Version classiqueVersion mobile

Frontières oubliées, frontières retrouvées

 | 
Michel Catala
, 
Dominique Le Page
, 
Jean-Claude Meuret

Deuxième partie. Conceptions et constructions de la frontière

La militarisation de la frontière et les mutations des mentalités en Transylvanie roumaine (1750-1850)

Dana-Maria Rus

Résumé

Le régiment roumain de gardes-frontières a fonctionné pour la période 1762-1851 sur le territoire situé au nord-est de la Transylvanie. Cette région historique de la Roumanie a fait partie de l’Empire habsbourgeois pendant plus de 160 ans ; ce statut a influencé la vie des habitants, le développement économique mais aussi la mentalité individuelle et collective de la population militarisée. Notre étude a mis en évidence le fait que les mentalités de ces populations ont beaucoup évolué à cause des nouvelles règles dictées par les Autrichiens. Toute la vie quotidienne publique ou privée des habitants de ces 44 villages a été très attentivement surveillée par les autorités étrangères. La frontière militaire imposée par les Autrichiens a eu un profond impact sur la population vivant à l’intérieur du territoire du régiment aussi bien que sur ses descendants.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La monarchie des Habsbourg, dans le contexte militaire et politique agité de l’histoire de l’Europe balkanique, a créé des régiments de gardes des frontières en Transylvanie. Le cordon militaire formé par ces régiments a été instauré pour plusieurs raisons militaires et politiques1 assumées par la cour de Vienne. Dans son livre dédié à l’histoire du IIe régiment de gardes-frontières roumain, l’historien Ioan Pop considère la défense des frontières devant les attaques des Ottomans comme la cause principale de la création de la milice de frontière en Transylvanie2. Mais les raisons politiques3 ou le désir de l’Empire d’exercer une influence plus marquée sur le territoire roumain ont aussi contribué de manière essentielle à l’implantation du système militaire en Transylvanie dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Dans les années 1699-1868 la région de Transylvanie fait partie intégrante de l’Empire habsbourgeois ; ce statut a influencé la vie des habitants, le développement économique...

Auteur

Boursière post-doctorat à l’EHESS/Centre de Recherche Historique

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search