Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frontières oubliées, frontières retrouvées

 | 
Michel Catala
, 
Dominique Le Page
, 
Jean-Claude Meuret

Troisième partie. Frontières retrouvées

Le Bosphore et les Dardanelles comme limite européenne

Fonctions et représentations des détroits turcs dans les Géographies Universelles des xixe et xxe siècles

Benoît Montabone

Résumé

Bien que le Bosphore et les Dardanelles soient souvent présentés comme une limite continentale claire entre l’Europe et l’Asie, ce statut a évolué dans la géographie française au cours des XIXe et XXe siècles. L’examen détaillé des représentations et des qualificatifs attribués aux détroits Turcs dans quatre Géographies Universelles, considérées comme révélatrices des évolutions du savoir géographique en France, montre que le rôle de séparation continentale a été assez tôt abandonné au profit d’un rôle de continuité urbaine. Le concept de limite continentale dépend par conséquent de l’échelle spatiale considérée.

Although Bosphorus and Dardanelles are often presented as a continental border between Europe and Asia, this role has evolved along the XIXth and the XXth century in the French Geography. The examination of the representations attributed to the Turkish Straits in four Géographies Universelles published in France shows that the role of continental separation was early abandonned for a role of urban continuity. The concept of continental limit is therefore highly dependent on the scale of analysis.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les détroits du Bosphore et des Dardanelles n’ont jamais été une frontière étatique. Pourtant, ils sont fréquemment présentés comme une frontière naturelle entre l’Europe et l’Asie. Cette limite entre deux continents, difficile à établir de manière géographique, est le fruit de représentations et de constructions d’images auxquelles les géographes du XIXe et du XXe siècles ont contribué de manière significative. Aujourd’hui encore, la doxa politique impose comme limite de l’Europe ces étroits bras de mer entre la Thrace et l’Asie Mineure, reprenant et instrumentalisant des définitions de frontières ou de limites continentales obsolètes dans la géographie contemporaine. Comme le souligne Michel Foucher1, la frontière est une discontinuité géopolitique, à fonction de marquage réel, symbolique et imaginaire. Jacques Lévy insiste, lui, sur le fait qu’il ne peut y avoir de frontières sans État2. Bosphore et Dardanelles n’étant pas une ligne défendue par un territoire pour assurer sa sécu...

Auteur

Université Européenne de Bretagne – Rennes 2 UMR 6590 Espaces et Sociétés – ESO-Rennes

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540