Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Frontières oubliées, frontières retrouvées

 | 
Michel Catala
, 
Dominique Le Page
, 
Jean-Claude Meuret

Deuxième partie. Conceptions et constructions de la frontière

En quête de limites : géographie et politique des frontières au Royaume-Uni (vers 1890-1918)

Antonio Stopani

Abstract

Cet article vise à reconstruire le contexte dans lequel, au tournant des XIXe-XXe siècles, les limites internationales ont assumé le statut d’objet scientifique au sein de la discipline géographique. Le cas de la géographie anglaise est ici retenu dans la mesure où le projet de soumettre la frontière à une analyse scientifique se formule de manière précoce et claire en rompant avec les pratiques descriptives jusque-là dominantes. Les tenants de cette option entendent entamer une réflexion « scientifique » en interrogeant les finalités des délimitations internationales par rapport à la constitution d’une communauté de Nations. En m’éloignant d’approches internalistes en histoire des sciences qui tendent à confiner les débats intellectuels dans les cadres autoréférentiels de cercles académiques, j’entends montrer que les discussions sur les frontières ne peuvent être comprises en faisant abstraction des questions politiques qui agitent le monde contemporain et qui à travers la frontière sont analysées. Les débats scientifiques sur la frontière ne peuvent se comprendre sans considérer d’une part le contexte politique dans lequel ils prennent place, et d’autre part le rôle auquel aspire la géographie : discipline capable de déceler les principes inspirateurs de la politique au sens de la maîtrise de territoires et de populations.

Political boundaries assumed a new and broader scientific statute between the late XIX and the beginning of the XX centuries in relation with the growing importance of geography as academic discipline. More particularly, this paper is interested in reconstructing the context and the way in which such connection was made in the case of Great Britain. English geography raised the question of a new “scientific” investigation of political boundaries in contrast with the traditional descriptive geography. In this ways, it addressed its concerns to the making of boundaries in relation with the raising of an international community made up of Nations. I aim at showing that the debates on boundaries can’t be understood if one disregards the political questions shaking a specific place in the contemporary world. It is precisely this kind of questions which are analysed through the boundary. This implies to escape from internalist approaches in history of sciences – when they tend to confine intellectual debates to academic spheres – following up actors and institutions promoting such debates, unveiling the concerns they address and the problems they declare to tackle and to solve. Geography – and political geography more particularly – appears a discipline whose aims consist in orienting politics, in securing territory and resources, and controlling populations.

The HTML, PDF, ePub formats of this book are available to the users of libraries and institutions subscribing to the OpenEdition Freemium program for Books. The book will also be available to buy in PDF and ePub formats on the websites of our partner bookstores. If a print edition of the book is available, links to bookstores will be displayed on this page.

Excerpt

Cet article s’attache à reconstruire le contexte dans lequel, au tournant des XIXe-XXe siècles, les limites internationales ont assumé le statut d’objet scientifique à part entière au sein de la géographie. Il est évident que le discours sur les limites des États appartient au projet épistémologique du savoir géographique de tout temps notamment lorsqu’il s’applique à comprendre la dimension spatiale du monde politique. Exposé savant ou rapport administratif, narration pédagogique ou guide de voyage, le texte géographique désigne des limites, les situe dans l’espace avec un vocabulaire et une précision qui changent en fonction de l’échelle d’observation, des époques ainsi que des intentions de l’auteur1. À strictement parler, les termes « frontière » et « limite » sont moins l’apanage d’une discipline qu’une pluralité de savoirs qui concourent à fonder une analyse politique des structures spatiales du pouvoir.

Dans un champ géographique qui définit sa pertinence disciplinaire au cour...

Author

Chercheur, Dipartimento di Scienze Antropologiche, Archeologiche e Storico-Territoriali, Turin

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540