Version classiqueVersion mobile

Les jeunes dans la ville

 | 
Monique Bigoteau
, 
Isabelle Garat
, 
Gilles Moreau

2 - École et mobilité

Texte intégral

Introduction

1Deux approches ont été retenues. L’une est centrée sur les équipements avec une localisation des écoles, collèges, lycées, ce qui constitue une approche classique du point de vue de la discipline géographique. La seconde s’intéresse aux individus, essayant de préciser où résident les enfants et les jeunes et comment les plus âgés d’entre eux se répartissent au sein des filières d’enseignement qui leur sont offertes. Les questions soulevées portent donc d’une part, sur la répartition des établissements et les inégalités territoriales qui peuvent en résulter et d’autre part, sur les mobilités liées à la scolarisation.

2L’école constitue l’élément central de la vie des jeunes enfants (entre 3 et 11 ans) et des adolescents (entre 12 ans et 16 ans). Si elle participe pleinement à la structuration de l’identité, à la diffusion d’un modèle national et à des normes sociales (Galland, 1984), elle est aussi une question de choix des familles. Ce choix va s’effectuer dans l’agglomération nantaise entre enseignement public et enseignement privé, celui-ci étant particulièrement représenté puisque la région des Pays de la Loire concentre presque 30 % des enfants scolarisés dans l’enseignement privé catholique français. Ce choix relève aussi des localisations résidentielles et nous avons vu combien elles pouvaient être marquées par des segmentations sociales et par la structure même du parc de logements. Une analyse des établissements de scolarisation des collégiens étrangers à Nantes montre notamment combien lieu de résidence et présence étrangère sont étroitement reliés. Les familles étrangères dans l’agglomération nantaise résident en habitat social, ce qui a pour conséquence l’inscription et la prise en charge scolaire des enfants étrangers par l’école publique de ces quartiers d’habitat social.

3L’école enregistre donc des segmentations, mais elle est aussi à l’origine de choix sociaux propres aux familles. Lesquelles élisent l’établissement scolaire de leurs enfants dans un contexte de carte scolaire plus ou moins rigide, de concurrence entre établissements et de stratégie familiale.

4La répartition des établissements est, pour beaucoup, une question d’aménagement du territoire. Elle pose le problème de la répartition territoriale des équipements scolaires, afin que tous les élèves puissent y accéder dans de bonnes conditions. Maintenir, construire, fermer des écoles, des collèges et des lycées, tout cela dépend des évolutions des différentes catégories d’âge dans les communes. Aucune collectivité locale ne peut y être indifférente.

5La mobilité des enfants et des jeunes est étroitement liée à la question scolaire. Peu étudiée aux premiers âges et donnant plus souvent lieu à des études en lien avec des choix de localisations d’établissements aux âges plus avancés, cette question intéresse fortement les acteurs en charge des politiques d’accueil à différentes échelles. L’analyse proposée en fonction des catégories d’âge (ici les âges scolaires : 3-5 ans pour la maternelle, 6-11 ans pour le primaire et 12-18 ans le collège et le lycée), montre que la mobilité commence jeune et qu’elle va se diversifier avec l’âge ; mais les motifs de cette mobilité diffèrent selon l’âge des élèves. En effet, la commune reste l’échelon spatial de référence des petits enfants tandis que, dès onze ans, la polarisation exercée par le collège d’un secteur géographique proche du domicile est une réalité quotidienne.

6Plusieurs types de ressources ont été mobilisées : les données du rectorat de l’Académie de Nantes pour ce qui relève de l’origine géographique des élèves par établissement et par filière ; celles de l’Agence d’urbanisme de l’agglomération urbaine (AURAN) pour l’inventaire des établissements et le recensement de la population (1999) afin d’analyser les mobilités liées à la scolarisation. L’étude concernant les collégiens étrangers s’appuie sur des données collectées dans le cadre d’un travail universitaire de maîtrise. Ces données, institutionnelles ou non, obligent le cartographe à beaucoup de prudence car les effectifs concernés sont parfois faibles et fluctuants.

Les écoles primaires et leurs élèves

7Dans l’enseignement public, des mesures dites de « périmètre scolaire » sont prises par les municipalités en liaison avec les directeurs des écoles primaires. Il s’agit de définir des aires de recrutement pour les écoles. Les parents n’ont donc plus, théoriquement, la liberté d’inscrire leur enfant là où ils le souhaitent. Leur adresse impose une école publique. De telles mesures n’existent pas dans l’enseignement privé. Elles sont actualisées dans toutes les grandes communes de la communauté urbaine de Nantes, une fois par an, pour les écoles primaires. Il faut noter que ce sont les services municipaux qui examinent les demandes. Il n’existe pas de concertation communautaire officielle sur les périmètres.

8Pour les communes, l’objectif est de réguler les flux, de ne pas conduire à des surcharges ou à des sous-effectifs, et de veiller à respecter la règle de la proximité. Or la logique de la proximité et celle de l’excellence ne sont pas perçues comme allant de pair et de nombreux travaux (François, 1995 et 2002, Barthon, 1997) ont montré, en région parisienne en particulier, que les dérogations « à la carte scolaire » commençaient très tôt et s’inscrivaient dans des stratégies familiales de réussite scolaire.

Les périmètres nantais

9Deux types de périmètres sont définis à Nantes :

  • les périmètres actifs concernent les écoles à forte pression démographique : ils accueillent uniquement les enfants de la proximité puis, les autres sur dérogation ;
  • les périmètres non actifs concernent des écoles à faible pression démographique : tous les enfants nantais peuvent s’y rendre.

10L’accueil d’élèves non nantais se pose tout particulièrement dans les écoles situées en limites communales, dans les zones d’activité ou à proximité d’établissements secondaires réputés. Aucune évaluation des dérogations aux périmètres scolaires, que ce soit en primaire ou dans le secondaire, n’a été rendue publique jusqu’à aujourd’hui. Les services municipaux, tout au moins à Nantes, suivent de près ces évolutions dans les écoles publiques, aidés par un système d’information géographique depuis 1994.

