Version classiqueVersion mobile

Les jeunes dans la ville

 | 
Monique Bigoteau
, 
Isabelle Garat
, 
Gilles Moreau

4 - Un logement à soi

Texte intégral

Introduction

1L’évolution de la localisation des familles et des ménages dans l’espace urbain et la décohabitation des jeunes ont fait l’objet de multiples travaux au niveau national. Par contre, l’accès au logement et la précarité des conditions de vie sont des thématiques moins développées du côté des publications universitaires. Elles sont bien plus abordées par les spécialistes de l’INSEE et des ministères, ou par les syndicats étudiants. La revue Comprendre (n° 5, 2004) dans un numéro consacré aux jeunes et dirigé par des spécialistes de la sociologie de la jeunesse (Dubet, Galland) développe de nombreuses thématiques relatives aux jeunes (passage, identité, culture spécifique), mais ni la décohabitation, ni les conditions de vie de ces jeunes ne sont abordées. L’enquête Jeunes de l’INSEE, renouvelée en 1997, après celles de 1986 et 1992 a fait l’objet d’une analyse de la part des spécialistes de l’Institut national de démographie (INED), de l’INSEE, et d’Olivier Galland, sociologue, directeur de recherche au CNRS. Les résultats de l’exploitation de cette enquête sont présentés en 2000, dans la revue de l’INSEE Économie et Statistique (n° 337-338). On y apprend que l’âge auquel on a « à la fois détenu un premier emploi et occupé un premier logement différent de celui des parents (décohabitation) s’élève à 24 ans aujourd’hui contre 21,5 ans dans les années soixante-dix ». Pourtant, l’un des auteurs signale que la dégradation des conditions d’entrée dans la vie active depuis les années quatre-vingt-dix qui retarde l’indépendance économique n’aurait pas eu d’influence sur l’âge d’accès au premier logement ou sur celui de la mise en couple. Ce propos paradoxal montre qu’il y a une différence entre décohabitation et indépendance résidentielle complète. En fait l’âge auquel les jeunes financent eux-mêmes leur logement, ou encore l’âge où ils ont un premier enfant recule bel et bien, mais du point de vue de l’accès au logement, l’allocation de logement ouverte aux étudiants depuis 1991 et les aides familiales ont facilité la décohabitation, en particulier chez les jeunes des catégories aisées et intermédiaires (Kesteman, 2005). Un jeune de moins de 24 ans sur trois bénéficie d’un soutien financier de sa famille ; beaucoup effectuent des allers et retours, de la dépendance vis-à-vis de leurs parents à l’indépendance relative. Ainsi un premier départ sur cinq s’avère provisoire (Villeneuve-Gokalp, 2000) et neuf fois sur dix les difficultés professionnelles jouent un rôle dans les retours après une première indépendance résidentielle.

2La cartographie, à l’échelle de la communauté urbaine nantaise et à des niveaux fins d’observation permet la lecture des hyperconcentrations et des agrégations en certains points du territoire et leur déchiffrement. Le clivage majeur - ville centre opposée à l’ensemble des autres communes - est organisé par le marché du logement. Depuis le milieu des années 1960, et plus encore dans la période intercensitaire 1975-1982, les familles formées de couples de personnes actives avec des enfants partent vers des espaces de plus en plus éloignés de la ville centre, au fur et à mesure de l’urbanisation et selon un gradient des revenus étroitement relié à l’âge des ménages. De ce fait, les espaces libérés au centre des villes se spécialisent dans l’accueil des petits ménages, formés de jeunes actifs mais plus souvent depuis la fin des années quatre-vingt par les ménages étudiants vivant en studio, T1 ou dans le cadre de colocations d’appartements plus vastes.

3Trois sources principales ont été utilisées pour montrer ces déco-habitations dans l’espace nantais : les données du recensement de la population (1999) pour ce qui concerne les familles, les ménages, la structure et l’état du parc de logement, celles de la Caisse d’allocations familiales de la Loire-Atlantique (2001) qui permettent d’appréhender l’aide sociale fournie sous conditions de ressources aux individus ou familles jeunes. Enfin, les données de l’enquête Insertion dans la vie active (IVA) menée par les services du ministère de l’Éducation nationale en 2001 et déjà utilisée précédemment, servent aussi à mieux cerner les décohabitations.

4Si la jeunesse existe, elle ne fait pas l’objet d’une unanimité dans la construction des catégories statistiques qui sont censées la décrire. Ainsi, les fichiers de la Caisse d’allocations familiales offrent des données concernant des prestataires de « moins de 25 ans » distincts des « étudiants ». Au sein des résultats du recensement de la population, les jeunes adultes relèvent, dans les fichiers population, des catégories « 18-25 ans » et « des personnes sans activité professionnelle » (catégorie sociale difficile à utiliser parce qu’elle mélange les étudiants, les jeunes n’ayant jamais travaillé et les autres inactifs) et, au sein des fichiers ménages, de la catégorie « chefs de ménage de moins de 25 ans ». Retenir les « bénéficiaires du Revenu minimum d’insertion (RMI) âgés de moins de 30 ans » dans les fichiers de la CAF relève d’une volonté de saisir la dégradation d’entrée dans la vie active évoquée dans le chapitre précédent.

Où logent les jeunes ?

5Le recensement de la population met en relation les occupants jeunes et leur logement. Il distingue les jeunes ayant une indépendance résidentielle de ceux, les plus nombreux, qui restent logés chez leurs parents. Les étudiants de moins de vingt cinq ans forment une sous-catégorie de la jeunesse aux très forts effectifs. Qu’en est-il de leurs conditions de logement ? Qu’en est-il des conditions de logement des autres jeunes adultes ? Et de leur répartition spatiale au sein d’une agglomération de plus de 500 000 habitants ?

La part des jeunes diminue sauf dans les villes centres

6À Nantes, les trois grandes localisations de l’Université et des Écoles - centre-ville et bords de l’Erdre - jouent en faveur d’une concentration forte de cette population. Au sein de l’agglomération nantaise, huit résidents de moins de 30 ans sur dix vivent dans la commune de Nantes. Ce phénomène de concentration des jeunes dans les villes centres au détriment des autres communes est encore plus amplifié dans les agglomérations de Rennes et de Toulouse. En effet, plus de 80 % des jeunes, occupant des résidences principales, habitent la commune de Rennes ou celle de Toulouse. Bordeaux, de son côté, échappe à ce modèle, sans doute parce que la fonction universitaire est répartie sur plusieurs communes : Talence et Bordeaux en l’occurrence. Ces exemples montrent que les étudiants influent fortement sur les concentrations de jeunes urbains.

Proportion des 20 à 39 ans dans la population de la France et de quelques communes en 1982, 1990 et 1999

Proportion des 20 à 39 ans dans la population de la France et de quelques communes en 1982, 1990 et 1999

INSEE, RP82,90,99

7L’évolution des effectifs des 20-39 ans dans plusieurs communes de l’Ouest français et au sein de quelques départements nous enseigne que la part des jeunes augmente à chaque recensement dans un grand nombre de villes. La tendance nationale et départementale est à la baisse pour la tranche d’âge des 20-39 ans ; quelques villes connaissent également cette évolution : Le Havre, Le Mans. D’autres, souvent plus grandes, affichent des taux très élevés de 20-39 ans : ainsi, plus de 40 % de la population rennaise se situe dans cette tranche d’âge. À Nantes, cette proportion progresse considérablement entre 1982 et 1990 pour se situer à 37 % en 1999. Si, au sein des départements, le poids des 20-39 ans diminue, leur poids croissant dans les villes centres des grandes agglomérations, signe certes l’attractivité universitaire, mais signifie tout autant que cette catégorie d’âge vit désormais concentrée en quelques points du territoire national. Tant du côté des jeunes actifs que des jeunes en recherche d’emploi ou encore des jeunes étudiants, l’horizon de la vie quotidienne se situe dans la ville et plus encore dans la grande ville. Cette polarisation d’âge dans l’espace fut longtemps réservée à la situation parisienne, elle s’est généralisée et les effectifs des jeunes adultes ont considérablement augmenté depuis les années quatre-vingt.

