux

Quartier de l’Opéra (centralité commerciale) ; lieux de concentration résidentielle (Passy (16e), Beaugrenelle (15e)

Source : Dubucs, enquêtes 2005-2007

Une concentration résidentielle dans les secteurs valorisés de l’agglomération parisienne

11La distribution spatiale des lieux de résidence des immigrés Japonais n’est ni homogène ni aléatoire dans l’espace urbain.

Carte 1 : Répartition des immigrés japonais en Île-de-France (1999)

Carte 1 : Répartition des immigrés japonais en Île-de-France (1999)

Source : Dubucs, d’après INSEE, RGP 1999

  • 4 Le terme renvoie aux « centralités immigrées » identifiées dans un grand nombre de villes et désign (...)

12La carte montre une relative concentration résidentielle des migrants japonais dans les secteurs les plus valorisés de Paris intra-muros (15e et 16e arrondissements) et de la première couronne, notamment à Boulogne-Billancourt (92). Les autres ressources citées dans le tableau 1, telles que les sociétés employant des expatriés, les commerces et services marchands dédiés à une clientèle japonaise, ou encore les associations et centres culturels japonais, sont également localisées dans des secteurs valorisés : quartier de l’Opéra, Beaugrenelle (15e), Champs Élysées. Ces localisations sont donc susceptibles de structurer les choix résidentiels mais aussi les pratiques quotidiennes des migrants qui ont recours à cette offre spécifiquement japonaise. Le « quartier de l’Opéra » (désigné comme tel par la plupart des enquêtés) constitue clairement une centralité japonaise4 : lieu de résidence, mais surtout lieu de travail, lieu d’approvisionnement en produits japonais, lieu de loisirs et de sociabilité.

13Dans quelle mesure ces ressources sont-elles mobilisées de manière différenciée selon le statut de la séquence parisienne dans les trajectoires des migrants japonais, et comment le recours à ces ressources influence-t-il les pratiques spatiales des individus concernés ?

Pratiques de l’espace parisien et significations du séjour : le prisme du recours aux ressources japonaises localisées

14Nous entendons ici par « signification » la manière dont les individus donnent sens à la séquence parisienne de leur trajectoire. Il s’agit donc d’une construction, qui dépend de l’expérience antérieure, des projets professionnels et personnels associés au séjour parisien. En outre, cette signification est appréhendée à travers des éléments objectifs caractérisant la position sociale et professionnelle de l’individu, mais aussi des éléments de discours produits par celui-ci concernant son rapport à l’espace parisien, son rapport aux lieux japonais de son espace de vie, et la perception de sa propre position sociale comme résidant parisien et comme membre de la communauté japonaise à Paris.

DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUE : ARTICULER LES PRATIQUES D’UN ESPACE AVEC LA SIGNIFICATION QUI LUI EST ASSOCIÉE AU SEIN DE TRAJECTOIRES SOCIO-SPATIALES

15Une enquête a été conduite entre janvier 2005 et mai 2009 auprès d’un échantillon de trente-sept migrants japonais reprenant la diversité des profils socio-démographiques identifiés par le traitement de données statistiques (INSEE, RGP, 1999) relatives à l’ensemble des migrants japonais d’Île-de-France : âgés de 18 à 73 ans, ils sont étudiants, expatriés, employés recrutés sur place ou professionnels indépendants, vivant seuls, en couple avec un Japonais ou un Français, et résidant dans des secteurs de concentration japonaise ou dans des quartiers marginaux par rapport à la géographie du Japon à Paris. Enfin, les durées des séjours vont de un à vingt-cinq ans. Cette enquête consiste en un entretien de deux à trois heures, réitéré dans la moitié des cas au cours du séjour parisien des enquêtés, à travers une grille commune comportant plusieurs thématiques : l’ensemble du parcours antérieur, saisi à partir d’une matrice biographique inspirée de travaux de démographes (GRAB, 1999), laquelle articule, pour l’ensemble de la vie de l’enquêté, la succession des lieux de résidence avec celle des événements professionnels et familiaux ; le projet sous-tendant le séjour à Paris, les conditions d’installation et le degré de préparation de celui-ci ; la situation professionnelle, économique et familiale à Paris ; les liens affectifs, physiques, matériels et immatériels avec le Japon ou d’autres lieux de l’espace de vie ; les pratiques spatiales à Paris, à travers : l’identification précise des lieux d’activités banales ou plus occasionnelles ; le remplissage d’agendas hebdomadaires précis ; la description des pratiques déployées (notamment les formes de sociabilités associées) ; des éléments de qualification discursive de ces lieux.

