Version classiqueVersion mobile

Les jeunes dans la ville

 | 
Monique Bigoteau
, 
Isabelle Garat
, 
Gilles Moreau

5 - Des jeunes dans la cité

Texte intégral

Introduction

1Traiter de la participation et de l’engagement des jeunes dans la cité, c’est-à-dire apprécier leur mobilisation active dans l’action publique pose de redoutables problèmes méthodologiques. Ainsi, produire une géographie de la participation des jeunes dans des associations ou encore dans des organisations politiques (syndicats, partis, conseils municipaux) est très difficilement réalisable dans la mesure où il n’existe aucune donnée centralisée, accessible et homogène sur ces questions.

2Ce constat invite plus fondamentalement à s’interroger sur les moyens disponibles pour saisir le rapport des jeunes, mais aussi plus largement de la population, à l’action publique. Devant la situation fragmentée des données disponibles, on comprend mieux qu’en matière d’appréhension de la participation des habitants dans et sur leur cité, pris ici au sens étymologique du terme, les analyses pré-construites, la mobilisation des préjugés ou encore l’empirisme le plus sauvage prévalent quand il s’agit de rendre compte des pratiques relevant de l’action sur le politique. Confrontée à ces difficultés, l’étude cartographique s’est orientée d’une part vers des traitements classiques comme l’observation et la mesure des institutions supposées favoriser la participation des jeunes à la vie de leur cité et les y intégrer. Sont ainsi étudiées les structures d’accueil et d’animation offertes aux enfants et aux jeunes, de même que l’expérience des conseils municipaux d’enfants.

3D’autre part, sont présentées des enquêtes – par questionnaires ou à partir de données institutionnelles – saisissant les pratiques de loisirs et culturelles des jeunes et des étudiants.

4Enfin, ce chapitre propose l’analyse d’un corpus inédit relatif à l’engagement électoral des jeunes. Il s’agit d’une recherche originale si on se réfère aux analyses généralement menées qui consistent essentiellement à étudier les choix partisans au moment du vote. Cette approche classique pose en effet deux difficultés quand on rapporte l’investissement politique des populations au territoire. D’une part, la question de l’inscription est le plus souvent ignorée, d’autre part, le vote étant secret, les choix des électeurs ne sont repérés qu’à partir d’enquêtes effectuées auprès d’un échantillon représentatif de la population. La cartographie exigeant de disposer de données exhaustives et homogènes, les informations recueillies pour cette étude proviennent d’un recensement complet effectué dans tous les bureaux de vote des communes de Nantes Métropole. Le travail a consisté à relever, à partir des procès-verbaux d’émargement, l’inscription des jeunes sur les listes électorales et leur participation effective au vote à partir des données existantes (âge et signature de présence), opérations qui ont demandé l’autorisation des collectivités concernées. L’ensemble de cette démarche étant très lourde, ce recensement complet n’a pu être effectué que pour le premier tour des élections municipales de 2001.

Les structures de loisirs des jeunes

5Les loisirs encadrés constituent une modalité nouvelle pour les jeunes. C’est au début du XXe siècle que les colonies de vacances et les patronages vont se développer. Ces structures rempliront une triple fonction : une fonction de garde, une dimension sanitaire et sociale et enfin une fonction idéologique visant à la formation du citoyen républicain. C’est véritablement avec le Front populaire et l’appui de Léo Lagrange, sous-secrétaire d’État à l’organisation des Sports et des Loisirs, que la jeunesse et les loisirs deviennent une affaire d’État. L’éducation populaire va connaître un développement important avec le théâtre et le cinéma. L’activité sportive se diffuse et ne sera plus réservée à une élite grâce notamment aux écoles qui vont progressivement s’équiper de stades et de terrains de jeu. Dans ce contexte, et parallèlement à cette prise en compte politique, la période de l’Après-Guerre sera marquée par un foisonnement associatif et les comités d’entreprises investiront également ce domaine avec la création de leurs propres structures de loisirs.

6Cette situation va perdurer jusqu’au courant des années soixante-dix, puis progressivement des changements apparaissent. On note, d’une part, le désengagement des entreprises dans le domaine des loisirs et plus largement dans le champ social, et d’autre part, le développement des politiques publiques d’accompagnement social. Les années quatre-vingt, avec, en particulier, la mise en place de la décentralisation, vont marquer un nouveau tournant dans la prise en charge du secteur des loisirs à destination des jeunes avec l’émergence des municipalités comme relais ou organisateurs de loisirs et la professionnalisation croissante de l’encadrement.

7Le paysage actuel s’inscrit dans la continuité des mouvements d’éducation populaire. C’est ainsi que les centres de loisirs sans hébergement (CLSH) et les maisons des jeunes (MJ), qui ont pris le relais des colonies de vacances, affichent une double mission : éducative - complémentaire à la famille et à l’école - et sociale. Le projet éducatif constitue la première condition de l’habilitation d’un CLSH, cependant cette dimension apparaît plus ou moins affirmée selon les communes. Dans la communauté urbaine de Nantes, elle est clairement inscrite dans les objectifs des différentes associations en charge des loisirs pour les communes de Nantes, Rezé, Saint-Herblain. Elle est moins explicite dans les communes de Mauves, Brains ou Saint-Léger-les-Vignes. La carte des modes de gestion des structures d’accueil et de loisirs montre la place importante prise par les municipalités dans la gestion des loisirs.

De la gestion associative à une gestion municipale

8Il y a encore dix ans, la majorité des CLSH et des structures d’accueil pour les jeunes relevaient du domaine associatif. Le travail universitaire de A. -H. Rousseau (L’encadrement des jeunes à travers le loisir dans la communauté urbaine de Nantes en 2003) souligne que la dernière décennie a marqué un changement : les municipalités se sont imposées comme l’instance de régulation dans le domaine en étant le principal financeur. À leurs côtés, viennent ensuite la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) et les usagers. Pour exemple à Nantes : 61 % des financements proviennent de la Ville, 16 % de la CAF, 15 % des usagers, 2 % du Conseil général, 1 % de l’État, et 5 % d’autres sources. La carte montre cette évolution : treize structures sur 24 sont essentiellement gérées par la municipalité à Sautron, Saint-Herblain, Sainte-Luce-sur-Loire, Thouaré-sur-Loire, Mauves-sur-Loire, Vertou, Les Sorinières, Saint-Aignan-Grandlieu, Bouaye, Bouguenais, Saint-Léger-les-Vignes et Brains. Les autres communes présentent des situations plus complexes, soit la gestion des loisirs est déléguée à une association, c’est le cas de Rezé avec l’ARPEJ, soit les loisirs sont le fait des associations, c’est le cas pour Indre et la Montagne ; enfin dans certains contextes locaux se côtoient une gestion associative et municipale : Couëron, Orvault, Saint-Jean-de-Boiseau, Le Pellerin, La Chapelle-sur-Erdre, Carquefou et Saint-Sébastien-sur-Loire. Il est fort probable que dans ces communes la situation va évoluer dans les années à venir. On peut noter également que dans ce domaine, il n’y pas d’action concertée entre les différentes communes de Nantes Métropole.

Mode de gestion des structures d’accueil et de loisirs en 2002-2003 par commune de Nantes Métropole

Mode de gestion des structures d’accueil et de loisirs en 2002-2003 par commune de Nantes Métropole

D’après Rousseau A.-H., mémoire de Maîtrise, université de Nantes, 2003

Une offre diversifiée tant au niveau des publics visés que des activités proposées

9La carte des structures d’accueil et de loisirs par classe d’âge en 2003, montre l’extrême diversité de l’offre : des structures présentes presque partout, et pour tous les âges, avec toutefois des disparités qui relèvent d’abord de la taille des communes. Les plus grandes comme Saint-Herblain, Rezé, Saint-Sébastien-sur-Loire semblent les mieux dotées avec des structures d’accueil pour tous les âges, enfants de 3 à 12 ans et adolescents de 12 à 17 ans ; dans cette catégorie, seule La Chapelle-sur-Erdre apparaît sous-équipée par rapport à sa taille. Quatre communes plus rurales ne possèdent pas, en 2003, un équipement pour l’accueil des plus petits : Le Pellerin, Brains, Saint-Léger-les-Vignes, et Mauves-sur-Loire. Pourtant le nombre d’enfants présents dans ces collectivités paraît suffisant pour permettre l’implantation d’un CLSH. Ainsi, Le Pellerin comptait 523 enfants de 3 à 12 ans en 1999, Brains 345, Mauves-sur-Loire 336 et Saint-Léger-les-Vignes 187. Si la taille des communes permet de comprendre la présence ou l’absence de structure pour la petite enfance, mais ce constat doit aussi être mis en lien avec la structure démographique et sociale des ménages, le contexte local ou encore les effets de tradition. Sur ce point, l’histoire économique et sociale des communes est un élément important pour comprendre la place des loisirs encadrés.

10Néanmoins force est de constater que toutes les communes ont fait le choix politique d’investir ce secteur. Deux grandes tendances se dégagent : la première où le loisir répond à un besoin de garde d’enfants en dehors des temps scolaires pour les familles qui travaillent et la seconde où cette politique est associée à une action sociale et éducative, en particulier, envers les populations en difficulté scolaire ou dont l’accès aux loisirs apparaît difficile du fait de revenus familiaux modestes. S’inscrivent dans cette dernière logique, de manière plus ou moins affirmée, les communes de Nantes, Saint-Herblain, Rezé, Carquefou, Orvault et Bouguenais. L’exemple de Nantes avec l’Agence municipale pour la réalisation d’activités éducatives, sociales et culturelles de la ville de Nantes (ACCOORD) qui gère plus d’une vingtaine d’équipements d’accueil illustre parfaitement cette volonté d’associer préoccupation sociale à l’égard des populations plus défavorisées et politique de loisir pour tous.

11Si l’on tente de mettre en rapport le nombre de jeunes (3 à 17 ans) présents dans la commune et le nombre de structures d’accueil, les disparités sont flagrantes. D’un côté, des communes où le rapport entre population jeune et nombre de structures est inférieur à 1 000 enfants par centre (Brains, Saint-Léger-les-Vignes, Saint-Jean-de-Boiseau, Le Pellerin, Saint-Aignan-Grandlieu et Mauves-sur-Loire) ; à l’autre extrémité, des communes où ce même rapport est supérieur à 2 000 enfants par centre (Basse-Goulaine, Couëron, Saint-Sébastien-sur-Loire, Sainte-Luce-sur-Loire, Sautron, Carquefou, Vertou et la Chapelle-sur-Erdre). On constate par ailleurs que les communes les plus riches sont souvent celles qui apparaissent les moins bien dotées, comme Sautron, La Chapelle-sur-Erdre, Vertou et Basse-Goulaine. Aussi, aucun lien simple n’apparaît entre le nombre de jeunes et le nombre de structures. L’accroissement régulier de jeunes dans la population communale n’est pas suivi par la mise en place de nouvelles structures (Basse-Goulaine, Vertou). Il faut évidemment nuancer le propos faute d’informations suffisamment précises sur la capacité d’accueil de ces différents centres et sur leur fréquentation effective. Seul l’accès à ces données pourrait permettre de parler de sous ou suréquipement en structures d’accueil pour les jeunes.

Structures d’accueil et de loisirs des jeunes de 3 à 17 ans en 2006 par commune de Nantes Métropole (hors commune de Nantes)

Structures d’accueil et de loisirs des jeunes de 3 à 17 ans en 2006 par commune de Nantes Métropole (hors commune de Nantes)

D’après Rousseau A. -H., mémoire de maîtrise, 2003 (mise à jour d’après le site web, 2006)

Structures d’accueil et de loisirs des plus de 12 ans en 2006 par commune de Nantes Métropole

Structures d’accueil et de loisirs des plus de 12 ans en 2006 par commune de Nantes Métropole

D’après Rousseau A. -H., mémoire de maîtrise, 2003 (mise à jour d’après le site web, 2006)

Les adolescents, population à capter

12Les jeunes de 12 à 17 ans représentent, en 2003, sur l’ensemble de la communauté urbaine 36 371 personnes (41 % à Nantes). L’accueil des plus grands se présente sous forme d’une multitude de petits pôles, c’est le cas à Rezé, Saint-Herblain et Nantes, contrairement à l’accueil des « petits » qui apparaît relativement regroupé dans chaque commune. Précisons que l’accueil, ici représenté, correspond soit à des structures ouvertes toute l’année, en dehors des temps scolaires, en particulier les mercredis et samedis, ou à des structures ouvertes uniquement pendant les vacances. Toutes les communes (sauf Sautron en 2003) disposent de telles structures. Ce type d’accueil des adolescents s’est véritablement développé dans la dernière décennie. Nous savons que c’est un âge où les structures « traditionnelles » collectives ne correspondent plus aux attentes. Mais ce sont ces jeunes que les différents acteurs sociaux cherchent à capter. Les activités proposées sont de nature plus libres et tentent d’offrir une alternative aux structures à destination des plus jeunes. Ainsi les activités artistiques sont présentes dans la plupart des communes, à l’exception de Carquefou, Vertou et Bouaye qui n’en offraient pas en 2003. L’affichage d’une politique d’aide à projet est présent dans onze communes sur 23. Il s’agit ici d’accompagner les projets personnels ou collectifs des jeunes. Enfin trois communes (La Chapelle-sur-Erdre, Carquefou et la Montagne) mettent à disposition des jeunes un local de répétition musicale.