11Toutes les communes comptent au moins deux écoles dont l’une est privée. En 2000-2001, sur les 221 écoles primaires de la communauté urbaine nantaise, 27 % sont des établissements privés qui scolarisent 37,8 % des enfants. Ce sont souvent des écoles associant la maternelle et le primaire. Cette possibilité de passer en un même lieu d’un cycle à un autre fidélise les familles.

Les écoles de Nantes Métropole à la rentrée 2001-2002

Les écoles de Nantes Métropole à la rentrée 2001-2002

Carte réalisée par l’AURAN - 2002

12La commune de Nantes regroupe 43 % des effectifs des écoles primaires de la communauté urbaine et presque la moitié des équipements. Dans le reste de Nantes Métropole, le niveau d’équipement correspond à l’ordre hiérarchique de la taille des communes, à quelques exceptions près. Ainsi Bouguenais équivalente en taille à La Chapelle-sur-Erdre est mieux équipée avec huit écoles primaires pour l’une et cinq pour l’autre. De la même manière, Basse-Goulaine compte moins d’écoles que Sautron.

Les collèges de Nantes Métropole et de la Loire-Atlantique

13Pour l’année 2001-2002, on compte en Loire-Atlantique 64 168 collégiens. 60 % des effectifs sont scolarisés dans 72 établissements publics et 40 % dans 58 collèges privés. L’effectif moyen est de 493 élèves par collège et de 1 125 collégiens par commune. En effectifs, les écarts peuvent être forts puisque, Nantes accueille 14 399 collégiens, Saint-Nazaire 4 012, Saint-Herblain 2 964, Rezé 2 764, Vertou 2 145… alors que plusieurs communes accueillent des petits effectifs allant de 150 à 300 élèves.

1444 communes sont dotées de collèges publics, 40 communes de collèges privés : dans 28 communes cohabitent établissements publics et privés, 12 communes accueillent des collèges privés uniquement et 17 proposent une offre strictement publique.

15Les collèges sont des équipements de proximité placés dans une logique de couverture territoriale départementale. Au total, un quart des communes de Loire-Atlantique (56) abritent un collège ; 38 de ces communes sont des chefs-lieux de canton. Seuls cinq cantons (Bourgneuf-en-Retz, Le Loroux-Bottereau, Moisdon-la-Rivière, Rougé, Saint-Julien-de-Vouvantes) n’en sont pas pourvus : trois d’entre eux sont situés dans l’arrondissement de Châteaubriant, en déclin démographique.

Le poids des collèges privés

16L’enseignement public domine en termes d’effectifs et de nombre d’établissements. Cependant, le poids de l’enseignement privé constitue une originalité du département de Loire-Atlantique et plus largement de l’Ouest de la France.

Les collèges de Nantes Métropole à la rentrée 2001-2002

Les collèges de Nantes Métropole à la rentrée 2001-2002

Carte réalisée par l’AURAN - 2002

Les collégiens des établissements privés et publics par commune de Loire-Atlantique et de Nantes Métropole année scolaire 2001-2002

Les collégiens des établissements privés et publics par commune de Loire-Atlantique et de Nantes Métropole année scolaire 2001-2002

source : Inspection académique de Nantes, 2001

17En moyenne, les 58 établissements privés accueillent 444 élèves contre 533 dans 72 établissements publics. Plusieurs collèges publics ayant été ouverts récemment (Treillières, Thouaré-sur-Loire), cet écart devrait être moindre désormais. Dans des communes telles que Riaillé, Varades, Legé, Derval, Gorges, les collèges privés comptent moins de 200 élèves, contrastant avec les très gros établissements de Vertou (1 159 élèves), Guérande, Savenay, Nantes (Externat des Enfants nantais, Notre Dame de Toutes Aides) et de Châteaubriant qui scolarisent chacun 800 à 1 000 élèves. Les petits établissements publics accueillent plus d’élèves (entre 220 et 271) que les petits établissements privés (entre 164 et 199). Ces petits collèges se situent tous loin de la communauté urbaine nantaise (Saint-Joachim, Legé, Donges), Georges de la Tour à Nantes excepté. Les plus grands, au contraire, hormis Guy Cadou à Ancenis (882 élèves), se situent dans la communauté urbaine de Nantes : à Vertou (986), La Chapelle-sur-Erdre (983), Sainte-Luce-sur-Loire, Saint-Sébastien-sur-Loire (817) et dans les collèges nantais de La Colinière et Rutigliano (866 et 850 collégiens).

Effectifs des collèges privés et publics en 2001. Commune de Nantes, Nantes Métropole et Loire Atlantique

Effectifs des collèges privés et publics en 2001. Commune de Nantes, Nantes Métropole et Loire Atlantique

source : Inspection académique de Nantes, 2001

18L’importance démographique de l’agglomération nantaise a des répercussions sur le poids des établissements scolaires, le Sud de la communauté urbaine en particulier connaît des effectifs très importants. À elle seule, Nantes concentre 22 % des effectifs du département, 25 % des collégiens du privé (un tiers des établissements) et 20 % des collégiens du public (un cinquième des établissements).

Regard sur les collégiens étrangers à Nantes

19L’agglomération nantaise (unité urbaine au sens INSEE) est marquée, comme tout l’Ouest de la France, par la faiblesse de la population étrangère : 2,5 % d’étrangers, selon le recensement général de la population de 1999.

20La ville de Nantes en accueille les trois quarts, soit 10 657 habitants. Dans les collèges publics, la part des élèves étrangers est en baisse. Elle est passée de 8,3 % des élèves pour l’année scolaire 1989-1990 à 6,8 % dix ans après. La faiblesse de ces taux n’interdit cependant pas de poser la question des inégalités d’orientation des élèves étrangers suivant le type d’établissement scolaire.

