Version classiqueVersion mobile

Les jeunes dans la ville

 | 
Monique Bigoteau
, 
Isabelle Garat
, 
Gilles Moreau

Conclusion générale

Texte intégral

1Depuis les années 1980, l’organisation et la perception du découpage territorial se sont profondément transformées. Aux côtés des départements, héritiers de la Révolution française, se sont multipliés des niveaux géographiques et politiques d’administration des territoires et des populations. Les régions, les communautés de communes, les pays, les communautés urbaines en sont quelques illustrations. Les formes de reconnaissance et/ou d’appréhension de ces nouvelles entités sont bien sûr variables et inégales. Il n’est pas rare que des habitants confondent conseil régional et conseil général, d’autant que la lexicologie entretient une ambiguïté : celui qu’on qualifie de général étant de plus faible superficie que celui nommé régional. De même, il n’est pas certain que les citoyens distinguent clairement les compétences ou domaines d’intervention qui dépendent du niveau communal, du niveau communautaire, du niveau départemental ou de l’échelle régionale. Les réactions suscitées par la disparition du numéro du département sur les plaques numérologiques des automobiles témoigne qu’avec le temps la construction mentale des territoires d’administration s’est installée dans les esprits. Cette disparition n’affecte pas seulement la symbolique des chiffres : elle frappe la visibilité d’une identité territoriale. Or dans un pays centralisé comme la France, cette « résistance » à l’effacement emblématique atteste qu’une construction de territoires infra-nationaux peut prendre racine.

2Il en va, peut-être, de même des statistiques territorialisées. Historiquement instituées par l’État et pour l’État, les statistiques françaises sont confrontées aujourd’hui à un impératif de lecture et d’utilisation décentralisées ou déconcentrées. Celles-ci ne vont pas toujours de soi, on l’a vu à maintes reprises dans cet atlas de la communauté urbaine de Nantes. Les catégories d’âges ou les découpages de territoires ne sont pas toujours homogènes ; les données sont parfois incomplètes ; elles peuvent être largement conjoncturelles ou souffrir, à des niveaux de territoires fins, d’atteindre des effectifs trop faibles pour l’analyse et/ou d’accumuler un nombre de non-réponses trop élevé. La transformation du recensement de la population s’ajoute à ces difficultés d’ensemble. Bilan, le chercheur se trouve parfois en face d’un « noir statistique  », tout simplement parce que les données n’existent pas ou ne sont pas disponibles à des niveaux géographiques suffisamment fins.

3Historiquement constituée pour « éclairer les princes  », lever des impôts et des armées, la connaissance chiffrée de la population conserve aujourd’hui l’idée qu’elle doit aider à apprécier, mettre en œuvre et évaluer des politiques publiques. Or, désormais déclinées sur des entités territoriales infra-nationales, ces politiques publiques ne disposent pas toujours des outils statistiques, et corrélativement cartographiques, pour analyser en amont les situations sociales sur lesquelles elles sont censées intervenir. On a vu l’INSEE chercher à adapter son offre statistique à ces nouvelles configurations territoriales, des observatoires nourris de statistiques d’État ou de statistiques endogènes fleurir ; ils sont censés à leurs niveaux aider à la décision. Il en va ainsi, par exemple, des OREF (Observatoires régionaux de l’emploi et de la formation) créés à partir de 1988. On a même vu des nomenclatures d’essence régionale se mettre en place. C’est ainsi que les régions Aquitaine, Bretagne et Pays de la Loire ont développé une nomenclature des formations spécifiques, aujourd’hui utilisée par d’autres régions, pour analyser la relation formation/emploi sur les territoires. Cette nomenclature, appelée GFE (Groupe de formation-emploi) ne conteste pas de front celle, nationale, de spécialités de formation (NSF), mais permet à ces régions de produire des données et des analyses spécifiques de la relation entre l’offre de formation et le marché du travail, et parfois d’imposer ces catégories de classification parties « d’en bas » à des organismes déconcentrés de l’État.

4Ce foisonnement de l’observation et de chiffrement du local, auquel la publication d’atlas locaux contribue également, ne risque-t-il pas de fractionner un peu plus la connaissance des territoires ? Si le niveau national ne suffit plus pour apprécier les situations locales, le chiffrement d’essence locale peut générer une incapacité à la comparaison inter-territoriale. Des indices montrent que le risque n’est pas seulement virtuel. Ainsi, aujourd’hui, le calcul du taux de rupture des contrats d’apprentissage par les administrations régionales relève presque d’autant de définitions qu’il y a de régions… De plus, le maniement des bases de données et leur transformation en cartographie supposent des compétences qui sont loin d’être disponibles ou assez nombreuses au sein des administrations qui gèrent ou gouvernent les territoires. C’est ce que révèle indirectement cet atlas social sur les jeunes dans la communauté urbaine de Nantes : s’il éclaire sur la jeunesse dans l’espace communautaire, il montre également combien la connaissance et l’analyse spatiale d’un espace géographique supposent la mobilisation de savoir et de savoir-faire qui n’ont rien de spontanés. Et encore, on l’a souligné, le travail proposé ici est loin d’être abouti. C’est la responsabilité des chercheurs de ne pas clore ce chantier et d’initier des travaux qui transcendent la simple question des politiques publiques : en développant des méthodologies spécifiques, en produisant des données nouvelles, en croisant les disciplines et en se saisissant d’objets de recherche qui déconstruisent les catégories ordinaires. En ce sens, l’entrée par la jeunesse privilégiée ici dévoile tout un ensemble de réalités qui ne se résument pas à une question d’âge. Se révèlent ainsi une complexité et un enchevêtrement du social qui invitent à penser différemment les espaces sociaux.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search