8En 2000, à Nantes, une enquête sur le logement des jeunes était lancée, à la demande de l’association Cobaty. Elle portait sur 400 jeunes de 20 à 24 ans dont un peu moins de la moitié (44 %) étaient étudiants. Elle montrait que le logement rêvé par cette classe d’âge était une maison à la campagne. Commanditaires et élus, visiblement étonnés par ce résultat, avaient souligné le conformisme des jeunes, le décalage entre le rêve d’une maison et la réalité des coûts d’achat et de transports. Sans doute, à 20-24 ans, l’absence de choix possible quant à la location d’un appartement entre campagne et ville, entre centre-ville et périphérie, exacerbe-t-elle les désirs de ruralité. Lorsque l’on est condamné toute sa jeunesse à des logements petits et concentrés dans le centre-ville ou le péricentre, sans doute aspire-t-on à tout autre chose, notamment à de grands logements en périphérie dans des maisons.

Évolution de la part des 20-39 ans dans la population de Nantes, Bordeaux et Toulouse et leurs départements en 1982, 1990 et 1999

Variation de la part des 20-39 ans (en %)

1982

1990

1999

Nantes
Loire-Atlantique

29,8
30,4

35,6
30,0

37,0
28,7

Bordeaux
Gironde

33,6
30,9

36,9
31,1

39,1
29,2

Rennes
Ille-et-Vilaine

38,9
30,7

41,0
31,4

41,3
30,3

France

30,3

30,2

28,1

INSEE, RP82,90,99

9Pour beaucoup de ces jeunes, les parents et peut-être même les grands-parents résidaient déjà en maison individuelle, dans l’espace rural périurbain. Ces jeunes avaient sans doute intégré le fonctionnement du marché du logement où la formule de la rotation des individus dans le parc en fonction de l’âge est devenue une évidence. Le président du Club Immobilier Nantes-Atlantique le rappelait lors de la parution des résultats de l’étude Cobaty : « on arrive maintenant à des besoins différents qui correspondent à des séquences de vie : les étudiants veulent le centre-ville, les familles s’écartent et préfèrent les maisons individuelles et les plus de 60 ans ont tendance à revenir en ville ». Mais, pourquoi dans le secteur du logement les choix seraient-ils aussi binaires alors qu’en ce qui concerne l’ensemble des biens et des services, ils sont de plus en plus éclatés, différenciés, individualisés ? Ne s’agit-il pas plutôt de la conséquence du fonctionnement des marchés du logement depuis les années soixante-dix ? Ainsi, bien que la ville de Nantes concentre moins de 50 % de la population de son unité urbaine, elle totalise plus de 56 % des logements. Aussi, dans la mesure où les jeunes adultes sont massivement locataires, leur recours à l’offre locative continue t-il à se faire dans la ville-centre. Et la perception de la ville centre est celle d’un espace où l’on n’habite que très momentanément dans un parcours de vie.

Structure par âge des ménages selon la taille des logements de Nantes Métropole en 1999

Surface du logement en m²

< à 40 m²

40 à 69 m²

70 à 99 m²

100 à 149 m²

> à 150 m²

Total

15 à 29 ans

65,5

24,2

7,2

2,9

1,1

18,4

30 à 39 ans

12,3

20,8

20,3

20,2

12,7

19,1

40 à 49 ans

6,7

13,3

21,9

30,8

34,4

19,8

50 à 59 ans

4,6

10,3

18,6

22,5

27,4

15,6

60 à 74 ans

5,0

17,3

21,2

17,1

17,7

17,1

75 ans et +

6,0

14,1

10,9

6,5

6,7

10,1

Total

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

INSEE, RP99

De si petits logements

10Selon le rapport ministériel de J-P. Anciaux de janvier 2004, 60 % des étudiants sont décohabitants. Parmi eux, très peu sont logés par le CROUS (un peu plus de 10 %, généralement boursiers). Celui-ci dispose de quelques 3 000 logements dont plus du 1/3 nécessite une réhabilitation. Les étudiants sont d’autant plus nombreux depuis la fin des années quatre-vingt à être locataires du parc privé que les politiques nationales ont encouragé leur inscription dans l’enseignement supérieur sans l’accompagner d’une construction publique de logements suffisante. La polarisation régionale des universités et des écoles a renforcé leur présence en certains lieux ; rappelons que la déconcentration universitaire a été limitée dans le temps.

11Selon leurs revenus (enquête locale de l’Observatoire de la vie étudiante 2002), les étudiants nantais décohabitant vivent soit dans des appartements, soit dans des chambres de cité U ou du parc privé, mais cela uniquement pour les étudiants d’origine modeste, soit dans des studios de résidences services pour les étudiants d’origine aisée. L’allocation logement, ouverte aux étudiants à partir de 1991, a sans doute contribué à l’augmentation des logements, à la construction de petits logements tant dans la promotion immobilière neuve que dans la restructuration du parc ancien. L’ALS a promu l’individualisation du logement chez les étudiants. Avec une partie du loyer assurée par cette allocation (ALS) et la mise en place du dispositif Locapass, caution gratuite et immédiate, ils hésitent sans doute moins à prendre seuls une location.

12Si ces aides ont amélioré leurs conditions de logement, elles ont également eu pour effet l’élévation considérable des prix. Il faut compter à Nantes en moyenne 350 euros un studio ou T1 en 2006. Et la fourchette des prix se situe entre 200 et 500 euros pour la grande majorité. « Les étudiants dont les parents ont des revenus importants sont, plus que les autres étudiants, locataires d’appartements privés aux loyers élevés. Des ressources parentales élevées ne limitent pas le montant de l’allocation puisqu’elles ne sont généralement pas déclarées » (N. Kesteman, 2005). Bien que les tailles des logements « pour étudiants » soient limitées, les 2/3 d’entre eux sont dotés d’équipement ménager avec par ordre d’importance : réfrigérateur, gazinière, téléviseur, hi-fi, micro ondes. Seul l’ordinateur, dans l’enquête OVE de 2002, n’est présent que dans un logement sur six.

Structure par âge des ménages des unités urbaines de Nantes, Toulouse, Bordeaux et Rennes selon le nombre de résidences principales en 1999

Structure par âge des ménages des unités urbaines de Nantes, Toulouse, Bordeaux et Rennes selon le nombre de résidences principales en 1999

INSEE, RP99

13Lorsque l’on examine les données du recensement, l’hyper concentration des 15-29 ans dans de petits logements est frappante. Aucune autre catégorie d’âge que celle des « jeunes » n’est autant reliée à une surface de logement. Ainsi, alors que les 15-29 ans représentent 18,4 % de la population de la communauté urbaine, 65,5 % vivent dans moins de 40 m ². 90 % vivent dans moins de 70 m ². Chez les plus de 60 ans à titre de comparaison, 42 % vivent dans moins de 70 m ². Les petits logements sont particulièrement concentrés dans la ville de Nantes. Dans un grand nombre d’IRIS, plus de 30 % des résidences totalisent moins de 40 m ². Dans la banlieue, quelques IRIS de Saint-Herblain, Carquefou (IRIS Le Housseau) et Bouaye comptent de 6,9 à 32,1 % de petits logements. À Nantes, les logements de moins de 40 m ² sont aux deux tiers occupés par les 15-29 ans. C’est particulièrement le cas dans le centre-ville et le long de l’Erdre. A contrario les petits logements sont peu présents dans les cités d’habitat social.

14Dans le centre-ville, les petits logements étaient déjà notés comme particulièrement nombreux en 1971 (Rapport d’étude sur le centre-ville). Leur part a augmenté à chaque recensement. Mais la population caractéristique du centre-ville, en 1971, était âgée ou en transit, à l’exception du quartier de la Madeleine où les habitants étaient plus jeunes, plus souvent ouvriers et formaient des familles nombreuses. L’IRIS Madeleine-Champ de Mars est emblématique du rajeunissement et de la spécialisation du marché du logement. Les résidences construites avant 1949 représentaient 50 % du parc en 1990, contre 36 % en 1999.