21La connaissance de la nationalité des collégiens n’est pas aisée (Dubois, 2000). Elle peut se faire à partir des fichiers de l’Inspection académique, constitués sur la base des déclarations, par les parents, de la nationalité des collégiens. Les biais de tels recensements existent et sont connus : nationalité mal déclarée parce que mal connue de la part des parents, ou mal enregistrée dans les secrétariats. Il n’en demeure pas moins que la source reste riche du fait de sa régularité (recensement annuel) et du choix de zones géographiques très fines. Ce type d’information est représenté et analysé depuis les années 2000 par les géographes J.-C. François et C. Barthon.

22Les concentrations demeurent stables sur dix ans : on passe, par exemple, de 24 à 28 % d’élèves étrangers au collège du Breil, où les effectifs sont les plus importants. Autres établissements où les collégiens étrangers sont nombreux : Stendhal, Georges de la Tour, C. Debussy, La Durantière etc. Chacun de ces collèges constitue l’équipement scolaire de quartiers où la part de logement social est extrêmement élevée, voire exclusive (cités du Breil-Malville, des Dervallières, de Bellevue, de Malakoff et quartiers nord). En revanche, les collégiens étrangers sont quasiment absents des établissements publics de centre-ville et des quartiers péricentraux.

23Parmi ces jeunes de nationalité étrangère, seuls les collégiens de différentes nationalités africaines et les Turcs voient leur nombre augmenter entre 1989 et 1999, ce qui est conforme à la réalité des phénomènes migratoires actuels en France.

24Les élèves étrangers représentent 6,8 % des effectifs dans les établissements publics et 1,3 % des effectifs du privé. La répartition des collégiens étrangers entre enseignement public et enseignement privé est très inégale : les collèges publics accueillent 84,7 % des collégiens étrangers recensés en 1999-2000.

Origines géographiques des élèves étrangers des collèges publics et privés de la commune de Nantes en 1989 et 1999

Collèges publics

Collèges privés

1989

1999

1989

1999

Union européenne

137

46

28

13

Maghreb

319

238

39

27

Afrique (hors Maghreb)

33

68

16

23

Turquie

60

93

5

10

Autres

71

54

1

7

Total des élèves

620

499

89

90

D’après Benjamin Dubois, université de Nantes, IGARUN, 2000
source : Inspection académique, Nantes, 1989-1990, 1999-2000

Les élèves étrangers des collèges privés et publics de la commune de Nantes en 1999

Les élèves étrangers des collèges privés et publics de la commune de Nantes en 1999

D’après les cartes réalisées par B. Dubois, Université de Nantes, 1999-2000
Source : Inspection académique, Nantes, 1999-2000

25À Nantes, les effectifs les plus importants du privé sont de l’ordre d’une dizaine d’élèves par établissement : dans les collèges de Blanche de Castille, Saint-Jacques, Sacré-Cœur, Notre-Dame de l’Abbaye. Ces faibles taux sont identiques à ceux observés à l’échelle nationale dans l’enseignement privé.

26La religion ne constitue pas un critère de sélection à l’entrée des établissements confessionnels. En effet les collégiens étrangers originaires de pays en majorité musulmane sont présents dans les établissements privés aux côtés des collégiens étrangers de confession catholique. Leur sous-représentation s’explique surtout par leur origine sociale.

Lycées et centres de formation d’apprentis

27La communauté urbaine de Nantes offre une panoplie complète de formations à l’issue du collège : une cinquantaine de lycées et une quinzaine de CFA (centre de formation des apprentis) peuvent accueillir les élèves en CAP, BEP, baccalauréat professionnel, technologique ou général. En 2001-2002, près de 40 000 lycéens ou apprentis ont ainsi franchi les portes des établissements du second cycle du secondaire implantés au sein de la Communauté.

Les lycées et centres de formation d’apprentis de Nantes Métropole à la rentrée 2001-2002

Les lycées et centres de formation d’apprentis de Nantes Métropole à la rentrée 2001-2002

Carte réalisée par l’AURAN (2002) remise à jour, Cestan (2004)

28L’immense majorité (plus de 30 000 élèves) est scolarisée en lycée, les autres (8 000 apprentis) préparent leur diplôme en CFA.

29La répartition des lycées sur le territoire de la Communauté est inégale : Nantes en concentre les deux tiers, répartis par grappe. Deux zones en sont particulièrement dépourvues : le Sud, de Vertou à Saint-Jean-de-Boiseau, espace où seul le récent lycée de Bouaye vient interrompre une continuité géographique de communes sans lycée et le Nord-Est, Carquefou, Mauves, Thouaré et Sainte-Luce-sur-Loire vaste zone dépourvue d’établissement. C’est en fait le centre de la communauté urbaine (Nantes et au sud-Loire, Rezé et Saint-Sébastien-sur-Loire) qui regroupe l’essentiel de l’offre scolaire lycéenne.

30L’effet de concentration est tel que les lycées des communes limitrophes présentent souvent la caractéristique d’être installés à proximité de ce centre, en net déséquilibre par rapport aux contours de leur commune d’appartenance. En sont une bonne illustration : La Chapelle-sur-Erdre, Orvault, Saint-Herblain et Bouguenais.

31La géographie des centres de formation d’apprentis présente une configuration proche. Moins nombreux, ces CFA sont pour l’essentiel installés à Nantes ou à proximité : Saint-Herblain, Saint-Sébastien ou Sainte-Luce. Les dix-neuf communes à la périphérie de la communauté urbaine n’ont pas d’établissement de ce type. En revanche, le Nord-Est, dépourvu de lycée, dispose de trois centres de formation, celui de la Chambre des métiers à Sainte-Luce-sur-Loire (plus de 2 500 apprentis), et la Maison familiale de Carquefou.

32L’inégale distribution géographique des établissements peut s’expliquer par des considérations historiques et/ou politiques.

33Pour autant, elle ne reflète pas l’offre réelle de formation faite aux lycéens et aux apprentis. En effet, à ces niveaux scolaires où l’orientation des élèves joue à plein, l’étau de la carte scolaire se desserre et la spécialisation des établissements entraîne une mobilité des élèves plus grande qu’en collège et en primaire, où le maillage du territoire en fonction de la répartition de la population demeure un critère prépondérant.

