Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hommes, cultures et paysages de l'Antiquité à la période moderne

 | 
Isabelle Pimouguet-Pédarros
, 
Monique Clavel-Levêque
, 
Fatima Ouachour

Première partie. L'Afrique du Nord antique

Remarques sur la topographie rurale et urbaine du pagus et de la ciuitas de Thugga (Dougga, Tunisie)

Samir Aounallah et Louis Maurin

Résumé

Si, à l’époque romaine, la géographie des pagi de la pertica de Carthage a récemment progressé, l’exemple le plus complet de ces pagi reste celui de Thugga (Dougga). Bénéficiant de l’immunité, la superficie du pagus est restée immuable depuis sa fondation jusqu’à la création du municipe en 205. Si l’on peut avec une certaine vraisemblance tracer les limites du territoire de Dougga, il n’est pas possible de déterminer les portions qui en revinrent respectivement au pagus et à la civitas. En revanche, les inscriptions permettent de fixer le domaine public qui fut attribué, dans l’agglomération urbaine, à chacune des deux communautés, et de constater, sous le règne de Commode, l’échange de bons procédés qui conduisit rapidement à leur fusion. L’étude cherche de même à répartir entre le pagus et la civitas les nécropoles urbaines.

In the pertica of roman Carthage the geography of the pagi has made recent progresses; however the most complete example remains the pagus of Thugga (Dougga). Benefiting from immunity, the pagus area remained unchangeable since its foundation until the creation of the municipium in 205. If on one hand, we can with some likelihood draw the Dougga territory limits, it is not possible on the other hand to determine the respective parcels which went to the pagus and the civitas. However, the inscriptions make possible to determine the public domain that has been attributed within the urban area to each of both communities, and to notice that, under the reign of Commode, the exchange of good practices quickly led to their merge. In a similar way, the study tries also to split the urban necropolis between the pagus and the civitas.

Texte intégral

Introduction. La pertica de Carthage

  • 1 Aounallah S. et Maurin L., « Pagus et ciuitas Siuiritani… », ZPE 167, 2008, et Aounallah S., Pagus (...)
  • 2 Aounallah S. et Maurin L., op. cit., en part. p. 239-243. Auparavant, on croyait généralement que (...)
  • 3 Sur la pertica des Siccenses, voir Aounallah S., Pagus, castellum et civitas, p. 82-91.
  • 4 Voir Aounallah S. et Maurin L., op. cit., fig. 4, p. 247.
  • 5 Thuburbo Minus est une colonie de la VIIIe légion, voir ILAfr 414 ; sur Uthina, colonie de la XIII(...)
  • 6 Liste des communautés de la Numidie et de la Zeugitane, dans Pline, N. H. 5.22-24, voir Desanges J (...)

1Nos connaissances sur la pertica de la colonie julienne de Carthage, plus particulièrement sur les communautés qui lui ont été rattachées administrativement, soit au lendemain de sa constitution en colonie en 44 av. J.-C., soit plus probablement au lendemain du renforcement de cette colonie en 29 av. J.-C., se sont sensiblement enrichies à date récente1. Les résultats nouvellement acquis montrent que cette pertica s’étendait au nord de la Mejerda, l’antique Bagrada, très probablement jusqu’à la Méditerranée2. À l’ouest, elle s’arrête là où commence la pertica des Siccenses, en suivant, selon toute vraisemblance, le cours de l’oued Tessa3. Au sud et au sud-est, on hésite entre le parcours de l’oued Milliane et le tracé de la frontière entre la future Zeugitane et la future Byzacène4. Dès le départ, et donc dès sa constitution, le territoire placé sous la domination directe de Carthage devait être assez compact et, à l’exception des colonies militaires de Thuburbo Minus et d’Uthina5, les rares communautés libres qui existaient à ce moment dans l’Africa, c’est-à-dire les colonies juliennes, les municipes juliens et les cités pérégrines libres, étaient pour la plupart localisées sur la côte ou près de celle-ci6.

LES PRINCIPES : LA TERRE ET LES HOMMES

Le pagus, fraction de la pertica de Carthage : l’exemple de Thugga

  • 7 Sur le peuplement de ces pagi, voir Aounallah S., Pagus, castellum et civitas, p. 119-123.
  • 8 ILAlg. II, 6515, gravée à la fin du principat d’Hadrien : Ex auct (oritate) P. Cassi Secundi, leg. (...)

2Parmi les communautés « romaines » attribuées à la colonie de Carthage, on compte essentiellement des pagi7. Certains d’entre eux sont exclusifs, ainsi Uchi Maius : les pagani y sont les seuls membres de l’agglomération qui les réunit et les seuls détenteurs du territoire qui en dépend ; d’autres ont été installés dans un oppidum où se trouvait déjà une communauté pérégrine : il a fallu partager le territoire – y compris l’agglomération –, en amputant celui de la communauté pérégrine au profit du pagus. Le meilleur exemple de cette juxtaposition de deux communes juridiquement opposées – ce que l’on a communément appelé des « communes doubles »– reste celui du pagus et de la ciuitas de Thugga, car il est le mieux documenté par les inscriptions qui sont en l’occurrence notre seule source. À Dougga, il y eut sans doute un partage des terres semblable à celui qui est évoqué dans la colonie de Cirta pour Sigus dont les terres furent divisées entre Cirta, la colonie mère, et les Siguitani. On y trouve pour chacune des communautés, les Cirtéens et les Siguitani, des terres publiques et privées8.

  • 9 AE 1963, 94 = DFH 50 : dédicace à un anonyme qualifié de defensor immunitatis perticae Carthaginen (...)
  • 10 Beschaouch A., « Le territoire de Sicca Veneria… », CRAI, 1981, p. 109 = AE 1981, 866.
  • 11 AE 2004, 1878 ; voir Aounallah S., Pagus, castellum et civitas, Bordeaux, 2010, p. 84-85 (sous Tra (...)

3On s’attend à ce que cette séparation, qui avait une implication fiscale, ait été matérialisée sur le terrain par des bornes. Cependant, jamais à ce jour on n’a découvert de bornes permettant de préciser sur le terrain les contours de tel ou tel pagus. Ce constat doit refléter une réalité en rapport avec la personnalité juridique du pagus ; elle est suggérée par la belle inscription trouvée à Thugga évoquant, sous Trajan, un defensor de l’immunitas de la pertica Carthaginiensis9, ce qui signifie que les membres du pagus, et leurs terres aussi, relèvent de Carthage et sont donc Carthaginois. Comme à Sigus, où nous trouvons des agri Cirtenses, à Thugga et dans les autres pagi carthaginois, les terres du pagus, comme ceux qui les possédaient, sont d’abord Carthaginienses. Sur une borne qui doit donner la limite extrême vers le sud-est de la pertica de Carthage, on lit en effet C (olonia) I (ulia) K (arthago)10. Un cas semblable est fourni par la borne de l’oued Zerga qui marquait au sud la frontière entre les Siccenses et les Musulames11.

  • 12 Gascou J., « Conseruator pagi (d’après l’inscription de Thugga CIL VIII, 27374) », DEEp, p. 100-10 (...)
  • 13 ILAfr. 301 (N’Faiedh) : comme ceux du pagus Mercurialis voisin (CIL VIII, 885), les membres de ce (...)
  • 14 ILAlg. 4226.
  • 15 CIL VIII, 26274 = ILTun. 1370 = IBBA A., Le Iscrizioni. Uchi Maius 2, série éditée par M. Khanouss (...)

4À Thugga, il n’y a donc pas à proprement parler de territoire du pagus, mais une fraction de la pertica de Carthage qui constitue le pagus Thuggensis tel qu’il a été créé ici à l’origine, c’est-à-dire probablement sous le principat d’Auguste12, date que l’on déduit de plusieurs textes qui évoquent des situations semblables à celle de Dougga : une importante inscription du pagus Fortunalis13, une autre dans la localité cirtéenne de Ksar Mhijiba14 ; ce fut aussi le cas, pensons-nous, dans les deux pagi carthaginois d’Uchi Maius et d’Uchi Minus15.

Immunité des terres et liberté de la communauté du pagus

5Cette question des terres est inséparable du statut des communautés et des individus qu’elle met en cause.

Une dédicace à Commode divinisé

  • 16 ILAfr. 588 = DFH 23, p. 60-62. Mais l’invocation d’Auguste divinisé sur DFH 46 permet de remonter (...)
  • 17 Ou Mechta Zellal, CIL, 27374 + ILPB 228 (avec photo), révisée par Gascou J., op. cit., p. 100 : [D (...)
  • 18 Atlas archéologique de la Tunisie (ci-après désigné AAT), 1, carte au 1/50 000 de Téboursouk, n o (...)
  • 19 Maurin L., dans MAD, p. 37, n. 56.
  • 20 C’est, en effet, l’unique attestation d’un magister à Thugga.
  • 21 Voir Aounallah S., op. cit., p. 148-155.

6Le pagus de Thugga est attesté pour la première fois en l’année 36-3716. Il l’est pour la dernière fois par la dédicace d’une statue à Commode divinisé, donc déjà sous le règne de Septime Sévère ; Commode y est qualifié de conservateur du pagus Thuggensis17. Elle a été trouvée à Henchir Zellal18, à environ 5 kilomètres au sud-est de la ville ; les petites dimensions de la pierre (29 x 37 x 22 centimètres) n’excluent pas son déplacement19, outre le fait que la statue dont il est question ne pouvait guère prendre place que dans le centre civique de l’agglomération ; cette pierre ne saurait donc aider à identifier les agri Carthaginienses de Thugga. Son intérêt est surtout politique : la modestie du support ajoutée à la discrétion des intervenants (sacrati decuriones) agissant à leurs frais (ex pollicitatione sua fecerunt) et sous la responsabilité inattendue à ce moment d’un magister page20 dont les origines pérégrines se dévoilent à travers sa dénomination (Q. Morasio [H] osp [istalis] f [ilio] Cassiano), laissent penser que l’hommage pouvait provenir d’une minorité manipulée par l’ordo carthaginois qui s’opposait à la fusion entre le pagus et la ciuitas et essayait pour cela de gagner à sa cause Septime Sévère21. En conséquence, l’hommage n’aurait pu recevoir l’approbation de l’uterque ordo qui avait à sa tête les notables les plus en vue de Thugga, majoritairement partisans de la fusion entre les deux communautés. Dans ce texte, le parti du refus s’exprime certainement dans les premières années du règne de Septime Sévère, mais avant 205 qui vit la victoire du parti de l’union.

  • 22 Dans DFH 34, Pacuvius Saturus est probablement sur le point d’accéder à l’Arnensis (c’est pourquoi (...)
  • 23 Op. cit., p. 101, voir Maurin L., dans DFH 50, p. 147 ; AE 1999, 1845, avec une remarque d’A. Besc (...)
  • 24 Christol M., « Thugga, municipium liberum : l’acquisition de la liberté », Regards sur l’Afrique r (...)
  • 25 Telle que l’a exprimée Gascou J., loc. cit.