Les résidants* des petits logements < à 40 m² âgés de 15 à 29 ans et de plus de 60 ans par commune de Nantes Métropole en 1999

Les résidants* des petits logements < à 40 m² âgés de 15 à 29 ans et de plus de 60 ans par commune de Nantes Métropole en 1999

Source : INSEE RP 99

Les résidants* des petits logements < à 40 m² âgés de 15 à 29 ans et de plus de 60 ans par IRIS commune de Nantes en 1999

Les résidants* des petits logements < à 40 m² âgés de 15 à 29 ans et de plus de 60 ans par IRIS commune de Nantes en 1999

Source : INSEE RP 1999

15C’est dans ce quartier dégradé que la plus grande proportion de constructions est enregistrée au cours des deux recensements des années quatre-vingt-dix. Ainsi 18,3 % des logements y ont été construits de 1982 à 1990 et 35,2 % de 1990 à 1999. À cette dernière date, 74,8 % du parc se compose de T1 et T2 contre 3 % de T5 et plus, alors que la moyenne est de 35,5 % dans la ville pour les premiers types de logement et de 18,2 % pour les seconds. Les conséquences sur la population sont très nettes. Le poids des 20-39 ans qui était de 53,1 % au recensement de 1990 a atteint 68 % en 1999, celui des ménages composés d’une personne est passé de 57,3 % en 1990 à 71 % en 1999. Ces petits logements sont principalement destinés au marché locatif étudiant, les facultés de médecine, dentaire et pharmacie étant situées à l’extrémité occidentale du quartier. Les propriétaires ne sont plus que 15 % à habiter cet espace en 1999.

16Le rassemblement de la jeunesse dans le parc de logement des bords de l’Erdre et du centre-ville s’est mis en place au cours des vingt-cinq dernières années, du fait d’une très forte fragmentation du marché, avec l’apparition d’un segment de marché « jeunes » et du bénéfice retiré des mesures sociales (ALS) en direction des jeunes, étudiants en particulier. Depuis le milieu des années quatre-vingts, le contexte national a favorisé l’investissement locatif (avantages fiscaux), ce qui a eu pour effet de dynamiser la promotion immobilière, notamment hors des contraintes juridiques du secteur sauvegardé. L’offre nantaise a donc été favorable aux petits logements, à la rentabilité plus élevée, censés répondre aux besoins des petits ménages (étudiants, jeunes actifs) désireux de centralité.

Jeunes, locataires et propriétaires

17Avec 4,4 % de propriétaires avant 30 ans dans l’Unité urbaine de Nantes (2,2 % en France), 59,7 % après 40 ans, 76,8 % après 60 ans, 71 % après 75 ans, il est évident que l’accession à la propriété est reliée à l’âge et au-delà à l’accès à l’emploi et aux revenus. En 2007, c’est l’espace périurbain le plus lointain, situé à trente minutes de voiture du centre et à quarante kilomètres de Nantes (en conditions de circulation très fluide), qui est habité par de jeunes ménages, constitués d’employés, d’ouvriers, de professions intermédiaires. Ces couples de jeunes actifs ont des revenus à la hauteur de 3 000 euros. Plus on se rapproche de la ville centre, plus les ménages propriétaires vivant en maison individuelle sont âgés et aisés. Les premières communes de banlieue le sont également (Ghékière, 2006), leurs populations vieillissent fortement et leurs municipalités sont aujourd’hui confrontées à la question de l’accompagnement social et sanitaire des populations du grand âge.

18L’offre locative accueille ceux qui ne peuvent encore, ceux qui ne peuvent plus ou ceux qui ne pourront jamais accéder à la propriété. Elle concerne aussi, mais ils sont moins nombreux que les précédents, les personnes qui ne veulent pas accéder à la propriété. Ce marché locatif, qu’il soit central ou périphérique, a fortement accru son offre depuis la décennie quatre-vingt-dix sur les petits logements en loyers libres. Les jeunes entre 18 et 29 ans sont massivement locataires dans le secteur libre tandis que le locataire type du logement social est plus âgé, il a entre 30 et 50 ans. Avec des studios dont les premiers prix se situent à 300 euros, la valeur au m ² est intéressante pour les bailleurs qui sont le plus souvent des investisseurs des catégories intermédiaires et aisées.

Les résidences principales dont la superficie est inférieure à 40m2 par IRIS en 1999. Nantes Métropole et commune de Nantes

Les résidences principales dont la superficie est inférieure à 40m2 par IRIS en 1999. Nantes Métropole et commune de Nantes

Sources : INSEE, RP99

19On peut interpréter cette forte croissance nantaise de petits logements (une pièce et deux pièces) comme un rattrapage du retard par rapport à d’autres agglomérations. On peut se contenter de ce constat, voire même s’en réjouir. Le faut-il vraiment ? Les situations de Rennes ou de Toulouse où la concentration des jeunes est forte, doivent-elles servir de modèle à Nantes, au risque d’accentuer le morcellement du parc immobilier ?

20Les quarante dernières années ont accru la valeur de rente de la ville centre. À Nantes, les locataires représentaient 61,1 % de la population en 1999. Cette situation se retrouve dans toutes les agglomérations françaises, petites ou grandes. À cette même date, le statut de locataire rassemble à Bordeaux 65,6 % de la population, à Toulouse 64,1 %, à Rennes 62,9 %, à Paris, dans le XIXe arrondissement, les locataires sont 72,1 % contre 50,6 % dans le XVIe. Le secteur locatif est également bien représenté dans les premières communes de banlieue de l’agglomération nantaise, généralement les plus peuplées. Le gradient locatif va en 1999 de Nantes (avec 61,1 % de locataires), à Saint-Herblain (40,7 %), Rezé (36,1 %), Orvault (29,3 %), Le Pellerin (18,7 %), Sautron ou Vertou (15 %). Il s’est accru dans les dernières années sur le territoire de la communauté urbaine, tant dans la ville centre que dans les communes de banlieue en raison des politiques récentes de défiscalisation. Ainsi le dispositif de Robien (2003-2006) a t-il considérablement accru la construction de logements, constituant un placement avantageux pour leurs propriétaires investisseurs.

21Le logement social est très représenté à Nantes, mais également à Saint-Herblain et Rezé, où ce type d’habitat dépasse le seuil des 20 %, seuil devenu « moral » qui permet de distribuer des bons points communaux aujourd’hui. Sur ce point il faut rappeler que l’importance des logements sociaux sur un territoire constitue l’héritage d’une politique nationale. Par contre, les coûts de construction avec des aides de l’État désormais réduites et les coûts de réhabilitation et d’entretien de ce parc désormais ancien incombent aux municipalités actuelles, lesquelles voient partir les catégories solvables vers la périphérie lointaine et donc diminuer les ressources de nature à compenser les coûts de la solidarité sociale. Les municipalités des communes de la périphérie sont quant à elles souvent dépassées - qui ne le serait pas ? - par leur croissance communale et doivent s’endetter lourdement pour équiper leurs territoires. Pour maintenir des familles et par là même le fonctionnement d’équipements et de services présents de longue date, la communauté urbaine nantaise a mis en place en 2006 un dispositif « prêt à taux zéro renforcé » pour les ménages accédant à la propriété qui élisent son territoire. Mais les résultats ne sont guère probants et le dispositif, élu principalement par de petits ménages, sera arrêté.

Quelle mixité démographique ?

22La « mixité » sociale, c’est-à-dire le mélange des populations au sein de l’espace urbain, est essentiellement pensée sous l’angle du logement social avec toutes les difficultés que l’on connaît quant à sa répartition entre les communes. Le point de vue démographique n’entre pas en jeu dans les discours tenus ces dernières années à propos de la mixité. Pourtant, la concentration des catégories d’âge dans les villes centres des agglomérations a des effets aussi préoccupants que la concentration de la pauvreté au sein des espaces urbains. Est-il nécessaire que soient aussi fortement regroupées des populations aux mêmes caractéristiques démographiques ?