16Les pratiques de l’espace parisien peuvent à partir de ces enquêtes être regroupées en trois grands types.

DES PARCOURS DIFFÉRENCIÉS

L’expérience parisienne comme étape professionnelle : le recours quasi-systématique à des ressources japonaises

  • 5 Un Master of Business Administration à HEC.

17À trente ans, Jun, cadre dans une société de construction navale à Tokyo, s’installe à Paris avec sa femme Akiko pour une formation5 de dix-huit mois que lui finance son employeur. Son séjour à Paris a une fonction clairement définie dans un cursus professionnel qui implique un retour au Japon : « Je reste encore 16 mois, donc jusqu’en décembre de l’an prochain. Et je ne peux pas quitter ma compagnie, donc c’est très clair comme calendrier. » Pour sa femme il s’agit d’une occasion pour découvrir une ville, et d’acquérir quelques notions de français. Ils s’installent dans un vaste appartement meublé du 15e arrondissement (boulevard de Grenelle), payé à 80% par l’employeur et qu’ils trouvent via une agence immobilière japonaise du 15e arrondissement. Les relations sociales les plus étroites (dîners, visites, excursions) sont entretenues avec des Japonais, en particulier des collègues de Jun, avec qui il a été mis en contact avant son départ du Japon. Bien que le séjour y soit temporaire, Paris n’est pas réellement un espace de secondarité, car Jun doit y tenir son rôle professionnel. Une large place est néanmoins accordée à la découverte de Paris : promenades, exploration systématique des pâtisseries parisiennes et des marchés à ciel ouvert, musées. Cependant, ces activités indépendantes de lieux japonais proprement dits ne traduisent pas une autonomie par rapport aux ressources japonaises : les sources d’informations sont japonaises (guides touristiques et thématiques, blogs de Japonais résidant à Paris, bouche à oreille parmi les amis japonais, newsletter de l’ambassade), ainsi que les participants lors d’activités collectives (football, visite de marchés). De plus, les lieux régulièrement fréquentés sont finalement limités à un espace restreint incluant les 15e, 7e et 6e arrondissements.

18Cet exemple est représentatif des pratiques d’une dizaine d’enquêtés, de 31 ans d’âge médian, pour qui Paris fait figure d’étape résidentielle au sein d’un parcours où des étapes ultérieures sont clairement et d’emblée fixées : retour au Japon, Master aux États-Unis, installation en couple à Lyon. Figurent dans ce groupe l’ensemble des expatriés de l’échantillon, ainsi que leurs épouses, et les étudiants qui ne séjournent à Paris que le temps d’obtenir un diplôme précis. Les agréments de la « découverte » ou de la « nouveauté » sont souvent évoqués, mais la gestion de la distance passe par la recherche de continuités avec le mode de vie antérieur : scolarisation des enfants dans une école japonaise ; réseaux sociaux et professionnels majoritairement ou exclusivement japonais ; recours à des commerces et services japonais. L’agencement spatial des pratiques intègre l’usage de ressources japonaises : tous les enquêtés concernés résident dans le quart sud-ouest de Paris intra-muros conformément aux préconisations des acteurs du marché immobilier japonais (agences notamment). Les avenirs professionnel (à l’issue du contrat d’expatriation), familial et résidentiel sont clairement projetés au Japon. Les liens sociaux les plus intensément entretenus pendant le séjour concernent les membres de la famille au Japon (réception de nombreux visiteurs, communication téléphonique et électronique régulière). Dans ce cas de figure, le recours systématique aux ressources japonaises reflète des stratégies de continuité avec les rôles sociaux joués au Japon.