7Quel était l’enjeu ? Dougga devint sous Septime Sévère un municipium liberum22. J. Gascou, pour lequel la libertas doit se confondre avec l’immunitas, pense que l’autorité romaine, « afin d’accroître les recettes fiscales devait contester, sinon l’immunité de la colonie de Carthage, du moins l’appartenance du pagus de Thugga et sans doute d’autres pagi carthaginois de la région au territoire de Carthage23 », alors que la métropole africaine, appuyée sur place par le parti du refus, devait se cramponner au maintien de l’état augustéen. Et l’on admet souvent que la victoire finale du parti de la fusion a été accompagnée de l’octroi de l’immunité non plus aux seuls membres carthaginois du pagus, mais à l’ensemble de ceux du municipe. Au contraire, il nous semble plus vraisemblable que le prix de l’autonomie municipale a été l’alignement des terres du pagus sur celles de la cité (la ciuitas de Dougga), soumises au tributum. Le municipe a acquis la liberté, mais il a perdu l’immunitas dont bénéficiait une partie de son domaine ; Carthage s’est trouvée privée d’une partie des terres de sa pertica mais elle a reçu le ius Italicum qui confirmait l’immunité de celles qu’il lui restait. Comme l’a bien relevé M. Christol24, la liberté n’a pas de rapport direct avec l’immunité, car elle concerne les hommes, non les biens. Dougga est, en 205, un municipe liberum parce que les membres de la ciuitas comme ceux du pagus sont alors complètement émancipés par rapport à Carthage. La promotion du municipe libre coïncide ainsi pleinement avec la politique sévérienne25 et avec le désir d’autonomie que manifestaient depuis longtemps aussi bien le pagus que la civitas.

Les territoires du pagus et de la ciuitas sont immuables

8Peut-on rechercher sur le sol le territoire du pagus et celui de la cité ? D’autre part, ont-ils été immuables jusqu’à leur fusion en 205 ?

Quirina et Arnensis

  • 26 CIL, 26517 = ILPB 224 et DFH 46.
  • 27 DFH 29.
  • 28 DFH 27 et 28 : M. Gabinius Quir (ina) Bassus, père d’A. Gabinius Arn (ensi) Datus. La promotion de (...)
  • 29 Maurin L., dans DFH 50.

9À la répartition des territoires entre pagus et civitas correspondait au moment de la réorganisation augustéenne une différence de statut des personnes : lors de la fondation augustéenne, aux pérégrins membres de la civitas s’opposaient les citoyens romains membres du pagus, par définition Carthaginienses, donc inscrits dans la tribu de Carthage, l’Arnensis. Mais il est avéré que, de bonne heure, les premiers, les pérégrins, pouvaient bénéficier d’une promotion : certains notables locaux reçurent à titre individuel (uiritim) la citoyenneté romaine ; le meilleur exemple de cette intégration précoce est donné par un haut notable de la ciuitas, Iulius Venustus, en l’année 48-4926. Au IIe siècle, on constate que de nouveaux citoyens admis dans le pagus le sont dans des conditions particulières : ils sont inscrits dans la Quirina, ainsi Q. Gabinius Felix Faustinianus27. Ce n’est que par une nouvelle promotion que certains membres de leur famille entrent dans la tribu Arnensis : ainsi, sous Hadrien, le donateur des templa Concordiae est dans la Quirina, un de ses fils est ensuite promu dans l’Arnensis28. Cette promotion à deux degrés nous a paru traduire la volonté de limiter – au moins, de retarder le plus possible – l’accès à l’Arnensis, donc aux privilèges dont jouissaient les Carthaginienses29. Par conséquent, seule parvenait à l’Arnensis une élite qui manifestait avec éclat sa richesse et sa générosité par les monuments somptueux dont elle dotait la ville.

La désignation des élus

  • 30 DFH 69 (en 54, donation du marché au pagus).
  • 31 DFH 46 (en 48-49, Iulius Venustus).
  • 32 Cette faiblesse de notre information vient de la rareté de la mention de la tribu d’appartenance c (...)

10Les nouveaux citoyens romains ont dû se multiplier au IIe siècle en raison de la latinisation des institutions de la ciuitas et des mariages mixtes entre les membres des deux communautés. Accédaient-ils tous au pagus en tant qu’entité politique, par le biais de l’inscription dans la Quirina ? Certainement pas, et pour deux raisons : le nombre de pérégrins diminuant constamment, la ciuitas eut été réduite à une peau de chagrin au moment de la constitution du municipe – et à la veille de la constitutio Antoniniana –, alors qu’au contraire, jusqu’à la fusion de 205, elle manifeste constamment sa vitalité. D’autre part, nous voyons bien que, dès les environs de 50 apr. J.-C., la Quirina est la tribu d’inscription de certains pagani30, alors que des citoyens – on vient de l’évoquer pour Iulius Venustus – sont cantonnés dans la ciuitas 31; pour autant, nous ignorons encore comment était opéré le tri, et quelle pouvait être la tribu d’affectation des nouveaux citoyens qui n’étaient pas admis dans le pagus et dont la masse demeurait dans l’ombre de la ciuitas32.

  • 33 Nous faisons appel ici à ILAfr. 301 (Sutunurca-N’Faiedh), évoquée supra.
  • 34 Cette masse reste anonyme, car seuls ont eu un destin éclatant – traduit par les inscriptions – le (...)

11Quoi qu’il en soit, le corps des pagani témoigne de son dynamisme au cours du temps, surtout – notre information s’y prête – à partir du règne d’Hadrien ; on présume que les nouveaux promus, membres de la Quirina, étaient devenus majoritaires dans l’ordo du pagus tandis que s’amenuisait le nombre des membres des vieilles familles qui pouvaient se targuer de descendre des colons augustéens33; à preuve l’interprétation que l’on peut faire de l’hommage à Commode divinisé. Les nouveaux citoyens admis34 dans le pagus en quelque sorte pour la forme, avec inscription dans la Quirina, doivent expliquer le dynamisme des pagani qui sont devenus sans doute sous Commode majoritaires dans l’ordo. Ils sont restés cependant solidaires des membres de la ciuitas d’où ils étaient issus, et leur volonté est manifeste de voir Thugga accéder au statut de municipe : il permettrait de rompre avec l’héritage augustéen ressenti comme humiliant pour nombre d’entre eux qui, ne parvenant pas à l’inscription dans l’Arnensis, n’y gagnaient rien en définitive sur le plan matériel, et il donnerait en même temps satisfaction à la politique fiscale sévérienne. On voit à nouveau à quel combat d’arrière-garde se livraient les conservateurs qui se sont exprimés dans l’inscription d’Aïn Zellal.

Les incidences sur le territoire du pagus

12Le mécanisme imaginé pour restreindre l’accès à l’Arnensis implique à notre avis jusqu’à cette date à la fois la permanence du territoire du pagus et une sorte de numerus clausus – lié par exemple au nombre des colons originels – de ceux qui étaient admis à y pénétrer. Comment cela pouvait-il se manifester sur le terrain ? L’absence de textes permet seulement de supposer une procédure comparable à celle qui réglait l’entrée au Sénat à Rome : l’accès à l’Arnensis serait, dans le cas de Dougga, lié à une fraction de la fortune foncière, immobilière, investie dans le territoire du pagus par les nouveaux inscrits. On présume alors, sans difficulté, qu’il pouvait y avoir dans le pagus des terres vacantes, cessibles par vente ou par héritage. Mais, malgré les éventuelles tentations, le territoire du pagus ne varie pas comme le prouve le maintien de l’immunitas. On est obligatoirement conduit à supposer une solution de ce genre (avec des procédures éventuellement variables). Sinon, le territoire de la civitas s’amenuisant et celui du pagus augmentant, le fisc aurait perdu sur les deux tableaux : le produit de l’impôt levé sur les terres de la civitas aurait fondu, l’étendue des terres bénéficiant de l’immunitas augmenté.

  • 35 DFH 51 : […] pagus Thuggensis caelesti beneficio eor [um] auctus iure capiendorum legatorum… : grâ (...)
  • 36 On peut se risquer à concevoir que seuls ceux qui avaient l’espoir d’obtenir cette inscription pou (...)

13Cependant, comment le territoire du pagus a-t-il été concerné par le droit qu’il obtint de recevoir des legs35 ? Ce droit aurait pu, entre autres, permettre au pagus d’augmenter son domaine : un nouvel admis parmi les Carthaginienses devait ainsi pouvoir disposer de ses terres en faveur du pagus. Si cette possibilité a existé, dans la réalité le bénéfice dut être fort mince pour le pagus, en raison de la barrière que constituait l’inscription préalable dans l’Arnensis36. En outre, ce droit fut concédé tardivement, en 168, à moins de quatre décennies du dénouement final de la coexistence des deux communautés, la constitution du municipe.

LES RÉALITÉS : LES CAMPAGNES

14À Dougga les considérations qui ont guidé le partage du sol entre le pagus et la civitas sont fondamentalement différentes pour les campagnes et pour la ville. Dans le premier cas, celui des agri ruraux, le premier facteur doit être celui de la fertilité du sol ; dans le second cas, les considérations politiques ont primé.

15Les seuls documents qui permettent d’apprécier le territoire civique de manière plus précise ne s’appliquent pas au pagus, mais à la seule ciuitas.

Le territoire de la ciuitas Thugga

Les sites frontaliers

  • 37 MAD, p. 31-39.
  • 38 Sur ces domaines impériaux, voir Maurin L., dans DFH 59 et 60, p. 159-162 et dans MAD, p. 33 : à l (...)
  • 39 Le texte de certaines bornes trouvées sur le territoire de Dougga a été interprété comme des initi (...)

16Nous avons naguère tenté d’évaluer l’étendue de la cité37. Sous l’empire, on voit d’abord les limites de la cité dans la couronne des cités limitrophes dont le tissu est très dense au nord, à l’ouest et au sud (fig. 1). On retrouvait dans certaines un pagus, ainsi à Agbia et à Uchi Maius, dont les membres étaient inscrits dans l’Arnensis. De rares inscriptions mentionnent d’autres pagi, dont on ne peut savoir si leur statut était semblable à ceux de Dougga ou d’Uchi Maius (Assali, Suttu, Thac [–]). Il y avait en outre des domaines impériaux qui ont livré des inscriptions célèbres, à Lella Drebblia et Aïn Wassel38, et de grands domaines sénatoriaux39.

1. Le territoire de Dougga : les agglomérations périphériques.
1. ● Ville (chef-lieu de cité). 2. ○ Agglomération portant le titre de pagus.
3. □ Centre d’un domaine impérial. Hr = henchir (L. Maurin).

Les bornes de la fossa Regia

  • 40 AAT, 1, Téboursouk.
  • 41 Voir CIL, 25988, 1-15, état de la question par Maurin L., MAD, p. 31-39.
  • 42 Regia est ainsi abrégé sur une inscription gravée sur un collier d’une esclave prostituée de Bulla(...)
  • 43 Ou me(n)s(oribus), voir Maurin L., MAD, p. 32-33.

17Le territoire de la ciuitas s’étendait vers l’est - sud-est jusqu’à 10 à 13 kilomètres de l’agglomération (fig. 2). Dans cette direction, sur une distance de 6 kilomètres environ au nord-est du no 215 de la carte de l’Atlas archéologique40, jusqu’au voisinage d’Hr Zaieta, furent mises au jour une quinzaine de bornes opistographes qui mentionnent expressément la civitas Thuggensis. Elles sont fichées à des intervalles irréguliers, variant de 60 à 300 mètres41 et elles jalonnent le tracé de la fossa regia. Cette section de la fossa séparait la ciuitas Thuggensis d’un domaine impérial : sur le côté des bornes tourné vers l’est, on lit Caes n. /S · F · R · G. que nous développons : Caesaris n (ostri) s (altus) f (ossae) r (e) g (iae)42 ; du côté de l’ouest, on lit tantôt civit. /Thugg. /n. (n : numéro de la borne), tantôt un texte plus développé ; le plus complet est le suivant : Ciuit (as) Thugg (a),/t (ermini) p (ositi) per Tiberino, Aug (usti)/lib (erto), praeposito me (n) s (orum)43,/n (umero) V (CIL, 25988, 2b).

2. Les principaux sites sur le territoire de Dougga.
1. ● Ville (chef-lieu de cité). 2. • Agglomération. 3. — Voie de Carthage à Théveste. 4. — Voies antiques (d’apr. Carton). Les chiffres en italique sont les numéros de l’AAT, 1 (L. Maurin).

