Version classiqueVersion mobile

Frontières oubliées, frontières retrouvées

 | 
Michel Catala
, 
Dominique Le Page
, 
Jean-Claude Meuret

Troisième partie. Frontières retrouvées

Le Limes romain en Allemagne, de la recherche savante à l’intégration au tourisme

Peter Henrich

Résumé

En Allemagne, le « Obergermanisch-Raetische Limes » se développe sur une distance de 550 km, depuis le nord-ouest jusqu’au Danube. Il a constitué la frontière de l’Empire romain depuis le IIe siècle jusqu’au IIIe siècle de notre ère. Des restes de bâtiments, de fossés, de forts, de tours de guet furent découverts lors des fouilles. Ils sont l’illustration des techniques défensives et des stratégies géopolitiques de la Rome antique concernant l’organisation d’une zone militaire.
Le nom « Teufelsmauer » [mur du diable] donné au Limes depuis le XVIIe siècle ainsi que la réutilisation partielle de fossés et de remparts prouvent que les vestiges étaient encore bien visibles et que les contemporains discutaient leurs fonctions et leur datation.
Les premières reconstructions datent du milieu du XIXe siècle ; elles soulignent la volonté de visualiser et médiatiser cette frontière auprès du public. Depuis 2005, le Limes a été classé au patrimoine mondial de l’Unesco comme « Frontiers of the Roman Empire ». Cette genèse et cette évolution soulignent le changement fonctionnel du Limes : d’abord frontière, ensuite objet d’intérêt scientifique et aujourd’hui patrimoine mondial à forte signification culturelle et touristique.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

LE LIMES EN TANT QUE FRONTIÈRE À L’ÉPOQUE ROMAINE

À l’époque romaine, l’actuel Limes de la Germanie Supérieure et de la Rhétie n’était pas nommé « Limes ». Ce terme provient d’une fausse interprétation des sources latines. « Limes » portait dans des textes de l’époque la signification de « layon » ou de « route1 ». La construction du Limes débuta au début du IIe siècle et ne se fit pas de manière identique le long des différentes sections frontalières. Jusqu’à 160-165 ap. J.-C. la limite fut avancée à plusieurs reprises vers l’est avant d’atteindre son tracé définitif avec une longueur de 550 km.

Image

1. Carte du Limes avec les forts romains les plus importants (Deutsche Limeskommission).

Les différents éléments du Limes furent également modifiés au cours du temps. Les tours, en bois au début, furent aménagées en pierre au cours du IIe siècle ap. J.-C. et le tracé du Limes fut également soumis à des modifications. Sans doute ne s’agissait-il d’abord que d’un chemin ou d’un layon reliant les...

Auteur

Directeur de la Commission germanique du Limes, Université de Cologne

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search