Nantes : une offre de proximité entre loisir et aide scolaire

13À Nantes, une seule association, l’ACCOORD, est en charge de la gestion et de l’organisation des structures de loisirs sur l’ensemble de la ville. Elle compte 22 points d’accueil, situés dans les différents quartiers nantais, aux statuts différents (CLSH, CSC, MJ et MQ) et quatre centres de loisirs situés hors des quartiers, appelés centres ALIS. Ces dernières structures sont des centres à la journée où les enfants sont pris en charge depuis certains points de ramassage situés dans les différents quartiers. Les familles déposent l’enfant au point d’arrêt du bus spécifique et non directement au centre. L’attractivité de ces pôles dépasse ainsi celle du quartier.

14L’organisation de l’ACCOORD avec ses 22 points d’accueil se structure à l’échelle des quartiers et se présente comme un service de proximité, voire de cohésion sociale, ce qu’illustre clairement la transformation en 2006 des CLSH en Centres socioculturels, où sont accueillis enfants (3 à 11 ans), jeunes (12 ans à 17 ans) et adultes. Ici les loisirs et l’action sociale (aide aux familles, soutien scolaire) sont intimement liés, les loisirs constituant un des outils de l’aide sociale : un soutien scolaire est proposé dans tous les quartiers. La cartographie des structures d’accueil et les types d’activité de l’Agence municipale destinés aux jeunes (au-dessus de 12 ans) souligne la diversité de l’offre sous forme d’ateliers artistiques et musicaux. Les professionnels des loisirs considèrent la tranche d’âge 11-13 ans comme une transition entre enfance et adolescence. Pour cette raison, certains centres (par exemple Haluchère, Pilotière) ont mené une réflexion et proposent des groupes spécifiques pour les 11-13 ans souvent dénommés « passerelle ». À côté de l’aide à projet, partout des activités artistiques sont offertes ; il s’agit à la fois de danse, du hip-hop en particulier qui connaît un franc succès, et de musique, notamment guitare et batterie. Quelques locaux de répétition musicale sont mis à disposition (au nombre de cinq en 2003 : Boissière, Pilotière, Doulon, Les Ponts-Beaulieu et Bellevue). Ces locaux ont un accès plus libre ; c’est aux jeunes d’en assurer l’utilisation selon les demandes.

15En 2003, tous les quartiers sauf le centre-ville (quartiers centre-ville et Hauts-Pavés/Saint-Félix) disposent d’un point d’accueil spécifique pour les jeunes de plus de 12 ans. Pourtant, le nombre d’enfants et de jeunes est important dans ces quartiers centraux. Le centre-ville apparaît sous-équipé pour cette tranche d’âge. En 2003, la direction de l’ACCOORD a décidé de combler ce vide par la création et la redéfinition des structures d’accueil, la fréquentation en forte croissance que connaissent ces lieux du centre-ville depuis cette réorganisation illustre combien ce dispositif était nécessaire.

Le centre-ville de Nantes : une structure sur plusieurs sites au service des habitants

16En 2006, le centre-ville compte trois équipements : Félix Thomas, Molière et Histoire de jouer qui sont associés à des écoles (écoles Felloneau, Léon Blum, Molière et Saint-Pierre), ce qui permet d’une part, un accueil périscolaire et d’autre part, la mise à disposition des salles de cantine le mercredi et lors des vacances. À ce dispositif s’ajoutent un centre administratif et un atelier musical.

Activités des structures d’accueil pour les plus de 12 ans en 2006

Activités des structures d’accueil pour les plus de 12 ans en 2006

D’après Rousseau A.-H., mémoire de Maîtrise, université de Nantes, 2003 ; mise à jour d’après le site web, Cestan, 2006

17Organisé en centre socioculturel, c’est une structure sur plusieurs sites proposant à la fois l’accueil à la journée pour les enfants, différents ateliers pour tous les âges, y compris les adultes, fonctionnant sur des temps plus limités et des services de soutien scolaire (sur ses sites ou dans les écoles). En 2004, 661 familles fréquentaient régulièrement l’un de ces centres ou l’une de ces activités. La carte montre clairement que ce sont les habitants du centre-ville qui pratiquent ces lieux. De loin, les plus nombreux sont les habitants de l’IRIS Decré-Cathédrale (85 familles), viennent ensuite ceux de Saint-Félix, Hauts-Pavés, Talensac-Pont Morand (respectivement 40, 30, 29 familles) et même Graslin-Commerce, Procé et Monselet (24, 23, 26). Cette structure se présente comme un service de proximité des quartiers centraux de l’Ouest et du Nord-Ouest. Ce succès confirme aussi qu’une demande réelle existe dans ces quartiers, demande qui dépasse le simple service de garde d’enfants pendant les vacances et le mercredi. Contrairement aux idées répandues, et comme le soulignait la cartographie des aides sociales de la CAF, une population démunie habite ces quartiers centraux à côté de populations plus privilégiées. L’analyse des quotients familiaux des usagers des différents centres montre partout la prédominance des plus faibles revenus, et il semblerait que cette tendance se soit accentuée. Le même mouvement est enregistré ici dans le centre-ville avec une mutation plus importante, dans la mesure où il y encore sept ou huit ans se côtoyaient, au sein des structures ACCOORD, à la fois des populations à très faibles revenus (quotients ABC) et à revenus élevés (quotients GH). La tendance actuelle se caractérise par l’augmentation du nombre de familles moins aisées, signe d’une paupérisation du centre-ville.

Structures d’accueil et de loisirs du centre-ville de Nantes en 2006

Structures d’accueil et de loisirs du centre-ville de Nantes en 2006

Source : ACCOORD, 2006

Quartiers de résidence des familles avec enfants fréquentant les structures d’accueil du centre-ville de Nantes en 2004

Quartiers de résidence des familles avec enfants fréquentant les structures d’accueil du centre-ville de Nantes en 2004

Source : ACCOORD, 2004

Les consommations culturelles des jeunes

18Les années soixante ont engagé un processus de profonde redéfinition sociale de la jeunesse autour d’un essor marqué de la consommation. L’explosion du « fait juvénile », pour reprendre l’expression du sociologue Olivier Galland, s’est traduite historiquement par le succès, versant masculin, de Salut les copains et versant féminin de Mlle Âge tendre. Ces figures de l’entrée en consommation massive de la jeunesse, et corrélativement du déclin des formes historiques de ritualisation du calendrier juvénile (communion, conscription, mariage), ont pu laisser accroire que les oppositions de générations allaient supplanter les effets de classes. C’est tout au moins l’idée que défendait alors Edgar Morin qui, dès 1962, se demandait si « l’opposition des générations ne devient pas […] une des oppositions majeures de la vie sociale » et s’il n’y a pas « une différence plus grande dans le langage et dans l’attitude devant la vie, entre le jeune et le vieil ouvrier qu’entre ce jeune ouvrier et l’étudiant ». Il est vrai que l’essor de la consommation des jeunes ne s’est pas démenti depuis, tant dans les domaines musicaux (revues, CD, concerts, idoles, etc.), que dans celui des vêtements ou de la « vie privée juvénile » (booster, chambre individuelle, téléphone portable, télévision individuelle, etc.).

19Les enquêtes nationales du ministère de la Culture rendent bien compte de ce phénomène qu’il est tentant de réduire à une opposition entre « culture jeune » et « culture adulte ». Ce que démentent pourtant de nombreuses recherches, comme celle, récente, de Louis Chauvel qui, à travers Le destin des générations, rappelle fortement que la jeunesse n’est pas un peuple sans classes ni classements : la visite des musées, les spectacles de théâtre ou encore les concerts de musique classique restent l’apanage des enfants des catégories supérieures quand la fête foraine ou les soirées vidéo répondent surtout au goût des enfants des catégories populaires.

Un déficit criant d’enquêtes territorialisées

20Il reste néanmoins difficile d’appréhender ces différences à l’échelle d’un territoire. Les enquêtes du ministère de la Culture n’intègrent pas cette dimension, sauf, à propos d’une distinction générale entre rural et urbain. Il est ainsi impossible de déterminer en quoi des « sous-sols de l’histoire », liés par exemple à de fortes identités culturelles, font varier ou non les hiérarchies de sexe et de milieux sociaux observées au niveau national. Ainsi, on pourrait supposer que la « bretonnitude », même reconstruite socio-historiquement, joue sur les pratiques et consommations culturelles des jeunes de la région Bretagne, ne serait-ce que par l’offre spécifique (les fest-noz par exemple) qu’elle promeut. Les Pays de la Loire, territoire relativement hétéroclite, échappent bien sûr à cette problématique, mais rien n’indique que des spécificités culturelles, comme celles attachées à la Vendée ou à la culture ouvrière nazairienne, ne contribuent pas à la variation des identités juvéniles. Face à de telles questions, le chercheur est confronté à un « néant statistique », le mot n’est pas trop fort. Rien dans les dispositifs actuels ne permet de développer une lecture territorialisée des pratiques et consommations juvéniles. Les récentes révoltes dans les « cités » montrent pourtant l’acuité de telles problématiques. Faute de grives, le chercheur devra donc se rabattre sur des merles. Dit autrement, à l’instar des usages « détournés » des enquêtes qui mesurent l’insertion des jeunes (IVA) utilisées précédemment (chapitre 4) pour saisir le rapport au logement des jeunes, il lui faudra se rabattre sur des données indirectes.

Une source indirecte : les Pass culture & sport

21Mis en place par la région des Pays de la Loire, le Pass culture & sport est un dispositif à destination des élèves de lycée et des apprentis en centre de formation. Il leur propose, moyennant un montant réduit, d’accéder à des biens culturels et sportifs, à tarif préférentiel. Sur le versant culturel, cela peut concerner des places de cinéma, des places de spectacles, l’achat de livres ou la visite de patrimoine. En ne gardant que le volet culture de ce Pass jeunes, il est donc possible de saisir à la fois des lieux de consommation culturelle, mais également d’en différencier les formes suivant qu’elles sont livresques, musicales, patrimoniales ou cinématographiques.

22Un tel dispositif n’est pas sans poser des limites statistiques. La principale est de restreindre le public concerné : les étudiants de l’université par exemple, qu’on peut supposer fort consommateurs de biens culturels, ne relèvent pas du champ du dispositif. Tout comme les jeunes travailleurs de moins de 25 ans, écartés de l’observation, puisque le Pass culture & sport transite par des institutions (lycées, centre de formation des apprentis, etc.) dont ces jeunes sont statutairement indépendants. Enfin, le versant culture de ce Pass comprend un volet collectif (le chèque classe) qui peut être utilisé par un enseignant à l’occasion d’une sortie ou d’une visite à visées pédagogiques ; le choix des jeunes est dans ce cas largement contraint par l’institution qui les encadre. De même, la distribution des Pass culture & sport dépendant de la mobilisation d’un « correspondant » dans chaque établissement, son implantation et sa diffusion peuvent varier d’un établissement à l’autre. Même dépouillé des données sport et des données relatives au chèque classe, ce fichier ne mesure donc qu’approximativement les pratiques et consommations juvéniles. Disons qu’il permet d’approcher celles-ci à travers la frange en formation de la jeunesse (celle des lycées et des CFA), sur la base d’attraits financiers et à partir d’une définition de la consommation culturelle construite par la Région : les pratiques culturelles moins instituées ou moins reconnues comme les pratiques de musique amateurs, les soirées vidéo, l’écriture d’un journal ou les engouements des collectionneurs, etc. sont hors champ.

