Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Usages et images de l'argent dans l'Ouest atlantique aux Temps modernes

 | 
Dominique Le Page

Les Remontrances d’Auffray de Lescouët, premier président de la Chambre des comptes de Bretagne, 1596-1619

Les usages singuliers de la rhétorique : entre valeur publique et pratique domestique

Yann Lignereux

Texte intégral

  • 1 Sully, « Mémoires des sages et royales oeconomies d’Estat de Henry le Grand », Collection des mémoi (...)

1Lors de sa grande dispute de 1601 avec Sillery et Villeroy au sujet de l’ambassade romaine à laquelle il fallait pourvoir, Sully, défendant la candidature de son frère Philippe, prononce de vives paroles contre ces gens d’écriture qui prétendaient hisser leurs mérites et leur talent à la hauteur des siens, lui qui avait reçu plus de plaies qu’ils n’avaient taillé de plumes et plus répandu de sang qu’ils n’avaient mis d’encre dans leur encrier. Dénigrant des charges ne consistant qu’à « prôner, caqueter, faire la mine, écrire et sceller », il leur oppose ceux qui, travaillant au métier de la guerre ou s’employant aux finances de l’État, sont obligés, comme lui, « à produire des réalités, des substances et des effets », choses qui ne s’obtiennent pas « avec des mains de papier, des peaux de parchemin, des coups de ganivet, des traits de plumes, des paroles vaines, des sceaux et de la cire, bref, avec des imaginations, fantaisies, mines et simagrées1 ». Dans la bouche du gentilhomme de race qu’est le seigneur de Béthune et de Rosny, se fait entendre tout le mépris de la noblesse d’épée pour le service civil des gens de robe. Quand sont mis en avant les victoires d’Arques, d’Ivry, de Fontaine-Française, les sièges et les escarmouches dans la reconquête par Henri IV de son royaume, la robe fait valoir ses talents et, face au sang versé dans les tranchées ou aux blessures des mêlées, elle convoque l’efficace d’une Parole maîtresse qui, loin du préjugé nobiliaire la réduisant à la puissance d’une chimère, a joué un rôle considérable dans le succès royal.

  • 2 Crouzet, Denis, « Les fondements idéologiques de la royauté d’Henri IV », dans Pérot, Jacques, et T (...)
  • 3 Il définit en particulier « cette utopie d’une société dans laquelle les mots seraient comme vivant (...)

2Après avoir longtemps sacrifié au mythe d’une victoire militaire, l’historiographie du premier Bourbon a récemment mis en évidence combien la pacification du royaume ne peut être réduite au seul succès de ses armes2. La médiation prudente et la parole de sagesse, dont Denis Crouzet a montré toute la force au cœur même des tragédies civiles de la guerre confessionnelle, sont au cœur du processus de la restauration bourbonienne3. Pour beaucoup, la parole est encore pamphlétaire, satirique ou véhémente, mais malgré tout elle favorise une sortie du champ clos des corps affrontés, témoignage certain d’un ensauvagement des hommes et d’un horizon borné par la guerre. Après 1572, la violence, en effet, se médiatise dans le discours et le texte, et, si la guerre continue ses ravages, ceux-ci sont sans commune mesure avec les massacres de la décennie précédente.

  • 4 Le Person, Xavier, « Praticques » et « praticqueurs ». La vie politique à la fin du règne de Henri (...)

3C’est cette parole partagée, ce signe essentiel de l’échange et de la conciliation possible que la princesse florentine a tenté de faire subsister dans un palais royal traversé d’intrigues, de feintes et de « pratiques4 ». C’est ce magistère pacificateur de la parole que les magistrats des cours souveraines, fidèles au prince de Navarre, ont fait résonner sous les voûtes de leurs palais de justice. C’est enfin cette parole de conciliation, prudente et juste, qui assure la pérennité des victoires acquises et qui donne, par son éloquence et la force suggestive de ses images, à goûter aux fruits de l’âge d’or quand leurs graines viennent seulement d’être semées. Loin de constituer un savoir pittoresque et vain, la parole, éloquente et érudite, des officiers de justice et, dans une moindre mesure, de ceux de finances, se veut un art démiurgique contre les passions humaines pour conserver, ou construire, la conciliation et faire triompher une paix qui ne se réduise pas à la tyrannie de la force et au seul « silence des cimetières ».

  • 5 Gal, Stéphane, Le verbe et le chaos. Les harangues d’Ennemond Rabot d’Illins, premier président du (...)
  • 6 « Livre partie des harangues prononcées par M. Balthazard de Villars, président et lieutenant génér (...)

4Ennemond Rabot d’Illins à Grenoble, Guillaume du Vair à Marseille, Balthazar de Villars à Lyon, pour ne citer que ces trois personnages, témoignent, dans leur diversité, de cette puissance de la parole comme art politique majeur. Les discours, de 1585 à 1591, du premier président du Parlement de Dauphiné signalent ainsi l’effort d’une médiation continuée, la recherche d’une union contre les forces de la discorde et la volonté d’un « moyennage » entre les adversaires qui se disputent la province5. Dans la cité phocéenne, libérée de la tyrannie de Casaulx, c’est la voix de Guillaume du Vair qui, le 23 décembre 1596, appelle à la réconciliation. À Lyon, rangée volontairement à l’autorité royale depuis février 1594, il revient au président du présidial de célébrer la concorde et l’harmonie, d’apaiser les rancœurs, d’étouffer dans l’oubliance le ressentiment et de pacifier la province par l’exercice rétabli de la justice souveraine : inlassablement, il rappelle aux magistrats, à chaque ouverture des plaids de la Saint-Martin, la dimension sacrée de leur magistère et peint, avec des mots redoutables, le « labyrinthe de malheurs » dans laquelle la France peut retomber s’ils se montrent défaillants et si l’autorité des lois n’est plus respectée6. En 1608, l’imprimeur parisien Guillaume des Rues publie quatre remontrances, prononcées entre 1593 et 1597, du président du Parlement de Bretagne, Pierre Carpentier, après avoir imprimé l’année précédente les ouvertures de Parlement et d’autres discours de Louis d’Orléans.

  • 7 La référence essentielle sur ce sujet demeure l’étude magistrale de Marc Fumaroli qui souligne nota (...)
  • 8 Cette expression permet de distinguer la grande rhétorique de la magistrature de l’éloquence judici (...)
  • 9 Pons, Alain, « La rhétorique des manières au XVIe siècle en Italie », dans Fumaroli, Marc, dir., Hi (...)
  • 10 Remonstrances prononcées aux ouvertures publicques de la Chambre des Comptes de Bretagne. Par Messi (...)

5Le début du XVIIe siècle est en effet le moment d’une considérable vogue éditoriale de ces discours parlementaires, remontrances d’ouvertures, harangues et autres mercuriales qui participent à l’élaboration d’un ethos nobiliaire distinct du traditionnel service martial et auquel la monarchie a apporté son soutien en instaurant la vénalité des charges en 1604, quatre ans après la reconnaissance officielle de la noblesse de robe7. Affirmation de la dignité sociale des robins et de leurs prétentions politiques, cette « éloquence d’apparat » vient apporter sa cohésion référentielle à un monde fortement hétérogène traversé de clivages considérables tant économiques, que sociaux et culturels8. De cette nécessité de constituer un modèle sinon supérieur à la gentilhommerie du moins égal à ses prétentions provient probablement le succès éditorial du « stile de parlement » décliné à travers les œuvres d’un magistrat exemplaire ou dans les recueils de pièces de divers grands orateurs. Érigée en sacerdoce de la parole, elle-même figure du Logos, la charge judiciaire de la haute robe devient un modèle religieux, social et politique porté par une éloquence érudite dont la finalité est de corriger les errances d’une res publicae deformata, et, selon l’expression de Pétrarque, de permettre de « revêtir l’humanité et dépouiller l’animalité9 ». En 1606 paraissent ainsi les Harangues et traités de Guillaume du Vair. En 1609, après la publication en 1604, du Premier recueil des publiques actions de l’éloquence française contenant trente et une remontrances…, les Harangues et actions publiques des plus rares esprits de notre temps… rassemblent notamment les meilleures remontrances de Guy du Faur, sieur de Pibrac, de Jacques Mangot et de Jacques Faye, sieur d’Espeisses, reconnus, avec Jean-Baptiste du Mesnil, comme les principaux acteurs de la réforme oratoire des années 1560-1570, institutrice de ce grand genre rhétorique. Phénomène parisien à l’origine, les capitales judiciaires de province relaient cette dynamique en éditant localement ces divers recueils ou en faisant valoir les talents singuliers de leurs magistrats comme l’illustrent en 1602, les Remontrances faites en la cour souveraine de Béarn… de Jean de Gassion, en 1604 la Remontrance ou Harangue solennelle… de l’agenais Jean Darnalt, la publication posthume, à Poitiers, en 1617, des Remontrances, ouvertures de palais… du premier président au Parlement de Bordeaux, André de Nesmond, ou encore, l’année suivante Les Remontrances… faites par le procureur général du Parlement de Bourgogne, Hugues Picardet. La parution, en 1619, chez l’éditeur parisien Sébastien Cramoisy, des remontrances du nantais Auffray de Lescouët, premier président de la Chambre des comptes de Bretagne, participe de cette dynamique double, à la fois phénomène éditorial et sociogénèse référentielle10. L’ouvrage mérite toutefois que l’on s’y arrête plus particulièrement du fait de son origine et de sa finalité qui en font un objet définitivement plus complexe que la simple illustration du processus décrit plus haut auquel il viendrait apporter sa nuance régionale.

  • 11 Au siècle suivant, les remontrances de Malesherbes, premier président de la Cour des aides parisien (...)
  • 12 Haddad, Élie, « Les histoires provinciales du royaume de France : une approche de la culture des of (...)

6Sa première singularité est ainsi d’être l’œuvre d’un officier de finances. Avec le languedocien Guillaume Ranchin, avocat général à la Cour des aides de Montpellier, auteur en 1598 d’un recueil de Remontrance… et le trésorier de France, Nicolas Hébert — encore que ce dernier mette en avant sa qualité de sociétaire de l’Académie de Soissons —, auteur d’un volume de Discours et harangues… publié en 1699, Auffray de Lescouët est l’un des rares officiers de finances dont les discours, dans les limites des résultats provisoires d’une première enquête, ont fait l’objet d’une édition au XVIIe siècle11. Cette place médiocre des officiers de finance dans cette production est à rapprocher significativement de leur absence dans l’historiographie provinciale comme le signale Élie Haddad pour les XVIIe et XVIIIe siècles12. À ce seul titre, le recueil des remontrances du président Auffray de Lescouët constitue un témoignage capital sur la culture des grands officiers de finance et sur leur pratique oratoire même si l’on doit nécessairement nuancer cet enseignement du fait d’une carrière robine commencée au Parlement de Bretagne où il siégea comme conseiller avant de devenir membre de la Chambre des comptes nantaise.

