Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frontières oubliées, frontières retrouvées

 | 
Michel Catala
, 
Dominique Le Page
, 
Jean-Claude Meuret

Première partie. Aux marges de la Bretagne

La gestation médiévale d’une frontière de mer observée depuis la Bretagne armorique

Jean-Christophe Cassard

Résumé

Si pour le poète la mer est synonyme de liberté et d’aventures, pour le géographe elle parut longtemps constituer par excellence la frontière naturelle des États bordiers. L’historien notera quant à lui que cet attribut politique est le résultat d’une évolution politique amorcée avec la constitution des principautés au Moyen Âge. Auparavant la Manche était, en effet, un espace commun aux peuples riverains, en dépit des alertes graves provoquées par des pirates au IIIe puis aux IX-Xe siècles qui entravèrent la circulation hauturière et entraînèrent une première mise en défense du littoral armoricain vers la fin de l’Empire puis des établissements scandinaves sur tout le liseré côtier, avant que les ducs ne s’intéressent aux profits que la mer pourrait leur assurer. Notre propos sera donc de reconnaître les différentes étapes menant à la cristallisation moderne de la notion de frontière maritime s’agissant de l’antique mer des Bretons désormais partagée entre France et Angleterre, deux puissances durablement rivales.

Poets may associate the sea with freedom and adventure, but for geographers it was long considered to constitute the best natural border between neighbouring states. Historians, on the other hand, will point out that this political reality is the result of political developments that began with the formation of principalities in the Middle Ages. Prior to this period, the Channel was a space common to all of its coastal populations despite the serious threats, in the 3rd and then the 9th and 10th centuries, posed by pirates who jeopardized shipping and led to the construction of the first Armorican coastal defence system at about the end of the Empire. This was followed by Scandinavian settlements along the coast before the Dukes became aware of the wealth that the sea could bring them. This paper will therefore focus on the various stages that have led to the crystallization of the modern concept of the maritime border in the context of the ancient sea of the Breton population, which is now split between two long-standing adversaries: France and England.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’actuelle « mondialisation » d’importants segments de l’industrie manufacturière ne serait pas réalisable sans un recours massif au mode d’acheminement des biens le plus sûr et le plus économique qui soit : le transport maritime. Les nécessaires contrôles douaniers effectués aux ports d’entrée de ces frets en Europe redonnent force et pertinence à la notion de frontière de mer, alors que son homologue terrestre s’efface du paysage visible, du moins au sein des pays de l’Union européenne. Le constat s’applique également aux hommes : de Gibraltar aux Balkans, la frontière de mer matérialise un efficace barrage physique au passage des migrants en situation administrative irrégulière. La tension demeure aussi particulièrement vive quant au franchissement du Pas-de-Calais, et ce en dépit de la dispersion de la « jungle » de Calais.

Mais les eaux n’ont pas toujours eu vocation à séparer les hommes, à contrôler la circulation des marchandises, à partager les puissances riveraines les unes ...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540