  • 44 Mais cet argument est moins décisif puisque ce titre n’est pas systématiquement gravé sur les insc (...)
  • 45 C’est aussi le point de vue de Kajanto I., The Latin Cognomina, Helsinki, 1965, p. 175.
  • 46 Voir par exemple AE, 1942-1943, 35 : Iussu Imp (eratoris) Caes (aris) Traiani Hadriani Aug (usti).(...)
  • 47 En effet, la notion de cité, quel qu’en soit le statut, dépend étroitement de deux critères. La ci (...)
  • 48 CIL VIII, 26517 ; ILPB, 224 ; DFH 46 (photo du support, p. 138).

18De quand date ce bornage ? Différents indices incitent à une datation haute. Il est certainement antérieur à la constitution du municipium Thuggensis en 205 et, fort probablement, à la prise effective et officielle au début du principat de Commode du titre Aurelia par la ciuitas pérégrine44. On peut également tirer argument de la dénomination de l’auteur de l’opération, un affranchi impérial qui ne porte qu’un seul nom, Tiberino, au lieu des tria nomina indiquant le praenomen et le gentilice de l’empereur qui l’a affranchi. En effet, Tiberinus affiche seulement son ancien nom d’esclave, peut-être parce qu’il est forgé sur celui de son ancien maître trop connu pour être rappelé, Tibère (ou Claude)45. Du reste, il y a lieu de tirer argument du vocabulaire lui-même : termini positi, et non termini repositi46, qui doit se rapporter à une première opération de bornage contemporaine ou proche de la constitution de Dougga comme ciuitas47, probablement, rappelons-le, sous Auguste qui est clairement évoqué en 48-49, date de la première mention épigraphique de la ciuitas Thuggensis et de ses magistrats48.

L’arc des Tétraques

  • 49 AAT, 1, Téboursouk, n o 205 ; CIL VIII, 15516 = ILTun 1380 = ILPB, n o 227 (frise d’un arc, Cagnat(...)

19Entre 293 et 305, un arc a été dédié aux victoires des tétrarques par Thugga, devenue colonie en 260-26149 ; il enjambait la grande route de Carthage à Théveste par Mizigi, à l’endroit où elle s’infléchit vers le sud, au carrefour avec la voie qui conduisait à Dougga. Sa signification topographique est incertaine : il ne semble pas lié à l’agglomération urbaine, puisqu’il se dresse à 2,5 kilomètres à l’est de l’arc de Septime Sévère ; mais d’autre part, on attendrait une situation plus au nord s’il avait marqué vers le nord-est, au nord-est, la limite de la cité.

Une quaestio uexata : l’inscription d’Aïn el-Mansoura

  • 50 Hr ben Mançoura chez Carton L., Découvertes épigraphiques et archéologiques faites en Tunisie (rég (...)

20Au lieu-dit Aïn el-Mansoura, situé à 7 kilomètres au sud de Dougga et à 3 kilomètres au sud d’Agbia, a été découverte une dédicace à Saturne50 : CIL, 10619 = 27417 – Saturno Aug (usto) sacrum,/ciuitas Thuggensis, d (ecreto) d (ecurionum) p (ecunia) p (ublica).

  • 51 De Vos M., Rus Africum, p. 34 et fig. 54. La pierre est opisthographe, l’autre face porte CRR. Ell (...)
  • 52 CIL VIII, 15550 (ILS 6827).
  • 53 CIL VIII, 27398 ; dessin de l’inscription dans Carton L., op. cit., p. 210 : […] statvamque [–]/pa (...)
  • 54 L’hypothèse d’Agbia « attribuée » à Dougga (de même d’ailleurs que Geumi et Aunobari), est venue s (...)
  • 55 Les destins de Téboursouk et de Dougga sont étroitement parallèles sous l’Empire romain.

21Cette inscription donne une indication sur l’extension de la cité vers le sud, au-delà d’Agbia et elle rend encore aujourd’hui impossible la restitution de la géographie du territoire de la cité dans cette direction, en raison de la présence, intercalée entre la ville et Aïn el-Mansoura, du pagus Thac [–] et des cités de Geumi, d’Aunobari et d’Agbia, qui paraissent comme enclavées dans le territoire de Dougga ; à seulement 800 mètres environ à l’est de l’agglomération d’Aunobari, une borne contenant les lettres RPA, développées R (es) P (ublica) A (unobaritana), a été récemment découverte par M. De Vos51. C’est surtout Agbia qui a soulevé les interrogations les plus vives en raison d’une inscription gravée sous Antonin le Pieux en l’honneur de deux évergètes, [·] Cincius C. f. Arn (ensi) Victor et son fils M. Cincius Felix Iulianus52; depuis Louis Poinssot on a voulu rapporter ce texte à Dougga dont Agbia aurait été une dépendance et refuser de croire – ce qui ressort du texte – qu’elle était une « commune double », comparable à sa voisine, composée comme elle, et comme les cités toutes proches de Thubursicu Bure et Numluli, et probablement Aunobari53, d’un pagus de Carthage et d’une civitas. Rien dans ce texte n’est comparable au fonctionnement contemporain des institutions de Dougga où les Cincii sont d’autre part complètement inconnus54. Il n’est pas impossible, au contraire, que Rome ait tôt favorisé le développement du tissu serré de ces petites cités de la région de Dougga dont beaucoup connurent la prospérité jusqu’à une époque tardive, puisqu’elles furent fortifiées à l’époque byzantine ; en témoignent pour l’époque impériale, les vestiges très importants qu’ont laissé certaines d’entre elles, Agbia surtout, mais aussi Aunobari. Plusieurs sont, comme Dougga, devenues des municipes, ainsi Téboursouk, la cité sœur55, Numluli, Thimida Bure, et encore Agbia et Aunobari. Pour autant, cela ne résout d’aucune manière la question de la partie méridionale du territoire de Dougga, née de l’inscription d’Aïn el-Mansoura.

Au sud-ouest : l’aqueduc de Dougga

  • 56 Établissement et commentaire du texte : Poinssot Cl., « Aqua Commodiana Civitatis Aureliae Thuggae(...)
  • 57 Selon Poinssot Cl. (se référant à L. Poinssot), le nom viendrait de Mokhoûla, une sainte locale tr (...)
  • 58 Voir DFH 36, p. 109 et MAD, p. 35-36. Sur cet aqueduc, De Vos M., Rus Africum, p. 29-34 et fig. 40 (...)
  • 59 D’où l’intervention appuyée du proconsul. Sur ces domaines impériaux, voir supra.
  • 60 Sur le lien entre le titre Aurelia porté par la ciuitas Thugga et l’achèvement de l’aqueduc et son (...)

22À Dougga, une dédicace célèbre l’inauguration de l’aqueduc de la ville56 ; elle orne un splendide nymphée qui fut édifié au début du principat de Commode, entre 184 et 187, au sommet de la large courbe que dessinait une grande rue conduisant du forum vers la ville basse ; il était originaire d’une source appelée dans le texte fons [M ?] occolitanus57 et la ciuitas de Thugga en a assumé le financement depuis le septième milliaire. Cette précision semble indiquer que le 7e milliaire marquait l’entrée de la conduite sur le territoire de Dougga et que l’origine de l’aqueduc, l’Aïn el Hammam, se trouvait hors de celui-ci. Dans la cité, son parcours et son aboutissement relevaient uniquement de la ciuitas58 ; la source appartenait donc soit à une autre localité, comme Geumi qui est la plus proche, soit – ce qui est plus vraisemblable à notre avis – elle était propriété impériale et se trouvait donc dans un domaine impérial59. Le captage de cette source au profit de la ciuitas Thuggensis aurait été autorisé par Marc Aurèle, raison pour laquelle elle aurait pris le titre d’Aurelia ; mais la ciuitas n’a pu l’afficher qu’après l’inauguration officielle de l’aqueduc par le proconsul d’Afrique60. Cette appartenance de l’aqueduc à la seule ciuitas implique que le territoire propre de celle-ci s’étendait vers le sud-est le long de l’aqueduc ; peut-être remontait-il de là jusqu’à la frontière nord.

23On arrive ainsi à cerner à peu près les limites de la civitas de Dougga dans toute sa partie nord, des approches de Geumi (le 7e milliaire de la conduite de l’aqueduc) au no 215 de l’Atlas archéologique, à la jonction des jebels Khalled et Cheid. Elle contournait par le nord les cités de Geumi, d’Aunobari et d’Agbia. La présence de la dédicace d’Aïn el-Mansoura conduit à croire que la limite faisait un large détour vers le sud après avoir contourné Agbia. Mais c’est, en l’état de la documentation, une solution de pis-aller. Quelle que soit la solution qui sera trouvée de ce côté, aucun indice ne permet d’apprécier comment le territoire du pagus avait été taillé dans celui de la cité. Ce dont on peut être certain, c’est que les pagani n’avaient pas reçu les terres les plus médiocres ; on se tournera alors avant tout, du côté occidental, vers la vallée de l’oued Guelat el-Bel, orientée de l’est à l’ouest, et du côté oriental vers celle, nord-sud, de l’oued Khalled. Les versants bien exposés de ces deux vallées, comme la plaine alluviale de l’oued Khalled, étaient particulièrement propices, autrefois sans doute comme aujourd’hui, au développement de l’agriculture et de l’élevage. Si la ciuitas est privilégiée dans la recherche documentaire sur le territoire, le pagus entre en scène concurremment avec elle pour cette recherche dans l’agglomération urbaine.

LES RÉALITÉS : LA VILLE

La ville préromaine

  • 61 C’est, en effet, la première attestation du pagus ; voir ILAfr. 558, DFH 23, p. 60-62, texte analy (...)
  • 62 Diod. 20.57.4.
  • 63 Le matériel datable le plus ancien fourni par les fouilles est d’un siècle postérieur à la campagn (...)
  • 64 Ghaki M., « Épigraphie libyque et punique à Dougga (TBGG) », DEEp, p. 27-45.
  • 65 Voir Poinssot Cl., Les ruines de Dougga, Tunis, 1959, p. 9-10.
  • 66 Leglay M., Saturne Africain. Histoire, Paris, 1966, p. 270.
  • 67 Des sufètes (CIL 26517 = DFH 46), dont un sufes maior (AE 1966, 509 = DFH 47).
  • 68 Stutz R., « Zur städtebaulichen Entwicklung Thuggas », Thugga 1, p. 121, voir p. 73-74. ILAfr 558 (...)
  • 69 Maison de Dionysos et d’Ulysse, maison des Trois Masques, maison Omnia tibi felicia, thermes des C (...)

24Au début de l’empire, au plus tard en 36-3761, le pagus carthaginois de Thugga a été agrégé à une agglomération qui, à en croire Diodore de Sicile62, était, dès la fin du IVe siècle av. J.-C., une ville « d’une belle grandeur63 ». Elle avait été implantée sur un large plateau rocheux. Son nom préromain, TBGG, TBGaG, TBGaGa, qu’il faut sans doute prononcer Thubgag/a64, est donné par des inscriptions libyques et puniques. Depuis une vingtaine d’années, on connaît un peu mieux cette agglomération préromaine qui a connu un vigoureux développement au IIe siècle av. J.-C.65. Elle était entourée d’une enceinte dont il ne reste qu’un fragment au nord-ouest. À l’extérieur, on a exploré deux nécropoles : une dolménique au nord-ouest et, au sud une autre nécropole dans laquelle se dresse le mausolée libyco-punique édifié au IIe siècle av. J.-C. Au nord-est se trouvait aussi hors les murs un sanctuaire de Ba’al qui devint Saturne sous la domination romaine ; la situation de ce temple sur une hauteur, à l’extérieur de la ville qu’il dominait, a été souvent observée dans l’urbanisme des cités africaines66. À l’intérieur se trouvait un centre civique où se déroulait la vie politique, car plusieurs inscriptions publiques montrent le jeu d’institutions parmi lesquelles des sufètes furent conservés à l’époque romaine67. Cette agora numide occupait le futur forum romain : elle comprenait un sanctuaire dédié à Massinissa, identifié par une inscription rédigée en libyque et en punique (RIL 2) et localisé avec vraisemblance au nord-est du forum, les ruines de deux petits temples d’époque hellénistique68 et divers fragments d’architecture libyco-punique. D’autres vestiges non identifiables de la ville numide ont été reconnus à travers l’agglomération, à travers l’appareil de murs partiellement remployés dans des constructions d’époque romaine : surtout dans la partie méridionale de l’agglomération, mais aussi au nord-est du théâtre69.