7Le second intérêt de ce document est la particularité du contexte géographique et chronologique dans lequel prend place son édition. Gouverneur de la Bretagne depuis 1598, le jeune duc César de Vendôme, né en 1594 et demi-frère de Louis xiii, est l’une des principales figures, avec Mayenne, Nevers, Bouillon, Longueville et Condé, des révoltes, mécontentements et prises d’armes des Grands du temps de la régence de Marie de Médicis. Si sa participation en 1614 est équivoque et peu significative, ses efforts, entre 1615 et 1617 et surtout en 1619, pour soulever la province, depuis sa baronnie d’Ancenis, en font une figure de « malcontent » et de comploteur comme l’illustreront plus tard l’affaire Chalais en 1626 et la « cabale des Importants » en 1643. Dans le contexte troublé des premières années du règne de Louis XIII, il est intéressant de chercher dans les ouvertures du président de Lescouët les possibles échos de la fidélité ou des hésitations de certains officiers nantais même si la troisième particularité du texte semble exclure toutes paroles hétérodoxes vis-à-vis du loyalisme monarchique et de l’autorité souveraine.

  • 13 Jouhaud, Christian, et Viala, Alain, dir., De la publication. Entre Renaissance et Lumières, Paris, (...)
  • 14 Tarrete, Alexandre, « La publication des harangues », dans Jouhaud, Christian, et Viala, Alain, dir (...)

8En effet, outre l’intérêt que représentent ces discours pour la rhétorique officière et la définition de l’ethos robin dans ces années de genèse et d’affirmation, la principale richesse de ce texte réside dans sa finalité immédiate et dans l’originalité de son « récit de publication », pour reprendre l’expression de Christian Jouhaud et d’Alain Viala, qui en fait un texte double, portant la voix du président de Lescouët, mais d’abord les espoirs de son fils, Isaac, auprès de l’évêque de Paris et futur chef du Conseil du roi, le cardinal Henri de Gondi13. Alexandre Tarrête a montré l’ambiguïté comme la dualité essentielle de la publication des harangues, à la fois commémoration d’une « performance » et publication d’un texte et d’un événement. À la suite des travaux de Donald F. McKenzie sur la sociologie des textes et de Roger Chartier sur les pratiques de lecture et « l’ordre des livres », il attire l’attention sur la modification du sens de ces textes du fait de leur mutation formelle, de la transformation d’un discours en récit et des conditions différentes de sa réception14. Notre texte n’échappe à pas ces difficultés d’analyse. Au contraire, la particularité de sa « chaîne de publication » en fait un document particulièrement riche, polyphonique et polysémique, puisque son auteur revendiqué n’est pas celui qui s’y exprime et que les preuves d’éloquence qu’il contient doivent pallier le mutisme de celui qui en est le promoteur.

9Aussi s’agira-t-il dans un premier temps de rendre compte de ces conditions particulières d’écriture et de publication en retraçant la carrière de ces deux officiers bretons afin d’étudier plus avant la rhétorique officière d’un idéal robin qui se manifeste dans le recueil, instrument paradoxal d’une promotion, politique et sociale, d’une famille dont l’ambition est d’aspirer à la dignité d’une gentilhommerie d’épée.

LA CARRIÈRE DE DEUX OFFICIERS BRETONS : DE NANTES À VERSAILLES

10Les remontrances de 1619, outre donc le récit articulé en plusieurs séquences des vertus de la haute robe, publient, en effet, une relation entre trois personnages, Auffray et Isaac de Lescouët, d’une part et Henri de Gondi, d’autre part, et manifestent un lien entre deux espaces, Nantes et Paris. Composé de neuf textes — huit ouvertures et une harangue circonstancielle — le recueil du président de Lescouët témoigne du magistère éloquent qu’il a assumé durant l’exercice de sa charge entre 1596 et 1619 à la Chambre des comptes de Bretagne.

Auffray de Lescouët : la fortune de la fidélité

  • 15 Arch. dép. Loire-Atlantique (désormais ADLA), 185 J 63, pièce n° 3.
  • 16 Floury, Jérôme et Lorant, Éric, Catalogue généalogique de la Noblesse bretonne d’après la réformati (...)

11Né vers 1561 du second mariage en 1557 de Jacques et de Françoise de Sesmaisons, Auffray est le fondateur de la branche cadette des Lescouët. La branche aînée issue du mariage de Jacques et Marie de Launay se fond trois générations plus tard dans la maison du duc de Coislin qui possède le titre de sieur de la Moquelaye, sise en la paroisse de Maroué, évêché de Saint-Brieuc, maison principale des de Lescouet et leur ancien domicile, comme le signale la sommaire induction des actes et titres fournis alors aux commissaires, établis pour le roi pour la réformation de la noblesse de Bretagne, par Pierre de Lescouët, chevalier, vicomte du Boschet et petit-fils du président de la Chambre des comptes de Bretagne, le 7 février 166915. Le 23 juillet suivant, un arrêt, rendu en la chambre de la réformation, maintenait Pierre de Lescouët en la qualité de chevalier et sa maison était reconnue noble d’ancienne extraction16. Outre cet important dossier, les Archives départementales de Loire-Atlantique conservent un magnifique arbre généalogique, dressé le 24 février 1638, par d’Hozier, gentilhomme ordinaire de la Maison du roi, généalogiste et armoriste de sa Majesté, attestant que :

  • 17 ADLA, 185 J 63, pièce n° 1. Ce chevalier est Gilles de Lescouët, oncle d’Auffray, à propos duquel u (...)

Louis de Lescouet, pour lequel cet arbre de genealogie a esté dressé pour estre receu page du roi sous la charge de mondit seigneur le duc de Saint-Simon, est gentilhomme de nom et d’armes de neuf generations la sienne comprise et qu’il est d’ancienne noblesse militaire comme estant issu et extrait de l’illustre Maison de Lescouet en Bretagne de laquelle l’histoire du mesme pais fait fort et celebre et honorable mention ainsy que de plus il nous est deuement apparu par plusieurs titres, contrats de mariages, partages, testaments, transactions et preuve authentique faite pour un chevalier de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem de cette même Maison17.

12Les chroniques régionales, et en particulier L’histoire de la Bretagne de Bertrand d’Argentré, publiée pour la première fois en 1582, signalent un certain Allain de Lescouët parmi la suite de Bertrand du Guesclin en 1366. À la fin du XVe siècle, Rolland de Lescouët est qualifié d’écuyer de la duchesse Anne de Bretagne qui le remercie par un don de ses bons grands et louables services.

13Le père d’Aufray de Lescouët, Jacques (II), pensionnaire du roi, était depuis mars 1546 pourvu de la charge de capitaine et commissaire du ban et de l’arrière-ban de l’évêché de Saint-Brieuc pour ses vaillance et suffisance comme le précise la commission à cet effet de Jean de Bretagne, duc d’Étampes et gouverneur de la province, qui avait pu apprécier ses qualités trois ans auparavant lorsqu’il lui avait ordonné d’assembler la noblesse du pays pour s’opposer à la descente des Anglais.

  • 18 Lors de son mariage à Saint-Pierre de Rennes, on peut noter la présence parmi les témoins de Guy de (...)
  • 19 De ternay, Gaëtan, Dictionnaire des magistrats de la Chambre des comptes de Bretagne, Paris, chez l (...)
  • 20 ADLA, B 190, réception d’Isaac de Lescouët comme trésorier de France, le 26 janvier 1617 (liasse no (...)
  • 21 Ibid., B 64, f° 270 V°-271 V°. Il est précisé qu’il a résigné sa charge de conseiller originaire le (...)

14Le contrat de mariage d’Auffray et de Suzanne Chalot, daté du 9 décembre 1585, fait entrer la seigneurie du Boschet dans la Maison de Lescouët, tandis qu’une procure du 26 octobre précédent, donnée à cette occasion par Jean d’Espinay, comte de Durtal, en faveur d’Aufray, son proche parent par l’estoc paternel, illustre la continuité d’un environnement nobiliaire traditionnel pour un cadet destiné à faire carrière dans la Robe18. Pourvu en effet le 6 juin 1586 d’un office de conseiller originaire au Parlement de Bretagne, Auffray de Lescouët commence dès lors une brillante carrière dans le monde des officiers royaux dans la protection de fidèles serviteurs du roi, au premier rang desquels figure Isaac Loaisel (ou Loysel), sieur de Brie, reçu conseiller au Parlement de Bretagne au mois d’avril précédent et l’un des principaux soutiens d’Henri IV dans la Province, ce qui lui vaut d’être le prisonnier de Mercœur de mars 1589 à juillet 1590. Résignant son office le 6 septembre 1591, il est ainsi fait maître des requêtes en décembre 1593 avant de revenir siéger au Parlement de Bretagne pourvu d’une charge de président à mortier le 18 février 159619. Il est très probablement le parrain du fils aîné d’Auffray, Isaac, né vers 1590, en faveur duquel il intervient par une certification datée du 31 décembre 1616 lors de l’information faite le 17 janvier 1617 par la Chambre des comptes pour le recevoir dans son office de conseiller, trésorier de France et général des finances du roi en Bretagne20. Le soutien d’Isaac Loaisel en faveur d’Auffray de Lescouët peut être deviné dans l’échange passé entre celui-ci et Jean de Francheville, procureur général à la Chambre des comptes de Bretagne, siégeant alors à Rennes. Auffray, pourvu des lettres patentes du roi, datées du 16 décembre 1594, ayant pour agréable cette permutation, est reçu à cette charge de procureur général de la seconde cour souveraine de Bretagne le 27 janvier 159521.

  • 22 Ibid., B 65, f° 71 V°-72 V°.
  • 23 Ibid., f° 158 V°. L’acte de vérification par la Chambre des comptes de ces lettres — préalablement (...)
  • 24 Ibid., 185 J 63, pièce n° 3. Il est reçu dans cet office le 20 septembre 1600.
  • 25 Saulnier, Fréderic, op. cit. En 1612, accompagné de quatre autres députés de la Chambre des comptes (...)
  • 26 Ibid., B 68, f° 242 V°-245. Ces lettres patentes en forme de chartes d’érection sont reçues par la (...)
  • 27 Ibid., B 150, liasse n° 2, pièce n° 21.

15Il exerce peu de temps cette responsabilité, profitant du décès du premier président de la Chambre, Jean Avril, sieur de La Grée, pour se faire pourvoir de cette charge éminente. Le 14 septembre 1596, il obtient du roi des lettres patentes en forme de brevet à cet effet. Le 20 octobre, il verse au trésor royal la somme de 12 000 écus et se fait recevoir dans cet office par la Chambre le 8 novembre suivant22. Derrière le formalisme de ces lettres de provision, témoignant canoniquement des bons et recommandables services rendus par l’intéressé tant au roi qu’à son prédécesseur, cette promotion récompense un authentique fidèle d’Henri IV qui bénéficie, le 2 mars 1597, d’un don de 3 000 écus exempté de toute retenue (y compris le dixième denier destiné à l’ordre et milice du Saint-Esprit). Ce don est justifié par sa fidélité à son service pour lequel il a été fort affectionné comme l’ont reconnu noz ennemis et rebelles qui auroient en indignation de ce pris et emporté tout ce qu’ilz ont peu de ses biens et revenuz et ruyné ses terres et maisons dont il a receu une tres grande perte. Outre ce dédommagement, il est également précisé que le roi a voulu le recompenser de la grande finance par luy payee pour l’estat de premier presidant en nostre Chambre des comptes23. Cette incontestable faveur royale qui le conduit en une décennie au faîte de l’arbre de finances provincial ne se dément pas les années suivantes. Dix jours après ce don, il est pourvu d’un brevet de conseiller d’État24. En 1606, il défend avec succès auprès du roi la décision arrêtée par la compagnie suite aux difficultés juridiques nées d’un arrêt de vérification25. Au mois de juillet 1608, ses terres du Boschet et de Challoufaye sont érigées en vicomté : au droit d’adjoindre un pilier supplémentaire aux justices patibulaires de ses seigneuries sont ajoutés les privilèges d’un marché hebdomadaire et de deux foires annuelles dans la paroisse de Bourg-les-Comptes26. Enfin, bien qu’il ait quitté sa charge de premier président en 1619, il obtient, le 28 juin 1621, des magistrats de la Chambre des comptes, désireux de récompenser ses actions et louables affections qu’il continue au bien du service du Roy et du publicq, le droit d’entrer à la Chambre, avec voix et oppinion desliberative, et sceance au dessus du doyen des conseillers et maistres, privilège qu’il conserve jusqu’à sa mort, le 1er janvier 163227.