L’expérience parisienne comme occasion d’un changement de vie : des pratiques indépendantes des ressources japonaises

19À 25 ans, Manami démissionne de son poste de cadre dans une agence de recrutement de Tokyo, afin de réaliser sa vocation de céramiste, et choisit de s’installer à Paris. Elle effectue trois années d’études dans un lycée technique parisien, obtient son baccalauréat et intègre l’école Olivier de Serres. Elle vit d’abord grâce à son épargne, puis anime des ateliers pour enfants et obtient des résidences artistiques ponctuelles. Après une intense mobilité résidentielle dans Paris, elle habite actuellement seule dans un vaste appartement du 14e arrondissement qu’elle sous-loue à des amis français. Dans son cas, l’installation à Paris est fondée sur une décision individuelle qui constitue un véritable « changement de vie », avec une bifurcation professionnelle radicale et relativement bien préparée, où les motivations d’ordre existentiel ont un poids décisif :

« Je voulais venir en France depuis un moment, pour étudier la céramique. […] Donc, je suis d’abord entrée dans l’entreprise, c’était le bon choix je pense, parce que finalement j’avais besoin de temps pour préparer, aller à l’ambassade, avoir des notions de français. Mais surtout, c’est économique, ma préparation. Je voulais vraiment être indépendante financièrement. »

20L’installation à Paris lui offre l’occasion de prendre ses distances avec une société, un univers professionnel, un milieu familial jugés étouffants :

« C’est vrai qu’après les études, il me manquait un truc. Le travail ne me plaisait pas. […] C’est le monde du travail au Japon et la société japonaise. J’étais, comme on dit, un peu trop sauvage. »

21Dès les premiers temps du séjour, les ressources japonaises sont peu mobilisées. Le premier logement est trouvé grâce à une annonce dans un journal japonais, mais les suivants par bouche à oreille dans son réseau d’amis français, ou par le compagnon français chez qui elle s’installe (par deux fois). Contrairement à la plupart des étudiants japonais à Paris, elle est la seule japonaise de son établissement, et son apprentissage du français se fait donc « à marche forcée ». Elle construit ses réseaux professionnels et amicaux parmi les étudiants de sa promotion et au sein d’un « petit monde » des plasticiens à Paris. À aucun moment de sa carrière artistique à Paris elle n’est en contact avec le milieu artistique japonais soutenu par l’ambassade et bénéficiant de lieux d’expositions attitrés :

« Moi, en tout cas, je ne connais rien du tout aux plasticiens japonais à Paris. En fait depuis le lycée, j’étais toujours avec des plasticiens français. D’ailleurs, souvent je me suis dit : il faut changer la nationalité ! »

22Ses pratiques de loisirs et de consommation se répartissent largement dans l’espace parisien, avec un évitement du quartier de l’Opéra :

« Je n’y vais jamais. Je n’ai pas besoin. »

23Elle s’approvisionne en produits japonais dans les supermarchés asiatiques de l’avenue de Choisy (13e). Manami produit un discours ambivalent sur son identité japonaise. Elle justifie ainsi la faiblesse de ses fréquentations japonaises :

« Mais moi de toute façon je ne considère pas que je suis japonaise. Le Japon c’est la langue, pour moi, surtout. […] Mes amis ne sont pas particulièrement japonais. »

24Cette posture concernant la composition des réseaux amicaux va de pair avec un discours de relativisation forte du Japon comme espace possible de résidence :

« Aucune raison d’aller au Japon plus qu’ailleurs, partout ailleurs dans le monde ce serait possible aussi. »

