Version classiqueVersion mobile

Frontières oubliées, frontières retrouvées

 | 
Michel Catala
, 
Dominique Le Page
, 
Jean-Claude Meuret

Première partie. Aux marges de la Bretagne

La consolidation d’une frontière antique : l’exemple de l’ouest de l’Anjou pendant le haut Moyen Âge

Noël-Yves Tonnerre

Résumé

La frontière occidentale de la cité d’Angers a bien résisté aux vicissitudes du haut Moyen Âge. La cession de la partie occidentale aux Bretons en 851 n’a finalement pas eu de conséquences durables. Cette communication a pour but de montrer que le maintien de la frontière, voire son report vers l’ouest entre Chazé-sur Argos et Pouancé a été facilité par les importants progrès de la mise en valeur au cours du haut Moyen Âge. La création des premières paroisses, la présence de biens du fisc et de domaines monastiques, la création de nouveaux chemins sont les facteurs qui ont permis d’importants défrichements. Les premiers comtes d’Anjou parviendront à consolider cette frontière grâce à la construction ou à la prise de contrôle de châteaux dans des positions stratégiques.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le succès de la puissante principauté des Ingelgeriens au Xe siècle et au début du XIe siècle a souvent rendu caduques les limites de l’ancienne cité des Andécaves. L’exemple le plus spectaculaire est au sud, celui des Mauges qui appartenaient à l’immense cité des Pictons1. Au nord, le Craonnais a été conquis aux dépens du Nantais et il semble bien que la frontière avec le Maine a été reportée de quelques kilomètres vers le nord2. Cependant les succès de Foulques Nerra ne l’ont pas amené à bouleverser partout les frontières. À l’est les limites avec le pagus de Tours ont été en grande partie respectées alors que la Touraine passait sous la domination politique angevine3. À l’ouest également, dans ce qui formera au XIe siècle le doyenné de Candé, il y a à la fois une évidente continuité de la frontière de l’Anjou avec le Nantais d’Ingrandes à Angrie puis une avancée de la domination angevine d’Angrie à Pouancé4. C’est cette frontière que nous nous proposons d’étudier, non pas comme u...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search