34En lycée ou en CFA, le choix d’une formation peut justifier des déplacements plus lointains. Il en va ainsi des centres de formation d’apprentis, spécialisés par branche ou secteur d’activité qui offrent souvent une mono-spécialisation, comme le CFA du bâtiment à Saint-Herblain, celui de la coiffure, rue d’Alger à Nantes ou encore l’IFOCOTEP, réservé aux métiers de la vente et de la pharmacie.

En lycée, les filières font aussi la différence

35La répartition par filière montre que 44,6 % des lycéens scolarisés dans la communauté urbaine vont dans des filières générales, 27,8 % dans la filière professionnelle, et 27,6 % vers des formations technologiques. Or, sur ce point aussi, l’équilibre territorial n’est pas au rendez-vous. Ainsi, l’Ouest de la communauté urbaine, délimité par l’axe Sautron-Indre-Saint-Léger-Les-Vignes, ne dispose que de lycées professionnels (à Couëron et au Pellerin). De même, les lycées polyvalents, par définition les plus susceptibles d’offrir des formations dans les trois ordres d’enseignement, sont concentrés dans les communes du centre (Nantes, Saint-Sébastien-sur-Loire, Rezé, Saint-Herblain, Orvault), c’est-à-dire là où l’éventail des formations est déjà le plus diversifié. De cette façon, si l’on excepte Bouaye, la préparation d’un baccalauréat général n’est possible dans la communauté urbaine qu’au sein des communes comprises à l’intérieur d’un périmètre qui va de La Chapelle-sur-Erdre à Rezé et de Basse-Goulaine à Saint-Herblain, y compris Nantes.

Commune de résidence des lycéens scolarisés à Nantes Métropole en 2001

Commune de résidence des lycéens scolarisés à Nantes Métropole en 2001

source : Académie de Nantes, 2001

36L’offre de formation en CAP, BEP et baccalauréat ne répond donc pas seulement à une pure logique de maillage du territoire communautaire nantais.

L’origine géographique des élèves en année terminale selon les filières

37Le bassin de recrutement des lycéens inscrits dans les établissements de la communauté urbaine de Nantes dépasse les limites des communes voisines, comme le montre le recrutement saisi à l’échelle régionale. La capacité d’attraction des établissements de l’espace communautaire s’estompe avec la distance et une partie des recrutements en provenance de départements lointains s’explique sans doute par des situations sociales ou familiales singulières (divorce des parents, déménagement en cours, etc.).

Origine géographique et filières des élèves de terminale inscrits dans un lycée de Nantes Métropole en 2001

Origine géographique et filières des élèves de terminale inscrits dans un lycée de Nantes Métropole en 2001

source : Académie de Nantes, 2001

38Il reste que l’attractivité des lycées de la Communauté est forte. Elle s’exerce notamment en direction de deux départements : la Vendée et le Maine-et-Loire qui scolarisent chacun environ 500 lycéens dans les établissements de la communauté urbaine de Nantes. Pour autant, l’influence des lycées de la Communauté ne répond pas à la seule logique de proximité géographique puisque le Morbihan et l’Ille-et-Vilaine y échappent beaucoup plus que la Vendée et le Maine-et-Loire. Ce sont sans nul doute les « géographies mentales », construites à partir de l’attractivité économique, culturelle et sociale de la capitale ligérienne qui interviennent ici.

39Saisie à partir d’un seuil de dix lycéens au moins par commune, pour effacer les effets conjoncturels, l’aire de recrutement des établissements de la communauté urbaine de Nantes se resserre sur la Loire-Atlantique et les grandes villes des départements voisins relativement bien desservies par le train ou la route (Cholet, Angers, La Roche-sur-Yon, Challans). Au sein même de la Loire-Atlantique, l’influence des lycées de l’espace communautaire n’est cependant pas uniforme. Elle tend à se déporter vers le Sud-Est du département, où le recrutement est plus dense et plus lointain. Cette emprise sur le pays des vignobles montre a contrario que le nouveau lycée du Sud Loire (Vallet) n’arrive pas à capter sur place toute la population des lycéens : en 2001-2002, ils sont 212 à résider dans cette commune et à être scolarisés dans la Communauté. Si l’on ajoute à ce chiffre les 183 lycéens de Clisson qui prennent le même chemin, on comprend l’impact limité de ce nouveau lycée sur son aire d’influence.

40Treillières, Sucé-sur-Erdre et Saint-Etienne-de-Montluc, trois communes limitrophes, envoient également un grand nombre d’élèves vers la communauté urbaine. Certes, il est possible qu’une partie de ces migrations lycéennes s’explique par des orientations dans des spécialités qui n’existent pas localement, mais l’influence des établissements de la Communauté sur cette partie du département est trop forte pour être le simple effet d’un déficit de l’offre. Des considérations locales (image des établissements) ou encore familiales (travail des parents dans la Communauté) peuvent expliquer ce constat. C’est sans doute dans une perspective identique que s’expliquerait le nombre significatif de lycéens de Pornic (75), Blain (77), Saint-Nazaire (90) ou encore Machecoul (136) scolarisés dans la Communauté.

41L’origine géographique des lycéens scolarisés en année terminale (baccalauréat ou BEP) dans la communauté urbaine de Nantes prend des visages différents suivant les filières dans lesquelles ils sont orientés. Bien que plus nombreuses en effectif avec 4 452 élèves en 2001-2002, les filières générales du baccalauréat - S, ES et L - recrutent dans le département : 2 % seulement des lycéens inscrits en terminale générale résident dans un autre département que la Loire-Atlantique, et au sein de ce dernier c’est à nouveau le Sud-Est, Vallet et Clisson en tête, qui se signale par sa plus forte représentation dans les établissements de la Communauté. S’agissant là de formations générales, il est possible que ce soit le recours à des options particulières qui permette les dérogations à la carte scolaire. Il est vrai que les langues rarement enseignées comme le chinois, l’arabe, le russe ou le breton ne sont accessibles que dans les établissements de la communauté urbaine de Nantes ; il en est de même pour les options théâtre, cinéma ou encore arts plastiques. À cela s’ajoute l’offre des établissements privés de l’espace communautaire, plus souples en matière d’inscription des lycéens.

