Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hommes, cultures et paysages de l'Antiquité à la période moderne

 | 
Isabelle Pimouguet-Pédarros
, 
Monique Clavel-Levêque
, 
Fatima Ouachour

Quatrième partie. Autres périodes historiques

Les Français sur le Rhin au temps de Louis XIV

Jean-Pierre Bois

Résumé

La question du Rhin à l’époque de Louis XIV, plus particulièrement la double dévastation du Palatinat, est actuellement l’objet d’une nouvelle analyse des historiens. Présentée devant l’opinion comme une dévastation cruelle, elle a déchaîné une vague de haine antifrançaise en Allemagne, assez largement conservée par l’histoire. Il conviendrait pourtant d’évoquer des circonstances politiques et militaires de l’événement, ainsi que les règles de l’art de la guerre du XVIIe siècle, trop négligées. Il conviendrait aussi de réparer l’oubli des autres moments et des autres facettes de la présence française sur le Rhin : la première campagne de Turenne en 1674, la construction d’une frontière en Alsace, l’attachement des Alsaciens à la France. Il est nécessaire, pour comprendre la détermination de Louis XIV, de remettre en perspective l’option stratégique, son exécution tactique, et les aspects de ce qu’il conviendrait d’appeler une guerre psychologique, à tout prendre bien loin d’égaler en horreurs celles de la guerre de Trente Ans.

The topic of the Rhine at the time of Louis XIV is currently undergoing re-analysis by historians, especially the devastation of the Palatinate in 1688-1689. Presented at that time as a cruel devastation, it unleashed a wave of hatred against the French in Germany. This view has been widely preserved in history. It is important to mention the political circumstances surrounding the event, and the over-neglected rules of the “art of war” in the seventeenth century. One should not forget the commonly overlooked events during the French presence on the Rhine: the first campaign of Turenne in 1674, the construction of a border in Alsace, and the attachment of Alsace to France. In order to understand the determination of Louis XIV, proper consideration needs to be given to the strategic option, the tactical execution and the characteristics of what might be called psychological warfare, which is, on the whole very far from the horrors of the Thirty Years War.

Texte intégral

1L’image conservée par l’histoire, et largement véhiculée par l’historiographie, lorsque l’on évoque les Français sur le Rhin à l’époque de Louis XIV est celle de la désastreuse « dévastation du Palatinat » en 1688 et 1689. Le crime est dénoncé, l’orgueil impitoyable du grand roi accusé, une pièce à charge est ajoutée au lourd dossier des relations franco-allemandes, et tout est dit…

2Il manque à cette condamnation une réelle perspective historique. Il conviendrait d’abord en effet d’évoquer des circonstances politiques et militaires de l’événement, ainsi que les règles de l’art de la guerre du XVIIe siècle, trop négligées. Il conviendrait aussi de réparer l’oubli des autres moments et des autres facettes de la présence française sur le Rhin : d’abord la première campagne de Turenne en 1674, qui ne le cède pas en horreur à la suivante ; ensuite, la construction d’une frontière en Alsace, aussi bien par la politique des « réunions » que par l’élévation de fortifications durables ; enfin, il ne faut pas effacer les autres aspects d’une présence pas toujours détestable, même s’il n’est pas question de justifier un épisode que l’on rangera dans les misères de la guerre, hélas fort usuelles dans ce XVIIe siècle, siècle de guerres…

3Que Louis XIV et l’empereur aillent guerroyer sur le Rhin, rien de plus naturel. Depuis le XVIe siècle, plaine d’Alsace, pays de Bade et Palatinat sont l’un des espaces de guerre qui opposent désormais Bourbons et Habsbourg. On se trouve au cœur de cet espace moyen entre France et Empire, héritage ultime d’une impossible Lotharingie disparue avec la mort du Téméraire, et devenue par suite des héritages de la famille des Habsbourg, ceux d’Autriche et ceux d’Espagne, l’une des étapes du « camino español », le chemin encore suivi par les troupes de Philippe III et de Philippe IV entre Milan et Gand. Mais sur le Rhin, l’ennemi est impérial, et non espagnol. Enfin, les clauses territoriales du traité de Münster, abandonnant à la France les droits de l’empereur sur les landgraviats d’Alsace, ont rapproché le roi du Rhin en Haute-Alsace, même si cela est moins vrai en Basse-Alsace où la notion de landgraviat n’est pas territoriale, et où les possessions des villes, des seigneuries et de l’évêché de Strasbourg sont mêlées à l’infini. Bref, il n’y a aucune surprise à voir la guerre s’installer sur le Rhin dès lors que l’attaque de la Hollande en 1672 s’est transformée en guerre européenne.

4C’est en même temps le premier acte de la main-mise sur l’Alsace de Louis XIV, résolu à achever ce que les clauses du traité de 1648 avaient ébauché.

LA PREMIÈRE GUERRE SUR LE RHIN, 1673-1675

5La guerre avait été déclarée aux Provinces Unies le 6 avril 1672, et avait déjà donné lieu à des opérations sur mer et dans les États-Généraux eux-mêmes, avant de s’étendre avec l’entrée de l’empereur dans l’alliance antifrançaise, puis de traîner en longueur, ce que cache mal la brillante prise de Maastricht par le roi lui-même, assisté de Vauban, le 29 juin 1673.

1674. La première dévastation du Palatinat : « L’armée du Roi-Soleil se conduit comme celle des Turcs »

  • 1 Sur les deux campagnes de Turenne, en 1674 et 1675, voir Bérenger J., Turenne, Fayard, Paris, 1987 (...)
  • 2 Von Clausewitz C., Hinterlassene Werke, Berlin, 1837, t. IX, p. 183.
  • 3 L’expression de Bérenger J., Turenne, op. cit., p. 404.