Les textes et le domaine urbain du pagus

  • 70 Poinssot L., « Les fouilles de Dougga en 1919 et le quartier du forum », NAMS 22, 1919, p. 171-176 (...)
  • 71 En général, Saint-Amans S., Topographie religieuse, en part. p. 60-61. Sur le forum et son apparte (...)
  • 72 ILAfr. 559 = AE 1969-1970, 652, DFH 69, p. 181-182 : […] [M (arcus) Licinius Rufus […] patronus pa (...)
  • 73 ILAfr 516 = DFH 34, p. 93-98 : (Q. Pacuuius Saturus et Nahania Victoria) […] templum M [e] rcuri e (...)
  • 74 CIL, 26478 : Mercurio Aug. sac., loco a ciuitate dato, cella [m] exorna [uit et M] ercurii sig [nu (...)

25L’annexion du royaume numide en 46 av. J.-C., puis, à l’aube du principat, la création d’une civitas et la fondation sous Auguste du pagus ont introduit localement des changements profonds : certes, les inscriptions montrent que la ciuitas a repris pour une part l’héritage institutionnel et religieux de la cité numide, mais l’intrusion du pagus de colons a cependant bouleversé l’état ancien dans la ville comme sur le territoire (fig. 3). Les Thuggenses ont dû faire place dans leur agglomération aux nouveaux venus, ces Carthaginienses qui représentaient ici le nouvel ordre romain. Ainsi est née une ville à deux composantes et, à son propos, un débat a été abordé dans des sens contraires : deux agglomérations côte à côte, aux limites bien établies, selon L. Poinssot, ou bien une agglomération où tout est commun, selon M. Khanoussi70. De la documentation épigraphique, il ressort que le pagus avait seul la mainmise sur l’ancienne agora numide qui devint le forum au plus tard en 36-3771, et que cette appropriation était toujours réelle sous Antonin le Pieux ; il en était de même pour le marché construit pour le pagus en 5472 puis embelli et réaménagé entre 184 et 192 avec un grand portique et un temple de Mercure73. Une inscription gravée par la ciuitas reconnaît formellement ce domaine au pagus : en effet, pour compléter l’espace nécessaire pour la construction du temple de Mercure, la cité se dessaisit d’une parcelle de terrain74, en échange de quoi, les donateurs du temple versent sous la forme de sportules une rente annuelle aux décurions de la cité. Il en ressort que lors de sa création Rome, se substituant à l’autorité de Juba II par l’intermédiaire de Carthage et du pagus de Dougga, avait fait main basse sur les centres politique et économique de la ville numide.

3. Plan archéologique de Dougga. 1. Cirque. 2. Temple de Minerve. 3. Dolmens. 4. Citernes d’Aïn Mizeb. 5. Enceinte de l’Antiquité tardive. 6. Temple de Saturne. 7. Temple présumé de Neptune. 8. Hypogée. 9. Église de Victoria. 10. Citernes d’Aïn el Hammam. 11. Arc de Sévère Alexandre. 12. Temple anonyme 13. Théâtre. 14. Temple de Caelestis. 15. Citadelle byzantine. 16. Temple de Tibère ? 17. Forum. 18. Capitole. 19. Temple de Mercure. 20. Place de la Rose des Vents. 21. Chapelle de la Piété Auguste. 22. Temple de la Fortune ? 23. Mosquée. 24. Marché. 25. Temple A. 26. Temple de la Victoire germanique de Caracalla. 27. Dar Lachhab. 28. Temple de Tellus. 29. Thermes liciniens. 30. Templa Concordiae. 31. Auditorium. 32. Temple anonyme. 33. Temple de Minerve. 34. Nymphée. 35. Maison du Labyrinthe. 36. Maison de Dionysos et d’Ulysse. 37. Maison du Trifolium. 38. Thermes des Cyclopes. 39. Temple dit de Pluton. 40. Arc de Septime Sévère. 41. Citernes d’Aïn Doura. 42. Thermes d’Aïn Doura. 43. Latrines publiques. 44. Exèdre de Junon Reine. 45. Columbarium des Remmii. 46. Mausolée libyco-punique. L. Maurin, d’après le relevé général de Cl. Poinssot, Les ruines de Dougga, 1959, pl. h. t.

Les textes et le domaine urbain de la ciuitas

  • 75 AE, 1997, 1655 : Minervae Aug (ustae) Sacr (um)/ex testamento Q (uinti) Vinnici, Q (uinti) fili,
  • 76 CIL VIII, 26527 ; ILTun 1404 ; Aounallah S. et Ben Abdallah Z., « Les Calpurnii de Dougga », DEEp, (...)
  • 77 CIL, 26498 ; DFH 38, p. 111-114 : […] opus templi Saturni quod L (ucius) Octavius Victor Roscianus (...)
  • 78 L’association est fréquente depuis la fin du règne de Marc Aurèle, mais les deux communautés reste (...)
  • 79 Leglay M., Saturne africain, Monuments 1, Paris, 1961, p. 207-220.

26Si la cité pouvait se dessaisir d’une parcelle de sol public, c’est bien qu’elle la possédait ; dans ce cas il était frontalier de celui du pagus, et (pour une part au moins) au nord du temple de Mercure. Effectivement, plusieurs inscriptions sont des dédicaces à des sanctuaires exécutées par la seule ciuitas ; elles impliquent que ces sanctuaires étaient édifiés sur son domaine propre. Ce dernier semble avoir été à la périphérie de celui qui avait été attribué au pagus. Dans le sanctuaire de Minerve ont été trouvées deux inscriptions publiques : l’une dédiée à la déesse, gravée à la fin du Ier siècle, mentionne un don testamentaire de 10 000 sesterces – moins le 1/20 du peuple romain sur les héritages – fait par un magistrat de Carthage à la ciuitas, destiné sans doute à financer le monument75 ; cependant l’autre, encore inédite, est un hommage à L. Aelius César dédié par le pagus et la ciuitas. Édifié sous Marc Aurèle et Lucius Vérus, le sanctuaire dit de Dar Lachab porte une longue dédicace où seule la ciuitas est nommée76. Une place insigne parmi ces sanctuaires qui relevaient de la ciuitas doit être faite au sanctuaire de Saturne qui dominait la ville au nord-est ; l’area à ciel ouvert fut transformée en 195 par le pagus et la ciuitas en un vaste temple de Saturne77 ; jusqu’à cette date qui mentionne l’association des deux communautés78 dix ans avant la constitution du municipe, on peut tenir que le sanctuaire avait relevé de la ciuitas. Il était l’héritier du sanctuaire numide dont on a la trace dès le IIe siècle av. J.-C., et son architecture était caractéristique puisque jusque vers la fin du IIe siècle apr. J.-C. c’était pour l’essentiel une area à ciel ouvert plantée d’ex-voto79.

27Enfin le partage du territoire urbain est illustré par la question de l’eau.

Le partage de l’eau

Aïn el-Hammam

  • 80 Aounallah S. et Maurin L., op. cit.
  • 81 L’aqueduc de la ciuitas est documenté par trois inscriptions : la plus importante est celle qui co (...)

28Notre attention a été attirée récemment sur cette question par l’étude des inscriptions de Siviri où une source a été au cœur des relations entre le pagus et la ciuitas80. L’eau a dû jouer de même un rôle de premier plan dans l’histoire de Dougga. Nous avons déjà parlé de l’aqueduc d’Aïn el-Hammam qui aboutissait aux citernes du même nom, à l’ouest de la ville ; rappelons qu’il fut construit entre 184 et 187, comme nous l’apprend la dédicace d’un grand nymphée édifié au terme d’une canalisation venue des citernes. L’ensemble – aqueduc, citernes et nymphée – relevait de la seule ciuitas81. Ces monuments magnifiques semblent avoir complété le volume de l’eau fourni par une source primitive, celle d’Aïn Doura, au sud de la ville.

Aïn Mizeb

  • 82 Nous n’avons aucun élément pour ce qui concerne les espaces privés ; la tentation serait grande de (...)
  • 83 Poinssot Cl., Les ruines de Dougga, p. 34.
  • 84 Nous devons cette information à Séverine Garrat qui prépare, sous la direction de Jérôme France, u (...)

29Au nord-ouest de la ville jaillissait du contrefort rocheux l’Aïn Mizeb, source dont, sous l’empire, l’eau était conduite dans les citernes du même nom, les plus vastes de Dougga. Nous supposons qu’elle était la principale source d’alimentation en eau de la ville numide où elle s’écoulait facilement par gravité dans des canalisations ; l’autorité romaine la réserva aux espaces publics du pagus82. Suivant un cheminement que l’archéologie n’a pas encore permis d’établir avec précision, les citernes d’Aïn Mizeb devaient alimenter le quartier du forum et du marché, propriété du pagus ; au centre du marché jaillissait probablement une fontaine83. Un peu au nord du capitole, à un grand carrefour, on trouve une fontaine hexagonale et un petit établissement thermal encore inédit84 ; situés entre les citernes de Aïn Mizeb et le marché, ces deux monuments devaient être eux aussi alimentés par le même aqueduc.

Aïn el-Hammam : un coup d’éclat de la ciuitas

  • 85 Poinssot Cl., op. cit., p. 73.

30Au début de l’empire, la civitas fut donc vraisemblablement alimentée par l’Aïn Doura. On voit quel coup d’éclat elle réalisa quand, sous le règne de Commode, elle mena à bien la construction, à travers son territoire rural et urbain, de l’aqueduc d’Aïn el-Hammam, de ses citernes et de son nymphée ; ce dernier se dressait à mi-chemin entre les citernes d’Aïn Mizeb et celles d’Aïn Doura ; le nouvel aqueduc alimenta les citernes d’Aïn Doura et, par elles, les thermes du même nom, les grandes latrines publiques construites près d’eux et, plus à l’est, un nymphée reconnu de longue date85. On a là une manifestation éclatante du chemin parcouru par les Thuggenses vers la pleine égalité avec les pagani ; celle-ci fut acquise moins d’une génération plus tard.

  • 86 Grands seigneurs, les Marcii ne font pas par ailleurs état des sommes très importantes qu’ils ont (...)

31Nul doute que ces travaux conduits par la ciuitas n’aient été destinés à la communauté tout entière. Elle démontrait ainsi sa prospérité, mais elle consacrait aussi les exemples donnés par l’évergétisme de membres du pagus originaires de la ciuitas en faveur de la patrie commune : celui des Gabinii constructeurs des templa Concordiae sous les règnes d’Hadrien et d’Antonin, celui des Marcii qui, en 168-169, édifièrent le capitole et le théâtre. Les dédicaces de ces monuments ne désignaient ni le pagus ni la ciuitas comme destinataire86 mais, construits sur le territoire du pagus, comme le capitole ou sur un terrain privé dans la sphère de la cité, ils devenaient ceux de l’un et de l’autre. Avec une autre formulation, c’était aussi le sens des générosités du couple qui, sous Commode offrit pago patriae la place de la Rose des vents, avec le temple de Mercure et le portique du marché qui la bordaient, mais avec le concours clairement affiché de la ciuitas. Dès 195, la dédicace du temple de Saturne annonce clairement, l’intime association du pagus et de la ciuitas pour régler les questions que posait un héritage complexe touchant un grand monument de la seconde. Ce n’est sans doute pas un hasard si la date de la dédicace du capitole coïncide avec celle où le jus legatorum capiendorum fut consenti au pagus : ce droit pouvait être pris, on l’a vu, comme un signal d’ouverture en faveur de la ciuitas.

