Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frontières oubliées, frontières retrouvées

 | 
Michel Catala
, 
Dominique Le Page
, 
Jean-Claude Meuret

Première partie. Aux marges de la Bretagne

La Bretagne dans la guerre : une province frontière face aux descentes anglaises de 1522

Pol Vendeville

Résumé

Au cours de l’été 1522, les Anglais ont mené une série de descentes contre la Bretagne. Quatre villes sont attaquées successivement avec plus ou moins de réussite. Le bilan global de l’expédition est contrasté. Plus qu’une opération de pillage, les Anglais ont souhaité affaiblir la France sur les mers. Mais ils n’ont pas été soutenus par leur allié espagnol pour qui l’intervention ne devait être qu’une diversion obligeant les Français à se battre sur plusieurs fronts en Bretagne, en Normandie, en Calaisis ou ailleurs. Succès et défaites des Bretons démontrent combien il est crucial de s’opposer aux ennemis sur la plage, dès le débarquement. Le guet à la mer et l’artillerie occupent donc une place centrale dans la défense des côtes. C’est l’enseignement que retiennent les Morlaisiens en construisant le château du Taureau qui veille sur l’accès maritime de leur ville. La défense bretonne a fait preuve pendant cette série de descentes d’une efficacité réelle mais encore fragile.

During the summer 1522, the British led a set of major raids against Britanny. Four cities were successively attacked, with more or less success. The expedition general outcome revealed uneven. The British mainly wished to weaken France’s position over the seas, rather than organize a pillage expedition. However, the attackers were not supported by their Spanish ally, for whom the British intervention was more of a diversion, compelling the French to fight on several frontlines, such as Britanny, Normandie, the Pale of Calais or else. The Breton successes and defeats proved the crucial importance of opposing the enemies on the beaches, as soon as landing. The see watch and artillery were therefore capital in the coasts defense. The inhabitants of Morlaix remembered this while building the Castle “le Taureau”, which looks over the coastal access to the city. The Breton defense showed a real but still fragile efficiency during these attacks.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le rapprochement franco-breton du début du XVIe siècle, symbolisé par l’union de 1532, fait de la Bretagne une partie de la frontière maritime française. Les conséquences sont économiques puisque, comme le montre Dominique Le Page, le duché participe dans les années 1520 au paiement des fortifications de Picardie, au financement de la marine d’Écosse ou encore à la solde des troupes françaises basées dans le royaume et en Italie1. Cette aide, certainement reçue avec joie par la Couronne française, est une conséquence assez discrète de l’intégration de la frontière bretonne dans un ensemble plus large. Les descentes effectuées par les Anglais en 1522 sont en revanche l’expression la plus violente du récent changement politique. À l’été 1522, c’est une flotte d’une soixantaine de navires, dirigée par l’amiral anglais Thomas Howard et portant plusieurs milliers d’hommes, qui s’attaque aux côtes normandes et bretonnes. La soldatesque est lancée contre Morlaix, Saint-Pol-de-Léon, Le Conq...

Auteur

Doctorant en histoire moderne à l’université de Paris I, allocataire de recherches à l’Institut de Recherche Stratégique de l’École Militaire (IRSEM)

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540