Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frontières oubliées, frontières retrouvées

 | 
Michel Catala
, 
Dominique Le Page
, 
Jean-Claude Meuret

Deuxième partie. Conceptions et constructions de la frontière

La formation d’espaces périurbains aux marges du territoire des cités : les exemples de Milet, de Rhodes et de Termessos de Pisidie

Isabelle Pimouguet-Pédarros

Résumé

On observe que la complexité humaine et physique des espaces micrasiatiques, leur extension géographique, ont conduit les cités grecques à mettre en œuvre des politiques territoriales adaptées et différenciées : par la satellisation des agglomérations indigènes préexistantes (Milet), par une déconcentration très poussée des fonctions administratives et militaires (Rhodes) ou encore par la polarisation des zones rurales périphériques autour de têtes de pont défensives (Termessos avec le fort de Kelbessos). Dans tous les cas, ces espaces péri-urbains organisés en réseaux, semblent avoir structuré les marges et contribué ainsi à la stabilisation d’espaces composites.

The human and physical complexity of small-scale areas in Asia Minor and their geographical extension led Greek cities to put in place differing territorial policies. These varied from the linking in of pre-existing indigenous settlements (in the case of Miletus) to very far-reaching decentralisation of administrative and military functions (in the case of Rhodes) and to a polarisation of peripheral rural areas around defensive bridgeheads (in the case of Termessos with its outlying fort at Kelbessos). In each case these extra-urban areas were organised in networks and seem to have provided a structure for the territory, thus contributing to the stabilisation of different types of region.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les frontières, dans le monde grec des cités, n’étaient pas clairement délimitées : une forêt, une chaîne de montagnes, un fleuve servaient généralement à marquer une séparation entre deux communautés politiques – du moins jusqu’au IVe siècle av. J.-C., date à laquelle des bornes en pierre faisant mention du toponyme de la cité commencèrent à être édifiées1.

Pour autant, ce que les Grecs désignaient sous le terme d’« eschatiai » et que l’on traduit par « frontières » renvoie à une réalité complexe ; en effet, ce terme ne désignait pas une limite clairement définie mais une zone de confins constituée de deux espaces politiquement différenciés (pl. 1) : l’un faisait partie intégrante du territoire de la cité, l’autre formait une zone bordière que l’on qualifiait de « méthoria » et qui, dans son sens littéral, signifie « qui forme frontière2 ». La zone bordière était souvent l’objet de conflits entre deux cités voisines ; on pouvait chercher à la neutraliser en y développant une activit...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540