42Les élèves de terminales technologiques ont une aire de recrutement plus large : 6,2 % proviennent d’un département autre que la Loire-Atlantique, et au sein de celle-ci, les recrutements en provenance de la région de Châteaubriant ou de l’Ouest du département sont nettement moins rares que pour l’enseignement général. Le choix des spécialités et leur plus fréquente rareté dans l’offre scolaire expliquent un plus grand étalement de l’aire géographique des sections technologiques.

43Il en va de même pour les terminales de baccalauréat professionnel : 10,8 % sont originaires d’un autre département que de la Loire-Atlantique. Cette tendance, quoiqu’atténuée, se retrouve en terminale BEP avec 4,3 % de recrutement hors département.

Effectifs et origine géographique des élèves de terminale inscrits dans un lycée de Nantes Métropole par filière en 2001

Effectifs et origine géographique des élèves de terminale inscrits dans un lycée de Nantes Métropole par filière en 2001

source : Académie de Nantes, 2001

44On observe également pour l’enseignement professionnel une moindre concentration de l’aire de recrutement.

45Ce sont donc les formations professionnelles et les formations technologiques qui apportent à la communauté urbaine de Nantes son plus fort potentiel d’attraction en termes géographiques. Le constat mérite d’être souligné tant on pense souvent que seul l’enseignement supérieur dispose de cette capacité. N’oublions pas que, contrairement à Rennes, l’histoire scolaire de la ville de Nantes s’est essentiellement construite sur l’intérêt de ses élites envers les établissements techniques et professionnels, préférentiellement à l’enseignement des Lettres ou des Humanités (Suteau, 1999).

L’origine géographique des lycéens scolarisés dans le secteur privé

46La communauté urbaine de Nantes, tout comme l’ensemble de la région, est caractérisée par une forte implantation de l’enseignement privé. En 2001-2002, 39,4 % des lycéens scolarisés dans l’espace communautaire nantais le sont dans des établissements de ce type. Bien qu’il y ait presque autant de lycées privés que publics, la supériorité de ces derniers demeure. Elle vient en partie de leur capacité d’accueil ; ainsi les cinq premiers lycées sont tous publics et regroupent chacun, au moins 1 500 élèves (La Colinière, Livet, Clémenceau, Nicolas Appert et Jean Perrin). Du côté du privé, seuls Saint-Joseph de La Joliverie et Saint-Jean-Baptiste de la Salle dépassent nettement les 1 000 lycéens, mais certains n’accueillent qu’une centaine d’élèves comme l’ENCIA, Daniel Brottier, Bretagne et Notre-Dame de l’Abbaye.

47La préférence des habitants de la communauté urbaine de Nantes va nettement aux lycées publics : 64,2 % des lycéens résidant dans l’espace communautaire sont inscrits dans le public, contre 60,6 % pour l’ensemble des lycéens. C’est surtout à l’ouest de la communauté urbaine que le recours au public est plus fréquent, avec des taux proches de 80 % pour Bouaye, La Montagne, Indre, Saint-Léger-Les-Vignes ou encore Couëron. À l’inverse, les communes de Vertou, de Mauves-sur-Loire, de Sautron et surtout des Sorinières témoignent d’une moindre préférence pour les établissements publics, avec des taux inférieurs à 60 % pour les trois premières et à 50 % pour la dernière.

Origine géographique des lycéens inscrits en 2001 dans les établissement privés et publics de Nantes Métropole

Effectif des lycéens

Part des lycéens scolarisés dans le secteur privé

Nombre de lycéens

dans le privé

dans le public

Mayenne

49

16

33

32,65 %

Sarthe

89

17

72

19,10 %

Maine-et-Loire

482

211

271

43,78 %

Vendée

549

259

290

47,18 %

Loire-Atlantique

29 070

11 351

17 719

39,05 %

Pays de la Loire

30 239

11 854

18 385

39,20 %

Autres régions

461

241

220

52,28 %

Nantes Métropole

21 864

7 827

14 037

35,80 %

Nantes

9 052

3 546

5 506

39,17 %

Totaux

30 700

12 095

18 605

39,40 %

source : Académie de Nantes, 2001

48La différence entre le taux de scolarisation dans le public de l’ensemble des lycéens (60,6 %) et celui des lycéens habitant dans la Communauté (64,2 %) s’explique par la capacité d’attraction du privé au-delà des frontières de l’espace communautaire nantais. La cartographie en témoigne. Construite à partir des écarts à la moyenne générale et pour les seules communes qui envoient plus de dix lycéens dans les établissements de la communauté urbaine, elle montre la fréquente sur-représentation du privé dans les destinations des lycéens scolarisés dans cet espace communautaire, mais résidant au-delà. C’est vrai pour les grandes villes des autres départements, qui, lorsqu’elles scolarisent leurs lycéens dans la Communauté, le font préférentiellement dans le privé, à l’exception de La Roche-sur-Yon et du Mans qui choisissent le public.

La population de la périphérie attirée par le privé

49Les communes qui envoient leurs enfants dans les lycées nantais privés encerclent la communauté urbaine de Nantes. Seules deux trouées, l’une à l’est vers Le Loroux-Bottereau, l’autre au nord-ouest vers Blain, puis Guémené-Penfao desserrent un peu cet étau. Cette géographie singulière n’est pas sans rappeler les bases géopolitiques de la région des Pays de la Loire où villes et campagnes s’opposent régulièrement. Pour illustrer cet encerclement, on peut citer, parmi les communes limitrophes, les cas de Saint-Étienne-de-Montluc (46,4 % des lycéens résidant dans cette commune et scolarisés dans la Communauté sont dans le privé, alors que la moyenne générale s’élève à 39,4 %), Vigneux de Bretagne (50,6 %), Saint-Julien-de-Concelles et Pont-Saint-Martin (51,4 %), Le Bignon (53,8 %) ou encore Saint-Mars-du-Désert (59,4 %).

