Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frontières oubliées, frontières retrouvées

 | 
Michel Catala
, 
Dominique Le Page
, 
Jean-Claude Meuret

Première partie. Aux marges de la Bretagne

La fabrique des universités et l’épineuse question des frontières bretonnes

Daniel Le Couédic

Résumé

La fécondité des bassins scolaires, la démocratisation de l’enseignement supérieur, son harmonieuse répartition sur le territoire et le confortement des villes moyennes ont été régulièrement évoqués pour justifier les créations d’universités en France depuis les années 1960. Les tribulations de l’université en Bretagne laissent cependant entrevoir des explications d’un tout autre registre où des « frontières » ancestrales réapparaissent sans cesse en filigrane : entre Haute et Basse-Bretagne, entre évêchés de jadis, entre subdivisions d’ancien régime ignorées par la départementalisation, etc. Les douloureuses gestations des universités de Nantes, de Bretagne occidentale et de Bretagne Sud en ont témoigné au cours des cinq dernières décennies. Il est fort à parier que l’actuelle recomposition du paysage universitaire breton, incluant à nouveau Nantes, marquera un nouvel épisode de cette complexe géopolitique.

The demographics of school catchment areas, the democratization of higher education, its harmonious territorial distribution and the reinforcement of towns have been regularly cited to justify the creation of universities in France since the 1960s. The tribulations of the university in Brittany might, however, point to explanations of a wholly different nature. This is where ancestral “frontiers” are never far below the surface, in the contrasting situations of Upper and Lower Brittany, between the bishoprics of yore and those subdivisions of the Ancien Régime that French départementalisation failed to take into account. The painful birth pangs of the universities of Nantes, Brest and Lorient have given ample proof of this over the past five decades. The present restructuring of the academic landscape of Brittany, in which Nantes is once again included, will no doubt represent a new episode in this complex geopolitical saga.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le 15 novembre 1965, cent maires de Loire-Atlantique affluèrent à Nozay avec à leur tête André Morice (1900-1990), premier magistrat de Nantes. Ils y joignirent solennellement une délégation du reste de la Bretagne, conduite par Henri Fréville (1905-1987), qui présidait alors aux destinées de Rennes. Il s’agissait pour eux d’afficher une solidarité bretonne sur la frontière administrative qui les avait séparés une première fois en 1941, puis en 1955, lorsque les décretslois instaurant les régions de programme en avaient repris le tracé, et enfin en 1964 quand les régions administratives avaient été créées selon le même découpage. À l’occasion et très symboliquement, Nantes officialisa son adhésion au Centre d’étude et de liaisons des intérêts bretons (CELIB) qui, en 1950, s’était donné pour mission de ramener à la vie politique, économique et culturelle une Bretagne exsangue.

Ces retrouvailles n’allaient pas de soi, mais un des principaux obstacles venait cependant d’être levé : un 1...

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540