Le monde des morts

  • 87 Sur le dossier des nécropoles : Saint-Amans S., MAD, p. 44-48 et fig. 9.
  • 88 À Dougga, la provenance des épitaphes est loin d’être assurée pour toutes, en raison des lacunes l (...)
  • 89 MAD, p. 77-78.

32Peut-on interroger le monde des morts ? Reflète-t-il une répartition entre pagani et membres de la ciuitas ? Le dossier des nécropoles de Dougga qui, pour l’essentiel, repose encore sur les notes accumulées par L. Poinssot, est provisoire87 ; on peut distinguer néanmoins sous l’empire cinq espaces funéraires, le plus étendu dans la nécropole de l’ouest, le plus restreint dans celle du sud-est ; les épitaphes les plus nombreuses ont été recueillies dans celle du sud, autour du mausolée libyco-punique et surtout dans celle de l’ouest, localisée essentiellement entre les deux aqueducs de la ville88. Dans la masse des épitaphes, on estime que les pérégrins représentent à peine 20 %, sinon un peu moins, de la population générale de Thugga89. Mais, il y a lieu de se méfier des statistiques notamment lorsqu’elles ne sont pas soumises à une analyse fine de l’onomastique des nouveaux citoyens, en particulier lorsqu’ils adoptent librement un gentilice, et parce que les inscriptions funéraires peuvent ne représenter qu’une partie des défunts, les autres – par hypothèse essentiellement des pérégrins – étant trop pauvres ou trop incultes pour bénéficier de la gravure de leur nom sur leur tombe.

33En considérant, pour chaque nécropole, seulement les inscriptions sur lesquelles on lit ou on restitue aisément le nom et le statut juridique du défunt, nous obtenons les résultats suivants :

L’onomastique de la nécropole du sud

L’onomastique de la nécropole du sud
  • 90 État de la question dans MAD, p. 49.
  • 91 Supra, dans le tableau : 27, 35, 51, 60, 72, 81, 82, 99.
  • 92 Abzaeus (1), Anconius (5-6), Botuius (12), Mocafius (48), Neppasius (54), Oroconius (55), Otilius (...)
  • 93 Ainsi Cabdollonius qui dérive de Cabdollo (13), Cefalonius tiré de Cefalo (16-17), Tironius forgé (...)

34L. Poinssot constatait à propos de la nécropole du sud que toutes les tombes « sont plantées très près les unes des autres90… » et que le mobilier funéraire y est très pauvre. La modestie du mobilier comme la densité de la population de cette nécropole, laissent penser que nous sommes en milieu pérégrin. Cette constatation est renforcée par l’inventaire des noms des personnes qui y sont enterrées. En effet, sur les 158 individus considérés, on recense 56 pérégrins, soit 35 % des défunts, taux qui dépasse nettement celui de la moyenne générale des pérégrins relevée à Dougga. L’importance des personnes d’origine pérégrine se manifeste également dans l’onomastique des citoyens romains eux-mêmes : soit parce que ceux-ci indiquent la filiation par le nom unique du père ou du grand père rejeté à la fin de la dénomination91, soit parce qu’ils portent des gentilices dont Dougga à l’exclusivité92, soit enfin parce que leur gentilice est forgé sur un nomen unicum93. Ces particularités onomastiques relatives aux citoyens romains enterrés dans la nécropole du sud indiquent que nous sommes majoritairement en présence de Thuggenses devenus romains.

L’onomastique de la nécropole de l’ouest

L’onomastique de la nécropole de l’ouest
  • 94 MAD, 854.
  • 95 MAD, 770 (53) : M. Mattius, M. f., Arn., Pullaienus Bellicus, et MAD, 1255 (97) : L. Vibius, L. f. (...)

35Dans la nécropole de l’ouest, nous relevons 102 citoyens romains contre 25 pérégrins. La part des pérégrins ici est de l’ordre de 20 %, soit une moyenne proche de celle de l’ensemble des Thuggenses. Il est intéressant de noter ici que tous les pérégrins, à l’exception de Namgedde Adiutoris Menae fil.94, portent des cognomina latins. Cela suppose, de la part du père lorsqu’il donne un nom à son fils, une certaine sensibilité à la dénomination latine. Ici aussi, la part de la dénomination pérégrine dans les gentilices des citoyens romains est moins forte que dans la nécropole du sud. En effet, on n’y recense qu’une Totononia et un Tironius. Signalons enfin la présence de deux tribules de l’Arnensis95, qui sont donc des pagani. Au total, cette nécropole illustre parfaitement l’amalgame des deux communautés.

L’onomastique de la nécropole du nord-ouest

L’onomastique de la nécropole du nord-ouest
  • 96 MAD, p. 46.

36Dans cette nécropole, sans doute la plus ancienne de Dougga puisqu’on y trouve environ une trentaine de tombes dolméniques ou de bazinas, on recense 48 citoyens romains pour une dizaine de pérégrins. La part des pérégrins est donc d’environ 17 %, un taux légèrement inférieur à la moyenne générale (mais il faut tenir compte du faible chiffre total). L’ancienneté de cette nécropole contraste avec le nombre réduit des personnes qui y sont enterrées, sans doute à cause de l’espace étroit, entre les mégalithes et la muraille, qui lui a été réservé96. Ici aussi, on note la présence d’un tribule de l’Arnensis.

L’onomastique de la nécropole du nord-est

L’onomastique de la nécropole du nord-est
  • 97 Dans le tableau : 8, 18, 25.
  • 98 CIL, 26517 = ILPB 224 et DFH 46 ; voir aussi MAD, p. 81-82.
  • 99 Dans le tableau : 29 et 44.

37C’est dans cette nécropole que le nombre des pérégrins est très inférieur à la moyenne générale : 4 pérégrins contre 57 citoyens romains, soit environ 6 %. Malgré la présence du temple de Ba’al, cette nécropole fut peu fréquentée par les pérégrins ; cela se remarque aussi dans la dénomination des citoyens romains qui ne révèlent que trois cas de filiation pérégrine, dans une famille de Iuli97, elle aussi originaire de la ciuitas comme la famille du célèbre Iulius Venustus Thinobae filius98. Cette nécropole frappe aussi par le nombre des Iulii, à peu près une quinzaine, nettement supérieur à celui constaté dans les quatre autres nécropoles. Enfin, on note ici la présence de deux tribules de l’Arnensis99.

L’onomastique de la nécropole du sud-est

L’onomastique de la nécropole du sud-est

38Sur les 22 défunts retenus ici, la part des pérégrins est presque de 41 % ce qui représente le taux le plus élevé. Ici, comme dans la nécropole de l’ouest, la majorité, sinon la totalité des pérégrins portent des cognomina latins, de même qu’on ne relève aucune particularité pérégrine dans l’onomastique des citoyens romains.

  • 100 Supra, les templa Concordiae édifiés solo suo par des Gabinii.

39En combinant les témoignages archéologiques et les données de l’épigraphie publique, on se rend compte qu’une réelle séparation existait entre le pagus et la ciuitas. Sauf exception100, nous n’avons aucun élément pour ce qui concerne les espaces privés ; la tentation serait grande de considérer qu’il y avait, au moins dans les premiers temps de l’empire, de part et d’autre de l’ensemble forum-marché, l’agglomération des pagani au nord et celle de la civitas au sud, mais on ne saurait fixer les limites ni de l’une ni de l’autre. Il semble bien que les espaces funéraires étaient ou devinrent rapidement communs aux pagani et aux membres de la ciuitas, mais on a noté la forte proportion de pérégrins et d’anciens pérégrins dans les deux nécropoles du sud et du sud-est.

  • 101 La répartition des défunts inscrits dans l’Arnensis est peu significative en raison du nombre infi (...)

40Il faudrait y voir l’indication que l’essentiel de l’habitat de la ciuitas était concentré non loin de ces deux nécropoles où les vivants ensevelissaient leurs morts dans les cimetières les plus proches de leurs demeures, ceux où reposaient aussi leurs ancêtres101.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Abréviations (les abréviations des revues sont celles qu’emploie L’Année philologique).

AAT : Atlas archéologique de la Tunisie (AAT 1, AAT 2)

CIL : Corpus Inscriptionum Latinarum

DEAR : Dougga, études d’architecture religieuse

DEEp : Dougga (Thugga). Études épigraphiques

DFH : Dougga, fragments d’histoire

ILAfr : Inscriptions latines d’Afrique

ILAlg : Inscriptions latines de l’Algérie

ILPB : Inscriptions latines païennes du musée du Bardo

ILTun : Inscriptions latines de Tunisie

MAD : Mourir à Dougga

NAMS : Nouvelles archives des Missions scientifiques

Aounallah S., « Notes sur la société et les institutions de Thugga, des origines jusqu’à la formation du municipe » avec, en appendice, « Colonia Mariana Augusta Uchitanorum Maiorum : nouvelles remarques sur le statut d’Uchi Maius à la lumière des récentes découvertes épigraphiques », dans Bost J.-P., Roddaz J.-M. et Tassaux F. (dir.), Itinéraires de Saintes à Dougga. Mélanges offerts à Louis Maurin, Bordeaux, 2005, Ausonius, coll. « Mémoires », p. 247-261.

Aounallah S., Pagus, castellum et civitas. Recherches d’épigraphie et d’histoire sur le village et la cité en Afrique romaine, Bordeaux, 2010, Ausonius, coll. « Scripta Antiqua » 23.

Aounallah S., « Sur la signification du martelage des mots castello ou ciuitate et Aurelia sur deux inscriptions du pagus Fortunalis et de Thugga », ZPE 175, 2010, p. 287-294.

Aounallah S., « Le pagus en Afrique romaine », L’Africa Romana 18, 2, 2010, p. 1615-1630.

Aounallah S. et Ben abdallah Z., « Les Calpurnii de Dougga », DEEp, p. 77-96.

Aounallah S. et Maurin L., « Pagus et civitas Siviritani. Une nouvelle “commune double” dans la pertica de Carthage », ZPE 167, 2008, p. 227-250.

Babelon E., Cagnat R. et Reinach S., Atlas archéologique de la Tunisie, 1re série au 1/50 000, feuille de Téboursouk, Paris, 1892-1913.

Baklouti H., « L’alimentation en eau de Dougga (Thugga), sources, aqueducs et réservoirs publics », Africa 22, 2002, p. 139-176.

Benzina ben abdallah Z., Inscriptions latines païennes du musée du Bardo, Rome, 1986.

Beschaouch A., « Le territoire de Sicca Veneria (El-Kef), Nouvelle Cirta, en Numidie proconsulaire (Tunisie) », CRAI, 1981, p. 105-122.

Beschaouch A., « Épigraphie et ethnographie. D’une fête populaire à Dougga, en Tunisie, à la dédicace de l’aqueduc de Thugga, en Afrique romaine », CRAI, 2000, p. 1173-1182.

Cagnat R. et Merlin A., Atlas archéologique de la Tunisie, 2e série au 1/100 000, 1re et 2e livraisons 1914-1926, Paris, 1926.

Carton Dr L., Découvertes épigraphiques et archéologiques faites en Tunisie (région de Dougga), Lille, 1895, Mémoires de la Société des sciences, de l’agriculture et des arts de Lille, 5e série, fasc. IV.