6Dès le 10 septembre 1672, Turenne porte la guerre sur le Rhin, et occupe la Westphalie1. En 1673, il mène campagne en Franconie contre Montecuccoli, sans véritable succès, puis à nouveau sur le Rhin moyen. Mais Montecuccoli, refusant une bataille, va mettre le siège devant Bonn, dont la garnison française capitule le 12 novembre, ce qui clôt la campagne. Turenne met ses troupes en quartier en Alsace et dans le Palatinat. En 1674, alors que les Brandebourgeois viennent de se ranger du côté de l’empereur, la guerre passe en Franche-Comté. Apprenant que les Impériaux et le duc de Lorraine attendent dans le Palatinat le renfort d’Alexandre de Bournonville, successeur de Montecuccoli, Turenne franchit une nouvelle fois le Rhin à Philippsbourg le 14 juin avant d’écraser Charles V et le comte Caprara à Sinzheim le 16 juin. Mais il n’a que quinze mille hommes, et ne peut espérer tenir indéfiniment en terre d’Empire. Il ravage donc la province – juillet 1674, c’est le premier incendie du Palatinat – avant de se poster à Wissembourg dans l’intention de défendre l’Alsace. Décision lourde de conséquence, qui n’est qu’en partie une réponse à la guérilla des « Schnaphane » contre les maraudeurs français – exactions contre exactions –, mais aussi une stratégie délibérée, outil d’une guerre de style indirect, dont l’efficacité est généralement reconnue : le « ravage », ou « terre-brûlée », empêche l’ennemi de pénétrer une région sans ressources. Turenne connaissait la carence logistique de l’armée impériale, et faute d’effectifs suffisants pour battre un adversaire très supérieur en nombre, il la prive à l’avance de tout espoir de ravitaillement. Ainsi, avant de repasser le Rhin, il fait évacuer les populations entre Rhin et Neckar, et brûler la plupart des villages et des récoltes, « ce qui, affirma Clausewitz, provoqua un grand ressentiment chez les paysans et eut pour conséquence le célèbre cartel de l’électeur (palatin)2 ». L’effet est considérable. Il s’agit d’une destruction systématique ordonnée par le commandement supérieur, et non plus d’exactions commises par une troupe indisciplinée. L’impact psychologique est considérable : « L’armée du Roi-Soleil se conduisait comme celle du Grand Turc3 », écrit Jean Bérenger. Cette première opération, passée sous silence par l’historiographie générale, qui ne conserve que l’image glorieuse de Turenne, maréchal sans reproche, sert pourtant de modèle à la seconde dévastation de 1689. Dans l’immédiat, cette action brutale provoque l’indignation de l’électeur, et les larmes de sa sœur la princesse Palatine, duchesse d’Orléans et belle-sœur du roi. Sur ordre de Louis XIV, Turenne repasse le Rhin le 28 juillet, et reçoit peu après l’ordre d’évacuer l’Alsace après y avoir démantelé toutes les places, sauf Philippsbourg et Brisach. Turenne s’y refuse, car ce serait donner l’Alsace aux Impériaux. Le roi se range à ses raisons.

1675. Guerre de mouvements en Alsace et en Bade

  • 4 Bluche F., Louis XIV, Paris, Fayard, 1986, p. 374, conteste ce jugement : « C’est oublier les gran (...)

7Effectivement, le 1er octobre, les armées alliées obtiennent du magistrat de Strasbourg le passage du pont de Kehl, déjà reconstruit alors que Condé l’avait préventivement détruit au début de 1673, et l’Alsace est envahie. Malgré l’infériorité numérique, le maréchal de Turenne conserve l’initiative grâce à une remarquable guerre de mouvement, assez inhabituelle, faite de marches et contre-marches, qui lui permet d’inquiéter constamment son adversaire, et de le surprendre, une première fois à Enzheim le 4 octobre 1674, une seconde fois à Turckheim le 5 janvier 1675. Ce faisant, il rejette son ennemi au-delà du Rhin, mais lui n’est encore que sur la rive gauche, c’est-à-dire la plaine d’Alsace. Après un repos durant l’hiver, Louis XIV le renvoie à l’armée du Rhin en mai, comme seul capable de faire face à Montecuccoli, redevenu généralissime. Les deux hommes se connaissent et s’estiment. Ils ont en commun d’être des bons manœuvriers, économes de la vie de leurs hommes. Le 27 mai, Turenne campe devant Strasbourg, ville neutre. Puis, à l’annonce des mouvements des Impériaux, il franchit le Rhin à Kehl, et pendant deux mois, de la fin mai à la mi-juillet, les deux armées se poursuivent et s’évitent par de rudes manœuvres. La mobilité de l’armée française est encore la méthode de compenser l’infériorité numérique toujours nette. Au moment où il s’apprête à attaquer les Impériaux près de Sassbach, le maréchal est tué d’un boulet lors d’une reconnaissance. Son neveu le duc de Lorge repasse le Rhin, pendant que Louis XIV envoie Condé bloquer l’avancée de Montecuccoli qui à son tour envahit l’Alsace. En septembre 1675, les opérations cessent. Condé se retire, comme, de son côté, Montecuccoli. Sur cette frontière, c’en est fini d’une guerre de mouvements, à laquelle désormais Louis XIV préfèrera toujours la guerre plus statique de siège4.

LE RHIN, FLEUVE-FRONTIÈRE DANS UNE PROVINCE-FRONTIÈRE

  • 5 Une excellente présentation générale, Siat J., Histoire du rattachement de l’Alsace à la France, L (...)

8Le Rhin reste un horizon pour la France. La province d’Alsace elle-même d’abord, dont toutes les villes ne sont pas encore françaises, mais que le roi commence à percevoir non plus comme une marche vouée à être terre de guerres, mais comme l’une de ses provinces frontalières, comprise comme un élément du Pré carré, sans que le Rhin en soit immédiatement la frontière, car le roi s’est, dans un premier temps, porté sur la rive droite en même temps qu’en Alsace5.

« Dieu aie pitié de ces pauvres gens »

  • 6 Cité in Reuss R., L’Alsace au XVIIe siècle, Paris, 1897-1898, vol. 1, p. 121.
  • 7 Voir aux Archives municipales d’Obernai, La reconstruction du pont sur le Rhin, échange de lettres (...)
  • 8 Siat J., op. cit., p. 121-122.

9La province est hostile au roi de France. Dès 1673, la destruction, par les troupes de Condé cantonnées à Brisach, du pont de Kehl toujours revendiqué par l’autorité impériale, avait provoqué l’émoi de la république de Strasbourg. Condé écrit à Louvois le 30 juin 1673 pour le mettre en garde contre le mécontentement général de la province : « Les Dix villes impériales, bien loin d’être soumises au roi, sont presque ennemies. La noblesse de la Haute-Alsace va presque sur le même chemin6. » Rétabli en 1674, le pont avait permis l’entrée des Impériaux, puis leur départ7… Louis XIV fait alors passer l’administration de l’Alsace au département de la Guerre, c’est-à-dire sous l’autorité de Louvois. Le ministre envoie aussitôt un nouveau commissaire, faisant les fonctions d’intendant, Jacques de la Grange. Actif, intelligent, ayant déjà servi sous les ordres de Vauban, en excellentes relations avec Louvois, La Grange est l’instrument par excellence de la mise en place de l’ordre français en Alsace, dont il sera, pendant les vingt-cinq années de sa présence, « le conquérant civil8 ».

10La situation en 1675 est mauvaise. La guerre en 1674, puis l’invasion des Impériaux et des Brandebourgeois en 1675 a achevé de ruiner le pays. La Chronique de Jean-Jacques Walter de Strasbourg, fait état de la situation de l’Alsace en 1676 :

  • 9 Cité in Schmitt L., Le rattachement de Strasbourg à la France en 1681, Annales du CRDP de Strasbou (...)