23Pour faire fonctionner ce dispositif, la Région a passé des accords avec des partenaires (librairies, cinéma, musées, scènes culturelles, associations sportives etc.) qui acceptent le paiement en chèques Pass. Dans le domaine du cinéma, du spectacle, du livre et du patrimoine, on dénombrait, en 2004, 451 partenaires sur l’ensemble des Pays de la Loire. À titre d’exemple pour Nantes Métropole, on trouve comme partenaires spectacle le Pianock’tail de Bouguenais, Capellia à La Chapelle-sur-Erdre, les festivals des Trois continents, Tissé-Métissé et La Folle journée de Nantes ou encore l’Opéra et le Lieu Unique. Au titre du patrimoine, on recense entre autres, le Planétarium, le musée des Beaux-Arts, celui d’Histoire naturelle ou encore celui de l’Imprimerie, mais également le Centre scientifique et technique du bâtiment, tous situés à Nantes. Les librairies partenaires sont parfois des enseignes de grande surface, mais également des librairies plus traditionnelles de Nantes comme L’Atalante, Géothèque, Vent d’Ouest, Coiffard, ou Durance ; la FNAC (Nantes) est également dans la liste des partenaires livres, tout comme des librairies spécialisées en bandes dessinées comme Aladin ; on repère aussi quelques rares maisons de la presse ou librairies comme à Saint-Sébastien-sur-Loire. Les partenaires cinéma regroupent à la fois des multiplexes comme Pathé-Atlantis à Saint-Herblain ou Gaumont à Nantes, mais également des salles dites de quartier comme le Katorza à Nantes, Ciné-Vaillant à Vertou et le Cinéma Saint-Paul de Rezé.

Le Pass culture & sport
Créé en 1999 par la région des Pays de la Loire, le Pass culture & sport est un dispositif incitatif pour favoriser l’accès des jeunes aux pratiques culturelles et sportives. Il permet aux jeunes des lycées (y compris BTS) et des centres de formation d’apprentis, d’accéder à ces activités à des tarifs préférentiels. Chaque Pass contient six chèques qui peuvent être utilisés pour différentes consommations : culturelle (4 chèques), sportive (1 chèque) et collective (1 chèque " classe "). À titre d’exemple, avec un Pass acheté 7 euros, un jeune peut bénéficier d’une entrée au cinéma, d’une place à un spectacle et de la visite d’un lieu estampillé " patrimoine " (avec réduction pour les personnes qui accompagnent le jeune) gratuites, ainsi que d’un bon d’achat pour un livre de 8 euros, soit un pouvoir d’achat de 60 euros environ. Chaque jeune peut renouveler une fois sa demande de Pass dans l’année.
En 2004, 123 304 chèques individuels (hors chèques classe réservés à une activité collective) ont été utilisés par les jeunes ligériens dans le domaine culturel (livres, films, spectacles et patrimoine).

Une offre culturelle déséquilibrée

24La géographie des associations ou entreprises partenaires du Pass culture qui en acceptent les chèques, montre, en 2004-2005, une centralité urbaine des offres de consommation culturelle. L’information ne surprendra pas : c’est en ville que l’on rencontre le plus souvent des salles de cinéma ou de concert, ainsi que des librairies. Nantes, Angers et Le Mans arrivent largement en tête des villes où les partenaires du Pass culture sont les plus nombreux. À elles seules, ces trois villes réunissent un cinquième (20,8 %) des 451 partenaires du dispositif. Déclinée par domaine, cette géographie de l’offre culturelle varie légèrement. L’offre cinématographique semble mieux répartie sur le territoire ligérien, tout comme celle du livre ; il est vrai que ce dernier est celui qui affiche le plus grand nombre de partenaires (139 contre 105 pour le cinéma). Par contre, malgré un nombre élevé de partenaires (130), l’offre de spectacles paraît plus concentrée dans les centres urbains. Mais c’est surtout l’offre de patrimoine qui est la plus inégalement distribuée : c’est la plus faible (77 partenaires), elle est quasi inexistante au nord de la Loire-Atlantique et très faible en Mayenne, Sarthe et Vendée ; elle semble en revanche particulièrement dense en Maine-et-Loire, département qui rassemble à lui seul le tiers des partenaires de ce domaine.

Les types de partenaires du Pass culture en 2004-2005 par commune de Nantes Métropole

Les types de partenaires du Pass culture en 2004-2005 par commune de Nantes Métropole

Source : Direction de la culture et des sports, Région des Pays de la Loire, 2005

25La répartition des partenaires du Pass culture sur le territoire de Nantes Métropole n’est pas plus équilibrée. Ils sont concentrés à Nantes, ville qui rassemble 48 des 75 partenaires du dispositif (64 %), dont la totalité des partenaires patrimoine. Elle est suivie à très lointaine distance par Saint-Herblain (5 partenaires), Orvault (3), La Chapelle-sur-Erdre et Rezé (3). Viennent ensuite Basse-Goulaine, Bouguenais, Carquefou, Saint-Sébastien-sur-Loire et Vertou (2 partenaires) puis, Couëron, Sainte-Luce-sur-Loire et La Montagne (1 partenaire). Cette distribution révèle des zones déficitaires en matière de structure et d’offre culturelles : le Sud-Ouest de la communauté urbaine est dans ce cas, tout comme les communes de Mauves, Thouaré, Les Sorinières et Sautron.

26Mais ce déséquilibre spatial de l’offre de consommation culturelle se double d’un déséquilibre de sa diversité : seule la ville de Nantes propose à la fois des partenaires pour le spectacle, le livre, le cinéma et le patrimoine, les autres communes proposant au mieux trois domaines (Saint-Herblain), mais plus souvent deux ou un seul. C’est ainsi que l’offre de Carquefou, Sainte-Luce-sur-Loire et Couëron se limite aux seuls spectacles.

27À l’échelle nantaise, le déséquilibre de l’offre culturelle existe également : l’hyper-centre concentre en un espace réduit plus des trois quarts des partenaires du Pass culture de son territoire. C’est dire si l’accès à ces espaces de consommation culturelle est étroitement lié à la capacité de mobilité des jeunes.

Une consommation décalée

28En 2004-2005, les 451 partenaires ligériens du Pass culture ont encaissé 123 304 chèques dépensés par les jeunes, soit une moyenne de 273 par lieu de consommation. Rien n’indique pour autant que cette consommation culturelle des jeunes épouse équitablement l’offre culturelle. En effet, le Pass culture & sport contient six chèques, dont un pour le sport et un chèque classe situés ici hors champ pour les raisons exposées supra. Les quatre restants comprennent une entrée gratuite au cinéma, une réduction sur l’achat d’un livre, une entrée patrimoine gratuite et une entrée gratuite pour un spectacle. Compte tenu du prix d’achat du Pass (7 euros), un jeune peut amortir très vite son achat et n’est donc pas tenu de dépenser tous ses chèques. De plus, il peut consommer ce chèque chez le partenaire de son choix, indépendamment de l’implantation territoriale. Il dispose donc, théoriquement, d’une latitude de choix relativement large. C’est ainsi que certains partenaires n’ont bénéficié en 2004-2005 d’aucun chèque individuel ; ils sont 108, soit 23,9 %, dans ce cas et leur répartition géographique montre en creux les lieux de non-consommation culturelle des jeunes. La déperdition n’est pas la même selon les partenaires ; ainsi le patrimoine souffre d’un net désintérêt juvénile : 53,2 % des partenaires relevant de cette catégorie n’ont bénéficié d’aucun chèque individuel cette année-là. Ce n’est pas le cas de la librairie (12,2 %) où la répartition de l’offre paraît mieux utilisée par les jeunes.

Chèques Pass culture consommés en 2004-2005 par commune* des Pays de La Loire

Chèques Pass culture consommés en 2004-2005 par commune* des Pays de La Loire

Source : Direction de la culture et des sports, Région des Pays de la Loire, 2005

29De même, un net déséquilibre s’observe entre les différents types lequel de consommation, à savoir cinéma, livre, spectacle ou patrimoine. Le premier capte en Pays de la Loire, 48 % des consommations juvéniles, le second 36,6 %, le troisième 14,2 % et le dernier un maigre 1,2 %. C’est dire combien les centres d’intérêt des jeunes montrent des préférences. Le bon vieux précepte économique selon « l’offre fait la demande » est battu en brèche par les comportements des jeunes Ligériens. Ainsi, si on calcule l’indice de sélection des différents domaines en rapportant la proportion de chèques Pass consommés dans tel domaine à la proportion de ce domaine dans l’offre de consommation culturelle, on arrive à des résultats sans ambages : 2,06 pour le cinéma, 1,03 pour le livre, 0,46 pour le spectacle et 0,12 pour le patrimoine. Au sein de Nantes Métropole, les résultats sont hiérarchiquement similaires avec respectivement 3,45 ; 1,11 ; 0,34 et 0,12 ; soit, en comparaison avec l’ensemble ligérien, une amplification de la consommation de cinéma, due sans doute à la présence de multiplexes, et un léger retrait sur les spectacles, malgré un nombre de scènes culturelles élevé sur le territoire de Nantes Métropole. Ces résultats montrent bien la hiérarchisation des pratiques culturelles des jeunes : le cinéma est survalorisé, la lecture conforme, quand les spectacles proposés par les institutions culturelles et le patrimoine sont négligés. Dit autrement, si le projet de Pass culture était inscrit dans une volonté politique de démocratisation culturelle, les usages qu’en font les jeunes montrent que cet objectif est loin d’être atteint. Comme les rus conduisent irrémédiablement aux rivières puis aux fleuves, le Pass culture conduit surtout les jeunes là où ils ont l’habitude d’aller : au cinéma.

30Sur le plan des territoires, la cartographie des chèques consommés paraît semblable à celle des partenaires, avec le même retrait du patrimoine. Pour Nantes Métropole, on retrouve bien sûr en 2004 le « désert » du Sud-Ouest : sans partenaire sur place, il est bien évidemment impossible aux jeunes d’y consommer. Mais surtout la suprématie nantaise est renforcée : le déséquilibre spatial est amplifié par l’inégale répartition des consommations juvéniles. C’est ainsi que Nantes, avec 64 % des partenaires de la communauté Urbaine, récolte 70 % des chèques livre, 90,8 % des chèques spectacle et 100 % des chèques patrimoine. L’accès à la diversité culturelle suppose la mobilité des jeunes qui ne vivent pas à Nantes. Il n’y a que le cinéma (58,3 %) où la ville centre est concurrencée, en l’occurrence par Saint-Herblain et ses multiplexes. Une volonté d’implantation décentrée d’une offre culturelle peut donc réussir et contribuer à un meilleur équilibre du territoire pourrait-on en conclure. C’est possible, mais il s’agit là du cinéma, pratique dont les jeunes sont, on l’a vu, particulièrement friands. Les scènes culturelles implantées dans les communes voisines de Nantes comme à Couëron, Saint-Herblain, Saint-Sébastien-sur-Loire, La Chapelle-sur-Erdre, Carquefou ou Bouguenais montrent le contraire : elles n’empêchent pas la large suprématie nantaise sur la consommation des chèques spectacle. C’est que la consommation culturelle n’est pas qu’une affaire de consommation. Elle est étroitement associée chez les jeunes aux pratiques de sociabilité et à la symbolique des lieux, plus difficiles à territorialiser.

Une difficile démocratisation culturelle

31À l’origine du Pass culture, il y a la volonté de redistribuer, en favorisant l’accès de tous les jeunes à la culture. Sur le plan du territoire, on vient de le voir, le pari est loin d’être réussi. Qu’en est-il du point de vue social ? On sait les pratiques culturelles fortement segmentées par l’appartenance sociale ; les admirateurs du programme du Lieu Unique ou de La Folle journée n’étant pas les mêmes que les lecteurs de science-fiction ou les amateurs de films d’action. Le Pass culture corrige-t-il ces inégalités structurelles ?

32En l’état des données disponibles, il n’est malheureusement pas aisé de vérifier une telle hypothèse. Le fichier des jeunes achetant des Pass culture & sport étant dissocié de celui des partenaires chez qui ils sont consommés, il n’est pas possible d’établir de corrélations entre le profil des jeunes et les types de consommation (cinéma, livre, patrimoine ou spectacle). De même les différences de nomenclature rendent trop incertaine la comparaison - un temps envisagée - entre le fichier des lycéens achetant des Pass culture et les données statistiques du Rectorat sur la population scolarisée.