Christol M., « Gallien, Thugga et Thibursicum Bure », AntAfr, 14, 1979, p. 213-223.

Christol M., « Thugga, municipium liberum : l’acquisition de la liberté », Regards sur l’Afrique romaine, Paris, 2005, p. 186-191 et p. 207-209.

Desanges J., Pline l’Ancien. Histoire naturelle. Livre V, 1-46, 1re partie (L’Afrique du Nord), Paris, 1980, Les Belles Lettres, « Collection des Universités de France ».

Desanges J., Duval N., Lepelley Cl. et Saint-amans S. (éd.), Carte des routes et des cités de l’Est de l’Africa à la fin de l’Antiquité, d’après le tracé de P. Salama, Turnhout, 2010, « Bibliothèque de l’Antiquité tardive », 17.

De vos M., Rus Africum. Terra acqua olio nell’Africa settentrionale. Scavo e ricognizione nei dintorni di Dougga (Alto Tell tunisino), cat. exp., Trente, 2000.

Gascou J., La politique municipale de l’Empire romain en Afrique proconsulaire de Trajan à Septime Sévère, Rome, 1972, EFR 8.

Gascou J., « Conseruator pagi (d’après l’inscription de Thugga CIL VIII, 27374) », DEEp, 1997, p. 97-104.

Ghaki M., « Épigraphie libyque et punique à Dougga (TBGG) », DEEp, 1997, 27-45.

Golvin J.-Cl. et Khanoussi M. (dir.), Dougga, études d’architecture religieuse. 1. Les sanctuaires des victoires de Caracalla, de « Pluton » et de Caelestis, Bordeaux, Ausonius, 2005, cité DEAR 1.

Ibba A., Le Iscrizioni. Uchi Maius 2, série éditée par M. Khanoussi et A. Mastino, Sassari, 2006.

Kajanto I., The Latin Cognomina, Helsinki, 1965.

Khanoussi M., « L’évolution urbaine de Thugga (Dougga) en Afrique proconsulaire : de l’agglomération numide à la ville africo-romaine », CRAI, 2003, p. 131-155.

Khanoussi M. et Maurin L. (éd.), Dougga (Thugga). Études épigraphiques, Table ronde internationale sur Dougga, Université Bordeaux 3, 24-25 mai 1996, textes réunis par M. Khanoussi et L. Maurin,

Bordeaux, Ausonius, 1997, cité DEEp. Khanoussi M. et Maurin L. (éd.), Dougga, fragments d’histoire. Choix d’inscriptions latines éditées, traduites et commentées (Ier-IVe siècles), Bordeaux, Ausonius, 2000, cité DFH (le chiffre qui suit renvoie au numéro de la notice et non à la page).

Khanoussi M. et Maurin L. (dir.), Mourir à Dougga, recueil des inscriptions funéraires, Bordeaux, Ausonius, 2002, cité MAD (le chiffre qui suit renvoie au numéro de la notice et non à la page).

Khanoussi M., Ritter St. et Von rummel Ph., « The German-Tunisian project at Dougga : First results of the excavations south of the Maison du Trifolium », AntAfr 40-41, 2004-2005, p. 43-66.

Khanoussi M. et Strocka V. M. (dir.), Thugga, band 1. Grunlagen und Berichte, Mayence-sur-le-Main, 2002, Archäologisches Institut der Albert-Ludwigs-Universität, Fribourg-en-Brisgau - Institut National du Patrimoine, Tunis, cité Thugga 1.

Leglay M., Saturne Africain. Monuments 1, Paris, Arts et Métiers graphiques, 1961.

Leglay M., Saturne Africain. Histoire, Paris, De Boccard, 1966.

Poinssot Cl., « Aqua Commodiana Civitatis Aureliae Thuggae », in Mélanges J. Carcopino, 1966, p. 771-786.

Poinssot Cl., Les ruines de Dougga, Tunis, 1959 (reprint 1983).

Poinssot L., « Les fouilles de Dougga en 1919 et le quartier du forum », NAMS 22, 1919, p. 133-198.

Saint-amans S., Topographie religieuse de Thugga (Dougga), ville romaine d’Afrique proconsulaire (Tunisie), Bordeaux, 2004, Ausonius, coll. « Scripta Antiqua » 9.

Notes

1 Aounallah S. et Maurin L., « Pagus et ciuitas Siuiritani… », ZPE 167, 2008, et Aounallah S., Pagus, castellum et civitas, Bordeaux, Ausonius, coll. « Scripta Antiqua » 23, 2010 ; « Sur la signification du martelage… », ZPE 175, 289-293 ; « Le pagus en Afrique romaine », L’Africa Romana 18, 2010, p. 1615-1630.

2 Aounallah S. et Maurin L., op. cit., en part. p. 239-243. Auparavant, on croyait généralement que cette pertica était concentrée entre l’oued Siliana à l’est, l’oued Tessa à l’ouest et la Mejerda au nord ; mais on supposait aussi que l’étroitesse de ce territoire n’était due qu’au manque de documentation : Gascou J., La politique municipale de l’Empire romain en Afrique proconsulaire de Trajan à Septime Sévère, Rome, 1972, EFR 8, p. 173.

3 Sur la pertica des Siccenses, voir Aounallah S., Pagus, castellum et civitas, p. 82-91.

4 Voir Aounallah S. et Maurin L., op. cit., fig. 4, p. 247.

5 Thuburbo Minus est une colonie de la VIIIe légion, voir ILAfr 414 ; sur Uthina, colonie de la XIIIe légion, voir CIL VI, 36917 et AE, 2004, 1822a, 1823 ; sur ces deux colonies, voir aussi Desanges J., Pline l’Ancien, Histoire naturelle, p. 281-284.

6 Liste des communautés de la Numidie et de la Zeugitane, dans Pline, N. H. 5.22-24, voir Desanges J., Pline l’Ancien. Histoire naturelle. Livre V, 1-46, 1re partie (L’Afrique du Nord), Paris, 1980, Les Belles Lettres, « CUF », et Aounallah S., op. cit., p. 48-57.

7 Sur le peuplement de ces pagi, voir Aounallah S., Pagus, castellum et civitas, p. 119-123.

8 ILAlg. II, 6515, gravée à la fin du principat d’Hadrien : Ex auct (oritate) P. Cassi Secundi, leg. Aug. a (ger) p (ublicus) S (iguitanorum) ; sur le côté opposé, on lit : A (ger) a (cceptus) C (irtensium). ILAlg. II, 6516 : Ex auc (oritate) P. Cassi Secundi, leg. Aug. a (ger) p (ublicus) S (iguitanorum) ; sur l’autre face, on lit : a (ger) d (ivisus) S (iguitanis). ILAlg. II, 6517 : agri Cirte (nsium) publici de c (olonia ?) ; sur l’autre côté : agri Cirtens (es) acceptari (i). ILAlg. II, 6834, gravée sur un seul côté : ex auct. P. Cassi Secundi, leg. Aug., a (gri) p (ublici) Sig (uitanorum). Le même texte dans ILAlg. II, 6846. ILAlg. II, 6857, face a : a (gri) p (ublici) C (irtensium) ; face b : ex auct. Imp. Caesaris Trajani Hadriani Aug., agri accept (i) Cirt (ensium) separati a publ (icis). Mise au point : Desanges et al., Carte des routes…, p. 211.

9 AE 1963, 94 = DFH 50 : dédicace à un anonyme qualifié de defensor immunitatis perticae Carthaginensium.

10 Beschaouch A., « Le territoire de Sicca Veneria… », CRAI, 1981, p. 109 = AE 1981, 866.

11 AE 2004, 1878 ; voir Aounallah S., Pagus, castellum et civitas, Bordeaux, 2010, p. 84-85 (sous Trajan) : L. Acilius Strabo Clodius Nummus leg (atus)/Aug (usti) propr (aetore), inter Musul (amios) [e] t Siccenses.

12 Gascou J., « Conseruator pagi (d’après l’inscription de Thugga CIL VIII, 27374) », DEEp, p. 100-101 ; Aounallah S., op. cit., p. 59-67.

13 ILAfr. 301 (N’Faiedh) : comme ceux du pagus Mercurialis voisin (CIL VIII, 885), les membres de ce pagus se disent encore vétérans sous Septime Sévère, en tant que descendants de ceux qui, sous Auguste, avaient reçu des terres à Sutunurca : ciues Romani pagani ueterani pagi Fortunalis quorum parentes beneficio diui Augusti [castello ?] Sutunurca agros acceperunt.

14 ILAlg. 4226.

15 CIL VIII, 26274 = ILTun. 1370 = IBBA A., Le Iscrizioni. Uchi Maius 2, série éditée par M. Khanoussi et A. Mastino, Sassari, 2006, p. 185-187, n o 62.

16 ILAfr. 588 = DFH 23, p. 60-62. Mais l’invocation d’Auguste divinisé sur DFH 46 permet de remonter à cet empereur pour la constitution de la ciuitas et du pagus.

17 Ou Mechta Zellal, CIL, 27374 + ILPB 228 (avec photo), révisée par Gascou J., op. cit., p. 100 : [Diuo C] ommodo fratr [i]/[imp. Caes. L. S] eptimi Seueri Pii, Per [tina/cis, Augusti, A] rabici, Adiabenici, Par [thici/numini eius] sacrati decurione [s]/[signum conse] ruatoris pagi Thugg [ens (is)/quod uoueran] t magistro Q. Mora [sio/H] osp [italis] f (ilio) Cassiano/ex pollicitatione sua fecerunt, d (e) d (icauerunt) : « À Commode divinisé, frère de l’empereur Lucius Septime Sévère, Pieux, Pertinax, Auguste, vainqueurs des Arabes, des Adiabènes et des Parthes. Les décurions, qui se sont consacrés à sa divinité, ont élevé cette statue du conservator du pagus de Thugga, conformément à leur promesse. Étant magister, Quintus Morasius Cassianus, fils d’Hospitalis ( ?) ». Sur cette inscription, voir aussi Christol M., « Thugga, municipium liberum : l’acquisition de la liberté », 2005, p. 189-190 et Aounallah S., op. cit., p. 148-150.

18 Atlas archéologique de la Tunisie (ci-après désigné AAT), 1, carte au 1/50 000 de Téboursouk, n o 33, site n o 212.

19 Maurin L., dans MAD, p. 37, n. 56.

20 C’est, en effet, l’unique attestation d’un magister à Thugga.

21 Voir Aounallah S., op. cit., p. 148-155.

22 Dans DFH 34, Pacuvius Saturus est probablement sur le point d’accéder à l’Arnensis (c’est pourquoi il ne mentionne pas la Quirina qui est encore sa tribu) et offre, pour bien justifier ses pré- tentions, l’ensemble formé par le temple de Mercure, la place de la Rose des Vents, le portique du marché.

23 Op. cit., p. 101, voir Maurin L., dans DFH 50, p. 147 ; AE 1999, 1845, avec une remarque d’A. Beschaouch.

24 Christol M., « Thugga, municipium liberum : l’acquisition de la liberté », Regards sur l’Afrique romaine, Paris, 2005, p. 191, voir aussi p. 160 (sur Uchi Maius).

25 Telle que l’a exprimée Gascou J., loc. cit.

26 CIL, 26517 = ILPB 224 et DFH 46.

27 DFH 29.

28 DFH 27 et 28 : M. Gabinius Quir (ina) Bassus, père d’A. Gabinius Arn (ensi) Datus. La promotion de ce dernier doit dater du règne d’Antonin (voir aussi DFH 76 et 77). De même, sous le règne d’Antonin le Pieux, Q. Marcius Maximus, devenu citoyen romain, est inscrit dans la Quirina et ses trois fils sont promus dans l’Arnensis (DFH 33, p. 81-83).

