Version classiqueVersion mobile

Hommes, cultures et paysages de l'Antiquité à la période moderne

 | 
Isabelle Pimouguet-Pédarros
, 
Monique Clavel-Levêque
, 
Fatima Ouachour

Deuxième partie. Droit, aménagement du territoire et études gromatiques

Partage de l’eau et pouvoir de décision dans l’Occident romain

Marguerite Ronin

Résumé

Peu de textes nous font connaître le fonctionnement des communautés d’irrigation en Occident romain. La Lex riui Hiberiensis, récemment découverte à Agón (Espagne), est l’un d’eux. Cet article commence par décrire les différents systèmes d’irrigation (par volume d’eau ou par temps d’écoulement) et recherche lequel a pu être appliqué à Agón. Il se concentre ensuite sur le lien créé par cette communauté entre partage de l’eau et pouvoir de décision, à travers une comparaison avec d’autres situations étudiées soit à travers des textes antiques, soit à travers des exemples contemporains en Afrique du Nord. Enfin, il examine par qui exactement et à quelles conditions est exercé ce pouvoir de décision.

Texte intégral

  • 1 Le préambule comporte une dédicace à l’empereur Elagabal, ce qui permet de dater le texte entre 21 (...)
  • 2 CIL 8, 4440 = CIL 8, 18587. De Pachtère F., « Le règlement d’irrigation de Lamasba », MEFR, 28, 19 (...)
  • 3 Ce document datant du règne d’Hadrien (117-138) a été découvert en 1993 à 50 kilomètres à l’ouest (...)

1L’irrigation organisée par les communautés rurales du monde romain est connue par quelques textes, certains très incomplets ou obscurs, d’autres beaucoup plus explicites. La Table de Lamasba était jusqu’à récemment le plus riche de ces documents, fournissant la liste des irrigateurs d’une même localité et précisant la part à laquelle chacun a droit dans le partage de l’eau1. Ce document provenant de Numidie et découvert en 1877 a été amplement étudié, notamment en 1908 par Félix de Pachtère et en 1982 par Brent Shaw2. Ce dernier auteur a tiré du texte tout le parti possible pour mettre en lumière le fonctionnement politique et social aussi bien que technique de ce qu’il a appelé une « communauté d’irrigation ». Notre connaissance de ce type d’association rurale a néanmoins été éclairée d’un jour nouveau par la publication en 2006 de la lex riui Hiberiensis, autrement appelée « bronze d’Agón » en raison du lieu de sa découverte au nord de l’Espagne ou « règlement du canal de l’Ebre » en raison de son objet3. La teneur des deux textes est bien différente puisque la lex ne produit pas de liste d’irrigateurs mais une série de dispositions visant à réglementer le fonctionnement de la communauté d’irrigation organisée autour du canal de l’Ebre. Cette communauté était vraisemblablement constituée des habitants de plusieurs pagi dépendant des deux cités de Caesaraugusta et de Cascantum. Par ailleurs les intérêts en cause à Agón devaient avoir une ampleur autrement considérable car ils justifièrent l’intervention du gouverneur de la province (ou de son légat), autorité qui sanctionna et ratifia le texte. Outre ces deux documents essentiels, notre connaissance des communautés d’irrigation est enrichie de quelques inscriptions et de mentions éparses dans la littérature latine et le Digeste de Justinien, sources dont nous essaierons de tirer profit dans cette étude. Philippe Leveau soulignait en 1993 :

  • 4 Leveau Ph., « Mentalité économique et grands travaux hydrauliques : le drainage du lac de Fucin au (...)

« Si, à vrai dire, on ne connaît aucun texte réglant l’entretien de canaux de drainage, le règlement d’irrigation de Lamasba, qui résiste aux interprétations, est là pour en rappeler la complexité4. »

  • 5 Nörr D., « Prozessuales (und mehr) in der lex rivi Hiberiensis », Zeitschrift der Savigny-Stiftung (...)
  • 6 Le Roux P., « Le pagus dans la péninsule Ibérique », Chiron, 39, 2009, p. 19-44.
  • 7 Mentxaka R., « Lex rivi hiberiensis, derecho de asociación y gobernador provincial », RIDROM (en l (...)

2Or, la découverte du bronze d’Agón cette même année a fait significativement progresser les connaissances sur le sujet. Bien que l’édition du texte par Francisco Beltrán Lloris soit relativement récente, il faut signaler trois articles importants parus depuis, abordant chacun le document depuis un certain point de vue. Dès 2008, Dieter Nörr a publié un long article sur les aspects procéduraux et sur les techniques juridiques mises en œuvre dans le contexte provincial de la lex5. S’attachant à la question des pagi dans la péninsule Ibérique, Patrick Le Roux a réexaminé l’organisation institutionnelle de ces derniers et leurs relations avec l’autorité provinciale6. À sa suite, Rosa Mentxaka s’est intéressée aux mêmes aspects en soulignant la spécificité de la communauté d’irrigation dans le cadre du pagus7. Pour notre part, nous aborderons le texte sous l’angle d’un aspect politique de l’organisation de la communauté : le lien entre l’accès à l’eau et la participation à la prise de décision dans les matières concernant l’irrigation.

3Beaucoup plus que les aspects hydrauliques et techniques de ces organisations, aspects complexes et admettons-le difficiles à saisir clairement, ce sont les modes de gestion commune de l’eau qui nous intéresseront donc, à travers le cas d’Agón, de Lamasba et des rares témoignages disponibles en Occident romain. Nous tenterons d’éclairer de quelle façon est répartie l’eau entre les usagers des communautés d’irrigation, et quel lien y est fait entre cette répartition et l’exercice du pouvoir de décision.

LA RÉPARTITION DE L’EAU AU SEIN DES COMMUNAUTÉS D’IRRIGATION

  • 8 Trousset P., « Les oasis présahariens dans l’Antiquité : partage de l’eau et division du temps », (...)
  • 9 Gauckler P. (éd.), Enquête sur les installations hydrauliques romaines en Tunisie, Impr. Louis Nic (...)
  • 10 Trousset P., op. cit., p. 179-180.

4Que l’on se fonde sur des exemples historiques ou sur des exemples ethnographiques, nous constatons qu’il existe deux grands systèmes de partage de l’eau au sein des communautés d’irrigation : le partage en temps d’irrigation alloué à chacun et le partage en volumes d’eau8. Dans le cas d’un partage du volume d’eau, chaque propriétaire dispose d’une fraction du débit total (du cours d’eau ou de la source), fraction qui est conduite jusqu’à sa parcelle grâce à un ou plusieurs partiteurs et à un réseau de canaux (appelé « séguias » en Afrique du Nord). La portion allouée à chacun se compte alors en unités d’eau et est évaluée d’après le diamètre d’ouverture du partiteur (mesuré en doigts ou en quinaires dans le système romain). Dans le cas d’un partage du temps d’écoulement, chaque propriétaire reçoit la totalité de l’eau disponible dans le système pendant un laps de temps déterminé à l’avance par la communauté. Techniquement, le système de mesure en volumes d’eau est plus compliqué à mettre en œuvre car il nécessite d’élaborer un important réseau de canaux et de partiteurs. L’enjeu de ce réseau est d’éviter que les irrigateurs de l’amont ne s’accaparent toute l’eau : il est donc nécessaire de procéder à une première répartition de l’eau dès la source, puis à une série de répartitions au cours de l’ensemble du réseau9. Le partage en temps d’irrigation est techniquement plus simple mais il réclame en revanche une plus grande attention aux aspects juridiques. Les occasions de conflits y sont en effet plus fréquentes du fait de la rotation régulière de la destination du débit. L’idée est souvent soulignée dans les études ethnographiques et hydrologiques que le partage en temps, nécessitant une réglementation collective, impliquerait une plus grande solidarité au sein de la communauté, tandis que le partage en volume révèlerait un plus grand esprit d’indépendance des irrigateurs les uns à l’égard des autres10.

5En réalité la différence entre les deux systèmes n’est pas si nette, puisque les deux types de mesure peuvent coexister dans un même réseau d’irrigation. Pol Trousset en cite des exemples contemporains dans les oasis sahariennes : Gabès, Tozeur ou Ghadamès. Le partage en volume s’effectue alors en premier lieu grâce au réseau de partiteurs, barrages et canaux. Intervient ensuite le partage en temps, calculé à l’entrée de chaque parcelle.

6Les sources antiques attestent fort bien que le partage en temps d’irrigation était répandu dans l’Empire romain. Cette solution pourrait même paraître avoir été plus volontiers mise en œuvre que le partage en volume, mais les sources disponibles nous paraissent trompeuses. En effet, comme nous l’avons déjà souligné, ce type de répartition impose une organisation qui devait être facilitée par la rédaction d’un document public, rendant opposables à tous les choix effectués pour l’attribution successive du débit de l’eau à tous les irrigateurs. Alors que la répartition en volume nécessite l’élaboration d’un réseau complexe de canaux mais qui, une fois aménagé, n’a pas de raison d’être contesté. Chaque fraction du débit total, attribuée à chaque irrigateur, s’y écoule en effet sans interruption en direction de ses parcelles. Nous pensons que c’est là la raison pour laquelle plus de sources écrites nous seraient parvenues concernant le partage en temps d’irrigation.

  • 11 Neratius au livre 4 des Règles, Dig. 8. 3. 2 § 1 : « On peut céder à plusieurs le droit de faire c (...)

7Du partage en temps d’écoulement de l’eau, la jurisprudence romaine se fait tout d’abord l’écho puisque Neratius écrivait, sous le règne de Trajan : « Aquae ductus et haustus aquae per eundem locum ut ducatur, etiam pluribus concedi potest : potest etiam, ut diversis diebus vel horis ducatur11. » Le partage de l’eau entre plusieurs irrigateurs, selon des modalités conformes à celles qui étaient encore en usage en Afrique du Nord au XXe siècle, est confirmé par ce texte. Cette disposition jurisprudentielle a d’ailleurs été en vigueur du début du IIe siècle jusqu’à la fin de l’Antiquité comme en témoigne sa conservation dans le Digeste de Justinien (début du VIe siècle).

  • 12 « à partir de la deuxième heure » (CIL 3, 14969 ² = ILJug 3, 2959).
  • 13 « de la deuxième à la sixième heure » (CIL 6, 1261, p. 3130, 4365 = AE 2002, 180).
  • 14 « l’eau, de la première heure de la nuit jusqu’à la ( ?) heure » (CIL 14, 3676 = InscrIt 04-01, 23 (...)
  • 15 « l’ordre (déterminé entre les irrigateurs) d’utilisation de l’eau » (CIL 3, 14969 ²).