Évolution des résidences principales selon le nombre de pièces entre 1990 et 1999 à Bordeaux, Rennes et Nantes

Variation 1990-1999 en %

Bordeaux

Rennes

Nantes

1 pièce

23,4

58,8

84,6

2 pièces

16,8

25,3

29,2

3 pièces

5,1

7,4

10,3

4 pièces

0,9

3,7

4,1

5 pièces ou plus

8,5

13,4

20,5

Total

9,5

18,1

21,5

INSEE, RP90, 99

23La concentration des jeunes n’est pas une politique délibérée de la part des pouvoirs publics. Elle est la conséquence non voulue, non pensée, de plusieurs politiques publiques nationales : aides au logement, mesures de défiscalisation, rénovation urbaine, augmentation des effectifs étudiants. Elle ne pose pas de problèmes aux élus municipaux qui jugent positive cette présence massive de jeunes tant du point de vue du logement que de l’animation du centre-ville. Ce regard bienveillant est cependant confronté à des difficultés : ainsi à Bordeaux, les quartiers de la Victoire et le quai de Paludate, à Rennes, les « rues de la soif », connaissent des nuisances sonores, des trafics en tout genre, voire des rassemblements d’importance qui suscitent peur et répression et entraînent le départ d’une partie des résidents. Ce sont ces mêmes quartiers au cœur de la ville qui, par ailleurs, sont désertés par leur population étudiante pendant plusieurs mois de l’année.

24Si les jeunes et les ménages formés d’une seule personne se concentrent dans quelques IRIS de Nantes et dans quelques cités d’habitat social, c’est que les logements de petite taille n’existent pas ailleurs, dans les autres communes de la communauté urbaine. Les nombreuses recompositions des ménages, les décohabitations familiales, la demande étudiante et la défiscalisation ont, en effet, poussé à la construction de petits logements individuels, là où l’offre était déjà pléthorique.

25Il y a donc des jeunes, et plus largement des personnes seules ou des couples, qui ne peuvent se loger dans leurs communes d’origine ou ailleurs, faute d’une offre locative. Parallèlement, des ménages plus grands ne peuvent résider à Nantes du fait du déficit des logements abordables destinés aux familles. On pourrait très bien imaginer que des logements adressés aux jeunes ménages existent dans les petites communes dans ou hors de la communauté urbaine. Dans les quartiers nantais excentrés ou dans les cités d’habitat social, on pourrait également loger des étudiants à condition que les dessertes de transport soient correctes (45 minutes pour se déplacer de la cité d’habitat social de Malakoff au campus universitaire du Tertre contre 20 minutes depuis le centre ville). On pourrait aussi penser la construction de grands logements partagés par plusieurs personnes : la formule existe dans de nombreuses grandes métropoles où les prix de l’immobilier sont très élevés.

Les jeunes allocataires du logement

26La structure par âge des allocataires de la CAF, au titre du logement, est extrêmement inégale en 2001 à Nantes. La courbe de l’ensemble des allocataires est déformée par la proportion des allocataires qui bénéficient de l’ALS. Et ce sont les 3 500 allocataires âgés de 22 ans qui en forment le pic. Cette structure par âge montre combien les jeunes pèsent parmi les allocataires du logement, sans doute du fait de la présence étudiante dans la ville de Nantes. De manière plus générale, les fichiers de la CAF comptent 21 955 allocataires de moins de 25 ans et 15 609 étudiants. Tous les jeunes de moins de 25 ans ne sont pas étudiants, certains étudiants de moins de 25 ans sont salariés et ce statut l’emporte dans leur désignation… et enfin les étudiants ont parfois plus de 25 ans.

Le pic de l’allocation de logement social à Nantes

27La proportion des allocataires qui bénéficient de l’ALS déforme la courbe des aides au logement et ce sont les étudiants qui en bénéficient. Du côté des prestations telles que l’APL et l’ALF, les effectifs sont moins nombreux : autour de 500 individus entre 20 et 40 ans pour la première, avec des effectifs qui décroissent rapidement et régulièrement après 40 ans, et moins de 100 individus entre 25 et 40 ans pour la seconde. La part des jeunes allocataires au titre du logement change selon la population de référence à laquelle on la rapporte. Elle est faible au regard de l’ensemble des logements, en effet, la classe la plus élevée varie entre 6,4 et 14,7 % de jeunes allocataires dans les communes. Elle est moyenne rapportée à la classe d’âge 18-24 ans de la population communale, les valeurs les plus élevées variant entre 23,4 et 48,5 % de la population.

Âges des allocataires logement à Nantes en 2001

Âges des allocataires logement à Nantes en 2001

Source : Données C.A.F.L.A., 2001

28En valeur absolue, les jeunes allocataires du logement sont particulièrement nombreux à Nantes (20 585) et très peu présents dans les autres communes, ils sont entre 300 et 550 à Carquefou, Saint-Herblain, Rezé, Orvault et Saint-Sébastien-sur-Loire. Les effectifs sont très faibles dans les communes de troisième couronne avec moins de 30 jeunes allocataires à Saint-Léger-les-Vignes, Saint-Aignan-Grandlieu, Bouaye, Sautron, Mauves-sur-Loire, Thouaré-sur-Loire, Saint-Jean-de-Boiseau, Les Sorinières et Indre. Au total, quinze communes comptent chacune moins de 100 jeunes allocataires.

29La « concentration » nantaise des jeunes se manifeste également en valeur relative puisque 38,8 % des allocataires nantais ont moins de 25 ans ; toutefois c’est à Carquefou où se situe le site universitaire de la Chantrerie qu’ils pèsent le plus : ils sont 43 %. À Saint-Sébastien-sur-Loire et à Orvault, un allocataire sur cinq environ est jeune, contre un sur six à Sainte-Luce-sur-Loire, La Chapelle-sur-Erdre, Basse-Goulaine et Vertou. La part des jeunes allocataires au titre du logement est très importante si on la rapporte aux allocataires à titre divers de moins de 25 ans. Dans six communes (Nantes, Orvault, La Chapelle-sur-Erdre, Carquefou, Mauves-sur-Loire, Saint-Sébastien-sur-Loire) cette proportion varie entre 84,8 et 96,1 % des allocataires de moins de 25 ans. Ce qui signifie que les jeunes sont surtout aidés pour le logement. Dans les autres communes, ils peuvent être plutôt aidés par des prestations liées à l’enfance et à la famille.

30L’opposition centre-périphérie, entre une première couronne de banlieue formée des communes les plus peuplées, où La Chapelle-sur-Erdre constitue une exception, et une deuxième couronne aux communes moins peuplées, Couëron et Vertou mises à part, est très marquée. Il est également net que, dans les communes de La Chapelle-sur-Erdre, Couëron et Vertou, les jeunes allocataires sont moins présents que ne le laisserait supposer le poids démographique de ces trois communes.

Les allocataires logement âgés de moins de 25 ans en 2001 par commune de Nantes Métropole

Les allocataires logement âgés de moins de 25 ans en 2001 par commune de Nantes Métropole

Source : Données C.A.F.L.A., 2001

Les étudiants allocataires des communes de Nantes Métropole selon le parc de logement privé et public en 2001

Communes comptant plus de 50 étudiants allocataires au 31 décembre 2001

Étudiants allocataires
caf 2001

Du parc privé
caf 2001

Du parc public
caf 2001

% logés dans le parc public

% logés dans le parc privé

Résidences principales du parc privé
insee 99

Résidences principales du parc public
insee 99

% Étudiants allocataires du parc privé

% Étudiants allocataires du parc public

Nantes

14 763

14 194

569

3,9

96,1

44 866

29 581

31,6

1,9

Carquefou

527

525

2

0,4

99,6

2 797

2 552

18,8

0,1

Saint-Sébastien-sur-Loire

242

240

2

0,8

99,2

661

437

36,3

0,5

Orvault

189

178

11

0,5

94,2

1 158

1 395

15,4

0,8

Saint-Herblain

177

141

36

20,3

79,7

2 578

4 403

5,5

0,8

Rezé

150

137

13

8,7

91,3

2 797

2 552

4,9

0,5

La Chapelle-sur-Erdre

76

75

1

1,3

98,7

710

343

10,6

0,3

Source : Données C.A.F.L.A., 2001 et INSEE, RP99

Les allocataires logement âgés de moins de 25 ans par commune de Nantes Métropole en 2001 (ALS, APL, ALF)

Les allocataires logement âgés de moins de 25 ans par commune de Nantes Métropole en 2001 (ALS, APL, ALF)

Source : INSEE, RP 99, Données C.A.F.L.A., 2001

31Il faut noter par ailleurs que dans la moitié des communes de la communauté urbaine nantaise, les jeunes allocataires sont très peu nombreux. Dans ces communes, en particulier dans les plus populaires d’entre elles, les jeunes vivent chez leurs parents.