29 Maurin L., dans DFH 50.

30 DFH 69 (en 54, donation du marché au pagus).

31 DFH 46 (en 48-49, Iulius Venustus).

32 Cette faiblesse de notre information vient de la rareté de la mention de la tribu d’appartenance chez les citoyens romains de Dougga, même sur des textes publics (ainsi, sur DFH 49, L. Terentius Rufinianus). Parmi les centaines d’épitaphes (plus de 1 600), 14 seulement donnent la tribu des citoyens, 13 pour l’Arnensis (MAD 162, 465, 663, 699, 761, 770, 853, 893, 896, 1128, 1255, 1572, 1591 – la moitié antérieures au milieu du IIe siècle), un seul dans la Quirina (MAD 1189) ; il y avait là une sorte de coquetterie, qui se manifeste donc exceptionnellement : l’Arnensis est mentionnée pour un défunt dont le frère ne mentionne pas sa tribu, peut-être parce qu’il n’était pas Carthaginiensis mais seulement (éventuellement) de la Quirina (MAD 769 et 770). Seuls les évergètes, qui forment la couche supérieure de notables, affichent ordinairement leur tribu sur les inscriptions publiques.

33 Nous faisons appel ici à ILAfr. 301 (Sutunurca-N’Faiedh), évoquée supra.

34 Cette masse reste anonyme, car seuls ont eu un destin éclatant – traduit par les inscriptions – les Thuggenses qui, ensuite, sont parvenus à l’Arnensis.

35 DFH 51 : […] pagus Thuggensis caelesti beneficio eor [um] auctus iure capiendorum legatorum… : grâce à leur [de Marc-Aurèle et Lucius Vérus] céleste bienfait, le pagus de Thugga a été enrichi du droit de recevoir des legs. Ce droit marque le progrès du pagus vers l’autonomie politique, dont le début est assuré par la mention, dès 54 apr. J.-C., d’un ordo decurionum (AE 1969-1970, 653) ; en témoignent au IIe siècle, l’inscription relative à l’immunitas perticae Carthaginensium (DFH, 50), puis l’expression pago patriae employée par des évergètes membres du pagus (DFH 29 et 34), pour lesquels la véritable patrie n’est pas Carthage, mais le pagus (ou Carthage à travers le pagus) : Gascou J., La politique municipale, p. 161 et n. 5. Cette évolution contraste avec l’immuabilité du territoire du pagus qui fut toujours considéré comme une fraction invariable de la pertica Carthaginensium.

36 On peut se risquer à concevoir que seuls ceux qui avaient l’espoir d’obtenir cette inscription pouvaient être tentés de léguer une partie de leurs biens et de supprimer ainsi un éventuel obstacle à leur admission dans l’Arnensis.

37 MAD, p. 31-39.

38 Sur ces domaines impériaux, voir Maurin L., dans DFH 59 et 60, p. 159-162 et dans MAD, p. 33 : à l’ouest et au nord-ouest, le « territoire de Dougga était séparé […] de ceux de Suttua, de Thimida Bure et de Numluli, et peut-être d’Uchi Maius, par deux domaines impériaux […] dont le centre a été révélé par la découverte de deux cippes portant le texte de la lex Hadriana de rudibus agris ». Voir CIL, 26416 et AE 2001, 2083. On verra infra qu’au sud-est, au-delà de la fossa regia, s’étendait un autre domaine impérial indiqué par les bornes de la ciuitas Thuggensis ; au sudouest, la source dite Aïn el-Hammam devait également se trouver dans un domaine impérial. Dougga était ainsi cernée de tous les côtés par des domaines impériaux, ce qui explique qu’elle était le centre administratif de ces domaines, ce qu’une inscription de Dougga appelle la regio Thuggensis (DFH 59). Elle pouvait en tirer son importance régionale.

39 Le texte de certaines bornes trouvées sur le territoire de Dougga a été interprété comme des initiales marquant la limite de domaines privés ; textes de bornes : ILAfr 579-596 ; DFH 61. À part, la grande inscription à l’entrée des praedia des Pullaieni (CIL VIII, 26415 ; DE VOS M., Rus Africum. Terra acqua olio nell’Africa settentrionale. Scavo e ricognizione nei dintorni di Dougga [Alto Tell tunisino], Trente, p. 34).

40 AAT, 1, Téboursouk.

41 Voir CIL, 25988, 1-15, état de la question par Maurin L., MAD, p. 31-39.

42 Regia est ainsi abrégé sur une inscription gravée sur un collier d’une esclave prostituée de Bulla Regia : AE 1906, 148 = ILS, 9455 = Lassère J.-M., Manuel, 75, p. 150 : Adultera meretrix ; tene quia fugiui de Bulla R(e) g(ia).

43 Ou me(n)s(oribus), voir Maurin L., MAD, p. 32-33.

44 Mais cet argument est moins décisif puisque ce titre n’est pas systématiquement gravé sur les inscriptions postérieures à Marc Aurèle ; ainsi sur la dédicace du temple de Saturne en 194-195, voir DFH 38 (pagus et ciuitas Thuggensis). Sur la signification du titre Aurelia, en rapport avec l’aqueduc, voir Aounallah S., « Sur la signification du martelage… ».

45 C’est aussi le point de vue de Kajanto I., The Latin Cognomina, Helsinki, 1965, p. 175.

46 Voir par exemple AE, 1942-1943, 35 : Iussu Imp (eratoris) Caes (aris) Traiani Hadriani Aug (usti). Termini repositi Capitonis Pomponian (i) per Peregrinum, Aug (usti) ser (vum), mensorem missum ab ipso inter Suppenses et Vofricenses ; « sur ordre de l’empereur César Trajan Hadrien Auguste ; les termini de Capito Pomponianus furent remis à leur emplacement initial entre les Suppenses et les Vofricenses par Peregrinus, esclave impérial, mensor, envoyé par lui-même (c’est-à-dire par l’empereur) ». Les bornes sont celles qu’avait installées C. Tullius Capito Pomponianus Plotius Firmus, consul suffect en 84 ; il avait été proconsul d’Afrique dix à douze ans auparavant. Le fait que ces bornes soient dites de Capito Pomponianus laisse penser que ce personnage était connu. De ce fait, il ne peut être que le même personnage qui a fixé des bornes entre les Nicibes et Suburbures, au moment où il était légat d’Auguste de la troisième légion (voir ILAlg. 4343 et 6252 = AE, 1957, 175 et 1969 1969-1970, 696). La remise en place des bornes date très probablement de 128, au moment où Hadrien était en Afrique, comme le laissent croire les formules Iussu et missum ab ipso.

47 En effet, la notion de cité, quel qu’en soit le statut, dépend étroitement de deux critères. La cité n’existe pas sans un territoire défini et délimité avec précision par des bornes. La gestion de ce territoire, et c’est là l’autre fondement d’une cité, est confiée aux magistrats locaux, véritables symboles de l’autonomie municipale. Sur ces questions, voir Aounallah S., Pagus, castellum et civitas, p. 29-41.

48 CIL VIII, 26517 ; ILPB, 224 ; DFH 46 (photo du support, p. 138).

49 AAT, 1, Téboursouk, n o 205 ; CIL VIII, 15516 = ILTun 1380 = ILPB, n o 227 (frise d’un arc, Cagnat R., Cours d’épigraphie latine, 4e éd., 1914, pl. XIX, 1, photo) – d’un côté de l’arc : [u] ictoriis/imperatorum/nostrorum/col (onia) Thugg (a) devota ; de l’autre [uictoriis]/Caesarum/nostrorum/[c] ol (onia) Thugg (a) devo [ta]. Maurin L., MAD, p. 35. Thugga colonie : Christol M., « Gallien, Thugga et Thibursicum Bure », AntAfr, 14, 1979, p. 213-223.

50 Hr ben Mançoura chez Carton L., Découvertes épigraphiques et archéologiques faites en Tunisie (région de Dougga), Lille, 1895, p. 70. L’inscription a été signalée au XVIIIe siècle par Ximenez et Shaw, avec une mise en page différente (CIL VIII, 10619) ; Carton est le dernier à l’avoir vue ; elle était gravée sur un linteau (les dimensions ne sont pas données ; on considérera que la pierre était en place). Aïn-Mansoura dans Cagnat R. et Merlin A., AAT, 2e série au 1/10 000, feuille de Jama, n o 4 : « Ruines d’un village ; plateaux de pressoirs à huile. Sanctuaire ( ?) dédié à Saturne ».

51 De Vos M., Rus Africum, p. 34 et fig. 54. La pierre est opisthographe, l’autre face porte CRR. Elle n’est pas datable en l’état. ILAfr 591 = ILPB 369, voir AE 2008, 1679 est une inscription fragmentaire qui transcrit un décret du proconsul Cornutus Tertullus (fin du règne de Trajan), confirmé par son successeur Marcellus, réglant un différent de limites entre les Aunobaritains et un certain Iulius Regillus.

52 CIL VIII, 15550 (ILS 6827).

53 CIL VIII, 27398 ; dessin de l’inscription dans Carton L., op. cit., p. 210 : […] statvamque [–]/pacidi [–] ; la lecture PAGI, proposée par Carton, est acceptée à titre d’hypothèse par Dessau (CIL). Un personnage de l’Arnensis est attesté à Aunobari (CIL VIII, 15566).

54 L’hypothèse d’Agbia « attribuée » à Dougga (de même d’ailleurs que Geumi et Aunobari), est venue surtout, semble-t-il, de ce que la très riche inscription des Cincii était unique en son genre dans cette ville ; mais on pourrait en dire autant de Numluli et de la dédicace de son capitole (CIL VIII, 26121). Tombe de M. Cincius Felix Iulianus près d’Agbia : CIL VIII, 27420.

55 Les destins de Téboursouk et de Dougga sont étroitement parallèles sous l’Empire romain.

56 Établissement et commentaire du texte : Poinssot Cl., « Aqua Commodiana Civitatis Aureliae Thuggae », Mélanges J. Carcopino, 1966 ; Chouchane A. et Maurin L., DFH, 36, p. 102-109, avec un complément important d’A. Beschaouch, AE, 2000, 1726 : […] ciuitas Aurelia Thugga [a] quam con [duxit e fonte M ?] occol [i] tano, a milliario septimo [sua] pecunia induxi [t et] lacum fecit, M (arcus) Antonius Zeno proc [o (n) s (u) l Africae dedic (auit), cur (atore) L (ucio) Terentio Romano].

57 Selon Poinssot Cl. (se référant à L. Poinssot), le nom viendrait de Mokhoûla, une sainte locale traditionnellement vénérée près des citernes d’El Hammam ; il a donné les résultats d’une enquête de L. Poinssot sur ce culte de Lalla Mokhoûla (Aqua Commodiana, p. 784-785). Repris par Beschaouch A., Épigraphie et ethnographie. La filiation peut faire éventuellement question, outre le temps, car dix-sept siècles se sont écoulés sans aucune documentation entre la mention du lieu sous Commode et celle de Lalla Mokhoûla. Cependant, Gutron Cl., L’archéologie en Tunisie (XIXe-XXe siècles), Paris-Tunis, 2010, p. 164-165, admet cette filiation.

58 Voir DFH 36, p. 109 et MAD, p. 35-36. Sur cet aqueduc, De Vos M., Rus Africum, p. 29-34 et fig. 40-50. De la source au 7e milliaire, il y avait environ 600 mètres.

59 D’où l’intervention appuyée du proconsul. Sur ces domaines impériaux, voir supra.

60 Sur le lien entre le titre Aurelia porté par la ciuitas Thugga et l’achèvement de l’aqueduc et son inauguration, voir Aounallah S., « Sur la signification du martelage… », p. 289-293.

