Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frontières oubliées, frontières retrouvées

 | 
Michel Catala
, 
Dominique Le Page
, 
Jean-Claude Meuret

Troisième partie. Frontières retrouvées

Les marches catalanes du xe au milieu du xiiie siècle : l’émergence d’une mémoire collective de la frontière

Henri Dolset

Résumé

Les comtés catalans sont au Moyen Âge central au contact avec les territoires musulmans ibériques par le biais de marches, qui constituent à la fois des zones d’affrontement et d’échange entre chrétiens et musulmans. Les marches sont l’objet de l’élaboration d’une mémoire collective de la frontière, formée de trois strates : la mémoire patrimoniale, la mémoire chrétienne et la mémoire comtale. La pierre angulaire de ces différentes couches mémorielles est le héros, pionnier et guerrier dont l’action tend à faire de la frontière un espace sacré.

The central Middle Ages, Catalan counties are in contact with Iberian muslim territories through the borders, which are zones of confrontation and exchange between Christians and Muslims. The borders are the object of the elaboration of a collective memory of the frontier, formed by three strata: the patrimonial memory, the Christian memory and the counts memory. The cornerstone of these memory layers is the hero, a pioneer and a warrior whose action tends to make the frontier a sacred space.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Tout au long du Moyen Âge central, les comtés catalans sont au contact du monde musulman par le biais de marches qui constituent à la fois une zone d’affrontement et d’échanges entre chrétiens et musulmans. Cette frontière est par définition éphémère puisqu’elle revêt l’aspect d’un front de conquête et de colonisation chrétiennes : elle a pour vocation de progresser vers le sud, ce qui entraîne son apparition dans les régions plus méridionales et parallèlement sa disparition dans les régions plus septentrionales. Dans ces dernières, la culture de la frontière tend dès lors à se fossiliser : elle survit plus ou moins partiellement en se figeant à la fois dans le paysage, la toponymie et les mentalités. La frontière devient alors dès cette époque un objet de mémoire1. C’est la formation d’une mémoire frontalière que nous avons souhaité étudier car elle explique la façon dont les Catalans perçoivent aujourd’hui encore la frontière disparue.

Néanmoins, faire de la mémoire contemporaine d...

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540