33Au final, seul un indicateur est mobilisable : le fait d’acheter dans la même année deux Pass culture, témoin d’un plus grand usage - et donc « profit social » - du dispositif. On peut alors faire l’hypothèse que cette propension reflète la surreprésentation générale de ceux qui bénéficient du dispositif. Si tel est le cas, les différences sont importantes : en Loire-Atlantique, 49,8 % des lycéens qui ont acheté un Pass culture en ont également acquis un second. Cette proportion varie nettement suivant les territoires : elle passe à 55,2 % pour les lycéens résidant sur Nantes Métropole et à 56,1 % pour ceux habitant à Nantes, preuve une fois encore de l’importance de la proximité géographique de l’offre culturelle. Cette proportion varie également suivant les caractéristiques du public. En Loire-Atlantique, elle est de 56,6 % pour les garçons, de 59,9 % pour les élèves de terminales générales ou technologiques, mais seulement de 28,2 % pour les baccalauréats professionnels, de 35,4 % pour les BEP et de 28,2 % pour les élèves de CAP. Et ce n’est pas là une simple affaire d’âge : ceux de BTS sont en léger retrait par rapport aux élèves de terminales et le public des lycées professionnels est, du fait d’un parcours scolaire souvent heurté, tout aussi âgé que celui des lycées généraux et technologiques.

34Cette hiérarchie scolaire des consommations du Pass culture se retrouve également au sein de Nantes Métropole, avec néanmoins une intensité d’achat d’un second chéquier légèrement plus élevée que pour l’ensemble du département de la Loire-Atlantique du fait de la proximité des partenaires du dispositif. Mais le constat essentiel demeure : les élèves de l’enseignement professionnel sont ceux qui recourent le moins souvent à l’achat d’un second chéquier, et hypothétiquement sans doute ceux qui en achètent moins souvent un premier. On sait pourtant que les élèves de CAP, BEP ou Bac pro sont essentiellement originaires des milieux les plus défavorisés socialement et financièrement.

35Face à l’inégalité d’accès à la culture, le Pass culture n’a donc qu’un effet correctif marginal ; pire, il donne sans doute plus à ceux qui ont déjà mieux.

Taux d’achat d’un second Pass culture par les lycéens de Loire Atlantique et de Nantes Métropole en 2004-2005 suivant le sexe et le niveau scolaire

Loire-Atlantique

Nantes Métropole

Ensemble des lycéens
Filles
Garçons

49,8 %
44,5 %
56,6 %

55,2 %
50,2 %
61,5 %

BTS
Terminale générale et technique
Première générale et technique
Seconde
Baccalauréat professionnel
BEP
CAP

56,8 %
59,9 %
51,0 %
43,4 %
28,2 %
35,4 %
28,2 %

62,7 %
66,0 %
54,9 %
48,4 %
40,1 %
43,6 %
26,7 %

Source : Direction de la culture et des sports, Région des Pays de la Loire, 2005

Les pratiques de loisirs des étudiants dans la ville

36Le département des études du ministère de la Culture au cours de quatre enquêtes par sondage (1973, 1981, 1989, 1997), intitulées les « pratiques culturelles des Français », a évalué et suivi les comportements culturels de 3 000 Français âgés de 15 ans et plus. O. Donnat du Département des Études et de la Prospective (DEP) du ministère de la Culture situe, dans le compte rendu de cette enquête paru en 1998, les pratiques culturelles en concurrence avec « d’autres usages du temps libre sur le marché des loisirs ». Chacune des activités pour lesquelles des pratiques ont été comptées (visite de musée ou monument historique, lecture, pratique du théâtre ou de la musique) fait l’objet de « choix qui, de manière consciente ou non, engage des arbitrages en termes d’emploi du temps ou de budget ».

37Les activités de loisirs sont très diverses, elles ont fortement augmenté dès la fin des années soixante-dix : participation à des activités physiques et sportives, de détente et de relaxation, activités à la pratique plus occasionnelle dans l’année (la randonnée par exemple), fréquentation des équipements culturels, etc. Ces enquêtes montrent que les « étudiants, les cadres et professions intellectuelles supérieures ou les retraités, dont les effectifs sont depuis plusieurs années à la hausse », sont « plus présents dans les publics de la culture parce qu’ils sont plus nombreux dans la société française ». En 1998, « beaucoup de loisirs sont le fait des jeunes et des milieux sociaux privilégiés », nous dit encore O. Donnat, en particulier dans les agglomérations de plus de 100 000 habitants tandis qu’au contraire les loisirs sont moins pratiqués par la catégorie sociale des ouvriers non qualifiés et dans les communes rurales. Les résultats de cette enquête présentent une relation entre loisirs et catégories sociales, entre loisirs et espaces, mais pas entre catégories sociales et espaces. Pourtant chacun sait que depuis plusieurs recensements déjà, les effectifs et la polarisation des cadres et professions intellectuelles dans les villes, en particulier dans les plus grandes de la hiérarchie urbaine française augmentent. D’autres enquêtes nationales permettent également de cerner les loisirs des Français. Leurs résultats sont généralement ventilés par catégorie d’âge, catégorie professionnelle et secteur géographique : ainsi nous mentionnerons à l’occasion deux d’entre elles : Budget des familles en 2001 et Loisirs culturels 1999-2002, exploitation en termes de loisirs du dispositif Enquêtes Permanentes sur les Conditions de Vie dont les résultats sont parus dans Insee Résultats en 2004.

L’exploitation d’une enquête localisée

38Selon O. Donnat, l’enquête, dont il est à l’initiative, sur les pratiques culturelles des Français demeure un « instrument trop fruste pour percevoir la plupart des effets des politiques culturelles » et reste « trop générale pour rendre compte par exemple des disparités régionales ou des univers culturels de groupes sociaux trop particuliers » (Donnat, 1998). Localement, sur l’agglomération nantaise, nous ne disposions pas de données permettant de saisir les pratiques de loisirs des jeunes et notamment celles des étudiants.

39Aussi pour repérer les loisirs de ces derniers, une enquête par questionnaires a été mise en place ; sept disciplines ont été interrogées. 174 étudiants de première année (Chimie et LEA), 338 étudiants en deuxième année (géologie, psychologie, sociologie, Sciences et techniques des activités physiques et sportives - STAPS) et 98 en troisième et quatrième année (médecine). 90 % des étudiants ont entre 18 et 23 ans ; 38 % sont des hommes et 62 % des femmes. Certaines disciplines comme la psychologie, la sociologie et les langues sont très féminisées, contrairement aux STAPS ou à la chimie. La géologie et la médecine sont plus proches de la mixité, tout au moins dans l’échantillon. 1/3 des étudiants réside à Nantes depuis « toujours », 14 % depuis plus de cinq ans, 37,5 % depuis moins de cinq ans (dont plus de la moitié depuis moins d’un an). Un peu moins de la moitié des étudiants vit chez ses parents (47,8 %), et 2/3 sont aidés financièrement par leurs parents, 1/3 sont boursiers, 1/3 vit de petits boulots (ce sont parfois les mêmes, boursiers et avec un petit boulot) et seulement 10 % ont un contrat de travail : 6,4 % un CDD, 4,4 % un CDI. Avec des revenus différents, l’argent qu’ils consacrent à leurs loisirs est très variable.

Des loisirs nombreux et variés

40La première question de l’enquête demandait aux étudiants « classez vos loisirs par ordre de préférence ». Au sein des 610 réponses, 123 loisirs différents ont été recensés, tantôt faisant l’objet d’une pratique collective, tantôt se cantonnant strictement à un loisir individuel. Les premiers sont nombreux tant les loisirs sont chez les jeunes reliés à la sociabilité et en particulier au groupe d’amis. Cette importance décline toutefois avec l’âge comme le montre l’enquête sur les pratiques culturelles des Français : de 15 à 19 ans, 88 % préfèrent les loisirs avec les amis, de 20 à 24 ans, ils sont encore 70 % contre 43 % de 25 à 34 ans…

4153 de ces loisirs appartiennent à la sphère sportive et 23 à la sphère culturelle. C’est dire que moins de la moitié des 123 loisirs ne relèvent ni strictement du sport, ni strictement de la culture : ce sont des activités telles que la danse, le jonglage, la fabrication de bijoux, le shopping, les mots croisés, les jeux ou tout ce qui a trait à la sociabilité des jeunes : les bars, les sorties entre amis, les fest-noz, les boîtes de nuit, etc. Les deux tiers de ces activités sont pratiquées dans l’agglomération (plus de 50 % à Nantes même) bien que seulement 13,9 % des parents des étudiants résident à Nantes, et 20,3 % dans une autre commune de Nantes Métropole. Arrivés du reste de la région des Pays de la Loire et de Bretagne, les étudiants qui ont un logement indépendant pratiquent encore des activités de loisirs dans leur commune d’origine.

42Le cinéma est en tête des loisirs des étudiants avec 312 citations. Il est considéré comme une sortie tandis qu’« écouter de la musique » (126) forme une activité plus subtile puisqu’elle peut être menée en solitaire au domicile, dans les transports publics, avec des amis ou à l’extérieur en allant aux concerts. Ces derniers, en général des concerts de musiques amplifiées, sont fréquentés surtout par des jeunes hommes : l’âge moyen du public est de 25 ans, les trois-quarts des spectateurs ont de 20 à 30 ans, la moitié sont des élèves ou des étudiants et un sur trois est une spectatrice (DEP, ministère de la Culture, 1998).

43Dans le registre sportif, les citations les plus nombreuses sont « faire du sport » énoncé de manière générale (54 citations), ou plus précisément le football (65), la natation (32), la gymnastique douce, etc. Sans surprise, les étudiants de STAPS sont ceux qui annoncent le plus souvent une activité sportive. Ils forment 22 % du total de ceux qui font du sport, alors qu’ils ne constituent que 15 % de l’échantillon tandis que les sociologues sont les plus cinéphiles et pratiquent les salles de l’agglomération.

44Les loisirs culturels sont souvent reliés aux relations amicales. Aller au cinéma, écouter de la musique, aller à des concerts (32 citations) vont avec les rencontres des pairs dans les cafés (35), avec les sorties (38) qui investissent à la fois des lieux privés (le cinéma, le café) et des lieux publics (stations de tramway, places, rues) pour la sociabilité. D’autres loisirs culturels sont en revanche strictement réservés à l’espace intime du logement : écoute de la musique (126 citations), lecture (97), télévision (27), cinéma à domicile (DVD, vidéos) et autres « baise, fumette, dormir, faire des bisous à mon ami, ne rien faire… ». Parmi ces loisirs, quelques-uns passent par du travail : ainsi en est-il des exercices ou des apprentissages au sein de lieux dédiés (conservatoire, associations…). 51 étudiants ont ainsi une pratique musicale, soit 8 % de l’échantillon, ce qui est moindre que les 18 % des Français qui jouent d’un instrument de musique ou font du chant recensés par lle DEP du ministère de la Culture en 1997, lors de la dernière enquête sur les pratiques culturelles des Français. D’autres étudiants font de la danse (55 citations), de la peinture (12), du dessin (10), du théâtre (10), de la photographie (6), ou écrivent (3). Les « loisirs créatifs » (fabrication de bijoux, poterie, tricot, couture, broderie, modelage etc.), le jardinage et le bricolage ou ce qui relève de « l’informatique-internet » passent également par des apprentissages plus ou moins longs. Ils relèvent du « faire, fabriquer » qui demeure une dimension non négligeable des loisirs tandis que d’autres activités s’inscrivent plutôt dans le registre de la détente comme les jeux (de cartes, de société, de rôle, mots croisés, bowling et billard), regarder la télévision ou les vidéos, les voyages, le shopping et la balade.

Les bars, vous y allez ?

Les bars, vous y allez ?