61 C’est, en effet, la première attestation du pagus ; voir ILAfr. 558, DFH 23, p. 60-62, texte analysé infra.

62 Diod. 20.57.4.

63 Le matériel datable le plus ancien fourni par les fouilles est d’un siècle postérieur à la campagne d’Agathocle. Aperçu sur le développement de la ville : Khanoussi M., Ritter St. et Von Rumel Ph., « The German-Tunisian project… », p. 46.

64 Ghaki M., « Épigraphie libyque et punique à Dougga (TBGG) », DEEp, p. 27-45.

65 Voir Poinssot Cl., Les ruines de Dougga, Tunis, 1959, p. 9-10.

66 Leglay M., Saturne Africain. Histoire, Paris, 1966, p. 270.

67 Des sufètes (CIL 26517 = DFH 46), dont un sufes maior (AE 1966, 509 = DFH 47).

68 Stutz R., « Zur städtebaulichen Entwicklung Thuggas », Thugga 1, p. 121, voir p. 73-74. ILAfr 558 indique une aedes Saturni sur le forum tibérien.

69 Maison de Dionysos et d’Ulysse, maison des Trois Masques, maison Omnia tibi felicia, thermes des Cyclopes et aussi sous les gradins de l’auditorium des templa Concordiae et près de l’entrée du site : Stutz R., op. cit., p. 123-127 et pl. 24b-c, 25c-d, 26c-d.

70 Poinssot L., « Les fouilles de Dougga en 1919 et le quartier du forum », NAMS 22, 1919, p. 171-176 ; Khanoussi M., « L’évolution urbaine de Thugga (Dougga) en Afrique proconsulaire : de l’agglomération numide à la ville africo-romaine », CRAI, 2003, p. 131-155.

71 En général, Saint-Amans S., Topographie religieuse, en part. p. 60-61. Sur le forum et son appartenance indéniable au pagus dès le règne de Tibère, Maurin L., DFH n o 23, ce qui est confirmé par ID., DFH 29, sous Antonin le Pieux : un évergète inscrit dans la Quirina offre au pagus, sa patrie, pago patriae ded (it) les portiques du forum et tous leurs ornements ; l’habitude fit conserver le nom de porticus pagi qu’on lit sur un bref texte encore inédit exhumé au nord du forum. En 54, Licinius Rufus a offert le marché au pagus, [p] ago dedit itemque dedicauit mac [ellum] (Ben Abdallah Z., DFH 69). Sous le règne de Commode, Q. Pacuvius Saturus et son épouse construisent à leurs frais le complexe sur lequel ouvre le temple de Mercure pago patriae (Maurin L. et Saint-Amans S., DFH 34 ; infra).

72 ILAfr. 559 = AE 1969-1970, 652, DFH 69, p. 181-182 : […] [M (arcus) Licinius Rufus […] patronus pagi et ciuitatis Thugg (ensis), p] ago dedit itemque dedicauit,/mac [ellum et ?– s] ua pec (uni) a fec (it)…

73 ILAfr 516 = DFH 34, p. 93-98 : (Q. Pacuuius Saturus et Nahania Victoria) […] templum M [e] rcuri et cellas duas cum [s] tatuis et porticum et ab [sides –]/[[omnique cultu]] ampliata pecunia, fecerunt, item porticum e [t tholu] m macelli pago patriae extruxerunt et excoluerunt, item ciuitati Thugg [ensi] HS XXV mil (ia) Q (uintus) Pacuvius Saturus, fl (amen) perp (etuus), daturum se pollicitus est, ex cuius summae reditu quotannis decurionibu [s ciuitatis sport] ulae darentur.

74 CIL, 26478 : Mercurio Aug. sac., loco a ciuitate dato, cella [m] exorna [uit et M] ercurii sig [num –]. Voir Saint-Amans S., Topographie religieuse, p. 333.

75 AE, 1997, 1655 : Minervae Aug (ustae) Sacr (um)/ex testamento Q (uinti) Vinnici, Q (uinti) fili,

Arn (ensis), Genialis, sacerdotis Cereris anni CXXVI,/quaestoris, praefecti iuris dic (undi), duum (viri) c (oloniae) I (uliae) K (arthaginis),/patroni ciuitatis Thuggensis, ex HS X mil (ibus), XX Pop (uli) R (omani)/minus ciuitati donum dedit, curatore Q (uinto) Mario Per/petuo, patrono ciuitatis. Sur cette inscription, voir Saint-Amans S., op. cit., p. 339.

76 CIL VIII, 26527 ; ILTun 1404 ; Aounallah S. et Ben Abdallah Z., « Les Calpurnii de Dougga », DEEp, p. 84-86 et pl. 7. L’inscription est encore incomplète, mais elle ne faisait pas de place au pagus.

77 CIL, 26498 ; DFH 38, p. 111-114 : […] opus templi Saturni quod L (ucius) Octavius Victor Roscianus [–] ex summa honoris [– faciendum promiserat] taxatis sestercium L milib (us) n (ummum), mo [umentum cum aedi] culis suis perficiendum id opus sestertium C mil (ibus) n (ummum) [legau] it, qua summa ab heredibu [s sol] uta et publice inlata, pagus et ciuitas Thuggensis, d (ecreto) d (ecurionum).

78 L’association est fréquente depuis la fin du règne de Marc Aurèle, mais les deux communautés restent bien distinctes ; leur association pour régler un héritage compliqué s’explique bien, mais l’étonnant est qu’elle s’accompagne, dans le formulaire, avec la fusion des deux ordines, et, plus encore, de leurs caisses publiques, ce que l’on ne devrait rencontrer qu’à partir de 205.

79 Leglay M., Saturne africain, Monuments 1, Paris, 1961, p. 207-220.

80 Aounallah S. et Maurin L., op. cit.

81 L’aqueduc de la ciuitas est documenté par trois inscriptions : la plus importante est celle qui commémore son inauguration par le proconsul d’Afrique Zénon, citée supra ; en outre, la dédicace post mortem gravée en l’honneur de L. Terentius Romanus, curateur de l’aqueduc (AE 1966, 512 = Kallala N., DFH 37 ; ces deux inscriptions ont été découvertes dans les environs du nymphée) ; la troisième inscription commémore la restauration de l’aqueduc et l’embellissement du nymphée, sur l’ordre (instantia) du proconsul Decimus Hilarianus Hesperius, en 376-377 (CIL, 26568 = ILAfr. 533 = DFH 43). Sur l’architecture de ce nymphée, voir Golvin J.-Cl., DEAR 1, p. 34-35.

82 Nous n’avons aucun élément pour ce qui concerne les espaces privés ; la tentation serait grande de parler, au moins dans les premiers temps de l’empire, d’une agglomération du pagus plutôt au nord et de celle de la civitas plutôt au sud, mais on ne saurait fixer les limites ni de l’une ni de l’autre.

83 Poinssot Cl., Les ruines de Dougga, p. 34.

84 Nous devons cette information à Séverine Garrat qui prépare, sous la direction de Jérôme France, une thèse sur l’eau à Thugga.

85 Poinssot Cl., op. cit., p. 73.

86 Grands seigneurs, les Marcii ne font pas par ailleurs état des sommes très importantes qu’ils ont investies dans ces opérations. Cette sobriété contraste avec celle du donateur qui fit construire le capitole de la ville voisine de Numluli (CIL VIII, 26121).

87 Sur le dossier des nécropoles : Saint-Amans S., MAD, p. 44-48 et fig. 9.

88 À Dougga, la provenance des épitaphes est loin d’être assurée pour toutes, en raison des lacunes laissées sur ce point par des chercheurs et surtout des remplois à travers les siècles, et dès l’Antiquité, de ces pierres pour la plupart facilement transportables, et éventuellement gênantes sur place pour les travaux agricoles. Nous n’avons retenu ici que les pierres dont la provenance était certaine.

89 MAD, p. 77-78.

90 État de la question dans MAD, p. 49.

91 Supra, dans le tableau : 27, 35, 51, 60, 72, 81, 82, 99.

92 Abzaeus (1), Anconius (5-6), Botuius (12), Mocafius (48), Neppasius (54), Oroconius (55), Otilius ( ? 56), Sefessus (72).

93 Ainsi Cabdollonius qui dérive de Cabdollo (13), Cefalonius tiré de Cefalo (16-17), Tironius forgé sur Tiro (90-91).

94 MAD, 854.

95 MAD, 770 (53) : M. Mattius, M. f., Arn., Pullaienus Bellicus, et MAD, 1255 (97) : L. Vibius, L. f., Arn. Festus.

96 MAD, p. 46.

97 Dans le tableau : 8, 18, 25.

98 CIL, 26517 = ILPB 224 et DFH 46 ; voir aussi MAD, p. 81-82.

99 Dans le tableau : 29 et 44.

100 Supra, les templa Concordiae édifiés solo suo par des Gabinii.

101 La répartition des défunts inscrits dans l’Arnensis est peu significative en raison du nombre infime des défunts pour lesquels est mentionnée la tribu (supra).

Table des illustrations

Légende 1. Le territoire de Dougga : les agglomérations périphériques.1. ● Ville (chef-lieu de cité). 2. ○ Agglomération portant le titre de pagus.3. □ Centre d’un domaine impérial. Hr = henchir (L. Maurin).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34345/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 442k
Légende 2. Les principaux sites sur le territoire de Dougga.1. ● Ville (chef-lieu de cité). 2. • Agglomération. 3. — Voie de Carthage à Théveste. 4. — Voies antiques (d’apr. Carton). Les chiffres en italique sont les numéros de l’AAT, 1 (L. Maurin).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34345/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende 3. Plan archéologique de Dougga. 1. Cirque. 2. Temple de Minerve. 3. Dolmens. 4. Citernes d’Aïn Mizeb. 5. Enceinte de l’Antiquité tardive. 6. Temple de Saturne. 7. Temple présumé de Neptune. 8. Hypogée. 9. Église de Victoria. 10. Citernes d’Aïn el Hammam. 11. Arc de Sévère Alexandre. 12. Temple anonyme 13. Théâtre. 14. Temple de Caelestis. 15. Citadelle byzantine. 16. Temple de Tibère ? 17. Forum. 18. Capitole. 19. Temple de Mercure. 20. Place de la Rose des Vents. 21. Chapelle de la Piété Auguste. 22. Temple de la Fortune ? 23. Mosquée. 24. Marché. 25. Temple A. 26. Temple de la Victoire germanique de Caracalla. 27. Dar Lachhab. 28. Temple de Tellus. 29. Thermes liciniens. 30. Templa Concordiae. 31. Auditorium. 32. Temple anonyme. 33. Temple de Minerve. 34. Nymphée. 35. Maison du Labyrinthe. 36. Maison de Dionysos et d’Ulysse. 37. Maison du Trifolium. 38. Thermes des Cyclopes. 39. Temple dit de Pluton. 40. Arc de Septime Sévère. 41. Citernes d’Aïn Doura. 42. Thermes d’Aïn Doura. 43. Latrines publiques. 44. Exèdre de Junon Reine. 45. Columbarium des Remmii. 46. Mausolée libyco-punique. L. Maurin, d’après le relevé général de Cl. Poinssot, Les ruines de Dougga, 1959, pl. h. t.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34345/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 922k
Titre L’onomastique de la nécropole du sud
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34345/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34345/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 569k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34345/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre L’onomastique de la nécropole de l’ouest
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34345/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 537k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34345/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Titre L’onomastique de la nécropole du nord-ouest
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34345/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 409k
Titre L’onomastique de la nécropole du nord-est
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34345/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 437k
Titre L’onomastique de la nécropole du sud-est
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34345/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 168k

Auteurs

Maître de recherche à l’Institut National du Patrimoine (INP) de Tunisie
Professeur honoraire des Universités

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540