« Pendant que les Impériaux occupaient le haut pays, près de Bâle, les Français étaient de nouveau les maîtres de nos environs. On ne voyait par tout le pays que meurtres et pillages de la part des maraudeurs, ces fils de Satan qui volaient tout le monde […] Au commencement du mois de novembre, il advint un froid si vif et si persistant que le 17 de ce mois, tous les cours d’eau et le Rhin lui-même furent gelés. La contrée tout autour de la ville était remplie de Français qui y avaient leurs quartiers d’hiver. Dieu aie pitié des pauvres gens, qui sont déjà ruinés9… »

11À la guerre s’ajoutent la famine et la peste, ce qui entraîne une crise de subsistance très dure, et un dépeuplement sensible. Mais même pauvre, la province représente une position stratégique majeure dans la nouvelle configuration militaire du royaume. Louis XIV et Vauban l’ont bien compris.

  • 10 Les Dix villes, ou Décapole : du sud au nord, Munster, Colmar, Turckheim Kaysersberg, Schlestadt, (...)

12Le traité de Nimègue confirme la mainmise de la France sur l’Alsace selon les termes du traité de Münster en 1648, en ajoutant au territoire du royaume Brisach et Fribourg-en-Brisgau, sur la rive droite. Mais en 1679, l’attitude de la France n’est plus la même qu’en 1648. La France est victorieuse, Louis XIV tient seul les rênes du pouvoir dans cette province où l’Empereur n’existe plus. Il ne se contente plus d’une position d’attente. Depuis 1672, les bases de l’administration sont jetées, Jacques de la Grange, commissaire des Guerres, fait fonction d’intendant depuis 1674 : Louis XIV va poursuivre son œuvre : mise au pas des Dix villes occupées depuis 167310, soumission de la république de Strasbourg, faire régner l’ordre français en Alsace, et restaurer la province. Cette politique revêt plusieurs aspects.

Le temps des réunions

13D’abord, c’est achèvement du rattachement du territoire de la province à l’autorité royale, par la politique des « réunions », en violation manifeste des clauses du traité de Westphalie, mais en application apparente des clauses du traité de Nimègue, qui a confirmé dans la possession de l’Alsace le roi, qui domine désormais aussi la Franche-Comté et Fribourg-en-Brisgau. La Grange, bien secondé par le baron de Montclar, gouverneur de la province, est la cheville ouvrière du rassemblement des terres d’Alsace sous l’autorité de Louis XIV.

  • 11 Rappel : la liberté religieuse de Strasbourg ne sera pas mise en cause lors de la Révocation de 16 (...)
  • 12 Le texte manuscrit de la capitulation de Strasbourg, amendé par Louvois, est aux Archives municipa (...)

14Ainsi se trouvent soumises des villes impériales, investies par la force ou la persuasion. À compter du 10 juillet 1679, elles ne prêtent plus serment à l’empereur, mais au roi de France. Le magistrat et la ville de Colmar ne s’y soumettent qu’en septembre 1679. Dès novembre, nouvelle étape de la mainmise du roi sur l’Alsace, un édit rend au Conseil d’Alsace la justice supérieure, et transfère le siège du Conseil de justice d’Ensisheim à Brisach. La nouvelle chambre est aussitôt chargée des « réunions ». Comment intégrer les territoires alsaciens sous l’autorité directe de la monarchie ? Bien des possesseurs de terres du landgraviat de Basse-Alsace étaient encore sous l’immédiateté impériale, mais le titre de landgrave de Basse-Alsace appartenait à l’évêque de Strasbourg, qui résidait à Saverne puisque Strasbourg était luthérienne. Contre quelques concessions de principe, l’évêque de Strasbourg reconnaît la suzeraineté royale en août 1680. Quant à la noblesse de Basse-Alsace, dont les terres sont également sous l’immédiateté impériale, elle cède à la menace. Louis XIV a transféré le Directoire qui la représente de Strasbourg à Niedernai, où se présente La Grange le 12 mai 1681, accompagné d’un détachement de dragons. Le corps de noblesse s’incline, mais sauve ses privilèges. La prestation de serment de la noblesse d’Alsace est bientôt suivie de celle des princes étrangers possessionnés dans la province, le prince Palatin, le prince-électeur de Trêves, évêque de Spire, le duc des Deux-Ponts… Achever la soumission de la province n’est plus que l’affaire de quelques mois. Le 28 septembre 1681, le baron d’Asfeld s’installe sur le pont sur le Rhin, et somme la ville de se soumettre, ce qu’elle fait en quarante-huit heures, ayant sauvé le maximum de ses privilèges, en particulier sa liberté religieuse11. La capitulation est signée le 30 septembre12. Désormais, la ville n’est plus que la capitale de la province d’Alsace, et doit servir de verrou au royaume de France face à l’Empire.

15C’est à ce moment que le Rhin devient lui-même frontière. Car dès que la capitulation de Strasbourg est connue à la diète de Ratisbonne, l’émotion est considérable. Les plénipotentiaires de Louis XIV proposent aux princes allemands de traiter la question des réunions dans des conférences spéciales, et affirment que le roi n’a plus de prétentions territoriales – bien que ses armées aillent mettre le siège devant Luxembourg. En 1684, le compromis de Ratisbonne semble annoncer la paix, avec la partition définitive de la plaine du Rhin. Louis XIV garde Strasbourg et Kehl, mais s’engage à rendre à l’Empire les autres terres de la rive droite réunies à la France, à savoir Fribourg-en Brisgau et Philippsbourg. Ce compromis territorial est reconnu définitif par le traité de Ryswick, dans son article XVI, le 3 octobre 1697.

16Reste que, dans son ensemble, la bourgeoisie strasbourgeoise a fort mal accepté l’autorité royale. Plus de trois cents familles quittent la ville dès la capitulation, au point que le préteur royal doit imposer une taxe, entièrement contraire aux clauses de la réunion, sur la fortune des partants. Strasbourg perd beaucoup de ses cadres, juristes, professeurs, employés, commerçants, allergiques à l’ordre français.

Le temps des fortifications

  • 13 Reussner J., « Vauban à Strasbourg », Revue Historique des Armées, 1981, no 3, p. 69-71.
  • 14 Seuls, les bombardements allemands de 1870 auront raison de ses murs, et encore. La ville ne se re (...)