25On retrouve là certaines marques discursives d’un « ethos international » (Wagner, 1998 : 140-142) très sensible parmi les familles de cadres expatriés formés au sein d’établissements internationaux, et qui repose sur un certain nombre de valeurs cardinales : aisance linguistique (par la maîtrise de l’anglais notamment), étendue et diversité géographique des expériences, des activités professionnelles ou des localisations résidentielles possibles, ouverture intellectuelle, etc. Cet ethos n’est cependant pas exclusif d’une capacité à mobiliser, dans certains registres particuliers, une appartenance nationale. Ainsi, Manami décrit son approche artistique comme profondément japonaise, et sait jouer de cette dimension japonaise pour valoriser ses ateliers pour enfants ou convaincre des galeristes :

« Je suis très contente d’avoir vécu au Japon, ça c’est sûr, parce que toute ma culture, le papier, le collage, tout ça c’est mon enfance et c’est très important. […] Donc, en même temps je suis en France, mais en même temps, j’accentue beaucoup mes souvenirs d’enfance. »

26Pour huit enquêtés le séjour parisien est marqué par une volonté d’expérimentation, voire de changement de vie. Cela se traduit dans leurs discours par la récurrence des motifs de la « tentative », de la « nouveauté », du « changement » ou encore de l’« expérience ». Leur âge médian est de 31 ans, et on compte une très forte proportion d’étudiants et une faible proportion d’individus en couple. Il s’agit donc d’individus dont le séjour à Paris est fondamentalement destiné à stabiliser une situation personnelle, éventuellement de manière alternative voire opposée à ce qu’elle pourrait être dans la ville de résidence antérieure au Japon. C’est parmi ce groupe que l’on trouve des étudiants en langue française, qui prolongent plusieurs années leur visa étudiant tout en développant si besoin une activité professionnelle « alimentaire ». Resitué au sein des trajectoires socio-spatiales, le séjour à Paris est susceptible de voir s’opérer de profondes évolutions du projet comme de la situation professionnelle et personnelle : installation en couple, saisie d’une opportunité professionnelle. Un retour au Japon peut parfois être décidé de manière brutale, une fois atteinte une échéance temporelle fixée auparavant. Le « seuil » d’âge des trente ans constitue un leitmotiv des entretiens, notamment pour les femmes, et impose de clarifier le choix personnel entre la poursuite de l’« aventure » parisienne et le retour au Japon. Pour ces migrants, le Japon revêt un statut ambivalent. Il s’agit à la fois d’un « contre-modèle » justifiant une prise de risque professionnelle et personnelle, et d’un espace associé à un entourage avec qui des relations conflictuelles contribuent souvent à justifier un départ pour Paris. Inversement, le Japon apparaît comme une alternative toujours envisageable (jusqu’à un certain âge, cependant) pour un « retour à la normale » en matière sociale et professionnelle. L’aspiration à la rupture avec le Japon peut conduire à un détachement volontariste d’avec les « représentants du système social japonais » (Yatabe, 1992). Le recours à des structures japonaises est donc ponctuel, fondé sur les activités professionnelles temporaires ou centré sur un approvisionnement régulier en produits alimentaires japonais, où cependant le recours à des offres commerciales alternatives est plus répandu que pour les autres migrants.

La construction progressive d’un ancrage parisien : une autonomisation relative par rapport aux ressources japonaises

  • 6 Entretien avec Keiko, avril 2005.

27En 1999, à 24 ans, Keiko quitte son travail d’assistante dans une société commerciale à Tokyo et s’installe à Paris afin d’y améliorer son français et de « faire le tri [dans une] vie un peu bordélique »6. Jusqu’en 2005, elle renouvelle chaque année son visa étudiant en repoussant un retour professionnel au Japon. Ainsi, une tentative professionnelle de quelques semaines à Tokyo, un an après son départ pour Paris, se solde par un échec douloureusement vécu :

« Mais dès que je suis rentrée je me suis dit : non, c’est pas possible, c’est pas ici, il faut que je revienne à Paris. »

28Puis, elle épouse son compagnon français et séjourne avec lui un an et demi à Montréal, avant d’emménager en 2007 dans l’appartement parisien de son mari. L’intérêt du cas de Keiko est d’illustrer le passage d’un séjour conçu comme une « pause » à une installation durable fondée sur la décision de construire sa vie professionnelle et familiale en France. Cette évolution correspond à un basculement des espaces de primarité et de secondarité :

  • 7 Entretien avec Keiko, juillet 2007.