Source : Enquête Master 1 aménagement, université de Nantes, décembre 2004 - janvier 2005

45Quelques-uns des loisirs se situent entre loisirs et travail et demandent un investissement plus conséquent : ainsi 1/3 des étudiants est adhérent d’une association. La plupart d’entre elles sont reliées à une pratique ou un apprentissage sportif, en particulier ceux inscrits en formation sportive, culturelle ou en sociologie, mais également au corporatisme étudiant, particulièrement marqué en médecine ou en sciences. Certaines sont des associations locales et de cadre de vie : club des jeunes dans un village ou dans un quartier. Elles sont très rarement politiques (une seule mention), militantes (homosexuels, protection de la nature avec Greenpeace, solidarité internationale) ou communautaires, avec de très rares citations d’associations d’étudiants étrangers, ou religieuses, par exemple les témoins de Jéhovah. En revanche, les associations entretiennent souvent un lien avec la « vocation » et peut-être la professionnalisation à venir : l’humanitaire chez les étudiants de médecine, l’accompagnement scolaire en chimie et en sociologie, le sauvetage en mer, le secourisme et le bénévolat en tant qu’entraîneur en club (STAPS), l’animation et l’organisation de festivals chez les étudiants sociologues.

Activités de loisirs et centralité urbaine

46Certes, intégrer le shopping ou la fréquentation des bars et cafés dans les pratiques de loisirs ne va peut-être pas de soi. Pourtant à la question « le shopping est-il pour vous une activité de loisir ? », 60 % des étudiants répondent « oui ». Les 23 « non réponses » et les 21 « ne fait pas de shopping » montrent que peu d’entre eux ignorent cette activité. Elle est pratiquée avant tout au centre-ville de Nantes (495 citations), mais également dans les galeries commerciales fort nombreuses dans l’agglomération avec 293 citations pour la zone commerciale d’Atlantis, située à l’Ouest sur la commune de Saint-Herblain, 144 pour le centre commercial Beaulieu et 99 pour Paridis respectivement situés au sud et au nord de la commune de Nantes et 43 pour Atout sud, à Rezé.

Fréquentation des cafés, bars, bistrots, pubs de Nantes par les étudiants en 2004

Fréquentation des cafés, bars, bistrots, pubs de Nantes par les étudiants en 2004

Sources : Annuaire internet 2005, Annuaire papier 2004, Site Internet Web city ; enquête Master 1 aménagement, université de Nantes, décembre 2004 - janvier 2005

47Les rendez-vous entre jeunes privilégient le centre-ville où les cafés sont sur-représentés. La moitié des étudiants s’y rend au moins une fois par semaine mais un sur cinq rarement. Pourtant, les cafés reviennent souvent comme réponses à la question « classez vos loisirs par ordre de préférence », soit en termes d’activité de loisirs, soit en tant que lieu où se déroule l’activité de loisirs (concerts, débats et expositions). En 2004, un tiers des étudiants s’y rend plus d’une fois par semaine et un autre tiers une fois par mois ou plus rarement. Ces résultats peuvent être complétés par ceux de l’enquête, effectuée en 2001, sur les budgets des familles. Les dépenses annuelles moyennes par ménage selon l’âge de référence de la personne montrent que ce sont les jeunes qui dépensent le plus dans les « cafés, bars et assimilés » et que ces dépenses diminuent ensuite avec l’âge. Au contraire, les dépenses de restaurants sont les plus élevées dans la tranche d’âge 45-54 ans. En outre, le poste de dépense « cafés, bars et assimilés », examiné cette fois-ci du point de vue de la catégorie socio-professionnelle rend compte de leur importance décroissante dans le budget des cadres, des agriculteurs et des professions intermédiaires, des artisans, des employés… puis des ouvriers. Il en est de même des dépenses liées à l’alcool, sauf en ce qui concerne la bière et les spiritueux. Les clientèles des cafés, autrefois liées à des adhésions sociales de classe (cafés bourgeois, tavernes populaires), au monde du travail, et à des univers sexués (les « honnêtes » femmes n’allaient pas au café) sont aujourd’hui étroitement liées aux catégories d’âge, celle de la jeunesse et fortement composées de jeunes cadres. Le nombre de cafés s’est réduit, en particulier dans les quartiers périphériques, parallèlement à ces transformations.

48168 cafés sont cités par les étudiants sur les 508 cafés que compte la ville en 2004 (soit un café sur trois), 90 d’entre eux le sont deux fois. La carte qui les représente montre combien cette fréquentation s’effectue dans le centre-ville de Nantes ignorant la proximité des campus, peu animés, en particulier la nuit, l’activité du Théâtre universitaire constituant une exception. Les restaurants et les boîtes de nuit sont moins fréquentés par les étudiants, celles-ci emportant parfois l’adhésion des uns mais étant fortement rejetées par les autres. Quant aux restaurants, ils restent onéreux. Les enseignes les plus citées, qui sont celles de la restauration rapide, des crêperies et des pizzerias, ne sont pourtant pas toujours si peu chères.

49Ces lieux sont marqués par une concentration extrême dans le centre-ville nantais. Les statistiques des pratiques culturelles des Français montraient que les 20-24 ans se rendaient pour les 2/3 d’entre eux en discothèque et dans des restaurants gastronomiques, mais l’enquête locale montre que les discothèques sont peu prisées par une partie des jeunes. Quant aux restaurants gastronomiques, ils s’y rendent sans doute en famille, avec leurs parents ou grands-parents, mais peu souvent entre jeunes.

50Les boîtes de nuit citées se situent pour les 3/4 dans la ville de Nantes. Quatre d’entre elles sont à l’extérieur de la communauté urbaine, mais sans doute à proximité du domicile des jeunes gens qui les ont nommées. Dans Nantes, leur concentration est forte, les deux tiers se trouvent dans le quartier du Bouffay et autour de la place Graslin, qui forment les deux pôles de la vie nocturne nantaise, et près du Champ de Mars. On les trouve également, plus isolées des habitations, sur les bords de la Loire.

51En conclusion, si les activités de loisirs des étudiants semblent nombreuses, si les étudiants ont des niveaux de revenus, des origines sociales, des goûts différents, qui font que les uns sont attirés par un grand nombre de consommations culturelles, les autres par des apprentissages (sportifs, culturels ou de loisirs), il existe aussi des individus assez nombreux qui ne sont tentés ni par les premières, ni par les secondes. Derrière une homogénéité supposée d’un groupe social, il y a un éclatement des pratiques. En revanche, les lieux culturels (cinéma, salles de spectacles) sont extrêmement polarisés dans le centre-ville nantais, ce qui fait d’ailleurs une partie de leur succès, et dans une moindre mesure dans un espace périphérique, comme Atlantis, situé sur la commune de Saint-Herblain.

52Ces activités s’organisent principalement dans l’agglomération, plus largement autour de quelques départements : Loire-Atlantique, Vendée et départements bretons. Pourtant, on ne peut pas rendre compte ici plus précisément de comportements particulièrement régionalisés : les sports liés à l’eau forment 5 % du total des sports (14 % si l’on rajoute la piscine et la natation), et les fest-noz sont un des 123 loisirs, cités 18 fois soit moins que la télévision, mais autant que l’informatique.

Les conseils municipaux d’enfants et de jeunes

53La mise en place des Conseils Municipaux Enfants et Jeunes (CME et CJ) et leur fonctionnement sont encore largement méconnus. Retracer brièvement les quelques étapes de cette mise en œuvre et évoquer les caractéristiques de ces structures sur l’ensemble de la France est un préalable indispensable.

54C’est au lendemain de la Seconde Guerre mondiale qu’un projet pionnier de « Parlement de Jeunes » et de conseils représentant départements et communes est évoqué pour la première fois, afin de créer un lieu de formation politique et de consultation de cette classe d’âge. Ce projet ne se concrétise pas mais la question de la représentation des jeunes est désormais posée. Les années soixante constituent une première étape dans la mise en œuvre d’une telle structure. Un groupe de jeunes lycéens de Sedan, lance l’idée d’un « conseil municipal jeunes », élu, susceptible d’assister aux réunions du conseil municipal de leur commune, pour attaquer ou défendre les projets soumis aux élus. Une série de petites villes (Cholet, Saint-Lô, Laval, Saint-Dizier, Ajaccio, etc.) participe à ce mouvement. Un journal est alors publié et, en 1967, un congrès réunit neuf de ces conseils à Paris. Mais ces expériences sont brèves et ne débouchent sur aucun projet véritablement constructif.

55La création d’un conseil de jeunes à Vandoncourt en 1971 (région de Montbéliard), conçu comme « un lieu d’instruction civique appliquée », puis celle d’un conseil enfants à Schiltigheim en 1979, constituent un véritable tournant dans l’histoire de cette structure. À Schiltigheim, le conseil est prévu « pour que les enfants soient écoutés, soient acteurs dans leurs villes, citoyens à part entière et non pas utilisateurs passifs (…) se distingue profondément des approches précédentes en ce qu’il privilégie l’action sur l’approche pédagogique ». Pour la première fois un conseil enfant va perdurer.

Une accélération progressive depuis 1980

56La publicité faite autour de l’expérience de Schiltigheim entraîne la mise en œuvre de plusieurs conseils, créations qui s’accélèrent après 1984. L’insertion des enfants et des jeunes dans les nouvelles structures que sont les villes nouvelles de la région parisienne, la volonté d’encourager l’insertion de ces adolescents dans le tissu social, la tentative de relancer l’éducation civique dans les écoles caractérisent ce mouvement. En 1982, une dizaine de conseils existent, ils sont 40 en 1987, 90 en 1988, 200 en 1990.

Conseils municipaux enfants et conseils jeunes* par département français en 2005

Conseils municipaux enfants et conseils jeunes* par département français en 2005

Source : ANACEJ, 2005

57Dès 1987, deux fédérations l’ANCME, Association Nationale des Conseils Municipaux d’enfants et d’adolescents, et la CVCJ, Convention des Villes pour les Conseils de jeunes, sont créées par neuf des villes concernées (dont Schiltigheim et Saint-Sébastien-sur-Loire). En 1991, la fusion de ces deux organismes donne naissance à l’ANACEJ (Association Nationale des Conseils d’enfants et de jeunes) toujours existante. Notons au passage que ce type de structure n’est pas propre à la France. D’autres pays européens (Italie, Belgique, Pologne, Roumanie…) partagent cette expérience, mais le nombre de conseils y reste très faible (100 en Italie par exemple). Dès le début de la décennie quatre-vingt-dix, le mouvement s’accentue et près de 1 000 conseils existent en 1998. Mais ce rythme s’atténue alors et il est possible que la mise en place de conseils à l’échelle départementale ou 0régionale accentue ce ralentissement. Aujourd’hui quelque 1 200 conseils sont ainsi dénombrés sur l’ensemble du territoire. Sur ce total, seuls un peu plus de 400 sont membres de l’ANACEJ. Les données de l’ANACEJ seront utilisées dans les lignes qui suivent, puisqu’il a été impossible de rassembler des informations sur l’ensemble des conseils existants en France.

Une géographie déséquilibrée

58La France est inégalement touchée par le développement de ces conseils, la moitié Nord de l’Hexagone étant manifestement davantage concernée. Certains départements tels l’Isère, le Haut-Rhin et le Bas-Rhin, le Nord, regroupent un nombre conséquent de conseils jeunes ou enfants (25 à 40). À l’inverse, les conseils peuvent être inexistants ou ne concerner qu’une ou deux communes dans de nombreux départements méridionaux ou du centre de la France.

59La création de ces conseils s’est, dans un premier temps, concentrée dans les communes de taille moyenne, comprenant le plus souvent entre dix et trente mille habitants, fréquemment localisées dans une banlieue urbaine. Peu à peu le mouvement s’est étendu à la fois vers des communes de petite taille et des villes plus peuplées. Une certaine inégalité apparaît néanmoins de nos jours. Les petites communes rurales sont relativement peu concernées mais un mouvement est en cours pour la mise en place de conseils intercommunaux. Les grandes villes, quant à elles, sont manifestement sous-représentées. Seules 9 villes dépassant 100 000 habitants ont mis en place un conseil et les très grandes villes sont particulièrement absentes puisque deux d’entre elles seulement (Bordeaux, Strasbourg) sont membres de l’ANACEJ. La taille de ces grandes villes est manifestement un obstacle au développement de ces conseils. L’élément « proximité », nécessaire au bon fonctionnement du système, est ici insuffisant et seul un découpage de l’espace urbain (en quartiers ?) peut offrir une base correcte pour une telle implantation. De tels conseils sont créés mais pour beaucoup l’expérience est de courte durée et se fait sans rejoindre l’association fédératrice.