17L’Alsace devenue province frontière, le roi doit la pourvoir des moyens de remplir cette fonction nouvelle. C’est le second aspect de la présence française sur le Rhin entre les deux guerres du Palatinat. C’est alors que derrière l’intendant se profile Vauban, qui ne perd pas de temps : dès le jour de la capitulation arrivent les premiers bateaux chargés de matériel pour la construction de la citadelle… Vauban prend en main l’organisation des fortifications de la province et de la ville. De 1668 à 1677, le roi avait déjà fortifié la frontière nord : Landrecies et Philippeville, Arras et Lille, Menin, Condé-sur-l’Escaut, Dunkerque, Douai, Calais, Montreuil, Le Quesnoy ; Verdun au nord-est… Désormais, il s’agit de construire la frontière de l’est. Pour Strasbourg, les projets sont prêts dès octobre, et les travaux aussitôt engagés13. Chantier énorme, qui amène dans la ville près de cinq mille ouvriers, dont le marquis de Chamilly, gouverneur militaire, contrôle le travail et le comportement assure le ravitaillement et veille sur les rapports entretenus avec la population locale. Une fois achevé, l’ouvrage fera de la ville une place imprenable14.

  • 15 Voir Kiechel L., « Histoire d’Huningue », Bulletin de la Société d’Histoire et du musée de Huningu (...)
  • 16 Voir le plan-relief de Huningue (réalisé en 1756), au musée des Plans-Reliefs. La place comprend s (...)
  • 17 Id., plan-relief de Neuf-Brisach (réalisé en 1706, mais conçu longtemps avant la réalisation des t (...)

18Les autres places fortes alors élevées sont La Petite Pierre, au nord, qui joue le rôle d’étape des troupes entre la Lorraine et le Rhin, et surtout Huningue15 au sud, face aux Suisses deux verrous directement destinés à la défense de Strasbourg-Huningue sera en partie détruite après le traité de Ryswick16. Mais l’essentiel après ce traité, qui confirme la perte de Brisach sur la rive droite du Rhin, est la décision d’élever sur la rive gauche une forteresse équivalente : ce sera Neuf-Brisach17. Mais les ingénieurs du roi ne s’intéressent pas seulement aux places fortes : ils transforment l’Alsace entière en place fortifiée. À Strasbourg même, Vauban fait construire une fortification qui coupe la navigation sur l’Ill à l’entrée de la ville, véritable porte d’eau, pont dont les arches sont munies de grilles qui, une fois baissées, interdisent tout passage. D’autres fortifications sont construites sur le Rhin lui-même, et sur ses petits affluents, la Moder, la Lauter. Ces constructions impliquent la réquisition de la population par la corvée, mal acceptée, par des paysans qui n’ont pas l’habitude de travailler pour le roi. Mais les soldats, eux, sont occupés à la guerre, dont la présence marque alors la vie de la province plus que dans toute autre région de la France.

L’Alsace, province française

19La mainmise militaire n’est que l’un des aspects de la mise au pas de l’Alsace. Le roi a pris possession de sa province. Il est à Sélestat le 13 octobre 1681, occasion d’une entrée fastueuse dont l’intention politique est évidente. Le 15 octobre, il se rend à Brisach où il visite la forteresse, puis à Fribourg-en-Brisgau, ensuite à Ensisheim où il reçoit les délégués des cantons suisses, descend jusqu’à Huningue, près de laquelle se construit une ville nouvelle – aujourd’hui Saint-Louis – et remonte à Colmar, où il loge, fait enfin son entrée à Strasbourg le 23 octobre. La puissance du roi est alors reconnue par tous. Il annexe à son royaume une partie de l’Empire, et les cours allemandes ne boudent pas l’évènement : l’électeur de Trêves et l’électeur de Mayence envoient des délégués ; le comte Charles de Simmern, successeur de Charles Louis en 1680, nouvel électeur palatin, le duc de Würtemberg, le marquis de Durlach, le prince de Veldenz viennent en personne saluer le roi ; la chambre impériale de Spire envoie un message…

  • 18 Voir Livet G., « Alsace », in Bluche F., Dictionnaire du Grand Siècle, op. cit., p. 63-64.

20L’autorité du roi s’affirme aussi sur le plan religieux, avec la restitution aux catholiques de la cathédrale Notre-Dame – en échange de quoi l’évêque perd tous ses anciens privilèges et la fonction de landgrave de Basse-Alsace. Les innovations administratives sont moins immédiatement sensibles, au moins par la population rurale, car dans les villes s’installe une administration nouvelle, souvent de langue française. Jacques de la Grange, intendant de la province jusqu’en 1697, puis son successeur Le Pelletier de la Houssaye, la dotent d’une législation conforme à celle du royaume. Ils s’attachent en même temps à la remise en valeur des terres, avec une série d’ordonnances qui favorisent l’installation de nouveaux colons dans des terres dévastées par les guerres ; des soldats démobilisés, des colons venus de Lorraine, de Champagne, de Savoie, de Provence, et même de Suisse, paysans ou artisans, profitent des conditions offertes. Des édits de défrichement règlent les intérêts des nouveaux colons, exempts de corvées. L’artisanat se reconstitue, mais sans atteindre le rang des manufactures qui se multiplient dans le royaume18. En 1690, le florin d’Empire, qui avait cours dans la province, est décrié. La monnaie royale, ici la livre d’Alsace, au cours inférieur à celui de la livre tournois, est introduite en 1693.

LA GUERRE EN PALATINAT, 1688-1689

21Mais les transformations sont sans doute plus lentes à s’imposer que ne l’aurait souhaité le roi, car l’essentiel pour la province reste le poids de la guerre, dont les ravages sont alors passés sur l’autre rive du Rhin.

L’exécution de Mannheim et de Heidelberg : « Mon fils, allez montrer votre mérite à toute l’Europe… »

  • 19 Voir Corvisier A., Louvois, Paris, Fayard, 1983, p. 450.

22Indépendamment du contentieux persistant sur les Réunions, plusieurs événements favorisent les tensions. La révocation de l’édit de Nantes inquiète toute l’Europe réformée, et aliène la sympathie des princes protestants allemands, jadis clients de la France. Les victoires de l’empereur contre les Turcs, avec la levée du siège de Vienne, la prise de Buda, et la défaite turque de Mohács le 12 août 1687, rompent l’équilibre en Europe centrale. Louvois le comprend tout de suite : dès le 25 août, il écrit à Vauban : « La nouvelle que le roi vient d’avoir de la défaite de l’armée turque lui fait juger à propos de pourvoir à donner la dernière perfection à sa frontière du côté de l’Allemagne19. » Une Allemagne alors agitée par les affaires de Cologne et la succession palatine. L’archevêché électoral de Cologne, à pourvoir, est revendiqué par Guillaume de Furstenberg, évêque de Strasbourg, candidat de Louis XIV, et Joseph-Clément de Bavière, candidat de l’empereur, qui l’emporte. Quant à la succession de l’électeur palatin Charles de Simmern, père de la duchesse d’Orléans, en faveur de Philippe de Neubourg, beau-père de Léopold, elle oppose une seconde fois l’empereur et le roi. Enfin, le soutien provocateur de Louis XIV au roi Jacques II Stuart est peut-être un geste d’honneur, mais dresse contre la France l’alliance anglo-hollandaise…

  • 20 Legard E., article « Monseigneur », in Bluche F., Dictionnaire du Grand Siècle, op. cit., p. 1051- (...)