32Sur l’ensemble les valeurs les plus basses se trouvent dans des communes situées au sud de la communauté urbaine, Les Sorinières, Saint-Aignan-Grandlieu, ou à l’est, à Thouaré-sur-Loire.

Les allocataires étudiants

33Les données des fichiers de la CAF nous permettent de répartir des catégories d’allocataires (« les étudiants » et « les jeunes de moins de 25 ans ») au sein du parc public et du parc privé. Sept communes seulement, toutes contiguës avec la ville de Nantes ont été retenues pour mettre en évidence ces inégalités de répartition. En effet, pour toutes les autres communes, les effectifs étaient trop faibles pour être représentés.

34Nantes concentre 90,8 % des allocataires du logement étudiant de la communauté urbaine et Carquefou 3 %. Parmi eux, très peu sont logés dans le parc social (4 % au total), sauf à Saint-Herblain (20,3 %) et dans une moindre mesure à Rezé (8,7 %). Ces étudiants représentent moins de 1 % des locataires des HLM. Autrement dit, ils ne pèsent quasiment rien au sein du parc public. Par contre, si l’on rapporte les effectifs des allocataires étudiants (CAF 2001) au nombre de résidences du parc privé et du parc public (INSEE 1999), on peut estimer que le tiers des résidents du parc privé à Nantes et à Saint-Sébastien-sur-Loire est étudiant, et qu’ils sont plus d’un sur six à Carquefou et Orvault. En ce qui concerne les allocataires de moins de 25 ans, 87 % habitent Nantes et 14 % résident dans le parc social. Ces jeunes allocataires, non étudiants, sont mieux représentés dans le parc social, mais leur poids reste malgré tout modeste au regard des autres catégories d’âge.

35Dire que le parc social s’adresse peu aux jeunes, non étudiants et a fortiori étudiants, dans la communauté urbaine nantaise ne serait donc pas exagéré.

Quitter ses parents

36La jeunesse est un double passage : de la famille d’origine à la famille de procréation et de la dépendance parentale à l’indépendance financière. Pour autant, le calendrier d’accès au statut d’adulte n’est pas linéaire. L’état du marché du travail, le coût et les difficultés d’accès à un logement indépendant et les aléas de l’installation conjugale imposent parfois aux jeunes de passer par « des chemins de traverse » : foyers, retour temporaire au domicile familial, colocation, etc. ; squat ou rue pour les situations extrêmes.

  • * Année scolaire 1999-2000

Taux de conjugalité des sortants* de lycées et de BTS en 2001 Loire-Atlantique, Nantes Métropole et commune de Nantes

en %

Loire-Atlantique hors Nantes Métropole

Nantes Métropole

Commune de Nantes

Ensemble
Filles
Garçons

12,7
20,7
4,2

17,9
25,9
7,6

21,5
28,1
12,2

20 ans ou moins
21 ans et plus

10,4
17,0

12,6
24,3

16,2
27,0

Pas diplômés
Niveau Vbis (brevet, CFG)
Niveau V (CAP-BEP)
Niveau IV (Baccalauréat)
Niveau III (BTS essentiellement)

6,2
9,5
9,4
12,1
19,3

11,5
7,1
10,5
15,9
29,5

13,0
5,9
10,8
19,3
35,6

En emploi CDI
En emploi CDD
En emploi intérim
En emploi aidé
Au chômage
Sans activité

18,1
14,8
9,1
5,3
10,2
11,1

22,4
19,2
17,1
12,1
16,2
20,4

60,2
51,7
47,9
39,4
33,9
53,8

Source : enquête IVA 2001

Une mesure difficile

37Mesurer le chemin des jeunes vers l’indépendance n’est pas chose aisée. À la labilité juvénile, déjà signalée, s’ajoute la faiblesse des données statistiques institutionnelles : peu d’entre elles offrent un suivi longitudinal de l’insertion sociale des jeunes, qui plus est à des niveaux territoriaux relativement fins. Une enquête, non explicitement centrée sur l’accès au logement des jeunes, mais qui offrait néanmoins quelques informations, a permis de saisir indirectement le départ des jeunes du foyer parental : l’enquête insertion dans la vie active (IVA).

38Cette enquête interroge les « sortants de lycée », y compris ici les BTS, c’est-à-dire ceux et celles qui ont quitté le lycée au cours de l’année précédente, quels que soient leur niveau scolaire et le moment de leur sortie. L’enquête, réalisée le 1er février 2001, interroge donc les jeunes inscrits en lycée en 1999-2000 et qui ont délaissé les bancs de l’école pendant cette période ou à l’issue de leur examen, sans s’inscrire dans un nouvel établissement. Ce sont donc des jeunes qui quittent le système scolaire pour affronter la « vraie vie », celle des adultes, du travail, de l’amour et de l’autonomie résidentielle ; des jeunes « travailleurs », pour reprendre une expression aujourd’hui peu usitée, qui se distinguent des jeunes « étudiants », population également soumise à la décohabitation parentale pour cause d’études, mais délibérément hors champ ici.

39L’enquête IVA permet de saisir deux indicateurs du chemin vers l’indépendance : le fait d’habiter ou non au 1er février 2001 chez ses parents et de vivre ou non en couple, ces deux éléments permettent de calculer un taux de décohabitation parentale et un taux de conjugalité. Accès au travail, au logement indépendant et à la vie en couple : on dispose là de trois indicateurs-clés du passage vers le statut d’adulte.

Un départ modulé suivant l’âge, le sexe, le diplôme et l’emploi

402 075 jeunes de Loire-Atlantique, anciens lycéens ou élèves de BTS, ont répondu à cette enquête 2001. Sur cet ensemble départemental, 26,9 % n’habitent plus au domicile parental. C’est à la fois peu (un gros quart) et beaucoup puisqu’ils n’ont quitté l’école que depuis sept mois.

41Ces premiers résultats gagnent en vigueur si l’on prend en compte les caractéristiques des jeunes : le genre, l’âge, le niveau de diplôme et la situation professionnelle pèsent lourdement dans la balance de l’indépendance. Le taux de décohabitation parentale atteint, au niveau départemental toujours, 36,3 % pour les filles, 35 % pour les plus âgés (21-25 ans), 38,4 % pour les titulaires d’un diplôme de niveau III (BTS essentiellement) et 33,9 % pour ceux et celles qui ont décroché un contrat de travail à durée indéterminée. A contrario, il est de 15,9 % pour les garçons, de 21,4 % pour les 20 ans et moins, de 16 % pour les sans diplôme et de 19 % pour ceux et celles qui pointent au chômage. Les effets de genre, d’âge et de situation sociale sont cumulatifs : les filles en CDI (46,9 %) ou celles titulaires d’un BTS (45,7 %) constituent l’avant-garde des départs du foyer parental ; les garçons pas ou peu diplômés (niveau V bis au maximum) (11,9 %) ou au chômage (5,8 %) forment eux l’arrière-ban.

42Le type d’emploi obtenu par les jeunes est également clivant et met en relief une hiérarchie tout en nuances. Au niveau départemental, le taux de décohabitation parentale décline de 33,9 % pour les contrats à durée indéterminée (CDI) à 28,9 % pour les contrats à durée déterminée (CDD), 24,5 % chez les intérimaires et 23,1 % pour les emplois aidés. On est peu surpris de ces chiffres quand on connaît les conditions de garanties financières souvent draconiennes qui régissent l’accès aux logements locatifs, notamment dans le secteur privé.

