Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frontières oubliées, frontières retrouvées

 | 
Michel Catala
, 
Dominique Le Page
, 
Jean-Claude Meuret

Deuxième partie. Conceptions et constructions de la frontière

De la seigneurie à l’État princier : les frontières en mouvement (xie-xve siècle)

Laurence Moal

Résumé

Les principautés apparaissent généralement dans la période post-carolingienne, sur des bases féodales. Pour exister face au royaume de France, les princes ont dû faire admettre la reconnaissance de leur souveraineté, processus dans lequel la frontière joue un rôle décisif. L’accroissement du domaine princier est un phénomène quasi général et se manifeste par une politique de consolidation du pouvoir intérieur tout en progressant sur des axes précis. En raison même de cette politique expansionniste, les princes s’emploient à raccourcir ou à reculer leurs frontières. Cette politique de la frontière est indissociable de la création de l’État moderne.

Principalities were mainly born during the post-carolingian era, according to a feudal pattern. In order to claim their existence to the realm of France, princes had to have their sovereignty acknowledged – a process in which borders were of the utmost importance. The expansion of the prince’s lands was commonplace and could be seen in the way politics focused on strenghtening its power within the country, while spreading its territory according to clearly defined lines. Owing to that expansionist policy, princes strove to shorten or push their borders forward. This policy of frontiers is undeniably closely linked to the creation of the modern State.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jusqu’au XIIIe siècle, les limites de la France sont mouvantes et surtout, deux types d’entités politiques d’essence contradictoire coexistent : l’État monarchique et les États princiers. Le royaume est en effet divisé en une douzaine de grandes principautés territoriales qui ont été constituées à partir du règne de Charles le Chauve au milieu du IXe siècle en raison de l’affaiblissement du pouvoir royal. Ce sont la Flandre, l’Aquitaine, le Béarn, la Bourgogne et la Bretagne, aux limites strictes du royaume, le Berry, l’Anjou, le Bourbonnais et le Dauphiné ainsi que les territoires extérieurs aux royaumes des Valois : la Provence, la Lorraine, le Hainaut et la Savoie1. Elles naissent, sur des bases féodales, de l’hérédité des charges publiques à partir de la fin du IXe siècle quand le comte ou le marquis exerce lui-même les droits régaliens en acceptant de prêter serment de fidélité au souverain. Elles tendent à devenir des territoires dans lesquels les princes exercent pleinement l...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540