60Les villes petites et moyennes sont donc au cœur du mouvement : 9 conseils sur dix concernent des villes de moins de 50 000 habitants. Un conseil sur deux, membres de l’ANACEJ, est implanté dans une ville de moins de 10 000 habitants. Nombre d’entre elles sont inclues dans la couronne des grandes agglomérations françaises (à l’exception de Nice, Marseille et Toulouse).

Divers types de conseils

61Cette représentation des enfants et des jeunes varie assez fortement sur notre territoire en fonction, notamment, des choix faits par les communes. Conseil municipal enfants, conseil jeunes, conseil regroupant enfants, adolescents voire jeunes adultes, peuvent ainsi être créés. Certaines communes optent parfois pour la mise en place de deux de ces conseils afin de mieux représenter cette fraction de la population.

62Un premier élément de diversification réside donc dans l’âge de ces jeunes conseillers. Le cas le plus classique des conseils municipaux enfants concerne la tranche des 9 à 13 ans (55,3 % des conseils adhérents de l’ANACEJ), élèves des classes CM1, CM2, 6e et 5e. Mais de nombreux autres découpages existent tels 8-10 ans, 9-12 ans, 9-15 ans… Les choix sont encore plus variés en ce qui concerne les conseils jeunes. Pour certains l’âge de 18 ans est une borne essentielle, excluant les jeunes atteignant la majorité et le droit de vote et permettant de consulter les jeunes encore non représentés dans les structures municipales. Pour d’autres, cette borne n’est pas prise en compte et une vaste tranche d’âge est alors concernée telles les 14-25 ans voire les 14-30 ans, incluant adolescents et adultes. Un exemple plus surprenant encore s’adresse aux « jeunes » de 6 à 25 ans… Cette diversité suppose donc des structures variées tant dans leurs objectifs que leurs modes de travail. Globalement, filles et garçons participent de manière équilibrée notamment en ce qui concerne les conseils municipaux enfants. La situation est plus diversifiée pour les jeunes et, localement, certains conseils ne fonctionnent qu’en raison d’un investissement plus prononcé des jeunes filles.

63Les conseils municipaux enfants sont, dans la quasi-totalité des cas, le résultat d’élections réalisées au sein des écoles, publiques et privées, de la commune. Le plus souvent ces élections sont calquées sur le modèle des élections municipales : campagne électorale, déclarations des candidats, bulletins, isoloirs, urnes, sont utilisés. Elles sont alors conçues comme un moyen d’éducation civique, une initiation à la représentativité et à la démocratie. Elles sont aussi censées faire découvrir aux enfants le système de fonctionnement des municipalités. Chaque année, au cours du premier trimestre, de nouvelles élections sont ainsi organisées, les enfants étant élus pour un ou deux ans selon leur âge.

64Les conseils jeunes, quant à eux, sont le résultat d’un appel à la mobilisation lancé auprès des jeunes résidents. Ce choix correspond au refus d’imiter les pratiques des aînés mais aussi au danger de confusion que provoqueraient des élections pour de jeunes adultes susceptibles d’être élus dans les structures municipales. Fréquemment, la mise en place d’un tel conseil résulte de la demande faite par d’anciens membres de conseils municipaux enfants. Les résultats peuvent donc être très diversifiés, quant au nombre, à l’âge, au sexe et à la situation scolaire ou professionnelle des jeunes volontaires.

Qui sont les jeunes conseillers ?

65Contrairement à certains préjugés, les jeunes conseillers ne se recrutent pas dans les seules catégories dites aisées de la population et ne sont que rarement issus de familles comportant des élus locaux (7,2 % seulement). Répertoriés selon l’appartenance socio-professionnelle de leurs parents, les jeunes conseillers ne représentent pas parfaitement le profil de la population parentale résidant en France. Deux catégories sont en effet nettement sous-représentées, à savoir les enfants d’agriculteurs (ce qui correspond à la faible participation des communes rurales) et les enfants de personnes inactives. À l’inverse, les enfants issus de milieux ouvriers, employés, professions intermédiaires et cadres sont fortement présents. Les jeunes issus de parents employés sont particulièrement nombreux dans ces conseils. De même, l’origine géographique des parents est diversifiée : 26,6 % des jeunes conseillers enquêtés ont au moins un parent né à l’étranger, leur représentation étant donc particulièrement élevée.

66Au total, l’enquête menée auprès de ces jeunes conseillers justifie, au niveau global, l’affirmation d’une réelle mixité sociale et culturelle. Cette mixité peut toutefois être remise en cause à l’échelle communale et maints exemples locaux en apportent la preuve.

Objectifs et réalisations des conseils

67Pour les adultes directement concernés par la mise en place de ces conseils (élus locaux et animateurs), quatre grands objectifs peuvent être mis en avant :

  • permettre à la jeune génération de s’exprimer et d’agir ;
  • établir un dialogue entre ces jeunes et les décideurs locaux afin de construire une politique en meilleure adéquation avec leurs besoins ;
  • améliorer la démocratie locale, les rapports entre les élus et les habitants, sensibiliser les adultes en contact avec les enfants et les jeunes (élus, associatifs, enseignants…) ;
  • contribuer à la formation d’un citoyen actif, au présent comme au futur.

68Les jeunes conseillers, quant à eux, sont motivés à la fois par le besoin de s’exprimer, en leur nom et au nom de leurs camarades, de découvrir la ville, les quartiers jusqu’ici inconnus, leur fonctionnement, les besoins de la population. Mais très vite ils se mobilisent sur des projets concrets, « on commence par améliorer sa ville ; après on améliore le monde, du moins… on essaie » a déclaré une jeune conseillère. Leur motivation se concrétise non seulement dans la conception de projets mais aussi dans la réalisation d’activités diverses permettant de collecter du matériel ou des fonds destinés à la réalisation de certains projets (participation à un vide-grenier, un concert, une tombola, une compétition sportive, etc.). Deux grandes orientations dominent leurs activités :

  • les projets d’aménagements locaux destinés à améliorer les conditions de vie des habitants de leur commune et plus particulièrement des enfants et des personnes handicapées : aménagement d’espaces de loisirs, actions destinées à développer le respect des conditions de circulation et de parking, actions envers les enfants handicapés…
  • les actions sont aussi conçues en partenariat avec des associations locales : échanges avec une école d’un pays étranger, aide destinée aux enfants d’un pays démuni, fréquemment en direction de l’Afrique, contacts et échanges avec des jeunes d’une ville étrangère liée à leur commune par un pacte d’amitié ou un jumelage.

69Mais des thèmes tels que le racisme, la citoyenneté et, les liens inter-génération, sont également abordés et font l’objet de campagnes de sensibilisation conduites dans les espaces concernés.

Une implication encore très modeste des Pays de la Loire

70La Région Pays de la Loire n’est que très modérément investie dans ce mouvement de citoyenneté des enfants et des jeunes. Seuls 26 conseils, membres de l’ANACEJ, ont été recensés en 2005 et tous les départements ne sont pas concernés. Rappelons toutefois que certains conseils peuvent exister en dehors de cette association fédérative, mais sont non recensés. Une certaine instabilité caractérise d’ailleurs ce schéma. Certains conseils existant en 2003 ou 2004 n’ont pas été renouvelés en 2005, comme dans la ville de Pornic par exemple.

71CME et CJ sont implantés dans des communes de tailles diverses, mais les petites villes de 2 000 à 10 000 habitants sont ici les plus concernées. Seules quelques unités urbaines de plus grande taille (Saumur, La Roche-sur-Yon) se sont investies dans un tel projet. La ville de Nantes s’est s’insérée dans ce mouvement en juin 2004.

72La mise en place, au cours de l’année 2006, d’un Conseil Jeunes Régional vise à compléter ce dispositif en offrant aux 15-30 ans, un « espace de confrontations et d’échanges, destiné à favoriser l’exercice de la citoyenneté ». Les 108 conseillers choisis parmi les candidats devront respecter une juste répartition entre filles et garçons et refléter la diversité de cette classe d’âge (apprentis, lycéens, étudiants, actifs mais aussi composantes politiques, éventail syndical et reflet de la vie associative de cette classe d’âge). Nul ne peut dire, pour le moment, si cette création d’un conseil régional, permettra de relancer un mouvement en faveur des conseils municipaux enfants et jeunes.

Un bilan tout aussi modeste dans la communauté urbaine

73Seules six communes de Nantes Métropole sont aujourd’hui concernées par les conseils de jeunes et d’enfants (membres de l’ANACEJ). Dresser un bilan de l’activité des CME et des CJ sur le territoire nantais n’est pas chose aisée. Plusieurs conseils ont existé dans le passé (Thouaré, Bouguenais), mais leur brève existence n’a pas vraiment laissé de traces perceptibles de nos jours. D’autres viennent seulement d’être mis en place (juin 2004 pour le Conseil Jeunesse de Nantes, 2005 pour le Conseil de Carquefou) et sont en phase de démarrage et de projets.

74Quelques mots peuvent toutefois être dits sur les choix et les orientations de ces nouvelles structures : la ville de Nantes a choisi de mettre en place un conseil de la jeunesse, animé par des jeunes de 16 à 25 ans choisis par la municipalité au sein d’un groupe de volontaires. Il s’agit de créer un espace de débat entre les jeunes d’une part et avec les représentants politiques d’autre part. Dans un premier temps ce groupe semble avant tout être un lieu de rencontre et de dialogue. Il fonctionne grâce à des ateliers siégeant régulièrement, à des débats trimestriels et une rencontre globale annuelle avec le Maire de Nantes. Quelques projets concrets ont certes déjà été évoqués, telle la création d’un « city-stade » ou d’une campagne visant à limiter les nuisances sonores liées aux comportements des jeunes.

75Seul le CME de Saint-Sébastien-sur-Loire, créé en 1986, et premier conseil implanté dans l’Ouest de la France, présente un bilan suffisamment étoffé pour permettre un jugement valable et servira d’exemple pour illustrer le rôle d’un CME ayant trouvé une certaine stabilité. Chaque année, quelques 650 élèves de CM2, 6e et 5e des écoles publiques et privées et des deux collèges sébastiennais, élisent la petite trentaine de conseillers formant ce conseil municipal enfants. Calquées sur le modèle municipal, ces élections sont l’occasion d’une découverte citoyenne qui n’est pas sans intérêt. Élus pour un an (en CM2) ou pour deux ans (en 6e), les jeunes conseillers sont ensuite répartis entre trois commissions chargées de mettre en forme et de réaliser les projets. L’aspect « aménagement » de la ville et de l’environnement a dès le départ fortement mobilisé tous les jeunes conseillers. D’abord très investis dans l’aménagement des aires de jeux de la ville, les enfants se sont peu à peu tournés vers d’autres réalisations tels le développement des pistes cyclables ou le positionnement des arrêts de bus à proximité des établissements scolaires. Des campagnes de sensibilisation en faveur du respect des places destinées aux handicapés ou insistant sur la nécessité d’adopter des manières correctes lors des promenades avec un chien, ont également été conduites. Mais l’aspect « solidarité » semble désormais retenir de plus en plus l’attention des jeunes conseillers. Cette orientation s’est d’abord manifestée dans un cadre local avec notamment des campagnes de sensibilisation aux difficultés rencontrées par les handicapés et les personnes âgées. La mise en place d’un réseau de conteneurs pour le ramassage des bouchons (« Un bouchon, un sourire ») dans les écoles et autres lieux municipaux a été un autre moment fort de cette action. Désormais, de nombreuses orientations vers le monde extérieur s’affirment : échanges avec des enfants habitant les villes jumelées avec Saint-Sébastien-sur-Loire, collecte de matériel scolaire ou d’équipements sportifs pour les enfants de la ville de Kati, au Mali, voire collecte de fonds pour répondre à certains besoins de ces jeunes Maliens. Dans ce cadre, les jeunes élus rencontrent les associations locales afin de s’informer sur les pays démunis et mieux cerner leurs besoins, contacts qui se révèlent fort riches pour tous. Leurs propres activités de loisirs ne sont pas oubliées pour autant. Ainsi l’organisation d’une « mégaboum » destinée en juin aux enfants des classes de CM2, 6e et 5e remporte-t-elle un grand succès et tous souhaitent le maintien de cette fête. Parallèlement, un Conseil Jeunes a également été mis en place en février 2002, à la demande d’anciens conseillers municipaux enfants. Visant les jeunes de 15 à 19 ans résidant sur la commune, ce conseil rassemble des volontaires désireux de s’impliquer dans la vie locale. Renouvelée tous les ans, cette structure fonctionne surtout grâce à l’implication de quelques jeunes filles et s’affirme petit à petit. Divers projets sont à l’étude mais les échanges internationaux et l’aide aux enfants et aux jeunes défavorisés semblent être prioritaires. Là encore des liens se sont formés entre ce Conseil Jeunes, les Comités de Jumelage et des associations à but humanitaire de la commune.