  • * commune où résident au moins 10 lycéens à l’adresse parentale déclarée

Commune de résidence des lycéens* scolarisés dans un établissement privé de Nantes Métropole en 2001

Commune de résidence des lycéens* scolarisés dans un établissement privé de Nantes Métropole en 2001

source : Académie de Nantes, 2001

Effectifs des lycées privés et publics en 2001 selon l’origine géographique des lycéens

Effectifs des lycées privés et publics en 2001 selon l’origine géographique des lycéens

source : Académie de Nantes, 2001

50L’attractivité des lycées privés de la Communauté est particulièrement marquée aux confins de la Vendée, mais également au nord, vers le Castelbriantais. Elle s’étend aussi en continu vers le Morbihan, via Pontchâteau. Tout indique donc que des liens spécifiques ont été tissés entre les familles et/ou les établissements de ces zones et les lycées privés de la communauté urbaine de Nantes. La même remarque vaudrait pour les îlots constitués autour de Varades ou de Guérande.

La mobilité augmente avec l’âge

51D’après le fichier Mobilité de l’INSEE de 1999, les taux d’entrées et de sorties des jeunes, rapportés au nombre de jeunes résidant dans chacune des vingt-quatre communes de la Communauté et déclinés en cinq classes d’âges, montrent la variation, au cours de la jeunesse, de l’attractivité communale. Les taux d’entrées mettent en évidence des communes polarisantes sur le plan de la scolarité. Les taux de sorties concernent un nombre de communes croissant, à mesure que les jeunes avancent en âge.

52Les communes concernées par des entrées supérieures à la moyenne sont dispersées, pour les enfants de 3 à 11 ans, et se situent plutôt aux limites de la communauté urbaine (Sautron, Bouaye, Mauves-sur-Loire, Vertou, Les Sorinières). Néanmoins, la bonne couverture en établissements scolaires du primaire, à l’échelle communale, explique que les taux d’entrées soient encore peu élevés. À partir de 12 ans, les équipements scolaires ne sont plus présents dans toutes les communes, d’où un éclatement des taux : les plus faibles concernent des communes sans collège tandis que les taux les plus élevés, signes d’attractivité désignent les communes dotées de ce type d’établissement.

53C’est entre 16 et 18 ans que les taux d’entrées sont les plus élevés. Les établissements se raréfient encore plus et sont concentrés géographiquement. Après 18 ans, les taux diminuent. Pour les catégories d’âge 16-18 et 19-24 ans, les communes polarisantes sont identiques, Nantes, Rezé, Sainte-Luce-sur-Loire, Saint-Sébastien-sur-Loire, Basse-Goulaine, et à un moindre niveau Saint-Herblain, Orvault, Carquefou. Elles sont contiguës et forment un cercle autour de Nantes. L’attractivité de Nantes en valeur relative se marque très nettement pour les classes d’âge 16-18 ans alors qu’elle était faible pour les 3-15 ans et qu’elle est moins élevée chez les 19-24 ans, comparée à Sainte-Luce-sur-Loire et Saint-Sébastien-sur-Loire. Par contre, en valeur absolue, son poids écrasant se fait sentir : 432 entrées chez les 3-5 ans, 1 596 chez les 6-11 ans, 3 021 chez les 12-15 ans, 10 036 pour les 16-18 ans et 16 967 entrées de jeunes de 19 à 24 ans.

Taux d’entrées des jeunes par commune de Nantes Métropole en 1999

Taux d’entrées des jeunes par commune de Nantes Métropole en 1999

source : Mobilité Domicile-Etude, INSEE 1999

Taux de sorties des jeunes par commune de Nantes Métropole en 1999

Taux de sorties des jeunes par commune de Nantes Métropole en 1999

source : Mobilité Domicile-Etude, INSEE 1999

54Pour l’école primaire, les taux de sorties sont faibles et resserrés. C’est à Nantes que le taux de sortie est le plus faible (2,5 % des 3-5 ans de la commune et 3,4 % des 6-11 ans) et dans la petite commune de Saint-Léger-les-Vignes, qu’il est le plus élevé (32 et 37 %). Ce qui correspond à Nantes à 226 enfants de 3-5 ans et à 16 enfants à Saint-Léger-les-Vignes.

Les communes de Nantes Métropole sans collège et/ou lycée

Les communes de Nantes Métropole sans collège et/ou lycée

55Pour l’ensemble de l’espace communautaire, 1 063 enfants de 3-5 ans sont scolarisés hors de leur commune et 3 260 enfants de 6-11 ans. Cinq communes sur 24, Saint-Léger-les-Vignes, Saint-Jean-de-Boiseau, Orvault, Sautron et Thouaré-sur-Loire, voient 10 % de leur effectif des 3-5 ans partir hors du territoire communal. Pour les petites communes, les départs représentent de faibles effectifs, mais les répercussions locales peuvent être fortes en termes de maintien ou de création de classes.

56De manière globale, les taux de sorties s’élèvent pour la classe d’âge des 6-11 ans. 11 communes sur 24 perdent 10 % de leurs effectifs. Les flux les plus importants se produisent au cœur de la communauté urbaine autour de Nantes, Saint-Herblain, Orvault. À partir du collège, les sorties du territoire communal s’intensifient : elles concernent, au total, pour les vingt-quatre communes, 6 151 enfants de 12-15 ans, 10 824 jeunes de 16-18 ans, 14 498 jeunes de 19-24 ans.

Des migrations dont les motifs varient en fonction des âges

57La migration hors du territoire communal tient, aux âges les plus tendres, selon les services scolaires de la ville de Nantes et pour les 9/10 e à des dérogations aux périmètres scolaires. Ce type de migration est lié à l’offre et à la localisation des systèmes de garde pour les plus petits (assistantes maternelles, grands-parents, familles, crèches). Seul 1/10e est dû à la migration quotidienne de travail des parents, notamment celle des femmes. Ces motifs perdurent chez les enfants de l’école primaire.