  • 28 Sur ce personnage essentiel, notamment maire de Nantes entre 1611 et 1613, Gallais, Vincent, « Entr (...)
  • 29 Gallais, Vincent, « Robe provinciale… », op. cit., p. 184.
  • 30 Outre ces deux filles, Auffray de Lescouët et Suzanne Challot eurent un autre fils, Jean, marié à F (...)

16Parallèlement à cette brillante promotion et à ce cursus honorum exemplaire, ses alliances familiales témoignent d’une volonté de consolidation d’une puissance locale, politique et économique qu’il entend notamment renforcer par son rapprochement avec Jean Blanchard de Lessongère, son cadet de quinze ans, dont l’ascension et les contacts parisiens désignent comme un partenaire opportun car, en dépit d’une situation inférieure dans la hiérarchie des dignités officières, c’est le monde des « affaires du roi » qu’il représente et, avec celui-ci, les possibilités d’importants profits. Fils d’un notaire nantais, ce dernier accède en 1602 au poste de procureur général au présidial de Nantes, exerçant diverses commissions l’introduisant dans le cercle des financiers et fermiers de la royauté28. Cette alliance est contractée en 1605 quand Auffray de Lescouët est chargé de rechercher dans la province tous les droits, taxes, revenus seigneuriaux, casuels, amendes, aubaines et confiscations échus au roi, commission dont avait été précédemment chargé Jean Blanchard dans le seul ressort du présidial de Nantes et auquel il est désormais associé. Son entrée en 1612 à la Chambre des comptes comme procureur général consacre le succès de son réseau avant que sa promotion, en 1634, comme premier président de cette compagnie, après avoir exercé la surintendance de la maison du duc de Vendôme de 1619 à 1630, ne fasse éclater une puissance que Vincent Gallais résume ainsi : « Représentant des forces politiques et sociales locales et élément agissant de la structure étatique, [Jean Blanchard] est une figure incontournable du jeu du pouvoir et de la finance en Bretagne dans les années 1620-165029 ». Si le mariage des enfants d’Auffray de Lescouët témoigne généralement de sa volonté d’entretenir un réseau d’alliances dans le monde robin et dans la noblesse traditionnelle — Louise étant mariée en 1628 avec François Gouyon, sieur de Launay-Comats, conseiller au Parlement de Bretagne en 1630 et Jeanne, deux ans après, avec Claude du Parc de Locmaria, frère du marquis de Locmaria —, son association avec le très dynamique et fructueux réseau des financiers de la Couronne trouve son plein accomplissement dans son rapprochement, via Jean Blanchard, avec les Chahu30.

  • 31 Niclas, Jean-Charles, La famille de Gondi-Retz au tournant des XVIeet XVIIesiècles. Étude de l’héri (...)
  • 32 Arch. mun. Nantes (désormais AM Nantes), GG 474, paroisse Sainte-Radegonde, 23 septembre 1608, f° 7 (...)
  • 33 Ibid., GG 1, paroisse Notre-Dame, 10 avril 1612, f° 117.
  • 34 ADLA, 185 J 63, pièce n° 3. Judith Chahu, seconde fille de Balthazar et Françoise Gayant, est bapti (...)
  • 35 ADLA, B 70, f° 108 V°-111.

17Trésorier général de la marine du Levant et receveur général des gabelles en Champagne en 1598, associé de Sébastien Zamet comme banquier de la famille de Gondi-Retz à partir de 1599, conseiller secrétaire du roi en 1601 puis l’année suivante conseiller notaire et secrétaire des finances, Balthazar Chahu, sieur de Montauger, est reçu le 16 février 1604 à la Chambre des comptes en tant que trésorier de France et receveur général des finances du roi31. Marié en 1602 avec Françoise Gayant, fille de Thomas Gayant, président à la chambre des enquêtes du Parlement de Paris, et de Marie Bochart, cousine de Jean Bochart de Champigny, conseiller d’État et privé et futur contrôleur général et surintendant des finances, il est le père de Marie, baptisée le 23 septembre 1608 dans l’église Sainte-Radegonde de Nantes, Jean Blanchard étant son parrain32. Quatre ans plus tard, le fils aîné de Jean Blanchard a pour parrain Auffray de Lescouët et pour marraine la femme de Balthazar Chahu33. Enfin, le 9 décembre 1616, un contrat de mariage est passé entre Judith Chahu, alors âgée de 9 ans, et le fils aîné d’Auffray, Isaac, son aîné de 16 ans. Le mariage est célébré, par sentence de dispense du vicaire et official de Nantes datée du 22 janvier 1619, le 4 février suivant dans la chapelle Notre-Dame de l’église des Jacobins de Nantes34. Quelques jours avant ce contrat de mariage, le 21 novembre 1616, Balthazar Chahu résigne en faveur de son gendre son office de trésorier de France et général des finances du roi. Les lettres patentes, données à Paris le 14 décembre 1616, soulignent alors les bons et recommandables services faictz tant a sad. Majesté que a ses predecesseurs roys par Messire Aufray delescouet sieur de la Guerande […] et qu’il continue journellement a sadicte Majesté en tous occasions tant en lad. charge de premier president que plusieurs autres ou il a esté employé et dont il s’est dignement et vertueusement acquitté et justifient cette provision pour l’esperance que ledict de Lescouet son filz ensuivra son exemple. Celui-ci prête serment, le 29 décembre 1616, entre les mains de Claude Mangot, garde des sceaux, comme le montrent les pièces de sa réception en cet office en la Chambre des comptes, le 26 janvier 161735. Les pièces réunies à cette occasion permettent par ailleurs de préciser le portrait de cet héritier, père de Louis et Pierre de Lescouët pour lesquels les arbres généalogiques évoqués plus haut ont été établis et qui est, comme nous le préciserons, le coauteur des Remontrances… publiées en 1619.

Isaac de Lescouët : entre tradition et rupture

  • 36 Ibid., B 190, à la date du 17 janvier 1617.
  • 37 Comme le rappelle Roland Mousnier, « la profession d’avocat était noble. Un gentilhomme pouvait êtr (...)
  • 38 Le certificat du payement par Balthazar Chahu du droit annuel pour les années 1615 et 1616, une qui (...)

18Dans le cadre de l’information menée par procureur général de la Chambre pour s’assurer des bonnes mœurs, catholicité et suffisance du postulant, six témoins viennent se porter garant des capacités d’Isaac36. Un clerc de sa paroisse, Michel Mechinauld, prêtre sacristain de Notre-Dame de Nantes, assure ainsi la Chambre de son orthodoxie religieuse et de son zèle charitable, ce que confirment Jean Giraud, abbé de Melleray et chanoine de Nantes, et le recteur de Saint-Jean de Nantes, Michel Le Royer. Outre ces vertus religieuses, ce dernier, en tant que son ancien précepteur, témoigne de ses bonnes qualités intellectuelles nourries dans la fréquentation des collèges rennais de Saint-Thomas et nantais de Saint-Clément dans lequel, précise-t-il, il l’a souvant veu faire des declamations disputtes et autres actions publiques. Sa connaissance du droit et de sa jurisprudence, à défaut de quelque grade universitaire par ailleurs non requis pour sa réception, a été acquise par ses études aux universitez du droict en frequentant les barreaux des cours souveraines de Paris et de Rennes et sa capacité professionnelle est attestée par ses trois autres témoins, Pierre Ménardeau, sieur du Ranzay, Antoine Guibourg, sieur de Launay, tous deux auditeurs à la Chambre des comptes, et Guillaume Blanchard, sieur de La Chapelle, procureur du roi au siège présidial de Nantes et cousin de Jean Blanchard auquel il a succédé. Un extrait de la matricule des avocats de la cour de parlement de Paris du 22 juin 1612 confirme leurs déclarations, témoignant de l’activité du jeune noble auprès du barreau parisien et de son expérience de la pratique judiciaire37. Outre sa maîtrise des humanités et de la jurisprudence, ses témoins attestent même de ses perfections en langue grecque. Fort de ces soutiens tant dans la robe provinciale que chez les financiers de la Couronne, Isaac de Lescouët, âgé probablement de 26 ou 27 ans, est donc reçu par la Chambre des comptes dans son office de conseiller tresorier de France et general de ses finances en Bretaigne le 26 janvier 1617 après avoir présenté les diverses pièces comptables nécessaires à cet effet38.

  • 39 Charmeil, Jean-Paul, Les trésoriers de France à l’époque de la Fronde. Contribution à l’histoire de (...)
  • 40 Par un acte passé devant les notaires Pierre Guillet et Jean Bonnet, le 8 mai 1618, Auffray résigne (...)
  • 41 Ibid., B 74, f° 37-38. Les lettres patentes de provision sont datées du 20 janvier 1629. Malgré les (...)
  • 42 AM Nantes, GG 419, f° 468 et ibid., GG 1, f° 217.

19Fils du premier président de la Chambre des comptes, charge éminente, le choix fait par Isaac de l’office de son beau-père peut surprendre du fait de sa subordination à la Chambre des comptes en l’absence d’un véritable Bureau des finances39. Outre des raisons réglementaire et casuelle qui peuvent en rendre compte, ce choix témoigne peut-être d’une volonté de promotion sociale différente des voies empruntées par la génération précédente même s’il faut nuancer l’amplitude de cette rupture en rappelant qu’en Bretagne, la charge de trésorier de France conserve un plus grand prestige que dans les autres provinces du royaume. Si Auffray de Lescouët résigne en 1618 son office en faveur de son fils, celui-ci ne possède pas les dix ans d’expérience dans la magistrature requise pour y être reçu et il le cède donc à Joachim Descartes de Chavannes, conseiller au Parlement de Bretagne, qui n’ayant pas voulu se faire recevoir, résigne à son tour en faveur de Jacques Barrin, sieur de La Gallissonière, reçu et prêtant serment le 22 juin 161940. Outre cette raison technique, la santé défaillante de Balthazar Chahu, qui meurt en 1617, obligea peut-être son gendre à accepter cet office de trésorier de France à défaut de son fils, Henri, alors trop jeune pour succéder à son père dans cette charge. Ce rôle d’intermédiaire joué par Isaac est probable puisqu’il résigne, le 16 novembre 1628, son office en faveur de son beau-frère comme l’indiquent les pièces de la réception d’Henri Chahu par la Chambre des comptes le 19 février suivant41. On peut ajouter pour confirmer les liens familiaux entre les Chahu et la famille du premier président que le fils posthume de Balthazar Chahu, a pour parrain et marraine, le 15 mars 1618, Isaac de Lescouët et sa femme et que la troisième fille de ces derniers a, en retour, pour parrain Henri Chahu le 19 janvier 163142.