« Moi j’aime bien l’idée d’avoir une place, qui est Paris. […] Le Japon, c’est juste hometown, où je vais de temps en temps, mais rien ne se passe pour moi à partir du Japon7. »

29Les modalités d’accès au logement au fil des étapes de sa mobilité résidentielle à Paris montrent une autonomisation par rapport à la filière japonaise : hébergement initial dans une famille d’accueil française à Boulogne-Billancourt (92) contactée via une agence spécialisée à Tokyo, puis remplacements d’amies japonaises retournant au Japon, enfin installation avec son compagnon français à Belleville (20e) dans l’appartement de celui-ci.

30La composition du couple constitue un facteur majeur de différenciation entre les manières d’habiter Paris. Ainsi, l’autonomisation de Keiko par rapport aux ressources japonaises d’accès au logement (motivée par une raison économique, puisque les logements proposés par la filière japonaise sont globalement plus couteux que dans le marché « libre », et restreints à des offres elles-mêmes relativement chères) se fonde largement sur la prise en charge par son conjoint français du choix du logement commun. En outre, l’espace parisien devient dès lors un espace de primarité par alliance, en quelque sorte :

« C’est clair que mon mari est là, alors je reste. Sinon, pourquoi Paris, dans le fond ? »

31Parallèlement, une telle union peut affaiblir les liens avec l’entourage au Japon :

« Mes relations avec mes parents, c’est très très très très distant… on ne peut pas se comprendre, on a une vision tellement différente. […] Ils auraient voulu une fille sage, […] une famille simple, avec un mari simple, et des enfants déjà… et là, une fille qui ne bosse pas, en France, avec un mari français qui fait du théâtre ! ça colle pas vraiment ! »

32À l’inverse, le cas de Jun et son épouse montre qu’ils sont doublement liés au Japon : de par les relations avec les deux familles et le fait que celle-ci prévoit de reprendre, une fois de retour à Tokyo, une activité professionnelle abandonnée à l’occasion du séjour à Paris.

33Dans le cas de Keiko comme dans celui de Jun, le processus de familiarisation avec le lieu de résidence reprend les étapes (exploration, appropriation symbolique) qui ont été identifiées par les travaux portant sur l’amélioration de la « familiarité » en situation de séjour à l’étranger (Ramadier, 1997). Mais il est clairement plus abouti dans le cas de Keiko, qui a développé des habitudes de consommation très ancrées dans le quartier (hammam), une connaissance personnelle de voisins et de commerçants, et une attention fine aux changements du quartier. Ces disparités sont liées à une inégale durée de résidence dans un même lieu, mais aussi à une différence de perspective temporelle de présence, le cas de Keiko correspondant à un ancrage résidentiel durable.

34Enfin, Keiko fait un usage « hybride » des ressources japonaises. Ses relations amicales sont majoritairement françaises, mais elle fréquente régulièrement le quartier de l’Opéra, où elle a gardé l’habitude de fixer ses rendez-vous amicaux et où elle effectue ponctuellement des traductions pour des sociétés japonaises avec qui elle est en contact. La nourriture constitue pour elle une sorte de bastion de l’identité japonaise, ce qui la conduit à s’approvisionner dans les supermarchés asiatiques de Belleville mais aussi dans les épiceries du quartier de l’Opéra. À ce propos, Keiko développe un discours très construit sur le besoin, d’ordres physiologique et sentimental, d’une consommation régulière de produits alimentaires japonais :

« Et puis ce qu’on dit, mais moi j’y crois, c’est qu’avec l’âge on a de plus en plus besoin de ce retour vers son pays. […] Il y a quatre, cinq ans je mangeais que du pain, de la salade. Alors que maintenant j’ai tout, j’ai le rice cooker, je fais le riz. J’ai besoin de ça, quand je suis fatiguée surtout. Retrouver le goût japonais. »