58Toutefois d’autres éléments expliquent cette mobilité. Il est par exemple plus logique pour les parents, dès lors que l’équipement scolaire, qui leur est désigné, ne se situe pas dans l’axe des déplacements familiaux, d’inscrire un enfant dans un établissement jugé proche, selon la logique de déplacement des parents.

59À partir de 12 ans, c’est essentiellement l’absence d’équipement communal ou la spécialisation des établissements qui expliquent ces mobilités. Les taux de sorties peuvent atteindre plus de 90 % des jeunes de 12 à 18 ans de Brains, Indre, Les Sorinières, Mauves-sur-Loire, Saint-Aignan-de-Grandlieu, Saint-Jean-de-Boiseau, Saint-Léger-les-Vignes, Sautron et Thouaré-sur-Loire. À la date de la collecte des informations (en 1999), ils quittent leur commune parce qu’elle ne possède ni collège, ni lycée.

60Toutefois, si la présence d’un établissement sur le territoire communal permet le maintien de jeunes sur place, elle ne garantit pas pour autant l’inscription de la majorité des jeunes dans la commune. D’autres effets, parmi lesquels la notoriété, la préférence pour l’enseignement privé ou public, engendrent des déplacements chez les jeunes scolarisés.

61Deux arrivées dans une commune n’entraînent pas les mêmes effets que trente. Cette approche par flux illustre la capacité des communes à retenir ou non leur jeunesse. L’importance des flux est toujours à mettre en relation avec la taille de la commune car les incidences peuvent être fortes. L’exemple des 25 à 53 enfants de 3 à 5 ans qui quittent tous les jours la commune de Bouguenais et se dirigent vers les écoles de Rezé, Carquefou ou La Chapelle-sur-Erdre, ou vont de Nantes à Saint-Herblain signifie, pour la commune qui reçoit ces flux, qu’il faut ouvrir une à deux classes en maternelle.

La mobilité des enfants de maternelle

62La mobilité des jeunes enfants (3-5 ans) est modeste : 965 enfants sur l’ensemble de la Communauté quittent quotidiennement leur commune pour aller à l’école. Ces flux concernent principalement les communes les plus peuplées : Nantes, Saint-Herblain, Saint-Sébastien-sur-Loire, Orvault et Couëron qui accueillent 343 enfants venus de presque toutes les communes, puis viennent, Saint-Herblain (141) Rezé (58) et Vertou (75). Saint-Sébastien-sur-Loire, malgré un équipement scolaire diversifié (privé et public), attire des flux à faible étendue. À l’opposé, les petites communes du Sud-Ouest, Brains, Le Pellerin, Saint-Jean-de-Boiseau, Saint-Aignan-Grandlieu et du Nord-Est, Mauves-sur-Loire et Thouaré-sur-Loire, ont une simple attractivité de proximité.

63Pour les cinq petites communes situées au sud-ouest de la Communauté (Saint-Léger-les-Vignes, Le Pellerin, Brains, Saint-Aignan-Grandlieu, Saint-Jean-de-Boiseau), les flux de départ liés à la scolarisation des 3-5 ans se font exclusivement vers les communes les plus proches. La Loire n’est pas franchie et aucun enfant n’est scolarisé à Nantes. L’effet de voisinage se renforce dès lors que la commune voisine est Nantes, ou une grande commune de banlieue.

La mobilité des enfants scolarisés en primaire

64Les flux des 6-11 ans sont trois fois plus nombreux que ceux des 3-5 ans : 2 957 contre 965. Ils sont également plus épars, c’est-à-dire dirigés vers un plus grand nombre de communes. Les communes polarisantes sont fréquemment identiques pour les deux catégories d’âge (3-5 ans, 6-11 ans).

65Si Nantes est globalement le point d’accès privilégié, l’examen des effectifs montre que très peu d’enfants de 6-11 ans issus des petites communes localisées en position lointaine de la ville centre et situées au sud viennent à Nantes. Ces flux d ’ enfants se font vers une, deux ou trois destinations principales. Là encore les communes situées au sud de la Loire semblent fonctionner en plus grande autonomie vis-à-vis de Nantes : les sortants âgés de 6 à 11 ans des communes de Saint-Léger-les-Vignes se dirigent massivement (35/39) vers Bouaye. Des Sorinières, les enfants vont d’abord vers Rezé (32/56) puis Vertou (15/56). De Saint-Jean-de-Boiseau, les 6-11 ans partent vers La Montagne (48/88), Indre et Le Pellerin (13 et 12/88). De Bouguenais, les enfants vont vers Nantes (28/161), mais les flux sont bien plus forts en direction de Rezé (80/161) et La Montagne (35/161).

66Au nord de la Loire, les 6-11 ans migrant depuis Couëron vont préférentiellement à Saint-Herblain (72/160) puis à Nantes (45/160) et Sautron (25/160).

67On peut émettre l’hypothèse que, plus il y a de pôles, plus les raisons du déplacement de l’enfant sont variées, généralement liées à l’accessibilité de l’école par rapport à la résidence ou au lieu de travail des parents, ou encore au choix d’une offre scolaire spécifique.

68La comparaison des mobilités des 3-5 ans avec celle des 6-11 ans confirme que la mobilité augmente avec l’âge et ceci dès l’école primaire. Ainsi, le nombre des 6-11 ans qui partent de Nantes vers Saint-Herblain est le double de celui des 3-5 ans (119/53). Les départs des enfants d’Orvault vers Saint-Herblain triplent et celles entre Orvault et Nantes quadruplent.

69De manière générale, quel que soit l’effectif d’enfants sortant, on peut dire que les sorties des 6-11 ans sont multipliées par trois par rapport à celles des 3-5 ans. Les flux d’enfants de 6 à 11 ans donnent ainsi l’image d’une diffusion plus importante dans l’espace de la communauté urbaine. Or, en aucun cas, ces sorties ne sont liées à l’absence d’équipement communal.