  • 43 Figeac, Michel, « Être trésorier de France à Bordeaux au XVIIIe siècle : une simple sinécure ou un (...)
  • 44 AM Nantes, GG 48, paroisse Saint-Denis, f° 46 v° et ibid., GG 397, paroisse Saint-Vincent, f° 52. P (...)
  • 45 Ibid., GG 1, f° 192. Dans l’acte de baptême, on apprend que Louis est né le 31 janvier précédant et (...)
  • 46 ADLA, B 74, f° 223-225. Parmi les pièces de la vérification par la Chambre des comptes de ces lettr (...)
  • 47 AM Nantes, GG 2, paroisse Notre-Dame, f° 8. Son parrain est Louis de Lescouët, sieur de La Galmeliè (...)

20Pour Isaac de Lescouët, la charge de trésorier de France de son beaupère, encore prestigieuse au début du XVIIe siècle avant le déclin de cette compagnie d’officiers consécutif au développement des compétences et prérogatives des intendants, manifeste une dignité sociale sans dérogeance, lui ouvrant le chemin d’une promotion, personnelle et familiale, au cœur du pouvoir par l’entremise du réseau des Blanchart-Chahu43. Si le début de sa carrière le voit poursuivre les alliances traditionnelles de son père dans le milieu de la robe nantaise — il est ainsi le parrain, le 21 février 1618 du cinquième fils de Louis Miron, maître à la Chambre des comptes, et le 28 janvier 1619, du second fils de François Grandamy, auditeur à la Chambre —, il manifeste rapidement l’ambition d’une considération et honorabilité nouvelles, en rupture avec les horizons robins ou de la noblesse provinciale qui avaient été les limites des relations d’Auffray de Lescouët comme l’illustre son titre habituel de vicomte du Boschet dans les actes le concernant44. Lors du baptême de son fils aîné, Louis, le 7 mai 1626, c’est l’évêque de Quimper, Guillaume Le Prêtre, qui officie. Si la marraine est Marie Chahu, sa belle-sœur, son fils doit son prénom à son parrain, le prince Louis de Vendôme, fils de César de Vendôme, gouverneur de Bretagne, alors âgé d’environ 14 ans45. Peu de temps après, en février 1627, sa seigneurie de La Galmelière, dans la mouvance de la baronnie de Vioreau tenue par le duc de Montmorency, est érigée en châtellenie, les lettres patentes du roi, en forme de chartes d’érection, évoquant la recommandation quy nous a esté faicte en sa faveur par aucuns de nos plus speciaulx subjects de son Conseil46. C’est pour son fils aîné qu’il recherche une charge de page du roi auprès du duc de Saint-Simon comme l’atteste l’arbre généalogique dressé en février 1638 par d’Hozier. Après le décès de Louis de Lescouët, c’est son fils puîné, Pierre, baptisé le 14 mai 1634, qui porte les ambitions curiales de la famille, élargissant l’horizon social et politique d’une noblesse provinciale à celui des courtisans du roi47.

  • 48 Ferrieu, Xavier, « Le château du Boschet, Bourg-des-Comptes. Notes historiques », Mémoires de la So (...)
  • 49 Amiot, Christophe, « Bourg-des-Comptes : le château du Boschet. Étude architecturale », Mémoires de (...)

21Neuf ans après la mort de son père, inhumé dans la chapelle prohibitive fondée par Auffray de Lescouët et Suzanne Challot en juillet 1616 dans l’église paroissiale de Bourg-des-Comptes, Pierre signe un contrat de mariage, le 7 février 1659, avec Anne du Lys, fille d’Eustache, sieur de Beaucé, sénéchal de Rennes de 1633 à sa mort en 1660, son fils, Charles, lui succédant alors en cette charge. Premier chambellan de Monsieur, frère unique de Louis XIV, et premier gentilhomme de la vénerie du roi, Pierre de Lescouët fait construire de 1660 à 1680 le château du Boschet, au sud de Rennes, inspiré de Mansart et de Le Nôtre ce qui lui vaut aujourd’hui le surnom de « Versailles breton48 ». L’affirmation de la notabilité nouvelle de la maison de Lescouët, familière désormais de la cour, se manifeste ainsi par la rénovation de l’ancien manoir dans un style qui signale résolument cette proximité du pouvoir. L’innovation de sa toiture et l’originalité de son aménagement intérieur, la virtuosité technique comme la singularité décorative des angles du bâtiment en font, en effet, une construction alors unique et « moderne » dans la région49.

  • 50 Histoire genealogique de la Maison de Gondi par Monsieur de Corbinelli, Gentilhomme originaire de F (...)

22L’origine de cette fortune courtisane est finalement liée à la décision — mi-choisie mi-contrainte — de son père de partir pour Paris, de renoncer ainsi à une carrière inspirée par l’exemple paternel dans la Chambre des comptes dont il aurait fallu patiemment respecter les degrés, pour suivre la fortune des financiers de la Couronne et des serviteurs des maisons princières comme l’avaient été son beau-père auprès des Gondi-Retz jusqu’en 1617 et l’associé de son père, Jean Blanchard, nommé surintendant de la maison de César de Vendôme à partir de 1619. C’est à l’occasion de ce départ pour la cour et pour le service de Henri de Gondi, évêque de Paris depuis 1598, proviseur de la Sorbonne en 1616 et élevé à la dignité cardinalice le 26 mars 1618 que naît le recueil des Remontrances… publié l’année suivante50. Dans sa dédicace, Isaac de Lescouët explique que c’est précisément cette promotion au Sacré-Collège qui lui a donné l’idée de cette publication dont le privilège est daté du 13 novembre suivant. C’est surtout l’occasion pour lui de publier sa qualité de serviteur de sa maison dans un « récit de publication » où s’entremêlent l’éloquence et les qualités du père et du fils. Après avoir loué les mérites des cardinaux et célébré la justesse du choix du cardinal de Retz pour pêcher les âmes et les conduire au salut, Isaac conclut son épître avec la poursuite de cette métaphore évangélique et le tableau des vertus paternelles :

  • 51 Remonstrances prononcées…, op. cit., Avi verso.

Vos vertus meslées dans les parfums de vostre reputation et de vostre exemple, et confites au nectar de vostre grace, affabilité, courtoisie et patience, sont les doux et odorans appasts, qui enfermeront les ames dans ce Rets, et tirees des eaux corrompuës les elleveront au dessus des celestes : appasts qui tuent le peché et nourrissent la vertu : appasts dont le Roy ayant gousté, vous a approché de Sa Maiesté, et assis au tribunal de ses Conseils : appasts qu’on ne sçauroit voir sans les gouster, les gouster sans estre pris, ny estre pris sans estre heureux : appasts dont la douce bonté m’a daigné prendre, arrester et retenir à vostre service, bonté laquelle prenant mon cœur, a rendu ma main et ma langue muettes, l’une sans premices à vous presenter, et l’autre sans paroles pour vous remercier. Le desespoir de ma foiblesse cherchant dans le cabinet des livres de mon pere, dont allant à Paris il m’avoit donné la clef, j’y trouvay quelques pieces de celles qu’il avoit prononcees, esparses, mesprisees et abandonnees, et n’ayant des paroles miennes, je vous presente les siennes, croyant qu’il pardonnera a l’offense, d’exposer à la censure ses moindres ouvrages, puis que les mesdisances et les loüanges luy sont en parallele d’indifference : Mais ne les ayant reveuës, elles seront moins dignes de vos yeux, et ne l’osant esperer, j’ayme mieux hazarder sa reputation, que paroistre les mains vuides devant mon maistre : tres-asseuré que vostre nom glorieux protegera et illustrera le petit present qu’offre à vos pieds, Monseigneur, vostre tres-humble et tres-obeyssant serviteur51.

  • 52 Les registres de la Chambre des comptes ne conservent pas en effet les discours prononcés par les p (...)

23« Esparses, mesprisees et abandonnees », les neuf pièces rassemblées par Isaac et sauvées ainsi de l’oubli témoignent de l’art de bien parler de son père, miroir et instrument d’affirmation d’un idéal robin conquérant et polémique à l’articulation des XVIe et XVIIe siècles : la figure du parfait magistrat52.

LA SOUVERAINETÉ DU JUGE : LE SACERDOCE JUDICIAIRE

  • 53 Gallais, Vincent, « Entre apprentissage… », op. cit., p. 371. Sur cette dynamique de la conciliatio (...)

24S’il faut se méfier de l’éloge obligatoire de l’illustre aïeul dans le dossier de noblesse constitué par Pierre de Lescouët, pendant vertueux dans la Robe de la valeur martiale de Jacques (II) de Lescouët dans l’Épée, les commissions dont a été chargé le premier président de la Chambre des comptes comme le cours de sa fortune militent pour une appréciation positive de sa carrière, du moins du point de vue de la monarchie qui favorisa l’un de ses fidèles dans les temps troublés de la rébellion ligueuse comme dans ceux de la reconstruction de sa puissance financière. Pendant deux décennies, il va ainsi s’efforcer de mettre en pratique la réconciliation des élites locales voulue par le roi, d’administrer une bonne justice, élément essentiel de la restauration henricienne et de l’efficacité de ses fondements idéologiques, et d’améliorer la situation financière de la royauté, gage de sa puissance et de son autorité. Son rapprochement avec Jean Blanchard, issu d’un milieu favorable au duc Mercœur et lié originellement à la Ligue, illustre avec profit cette première ambition53. Sa charge à la Chambre des comptes nantaise lui permet de remplir les deux autres.

Le premier président de la Chambre des comptes : un magistère de la parole

  • 54 Outre ses travaux sur le monde des officiers de la Chambre des comptes dans le programme sur les «  (...)

25De manière générale l’étude de cette institution a été quelque peu négligée par l’historiographie ; cette lacune est manifeste pour la Bretagne où la bibliographie concernant la première cour souveraine de la province est médiocre et vieillie. Cependant, depuis une petite décennie, un renouveau historiographique se manifeste à travers les travaux de Dominique Le Page tant au niveau social et institutionnel que d’un point de vue politique et économique54. Moins prestigieuse que le Parlement de Bretagne, créé en 1554 et résidant définitivement à Rennes depuis 1561, la Chambre des comptes, fondée en 1369-1379 et confirmée par le roi de France en 1492 et 1498, honore de son caractère souverain la cité nantaise malgré la menace de sa disparition lors de l’entreprise réformatrice de l’édit de Moulins de 1566. Dotée de compétences réglementaires, judiciaires et administratives liées à l’enregistrement des mandements royaux à caractère financier et garante de la bonne conservation des archives de la province dont elle délivre divers extraits, elle est chargée principalement de vérifier et de contrôler les comptes des agents de l’État responsables des deniers publics et de veiller à la conservation du Domaine et des droits du roi. Comme pour le Parlement, elle connaît durant la Ligue une scission, les magistrats demeurés fidèles à Henri III puis ralliés à Henri IV gagnant Rennes tandis qu’à Nantes siégeaient la minorité d’entre eux favorables au parti de Mercœur. Néanmoins, comme pour le Parlement, il n’y eut pas de part et d’autre une compétition dans la création d’offices et c’est sans réel conflit interne que l’édit d’Angers du 2 avril 1598 rétablit la Chambre des comptes à Nantes, dans ses bâtiments indépendants datant de 1553.

