Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Frontières oubliées, frontières retrouvées

 | 
Michel Catala
, 
Dominique Le Page
, 
Jean-Claude Meuret

Première partie. Aux marges de la Bretagne

Des « royaumes doubles » de part et d’autre de la Manche au vie siècle ?

Bernard Merdrignac

Résumé

L’existence de royaumes doubles de part et d’autre de la Manche à l’époque des migrations bretonnes s’inscrit dans la réflexion sur le concept de frontière. Le fait a été considéré comme acquis par la majorité des historiens du XXe siècle. Cette idée reçue est à présent remise en cause par plusieurs chercheurs. En effet, les sources hagiographiques qui recèlent les principales informations à ce sujet sont postérieures de plusieurs siècles aux événements qu’elles sont censées rapporter. De plus, ce genre littéraire n’a pas pour objectif de faire de l’histoire mais d’édifier (au double sens du terme) commanditaires et destinataires. C’est pourquoi, afin de retrouver la trace, sinon le tracé, de ces « frontières oubliées », il convient d’appliquer une démarche pluridisciplinaire à des sources de nature très diverse (textes, généalogies, épigraphie, toponymie, archéologie, etc.).
Cette communication reprend l’hypothèse d’un royaume double de Domnonée. Avec le soutien des Mérovingiens, la Bretagne continentale a probablement fait sécession au milieu du VIe siècle. La fondation outre-Manche d’un royaume subordonné de Cornwall pourrait être une conséquence de cette politique. Le retour en Bretagne des chefs momentanément écartés du pouvoir expliquerait alors la partition entre Cornouaille et Vannetais. Une telle hypothèse rendrait enfin compte de l’apparition dans les textes du gentilice Cornugallensis avant la mention de la Cornubia/Cornugallia.

The existence of “double kingdoms” on both sides of the Channel at the time of the Breton migrations is an inherent part of the reflection on the concept of “Frontier”. This fact has gone unquestioned by most historians of the twentieth century. This belief is now being challenged by several researchers. Indeed, the hagiographical sources which contain the main information about this subject come later, by several centuries, than the events they are supposed to relate. Moreover, this literature does not aim at making history but to edify sponsors and addressees. Therefore, in order to find the trace of, even the tracks of, these forgotten “Frontiers”, it is advisable to apply a multidisciplinary approach to very diverse sources (texts, genealogies, epigraphy, toponymy, archaeology, etc.).
This article takes up the hypothesis of a double kingdom of Domnonia again. Brittany probably seceded in the middle of the 6th century with the support of the Merovingians. The foundation in Britain of a petty kingdom of Cornwall was perhaps a consequence of this policy. The return to Brittany of its leaders who had found themselves temporarily out of power might then explain the partition between “Cornouaille” and “Vannetais”. Such a hypothesis would finally explain the appearance in the Breton sources of the gentilic “Cornugallensis” before the mention of “Cornubia/Cornugallia”.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le stéréotype qui représente la Manche comme une barrière naturelle donnée par la géographie a la vie dure. Au XIXe siècle, en brossant son Tableau de la France, Jules Michelet n’hésitait pas à confronter, à grands coups de clichés, les identités française et anglaise : « Ces deux peuples sont placés front à front comme pour se heurter ; les deux contrées, dans leurs parties principales, offrent deux pentes l’une en face de l’autre ; ou si l’on veut, c’est une seule vallée dont la Manche est le fond. Ici la Seine et Paris ; là Londres et la Tamise. Mais l’Angleterre présente à la France sa partie germanique ; elle retient derrière elle les Celtes de Galles, d’Écosse et d’Irlande. La France, au contraire, oppose un front celtique à l’Angleterre. Chaque pays se montre à l’autre dans ce qu’il a de plus hostile1. »

Toutefois, dans un article classique de 1928, Lucien Febvre réagissait déjà contre cette conception en affirmant que « la frontière littorale […] n’a rien de géographique […] ...

Auteur

Professeur émérite d’histoire du Moyen Âge, Université Rennes 2 – Haute Bretagne, membre non-permanent du CERHIO-Rennes 2 – UMR 6258 CNRS

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540