8Malgré sa formalisation dans le droit savant, il semble vraisemblable que cette forme de partage de l’eau trouve avant tout son origine dans la coutume des communautés organisées pour ce partage. Trois inscriptions, retrouvées en Italie (CIL 14, 3676 à Tivoli et CIL 6, 1261 à Rome) et en Dalmatie (CIL 3, 14969, 2), sont connues pour être des fragments de règlements de partage d’eau et probablement aussi des formalisations écrites d’une organisation avant tout coutumière. Elles attestent encore de la diffusion du système de partage de l’eau en temps d’irrigation. Les expressions « [… a] b hora secunda12 », « ab hora secunda ad horam sextam13 » ou « aqua [m ab hora noctis] primae ad hora [m…]14 » peuvent être mises en relation avec la formule employée par Neratius « ut diversis diebus vel horis ducatur » : il s’agit bien d’un partage entre différents utilisateurs qui se voient attribuer un accès à l’eau à différentes heures du jour ou de la nuit. Ces inscriptions sont malheureusement toutes trois très fragmentaires mais d’autres passages traitent clairement de la répartition en heures. L’inscription de Dalmatie évoque l’ » ordinem utendae aquae15 » : les modalités de fixation de cet ordre ne nous sont pas connues mais l’inscription évoque également des pagani et un concilium qui nous semblent bien jouer un rôle dans la détermination des règles d’attribution du débit.

9Les deux documents antiques les plus célèbres sur le sujet sont la Table de Lamasba et la description de l’oasis de Tacape par Pline l’Ancien. La Table de Lamasba se donne pour objet de formaliser la répartition de l’eau, son partage, par un système de tours d’irrigation : chaque irrigateur doit recevoir l’eau de l’Aqua Claudiana afin d’irriguer sa parcelle pendant un temps et à une date fixés par le texte. Dès le préambule du document la mise en place d’un système de partage de l’eau est clairement stipulée :

  • 16 Établissement du texte et restitution dans Shaw B. D., op. cit., p. 68 : « Il est établi de cette (...)

« constitit ita debere aquam decurrere si quando fo [ns decurrit, ut monstrat forma infra scripta, aquae decur]/rentis quae propterea distributa interim non est, quoniam tempora [iniqua id prohibuerunt…]16. »

10La liste des irrigateurs constitue ensuite l’essentiel de l’inscription. Pour chacun, elle stipule la taille de la parcelle, la date et l’heure à laquelle doit intervenir l’irrigation et récapitule le total du temps d’irrigation octroyé :

  • 17 « Mattius Fortis, 308 kapita, depuis la première heure du jour, le 7e jour des calendes d’octobre, (...)

« Mattius For/tis // k(apita) CCCVIII, ex h (ora) I d(iei) VII Kal(endas) Octobr(es),/in h(oram) V s(emis) d(iei) eiusdem. P(ro) p(arte) s(ua) h(oras) IIII s(emis)17. »

  • 18 Pour les différentes interprétations possibles de cette unité de mesure, voir la synthèse de Debid (...)
  • 19 Shaw B. D., op. cit., p. 63.

11Des incertitudes subsistent sur le mode exact de calcul de ce temps d’irrigation à partir d’une unité « k » qui n’a pas trouvé d’explication définitive18. Mais les auteurs s’accordent pour penser que le temps d’irrigation attribué à chacun est fonction de la parcelle à irriguer, de sa taille ou des cultures qu’elle contient. Il s’agit d’une irrigation hivernale, vraisemblablement pour pallier un régime de précipitations irrégulier qui peut compromettre la poussée des semailles. Le règlement n’octroie à chaque irrigateur qu’un tour d’irrigation pour tout l’hiver, ce qui fait penser que les ressources en eau devaient être particulièrement rares et faisaient donc l’objet d’une scrupuleuse répartition. La cité se situe en effet dans une plaine prédésertique aride19.

12La célèbre description de l’oasis de Tacape par Pline l’Ancien témoigne également de l’emploi d’un partage en temps d’irrigation :

  • 20 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, XVIII : « Le sol, qui y est arrosé, jouit d’une fertilité merv (...)

« Felici super omne miraculum riguo solo. Ternis fere milibus passuum in omnem partem. Fons abundat, largus quidem, sed certis horarum spatiis dispensatur inter incolas20. »

  • 21 Trousset P., op. cit., p. 185, citant Lanfry J. et Laperrousaz A., « Chronique de Ghadamès. L’eau (...)

13Mais l’abondance de la source, vantée par l’auteur, entraînait sans doute une distribution bien plus généreuse de l’eau qu’à Lamasba. On peut comparer la situation de Tacape dans l’Antiquité à celle connue pour des oasis similaires à l’époque moderne : la périodicité du tour d’eau était, au milieu du XXe siècle, d’une semaine à Tozeur (Tunisie) et de treize jours à Ghadamès (Lybie)21. Les conditions du partage sont donc ici bien différentes de ce qu’elles sont à Lamasba, et ce en raison de conditions hydrographiques très différentes.

  • 22 CIL 14, 3676.

14Mais de la même façon que cela a été observé dans des oasis au XXe siècle, l’Antiquité connaissait manifestement le mélange entre les deux systèmes. L’inscription qui organise le partage de l’eau entre différents utilisateurs à Tivoli illustre probablement ce mélange22. Le texte, assez lacunaire, se présente sous la forme d’une liste dont nous ne connaissons qu’une partie puisque seuls deux membres de la communauté apparaissent dans le fragment : Marcus Salluus et Lucius Primus. Chacun de ces deux noms est suivi des deux types de mesure liés au partage de l’eau. En premier lieu le texte donne une description des ouvertures par où doit passer l’eau :

  • 23 « A Marcus Salluus Domitianus, [attribution] de l’eau par les trois premières [ouvertures], chacun (...)

« M(arci) Sallui Domitiano aq(uam) [accipiet foraminib(us)] tribus primis long(is) sing(ulis) [digitos – alt(is)] sing(ulis) digitos decemquin[que]23. »

  • 24 « Il reçoit l’ea [u depuis] les premières heures de la nuit jusqu’à [ ?] heures ».

15La mesure du volume est ici calculée d’après le nombre et la taille des conduits mesurée en doigts. En second lieu apparaît la mesure en heures d’irrigation : « accipiet aqu [am ab hora] noctis primae ad hora [m –]24. » Le détail du calcul est perdu en raison de l’état du document mais il est clair qu’il existait : les termes « ad horam » sont lisibles en deux endroits. Ils répondaient sans doute à [ab hora] ce qui exprimait une durée pendant laquelle les usagers avaient accès à l’eau, comme dans la Table de Lamasba.

  • 25 De aquae ductu urbis Romae, XCIX : « Modulos etiam, de quibus dictum est, constituit » ; « Il déte (...)

16Ce double système de calcul de l’attribution de l’eau devait être utilisé également à Rome dans le cadre des concessions à partir des aqueducs de la ville. Dans son traité sur les aqueducs, Frontin évoque en effet à plusieurs reprises les contrôles que doit effectuer l’administration des eaux sur la taille des conduits fixée par Agrippa25. Citant un sénatus-consulte de 11 av. J.-C., il précise :

  • 26 De aq., CVI : « Que pas un de ceux auxquels a été concédée de l’eau publique n’ait le droit, sur u (...)

« Ne cui eorum quibus aqua daretur publica ius esset intra quinquaginta pedes eius castelli, ex quo aquam ducerent, laxiorem fistulam subicere quam quinariam26. »

  • 27 De aq., CXII : « J’ai trouvé, placées dans la plupart des châteaux d’eau, des prises plus grosses (...)
  • 28 Bruun Chr., The water supply of Ancient Rome : a study of Roman imperial administration, The Finni (...)

17Mais ce sont surtout ses récriminations contre les fraudes liées à l’augmentation du nombre de prises ou à l’augmentation de leur dimension qui nous font connaître cette règle de calcul de la quantité d’eau attribuée à chaque concessionnaire : « Ampliores quosdam calices », « amplioris moduli fistulae », « facile laxiorem in proximo fistulam impleret27. » Bien que des réserves aient été émises à l’encontre de cette standardisation des conduits évoquée par Frontin28, il est probable qu’un système de contrôle des volumes concédés était effectué à partir des dimensions des conduits d’adduction. Or, l’auteur mentionne également l’utilisation de tours d’irrigation comme celui dont fait état Neratius :

  • 29 De aq., IX : « C’est cette eau que toutes les maisons de campagne de cette région reçoivent à tour (...)

« Haec namque est quam omnes villae tractus eius per vicem in dies modulosque certos dispensatam accipiunt29. »

18Certes il ne s’agit plus ici de l’adduction dans la ville mais d’une concession octroyée aux villae de Tusculum. Cela montre toutefois qu’à partir des répartiteurs des aqueducs publics de Rome, les deux systèmes étaient employés.

19En dehors de quelques mentions assez succinctes, les sources antiques ne nous fournissent que peu d’indications sur le partage de l’irrigation par volumes d’eau. Il nous reste cependant à examiner si nous pouvons discerner quel était le système de répartition en vigueur dans la communauté du canal de l’Ebre, aspect qui n’a été que peu abordé jusqu’ici par les études sur la lex.

  • 30 Beltrán lloris F., op. cit., p. 167.
  • 31 Gaffiot F., Dictionnaire latin-français, Hachette, Paris, 1934 ; Valpy V. E. I., Etymological dict (...)
  • 32 Beltrán Lloris F., An irrigation decree…, p. 157.
  • 33 AE, 2006, 676.

20Comme le souligne Francisco Beltrán Lloris, le texte d’Agón ne fournit que peu d’indications sur les structures hydrauliques utilisées. En dehors du canal lui-même, qui pouvait être parallèle à l’Ebre30, sont mentionnés des canaux et des digues. Le terme moles est utilisé à plusieurs reprises : désignant à l’origine une masse ou un amas (de pierres ou de terre)31, il est possible de comprendre ce mot dans le sens de digue ou de barrage. Michael Crawford le traduit en anglais par « dam32 » et Patrick Le Roux par « digue33 ». Dans le cadre d’un système d’irrigation, il nous paraît vraisemblable que le terme désigne une sorte de retenue ou de vanne.