  • 55 Gallais, Vincent, « Chahut à la Chambre ou le premier président contesté, septembre 1642 », Annales (...)

26Composée au début du règne de Louis XIII de 4 présidents, de 21 maîtres et de 22 auditeurs, d’un procureur général et d’un avocat général ainsi que d’un personnel subalterne d’huissiers, greffiers, garde des livres et payeur des gages, elle est dirigée par son premier président qui jouit de compétences et de prérogatives considérables. Il peut ainsi siéger en permanence au grand bureau où sont traitées les affaires les plus importantes dont est chargée la Chambre ; il a connaissance prioritairement des textes législatifs de la monarchie et il reçoit le serment des nouveaux titulaires d’office. Comme le précise Vincent Gallais, « aucun document ni aucun fait ne lui échappe. D’ailleurs, il joue un rôle dans la distribution des tâches quotidiennes, nomme aux commissions établies par la Chambre et dirige celles instituées au Conseil du roi. Le plus haut magistrat nantais représente la cour souveraine non seulement dans les grandes occasions et les fêtes religieuses locales mais aussi dans les délégations envoyées à la Cour. À chaque ouverture des sessions semestrielles, il préside l’ensemble des cérémonies tant juridiques que spirituelles55 ». C’est à cette occasion que les discours rassemblés par son fils ont été prononcés à l’exception du dernier.

  • 56 Dans ce discours d’adieu, il fait référence aux 22 ans passés à la tête de cette compagnie, Remonst (...)

27Depuis février 1574, l’année judiciaire compte deux sessions, la première se déroule du 1er mars au 1er juillet et la seconde du 1er novembre au 1er février. À chaque ouverture, une séance solennelle marque le début du semestre judiciaire par les discours des président et procureur général et par une messe célébrée ensuite dans l’église du couvent voisin des cordeliers. À l’issue de cette messe, la compagnie regagne la Chambre où est faite la lecture par le greffier des règlements intéressant le fonctionnement de l’institution. Pour l’ouverture du 1er mars, c’est le premier président qui fait ce discours, accompagné d’un autre président sans que cela lui interdise d’officier à l’ouverture de novembre. Faute d’être conservés dans les registres de la Chambre, nous ne pouvons dater plus précisément ces textes prononcés entre 1597 et 1618 si ce n’est peut-être pour deux d’entre eux liés à des événements spécifiques : la mort du roi en 1610 et l’abandon par Auffray de Lescouët de ses responsabilités à la Chambre56. Composés d’une trentaine de pages chacun, le texte le plus long (45 pages) comme le plus court (16 pages) renvoyant à des discours particuliers — la mort du roi pour le premier, la harangue prononcée lors de la venue d’Henri de Rohan, lieutenant-général de Bretagne et gouverneur de Nantes dans la Chambre, pour le second —, ces textes sont précédés d’un titre qui en indique la teneur principale à l’exception des deux derniers qui évoquent seulement les circonstances particulières de leur tenue comme le montre le tableau ci-dessous (tableau 1).

Tableau 1 : Titre des différentes pièces du recueil

1. « Ouverture par l’Oraison funebre de Henry quatriesme Roy de France et de Navarre »

2. « Ouverture sur l’observation des Loix »

3. « Ouverture par le discours du plaisir, profit et honneur des Officiers de la Justice »

4. « Ouverture par le discours de la verité »

5. « Ouverture sur la cognoissance de soy-mesme »

6. « Ouverture par une paraphrase sur l’Evangile de la Messe du S. Esprit »

7. « Ouverture par le blasme et mespris de l’injustice »

8. « Ouverture par l’adieu dudit premier President »

9. « Paroles dites au Seigneur Duc de Montbason, Pair et grand Veneur de France, Lieutenant general du Roy aux Ville, Chasteau, Evesché et Comté de Nantes, entré en la Chambre pour les affaires de Sa Majesté »

  • 57 Sur ces volumes de Polyantheae, Fumaroli, Marc, op. cit., p. 738-748, Goyet, Francis, Le sublime du (...)
  • 58 Balisson de Rougemont, Michel-Nicolas, Le discours de rentrée, comédie-vaudeville en 1 acte, Paris, (...)

28Ces titres rappellent combien le discours solennel de la magistrature est tributaire d’une éducation humaniste et d’une culture générique qui soutiennent la sociogenèse d’un groupe nourri de pratiques auto-référentielles, et cimenté par l’élaboration d’un idéal commun. Puisées aux florilèges, recueils de lieux communs et autres cornucopies, les références utilisées par le premier président pour illustrer son propos, argumenter son sujet et persuader son auditoire l’inscrivent dans la lignée de la « rhétorique des citations » définie par Marc Fumaroli comme valeur normative et usage référent57. De là le sentiment premier, assourdissant, d’une répétition monotone et impersonnelle éprouvé par le lecteur familier de ce genre de discours dont l’efficace réside précisément dans sa capacité à affirmer une continuité, dont la finalité est de témoigner d’une stabilité dans la branloire pérenne du monde et dont l’ambition est de fondre l’individu singulier dans l’universel. Le sens de cette parole s’est depuis perdu comme le manifestent les distances ironiques prises à l’égard de ce genre au XIXe siècle. Dans son livre sur les ouvertures solennelles des cours d’appel de l’époque contemporaine, Jean-Claude Farcy cite ainsi une comédie-vaudeville de 1838 ridiculisant la rhétorique fatiguée et l’éloquence mécanique du discours de rentrée, héritier des remontrances d’ouverture des cours de justice de la France moderne et de leurs anciennes mercuriales. Dans Le Discours de rentrée, le procureur du roi déclare ainsi que « nous avons perdu cette année les juges les plus intègres, les orateurs les plus éloquents ». Quand on lui réplique que « c’est flatteur pour ceux qui restent », il répond tranquillement : « Patience, ils auront leur tour ; on en fera des d’Aguesseau quand ils seront morts »58.

  • 59 Dans une toute autre perspective et pour notre modernité, signalons l’essai de réhabilitation de ce (...)
  • 60 Crouzet, Denis, « Préface » dans, Daubresse, Sylvie, op. cit., p. VII ; Fumaroli, Marc, op. cit., p (...)

29Contre l’anachronisme d’un jugement esthétique et « littéraire », au sens moderne du terme, qui condamnerait cette éloquence en dénonçant et ridiculisant son psittacisme fondamental ou raillerait la vanité de cet exercice d’érudition pédantesque, c’est le sens profond de cette rhétorique du lieu commun qu’il faut restituer comme manifestation et témoignage d’un ordre du monde fondé sur le ministère de la parole judiciaire, la force de l’analogie et l’efficace du principe de la représentation comme mode d’intelligibilité et de connaissance59. Il faut ainsi se garder de confondre le discours de la similitude avec celui de l’imitation et prendre un ressassement proprement régénérateur pour un bégaiement régressif. Ce n’est pas tant, en effet, l’originalité qui fonde la valeur de ces textes que leur capacité à inventer une parole ancienne, à faire entendre une langue qui résiste au mouvement du temps pour dire la dignité inébranlable de ses interprètes et sacrificateurs60.

30À l’exception des premier et dernier discours, exceptionnels en raison de leur circonstance et de leur sujet, le « style » des remontrances d’Auffray de Lescouët est conforme au modèle rhétorique des cours souveraines usant alors avec une certaine retenue des citations, mais s’autorisant ponctuellement quelques courtes références latines et grecques. À la palette des artifices de l’éloquence classique, il emprunte quelques figures pathétiques pour signifier sa faiblesse ou son indignité devant la noblesse ou l’importance des sujets traités. Ainsi, lorsqu’il prononce le panégyrique d’Henri IV, c’est sa confusion devant les qualités du roi défunt qui soutient la captatio benevolentiae attendue par son auditoire. Face à un sujet « si haut », l’éloquence se tait ou plutôt se donne à entendre comme impuissante, dépassée : « Mais par où commenceray-je ? » s’inquiète-t-il. « Mais si je commence, par où finiray-je ? » poursuit-il.

  • 61 Remonstrances prononcées…, op. cit., p. 2-3. À ce désarroi font écho l’humilité de l’orateur, la na (...)

Je suis au milieu d’un beau jardin tout couvert de fleurs et de fruicts, et ne les puis cueillir : je suis au centre d’un grand ciel, cloüé d’un nombre innombrable d’estoiles : leur nombre m’estonne, leurs estincelles m’esblouyssent, et je ne puis regarder fixement les clairs brillans de ce beau soleil, je ne les puis voir qu’en nictant et fermant les yeux61.

  • 62 Ibid., p. 216.

31L’apostrophe, les interrogations, le procédé anaphorique, les tableaux parallèles, les portraits contradictoires ou le laconisme abrupt viennent ainsi apporter au discours le souffle d’une parole vive propre à soutenir le docere magistral par l’esthétique du delectare et par l’énergie du movere politique. Dans la septième ouverture, Auffray de Lescouët évoque ces « tons harmonieux » et les « accents agreables » qu’il s’efforce d’apporter à son auditoire tandis que la plupart de ses péroraisons s’achèvent par des exhortations à l’action, à la louange ou à la méditation62.

Une magistrature sacerdotale ?

  • 63 Ibid., p. 4.

32Le discours qui inaugure le recueil, l’oraison funèbre du roi, articule, comme dans un tableau introductif, les principaux thèmes qui y seront développés : la grandeur de la monarchie, la grandeur de ses lois, la grandeur de ses magistrats. L’évocation liminaire de la situation du royaume en 1589 permet dès lors au premier président de la cour souveraine nantaise de stigmatiser les violences faites à ces principes : Henri IV « trouva la majesté Royale mesprisée, la raison bouleversée, les Loix abattues, les droictz violez, la justice bannie, les Senateurs prisonniers, et rencontra en teste la fureur qui vouloit luy arracher son sceptre et sa couronne63 ». Au cœur de cette subversion, c’est la parole dévoyée, le simulacre de mots menteurs et vides qui, provoquant et entretenant la désobéissance et l’errance dans un monde orphelin, doivent être dénoncés : c’est cette parole qu’il faut redresser ; ce sont ces liens entre les mots et les valeurs qu’il faut retisser. Aussi n’est-il pas sans importance pour comprendre cet art de bien parler de désigner et nommer liminairement ceux qui y firent défaut et sur lesquels repose le poids des misères passées :

  • 64 Ibid., p. 13.

[Ceux] qui pour le bien particulier entretenoient le mal public : les imposteurs, les calumniateurs, ceux qui par drogues estrangeres empoisonnoient les cœurs, les faux Officiers, et les mauvais Predicateurs, qui de leurs langues venales charmoient les foibles esprits, et maintenoient le peuple en sa desbauche64.

  • 65 Ibid., p. 19.