23L’état de guerre résulte de successives ruptures diplomatiques et du jeu des alliances. Avant même qu’elle ne soit déclarée, le roi prend l’initiative. Le 25 septembre 1688 commencent les opérations contre Philippsbourg. Cette manœuvre offensive s’inscrit dans une stratégie générale défensive. Porter la guerre en Palatinat et dans le Rhin moyen est une manière de protéger le territoire du royaume. Il ne s’agit pas d’annexer, mais d’éloigner l’ennemi de la frontière du nord-est. C’est d’abord un succès pour Monseigneur, auquel le roi a confié le commandement de la campagne avec ces mots : « Mon fils, en vous envoyant commander mon armée, je vous donne des occasions de faire connaître votre mérite ; allez le montrer à toute l’Europe20. »

  • 21 Cénat J.-P., Le roi stratège. Louis XIV et la direction de la guerre (1661-1715), Rennes, Presses (...)

24Les premières opérations militaires, qui permettent la conquête de la Rhénanie, c’est-à-dire des vallées du Rhin moyen et de ses affluents, Moselle, Main, et Neckar, suivent les règles de la guerre de siège qu’affectionne tout particulièrement le roi : démonstration impeccable de la maîtrise des opérations par le Dauphin qui commande personnellement le siège de Philippsbourg, forteresse impériale, et redditions négociées au terme desquelles les adversaires sortent avec les honneurs de la guerre, « tambours battants, mèche aux fusils ». La prise de Philippsbourg le 29 octobre et en même temps le renforcement de la citadelle de Mont-Royal, permettent au roi d’occuper Mayence, Heidelberg, Frankenthal, Spire, Worms et de mettre les villes et le pays à contribution jusqu’au Danube. Mais Louvois ne se fait pas d’illusion sur la solidité de la position française. Lorsqu’il paraît que les armées du roi doivent se retirer, il entreprend la dévastation systématique du Palatinat dont il pensait qu’on serait amené à l’évacuer. Il ordonne à Montclar de retraiter en ruinant toutes les places du Haut Neckar pour que les ennemis ne trouvent ni fourrages, ni provisions, ni logement – un « ravage défensif », selon l’expression de Jean-Philippe Cénat21.

  • 22 Voir Von Raumer K., Die Zerstörung von 1689 im Zusammenhang der französischen Rheinpolitik, Munich (...)

25Depuis le XVIe siècle, le dégât avait rang d’outil stratégique dans une guerre indirecte. L’idée de l’appliquer une nouvelle fois au Palatinat semble venir de Chamlay, qui conseille dès le 27 octobre de raser Mannheim, alors que les armées du roi progressent, dès qu’on s’en sera emparé : « Ruinez, démolissez, et mettez-vous par là en position d’être absolument maître du Rhin22. » Louvois écrit alors à La Grange :

  • 23 Chamlay à Louvois, 27 octobre 1688, Service Historique de la Défense, A1, 826, fo 93, et Louvois à (...)

« Je vois le roi assez disposé à faire raser entièrement la ville et la citadelle de Mannheim et en ce cas, d’en faire détruire entièrement les habitations de manière qu’il n’en reste pas pierre sur pierre qui puisse tenter un Electeur auquel on pourrait rendre ce terrain pendant une paix, d’y faire un nouvel établissement23. »

26Si l’on sait que Louvois n’a aucune estime pour les princes allemands, on ne peut dire qu’il soit ici animé par la haine : il s’agit de dépasser l’effet de destructions stratégiques par une action d’intimidation destinée à faire réfléchir les coalisés. Non pas simplement faire céder l’Electeur, mais empêcher ses états de servir aux troupes impériales. En mettant en parallèle les considérations psychologiques – exploitation par ses adversaires de l’effet moral de ces destructions – et les considérations stratégiques, Louvois choisit l’impératif stratégique. Mais, contrairement à la tradition, il prend pour cible les villes.

  • 24 SHD, A1, 813, lettre de Louvois, 19 novembre 1688, confirme que Louis XIV a décidé lui-même de la (...)
  • 25 « Guerre de Tartares », l’expression de Feuquière. SHD, lettre du 4 décembre 1688, A1, vol. 832, f(...)

27Et il est homme d’action. Le 13 janvier 1689, Louvois transmet à Montclar l’ordre de détruire Mannheim et Heidelberg – sans sauvagerie : « Le roi veut que l’on avertisse les habitants de Mannheim de se retirer en Alsace et que l’on rase tous les bâtiments de la ville sans y laisser aucun édifice sur pied24. » Mais on essaye de persuader les magistrats de la ville de procéder eux-mêmes aux destructions afin d’éviter les désordres, et l’on procède aux destructions avec plus de modération que ne le laissent supposer les instructions du ministre. Enfin, après une pause relative en hiver, mais comme les opérations allaient recommencer au printemps, une deuxième vague de destructions fut décidée. Le 21 mai, Chamlay présente le projet de destruction de Spire, Worms et Oppenheim, mais en épargnant les cathédrales de Spire et Worms ainsi que la grande église d’Oppenheim. On ne brûlerait que les maisons, en laissant six jours aux habitants pour retirer meubles et effets, et ceux qui voudraient s’établir en France recevraient une franchise de tous droits pour dix ans, et la sûreté de l’exercice de leur religion. Les ordres furent exécutés les 31 mai et 1er juin, et même au-delà : à Spire, les tombeaux des rois médiévaux sont profanés. L’opération se termine le 4 juin par la destruction de Bingen. On doit encore y ajouter un dégât plus traditionnel au-delà du Neckar, où de petites troupes de cavaliers et d’incendiaires se livrent à du pillage et des massacres contre les paysans, mènent ce que l’officier responsable de ces raids, le marquis de Feuquière, nomme encore une « guerre de Tartares25 » et que l’on appelle au XVIIIe siècle, dans un cadre d’opérations complémentaire de la grande guerre, « petite guerre ». Ici seulement, l’on retrouve les « misères de la guerre » telles que les décrit Jacques Callot cinquante ans plus tôt.

Interprétation : « Les aléas de la violence réglée26 »

  • 26 Fogel M., « La désolation du Palatinat ou les aléas de la violence réglée (septembre 1688 - juin 1 (...)
  • 27 Bluche F., Louis XIV, Paris, Fayard, 1986, p. 629.

