Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frontières oubliées, frontières retrouvées

 | 
Michel Catala
, 
Dominique Le Page
, 
Jean-Claude Meuret

Deuxième partie. Conceptions et constructions de la frontière

Souverainetés mouvantes, pratiques de la frontière et identités flamandes des années 1780 à 1815

Alexandra Petrowski

Résumé

Durant la période de profonds bouleversements que représentent les années 1780-1815, la frontière entre les Flandres françaises et belges subit de nombreuses transformations. Celles-ci ont-elles une influence sur l’identité des populations frontalières ? Les sentiments d’appartenances territoriaux sont toujours difficiles à saisir, c’est pourquoi nous tentons ici de les aborder par le biais des pratiques (ici migratoires, religieuses ou en lien avec la notion de patriotisme), dans la mesure où celles-ci créent et révèlent des territoires au sens d’espaces vécus et appropriés par les populations.

Between 1780 and 1815, the location of the border that separated French and Belgian Flanders often changed. Did these movements have any influence on the identities of the people who lived in that area? The question of how people felt about the territory they lived in is a difficult one to answer, because few wrote about it; that is the reason why I attempted to look into this matter by analysing the practices of those who lived by the border, with a specific focus on three topics: the migrations, the religious practices and the notion of patriotism.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La Flandre est une région de frontière récente, qui a connu des formes d’unité politique notamment sous le comté de Flandre, sous les Pays-Bas bourguignons ou encore sous les Pays-Bas espagnols puis autrichiens. C’est aussi une région où l’appartenance à l’une ou l’autre souveraineté est parfois encore floue à la veille de 1789, d’autant plus qu’aucun obstacle naturel, excepté le cours de la Lys sur une partie, ne viendrait appuyer une frontière entièrement née des conventions et négociations politiques du traité des Pyrénées de 1659 à celui d’Utrecht de 1713 et aux conférences des limites franco-autrichiennes de 1769 et 1779. Enfin, c’est une région à qui l’on prête une forte singularité culturelle, fondée avant tout sur la langue et la religion, singularité qu’il convient d’interroger dans la mesure où comme le rappelle Michelet dans son Histoire de France : « Ce nom, les Flandres, n’exprime pas un peuple, mais une réunion de pays fort divers, une collection de tribus et de villes...

Auteur

Doctorante, Université de Lille 3

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540