33L’autorité de la justice et la voix des juges défendant la souveraineté de la loi sont ainsi les instruments essentiels de la grande œuvre pacificatrice dont est loué le roi. Aux vertus martiales, à la piété et à la prudence s’ajoute, pour achever le portrait d’un monarque parfait et incomparable, le soin manifesté par Henri IV en faveur de la justice : « Il aymoit la Justice, et l’escarlatte de la Justice recevoit grand esclat de sa Royale lumiere65 ».

  • 66 Fumaroli, Marc, op. cit., p. 489.
  • 67 Si classiquement figurent pêle-mêle Proclus, Aristote, Philocleon et Platon, Archimède, Galien, Dio (...)
  • 68 Annexes 1 et 2. Outre la référence dans la cinquième ouverture à la remontrance de l’avocat général (...)

34Précédées de cette oraison funèbre, véritable panégyrique du roi providentiel et discours de la souveraineté judiciaire, les autres ouvertures du recueil développent dès lors différentes variations sur ce thème essentiel, appuyées sur des citations illustrant la science de l’orateur66. Celle-ci ne se limite pas aux références attendues mais le spectre des autorités s’élargit chez Auffray de Lescouët à des auteurs plus originaux67. Cette large tessiture référentielle trouve un certain parallèle dans la variété des exordes. Par rapport au discours inaugural de la seconde ouverture dont il faut se rappeler qu’il s’adresse initialement à des auditeurs pour mesurer pleinement l’effet recherché par l’ampleur d’une période oratoire, complexe et magistrale, l’exorde de la cinquième dresse l’orateur dans une figure plus simple et plus familière, appelant la bienveillance de son auditoire pour un discours improvisé, inspiré, prétend-il, par les remontrances qui l’ont précédé lors du rituel de la séance d’ouverture solennelle du semestre judiciaire68. Le développement d’une citation classique — comme dans l’ouverture par le discours de la Vérité —, le commentaire d’une allusion circonstancielle et casuelle — comme dans celle clairement désignée comme une paraphrase au sujet de la messe du Saint-Esprit — et le recours au paradoxe de la septième ouverture complètent l’inventivité oratoire du premier président mise alors au service d’un discours célébrant la grandeur et la dignité de la parole de justice, servante fidèle de la majesté de la loi.

35Principe divin d’organisation du monde et de la communication des éléments qui le composent, la loi constitue le pilier qui fonde l’univers. Commune aux hommes et aux anges, aux mondes élémentaire et céleste, aux êtres animés et inanimés, aux choses qui sont « et celles qui ne sont point » :

  • 69 Remonstrances prononcées…, op. cit., p. 65 et 219.

La loy est le lien de la cité, la fontaine d’equité, le fondement de la liberté, et l’ame de la societé ; c’est le compas, la regle et la mesure des actions ; c’est la nourrice de la vertu, et le gouvernail du monde ; gouvernail sans lequel, ny maison, ny famille, ny ville, ny province, ny nation, ny le genre humain, ny la nature mesme ne pourroient susbsister69.

  • 70 Ibid., p. 73, 127 et 170.
  • 71 Ibid., p. 74.
  • 72 Ibid., p. 97 ; voir également p. 126.
  • 73 Fumaroli, Marc, op. cit., p. 476-477.
  • 74 Annexes 3 et 4 et Fumaroli, Marc, op cit., p. 225-231.

36Les hommes qui en défendent l’autorité en jugeant et punissant ceux qui la bafouent sont alors élevés aux responsabilités les plus grandes, participant non seulement du dessein de la divinité dans la conservation de sa création mais servant également son œuvre eschatologique, la loi étant une charité de Dieu, « octroyée pour aquerir la grace70 ». À cette haute charge sont conviés tous les officiers de la justice, explique le premier président, sans que l’envie s’empare des cœurs des inférieurs, car « comme le Soleil du ciel illumine et fait reluire tous les corps qui reçoivent sa lumiere, autrement le bois, autrement la pierre, et autrement l’or ; le Soleil de la Justice, bien que diversement, esclatte neantmoins en tous ses officiers71 ». Ces derniers, « lieutenans de Dieu » et représentant de sa toute puissance dans l’exercice de leur magistrature, reçoivent plaisir, profit et honneur comme le démontre la troisième ouverture du recueil72. Aussi ceux qui transgressent ce véritable ministère divin sont-ils particulièrement châtiés de leur audace et de leur perversion. Illustrant le schéma binaire de la remontrance d’ouverture établi par Marc Fumaroli — « un versant « démonstratif » accordé à la solennité des circonstances, qui oblige à célébrer le Logos de la Justice royale en termes religieux et philosophiques ; un versant parénétique, tourné vers la pratique quotidienne du Palais, et qui rappelle ses devoirs à l’éloquence judiciaire » —, à la dignité de cette charge quasi sacerdotale répond la condamnation de toute conduite sacrilège73. La figure que le premier président dresse du mauvais officier de justice est celle d’une peste et d’un damné74.

  • 75 Remonstrances prononcées…, op. cit., p. 100.
  • 76 Ibid., p. 100 et 107.
  • 77 Ibid., p. 122-123, 160 et 177. Le défaut de cette connaissance complète la peinture du mauvais offi (...)

37De cette relation à la divinité, procèdent nécessairement la sanctuarisation du lieu où la justice est rendue et le caractère consacré de celui qui la célèbre, préservé, exempté « de roture, d’ignobilité, tailles et impositions, de procez, de querelles, des services de la guerre, de tutelles, commissions, recettes, et autres fers de l’Estat75 ». La Chambre des comptes est un « temple de saincteté » ; un jugement un hymne76. Pour être fidèle à cette charge, il faut que l’officier juge avec raison et qu’il soutienne celle-ci de ses connaissances, la principale et la plus nécessaire de toutes étant celle de se connaître soi-même, et par là, de reconnaître la part divine placée en chaque homme77. Nécessaire à tous, cette reconnaissance est indispensable au juge du fait des liens évoqués précédemment avec la divinité. L’exhortation qui achève la péroraison de la cinquième ouverture en est le manifeste :

  • 78 Ibid., p. 178-179.

L’homme est le temple de Dieu, son ame est son sanctuaire : qui, comme celuy du temple de Salomon, doit estre de fin or, remply de saines, sainctes, et solides contemplations et actions : mais les ames des juges, ce sont les autels de Dieu, autels cubiques, où se font les sacrifices de sa justice : prenons les lignes de ses balances, nous les trouverons moyennes et proportionnées : Il nous sera donc aisé de doubler ce cube. Doublons-le, et redoublons nos autels par la cognoissance de nous-mesmes, laquelle nous donnera un zele parfait au bien de la justice78.

  • 79 Ibid., p. 192 ; annexe 6.

38Cette dimension religieuse de la magistrature est au cœur de la sixième ouverture dans laquelle Auffray de Lescouët désigne expressément les officiers de la cour souveraine nantaise comme des « Prestres de la justice » développant par ailleurs une économie de l’acte judiciaire se référant à une véritable écologie spirituelle79.

  • 80 Ibid., p. 259-260 et 270.

39Apologie de la retraite opposée aux déceptions, craintes, jalousies et vicissitudes du monde, son discours d’adieu est l’occasion de parfaire le portrait idéal de l’officier de justice sous les traits des magistrats exemplaires de la cour souveraine. S’opposent ainsi un monde pris par la tourmente, un monde qui « n’est qu’un cercle qui tourne et retourne, le pinceau de la fortune y peint diversement les bigarures de ses divers accidens : […] un theatre où la fortune et la vanité se jouënt : il n’y a rien que vicissitude, varieté et transmutation, rien de perpetuel, rien d’arresté : les conseils y sont vains, vains les effects, et vaines les esperances » et la gravité comme la constance des juges qui en révèlent la permanence80. C’est sur cette grandeur des magistrats que s’achève le recueil, trouvant l’occasion dans la venue du duc de Montbazon à la Chambre d’en célébrer la souveraineté au temps même où, écrit-il :

  • 81 Ibid., p. 283.

De nouveaux hommes […] donnent conseil à sa Majesté de diminuer l’authorité des Cours souveraines pour l’attribuer à des particuliers, [faisant] ouverture de la ruine de l’estat, lequel vivant en son ancien establissement se maintiendra tousjours, comme il a fait depuis douze cens ans81.

  • 82 Ibid., p. 29.
  • 83 Bercé, Yves-Marie, La naissance dramatique de l’absolutisme, 1598-1661, Paris, Le Seuil, 1992 ; Cor (...)
  • 84 Remonstrances prononcées…, op. cit., p. 256.

40Contre l’évolution absolutiste du gouvernement monarchique et la fortune des favoris tel Concino Concini, le premier président défend l’idéal d’une royauté tempérée dans laquelle la Magistrature participe de la souveraineté, comme « compagne » de ses droits. L’autorité des cours souveraines ne réside pas dans la seule délégation judiciaire, mais, explique-t-il, elle procède d’un don accordé par les monarques pour « juger de l’equité et utilité de leurs commandemens au fait de la justice, […] verifier et entheriner ce qui est selon les loix, et refuser ce qui est contraire […], juger de [leurs] commandements », participant par là du gouvernement de la res publicae. « Contre-barres et balances » entre les monarques et leurs sujets, les cours souveraines, « consistoire de plusieurs Roys », ne sont pas seulement un appareil de l’État, une administration particulière de celui-ci, mais sont constitutives de l’art de gouverner. Ce dernier texte se donne alors à lire comme un écho au discours inaugural dans lequel Henri IV était loué particulièrement pour, « bien qu’il fust et Roy, et âgé, et victorieux, [de n’assembler] jamais ses Estats ny son Conseil pour approuver ses volontez [mais] c’estoit pour suivre leurs advis, et comme pour se mettre en leur tutelle82 ». Au moment où s’articule la « naissance dramatique de l’absolutisme », Auffray de Lescouët défend ainsi l’idéal renaissant et humaniste d’une monarchie délibérative, « consultative » ou « du consensus » selon les définitions données par l’historiographie contemporaine83. Une monarchie de la parole échangée, une souveraineté de la concertation, un gouvernement « par conseil » et non le triomphe des grands et des favoris qui « gigantisent et commandent par monosyllabes aux petits84 ». L’idéal robin d’une magistrature quasi sacerdotale comme légitimité sociale n’est pas limité à cette seule fin : il milite, au temps de la régence de Marie de Médicis, de la faveur des Concini et de l’ambition des Grands, pour un gouvernement royal fidèle à la tradition du regimen médiéval contre l’autonomisation croissante du regnum moderne et dans lequel la Parole ne serait pas seulement d’autorité, celle de l’ordre et de la hiérarchie, mais également celle de la médiation raisonnable et d’une transcendance continuée.

41À l’issue de cette analyse thématique, les effets d’écho, de parallèle et de développements filés à travers les différentes pièces du recueil s’imposent à la lecture. Ils manifestent la cohérence d’une construction rigoureuse, soulignant ainsi l’écart entre l’état dans lequel ces remontrances ont été prétendument trouvées, « éparses, méprisées, abandonnées », et l’efficacité d’une démonstration finale qui relève d’un art de la composition particulièrement maîtrisé, élément essentiel par lui-même d’une stratégie de persuasion rhétorique dont il faut étudier désormais les acteurs, le mécanisme et les ambitions. Recueil à deux voix en effet, le sens de cette entreprise de publication ne peut se réduire à un sens univoque. Derrière l’évidence d’un manifeste robin aux prétentions souveraines, il faut dégager le paradoxe de sa sujétion, de son instrumentalisation au sein d’une pratique commensale et la réduction de ses ambitions publiques à la sphère semi-domestique d’une relation clientéliste.