35Le cas de Keiko illustre une situation d’ancrage « par alliance », où l’autonomisation par rapport aux cadres sociaux et professionnels japonais est accélérée par l’installation en couple. Pour les individus de cette catégorie (32 ans d’âge médian), les choix du logement et de la localisation sont dans tous les cas pris en charge principalement par le conjoint français, indépendamment des canaux japonais d’accès au logement et en tenant compte de ses propres ressources économiques et de ses critères de localisation. Ceci explique que pour ces neuf enquêtés les localisations résidentielles sont sensiblement distinctes des secteurs de concentration des immigrés japonais avec une forte représentation des arrondissements périphériques et moins valorisés (10e, 19e) et la présence de communes périphériques. À la différence du groupe précédent, la prise de distance par rapport au cadre social du « Japon à Paris » ne concerne que l’accès au logement et les pratiques banales. L’activité professionnelle s’effectue souvent au sein des entreprises japonaises. En outre, le Japon est souvent évoqué comme un lien possible d’installation avec le conjoint. On trouve aussi dans ce groupe des migrants japonais qui se sont « installés » à Paris, au terme de prolongements successifs du séjour ou conformément à un projet consistant dès l’arrivée à « poser les valises » (formule utilisée par une enquêtée). Dans ce groupe, on ne compte pas d’étudiants. Et sur l’ensemble des migrants concernés, ce sont des actifs ou d’anciens actifs. L’âge médian y est plus élevé que dans les autres groupes (51 ans), ce qui traduit un séjour résidentiel long. On peut considérer que la majeure partie des immigrés japonais de plus de 45 ans, qui représente environ un tiers de l’ensemble en Île-de-France (INSEE, 1999), relève de ce type de signification du séjour à Paris. L’accession à la propriété constitue un indicateur majeur d’un « basculement » du Japon à Paris comme espace d’ancrage professionnel et personnel.

CONCLUSION

36La géographie des Japonais dans l’agglomération parisienne apparaît singulièrement complexe, car très structurée par quelques lieux précis de concentration résidentielle et de fréquentation dans les secteurs les plus valorisés, mais en même temps marquée par une grande diversité des localisations marginales. Les catégories socio-professionnelles sont insuffisantes pour comprendre la spatialité de cette population, car elles ne correspondent que très imparfaitement aux différences de recours à des ressources japonaises localisées qui influencent les localisations résidentielles comme des sociabilités ou des pratiques de consommation.

37Il apparaît donc pertinent de mettre en relation la distribution spatiale des pratiques, et le poids des ressources japonaises localisées, avec le statut de la séquence parisienne au sein des trajectoires socio-spatiales des migrants japonais. Cette mise en perspective socio-spatiale permet d’analyser les séjours migratoires comme des processus de construction identitaire, du point de vue des rôles professionnels et sociaux joués par les individus, et du point de vue des lieux de référence dans l’espace de vie. Ces deux niveaux apparaissent étroitement liés dans les trois cas de figures très contrastés qui ont été décrits : recours quasi-systématique aux ressources japonaises localisées lorsque Paris n’est qu’une étape au sein d’une trajectoire professionnelle et familiale centrée sur le Japon ; indépendance lorsque d’emblée l’installation à Paris se fonde sur un projet de redéfinition profonde de la situation sociale et professionnelle ; et utilisation ponctuelle lorsque les prolongations successives du séjour à Paris, parfois marquées par une installation en couple avec un Français, vont de pair avec un affaiblissement du statut du Japon au sein de l’espace de vie.