Départ du foyer parental et vie en couple des sortants* de lycée et de BTS de Loire-Atlantique en 2001

* Année scolaire 1999-2000

Taux de décohabitation parentale (%)

Taux de conjugalité (%)

Ensemble
Filles
Garçons

26,9
36,3
15,9

15,3
23,4
5,9

20 ans ou moins
21 ans et plus

21,4
35,0

11,4
21,1

Pas diplômés
Niveau Vbis (brevet, CFG)
Niveau V (CAP-BEP)
Niveau IV (Baccalauréat)
Niveau III (BTS essentiellement)

16,0
19,4
21,0
25,1
38,4

9,0
8,2
9,9
14,0
24,8

En emploi CDI
En emploi CDD
En emploi intérim
En emploi aidé
Au chômage
Sans activité

33,9
28,9
24,5
23,1
19,0
34,1

20,3
17,3
12,9
8,8
13,2
16,5

Source : enquête IVA 2001

  • * Année scolaire 1999-2000

Taux de décohabitation parentale des sortants* de lycées et de BTS en 2001 Loire-Atlantique, Nantes Métropole et commune de Nantes

en %

Loire-Atlantique hors Nantes Métropole

Nantes Métropole

Commune en % de Nantes

Ensemble
Filles
Garçons

21,2
29,7
12,1

32,5
42,3
20,0

46,6
56,2
33,2

20 ans ou moins
21 ans et plus

17,5
27,8

25,8
40,6

38,3
55,2

Pas diplômés
Niveau Vbis (brevet, CFG)
Niveau V (CAP-BEP)
Niveau IV (Baccalauréat)
Niveau III (BTS essentiellement)

12,5
21,4
17,6
20,6
27,7

19,2
17,9
25,0
29,6
47,5

26,1
20,6
34,4
45,0
65,1

En emploi CDI
En emploi CDD
En emploi intérim
En emploi aidé
Au chômage
Sans activité

28,6
23,9
16,9
18,4
10,9
22,2

39,0
34,0
32,9
27,4
26,9
42,9

60,2
51,7
47,9
39,4
33,9
53,8

Source : enquête IVA 2001

  • * année scolaire 1999/2000

Décohabitation parentale et conjugalité des sortants* de lycée et de BTS de Loire-Atlantique en 2001

Décohabitation parentale et conjugalité des sortants* de lycée et de BTS de Loire-Atlantique en 2001

Source : enquête IVA 2001

43Seule exception à cette règle du primat de l’emploi stable : les jeunes sans activité professionnelle. 34,1 % sont partis du domicile familial, soit un taux nettement supérieur à la moyenne. Ce profil a priori discordant de la relation emploi/décohabitation parentale s’explique par un effet de structure : 72 % des jeunes qui ont quitté leurs parents alors qu’ils n’ont pas d’activité professionnelle sont des jeunes filles et le taux de décohabitation parentale des filles sans activité s’élève à 43,8 % alors qu’il n’est que de 21,6 % pour les garçons dans la même situation.

44Ce profil est donc avant tout féminin, preuve que les stéréotypes de sexe et les structures mentales ont encore de beaux atours : les jeunes filles peuvent échapper à l’impératif de l’indépendance financière par le travail pour quitter leurs parents dès lors que l’alternative d’une « installation domestique » est encore perçue comme une « opportunité » pour les femmes. La vieille ligne de partage entre « l’évidence » du travail masculin et la « contingence » de l’emploi féminin resurgit à travers l’accès au logement, mais elle n’est pas le strict produit d’un libre arbitre : les jeunes filles qui quittent le domicile parental sans activité sont plus souvent qu’à leur tour celles pour qui l’accès au travail est le plus difficile. En effet, plus de la moitié d’entre elles (52,3 %) sont au mieux titulaires d’un CAP ou d’un BEP, tandis que cette proportion n’est que d’un quart (24,6 %) dans la population féminine enquêtée. C’est dire combien la faiblesse de leurs atouts sur le marché du travail contribue à leur faire épouser le chemin de l’inactivité féminine.

Une conjugalité à l’image du départ du foyer parental

45Vivre en couple est un autre indicateur du passage au statut d’adulte. Pour autant, si la jeunesse est le temps des amours, elle n’est pas encore celle de la vie conjugale : les jeunes sortant de lycée sont moins d’un sur six (15,3 %) à se déclarer en concubinage ou mariés.

46Comme pour le départ du foyer parental, le taux de conjugalité varie en fonction du genre, de l’âge, du niveau de diplôme et de la situation professionnelle, et les deux distributions se superposent. Les filles (23,4 %), les plus âgés (21,1 %), les titulaires d’un diplôme de niveau III (24,8 %) et ceux et celles qui accèdent à un CDI (20,3 %) vivent plus souvent en couple. Les garçons (5,9 %), les 20 ans ou moins (11,4 %), les pas ou peu diplômés (8,6 %) et les chômeurs (13,2 %) affichent des taux de conjugalité inférieurs à la moyenne. Là encore, les effets sont cumulatifs et les hiérarchies fines. Les filles titulaires d’un BTS ou celles accédant à un CDI sont près d’un tiers (respectivement 31,5 % et 31,8 %) à vivre en couple, alors que les garçons peu ou pas diplômés, sans emploi, ou en emploi aidé sont rares dans cette situation (respectivement 0,9 %, 1,2 % et 2,6 %). De même, le taux de conjugalité s’élève avec l’âge et la stabilité dans l’emploi avec la même exception pour les filles sans activité professionnelle (29,2 % vivent en couple).

Décohabitation parentale et conjugalité des sortants de lycée et de BTS par zone postale de Nantes Métropole en 2001

Décohabitation parentale et conjugalité des sortants de lycée et de BTS par zone postale de Nantes Métropole en 2001

Source : enquête IVA 2001

L’urbanisation favorise le départ des jeunes

47La comparaison des taux de décohabitation parentale montre un effet de territoire indéniable : ce taux ne cesse de croître avec l’urbanisation de l’espace. Il est de 21,2 % hors Communauté, de 32,5 % au sein de Nantes Métropole et de 46,6 % pour la ville de Nantes. Il en est de même pour le taux de conjugalité avec respectivement 12,7 %, 17,9 % et 21,5 %.

48L’appartenance de sexe, l’âge, le diplôme ou la situation professionnelle jouent également d’un territoire à l’autre. Les amplitudes diffèrent, mais les hiérarchies demeurent. Ainsi du point de vue du genre, le taux de décohabitation parentale passe, des garçons aux filles, de 12,1 % à 29,7 % pour la Loire-Atlantique hors Communauté, de 20 % à 42,3 % pour la Communauté et de 33,2 % à 56,2 % pour la ville de Nantes. Il en va de même pour le taux de conjugalité : respectivement de 4,2 % à 20,7 % ; de 7,6 % à 25,9 % ; et de 12,2 % à 28,1 %. À la seule exception du niveau de diplôme V bis, aux effectifs il est vrai limités, les hiérarchies de sexe, d’âge, de certifications et de situation professionnelle se retrouvent d’un territoire à l’autre.

49C’est dire si les déterminants sociaux de l’accès des jeunes à l’indépendance transcendent les territoires. Mais ceux-ci amplifient ou atténuent nettement les effets de ceux-là. Les filles sont proportionnellement deux fois plus nombreuses à être parties du domicile familial à Nantes que hors Communauté (respectivement 56,2 % et 29,7 %), et les garçons presque trois fois plus (33,2 % et 12,1 %). L’accès à l’autonomie résidentielle des titulaires d’un emploi en CDI varie, pour les mêmes territoires, de 60,2 % à 28,6 %. On pourrait ainsi multiplier les exemples de l’effet « ville de Nantes » sur l’accès au logement indépendant des sortants de lycée et de BTS, tout comme pour la vie en couple, par exemple trois fois plus fréquente pour les garçons à Nantes (12,2 %) que dans la Loire-Atlantique hors communauté urbaine (4,2 %), etc. L’effet territoire est net et indiscutable.