DU PUBLIC AU PRIVÉ : PARADOXES DE LA PUBLICATION

  • 85 Houllemare, Marie, « Un avocat parisien entre art oratoire et promotion de soi (fin XVIe siècle) », (...)

42Pour reprendre la formule de Marie Houllemare, la rhétorique publiée ici est explicitement située entre « l’outil professionnel » et la « promotion de soi85 ». Témoignage du premier, elle ne se limite pas toutefois à celui-ci du fait que les pièces qui l’illustrent procèdent d’un choix. En effet, les huit remontrances d’ouvertures alors publiées sont loin de représenter la totalité de la charge oratoire du premier président durant l’exercice de sa magistrature.

Une œuvre « inventée »

43S’il faut en croire le « récit de publication » de l’épître dédicatoire, elles en seraient les vestiges providentiellement conservés dans le cabinet parisien d’Auffray de Lescouët. Ces circonstances particulières indiquent bien qu’elles sont le fruit d’une sélection. Celle opérée par le premier président qui, soucieux de sa réputation auprès des hauts magistrats parisiens et des conseillers de la cour, a pu se munir de quelques pièces, estimées les meilleures ou les plus pertinentes, pour les communiquer à ses pairs selon une pratique connue par divers témoignages contemporains. Par là-même, elles sont déjà une instrumentalisation à des fins personnelles d’une rhétorique soucieuse d’impersonnalité, l’individu privé devant s’effacer derrière le caractère public de sa charge. Par ailleurs, si ces circonstances singulières relèvent d’une dramatisation narrative et d’une mise en fiction, le caractère artificiel et proprement motivé du recueil est encore plus évident puisqu’il serait le fruit d’une sélection précise opérée soit par le premier président, soit par son fils ou issue d’une concertation entre les deux. Quoi qu’il en soit, il est important d’affirmer que le recueil relève bien d’une composition, et, donc d’une intention et d’une finalité présidant à son organisation générale et à la distribution interne des éléments qui le constituent. L’absence de datation des remontrances indique que la logique chronologique n’est pas le principe directeur du livre. Aussi celui-ci doit-il être cherché dans la relation entre ses auteurs et son principal destinataire.

44La dimension de « promotion de soi » est bien évidemment essentielle. Le choix de la remontrance constituée de l’adieu du premier président aux officiers et membres de la Chambre des comptes — la huitième ouverture — en est le témoignage éloquent. Ce choix est par ailleurs pertinent. Il permet de draper son auteur de l’humilité attendue d’un magistrat désintéressé, de le figurer en sage surmontant la vanité du monde tout en affirmant la légitimité des prétentions concrètes de son fils. Le discours auto-satisfait qui le précède ne doit pas alors être compris comme la manifestation incongrue d’un orgueil et d’un amour-propre vaniteux. Il faut replacer la citation qui suit dans le contexte d’un développement relatif aux avantages et bienfaits de servir dignement la justice. Affirmée précédemment in abstracto, les « plaisir, profit et honneurs » de cette charge sont ici incarnés dans la carrière exemplaire de l’officier modèle :

  • 86 Remonstrances prononcées…, op. cit., p. 216-217.

Sans la justice je serois le mespris du monde, abattu dans l’Estat, sans nom, incognu au Roy, aux Princes, et à vous. Et elle ne m’a pas seulement fait chef de l’une de ses plus belles compagnies, mais encore admis à la table du grand Jupiter de la France, en son Conseil, en ses commissions et affaires d’importance86.

  • 87 Ibid., p. 267 et 268.

45Ces bienfaits, ces marques insignes d’honneur et d’élection permettent de mettre en évidence la grandeur de leur renoncement volontaire, ce geste magnanime anticipant le portrait de son fils présenté, dans l’adieu à la Chambre, comme le don fait par le premier président à la cour souveraine d’un autre lui-même, évoquant plus loin l’honnête ambition des jeunes hommes87. Car davantage que la carrière d’un magistrat au faîte des honneurs régionaux, c’est bien celle de son fils qui est l’enjeu principal de cette publication.

  • 88 Jouhaud, Christian et Merlin, Hélène, « Mécènes, patrons et clients. Les médiations textuelles comm (...)

46Son privilège, daté de la mi-novembre 1618, intervient, en effet, à un moment capital dans la carrière et la fortune d’Isaac. Comme nous l’avons évoqué précédemment, il a été reçu, le 26 janvier 1617, par la Chambre des comptes dans sa charge de trésorier de France et général des finances. Son père, en mai 1618, a résigné en sa faveur son office de premier président dont il semble avoir été pourvu au début du mois d’octobre suivant. La Chambre ne l’ayant pas ensuite reçu ou lui-même n’ayant pas souhaité entrer dans cette charge, Isaac résigne l’office paternel en faveur de Joachim Descartes. Faute de précision plus grande et dans l’impossibilité alors de trancher véritablement entre un rejet ou un refus, il faut considérer les deux sens possibles de cette publication. Dans l’hypothèse où Isaac est surpris par le rejet de son entrée dans la Chambre des comptes, l’édition des Remonstrances… est indépendante des aléas de sa carrière. Elle achève triomphalement celle de son père tant d’un point de vue « littéraire » et professionnel que d’un point de vue social et politique à travers l’entrée de son fils dans la clientèle d’un « Grand ». Dans l’hypothèse contraire, celle où, avertis des réticences de la Chambre et bien conscients des difficultés d’un passage en force (la demande de dispense pour les dix ans de carrière dans la magistrature comme préalable réglementaire à la réception à cette charge étant possible mais susceptible d’alimenter de vives tensions), Auffray et Isaac ont travaillé à une solution honorable, le recueil imprimé devient l’instrument d’une promotion qui, par la publication de ce lien clientéliste, efface l’humiliation de l’échec d’une survivance officière et témoigne d’un horizon social et politique dépassant les limites de la magistrature nantaise, bretonne et angevine. Dans cette seconde hypothèse, qui nous semble la plus vraisemblable au vu de l’expérience d’Auffray de Lescouët et de sa maîtrise des enjeux socioprofessionnels du monde de la robe, l’édition de 1619 participe d’une stratégie de promotion publique manifestant l’orientation nouvelle des ambitions de sa famille. Elle est une forme de « pratique » qui, occultant le revers régional alors essuyé, ou évité, expose la réussite d’un clan accédant au cœur de l’appareil monarchique et usant de la médiation imprimée pour transformer ses lecteurs « en témoins et en spectateurs de cette relation » selon la définition de l’épître dédicatoire donnée par Christian Jouhaud et Hélène Merlin88. Si elle prend prétexte de la promotion à la Curie romaine de l’évêque de Paris, elle est d’abord la reconnaissance et l’affirmation de l’entrée d’Isaac dans sa domesticité, acquise par l’entremise des associations et procurations financières de son beau-père, Balthazar Chahu, récemment décédé.

Les mots du discours et la chose imprimée : le livre comme effet

47De fait, le sens des textes est modifié par ces conditions de publication nouvelle qui en prolongent — mais dans une voie oblique — l’écoute primitive et par ce cadre clientélaire qui donc se surimposent à la sphère publique initiale en la particularisant désormais. Ils ne constituent plus — pas seulement ni directement faudrait-il corriger — le corpus singulier d’un genre clairement défini, la défense et illustration de la dignité de la haute robe, mais ils s’inscrivent dès lors dans une autre perspective de promotion : non plus celle d’un corps et d’une classe, mais celle d’une famille et d’un homme. Initialement reçus dans le cadre solennel de la séance d’ouverture de l’année judiciaire, ils deviennent l’objet d’une intention domestique, d’une lecture et d’une appropriation singulières. Manifestation rituelle d’un devoir public, ils servent la réussite d’une ambition privée dans le cadre d’une réception fragmentée. Le grand intérêt de cette publication réside alors précisément dans ce déplacement paradoxal du public vers le privé. L’« usage » de l’imprimé a ce grand pouvoir de changer le sens d’un texte sans en modifier les mots. La prescription de lecture n’est plus celle de son écoute. Sans prétendre que la voix du premier président disparaisse totalement du recueil, ce qui serait bien évidemment abusif, l’épître dédicatoire fait cependant résonner dans chaque mot lu l’écho de la voix filiale. Muet dans la dédicace qu’il signe, Isaac est alors constamment présent dans les mots d’un texte pourtant étranger. Pour peu que l’on réfléchisse alors à la nature réelle du document celui-ci révèle toute la complexité de l’opération intellectuelle et sociale dont il est à la fois le produit et le vecteur : la transformation d’un bien public de nature orale en instrument privé de promotion publiée par la médiation de l’imprimé. La fin d’une telle édition doit donc être évaluée moins à l’aune de la construction textuelle de la légitimité sociale d’un ordre « moderne », la noblesse de robe, que dans la perspective beaucoup plus traditionnelle d’une relation de type féodal entre un maître et un membre de sa maison.

  • 89 Jouhaud, Christian, « Présentation », Annales. Hss, « Littérature et histoire », mars-avril 1994, p (...)
  • 90 Roger Chartier évoque ainsi à ce sujet « les appropriations plurielles qui, toujours, inventent, dé (...)

48La lecture thématique précédemment menée autour de la modélisation robine de sa légitimité politique et sociale élaborée à travers le portrait du magistrat idéal et du sacerdoce judiciaire ne constitue plus qu’une lecture parmi d’autres, déterminée et mise en exergue par l’opération même de contextualisation réalisée dans notre introduction. Elle n’est probablement pas la raison principale du recueil ainsi composé qui excède cette ambition générique par une paradoxale instrumentalisation réductrice89. Au jeu des lectures thématiques et des florilèges de citations, une autre cohérence du document pourrait être mise au jour sans qu’elle en épuise les ressources ; sans, surtout, qu’elle en exprime le sens véritable. Car celui-ci tient moins finalement dans son contenu que dans sa seule existence. Il n’est pas à chercher dans ce qui est dit, mais dans ce qu’il est. C’est sa seule réalité comme « chose » précisément, vue, touchée, manipulée, communiquée et discutée, qui en fait le prix pour son auteur bien davantage que l’alchimie rhétorique qu’il renferme. Les effets de réception échappent généralement à celui qui produit un texte ; seule lui demeure la maîtrise de publier ou non. L’intention auctoriale n’est, en effet, jamais sûre d’être efficace et de satisfaire pleinement les fins originellement assignées90. Peu importe d’ailleurs dans le cas présent puisque cette intention imparfaite est secondaire par rapport à la volonté éditoriale qui ne peut, elle, manquer son but : celui de transformer un texte en livre. Et par-là signifier et identifier celui grâce auquel ce dernier existe. Non plus l’auteur évident de l’ouvrage, mais son destinataire posé dès lors comme la raison d’être du recueil, son auteur implicite en quelque sorte, derrière le nom qui signe le livre… On voit par-là combien les Remonstrances… constituent finalement moins un document qu’elles ne sont une action : celle d’une puissance efficace, celle du maître, celle du « Grand » auquel se voue Isaac de Lescouët sacrifiant les textes de son père sur l’autel d’une reconnaissance sociale et politique résolument étrangère à l’idéal, à la logique comme aux finalités de ces derniers.