Conseils municipaux enfants et jeunes à Nantes Métropole en 2005

Conseils municipaux enfants et jeunes à Nantes Métropole en 2005

Source : Enquête personnelle N. Sztokman, 2006

Les jeunes et la participation électorale

76La sociologie électorale a depuis longtemps montré la forte corrélation qui existe entre l’âge et l’inscription sur les listes électorales, les jeunes électeurs potentiels se caractérisant par une plus faible mobilisation que leurs aînés. Estimé en France à environ 8 % du corps électoral, le taux de non-inscription chez les jeunes de 18 à 25 ans est de l’ordre de 15 %. Les résultats obtenus pour Nantes Métropole au moment des élections municipales de 2001 sont relativement proches de la situation nationale, avec un taux moyen de non inscrits de 7,2 % et de 17,1 % chez les jeunes. Ces moyennes masquent cependant de fortes disparités communales qui, schématiquement, épousent une répartition suivant une logique centre-périphérie.

77La ville de Nantes avec 64,4 % de jeunes non inscrits se distingue très nettement par le très faible intérêt de sa jeunesse à l’égard de la procédure d’inscription. Suivent ensuite, mais dans de moindres proportions, Saint-Herblain (37,5 %) et Rezé (35,7 %). À l’inverse, des communes comme Saint-Léger-les-Vignes, Saint-Aignan-de-Grandlieu, Basse-Goulaine et Sautron obtiennent des résultats supérieurs à 100 %. C’est-à-dire que pour ces dernières, on relève un nombre d’inscrits supérieur au nombre total de jeunes de 18 à 25 ans recensés. Bien qu’a priori surprenants, ces très forts contrastes ont été observés sur d’autres territoires. Une étude réalisée en 1987 sur l’agglomération grenobloise relève le même type de disparités géographiques. À Grenoble, 37 % des 18-24 ans sont inscrits alors que dans de petites communes périphériques, les inscrits effectifs dépassent le nombre d’inscrits potentiels. En ce qui concerne les répartitions constatées sur le territoire de la communauté urbaine de Nantes, trois pistes d’explication peuvent être avancées : la fiabilité des données, le rapport à l’espace résidentiel et l’origine sociale des jeunes.

La fiabilité des données

78Les données recueillies proviennent des listes d’inscription arrêtées au 31 décembre 2000. Les statistiques démographiques sont issues du recensement général de la population (RGP) de 1999 dont les informations ont été recueillies en mars 1999. De ce fait, entre la comptabilité démographique des jeunes sur une commune et le fichier des inscrits sur les listes électorales, il existe un décalage de plus d’un an et demi. Cette différence - sans qu’on puisse en mesurer réellement l’ampleur - affecte certainement les résultats obtenus. Par ailleurs, suite à l’application de la loi du 10 novembre 1997 relative à l’inscription d’office des personnes âgées de dix-huit ans sur les listes électorales, les mairies ont rencontré de nombreuses difficultés pour tenir à jour leurs listes. C’est l’INSEE qui, avec les informations transmises par les gestionnaires des fichiers de l’assurance-maladie et de la défense nationale, doit informer les mairies. Comme le souligne un rapport parlementaire d’évaluation du dispositif, la mise en œuvre de la loi a buté sur des difficultés techniques principalement liées à l’imperfection des fichiers sources. Cette situation a contribué à créer une certaine confusion dans le travail municipal mais aussi dans la démarche civique des jeunes sachant que l’inscription automatique doit tout de même être validée et nécessite un déplacement obligatoire en mairie. Aussi, certains jeunes ont pu se croire inscrits et se sont dispensés d’un signalement auprès des services municipaux. Il est alors possible de considérer que les différences observées s’expliquent en partie dans la difficulté pour les grandes collectivités à maîtriser des fichiers relativement lourds et à ne pas pouvoir mobiliser des rapports d’interconnaissance, plus aisés dans les petites collectivités, pour ajuster leur liste électorale. Sans négliger ces contraintes techniques, il ne faut pas cependant en surévaluer les effets.

Les rapports à l’espace résidentiel

79Il est frappant de constater que sur le territoire de Nantes Métropole la répartition géographique des propriétaires et des locataires s’ajuste assez précisément à la géographie de l’inscription des jeunes sur les listes électorales. Plus exactement, les communes qui connaissent un fort taux de locataires connaissent également un plus fort taux de jeunes non inscrits. Cette distribution s’inverse lorsqu’il s’agit des propriétaires. Suivant cette hypothèse, tout porte à croire que les résultats observés pour les communes périphériques expriment le lien existant entre la stabilité résidentielle parentale et l’incitation pour les enfants arrivés en âge de voter à s’inscrire, voire à rester inscrits même après avoir pris leur indépendance, ce qui peut expliquer les taux supérieurs à 100 % constatés dans certaines communes. À l’inverse, les grands pôles urbains qui accueillent des populations moins stables géographiquement voient leur part de jeunes inscrits relativement réduite. L’analyse de la situation nantaise est tout à fait significative sur ce point.

80Sur le territoire de la ville de Nantes, la distribution des taux de non-inscription des jeunes suit une répartition centre-ville/périphérie. Les quartiers du centre et ceux situés le long de l’Erdre enregistrent les plus faibles taux de jeunes inscrits. C’est précisément dans ces mêmes espaces qu’on observe les plus fortes concentrations de logements inférieurs à 40 m ², qui sont principalement destinés au marché locatif pour une population faiblement investie dans une logique d’inscription résidentielle durable. Il est alors possible de considérer qu’une partie de la jeunesse nantaise peu engagée dans une perspective de stabilité résidentielle est inscrite dans une autre commune, essentiellement la commune de résidence des parents, et qu’elle n’entreprend pas une démarche de réinscription à Nantes. Aussi, le taux de non-inscrits à Nantes exprime peut-être moins une désaffection citoyenne de la jeunesse que le maintien de liens avec l’espace résidentiel familial.

Inscription et propriétés sociales

81Les travaux de sociologie électorale ont mis en évidence l’étroite relation qui existe entre l’inscription sur les listes électorales et les propriétés sociales des individus. Dans le cas de Nantes Métropole, la prise en compte et le croisement de variables comme la part des foyers fiscaux imposables et celle des personnes détentrices d’un diplôme scolaire égal ou supérieur à un Bac + 2 soulignent une opposition assez nette entre d’un côté, les communes qui accueillent une population caractérisée par son appartenance majoritaire aux catégories populaires et de l’autre, les territoires où la population est relativement privilégiée d’un point de vue scolaire et économique. Les communes qui obtiennent les taux les plus faibles sur ces deux dimensions (Indre, La Montagne, Rezé, Le Pellerin, Couëron, Saint-Herblain et Bouguenais) sont également celles qui enregistrent des taux de non-inscription chez les jeunes supérieurs à la moyenne communautaire. Seule la commune de Brains, qui du point de vue du profil social de sa population appartient à ce même groupe, se distingue avec seulement 11,1 % de jeunes non inscrits.

82À l’inverse, les communes qui enregistrent les taux de non-inscription les plus faibles comme Sautron ou Basse-Goulaine, sont également celles qui se distinguent avec plus de 20 % des résidents titulaires d’un diplôme équivalent ou supérieur au niveau bac + 2 et où la part des foyers imposables est proportionnellement la plus élevée dans la communauté urbaine (respectivement 74,4 % et 68,8 % en 2000). Les données sur Carquefou, Orvault, La Chapelle-sur-Erdre et Vertou, c’est-à-dire sur des communes qui présentent des profils de population relativement proches étant manquantes, il est plus difficile de dégager ici une régularité. En revanche, les collectivités dans lesquelles résident des populations au profil plus intermédiaire comme Mauves, Thouaré-sur-Loire, Bouaye, Saint-Aignan-de-Grandlieu, Saint-Léger les Vignes et Les Sorinières forment un ensemble qui présente des taux de non-inscription inférieurs à la moyenne communautaire allant de 0 % à Saint-Léger-les-Vignes et Bouaye, pour atteindre 5,8 % aux Sorinières, 10,6 % à Thouaré-sur-Loire et 13,5 % à Mauves-sur-Loire.

Non inscription des 18-25 ans sur les listes électorales en 2001

Non inscription des 18-25 ans sur les listes électorales en 2001

Sources : Listes électorales 2001, INSEE RP99

83Ces mécanismes de distribution observés sur le territoire de Nantes Métropole se retrouvent également à l’œuvre à Nantes. Sur le territoire de la ville centre, les plus forts taux de non-inscription s’observent dans les quartiers de Malakoff, Les Dervallières, La Bottière. Quartiers qui se caractérisent par une forte concentration de logements de type HLM qui accueillent en priorité des populations au profil social populaire. Ces deux indicateurs renvoient à des logiques explicatives bien connues à savoir que les populations faiblement dotées en capital culturel et économique observent un rapport relativement distancié au politique. À l’inverse, les quartiers nantais dans lesquels les jeunes sont davantage mobilisés par l’inscription sont ceux dans lesquels vivent des populations plus aisées comme Procé, Zola, le secteur des ronds-points de Rennes et Vannes, ou encore la Mairie de Doulon et ses alentours.

84Même si cette approche territorialisée tend à réduire la complexité sociologique de la mobilisation des jeunes en matière d’inscription sur les listes électorales, il n’en reste pas moins qu’elle permet de montrer que l’accès au vote reste une pratique qui est inégalement répartie sur le territoire de Nantes Métropole. Cette répartition trouve, et au-delà des problèmes techniques inhérents à la procédure de l’inscription automatique, une partie de son origine dans les rapports résidentiels entretenus par les populations et dans leur positionnement social.

Taux d’inscription des 18-25 ans sur les listes électorales des communes* de Nantes Métropole en 2001

* Données non communiquées : Saint-Herblain, Vertou, Orvault et la Chapelle-sur-Erdre

Population des 18-25 ans

Inscrits âgés de 18 à 25 ans

% d'inscrits âgés de 18 à 25 ans

Nantes

48 548

17 275

35,58

Saint-Herblain

4 892

3 057

62,49

Rezé

3 390

2 178

64,25

Indre

376

276

73,40

La Montagne

538

400

74,35

Saint-Sébastien-sur-Loire

2 525

1 925

76,24

Bouguenais

1 577

1 225

77,68

Sainte-Luce-sur-Loire

1 192

958

80,37

Couëron

1 722

1 389

80,66

Le Pellerin

396

326

82,32

Mauves-sur-Loire

199

172

86,43

Brains

207

184

88,89

Thouaré-sur-Loire

622

556

89,39

Saint-Jean-de-Boiseau

424

389

91,75

Les Sorinières

546

514

94,14

Sautron

673

680

101,04

Saint-Léger-les-Vignes

117

119

101,71

Bouaye

507

517

101,97

Saint-Aignan-Grandlieu

315

323

102,54

Basse-Goulaine

681

721

105,87

69 447

33 184

47,78

Sources : Listes électorales 2001, INSEE RP99

La participation des jeunes aux élections municipales de 2001

85En matière de comportement électoral, les études les plus récentes ont montré que l’abstention augmente en France. Même si la nature des enjeux électoraux contribue à interférer sur ce processus, on sait que les élections présidentielles ou municipales mobilisent plus que les régionales ou les européennes. Néanmoins, toutes les analyses montrent que les jeunes électeurs s’abstiennent de plus en plus. Ainsi, malgré l’ampleur de leur participation au second tour des présidentielles de 2002 (78 % des inscrits contre 74 % en 1995), les premiers tours des présidentielles et des élections législatives qui ont suivi ont connu des niveaux d’abstention records selon l’expression d’Anne Muxel (respectivement 34 % et 51 %). On sait, par ailleurs, que la participation varie avec le cycle de vie. Elle augmente régulièrement pour atteindre son maximum vers 60 ans. Pour ce qui concerne les jeunes, il convient de distinguer les primo inscrits, c’est-à-dire ceux qui ont entre 18 et 20 ans, et ceux qui appartiennent à la classe d’âge 20-25 ans. Les âges de la plus faible participation ne sont pas ceux du tout début de la vie électorale mais concernent beaucoup plus les 20-25 ans. Ainsi, alors que les plus jeunes ont voté à 52 % en moyenne lors des scrutins de 2004, leurs aînés immédiats ne sont que 40 % à s’être exprimés la même année.