  • 34 Lex Riui, § 1a (I. 2-3) (nous adoptons dans cet article le découpage du texte proposé par Beltrán (...)
  • 35 Lex Riui, § 2b (I. 21-24) : « Pour le curage ou la réparation du tronçon (dit) Capitonianus du can (...)
  • 36 Lex Riui, § 3a (I. 29-31) : « à partir de la digue d’où il fait dériver l’eau, chacun (devra) nett (...)
  • 37 Lex Riui,§ 2b (I. 22).

21La première occurrence évoque un « molem riui Hiberiensis » (« le barrage du canal de l’Ebre »), dès les premières lignes34. La mention du terme au tout début du texte, au sein de dispositions générales, l’utilisation du singulier et le génitif qui l’accompagne, font penser qu’il peut s’agir de la digue principale, celle qui commande le remplissage du canal en amont, à partir du fleuve. En revanche, les occurrences suivantes évoquent plutôt des digues secondaires, destinées à l’usage particulier de chaque irrigateur ou de chaque groupe d’irrigateurs. Dans le passage « Ad riuom Hiberiensem Capitonianum purgandum reficiendumue ab summo usque ad molem imam », il est bien question d’abord de l’ensemble du canal puis d’une série de digues qui le jalonne d’amont en aval35. Depuis ces digues, il est vraisemblable que les irrigateurs faisaient partir des canaux secondaires, comme pourrait le confirmer « [a] b ea mole qua quisque aquam deriuat, ad proxuma [m] molem, purgare anno bis36 ». Ce passage renvoie bien à l’idée qu’une série de digues se répartissait le long d’une portion du canal (sans doute la portion appelée Capitonianus)37, d’où partaient les canaux secondaires qui irriguaient directement les champs. Il est également visible dans ce dernier passage que l’entretien du canal incombait à chaque irrigateur à proportion de l’usage qu’il en faisait. Une dernière disposition mentionne sans doute ce type de dérivation secondaire :

  • 38 Lex Riui, § 3b (I. 34-38) : « De même, si quelqu’un a disposé une conduite d’eau ou un pont, il le (...)

« Item si quis canalem aut pontem positum habet, tamquam moles obseruabitur et eum locum is tueri et purgare debebit, et quantum ab ea re riuus impeditus erit quominus aqua iusta perfluat38. »

22Nous retrouvons dans ce passage une nouvelle confirmation de la possibilité pour les usagers du canal de creuser une dérivation (canalem […] positum habet) et de l’obligation qui leur est faite de nettoyer la portion qu’ils utilisent (tueri et purgare debebit).

  • 39 Beltrán Lloris F., An irrigation decree…, p. 167-169 : hypothèse fondée sur le texte et sur des an (...)
  • 40 Beltrán Lloris F., An irrigation decree…, p. 169.

23Beltrán Lloris suggère que le canal appelé Riui Hiberiensis pouvait être long (de l’ordre d’une vingtaine de kilomètres) et qu’une portion seulement, désignée par le terme de Capitonianus, est concernée par l’inscription d’Agón39. Les extraits cités permettent de penser qu’une série de digues d’amont en aval ponctuait un canal principal (peut-être la portion nommée Capitonianus) et qu’à chacune de ces digues, fonctionnant comme une vanne ou une écluse40, étaient creusés des canaux secondaires afin de répartir l’eau sur les différentes parcelles. À chacun revenait enfin la responsabilité de nettoyer et d’entretenir les canaux qui irriguaient ses parcelles. En outre, comme les canaux secondaires étaient alimentés par une portion du canal principal situé entre deux digues, chaque irrigateur devait entretenir la portion dont il disposait.

  • 41 Lex Riui, § 12a (III. 15-18) : « [Si ( ?) aquatio ( ?)–] naria erit et alius utitur utiue [poterit (...)
  • 42 Michael Crawford traduit simplement par : « the person whose water it is » (Beltrán Lloris F., An (...)
  • 43 Trousset P., op. cit., p. 179-180.

24Mais rien dans ces références au réseau hydraulique ne nous permet d’être absolument affirmatif quant à l’existence de tours d’irrigation comme à Lamasba. Même les quelques indices du texte sur l’organisation mise en place entre les irrigateurs peuvent être interprétés soit comme la mise en œuvre de tours d’irrigation, soit comme une répartition en volumes d’eau grâce au système de digues, canaux et dérivations évoqué, sans qu’on puisse vraiment se prononcer catégoriquement en faveur de l’une ou de l’autre hypothèse. L’expression « ei cuius aqua fuerit41 » (« celui qui avait [l’usage] de l’eau ») peut ainsi signifier « celui dont c’était le tour de recevoir l’eau » ou bien « celui dans le canal duquel était l’eau42 ». Cela étant, la rédaction d’un document public, en elle-même, et l’intervention du représentant de Rome, suggèrent que les occasions de contentieux étaient multiples dans ce système d’irrigation. Si nous suivons le raisonnement de Pol Trousset sur la différence entre la répartition par tours et la répartition par volumes43, il faudrait alors voir là un indice qui plaiderait en faveur d’un partage de l’eau par rotation de l’affectation de l’eau.

L’EXISTENCE D’UN LIEN ENTRE LA RÉPARTITION DE L’EAU ET L’EXERCICE D’UN POUVOIR DE DÉCISION

  • 44 Lex Riui, § 1 (I. 6-8) : « conformément à l’avis de la majorité des pagani, pourvu que l’avis pron (...)
  • 45 De aq., XCIV et XCV : « Droit de conduire, entretenir, vendre, donner l’eau ».
  • 46 Dig. 8.3.1 § 1 : « Droit de puiser l’eau ».

25Le bronze d’Agón fait état de l’existence d’un « droit à l’eau » déterminant le pouvoir de décision de chacun des membres au sein de l’assemblée de la communauté d’irrigation : « ex maioris partis paganorum sententia dum proportione quantum quique aquae ius habent sententiam dicant44. » Mais l’expression ius aquae n’est pas propre à ce texte. Elle est au contraire bien attestée dans la littérature juridique et administrative romaine. Néanmoins elle est généralement accompagnée d’un complément (gérondif, adjectif verbal ou substantif au génitif) qui précise en quoi consiste le droit détenu sur l’eau. Frontin fait ainsi référence au « ius ducendae, tuendae, vendae » ou « dandae aquae45 », et Ulpien évoque un « aquae haustus ius46 ».

  • 47 Frontin, op. cit. La date de publication de l’ouvrage n’est pas assurée mais Bruun Chr., op. cit.,(...)

26Une différence essentielle réside dans le contexte de l’emploi du terme. Dans le bronze d’Agón, il est question d’une communauté rurale organisée autour de la gestion commune de l’eau. Les documents administratifs et juridiques portent en revanche sur deux principaux domaines : le droit des servitudes et l’administration des eaux à Rome. Le droit des servitudes est largement détaillé par les juristes romains dont les ouvrages ont été conservés par le Digeste de l’empereur Justinien. Il crée des liens juridiques entre propriétaires et a pour but de garantir le respect des droits des fonds servants (en général les terrains sur lesquels se situe une source ou un canal) et des fonds dominants (au bénéfice desquels l’eau est amenée ou puisée). Les servitudes sont des rapports de droit privé entre particuliers, ce qui signifie que la puissance publique intervient très peu, sauf en cas de conflit grâce aux interdits prétoriens. L’autre domaine où l’on trouve des références au ius aquae est l’administration de l’eau à Rome. Elle a été décrite avec soin par Frontin dans son traité De aquae ductu urbis Romae à la fin du Ier siècle47. Des éléments tirés du Digeste peuvent également être utiles à la reconstitution de cette administration. Il s’agit d’une gestion par une autorité publique, la cura aquarum, qui agit au nom du prince. La cura décide de l’attribution et de la distribution de l’eau à des concessionnaires qui sont les habitants de Rome et des environs, gratuitement ou contre le paiement d’une redevance. Ces deux contextes sont bien différents de celui du bronze d’Agón puisque dans aucun des deux, le « droit à l’eau » ne s’inscrit dans le cadre d’une gestion commune par les usagers eux-mêmes.

  • 48 De aq., XCV : « [Le magistrat] auquel appartenait le droit de concéder ou de vendre l’eau ».
  • 49 Ulp. Dig. 8.3.1 : « Aquae ductus est ius aquam ducendi per fundum alienum » ; « Le droit d’aqueduc (...)
  • 50 Ulp. Dig. 8.3.1 § 1 : « On doit rapporter aux servitudes dues aux terres le droit de puiser de l’e (...)
  • 51 Pomponius stipule ainsi : « Refectionis gratia accedendi ad ea loca, quae non serviant, facultas t (...)

27En quoi consiste ce ius aquae dans la jurisprudence du Haut-Empire et chez Frontin ? Nous notons tout d’abord que le contenu du droit est différent selon que celui qui l’exerce est le gestionnaire de l’eau ou s’il n’est que son concessionnaire. Le curateur des eaux de Nerva parle ainsi du magistrat « ad quem […] ius dandae vendendaeve aquae pertinuerit48 », qui détenait ce pouvoir avant la création d’une administration spéciale placée sous la tutelle de l’empereur. Le ius aquae du représentant de l’autorité publique consiste donc à disposer de l’eau, alors que celui du concessionnaire se réduit à l’utiliser. Ulpien, juriste de l’époque des Sévères, traite à de nombreuses reprises du « ius aquam ducendi49 ». Il mentionne également le droit de puisage, parmi d’autres servitudes rustiques : « In rusticis computanda sunt aquae haustus, pecoris ad aquam adpulsus, ius pascendi50. » La majorité des références au ius aquae dans le Digeste sont des références au droit d’aqueduc, c’est-à-dire au droit de conduire de l’eau d’un fonds voisin à son propre fonds. L’intention des juristes était donc de dégager des règles destinées à protéger ce droit d’adduction. C’est la raison pour laquelle l’entretien est considéré comme un droit appartenant à l’utilisateur des structures hydrauliques, au contraire d’autres cas, à Agón en particulier, où il est considéré comme une charge51. On voit donc que le contenu des documents, comme leur contexte, diffère sensiblement du règlement du canal de la lex riui Hiberiensis : qu’il s’agisse du droit des servitudes ou de l’administration du réseau hydraulique à Rome, la gestion de l’eau est soit destinée à servir des intérêts individuels, soit placée sous la responsabilité d’une autorité supérieure, mais elle n’est dans aucun des deux cas prise en charge par le groupe dans l’intérêt de l’ensemble de la communauté comme dans l’exemple du canal de l’Ebre.