« Nous méditerons encore sur ce crime doublé d’une faute. Il a failli ternir la gloire neuve de Monseigneur qu’auréole la reddition de Philippsbourg (octobre 1688). Il continue de nuire à la réputation du marquis de Louvois, même si les pires excès commis – le viol du château de Heidelberg et de la sépulture des électeurs palatins – le furent en mai 1693, deux ans après la mort du redoutable ministre27 »,

28écrit François Bluche. Il est difficile de souscrire à un tel jugement.

Analyse d’une option stratégique

29La décision de principe des destructions de tout ce qui porte murailles – bourgs, châteaux, villes – date du 20 août – cinq semaines avant l’invasion. Les instructions émanant de Louvois, de la cour et de l’intendant d’Alsace, arrivent à partir de septembre, en même temps que les officiers envoyés sur le théâtre de la guerre. Tous s’accordent sur la nécessité de « couvrir le pays », ou « d’être absolument maîtres du Rhin », et pour cela de « nettoyer les bords du Rhin », « d’avoir le pays ouvert ». Maîtriser l’espace, c’est alors tenir les villes et places fortes – et les petits châteaux ne manquent pas dans cette région, petite zone au sud-ouest du Saint-Empire marquée par la dispersion de la puissance publique. La destruction obéit donc sans doute à des impératifs politiques, traduire définitivement la supériorité du roi de France, mais surtout à des impératifs stratégiques, et non pas diplomatiques, car elle ne fait évidemment qu’exacerber les sentiments antifrançais.

  • 28 Lettre du maréchal de Boufflers à Louvois, 16 octobre 1688, SHD, A1, vol. 826, fo 7.
  • 29 Carte du Palatinat, par N. -I. Sanson, BnF, Cartes et Plans, coll. d’Anville, 3558-3563.
  • 30 Fogel M., op. cit., p. 113.

30Cette décision n’est ni aveugle, ni arbitraire. Le choix entre destruction ou conservation des places met en évidence les critères de domination du platpays, et principalement des communications. Le premier tri se fait entre les petits châteaux et bourgs fortifiés qui ne demandent qu’une garnison de trente à quarante hommes, mais permettent la surveillance des lignes de communication, et les villes « bien bâties avec des murailles », qui, pourvues de magasins, peuvent assurer le soutien des armées et des postes avancés28. Enjeux classiques de la guerre de siège, les villes paient leur fonction habituelle de commandement du plat pays. Un pays au reste assez mal connu. On ne dispose encore que des cartes générales éditées par Guillaume Sanson entre 1672 et 1681 qui ne dessinent clairement que le réseau hydrographique, et accumulent les noms de lieux sans véritable hiérarchie29. Le tri final opéré sous l’autorité du roi, ajoute un dernier critère, plus facilement observé et décrit par les ingénieurs : l’état des fortifications. Finalement, toute place qui n’est pas en état de recevoir de garnison, doit être détruite : quatre-vingt-onze décisions de destructions, menées à bien entre octobre 1688 et mai 1689, moment où les troupes impériales prennent la contre-offensive30.

Analyse d’une exécution tactique

  • 31 « Schweinhund » : le mot est beaucoup plus fort en allemand que ne le laisse penser sa traduction (...)

31À part l’exécution en règle de Heidelberg, dont le bombardement et l’incendie tiennent de la vengeance symbolique, la dévastation du Palatinat n’a pas toujours le caractère qu’on lui prête. À Heidelberg même, si le château est effectivement détruit, le comte de Tessé n’a pas le cœur de ruiner la population. L’incendie de la ville ne détruit que trente-cinq maisons. Elle se relève si rapidement qu’elle peut très rapidement abriter une nouvelle garnison de trois mille hommes des troupes bavaroises. Ce sont les exactions cruelles du sinistre Ezéchiel de Mélac qui laissent à cette opération sa réputation –« Du Mélac, Schweinhund31 ! », est devenu une expression usuelle dans le pays, où le nom du maréchal de camp a été donné aux chiens jusqu’au XXe siècle !

32De fait, les opérations systématiques de démantèlement des places sont plutôt lentes, lourdes, méthodiques, conduites par des entrepreneurs qui ont obtenu le marché par adjudication publique. Ils reçoivent des intendants l’argent, une partie des outils, la main-d’œuvre constituée de soldats et de paysans réquisitionnés. Ils organisent le travail, essentiellement la sape des fortifications et le comblement des fossés, chantier parfois considérables : 3000 hommes employés à Mannheim chaque jour pendant deux mois et demi, pour venir à bout des fortifications et de la citadelle. La mine n’est utilisée que pour faire sauter les murailles des petites places, ou achever à la hâte ce qui est commencé avant le retour des troupes impériales – c’est le cas à Worms, à Spire, dont le démantèlement a demandé plus de trois mois. Car la poudre risque d’étendre le feu au-delà de l’effet recherché, chacun sait que l’incendie d’une ville équivaut à laisser faire le pillage individuel ; la vue du feu et des caves éventrées pousse les soldats au pillage, souvent suivi de désertion, dérèglement caractéristique de la guerre ; et mieux vaut occuper longuement la troupe que la laisser dans l’oisiveté après la destruction des murs, ce qui poserait un problème de discipline. On connaît des cas de soldats pendus pour l’exemple, parce que surpris pillant pour leur propre compte. On est ici dans une guerre qui reste réglée.

  • 32 SHD, A1, vol. 828, fo 82.

33Une guerre qui ajoute à la destruction l’inévitable contribution, complément méthodique d’une stratégie classique. Les intendants dressent la liste des places et autres lieux du pays occupé, signalent les catégories de populations susceptibles d’un traitement spécifique – nobles, communautés religieuses, juifs, réformés – évaluent la ressource que l’on peut en tirer, en nature ou en espèces32. Ils expédient ensuite des « lettres de feu » qui portent, avec le montant exigé, la menace de l’incendie, puis convoquent les notables des communautés paysannes et urbaines, et les officiers seigneuriaux. La guerre doit toujours nourrir la guerre. Mais c’est aussi que les levées d’argent et de denrées, organisées dès septembre 1688, matérialisent l’entrée en pleine jouissance par le roi de France de tous les droits attachés à l’exercice de l’autorité seigneuriale, urbaine ou étatique.

Analyse d’une guerre psychologique

34Au fond, plus que les destructions matérielles, ce qui rend contestable la dévastation du Palatinat est surtout son effet psychologique.

