Version classiqueVersion mobile

Frontières oubliées, frontières retrouvées

 | 
Michel Catala
, 
Dominique Le Page
, 
Jean-Claude Meuret

Première partie. Aux marges de la Bretagne

Frontières oubliées du Mésolithique

Emmanuel Ghesquière

Résumé

Le repeuplement de la moitié nord de la France et l’accroissement démographique qui s’en est suivi, à l’issue de la dernière glaciation, ont entraîné un ancrage territorial des populations humaines du Mésolithique. Certaines des caractéristiques de l’outillage en silex de ces groupes permettent de proposer une matérialisation de limites entre plusieurs populations distinctes. La Bretagne péninsulaire se distingue particulièrement bien durant tout le Mésolithique (de -9600 jusqu’à -6000), avec probablement la Vilaine comme limite avec les groupes humains centrés sur l’estuaire de la Loire. La Seine, dans le Bassin parisien et en Haute-Normandie, semble jouer le même rôle à partir de -7500 avant notre ère.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

LA LECTURE DE PHÉNOMÈNES À PARTIR D’UN MARQUEUR CULTUREL FORT : LA POINTE DE FLÈCHE

Il est un trait commun aux archéologues que de parler Culture pour désigner ce qui ne concerne que la culture matérielle. Ainsi de chercher à distinguer des populations à partir du mobilier céramique qu’ils produisent ou des motifs qu’ils utilisent pour la décorer. L’étude du Mésolithique se prête également à ce jeu, par le biais de ses armatures, petits éléments géométriques, généralement en silex, qui armaient les fûts de leurs flèches (fig. 1 et 2), souvent les témoins les plus significatifs découverts sur les sites. Cependant, les aspects qui fondent véritablement des différences entre les peuples, la langue en premier lieu, puis l’habitat, le vêtement ou le sentiment d’appartenance sociale nous échappent totalement. L’archéologue est par nature condamné à travailler à partir de données biaisées ; c’est là le lot des sciences humaines, faites bien souvent d’extrapolations1.

Image

1. Les armatures en sile...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search