  • 52 Dig. 8.6.16 : « Aquam, quae oriebatur in fundo vicini, plures per eundem riuum iure ducere soliti (...)
  • 53 Dig. 8.6.16 : « Item si quis eorum, quibus aquae ductus servitus debebatur et per eundem riuum aqu (...)

28Il faut relever cependant que le ius aquae est parfois (assez rarement) mentionné dans le Digeste dans un contexte de partage de l’eau. C’est le cas d’une disposition de Proculus qui évoque le cas de plusieurs irrigateurs se partageant un canal : chacun dispose de son jour pour tirer de l’eau en provenance d’un fonds servant voisin52. La quantité d’eau disponible dans le canal commun n’est pas pour autant considérée comme une richesse commune, répartie entre les membres d’une communauté, associés pour la gérer au profit de tous. En effet, la perte de son droit par l’un des propriétaires, suite à un non-usage prolongé, n’accroit pas la quantité d’eau que peuvent se partager les autres, mais revient au profit du fonds servant, celui d’où provient l’eau53. L’eau a donc plutôt ici la valeur d’un bien attaché à un fonds, qui peut être cédé par la contrainte d’une servitude, mais qui a vocation à réintégrer le domaine d’origine une fois la servitude éteinte, quand bien même plusieurs usagers exploitent le cours d’eau.

29Nulle part dans les textes qui mentionnent un ius aquae en droit des servitudes ou dans la pratique de l’administration à Rome, on ne peut parler d’une gestion commune de l’eau. Soit les usagers sont soumis aux décisions de l’autorité publique comme à Rome, soit ils entretiennent entre eux des rapports de droit privé visant à assurer à chacun l’exercice de son droit de faire usage de l’eau. Surtout, dans aucun de ces cas le ius aquae ne peut être considéré comme l’accessoire d’une gestion commune en vue de laquelle les usagers bénéficient d’un pouvoir de décision lié à leur accès à l’eau. Nulle part dans les textes juridiques ou administratifs nous ne trouvons, comme à Agón, de lien entre le droit à l’eau et la participation à l’élaboration de règles obligeant toute la communauté.

30Ce qui est appelé ius aquae dans la lex semble donc recouvrir une signification propre à la communauté d’irrigation du canal de l’Ebre (si ce n’est aux communautés d’irrigation de manière générale) : le texte établit en effet clairement un lien entre accès à l’eau et existence d’obligations pour chaque irrigateur, mais aussi entre accès à l’eau et exercice d’un pouvoir de décision.

31Le rapport entre la distribution de l’eau et le fonctionnement du système d’irrigation est l’objet de plusieurs autres passages du texte. La répartition des tâches à accomplir pour l’entretien du canal est évoquée à deux reprises. La première colonne du texte indique :

  • 54 Lex Riui, § 2b (I. 21-26) : « Pour le curage et la réparation du tronçon dit Capitonianus du canal (...)

« Ad riuom Hiberiensem Capitonianum purgandum reficiendumue […] omnes pagani pro parte […] sua quisque praestare debeant54. »

32Chaque irrigateur est donc tenu de participer à l’entretien du canal, le riuus Hiberiensis Capitonianus, et sa participation est à hauteur du bénéfice qu’il retire de l’utilisation du canal c’est-à-dire de la quantité d’eau qui lui est attribuée (pro parte sua). La lex énonce ensuite :

  • 55 Lex Riui, § 3a (I. 27-29) : « Les canaux dont ils ont l’usage en commun, qu’ils les curent et les (...)

« Riuos quibus utentur communiter, purgent refeciant, ita ut qua fine quisque aquam habet, usque eo operas praestet55. »

  • 56 Lex Riui, § 2b (I. 21).

33Chaque portion du canal commun, portion sans doute située entre deux moles, est utilisée par un irrigateur pour dériver l’eau vers sa parcelle. L’irrigateur a donc l’obligation d’entretenir la portion du canal qu’il utilise (ita ut qua fine quisque aquam habet), dans l’intérêt de l’ensemble de la communauté. Cette obligation est d’ailleurs assortie d’une sanction en cas de non-exécution : une amende de 25 deniers à verser aux magistrats du pagus56.

34Par ailleurs, le texte du bronze d’Agón mentionne dès les premières lignes l’exercice d’un pouvoir de décision lié au ius aquae au sein de la communauté d’irrigation :

  • 57 Lex Riui, § 1a (I. 7-8) : « conformément à l’avis de la majorité des pagani, pourvu que l’avis pro (...)

« ex maioris partis paganorum sententia dum proportione quantum quique aquae ius habent sententiam dicant57. »

35La décision (sententia) dont il est question est prise en commun par les pagani et l’extrait indique d’emblée un rapport de proportionnalité entre le pouvoir de décision au sein du groupe des irrigateurs et le droit de l’eau. Remarquons qu’il faut sans doute sous-entendre ici « aquae ducendae ius », puisque le droit dont peuvent se prévaloir les membres de la communauté est de mener l’eau du canal commun jusque dans leur parcelle.

  • 58 Beltrán Lloris F., An irrigation decree…, p. 173, consacre un paragraphe à la description de ces t (...)

36Le partage de l’eau et donc du réseau d’adduction entraîne bien la détermination d’une règle de proportionnalité. Celle-ci s’applique dans le partage des charges d’entretien du réseau (nettoyage et curage)58 ; en outre, il faut constater que l’exercice du pouvoir politique est proportionnellement lié à la quantité d’eau attribuée à chacun. Mais le lieu d’exercice de ce pouvoir politique de décision, le concilium, est l’objet d’un débat entre les commentateurs de la lex.

37Le texte mentionne à plusieurs reprises la tenue d’un « concilium » au sein de la communauté des irrigateurs. Il en est question aux paragraphes 3c et 4 :

  • 59 . Lex Riui, § 3c (I. 40-42) : « que les magistri […] réunissent le pagus en concilium et que, sur a (...)
  • 60 Lex Riui, § 4 (I. 47-51) : « Les pagani […] devront être présents à la réunion du concilium à la d (...)

« Magistri […] pagum in concil [io h] abeant, maiorisque partis paganorum sent [e] ntia…59 »
« Pagani […] ad terminum proxumae uillae Valeri Auiani hora secunda in concilio adesse debebunt, pro modo aquationis, et nequis a concilio discedat ante quam concil [ium ( ?) –] ad-(… ?)60. »

  • 61 Voir infra le débat sur la traduction de cette expression.

38Le concilium est donc une assemblée réunie par les magistrats du pagus et à laquelle doivent assister les pagani. Les membres s’y prononcent à proportion de leur ius aquae (« pro modo aquationis61 » ?) et les décisions y sont prises sur avis de la majorité des pagani (« maiorisque partis paganorum sent[e]ntia »).

  • 62 Le Roux P., op. cit., p. 28. L’auteur s’appuie pour l’affirmer sur l’absence du terme « concilium  (...)
  • 63 Lex Riui, § 9 (II. 54 - III.2) : « [… mag(istris) pagi] publicanoue eorum in paganico, sub praecon (...)
  • 64 Le Roux P., op. cit., p. 29. Il est à noter que ce terme, comme substantif, n’apparaît pas non plu (...)
  • 65 Lex Riui, § 4 (I. 47-50) : « Pagani […] ad terminum proxumae uillae Valeri Auiani hora secunda in (...)

39Le concilium n’est pas une institution habituellement présente dans les pagi62. On peut alors se demander quel rôle joue cette assemblée dans le cadre de notre lex. Il faut d’abord noter que le pagus aurait son lieu de réunion spécifique : le paganicum, mentionné dans le texte au paragraphe 963. Selon Patrick Le Roux, il s’agirait d’un espace public construit permettant de réunir les habitants, faisant partie d’une « sorte de forum du pagus64 ». Or, ce n’est sans doute pas là que se réunit le concilium mais vraisemblablement dans la campagne, près de la villa de Valerius Avianus65. En effet, si la réunion du concilium avait lieu au paganicum, lieu sans nul doute bien connu de tous les pagani, on ne voit pas pourquoi le rédacteur aurait eu à préciser sa localisation (qui dans cette hypothèse aurait été près de la villa de Valerius Avianus), surtout sans mentionner le terme même de « paganicum ». Il faut donc penser que le paganicum et la villa de Valerius Avianus, où se retrouvent les irrigateurs, sont deux endroits différents. Cette tenue de la réunion hors de la ville pourrait d’ailleurs suggérer qu’elle est liée aux activités rurales comme l’irrigation. On peut même penser que le lieu était choisi en raison de sa proximité avec le canal.

  • 66 C’est ce que propose Le Roux P., op. cit., p. 28. Il s’oppose en cela à la proposition de Beltrán (...)

40Si le concilium n’est pas une institution ordinaire du pagus, il semble recevable de penser que c’est une réunion obéissant aux règles du droit d’association et convoquée dans un but spécifique : statuer sur les questions d’irrigation66. À ce titre, le concilium devait réunir des personnes liées par des intérêts communs et concernées par une même activité, l’irrigation. C’est là que le texte pose problème car les membres de cette réunion sont désignés du nom de pagani, et non d’un terme qui rappellerait leur rapport avec l’irrigation ou avec le canal de l’Ebre. Le concilium serait donc une assemblée qui n’entrerait pas dans le cadre institutionnel du pagus et qui statuerait, non sur des dispositions de portée générale sur la vie et l’organisation du pagus, mais sur des matières propres à l’irrigation. Cela étant, il faut constater que l’assemblée est convoquée par des « magistri du pagus » et qu’elle réunit des « pagani ».

  • 67 Beltrán Lloris F., An irrigation decree…, p. 176.
  • 68 Nörr D., op. cit., p. 120. Voir aussi Le Roux P., op. cit., n. 50, p. 28, le citant.
  • 69 Le Roux P., op. cit., n. 50, p. 28.

