Version classiqueVersion mobile

Frontières oubliées, frontières retrouvées

 | 
Michel Catala
, 
Dominique Le Page
, 
Jean-Claude Meuret

Deuxième partie. Conceptions et constructions de la frontière

La frontière albano-grecque, histoire d’un avant-poste italien (1878-1947)

Fabrice Jesné

Résumé

C’est en 1878 que le gouvernement italien abandonne pour la première fois son philhellénisme intégral pour prendre la défense des intérêts albanais face aux revendications grecques. Entre 1878 et 1947, au moins une demi-douzaine de tracés frontaliers se succèdent. C’est l’histoire de cette frontière hésitante que nous souhaitons retracer ici. Si la frontière est tracée par les grandes puissances, sous le regard des jeunes États grec et albanais, les populations locales sont également des acteurs de ce processus. Si l’Italie libérale mène dans la région une politique relativement prudente, le régime fasciste joue ouvertement la carte de la Grande Albanie. 1947 marque pour l’Albanie et la Grèce le retour officiel à l’ancienne frontière, qui sépare toutefois désormais des territoires marqués par une homogénéisation forcée.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’unification italienne, entre 1859 et 1870, marque l’émergence d’une nouvelle grande puissance au centre de la Méditerranée. Dès 1860, un ministre italien observait que la nouvelle configuration péninsulaire déplaçait les frontières du royaume de Savoie quasiment jusqu’à l’Empire ottoman : « La nouvelle organisation de l’Italie nous rapproche trop des frontières turques1 », déclarait Giacomo Durando. La région des Pouilles, à l’extrême sud-est de la botte italienne, est en effet séparée de l’Albanie, qui se trouvait alors sous domination ottomane, par un détroit large d’une centaine de kilomètres seulement. Jusque dans le dernier quart du XIXe siècle, l’Albanie est une région extrêmement mal connue de l’Europe du Sud-Est, qui n’est recouverte par aucune délimitation administrative faisant explicitement référence aux Albanais2. La présence de populations albanaises dans les territoires ottomans proches de l’Italie fut longtemps une donnée très floue pour les Occidentaux, qui ne disp...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search