70Partout, la mobilité est d’abord une affaire de proximité : les familles se dirigent en premier lieu et toujours vers les communes proches de leur domicile ou, en prolongement, vers les communes de taille supérieure dont l’offre de formation est sans doute plus diversifiée.

71Nantes possède l’aire de diffusion la plus étendue et la plus affirmée ; Saint-Herblain attire principalement les enfants du Nord-Est (Sautron, Orvault, Couëron). Rezé, Bouguenais se partagent l’accueil des enfants venus du Sud. Vertou, ancrée à l’extrémité sud-est de la communauté urbaine attire des flux plus éloignés. Ces communes font parties des plus peuplées de la communauté urbaine ; toutefois, l’étendue des flux n’est pas toujours en lien avec la taille de la commune : ainsi, Saint-Sébastien-sur-Loire plus peuplée que Vertou semble moins attractive.

72En dehors de Nantes qui, du fait de sa taille et de sa position centrale au sein de l’espace communautaire, attire et diffuse dans toutes les directions, quatre communes offrent de larges spectres : Saint-Herblain, Orvault, Rezé, Vertou. Ce sont les communes à forte attractivité, aussi bien dans l’étendue territoriale que par l’intensité des relations.

Conclusion

73« Partir, c’est mourir un peu », affirme le proverbe. Grandir, c’est découvrir et parcourir le territoire pourra ajouter le géographe. La leçon n’est pas nouvelle, mais sa persistance mérite attention : la scolarisation contribue à l’apprentissage du territoire et à la construction d’un rapport à l’espace. Elle le fait à deux niveaux : par la répartition des établissements et du fait des mobilités qu’imposent les trajectoires scolaires.

74La proximité des établissements scolaires sur le territoire communautaire se réduit au fur et à mesure que l’âge scolaire s’accroît. Si, pour l’école primaire, toutes les communes de Nantes Métropole disposent d’au moins deux établissements, le paysage se modifie dès le collège : un tiers des communes de la Communauté n’en sont pas dotées. L’étau se resserre encore plus pour le second cycle du secondaire, puisque Nantes et les communes proches concentrent l’essentiel de l’offre en matière de lycées et de centres de formation d’apprentis. D’où une mobilité des enfants et des jeunes qui augmente avec l’âge en articulant effet de proximité, déplacements professionnels des parents et existence de communes polarisantes.

75Pour autant, le paysage scolaire de Nantes Métropole ne se limite pas à une question de répartition des établissements sur son territoire. Deux facteurs viennent perturber l’inégale distribution territoriale de l’offre scolaire : les filières et le poids de l’enseignement privé. Les filières d’orientation, notamment à l’issue de la troisième, génèrent des aires de recrutement qui ne sont pas sans effet sur l’attractivité du territoire. Or, contrairement à ce que l’on pense souvent, ce ne sont pas les filières générales qui font la force scolaire de la Communauté, mais les formations technologiques et professionnelles. Ces dernières révèlent en effet des zones de recrutement bien plus étendues que celles des baccalauréats L, ES ou S. Le rayonnement scolaire de Nantes Métropole s’ouvre alors largement à l’ensemble du département et aux frontières de celui-ci, vers la Vendée et le Maine-et-Loire. L’attractivité scolaire de la Communauté prend également appui sur l’offre des établissements privés, historiquement nombreux. En termes de recrutement, Nantes Métropole dispose d’un bassin très important à son contour, en faveur des établissements privés. C’est qu’a contrario, les habitants de la Communauté optent davantage pour l’enseignement public.

Notes de fin

* commune où résident au moins 10 lycéens à l’adresse parentale déclarée

Table des illustrations

Titre Les écoles de Nantes Métropole à la rentrée 2001-2002
Légende Carte réalisée par l’AURAN - 2002
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34383/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 754k
Titre Les collèges de Nantes Métropole à la rentrée 2001-2002
Légende Carte réalisée par l’AURAN - 2002
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34383/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 717k
Titre Les collégiens des établissements privés et publics par commune de Loire-Atlantique et de Nantes Métropole année scolaire 2001-2002
Légende source : Inspection académique de Nantes, 2001
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34383/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 825k
Titre Effectifs des collèges privés et publics en 2001. Commune de Nantes, Nantes Métropole et Loire Atlantique
Légende source : Inspection académique de Nantes, 2001
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34383/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Les élèves étrangers des collèges privés et publics de la commune de Nantes en 1999
Légende D’après les cartes réalisées par B. Dubois, Université de Nantes, 1999-2000Source : Inspection académique, Nantes, 1999-2000
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34383/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 651k
Titre Les lycées et centres de formation d’apprentis de Nantes Métropole à la rentrée 2001-2002
Légende Carte réalisée par l’AURAN (2002) remise à jour, Cestan (2004)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34383/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Titre Commune de résidence des lycéens scolarisés à Nantes Métropole en 2001
Légende source : Académie de Nantes, 2001
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34383/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1022k
Titre Origine géographique et filières des élèves de terminale inscrits dans un lycée de Nantes Métropole en 2001
Légende source : Académie de Nantes, 2001
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34383/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Effectifs et origine géographique des élèves de terminale inscrits dans un lycée de Nantes Métropole par filière en 2001
Légende source : Académie de Nantes, 2001
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34383/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Commune de résidence des lycéens* scolarisés dans un établissement privé de Nantes Métropole en 2001
Légende source : Académie de Nantes, 2001
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34383/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 545k
Titre Effectifs des lycées privés et publics en 2001 selon l’origine géographique des lycéens
Légende source : Académie de Nantes, 2001
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34383/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Taux d’entrées des jeunes par commune de Nantes Métropole en 1999
Légende source : Mobilité Domicile-Etude, INSEE 1999
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34383/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
Titre Taux de sorties des jeunes par commune de Nantes Métropole en 1999
Légende source : Mobilité Domicile-Etude, INSEE 1999
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34383/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Titre Les communes de Nantes Métropole sans collège et/ou lycée
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34383/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 242k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search