35Avant tout, c’est le fait que l’on se trouve ici dans l’une des régions de l’Europe le plus cruellement marquée par la guerre de Trente Ans, et quarante ans après, nul ne l’a oublié. Le Palatinat avait perdu entre 1618 et 1648 près de la moitié de sa population, payant les inconséquences de son électeur Frédéric V ; en 1648, le sort de l’électorat rhénan avait fait l’objet de débats difficiles. L’héritier de Frédéric V, Charles-Louis, retrouvant la double couronne comtale et électorale, avait réussi une reconstruction rapide, et choisi Mannheim pour nouvelle capitale… Bref, le Palatinat était resté un symbole, ou ce que l’on appellerait de nos jours une région sensible…

36Ensuite, il y a le fait que la dévastation de 1688-1689 survient à un moment où la guerre en Europe occidentale perd le caractère effroyable qu’elle avait eu pendant la première moitié du siècle. Il n’était plus nulle part question de villes prises d’assaut, incendiées, d’habitants passés au fil de l’épée. Le rituel du siège achevé par une capitulation, selon les règles nouvelles de l’attaque et de la défense des places selon Vauban, évite tout massacre et toute destruction. Parallèlement, la sensibilité aux malheurs de la guerre s’est accentuée, et la destruction raisonnée d’une ville ne peut plus passer pour une fatalité de la guerre ; l’exécution méthodique d’un ordre venu de Versailles paraît odieuse. Ce « ravage » est plus cruel dans sa perception que le « dégât » usuel pour la double raison que l’initiative en est raisonnée, et l’exécution confiée aux officiers du plus haut rang ; le principal exécutant, Jacques-Henri de Durfort, maréchal de France depuis 1675, a même gagné dans cette campagne le cordon du Saint-Esprit le 31 décembre 1688, et le duché de Duras en février 1689 !

37Enfin, désormais, on brûle et on pille des villes, alors que les misères de la guerre étaient l’apanage des campagnes… Il est assez remarquable de noter que c’est bien là la cause directe des larmes de la princesse Palatine, Élisabeth-Charlotte. Elle se confie avec désespoir à sa tante, Sophie de Hanovre. Le 10 novembre 1688, elle écrit :

  • 33 Lettres de la princesse palatine, Amiel O. (éd.), Paris, Mercure de France, 1981, lettre du 10 nov (...)

« Quoique à présent je ne pleure plus aussi continuellement que les premiers jours […], ce qui augmente encore mon chagrin, c’est que je dois entendre dire tous les jours qu’on se prépare à brûler et à bombarder cette bonne ville de Mannheim que le défunt prince-électeur mon père avait fait bâtir avec tant de soin33. »

38Et le 20 mars 1689 :

  • 34 Ibid., lettre du 20 mars 1689, p. 120-121.

« Oui, quand je songe à tout ce qu’on y a fait sauter, cela me remplit d’une telle horreur que chaque nuit, aussitôt que je commence à m’endormir, il me semble être à Heidelberg ou Mannheim, et voir les ravages qu’on y a commis34. »

39Pas une seule seconde, ses larmes ne viennent arroser les campagnes ou les victimes : elle pleure les villes et les palais. C’est ce que fera aussi l’électeur Philippe de Neubourg, successeur de Charles, lorsque, après la seconde exécution de Heidelberg en mai 1693 par le maréchal de Lorge, plus radicale que la première, il met en scène les effets du ravage pour entretenir sur le Rhin la haine de la France, en conservant les ruines du magnifique château de l’ancienne capitale, comme témoignage de la barbarie française. Au fond, rien qui soit du même ordre que les massacres dénoncés dans le Simplicius Simplicissimus de Grimmelshausen, ou dans les célèbres gravures de Callot…

40La question du Rhin à l’époque de Louis XIV, plus particulièrement la double dévastation du Palatinat, et surtout la seconde, reste effectivement un point difficile de l’histoire des relations franco-allemandes… À très court terme, elle a déchaîné une vague de haine antifrançaise en Allemagne. À moyen terme, elle a marqué la sensibilité collective outre-Rhin. À long terme, elle a été conservée dans les mémoires, entretenue par les historiens nationalistes au-delà des guerres révolutionnaires, et même au-delà de la Première Guerre mondiale. Lorsque, entre 1918 et 1923, la France tente d’entretenir un mouvement séparatiste en Rhénanie, ses adversaires viennent encore lui rappeler le triste sort réservé au Palatinat par les armées de Louis XIV.

  • 35 Mrs. Hatton est celle qui pose le mieux la question dans son cadre européen, observant en même tem (...)
  • 36 Dosquet E., « “On n’a jamais vu une telle désolation” : le soldat français et le ravage du Palatin (...)

41Pourtant, même en retenant son caractère particulièrement odieux pour les contemporains, sans doute parce qu’elle affectait une région urbanisée de culture particulièrement brillante et non une terre paysanne sauvage, elle n’est pas une exception en son temps35. Est-elle victime de l’exploitation faite immédiatement par les libellistes, les journaux d’Amsterdam, ce qu’on appellerait maintenant une opinion publique, prompte à en dénoncer les excès pour mieux condamner le grand roi ? Condamnation reprise par l’histoire, qui marque ainsi le tournant du Grand Règne, et stigmatise l’omniprésence de la guerre dans le Grand Siècle36 ? L’historiographie reste curieusement discrète sur les dévastations opérées par les princes, les officiers généraux et les soldats des autres armées. Les troupes de Marlborough ravagent la Bavière dans les premières années de la guerre de Succession d’Espagne avec les mêmes procédés que l’armée de Duras. En 1707 et 1708, pour retarder l’avance de Charles XII, le tsar Pierre Ier ravage préventivement la Lituanie, puis en 1709 étend même à une partie de la Russie cette tactique de la terre brûlée, qui épuisera l’armée du roi de Suède dans sa marche vers Moscou. En 1711, son général Magnus Stenbock détruit sans remords la ville d’Altona, près de Hambourg… Héritiers de Wallenstein et de Tilly, les généraux de la seconde moitié du XVIIe siècle ont tous pratiqué la guerre qu’ils connaissent. Il faut attendre le milieu du XVIIIe siècle pour que, pour la première fois, une destruction de guerre soit unanimement réprouvée – la mise à sac de Berg-op-Zoom par Löwendal, en septembre 1747. En 1759, Voltaire peut écrire Candide

Notes

1 Sur les deux campagnes de Turenne, en 1674 et 1675, voir Bérenger J., Turenne, Fayard, Paris, 1987, p. 392-418. Voir un aperçu plus général, Bérenger J., article « Guerre de Hollande », in Bluche F., Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, 1990, p. 685-687. On peut lire avec intérêt le « Précis des guerres du maréchal de Turenne », par Napoléon Ier, Œuvres complètes, Paris, Imprimerie nationale, 1867, t. VI.