41De cette présence des pagani au concilium se dégagent plusieurs hypothèses. Francisco Beltrán Lloris en a déduit que l’assemblée ne traitait pas que de l’irrigation mais d’autres sujets intéressant l’ensemble des habitants du pagus67. Dans ce cas, il est permis de se demander pourquoi ses membres devaient prendre leur décision à proportion du ius aquae de chacun, à moins que cette condition ne soit intervenue que lorsque l’assemblée délibérait sur des matières liées à l’irrigation. Pour sa part, Dieter Nörr en a tiré la conclusion que les irrigateurs n’étaient pas les seuls à participer à cette réunion statuant sur des questions d’irrigation68. Mais Patrick Le Roux avance tout d’abord l’idée que l’emploi du terme de pagani n’est pas forcément significatif d’un point de vue juridique, surtout en l’absence d’un terme signifiant « usager de l’eau » dans le texte. Et le même auteur souligne ensuite que tous les habitants du pagus étaient concernés par le fonctionnement du canal69. Au fondement de ces différentes interprétations réside un problème de définition du terme de pagani.

  • 70 Ce sont les deux critères que retient Le Roux P., op. cit., p. 38-39.

42Si l’on cherche à adopter une définition juridique, deux critères peuvent être retenus : la résidence et la propriété70. Chacun permet de proposer une définition du statut de pagani, mais les deux hypothèses ne vont pas sans susciter des difficultés.

  • 71 Il s’agit de la denuntiatio du paragraphe 2a (I. 16-19) : « Cuius eorum qui operas aliutue quid pr (...)
  • 72 Beltrán Lloris F., An irrigation decree…, p. 167-168.

43Si l’on applique à la définition des pagani le critère de la résidence, alors tout d’abord les grands propriétaires résidant en ville seraient exclus de la communauté des pagani. Cela paraît assez peu probable, d’autant que le texte fait expressément allusion à des membres de la communauté demeurant ailleurs71. Ensuite, cela signifierait que tous les résidents du pagus participeraient à la prise de décision, même des habitants qui ne seraient pas cultivateurs. Il faut en effet rappeler que les centres urbains sont assez éloignés du lieu de découverte du bronze (40 kilomètres pour Caesaraugusta et 25 pour Cascantum72) et qu’il est donc plausible que les communautés rurales concernées comportent une petite agglomération avec au moins quelques artisans sinon des commerçants. Or, ces derniers n’auraient pas d’intérêts à défendre en ce qui concerne l’irrigation. Par ailleurs, la prise en compte de ce critère implique qu’il aurait existé un contrôle de la résidence de chacun, alors que les opérations de recensement se faisaient précisément sur un autre fondement, celui de la propriété.

  • 73 Tarpin M., op. cit., p. 193 et p. 196 sur les fundi comme « unité fondamentale de la fiscalité » d (...)
  • 74 L’idée que les exploitants agricoles concernés par la lex ne résident pas tous à proximité du cana (...)
  • 75 Le Roux P., op. cit., n. 57, p. 30, suppose qu’il s’agit d’un descendant de colon d’origine légion (...)

44On peut donc chercher à appliquer à cette définition le critère de la propriété d’un fundus sur le territoire du pagus. Cela serait théoriquement plus conforme à la raison d’être du pagus, qui est sa nature censitaire73. Dans ce cas, les propriétaires vivant à la ville voisine (Caesaraugusta ou Cascantum), des notables, moyens et grands propriétaires, seraient bien comptés dans les pagani74, mais ce sont les paysans locataires de leur terre qui seraient exclus de la prise de décision. Cette exclusion pourrait se justifier tant il est vrai que les notables occupent une place privilégiée au sein de la communauté d’irrigation. C’est sans doute pour eux qu’a été prévue la denuntiatio du paragraphe 2a ; le concilium est sous la tutelle des magistri du pagus qui sont vraisemblablement aussi des propriétaires et donc des notables ; et enfin le lieu choisi pour la réunion de l’assemblée est la villa de Valerius Avianus, sans doute lui aussi un notable75.

  • 76 Tarpin M., op. cit., p. 233.
  • 77 Tarpin M., op. cit., p. 233-235.
  • 78 Pavis d’Escurac H., « Irrigation et vie paysanne dans l’Afrique du Nord antique », Ktéma, 5, 1980, (...)

45La définition des pagani comme des propriétaires serait donc la meilleure hypothèse si l’on cherchait à déterminer un véritable statut juridique. Cependant nous n’admettons aucune des deux car il est loin d’être certain que « paganus » soit bien un statut juridique76. En effet, Michel Tarpin précise que le lien entre « pagus » et « paganus » est rarement explicite. Dans les différents emplois que l’auteur relève du terme, il ne permet de préciser aucune définition juridique rigoureuse et met surtout en évidence l’opposition entre « paganus » (campagnard) et « oppidanus » (qui habite la ville)77. Il serait alors possible de considérer le terme de paganus comme sans véritable définition juridique, du moins dans notre texte. À propos de la Table de Lamasba, Henriette Pavis d’Escurac a montré qu’il fallait comprendre « coloni », non pas au sens juridique comme « fermiers dépendant du système d’exploitation agricole du colonat », mais bien au sens commun comme « cultivateurs78 ». En suivant ce raisonnement et les conclusions lexicales de Michel Tarpin, nous pensons que « paganus » peut avoir, au moins dans la lex, le sens de paysan, de celui qui habite la campagne, le pagus, ou qui exerce une activité agricole, qu’il soit grand propriétaire ou simple locataire. Dans ce cas, le terme de « pagani » dans la lex désignerait simplement les cultivateurs du pagus, propriétaires et locataires confondus, et ceux-ci avaient tous intérêt à faire valoir leur avis sur les questions d’irrigation.

46Le pouvoir politique des irrigateurs, leur pouvoir de décision s’exerce donc à l’intérieur du concilium, c’est-à-dire au sein de la communauté assemblée. Il faut maintenant chercher à déterminer sur quoi cette assemblée doit statuer, tâche que compliquent les lacunes du titre et de la deuxième colonne du texte.

  • 79 Table de Lamasba, préambule : « Valentinus, à qui (le règlement de) ce problème a été confié par d (...)
  • 80 Table de Lamasba, préambule : « il est établi de cette façon que les eaux doivent descendre ».

47L’objet même du texte mérite d’abord d’être examiné. Les documents antiques que nous pouvons rapprocher de la lex riui Hiberiensis – à savoir la Table de Lamasba et les trois inscriptions déjà évoquées en provenance d’Italie et de Dalmatie – semblent tous porter au premier chef sur la répartition de l’eau entre les membres de la communauté. Cette répartition est l’enjeu de l’accord conclu entre eux. À Lamasba, il est clair dès le préambule qu’un conflit portant sur la distribution de l’eau a été soumis à l’arbitrage d’une commission investie par la communauté de la mission de résoudre le problème : « Valentinum, quibus ea res delegata est ex decr (e) to ordinis et colonor [um Lamasbensium…]79. » Il est clair également que l’objet du document est de distribuer l’eau (« constitit ita debere aquam decurrere80 »), ce qui est confirmé par la longue liste des irrigateurs qui suit le préambule et qui précise la quantité que chacun doit recevoir. Les trois inscriptions souvent désignées elles aussi comme des « règlements d’irrigation » mentionnent également des noms de propriétaires en lien avec des horaires d’irrigation (à Rome : « C (ai) Iuli Hymeti/Aufidiano/aquae duae/ab hora secunda/ad horam sextam » ; à Tivoli : « M (arci) Sallui Domitiano aq [uam accipiet foraminib (us)] tribus primis », « accipiet aqu [am ab hora ( ?)] noctis primae ad hora [m…] » ; et à Promona en Dalmatie : « [… or] dinem utendae aquae »).

  • 81 Beltrán Lloris F., El agua…, p. 31.
  • 82 Lex Riui, § 6 (II. 24) : « il devra nettoyer et réparer ».
  • 83 Lex Riui, § 4 (II. 7-8) : « (le fumier […] le fossé d’évacuation) ».
  • 84 Le Roux P., op. cit., p. 22.

48En revanche, dans le cas du bronze d’Agón, nous ne pensons pas que le texte dans son ensemble porte sur la répartition de l’eau. Malgré ses lacunes, il ne semble pas y faire référence de façon vraiment développée et il ne comporte pas de liste d’irrigateurs. Francisco Beltrán Lloris indique que l’enjeu du document est plutôt de déterminer des « normes de fonctionnement81 ». Pour une grande partie, le bronze semble même arrêter des règles spécialement relatives à l’entretien du réseau hydraulique : la répartition de ces tâches, les sanctions à mettre en œuvre à l’égard des contrevenants. C’est manifestement le sujet de la première colonne. La deuxième colonne y fait également référence (« purgare sarcireque debebit82 » ; « stercus […] incilem83 »), alors que la troisième et dernière colonne comporte surtout des éléments de procédure. Patrick Le Roux propose d’ailleurs deux restitutions possibles pour le titre manquant : [Lex de aqua ducend-ou tuend] a, « loi sur l’adduction ou sur l’entretien de l’eau » (c’est-à-dire « l’entretien du canal84 »), et c’est donc à la seconde hypothèse que nous souscrivons.

  • 85 C’est ce que suggère Beltrán Lloris F., An irrigation decree…, p. 187 par analogie avec d’autres t (...)
  • 86 Beltrán Lloris F., An irrigation decree…, p. 186-187 souligne que ce sont les usagers du réseau hy (...)
  • 87 Une des dispositions de la lex prévoit d’ailleurs que magistrats et pagani conviennent d’une date (...)

49Il est possible que le conflit à l’origine de la rédaction de la lex portait sur un problème de répartition de l’eau85. Cela pourrait d’ailleurs être confirmé par le fait que les irrigateurs qui ont sollicité l’intervention du magistrat romain, les habitants du pagus de Caesaraugusta, sont situés en aval86. Mais dans ce cas, il faut souligner que le texte n’évoque que très sommairement cet aspect du fonctionnement de la communauté. D’ailleurs la situation des pagani de Caesaraugusta, en aval du riuus Hiberiens, pouvait les pénaliser d’une autre façon : par des problèmes d’alluvionnement dus justement à un défaut d’entretien du canal87.

50Quant à savoir si le texte permet de préciser si les irrigateurs rassemblés en concilium statuent sur la distribution et le partage de l’eau, cela reste à débattre. Le paragraphe 4 de la lex riui Hiberiensis stipule :

  • 88 Lex Riui,§ 4 (I. 47-51).

« Pagani qui in Belsinonensi aut in pago erunt cum pagi magistri denuntiauerint, ad terminum proxumae uillae Valeri Auiani hora secunda in concilio adesse debebunt, pro modo aquationis88. »

51Le début de la phrase est assez simple :

« Les pagani qui se trouveront dans le territoire de Belsino ou dans le pagus quand les magistrats l’auront notifié, devront être présents à l’assemblée à la deuxième heure à la borne de la villa toute proche, celle de Valerius Avianus. »

  • 89 Beltrán Lloris F., An irrigation decree…, p. 158.
  • 90 Le Roux P., AE, 2006, p. 284.
  • 91 Le Roux P., op. cit., n. 57, p. 30.