86Les données recueillies pour Nantes Métropole confirment les tendances nationales. La participation au premier tour des municipales de mars 2001 est plus faible chez les jeunes que pour l’ensemble du corps électoral. Le taux moyen de participation est de 46,2 % chez les jeunes contre 52,3 % en général. S’agissant de dégager les effets d’âge sur la participation électorale, il convient de signaler qu’une analyse isolée de la géographie de l’abstention des jeunes électeurs sur le territoire de Nantes Métropole demeure peu pertinente puisqu’elle ne permet pas d’avoir des bases pour une comparaison générationnelle. En revanche, le repérage et la mesure des écarts qui existent entre l’abstention des jeunes et l’abstention générale, selon l’hypothèse que plus les écarts sont importants, plus l’effet d’âge affecte le rapport au vote, permettent de dégager un ensemble d’éléments explicatifs.

Participation des électeurs des communes* de Nantes Métropole au 1er tour des Municipales de 2001

Participation des électeurs des communes* de Nantes Métropole au 1er tour des Municipales de 2001

Sources : Listes électorales 2001 ; INSEE RP99

87Suivant cette perspective, la lecture des données obtenues met en évidence que la mobilisation électorale des jeunes est en partie structurée en fonction de la taille de la commune. Hormis Brains et Saint-Jean-de-Boiseau, toutes les communes qui obtiennent les écarts les moins importants se situent au-dessus des 10 000 habitants. Ce constat tend à signifier que la variable âge joue plus faiblement sur les comportements électoraux dans les grandes villes. Aussi, il est possible de considérer que, dans le rapport que les jeunes urbains entretiennent au vote, tout du moins dans le cadre des élections municipales de 2001, leur âge intervient peu dans les choix opérés, notamment dans le fait de ne pas aller voter. Dans ces communes, si l’âge influe sur les comportements c’est moins dans l’acte électoral le jour des élections qu’en amont, c’est-à-dire dans le rapport à l’inscription. En effet, une fois inscrits, les jeunes se mobilisent moins que leurs aînés, conformément à la tendance générale, mais cette mobilisation reste relativement proche des comportements électoraux globaux, même si une lecture plus fine des données nuance ce constat.

88À Nantes, le taux de participation global était de 46 % au premier tour des municipales de 2001 contre 44,7 % pour les jeunes. L’analyse par bureau de vote montre que cette tendance générale est inégalement distribuée sur le territoire de la ville. La cartographie met à jour une répartition en couronne selon laquelle plus on s’éloigne du centre, plus les écarts entre l’abstention des jeunes et l’abstention générale sont importants. Ainsi, les quartiers dans lesquels vivent des jeunes plus faiblement pris dans des logiques de stabilité résidentielle, notamment les étudiants, ou les espaces qui accueillent des populations en situation sociale et économique plus précaire connaissent des écarts relativement plus forts entre les taux d’abstention des jeunes et ceux de leurs aînés.

89Dans les plus petites communes, où les taux de non inscrits chez les jeunes sont souvent plus faibles que dans les collectivités de taille importante, l’âge semble jouer plus fortement sur le niveau d’abstention. Au Pellerin, Indre, Les Sorinières, Sautron, Bouaye ou encore Mauves-sur-Loire, les écarts entre le taux général d’abstention et celui des jeunes sont de plus de 16 points de pourcentage. Cette observation signifie que les jeunes inscrits se distinguent par un plus faible intérêt à aller voter au moment des élections municipales.

90Autrement dit et plus largement, dans les rapports que les jeunes entretiennent au vote et les usages qu’ils en font, nous sommes confrontés à deux logiques. Dans les grandes collectivités, le fait d’être jeune construit principalement des différences dans le rapport à l’inscription. En revanche dans les communes plus petites, les jeunes inscrits accordent un plus faible intérêt aux consultations municipales, comme si l’inscription relevait plus ici d’un rituel de socialisation que d’un réel engagement politique. Ces constats indiquent que selon la taille de la commune, le rapport distancié au politique prend des formes spécifiques caractérisées, d’une part, par la non-inscription et d’autre part, par la non-participation.

Écart entre abstention des 18-25 ans et abstention totale au 1er tour des Municipales de 2001

Écart entre abstention des 18-25 ans et abstention totale au 1er tour des Municipales de 2001

Sources : Listes électorales 2001, INSEE RP99

91Cette tendance laisse à penser que corrélativement à d’autres facteurs comme les propriétés sociales des jeunes ou encore l’appréhension et l’intérêt accordé au caractère saillant et sensible de l’enjeu électoral, le principe même de l’inscription basée sur la stabilité résidentielle des populations contribue à réduire les possibilités offertes aux jeunes de participer aux élections. En effet, ces derniers sont souvent engagés dans des logiques de mobilité géographique. Dans cette perspective, il est possible de considérer qu’il existe un désajustement entre leur espace d’inscription et leur espace de vie. Les plus forts taux d’abstention obtenus par les petites communes périphériques peuvent s’expliquer par le fait qu’une partie des jeunes, bien que toujours inscrits, n’y vivent plus et se sentent, dès lors, peu concernés par un premier tour d’élection municipale.

92À l’inverse, n’étant pas inscrits dans les grandes villes qui les accueillent, ils ne peuvent y exercer leur droit de vote. Suivant cette logique, on comprend mieux que dans les pôles urbains les taux d’abstention soient plus proches des taux globaux puisque dans cette configuration l’acte électoral concerne majoritairement des jeunes inscrits relativement stabilisés ce qui les prédispose plus à se mobiliser dans le cadre d’une élection locale. Néanmoins, comme le montre la lecture par bureau de vote effectuée pour la ville de Nantes, si la taille de la commune joue sur l’abstention des jeunes, leur mobilisation électorale dépend également de l’environnement social dans lequel ils vivent. Aussi, même s’il existe un rapport entre l’âge et la configuration urbaine, l’usage du vote par les jeunes ne relève pas de cet unique facteur. C’est plus la rencontre entre des dispositions sociales, une trajectoire résidentielle et un espace d’habitat qui contribue à favoriser ou non leur socialisation et leur participation à exercer leur droit de vote.

Conclusion

93Les formes que prennent l’investissement et l’engagement des jeunes dans la vie d’une cité sont difficiles à mesurer. Elles relèvent souvent de pratiques informelles qui échappent à l’objectivation statistique. Même les loisirs et les consommations culturelles sont partiellement évanescentes : sorties entre amis, pratiques inorganisées, sociabilités diffuses sont visibles dans l’espace public, ne serait-ce que certains soirs dans le centre ville, mais difficiles à appréhender dans leur totalité. Il faut donc se contenter d’indices pour rendre compte de la place que les jeunes occupent dans la vie de leur territoire ; mais n’en va t-il pas de même pour les autres catégories de la population ?

94Les structures d’accueil des enfants et des adolescents sont les formes les plus abouties de l’encadrement de la jeunesse. Prenant appui sur une volonté éducative, sur des projets sociaux ou sur la seule prise en charge du temps non scolaire des enfants et des jeunes, elles souffrent néanmoins d’une faible construction collective : il n’y a pas en la matière de réelle politique d’ensemble sur le territoire de Nantes Métropole. De ce point de vue, on est loin des transports ou de la collecte des poubelles. Est-ce parce que les activités d’accueil relèvent plus fortement de l’idéologie ? Longtemps, promouvoir les structures de loisir collectives, c’était développer un esprit ouvert au collectif plutôt que de favoriser des solutions individuelles et familiales. Aujourd’hui, bien que les débats sur le sujet n’aient pas disparu, toutes les communes des agglomérations urbaines dont le poids démographique permet d’assurer de tels services les mettent en place. En ira-t-il de même pour les conseils municipaux d’enfants ou de jeunes qui pour l’heure relèvent d’initiatives singulières distinguant les territoires entre eux, sans que pour autant les habitants des municipalités qui ne s’inscrivent pas dans cette voie aient un sentiment d’injustice ?

95Pour la politique d’offre culturelle, le niveau supracommunal n’est pas pensé comme le territoire de référence ; chaque commune, depuis les premières lois de décentralisation, développe « sa » politique de loisirs et de diffusion culturelle. Les données disponibles sur ce thème montrent un fort déséquilibre territorial de la consommation culturelle et des équipements. Mais leur diffusion, qui a été au cœur des politiques des années quatre-vingt-dix mériterait un bilan collectif puisque les inégalités sociales ne sont pas épuisées pour autant. Ne faut-il pas plutôt (ou aussi ?) penser les moyens de transport mis à la disposition des jeunes pour qu’ils puissent « faire leur jeunesse » en accédant facilement à l’offre culturelle concentrée dans la ville centre ?

96Au final, la question de la citoyenneté juvénile est à l’image des pratiques : difficile à saisir. Du coup elle devient difficile à penser et donc à construire. Tout se passe comme si « être jeune dans sa cité » relevait d’une évidence et non pas des politiques publiques. Les inégalités territoriales des inscriptions et des participations aux élections que ce chapitre a dévoilées indiquent pourtant le contraire.

Table des illustrations

Titre Mode de gestion des structures d’accueil et de loisirs en 2002-2003 par commune de Nantes Métropole
Légende D’après Rousseau A.-H., mémoire de Maîtrise, université de Nantes, 2003
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34386/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre Structures d’accueil et de loisirs des jeunes de 3 à 17 ans en 2006 par commune de Nantes Métropole (hors commune de Nantes)
Légende D’après Rousseau A. -H., mémoire de maîtrise, 2003 (mise à jour d’après le site web, 2006)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34386/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Titre Structures d’accueil et de loisirs des plus de 12 ans en 2006 par commune de Nantes Métropole
Légende D’après Rousseau A. -H., mémoire de maîtrise, 2003 (mise à jour d’après le site web, 2006)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34386/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Activités des structures d’accueil pour les plus de 12 ans en 2006
Légende D’après Rousseau A.-H., mémoire de Maîtrise, université de Nantes, 2003 ; mise à jour d’après le site web, Cestan, 2006
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34386/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 693k
Titre Structures d’accueil et de loisirs du centre-ville de Nantes en 2006
Légende Source : ACCOORD, 2006
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34386/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 895k
Titre Quartiers de résidence des familles avec enfants fréquentant les structures d’accueil du centre-ville de Nantes en 2004
Légende Source : ACCOORD, 2004
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34386/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Titre Les types de partenaires du Pass culture en 2004-2005 par commune de Nantes Métropole
Légende Source : Direction de la culture et des sports, Région des Pays de la Loire, 2005
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34386/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Titre Chèques Pass culture consommés en 2004-2005 par commune* des Pays de La Loire
Légende Source : Direction de la culture et des sports, Région des Pays de la Loire, 2005
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34386/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 393k
Titre Les bars, vous y allez ?
Légende Source : Enquête Master 1 aménagement, université de Nantes, décembre 2004 - janvier 2005
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34386/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Fréquentation des cafés, bars, bistrots, pubs de Nantes par les étudiants en 2004
Légende Sources : Annuaire internet 2005, Annuaire papier 2004, Site Internet Web city ; enquête Master 1 aménagement, université de Nantes, décembre 2004 - janvier 2005
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34386/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Conseils municipaux enfants et conseils jeunes* par département français en 2005
Légende Source : ANACEJ, 2005
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34386/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 557k
Titre Conseils municipaux enfants et jeunes à Nantes Métropole en 2005
Légende Source : Enquête personnelle N. Sztokman, 2006
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34386/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Non inscription des 18-25 ans sur les listes électorales en 2001
Légende Sources : Listes électorales 2001, INSEE RP99
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34386/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 618k
Titre Participation des électeurs des communes* de Nantes Métropole au 1er tour des Municipales de 2001
Légende Sources : Listes électorales 2001 ; INSEE RP99
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34386/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 911k
Titre Écart entre abstention des 18-25 ans et abstention totale au 1er tour des Municipales de 2001
Légende Sources : Listes électorales 2001, INSEE RP99
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34386/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 616k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search