38Plus largement, cette étude souligne que les ressources « communautaires » ne constituent pas simplement un enjeu pratique de facilitation des séjours migratoires : plus leur usage est intensif, plus les diverses instances japonaises (entourage, collègues, voisins) ont d’influence sur les rôles sociaux et professionnels joués par les individus. De même, le recours à une offre résidentielle ou à des services dédiés (école, médecin) crée des continuités avec les contextes résidentiels antérieurs au Japon, et « prépare » le retour au Japon après le séjour à Paris. Les recours différenciés à ces ressources relèvent donc moins de compétences individuelles (permettant par exemple de trouver « seul » son logement dans un contexte urbain méconnu) que des choix individuels de distance prise avec le Japon (incarnés par ses représentants ou envisagés comme étape résidentielle ultérieure). L’analyse des trois cas de migrants japonais a ainsi montré une cohérence certaine entre l’intensité du recours à ces ressources et la signification que ceux-ci attribuent à leur séjour parisien (de l’étape à l’ancrage professionnel et personnel). Les localisations résidentielles, les lieux d’approvisionnement ou d’activités ludiques, ou encore le niveau de familiarité avec certains espaces de mobilité quotidienne, tels que le quartier, bref les rapports aux lieux parisiens reflètent donc bien une composante spatiale de l’identité, entendue comme le sentiment d’appartenance à tel ou tel lieu de l’espace de vie. Les processus tels que l’autonomisation par rapport aux canaux japonais d’accès au logement, de diversification des lieux fréquentés, de familiarisation personnelle avec l’espace parisien, apparaissent ainsi comme autant d’indicateurs pertinents du caractère fondamentalement évolutif du statut respectif des lieux constitutifs d’un espace de vie construit sur de grandes distances au cours de trajectoires migratoires internationales.

  • 8 V. Kaufmann rappelle que la tradition sociologique de l’École de Chicago distingue clairement la mo (...)

39À cet égard, l’analyse du cas des Japonais enrichit certaines intuitions communes relatives aux migrants de catégories moyennes et supérieures, réputés disposer d’une « familiarité avec l’international » (Wagner, 2007) qui conférerait une certaine « fluidité »8 (Kaufmann, 2008) à leurs mobilités. Il apparaît en effet que dans le cas des expatriés, figures emblématiques de ces élites migrantes, la fluidité de la migration repose surtout sur le recours quasi-exclusif à des ressources communautaires, et au développement de relations sociales et professionnelles qui prolongent, sans les recomposer, les cadres structurant les pratiques dans le pays d’origine. À l’inverse, c’est parmi les étudiants et jeunes actifs qui fondent leur séjour à l’étranger sur une « tentative », parfois radicale, de renouvellement de la situation personnelle et professionnelle, que l’on observe les formes les plus abouties de compétence à diversifier les univers sociaux de référence, et à faire varier l’intensité des références identitaires japonaises selon les registres d’activité.

Bibliographie

RÉFÉRENCES

Battegay A., « L’actualité de l’immigration dans les villes françaises : la question des territoires ethniques », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 8, n° 2, 1992, p. 83-98.

Ben-Ari E., « Not-precisely-work : Golf, entertainment and imbibement among Japanese business executives in Singapore », Ben-Ari E. et Clammer J. (dir.), Japanese in Singapore. Occurrences and cultural flows, Richmond, Curzon Press, 2000, p. 150-173.

Brubaker R., « Au-delà de l’“identité” », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 3, n° 139, 2001, p. 66-85.

Choay F., « Au-delà des poncifs de la spécificité », Berque A. (dir.), La maîtrise de la ville. Urbanité française, urbanité nippone, Paris, EHESS, 1994, p. 562-568.

Dubucs H., Habiter une ville lointaine. Le cas des migrants japonais à Paris, Thèse de doctorat de géographie, Poitiers, Université de Poitiers, 2009, 442 p.

Goldblum C. et Charmes E. (dir.), L’expatriation dans les métropoles des régions émergentes : quelle insertion locale ?, Rapport de la consultation « Habitat et vie urbaine », Plan Urbanisme Construction et Architecture, Ministère de l’Équipement, des Transports et du Logement, Lettre de commande n° F0215, 2005, 210 p.

Guérin-Pace F., « Sentiment d’appartenance et territoires identitaires », L’Espace Géographique,n° 4, 2006, p. 298-308.

Hurdley L. et White P., « International migration and the housing market : Japanese Corporate Movers in London », Urban Studies, vol. 40, n° 4, 2003, p. 687-706.