52En revanche l’expression « pro modo aquationis » fait l’objet de deux hypothèses de traduction opposées. Dans l’édition du texte par Francisco Beltrán Lloris en 2006, Michael Crawford a proposé la traduction « in proportion to their share of water supply89 ». Dans ce cas, il s’agirait simplement d’une nouvelle allusion à la proportionnalité nécessairement appliquée dans la participation de chaque membre de la communauté au pouvoir de décision. Dans l’édition et la traduction française qu’il a faite du texte dans l’Année épigraphique, Patrick Le Roux a cependant avancé : « Pour fixer la juste mesure de l’approvisionnement en eau90. » Il faudrait alors lire ici une allusion à l’une des compétences du concilium et des pagani (« in concilio adesse debebunt ») : déterminer la mesure de l’eau à laquelle chaque irrigateur a droit. Notons toutefois que dans un article de 2009 consacré à la lex, ce même auteur semble être revenu sur sa première suggestion et propose désormais « à proportion des besoins en eaux (de chacun)91 ».

  • 92 Lex Riui, § 4 (II. 7-8) : « fumier » et « fossé d’évacuation ».

53Si l’on adoptait la première traduction de Patrick Le Roux, cette partie du texte serait le plus sérieux argument à l’appui de l’hypothèse selon laquelle l’assemblée statue sur le partage de l’eau. Mais bien que ce soit aussi une partie très corrompue (la colonne centrale de la lex est la plus abimée des trois), on ne voit pas dans la suite se poursuivre l’allusion à la répartition de l’eau. En fait, la fin de ce paragraphe semble aussi évoquer des travaux de nettoyage : il y est question de stercus et d’incile, comme on l’a déjà vu92. Or, on peut penser que la question de la distribution de l’eau, fondamentale pour ce type de communauté, aurait fait l’objet d’un développement plus conséquent et en tout cas aurait été mentionnée de façon moins fortuite.

  • 93 C’est à quoi s’emploie Beltrán Lloris F., An irrigation decree…, en étudiant non seulement des doc (...)
  • 94 Beltrán Lloris F., An irrigation decree…, p. 167, citant Glick Th., « Las técnicas hidraulicas ant (...)
  • 95 Dig. 8.3.17 : « Imperatores Antoninus et Verus Augusti rescripserunt aquam de flumine publico pro (...)
  • 96 Pavis d’Escurac H., op. cit., p. 185-186. Voir aussi Trousset P., op. cit., p. 177 pour les différ (...)

54On le voit, le texte seul ne permet pas d’apporter de réponse décisive à la question de savoir comment est décidée la répartition de l’eau. Il est néanmoins possible de comparer la situation d’Agón avec celle d’autres communautés d’irrigation93. Il faut avant tout noter qu’une constante de ces types d’organisations est de proportionner la distribution de l’eau à la superficie des terres possédées (ou louées) par les irrigateurs94. Aucun élément dans le texte du bronze d’Agón ne s’oppose à l’application de ce principe dans la communauté du canal de l’Ebre. Il est donc fort probable que la répartition de l’eau était elle aussi calculée de cette manière, mais Henriette Pavis d’Escurac a suggéré qu’un autre élément pouvait être pris en compte. Invoquant un rescrit des empereurs Marc-Aurèle et Verus95, elle se fonde sur des exemples modernes pour préciser que la nature des cultures pratiquées est tout aussi déterminante dans le partage de l’eau96. Comme dans un grand nombre de communautés d’irrigation, superficie à irriguer et types de cultures pratiquées sont deux éléments qui étaient probablement utilisés dans la répartition de l’eau entre les irrigateurs d’Agón.

  • 97 Trousset P., op. cit., p. 167 et 188 : dans l’oasis de Ghadamès en Libye, cette responsabilité est (...)

55Enfin, pour savoir qui décidait de cette répartition, là aussi nous sommes livrés aux spéculations en l’absence d’éléments indiscutables dans le texte. Il est très probable que la communauté réunie statuait sur ce point de la même façon qu’elle statuait sur la date de fermeture du canal pour son entretien. Mais les responsables politiques, en l’occurrence les magistrats du pagus, pouvaient également intervenir dans la prise de décision. Cette charge, confiée à des responsables de la communauté, est bien attestée dans le fonctionnement des oasis sahariennes97.

56Ce lien, mis en évidence à Agón, entre partage de l’eau et exercice d’un pouvoir de décision au sein de la communauté est-il perceptible dans d’autres systèmes d’irrigation ?

  • 98 Table de Lamasba, préambule : « par décret de l’ordo et des colons ».

57Le préambule de la Table de Lamasba rappelle que les arbitres désignés pour régler le conflit au sein de la communauté ont été choisis « ex decr (e) to ordinis et colonor [um…]98 ». Cette mention révèle deux aspects de la gestion du réseau hydraulique. Tout d’abord il faut remarquer que les irrigateurs (qui sont ici désignés sous le terme de coloni) disposent bien d’un pouvoir de décision (ex decreto). Ensuite, il est manifeste que les irrigateurs sont associés aux instances de gouvernement de la cité (ordinis). Cette association paraît raisonnable dans la mesure où le but du texte de Lamasba est de dénouer une situation de conflit, sans doute au sein des irrigateurs. Le résultat a été de mettre en place un système de répartition de l’eau qui apparaît alors consensuel : la cité et les irrigateurs se sont mis d’accord en faveur d’un consensus. Le pouvoir de décision des irrigateurs est-il cependant pondéré par l’accès qu’ils ont à l’eau, par leur « ius aquae » ? Le texte ne permet pas de l’affirmer. Ce que l’on peut soutenir en revanche c’est que la liste des irrigateurs montre une grande disparité entre les quantités d’eau attribuées à chacun. Même si le calcul prend en compte la nature des cultures de chaque parcelle, il est clair que cette disparité révèle une inégalité entre les propriétaires résultant de la superficie de leurs terres. Il est très probable qu’à cette situation de disparité entre grands et petits propriétaires fasse écho une disproportion dans l’influence que chacun peut revendiquer dans les négociations concernant la mise en place des tours d’irrigation. Cela revient à reconnaître une pondération du pouvoir de décision des cultivateurs par leur place au sein du système d’irrigation.

  • 99 Ligne 4 et ligne 9.

58Enfin l’inscription de Promona, bien que très lacunaire, évoque à la fois des « pagani » et la tenue d’un « concilium99 ». Bien qu’on doive se contenter de ce peu d’information, il est tentant de rapprocher ces mentions de la lex riui Hiberiensis pour y voir la tenue d’une assemblée où se réunissent les irrigateurs (appelés pagani) dans le but de statuer sur le fonctionnement du réseau hydraulique.

CONCLUSION

59En fonction des témoignages disponibles, nous pouvons nous faire une image plus ou moins précise du fonctionnement des communautés d’irrigation en Occident romain. Une de leurs caractéristiques est de lier le pouvoir de décision au partage de l’eau. À Agón, ce pouvoir s’exerçait au sein d’une assemblée qui réunissait probablement tous les agriculteurs ayant un intérêt à faire valoir au sein du réseau d’irrigation et désignés par le terme de pagani.

60Certes le partage de l’eau est déterminé en partie par la surface exploitée et donc par la propriété foncière. On pourrait alors comprendre qu’au fond les grands propriétaires demeurent les bénéficiaires de ce lien entre pouvoir de décision et répartition de l’eau et les communautés d’irrigation perdraient cette spécificité que nous voulons y voir. Si les propriétaires, les notables, jouissaient sans nul doute d’une influence considérable comme dans toutes les communautés des provinces romaines, cette restitution est tempérée par deux éléments. Le premier est la prise en compte très probable du type de culture pratiquée pour calculer la répartition de l’eau. La propriété du sol n’est donc pas le seul critère : un équilibre dans le partage de l’eau est également recherché. Le second élément est que le témoignage le plus significatif, la lex Riui Hiberiensis, évoque bien une assemblée se prononçant « à proportion du ius aquae de chacun », et non à proportion du domaine possédé, ce qui souligne bien la particularité de la communauté en matière de partage du pouvoir de décision.

Notes

1 Le préambule comporte une dédicace à l’empereur Elagabal, ce qui permet de dater le texte entre 218 et 222. Mais aucune autorité extérieure à la cité ne semble être intervenue et c’est un décret de l’ordo et des coloni qui donne sa valeur juridique au texte. Cela montre que la communauté d’irrigation, située sur le territoire de Lamasba, dépend manifestement de cette cité.

2 CIL 8, 4440 = CIL 8, 18587. De Pachtère F., « Le règlement d’irrigation de Lamasba », MEFR, 28, 1908, p. 373-400 et Shaw B. D., « Lamasba : an ancient irrigation community », Antiquités africaines, 18, 1982, p. 61-103, sont les deux études les plus complètes du point de vue social et politique, celui qui nous intéresse. Pour une bibliographie exhaustive sur le document, voir Debidour M., « Le problème de l’eau dans une cité de Numidie : l’inscription hydraulique de “Lamasba” », in Groslambert A. (éd.), Urbanisme et urbanisation en Numidie militaire : actes du colloque des 7 et 8 mars 2008, De Boccard diff., Paris, 2009, p. 178-180.

3 Ce document datant du règne d’Hadrien (117-138) a été découvert en 1993 à 50 kilomètres à l’ouest de Saragosse, sur la rive droite de l’Ebre. La découverte de l’inscription figure dans l’Année épigraphique de 1993 (notice 1043). La publication du texte, accompagnée de la traduction anglaise de Michael Crawford et d’une étude complète, date de 2006 (Beltran Lloris F., « An irrigation decree from roman Spain : the Lex Riui Hiberiensis », JRS, XCVI, 2006, p. 147-197). Patrick Le Roux en a proposé une traduction française (AE, 2006, 676). Pour un recensement critique des études parues depuis sur le sujet depuis, voir Beltran Lloris F., « El agua y las relaciones intercomunitarias en la Tarraconense », in Lagostena Barrios L., Cañizar Palacios J., Pons Pujol L. (éd.), Aqvam Perdvcendam Cvravit : captacion, uso y administracion del agua en las ciudades de la Betica y el Occidente romano, université de Cadix, Cadix, 2010, p. 33-34.