50Le développement précédent consacré à l’insertion professionnelle des jeunes avait montré que la ville de Nantes n’offrait pas des conditions d’accès à l’emploi à ses jeunes meilleures que les autres territoires, bien au contraire, notamment pour ceux qui n’étaient pas ou peu diplômés. Le phénomène observé ici dépend donc plus de l’offre de logement que de l’offre d’emploi. C’est parce que la ville de Nantes est une ville universitaire et propose un nombre important - quoiqu’insuffisant - de petits logements que les jeunes travailleurs y trouvent de meilleures conditions d’accès à l’indépendance résidentielle. Ils peuplent, comme en effraction, presque à la sauvette, les logements nantais plutôt construits, aménagés et pensés pour les étudiants.

51Ces constats expliquent les écarts importants observés entre la ville centre et le reste de la communauté urbaine et plus encore le reste du département. Ils indiquent a contrario le déficit d’offre de logement pour jeunes qui existe dans les communes périphériques de Nantes et au-delà.

Manières d’habiter : extraits d’entretiens auprès de jeunes actifs

52Adrien a 21 ans et travaille à temps partiel dans un bar de nuit, « Il a fait une école de cinéma et espère en vivre un jour ». Adrien « sur les conseils de (sa) mère », secrétaire médicale, qui vit avec un nouveau compagnon, est devenu locataire de son appartement après le passage de son bac à 19 ans. C’est un studio très ancien, trouvé par petite annonce et meublé par « récupération » chez ses parents. Il est situé dans un quartier de l’hyper-centre, dominé par la vie nocturne : Adrien s’y plaît beaucoup. Il connaît bien son immeuble, « a les clés d’à-côté » car c’est lui qui « nourrit le chat ». Bien que n’étant plus étudiant, il mange au restaurant universitaire et pour le reste « est très pâtes ». Toutes les semaines, il mange en ville avec sa mère et « en profite pour lui donner (son) linge » qu’elle lui « ramène la semaine d’après, tout propre, bien repassé ».

53Béatrice a 23 ans et vit depuis trois ans maritalement avec Bruno, qui a 20 ans et est au chômage. Béatrice fait de temps en temps des petits boulots. Le couple a peu de moyens financiers : il n’a pas de machine à laver et se « débrouille » en allant « chez des copines », en lavant à la main et en évitant la laverie, « trop chère ». Béatrice est en sous-location d’un appartement T2 (ancien) loué par un Foyer de jeunes travailleurs et sait que ce contrat se termine dans six mois. Béatrice a un niveau Bac (tertiaire) et cherche à entrer dans une formation débouchant sur le BEATEP (BEP en animation). Elle a vécu avec son copain chez sa mère, secrétaire, qui vit seule en appartement HLM à Laval, avant de partir travailler pendant un an en région parisienne ; le couple logeait alors en appartement chez ses beaux-parents. Béatrice est ensuite venue à Nantes, où elle a été hébergée chez une tante, à Malakoff, pendant 9 mois, tandis que Bruno était hébergé par la mère de Béatrice. Depuis sa naissance, Béatrice a déménagé 14 fois ! Le couple est satisfait d’avoir un logement indépendant bien que le contrat soit au nom de Béatrice seulement et qu’elle ne supporte pas le sentiment « d’être surveillée ».

54 Marie a 22 ans. Elle est la mère d’un petit garçon de 4 ans 1/2 ; elle est séparée d’avec le père de l’enfant, mais voit chaque semaine sa belle-famille. Le couple a vécu pendant près de deux ans chez les parents de Marie, dans un appartement d’une cité HLM de Nantes Nord, puis a déménagé dans un appartement T3 indépendant à proximité, qu’elle a meublé « avec les sous du petit ». Le couple s’est séparé peu après. Pour avoir son logement indépendant, Marie s’est adressée à la société HLM qui gère le logement de ses parents et déclare n’avoir eu aucune difficulté à obtenir satisfaction : « ils connaissaient bien mes parents qui n’ont jamais eu de problèmes avec eux depuis 20 ans ». Marie voit quotidiennement sa mère, ouvrière spécialisée, qui est veuve depuis quelques mois. Son père était chauffeur-livreur. Marie est au chômage et n’a aucun diplôme (niveau troisième) ; elle a fait plusieurs stages de formation et quelques boulots. Elle a acheté un caniche et veut déménager car elle « ne supporte plus la violence et a peur pour son fils ».

55 Nathan a 22 ans. Il est célibataire et a une copine « qui est encore chez sa mère » parce qu’il « ne peut pas encore assurer, ce serait trop juste ». Depuis l’âge de 16 ans, il a vécu dans plusieurs FJT et vient d’emménager dans un studio indépendant, en sous-location FJT. Il a acheté du mobilier. Pour ce faire, il a « pris le camion de l’entreprise et (est) allé à Conforama où (il) a tout retiré : le clic-clac, la table de cuisine en pin avec les chaises, les étagères et la machine à laver ». Il avait « bien travaillé pour avoir des sous de côté ». Nathan aurait préféré « une pièce à côté » à cause des « odeurs de cuisine : la graisse monte dans les placards au-dessus, et ce n’est pas pratique ». Titulaire d’un CAP de couvreur, il travaille à temps plein dans une entreprise de nettoyage de cabines téléphoniques, mais il a le projet de devenir routier. Nathan a été placé dans une famille d’accueil quand il était très jeune (père adoptif : maçon, mère adoptive : assistante maternelle) et est par ailleurs sous curatelle. C’est un jeune qui se considère « sans famille ».

56 Romain a 25 ans. Il est célibataire et travaille comme manutentionnaire dans un dépôt de bricolage depuis deux ans. Son travail est très physique, il transporte du carrelage toute la journée et espère une promotion à court terme. Il est habitué « à se débrouiller » : sa mère, aide-soignante, est décédée il y a cinq ans son père, ouvrier électricien, a vendu « la maison » pour vivre avec une nouvelle femme. Romain sort beaucoup avec ses copains. Il habite depuis trois ans un studio de 30 m ² dans « une résidence privée » des années 1970, qu’il a trouvé par un copain, ami d’une secrétaire d’agence immobilière. Son appartement correspond à son budget. Il aimerait « une chambre séparée », mais « pour ça faut mettre 300 à 400 euros » et il « n’en a pas les moyens ». Romain estime son appartement bien situé, à la fois proche des services et de son travail.

57 Sophie a 24 ans et vit en concubinage avec Renaud, du même âge. Le couple habite dans un appartement ancien (T1 bis) proche du centre-ville depuis quelques mois. Les parents de Sophie (père : chef d’entreprise, mère : au foyer) ont acheté les meubles pour le logement ; cette situation ne la dérange pas car ils font « pareil avec (ses) sœurs ». Sophie est enceinte et pour cette raison ne travaille plus, la manipulation de produits toxiques utilisés dans sa profession de modeleuse (elle est titulaire d’un BEP de modelage industriel) lui est interdite. Renaud, titulaire d’un diplôme d’IUP en informatique, termine son objection de conscience. Sophie « fait souvent le ménage », même s’il était convenu avec Renaud qu’elle fasse « à manger et lui, la vaisselle », car « s’il faisait la cuisine, on ne mangerait que des pâtes ». Mais dans la pratique, ils « ont tendance à entasser dans l’évier ». Ils cherchent un nouveau logement plus grand, en raison de la naissance prochaine.

58Source : T. Groussin, Vers l’indépendance. L’occupation d’un logement : l’empreinte du passage à l’âge adulte, Mémoire de Maîtrise MST-IDS (Dir. Gilles Moreau), université de Nantes, 2001

Manières d’habiter : extraits d’entretiens auprès de jeunes étudiants

59 Shéryl, 20 ans, étudiante gabonaise, première année d’école de commerce
« Dès que je suis arrivée à Nantes, j’ai entendu parler des résidences les Lauréades (résidence parahôtelière privée), en une journée dès que je suis arrivée, j’ai trouvé. (…) Elle est bien positionnée par rapport à mon école, ce n’est pas comme les autres résidences qui sont assez loin, qui sont en bordure de routes surtout et des coins malsains quoi ! Tu vois chez moi ce n’est pas africain, même si, tu vois, il y a des photographies, je suis plutôt poussée vers l’asiatique. J’ai mis des fleurs c’est normal je suis une fille (rire) ».