2 Von Clausewitz C., Hinterlassene Werke, Berlin, 1837, t. IX, p. 183.

3 L’expression de Bérenger J., Turenne, op. cit., p. 404.

4 Bluche F., Louis XIV, Paris, Fayard, 1986, p. 374, conteste ce jugement : « C’est oublier les grands services rendus jusqu’à sa mort par le duc de Luxembourg, élève, mais aussi émule de Condé. C’est vouloir ignorer que les deux royaumes – France et Espagne bourbonienne – n’ont dû leur salut qu’à deux capitaines offensifs, le duc de Vendôme et le maréchal de Villars, l’un et l’autre formés par Turenne. » C’est exact. Il n’en reste pas moins que le roi lui-même privilégie désormais la guerre selon les règles de Vauban, et ce n’est pas nuire à la gloire du roi que de le reconnaître…

5 Une excellente présentation générale, Siat J., Histoire du rattachement de l’Alsace à la France, Le Coteau, Horvath, 1987.

6 Cité in Reuss R., L’Alsace au XVIIe siècle, Paris, 1897-1898, vol. 1, p. 121.

7 Voir aux Archives municipales d’Obernai, La reconstruction du pont sur le Rhin, échange de lettres entre le magistrat de Strasbourg et le roi de France, 9 janvier et 10 février 1673.

8 Siat J., op. cit., p. 121-122.

9 Cité in Schmitt L., Le rattachement de Strasbourg à la France en 1681, Annales du CRDP de Strasbourg, 1981, p. 1-32.

10 Les Dix villes, ou Décapole : du sud au nord, Munster, Colmar, Turckheim Kaysersberg, Schlestadt, Obernai, Rosheim, Haguenau, Wissembourg, Philippsbourg.

11 Rappel : la liberté religieuse de Strasbourg ne sera pas mise en cause lors de la Révocation de 1685, qui ne vise que les calvinistes, et non les luthériens.

12 Le texte manuscrit de la capitulation de Strasbourg, amendé par Louvois, est aux Archives municipales de Strasbourg.

13 Reussner J., « Vauban à Strasbourg », Revue Historique des Armées, 1981, no 3, p. 69-71.

14 Seuls, les bombardements allemands de 1870 auront raison de ses murs, et encore. La ville ne se rend alors qu’après un siège de 56 jours, afin d’éviter la desruction du centre de la ville et de la cathédrale. Les Allemands démantèleront alors de fond en comble l’ouvre de Vauban…

15 Voir Kiechel L., « Histoire d’Huningue », Bulletin de la Société d’Histoire et du musée de Huningue, 1961, p. 87-92, et du même auteur, Histoire d’une ancienne forteresse de Vauban, Huningue, Montluçon, 1975.

16 Voir le plan-relief de Huningue (réalisé en 1756), au musée des Plans-Reliefs. La place comprend sur la rive droite une enceinte fortifiée, accompagnée d’un ouvrage à cornes, d’un pont pour franchir le Rhin, et sur la rive gauche, un fort. Démolie en partie en 1697, la place est rétablie en 1741, et définitivement démantelée après 1815.

17 Id., plan-relief de Neuf-Brisach (réalisé en 1706, mais conçu longtemps avant la réalisation des travaux). C’est l’exemple type d’une ville créée en fonction de la défense dune frontière. Brisach C., Le musée des Plans-Reliefs, Hôtel national des Invalides, Paris, Pygmalion, 1981. Voir également Corvisier A. (dir.), Actes du Colloque international sur les plans reliefs au passé et au présent, Paris, Sedes, 1993.

18 Voir Livet G., « Alsace », in Bluche F., Dictionnaire du Grand Siècle, op. cit., p. 63-64.

19 Voir Corvisier A., Louvois, Paris, Fayard, 1983, p. 450.

20 Legard E., article « Monseigneur », in Bluche F., Dictionnaire du Grand Siècle, op. cit., p. 1051-1052.

21 Cénat J.-P., Le roi stratège. Louis XIV et la direction de la guerre (1661-1715), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 143.

22 Voir Von Raumer K., Die Zerstörung von 1689 im Zusammenhang der französischen Rheinpolitik, Munich, 1930, dont les travaux ont été renouvelés par les perspectives d’Olivier Chaline, Lucien Bély, Jean-Philippe Cénat, Hervé Drévillon.

23 Chamlay à Louvois, 27 octobre 1688, Service Historique de la Défense, A1, 826, fo 93, et Louvois à Chamlay, id., A1, 2538, fo 110. Voir également Cénat J.-P., « Chamlay, le stratège oublié de Louis XIV », Revue Historique des Armées, 263,2011, p. 53-62.

24 SHD, A1, 813, lettre de Louvois, 19 novembre 1688, confirme que Louis XIV a décidé lui-même de la destruction de Heidelberg et de son château.

25 « Guerre de Tartares », l’expression de Feuquière. SHD, lettre du 4 décembre 1688, A1, vol. 832, fo 46. Mais Feuquières ne développe pas cette expression dans ses ouvrages postérieurs.

26 Fogel M., « La désolation du Palatinat ou les aléas de la violence réglée (septembre 1688 - juin 1689) », in Guerre et répression. La Vendée et le monde, coll. « Enquêtes et Documents », CRHIA, université de Nantes, 1993, p. 111-119.

27 Bluche F., Louis XIV, Paris, Fayard, 1986, p. 629.

28 Lettre du maréchal de Boufflers à Louvois, 16 octobre 1688, SHD, A1, vol. 826, fo 7.

29 Carte du Palatinat, par N. -I. Sanson, BnF, Cartes et Plans, coll. d’Anville, 3558-3563.

30 Fogel M., op. cit., p. 113.

31 « Schweinhund » : le mot est beaucoup plus fort en allemand que ne le laisse penser sa traduction courante en français, « saligaud », grossière et brutale.

32 SHD, A1, vol. 828, fo 82.

33 Lettres de la princesse palatine, Amiel O. (éd.), Paris, Mercure de France, 1981, lettre du 10 novembre 1688, p. 118-119.

34 Ibid., lettre du 20 mars 1689, p. 120-121.

35 Mrs. Hatton est celle qui pose le mieux la question dans son cadre européen, observant en même temps que « la destruction systématique de palais et d’églises dans une partie de l’Europe si hautement civilisée frappa les contemporains de Louis XIV et la postérité après eux », mais elle accorde ensuite une large place aux autres exemples de dévastations de la même époque… Voir Bluche F., article « Ravage », in Dictionnaire…, op. cit., p. 1303.

36 Dosquet E., « “On n’a jamais vu une telle désolation” : le soldat français et le ravage du Palatinat dans les gazettes européennes durant l’année 1689 », in Faire la guerre, faire la paix, 136e Congrès du CTHS, Perpignan, 2011, actes à paraître, récent et prometteur, remet en perspective la condamnation de la conquête du Palatinat dans l’opinion publique.

Auteur

Professeur émérite de l’université de Nantes

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540