4 Leveau Ph., « Mentalité économique et grands travaux hydrauliques : le drainage du lac de Fucin aux origines d’un modèle », AESC, 48, 1, 1993, p. 14.

5 Nörr D., « Prozessuales (und mehr) in der lex rivi Hiberiensis », Zeitschrift der Savigny-Stiftung für Rechtsgeschichte, 125, 2008, p. 108-187.

6 Le Roux P., « Le pagus dans la péninsule Ibérique », Chiron, 39, 2009, p. 19-44.

7 Mentxaka R., « Lex rivi hiberiensis, derecho de asociación y gobernador provincial », RIDROM (en ligne www. ridrom. uclm. es), 2009, p. 1-46.

8 Trousset P., « Les oasis présahariens dans l’Antiquité : partage de l’eau et division du temps », Antiquités africaines, 22, 1986, p. 163-193, propose une synthèse sur ce sujet pour l’Afrique du Nord, à partir d’exemples tirés des textes antiques et d’études ethnographiques dans les oasis sahariennes. Il faut toutefois utiliser ces références avec prudence en raison de la très importante influence qu’exerce le contexte hydrographique sur les conditions du partage de l’eau. L’abondance ou la rareté de l’eau, la régularité ou au contraire la discontinuité de l’écoulement, conditionnent de façon évidente les choix opérés par les communautés pour se partager l’eau. Les comparaisons entre les différents systèmes doivent donc tenir compte de ces variations du contexte environnemental. En l’occurrence, les exemples ethnographiques étudiés par Pol Trousset proviennent d’oasis sahariennes où la pérennité de sources abondantes liée à de fortes chaleurs tout au long de l’année crée une situation particulière et difficilement comparable à aucune autre.

9 Gauckler P. (éd.), Enquête sur les installations hydrauliques romaines en Tunisie, Impr. Louis Nicolas, Tunis, 1897-1912, cité par Trousset P., op. cit., p. 173-174.

10 Trousset P., op. cit., p. 179-180.

11 Neratius au livre 4 des Règles, Dig. 8. 3. 2 § 1 : « On peut céder à plusieurs le droit de faire conduire ou de puiser l’eau au même endroit, et même établir cette servitude de manière que ceux qui l’acquièrent ne puissent en jouir qu’à certains jours, ou à certaines heures différentes » (texte latin de l’édition de Mommsen Th. et al., Corpus Iuris Civilis. 1, Institutiones-Digesta, Weidmann, Berlin, 1886 ; traduction française tirée de Hulot H. [éd.], Corps de droit civil romain, Scientia Verlag [reproduction moderne de l’édition de 1803], Aalen, 1979).

12 « à partir de la deuxième heure » (CIL 3, 14969 ² = ILJug 3, 2959).

13 « de la deuxième à la sixième heure » (CIL 6, 1261, p. 3130, 4365 = AE 2002, 180).

14 « l’eau, de la première heure de la nuit jusqu’à la ( ?) heure » (CIL 14, 3676 = InscrIt 04-01, 239 = AE 2002, 180).

15 « l’ordre (déterminé entre les irrigateurs) d’utilisation de l’eau » (CIL 3, 14969 ²).

16 Établissement du texte et restitution dans Shaw B. D., op. cit., p. 68 : « Il est établi de cette façon que les eaux doivent descendre lorsque la source [d’eau “descendante” descend, comme l’indique le plan ci-dessous] (cette eau) qui n’est pas distribuée pendant ce temps, parce que les circonstances [défavorables l’auront empêché…] ».

17 « Mattius Fortis, 308 kapita, depuis la première heure du jour, le 7e jour des calendes d’octobre, jusqu’à la 5e heure et demie le même jour. Pour sa parcelle, un total de quatre heures et demie » (première entrée de la liste des irrigateurs de Lamasba).

18 Pour les différentes interprétations possibles de cette unité de mesure, voir la synthèse de Debidour M., op. cit., p. 165-167.

19 Shaw B. D., op. cit., p. 63.

20 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, XVIII : « Le sol, qui y est arrosé, jouit d’une fertilité merveilleuse dans un espace d’environ 3 000 pas en tous sens. Une source y coule, abondante, il est vrai, mais dont les eaux se distribuent aux habitants pendant un nombre, fixé d’heures ».

21 Trousset P., op. cit., p. 185, citant Lanfry J. et Laperrousaz A., « Chronique de Ghadamès. L’eau et l’irrigation », IBLA, 1946, 36, p. 343-369.

22 CIL 14, 3676.

23 « A Marcus Salluus Domitianus, [attribution] de l’eau par les trois premières [ouvertures], chacune d’une longueur de [ ? doigts, hautes] chacune de quinze doigts ».

24 « Il reçoit l’ea [u depuis] les premières heures de la nuit jusqu’à [ ?] heures ».

25 De aquae ductu urbis Romae, XCIX : « Modulos etiam, de quibus dictum est, constituit » ; « Il détermina aussi les tuyaux étalons dont il a été question ». Texte et traduction : Frontin, De aquae ductu urbis Romae, édité par Pierre Grimal, Les Belles Lettres, Paris, 2003 (retirage de l’édition de 1944).

26 De aq., CVI : « Que pas un de ceux auxquels a été concédée de l’eau publique n’ait le droit, sur une longueur de 50 pieds à partir du château d’eau d’où il dérive l’eau, de fixer un tuyau plus large que [une quinaria] ».

27 De aq., CXII : « J’ai trouvé, placées dans la plupart des châteaux d’eau, des prises plus grosses que ne le comportait la concession, et la plupart n’étaient pas même poinçonnées. […] Dans certains cas, bien que des prises de dimensions régulières aient été poinçonnées, on avait juste aussitôt après des tuyaux de section plus grande, ce qui faisait que l’eau, n’étant plus maintenue sur la distance réglementaire, mais passant par un goulot étroit mais court, remplissait aisément le tuyau plus large qui venait tout de suite après ».

28 Bruun Chr., The water supply of Ancient Rome : a study of Roman imperial administration, The Finnish Society of Sciences and Letters, Helsinki, 1991, p. 55.

29 De aq., IX : « C’est cette eau que toutes les maisons de campagne de cette région reçoivent à tour de rôle, distribuée à jours fixes selon des quantités fixes ».

30 Beltrán lloris F., op. cit., p. 167.

31 Gaffiot F., Dictionnaire latin-français, Hachette, Paris, 1934 ; Valpy V. E. I., Etymological dictionary of the latin language, Baldwin, Londres, 1828.

32 Beltrán Lloris F., An irrigation decree…, p. 157.

33 AE, 2006, 676.

34 Lex Riui, § 1a (I. 2-3) (nous adoptons dans cet article le découpage du texte proposé par Beltrán Lloris F., An irrigation decree ; le texte latin est celui établi par Francisco Beltrán Lloris et Michael Crawford, la traduction française est celle de Patrick Le Roux, AE, 2006, 676). Sur les moles, voir Beltrán Lloris F., An irrigation decree…, p. 169-170.

35 Lex Riui, § 2b (I. 21-24) : « Pour le curage ou la réparation du tronçon (dit) Capitonianus du canal de l’Ebre, depuis le secteur en amont jusqu’à la digue terminale ».

36 Lex Riui, § 3a (I. 29-31) : « à partir de la digue d’où il fait dériver l’eau, chacun (devra) nettoyer (le cours) jusqu’à la digue suivante ».

37 Lex Riui,§ 2b (I. 22).

38 Lex Riui, § 3b (I. 34-38) : « De même, si quelqu’un a disposé une conduite d’eau ou un pont, il le considérera comme une digue et cette (personne) devra surveiller et nettoyer cet emplacement dans la mesure où le canal aura été empêché par cette installation de faire circuler l’eau en quantité normale ». Michael Crawford traduit « observabitur » par « look after » et Patrick Le Roux par « considérer ».

39 Beltrán Lloris F., An irrigation decree…, p. 167-169 : hypothèse fondée sur le texte et sur des analogies avec les canaux d’irrigation modernes.

40 Beltrán Lloris F., An irrigation decree…, p. 169.

41 Lex Riui, § 12a (III. 15-18) : « [Si ( ?) aquatio ( ?)–] naria erit et alius utitur utiue [poterit ( ?), –] it auerteritue siue quid fecerit [quo ( ?) minus ( ?)–] e uti possit, ei cuius aqua fuerit, (denarios ?) [– tum ( ?) quotien ( ?)] s intererit praestare debeat » ; « [Si une provision d’eau ? –] aire a lieu et si quelqu’un d’autre l’utilise ou a [–] l’utiliser, [–] ou l’a dérivée ? ou s’il fait quelque chose [–] puisse l’utiliser, qu’à celui qui a l’usage de l’eau [autant de fois ?] que l’eau a disparu, il doive payer [–] deniers ».

42 Michael Crawford traduit simplement par : « the person whose water it is » (Beltrán Lloris F., An irrigation decree…, p. 159).

43 Trousset P., op. cit., p. 179-180.

44 Lex Riui, § 1 (I. 6-8) : « conformément à l’avis de la majorité des pagani, pourvu que l’avis prononcé soit en proportion du droit à l’eau que possède chacun ».

45 De aq., XCIV et XCV : « Droit de conduire, entretenir, vendre, donner l’eau ».

46 Dig. 8.3.1 § 1 : « Droit de puiser l’eau ».

47 Frontin, op. cit. La date de publication de l’ouvrage n’est pas assurée mais Bruun Chr., op. cit., p. 10, propose 100 apr. J.-C.

48 De aq., XCV : « [Le magistrat] auquel appartenait le droit de concéder ou de vendre l’eau ».

49 Ulp. Dig. 8.3.1 : « Aquae ductus est ius aquam ducendi per fundum alienum » ; « Le droit d’aqueduc est le droit de conduire l’eau à travers le fonds d’autrui ».

50 Ulp. Dig. 8.3.1 § 1 : « On doit rapporter aux servitudes dues aux terres le droit de puiser de l’eau, celui d’abreuver ou faire paître son bétail ».