60 Dany, 24 ans, étudiant gabonais master recherche de géographie
« Je me suis arrêté au Crous de Paris donc tout s’est passé là-bas, donc quand je suis arrivée ici, les choses étaient plus ou moins décantées. Donc on m’attendait déjà, on m’a donné une chambre au CROUS et tout s’est bien passé. (…) Bon, les difficultés c’est le chauffage. J’ai été logé dans une cité qui n’a pas été encore rénovée. Donc tout ce qui est dedans est un peu vieux (…). L’étage où je suis, je suis pratiquement connu de tout le monde. Ma chambre est juste après la cuisine, je suis celui qui catalyse un peu les entrées et les sorties, donc les familiarités et les connaissances c’est très facile quoi ».

61 Oscar, étudiant sénégalais, 4e année de l’école polytechnique
« C’est ma cousine qui m’a mis en contact avec une de ses amies, il y avait de la place dans l’appartement. À la base je suis arrivé chez mon cousin pendant un mois, en octobre l’année dernière, j’ai cherché pendant deux semaines et j’ai pas trouvé, donc du coup j’ai pris l’appart à Moutonnerie, je l’ai pris direct parce que j’avais trop duré chez mon cousin, là l’appart je payais 300 euros, c’est vrai le périmètre était un peu réduit, il y avait 12 ou 15 m ² quelque chose comme ça et pour 300 euros franchement c’était trop cher et là quand j’ai vu qu’à 100 euros on me proposait d’habiter ici dans une famille sénégalaise, en plus dès fois la bouffe gratuite, en plus c’est pas loin de la ligne de tram et c’est plus proche de mon école. Dans l’appartement j’ai rien touché, c’est un peu son appartement donc je veux pas me mettre à aménager ».

62 Jef, 21 ans, étudiant en L3
« J’ai quitté le cocon familial après mon bac pour aller à l’IUT de Dijon, la première année, j’avais un petit appart dans une petite rue du centre ville. Pas très cosy mais au moins j’étais en plein centre. Je crois que j’avais environ 20 m ² avec vue sur Kebab. C’est là que j’ai commencé à penser à la colocation. Une année tout seul dans un appart c’est chiant. Après j’ai emménagé dans un nouvel appart avec un pote de Dijon. Bien sûr j’ai eu mon BTS les doigts dans le nez et j’ai postulé à Nantes pour faire une licence. Je ne connaissais pas grand monde sur Nantes mais j’avais pris goût à la colocation et je me suis mis à la « recherche du coloc perdu », ça m’est tombé tout seul avec une copine en discutant pendant les vacances d’été, on a trouvé et partagé à trois dans la rue Monte au Ciel (…). C’est la situation qui a guidé notre choix, la position de l’appart par rapport au lieu d’étude et aux moyens de transport. Mais aussi le prix du loyer. C’est vrai que j’aurai préféré être plus proche du centre-ville mais après coup je me rends compte que c’est pas dérangeant et que surtout c’est moins cher ».

63 Régis, 20 ans, première année de génie électrique et informatique industrielle
« J’habitais à La Montagne jusqu’à la mi septembre, mais l’IUT étant à Carquefou je mettais une heure et demi le soir pour rentrer et c’était un peu long. J’ai pris le premier logement venu où étaient logés avant mes cousins. La contrainte c’est que la propriétaire doit traverser mon appartement pour aller dans le jardin, je vis dans le rez-de-chaussée d’une grand-mère. C’est un T2, je paye 200 euros par mois pour 40 m ², je lui tonds sa pelouse mais c’est pas elle qui me l’impose. En fait l’appart, elle comptait pas le louer sauf pour moi. 40 m² ça permet de recevoir pas mal de monde, il y a souvent pas mal de monde chez moi. Je suis plus autonome, je me fais plus souvent à manger, je fais plus souvent le ménage. J’entretiens beaucoup plus mon appartement que ma chambre quand j’étais encore hébergé chez mes parents (rires) ».

64Source : Le logement étudiant, entretiens réalisés en janvier 2008, dans le cadre d’un master professionnel « Aménagement » première année, université de Nantes

Conclusion

65La lecture des spécialistes nationaux des questions alliant le logement et les jeunes (Nadia Kesteman par exemple) montre que l’accès au logement est difficile pour les jeunes, mais facilité par des aides sociales, que la jeunesse dans la ville, du point de vue des décohabitants, est concentrée géographiquement et qu’il en va de même pour la pauvreté, qu’elle concerne les jeunes ou pas. Le territoire nantais n’y échappe pas, il concentre les jeunes, les pauvres et les jeunes pauvres.

66Les très fortes polarisations observées à propos du logement peuvent être considérées comme des atouts, mais elles présentent également des aspects négatifs. Il en est ainsi de ces très fortes concentrations de populations jeunes dans les quartiers centraux et péricentraux, concentration présentée de manière positive dans la communication urbaine, parce qu’elles accompagnent les croissances métropolitaines. Faut-il considérer la concentration des jeunes dans les villes comme « normale » ou « allant de soi » ? Les étudiants et plus largement les jeunes désirent-ils habiter le centreville de Nantes, Rennes ou Toulouse ? Ou n’ont-ils que le centre-ville pour tout choix ? La population étudiante est couramment attirée par le mode de vie urbain et les loisirs qu’il offre, mais pour autant choisit-elle sciemment d’habiter au centre de la ville ? Il semble en réalité que la segmentation du marché du logement soit déterminante dans ces préférences. Cette segmentation est la résultante de marchés non régulés par les pouvoirs publics, avec une offre concentrée, en ce qui concerne le logement des jeunes, là où elle était déjà pléthorique. En outre, cette offre se limite, portée par des mesures de défiscalisation nationales, à des produits immobiliers dont on sait qu’ils vont très vite se dégrader, puisque les copropriétés connaissent une forte rotation de locataires. Ces concentrations spatiales n’engendrent-elles pas des dysfonctionnements importants tant au sein des centres-villes que des périphéries ? Ceci ne saurait laisser indifférents les gestionnaires de nos villes.

Notes de fin

* Année scolaire 1999-2000

* Année scolaire 1999-2000

* année scolaire 1999/2000

Table des illustrations

Titre Proportion des 20 à 39 ans dans la population de la France et de quelques communes en 1982, 1990 et 1999
Légende INSEE, RP82,90,99
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34385/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Structure par âge des ménages des unités urbaines de Nantes, Toulouse, Bordeaux et Rennes selon le nombre de résidences principales en 1999
Légende INSEE, RP99
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34385/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 507k
Titre Les résidants* des petits logements < à 40 m² âgés de 15 à 29 ans et de plus de 60 ans par commune de Nantes Métropole en 1999
Légende Source : INSEE RP 99
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34385/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Les résidants* des petits logements < à 40 m² âgés de 15 à 29 ans et de plus de 60 ans par IRIS commune de Nantes en 1999
Légende Source : INSEE RP 1999
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34385/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre Les résidences principales dont la superficie est inférieure à 40m2 par IRIS en 1999. Nantes Métropole et commune de Nantes
Légende Sources : INSEE, RP99
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34385/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 826k
Titre Âges des allocataires logement à Nantes en 2001
Légende Source : Données C.A.F.L.A., 2001
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34385/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Les allocataires logement âgés de moins de 25 ans en 2001 par commune de Nantes Métropole
Légende Source : Données C.A.F.L.A., 2001
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34385/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Les allocataires logement âgés de moins de 25 ans par commune de Nantes Métropole en 2001 (ALS, APL, ALF)
Légende Source : INSEE, RP 99, Données C.A.F.L.A., 2001
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34385/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Titre Décohabitation parentale et conjugalité des sortants* de lycée et de BTS de Loire-Atlantique en 2001
Légende Source : enquête IVA 2001
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34385/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Titre Décohabitation parentale et conjugalité des sortants de lycée et de BTS par zone postale de Nantes Métropole en 2001
Légende Source : enquête IVA 2001
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34385/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 435k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search