Version classiqueVersion mobile

Frontières oubliées, frontières retrouvées

 | 
Michel Catala
, 
Dominique Le Page
, 
Jean-Claude Meuret

Troisième partie. Frontières retrouvées

D’une frontière détruite à une frontière patrimonialisée : le mur de Berlin et la mémoire officielle de la RDA (1989-2009)

Emmanuel Droit

Résumé

L’une des particularités du mur de Berlin comme frontière est d’émerger en 1961 au milieu même de la ville pour symboliser la fracture idéologique de l’Allemagne, de l’Europe et du monde après la Seconde Guerre mondiale. Or, largement démantelé au lendemain de sa chute, le mur de Berlin devient au début des années 1990 un « trou de mémoire » pour reprendre l’expression de Roger Bastide. Deux logiques entrent en collision à partir du milieu des années 1990 : d’un côté, la volonté politique de rendre l’histoire présente liée à une demande sociale et touristique, de l’autre l’exigence locale de tirer un trait sur le passé en effaçant les traces de ce « Mur de la Honte ».
Il s’ensuit de violentes controverses jusqu’à aujourd’hui autour de la patrimonialisation du mur, de l’émergence de mémoriaux, de musées avec cette question lancinante : « Faut-il classer comme monument historique les pans restants du Mur ? ».

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Est-ce que je me trouve à l’Est ou à l’Ouest ? », « Où passait exactement le Mur ? ». Ce sont certainement les questions les plus fréquemment posées par les visiteurs allemands et étrangers qui découvrent le « nouveau Berlin » et qui tentent de s’y orienter.

Véritable synecdoque de l’histoire contemporaine allemande, Berlin était entre 1948 et 1989 une « ville-front » qui a progressivement acquis, surtout à partir de 1961, le statut d’icône principale de la guerre froide1. Elle constitue un point de condensation et de cristallisation de multiples mémoires collectives, tout à la fois historiques2 et communicatives3 s’emboîtant dans un jeu d’échelles : une double mémoire locale (Berlin-Est et Berlin-Ouest) et nationale (RFA et RDA) mais également une mémoire européenne et même universelle. En dépit de la construction de la frontière inter-allemande dès 19524, aucun autre objet matériel que le Mur de Berlin n’a condensé avec autant de puissance la division de la ville, de l’Allemagne5...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search