51 Pomponius stipule ainsi : « Refectionis gratia accedendi ad ea loca, quae non serviant, facultas tributa est his, quibus servitus debetur, qua tamen accedere eis sit necesse […] Et ideo nec secundum riuum nec supra eum (si forte sub terra aqua ducatur) locum religiosum dominus soli facere potest, ne servitus intereat » ; « Celui à qui est due une servitude sur le fonds d’autrui peut y aller pour faire les réparations nécessaires à la conservation de sa servitude […]. Conséquemment le propriétaire ne peut pas rendre religieux l’endroit où l’eau coule pour l’avantage du fonds voisin, ni la terre qui est sur le conduit, si l’eau coule sous terre, parce qu’il ne doit point préjudicier à la servitude » (Dig. 8.4.11).

52 Dig. 8.6.16 : « Aquam, quae oriebatur in fundo vicini, plures per eundem riuum iure ducere soliti sunt, ita ut suo quisque die a capite duceret, primo per eundem riuum eumque communem, deinde ut quisque inferior erat, suo quisque proprio riuo » ; « Plusieurs propriétaires étaient dans l’usage de conduire dans leurs fonds de l’eau dont la source se trouvait dans un fonds voisin, de manière que chacun avait son jour pour prendre de l’eau à la source, et la faisait passer d’abord par le même canal qui était commun, et ensuite chacun par un canal différent et qui était à lui seul ».

53 Dig. 8.6.16 : « Item si quis eorum, quibus aquae ductus servitus debebatur et per eundem riuum aquam ducebant, ius aquae ducendae non ducendo eam amisit, nihil iuris eo nomine ceteris, qui riuo utebantur, adcrevit idque commodum eius est, per cuius fundum id iter aquae, quod non utendo pro parte unius amissum est : libertate enim huius partis servitutis fruitur » ; « Si un de ceux qui avaient droit de conduire l’eau du fonds d’autrui par un canal commun, vient à perdre sa servitude par le non-usage, il n’en accroît rien aux autres avec qui le canal était commun. L’avantage qui en résulte tourne au profit du maître du fonds sur lequel est le canal, qui jouit de cette partie de la servitude que l’autre a perdue par le non-usage ».

54 Lex Riui, § 2b (I. 21-26) : « Pour le curage et la réparation du tronçon dit Capitonianus du canal de l’Ebre […] tous les pagani doivent y procéder, chacun pour la part qui lui revient ».

55 Lex Riui, § 3a (I. 27-29) : « Les canaux dont ils ont l’usage en commun, qu’ils les curent et les réparent de façon que chacun exécute les travaux, dans la limite d’accès à l’eau, qui lui incombent ».

56 Lex Riui, § 2b (I. 21).

57 Lex Riui, § 1a (I. 7-8) : « conformément à l’avis de la majorité des pagani, pourvu que l’avis prononcé soit en proportion du droit à l’eau que possède chacun ».

58 Beltrán Lloris F., An irrigation decree…, p. 173, consacre un paragraphe à la description de ces tâches.

59 . Lex Riui, § 3c (I. 40-42) : « que les magistri […] réunissent le pagus en concilium et que, sur avis de la majorité des pagani ».

60 Lex Riui, § 4 (I. 47-51) : « Les pagani […] devront être présents à la réunion du concilium à la deuxième heure à la borne de la villa la plus proche, (propriété) de Valerius Avianus, pour fixer la (juste) mesure de l’approvisionnement en eau (ou à proportion de leur part d’irrigation), et que personne ne quitte le concilium avant que […] ».

61 Voir infra le débat sur la traduction de cette expression.

62 Le Roux P., op. cit., p. 28. L’auteur s’appuie pour l’affirmer sur l’absence du terme « concilium » dans les indices de Tarpin M., Vici et pagi dans l’Occident romain, École francaise de Rome, Rome, 2002.

63 Lex Riui, § 9 (II. 54 - III.2) : « [… mag(istris) pagi] publicanoue eorum in paganico, sub praecone uendere liceto » ; « qu’il soit permis [aux magistri du pagus] ou au publicain de (les) vendre aux enchères, au paganicum […]

64 Le Roux P., op. cit., p. 29. Il est à noter que ce terme, comme substantif, n’apparaît pas non plus dans les indices de Tarpin M., op. cit.

65 Lex Riui, § 4 (I. 47-50) : « Pagani […] ad terminum proxumae uillae Valeri Auiani hora secunda in concilio adesse debebunt » ; « Les pagani […] devront être présents à la réunion du concilium à la deuxième heure à la borne de la villa la plus proche, (propriété) de Valerius Avianus ».

66 C’est ce que propose Le Roux P., op. cit., p. 28. Il s’oppose en cela à la proposition de Beltrán Lloris F., An irrigation decree…, p. 176 (voir infra).

67 Beltrán Lloris F., An irrigation decree…, p. 176.

68 Nörr D., op. cit., p. 120. Voir aussi Le Roux P., op. cit., n. 50, p. 28, le citant.

69 Le Roux P., op. cit., n. 50, p. 28.

70 Ce sont les deux critères que retient Le Roux P., op. cit., p. 38-39.

71 Il s’agit de la denuntiatio du paragraphe 2a (I. 16-19) : « Cuius eorum qui operas aliutue quid praestare debebit magistri pagi curatoresu praesentiam habere non potueri[n]t, domo familiaeue eius denuntie[n]t » ; « celui d’entre eux, dont les magistri du pagus ou les curateurs n’auront pas pu obtenir qu’il soit présent, qui devra fournir des travaux ou quelque autre service que ce soit, qu’ils le portent à sa connaissance chez lui ou auprès de sa familia ».

72 Beltrán Lloris F., An irrigation decree…, p. 167-168.

73 Tarpin M., op. cit., p. 193 et p. 196 sur les fundi comme « unité fondamentale de la fiscalité » dans les cités.

74 L’idée que les exploitants agricoles concernés par la lex ne résident pas tous à proximité du canal peut également être illustrée par la disposition prévue au paragraphe 2a (I. 16-19) : « Cuius eorum qui operas aliutue quid praestare debebit magistri pagi curatoresue praesentiam habere non potueri[n]t, domo familiaeue eius denuntie[n]t » ; « Celui d’entre eux, dont les magistri du pagus ou les curateurs n’auront pas pu obtenir qu’il soit présent, qui devra fournir des travaux ou quelque autre service que ce soit, qu’ils le portent à sa connaissance chez lui (domo) ou auprès de sa familia ». Cette absence d’un propriétaire sur son domaine a été interprétée comme celle du notable local laissant la gestion de son domaine à sa familia servile tandis que lui réside en ville (voir Beltrán Lloris F., An irrigation decree…, p. 171-172).

75 Le Roux P., op. cit., n. 57, p. 30, suppose qu’il s’agit d’un descendant de colon d’origine légionnaire.

76 Tarpin M., op. cit., p. 233.

77 Tarpin M., op. cit., p. 233-235.

78 Pavis d’Escurac H., « Irrigation et vie paysanne dans l’Afrique du Nord antique », Ktéma, 5, 1980, p. 183.

79 Table de Lamasba, préambule : « Valentinus, à qui (le règlement de) ce problème a été confié par décret de l’ordo et des colons [de Lamasba…] ».

80 Table de Lamasba, préambule : « il est établi de cette façon que les eaux doivent descendre ».

81 Beltrán Lloris F., El agua…, p. 31.

82 Lex Riui, § 6 (II. 24) : « il devra nettoyer et réparer ».

83 Lex Riui, § 4 (II. 7-8) : « (le fumier […] le fossé d’évacuation) ».

84 Le Roux P., op. cit., p. 22.

85 C’est ce que suggère Beltrán Lloris F., An irrigation decree…, p. 187 par analogie avec d’autres textes liés à l’irrigation, notamment la Table de Lamasba, et à sa suite Le Roux P., op. cit., p. 21.

86 Beltrán Lloris F., An irrigation decree…, p. 186-187 souligne que ce sont les usagers du réseau hydraulique qui courent le plus de risque d’être privés d’eau en raison de l’utilisation abusive par les irrigateurs de l’amont.

87 Une des dispositions de la lex prévoit d’ailleurs que magistrats et pagani conviennent d’une date (en juillet, période d’étiage) pour interrompre l’alimentation du canal et le nettoyer (§ 3c).

88 Lex Riui,§ 4 (I. 47-51).

89 Beltrán Lloris F., An irrigation decree…, p. 158.

90 Le Roux P., AE, 2006, p. 284.

91 Le Roux P., op. cit., n. 57, p. 30.

92 Lex Riui, § 4 (II. 7-8) : « fumier » et « fossé d’évacuation ».

93 C’est à quoi s’emploie Beltrán Lloris F., An irrigation decree…, en étudiant non seulement des documents antiques comme la Table de Lamasba, quelques inscriptions autour de Rome (celles que nous avons mentionnées) ou des mentions éparses dans le Digeste, mais aussi le fonctionnement de réseaux d’irrigation d’époque moderne comme celui du canal Impérial d’Aragon ou celui du canal de Lodosa.

94 Beltrán Lloris F., An irrigation decree…, p. 167, citant Glick Th., « Las técnicas hidraulicas antes y después de la conquista », in En torno al 750 aniversario : antecedentes y consecuencias de la conquista de Valencia, Generalitat Valenciana, Valencia, 1989, p. 53-71. Voir également Shaw B. D., op. cit., p. 83.

95 Dig. 8.3.17 : « Imperatores Antoninus et Verus Augusti rescripserunt aquam de flumine publico pro modo possessionum ad irrigandos agros dividi oportere, nisi proprio iure quis plus sibi datum ostenderit. » ; « Les empereurs Antonin et Verus ont déclaré dans un rescrit que l’eau d’une source publique, devait être partagée entre ceux qui ont des possessions voisines à proportion de leur domaine ; à moins qu’un propriétaire ne prouve qu’il a le droit d’en tirer davantage. » Si le rescrit ne précise pas à quelles conditions s’applique ce droit, selon Henriette Pavis d’Escurac le texte vise très probablement à « proportionner l’eau distribuée aux exigences des végétaux concernés » (Pavis D’escuraC H., op. cit., p. 185).

96 Pavis d’Escurac H., op. cit., p. 185-186. Voir aussi Trousset P., op. cit., p. 177 pour les différences entre Brent Shaw et Henriette Pavis d’Escurac sur le calcul de la distribution de l’eau à Lamasba.

97 Trousset P., op. cit., p. 167 et 188 : dans l’oasis de Ghadamès en Libye, cette responsabilité est confiée aux naïb.

98 Table de Lamasba, préambule : « par décret de l’ordo et des colons ».

99 Ligne 4 et ligne 9.

Auteur

Membre du CRHIA, ATER à l’université de Nantes

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search