Imbert C., Les ancrages des habitants des villes nouvelles franciliennes : des bassins de vie en construction, Thèse de doctorat en géographie, Paris, Université Paris I, 2005, 389 p.

Kaufmann V., Les paradoxes de la mobilité. Bouger, s’enraciner, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, coll. « Le Savoir Suisse », 2008, 115 p.

Missaoui L., « Généralisation du commerce transfrontalier. Petit ici, notable là-bas », Revue européenne de migrations internationales, 1995, vol. 11, n° 1, p. 53-75.

RamadieR T., Construction cognitive des images de la ville. Évolution de la représentation cognitive de Paris auprès d’étudiants étrangers, Paris, Université Paris V, Thèse de Doctorat en Psychologie, 1997.

Ruby C., « Pratique », Lévy J. et Lussault J. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003, p. 740.

Rémy J., « Dédoublement des espaces sociaux et problématiques de l’habitat », Bonnin P. et De Villanova R. (dir.), D’une maison l’autre, parcours et mobilités résidentielles, Grane, Créaphis, 1999, p. 315-345.

Simmel G., Sociologie. Étude sur les formes de la socialisation, Paris, PUF, coll. « Sociologies », 1999 [1908].

Simon G., « Migrations, la spatialisation du regard », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 22, n° 2, 2006, p. 9-21.

Stock M., « L’habiter comme pratique des lieux géographiques », EspacesTemps.net, Textuel, 2004 (Disponible à l’adresse : [http://espacestemps.net/document1138.html]).

Ville I., Guérin-Pace F., « Interroger les identités, l’élaboration de l’enquête “Histoire de Vie” (INSEE) », Population, vol. 60, n° 3, 2005, p. 227-306.

Wagner A.-C., Les nouvelles élites de la mondialisation, Paris, PUF, 1998.

Yatabe K., Les Japonais en France. Parcours d’adaptation et ethnicité : dialogue ou autarcie ?, Paris, EHESS, Thèse de Doctorat de Sociologie, 1992.

Notes

1 L’« habiter » est ici entendu dans une acception large d’une « configuration spatiale stabilisée, intériorisée et vécue » par un individu (Lussault, 2003 : 866). Il s’agit donc de l’agencement spatial de pratiques sociales dans un espace donné intégrant les dimensions affectives et subjectives du rapport à cet espace.

2 Le recensement général de la population de l’INSEE donne pour 1999 le chiffre de 10 000 immigrés japonais résidant en Île-de-France, dont 6 000 à Paris intra muros. L’ambassade du Japon produit ses propres statistiques et estime en octobre 2003 à 22 800 le nombre de Japonais résidant en Île-de-France, dont près de 15 000 à Paris intra muros.

3 L’enquête « Histoire de vie » de l’INSEE (2003) et les travaux qui l’ont préparée (Ville et Guérin-Pace, 2005) ont contribué à montrer la pertinence d’une interrogation sur les sentiments d’appartenance à un territoire, saisis notamment via la question : « si je vous demande d’où vous êtes, que répondez-vous ? » (Guérin-Pace, 2006).

4 Le terme renvoie aux « centralités immigrées » identifiées dans un grand nombre de villes et désignant des secteurs où « les dynamiques commerciales […] prennent initialement appui sur un marché “protégé” et […] se développent en privilégiant les logiques d’attraction des clientèles spécifiques » (Battegay, 1992 : 89).

5 Un Master of Business Administration à HEC.

6 Entretien avec Keiko, avril 2005.

7 Entretien avec Keiko, juillet 2007.

8 V. Kaufmann rappelle que la tradition sociologique de l’École de Chicago distingue clairement la mobilité, « déplacement vécu comme un événement marquant, laissant son empreinte sur la vie, l’identité ou la position sociale de la personne qui le réalise », et la fluidité, « définie comme un déplacement sans effet particulier sur la personne » (Kaufmann, 2008 : 26).

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Répartition des immigrés japonais en Île-de-France (1999)
Légende Source : Dubucs, d’après INSEE, RGP 1999
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34419/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 450k

© Presses universitaires de Rennes, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540