Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Frontières oubliées, frontières retrouvées

 | 
Michel Catala
, 
Dominique Le Page
, 
Jean-Claude Meuret

Deuxième partie. Conceptions et constructions de la frontière

Le royaume des Quatre Rivières : l’exemple de la frontière de la Meuse de Philippe IV à François Ier

Léonard Dauphant

Abstract

À partir du XIIIe siècle, la France est définie territorialement par une frontière fluviale, les Quatre Rivières (Escaut, Meuse, Saône, Rhône). L’invention de cette frontière remodèle les marges du royaume. Plusieurs frontières linéaires parallèles, frontières fiscale, judiciaire, féodale, courent dans la vallée de la Meuse, à travers le duché de Bar. Cette marche est un espace de coopération à l’échelle régionale, mais aussi une zone de tension, marquée par la contrebande et les pillages. Les riverains s’approprient l’idée de la rivière-frontière, même quand elle contredit les limites de terrain.

Since the thirteenth century, the Four Rivers (Scheldt, Meuse, Saone, Rhone) defined the France territory. The invention of this border is reshaping the kingdom margins. Several parallel linear boundaries, tax, legal, feudal boundaries, cross the Meuse valley, through the Duchy of Bar. This march is an area of cooperation at the regional level, but also a zone of tension, marked by looting and smuggling. Residents appropriate the idea of the river border, even when it contradicts the real borders.

The HTML, PDF, ePub formats of this book are available to the users of libraries and institutions subscribing to the OpenEdition Freemium program for Books. The book will also be available to buy in PDF and ePub formats on the websites of our partner bookstores. If a print edition of the book is available, links to bookstores will be displayed on this page.

Excerpt

Du XIIIe siècle jusqu’au XVIIIe siècle encore1, le royaume de France a été défini en fonction de limites physiques, les Quatre Rivières (Escaut, Meuse, Saône et Rhône), dont on faisait remonter l’origine au partage de l’Empire carolingien lors du traité de Verdun, en 843. Le royaume possède un territoire fixe, qui tend à correspondre à l’étendue de la juridiction du roi. L’historiographie a eu longtemps tendance à négliger la portée de cette définition spatiale de la France : s’il y avait eu des frontières naturelles dans l’ancien temps, c’était le Rhin et les Alpes. Puis la critique du mythe des « frontières naturelles » a longtemps tenu lieu d’étude sur le sujet. Voilà vingt ans déjà, Daniel Nordman invitait les médiévistes à revenir sur cette question des frontières2. Mais nous nous heurtons à un problème lié à la dispersion des sources : à la différence de l’époque moderne, jusqu’au début du XVIe siècle, il n’y a pas de négociations générales portant sur des questions de tracé, ...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540