49Les perspectives interprétatives de l’ouvrage, initialement dégagées dans l’introduction comme au seuil de sa lecture véritable, se révèlent ainsi à son terme peu pertinentes. Cette première conclusion est la conséquence nécessaire des a priori d’une contextualisation directrice achoppant à pénétrer la profondeur du geste pour demeurer à la surface du reflet produit — et attendu — par cette opération même. Inscrites dans une approche critique d’abord textuelle et générique — le discours autoréférentiel et légitimant d’une classe sociale ambiguë et contestée —, ces perspectives de lecture n’ont alors dégagé que ce qu’elles y cherchaient. Si le texte est, en quelque sorte, évident, ce sont bien le livre et l’auteur qu’il fallait, aussi étrangement que cela puisse paraître, retrouver et « inventer » derrière la reconstitution de la carrière d’Auffray de Lescouët et l’évocation des ambitions de son fils. Pour l’imprimeur, Sébastien Cramoisy, les Remonstrances… complètent un fonds éditorial spécialisé — un genre — en cours de constitution et favorablement reçu par le public lettré. Pour le premier président de la Chambre des comptes, Auffray de Lescouët, les Remonstrances… achèvent triomphalement une carrière exemplaire prolongeant l’écho de sa voix dans les demeures de ses pairs. Une fois dit cela, nous ne sommes guère plus avancé.

  • 91 Jouhaud, Christian, et Viala, Alain, éd., op. cit., p. 5.

50À persévérer dans l’analyse d’un livre tenu d’abord pour contenir des textes — autrement dit d’abord des informations et des documents — soumis à la critique (quelle qu’elle soit par ailleurs), nous risquons finalement de manquer son économie essentielle qui est d’être avant tout un objet publié, une réalité matérielle. De sorte qu’il est nécessaire de déplacer notre attention de sa réception postulée et toujours incertaine à sa publication qu’il faut alors, comme le souhaitent Christian Jouhaud et Alain Viala, prendre désormais « au sérieux » comme élément primitif des déterminations multiples qui organisent son existence sociale et intellectuelle91. Dès lors, un « usage de l’imprimé », distinct des effets et attentes habituellement sollicités et inventoriés, apparaît. Les Remonstrances… sont davantage qu’un texte, autre chose que la totalité des discours qui les constituent. Elles ne contiennent pas un sens ni même plusieurs qu’il faudrait saisir, analyser, articuler ou hiérarchiser. Le livre, réalité plus éloquente que la rhétorique qu’il célèbre, est sens et signe en lui-même. Celui d’une dédicace, effet et écho de la puissance qui le publie, celle d’Henri de Gondi, acteur essentiel derrière le dédicant et auteur primitif d’un recueil écrit et édité par d’autres.

Annexes

ANNEXES

1. Ouverture sur l’observation des lois

« Le premier estre, premier moteur, premier principe, principe interminé, susbtance sans commencement et sans fin, quantité et qualité sans obumbration de mesure, de changement ny de vicissitude, dont la nature inferieure et superieure sans lieu, grande sans longueur, ample sans latitude, subtile sans extenuation, remplist, embrasse, surpasse, et soustient toutes choses, non d’un costé ou d’une partie seulement, mais remplissant embrasse, embrassant surpasse, et surpassant soustient tout, gouverne d’en haut sans inquietude, soustient d’embas sans peine, environne exterieurement sans extension, penetre interieurement sans extenuation : demeure dedans, dehors dessus, et dessous toutes choses : superieur par puissance, inferieur par soustien, exterieur par gandeur, interieur par subtilité : toutes choses en un, un en toutes, tout et un : second aux secondes, tiers aux tierces, aenigme par lequel Platon apprenoit à ses disciples, du Pere le Fils, comme une lumiere resplendissante, et du Pere et du Fils l’esprit et l’ame du monde, qui font une divine unité d’une mesme substance et d’un esgalité inseparable : Trinité qu’il fait sainctement croire, de crainte que l’homme voulant regarder des yeux de la curiosité, plus que de ceux de la foy, ceste lumiere inaccessible, perde son foible regard qui ne peut pas comprendre pourquoy l’entendement, la volonté et la memoire, une mesme substance, sont trois choses separées » (p. 46-48).

2. Ouverture sur la connaissance de soi-même

« Le sainct Esprit du vray Dieu, a contraint le mauvais esprit d’un faux dieu de prononcer ceste belle sentence, récitée et interprétée presentement par l’Advocat general, et la faire graver en lettres d’or sur son temple plus renommé, en veuë de tous les hommes, pour leur servir d’une claire, entiere, et parfaite instruction en toutes les affaires de ceste vie. On dit que l’Apollon des profanes donne des plumes à ses Muses pour hausser leur stile, et j’espere que l’Apollon de la justice eslevera ce discours de ses aisles, puis qu’il luy plaist effacer de ma memoire le subject choisi qu’elle vous gardoit, pour m’animer, et si je l’ose dire, me forcer à la suitte de l’interpretation de son Oracle » (p. 139-140).

3. Ouverture par le discours du plaisir, profit et honneur des officiers de la justice

« Mais comme il [Dieu] leur donne du plaisir, profit, et de l’honneur, aussi est-il merveilleusement indigné contre ceux qui la rendent d’un cœur voluptueux, d’un œil superbe, et d’une main insatiable ; car comme le feu du ciel n’admet que les choses pures, il ne veut rien d’impur en la lumiere de la justice, reprend aigrement ceux qui desguisent les belles faces des Juges en masques de pecheurs : la gresle sera leur rosée, les vents bruslans leurs zephirs, leur gloire comme la tigne à la veuë du Soleil sera convertie en air et en vent de vanité ; il les couvre du manteau doublé d’ignominie, et apres les avoir despoüillez de plaisir, de profit, et d’honneur, il les abaisse tellement que de Peres, Princes, Roys, et Dieux, il les transforme en des brutes, fait plouvoir sur eux les charbons de son ire, plus bruslans que ceux du genevrier : et la charge de Juges qui leur eust esté à plaisir, profit, et honneur, leur sera la pierre manale et porte du logis des douleurs eternelles » (p. 97-98).

4. Ouverture sur le blâme et mépris de l’injustice

« La fausse [justice] sur le talent de plomb, dans la chaire de pestilence, au milieu des tenebres de l’ignorance, malade d’acception ne void qu’au travers du verre peint de haine, faveur, ou profit, tournée à son utilité particuliere, ravale la dignité publique : sur ses pieds tortus tournoye et cloche à l’entour de la verité, obscurcit par ses illusions le vray bien : ses paroles pourries engendrent la corruption dans l’ame, et y font une telle sedition intestine, qu’à tous momens son officier se trouble, se heurte et se blesse : elle rompt les contracts, destruit la police, convertit les grands Empires en grands brigandages, desfait l’assemblage des hommes, et blesse la nature » (p. 242-243).

5. Ouverture sur la connaissance de soi-même

« Le sçavant qui ne se cognoist, n’est pas sçavant ; non, c’est un ignorant : le corps de ses discours est une masse sans forme, et sans jour : il n’a que des impressions superficielles qui nagent en sa phantaisie, et tousjours flottant au dehors, ne peut entrer dans le port de la raison, car il n’a que l’image, que di-je, l’image ? il n’a que l’ombre de l’image de la lumière, dont il trouble la société des citoyens : cét Anaxagoras, ce sophiste dira le matin que la neige est noir, et le soir d’une autre couleur : il joüe des argumens de la science, comme un joüeur de passe-passe de ses pilules, pour envelopper la verite dans son art, par ses gestes, ses hyperboles et exagerations, dorant souvent de flaterie son dire, qu’il sçait n’estre pas de bonne mise, et entreseme sans cesse les graines du mensonge dans la terre de la justice : mais monté sur le cheval Sejan, et n’ayant point de tenue en ce bel equipage, est abattu et battu aux escarmouches, rencontres et batailles de la verité » (p. 157-158).

6. Ouverture par une paraphrase sur l’évangile de la messe du Saint-Esprit

« Le pilote assis gouverne le navire : c’est pourquoy les compagnies de justice, et principalement celle de la justice publique, s’appellent chambres, et les sieges des juges, et principalement du Prince, licts de Justice. Il faut doncques, à l’exemple du pilote du monde, grand Juge des Juges, et des Justices, qui selon les Prophetes, est, et sera assis eternellement : que les grands juges qui le representent soient assis, sur peine de nullité de leurs jugemens […]. Il faut que l’esprit soit son lict, en son assiette naturelle, hors le bransle et l’agitation des passions, et comme la chaleur du feu, empeschée par l’humidité, est agitée par la siccité, comme par une lime ; l’esprit aliment de ce feu doit estre sec, et non detrempé de faveur, haine, ou sordidité, pour agiter en nous la chaleur de ce feu : feu que nous devons tirer, non des fourneaux de Vulquain, ou de Minerve, qui ne tend qu’à la nourriture corporelle, fournaux autant fumeux ; que lumineux : mais du cabinet du grand Dieu, non par Mercure, ny par un Ange, mais des clairs et purs rayons du Soleil du grand Elohim : et l’ayans acquis, le faire tousjours flamboyer en nous, et ne souffrir de le voir perir, ny opprimer par son contraire, ny aussi tant languir, qu’il defaille du tout : mais comme Pyrales, vivre dans ce feu, de crainte de mourir hors de ce feu. Et comme le petit feu n’est pas esteint par le grand ; mais luy est uny, collé et adjoint. Unisson à ce grand feu, le feu de nostre amour au Roy, à la Royne Regente, et à nos Superieurs, et aux subjects de leurs Majestez, puisque le bon-heur des peuples depend des bons Juges qui leur donnent des benedictions, et les font monter de vertu en vertu, jusques à la vision du Dieu des Dieux » (p. 204-207).

Notes

1 Sully, « Mémoires des sages et royales oeconomies d’Estat de Henry le Grand », Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France… par M. Petitot, Paris, Foucault, libraire, 1820, 2e série, t. 4, p. 56-57.

2 Crouzet, Denis, « Les fondements idéologiques de la royauté d’Henri IV », dans Pérot, Jacques, et Tucoo-Chala, Pierre, éd., Avènement d’Henri IV. Quatrième centenaire. « Henri IV. Le roi et la reconstruction du royaume », actes du colloque III, Pau-Nérac, 1989, Pau, « Henri IV 1989 » et J & D Éditions, 1990, p. 165-194.

3 Il définit en particulier « cette utopie d’une société dans laquelle les mots seraient comme vivants pour maintenir un lien vital » et signale cet « imaginaire d’un pouvoir sacré des mots », Crouzet, Denis, Le haut cœur de Catherine de Médicis. Une raison politique au temps de la Saint-Barthélemy, Paris, Albin Michel, 2005, p. 19-20 et chapitre 1, « La vertu des mots ». Pour cette période, voir également Daubresse, Sylvie, Le parlement de Paris ou la voix de la raison (1559-1589), Genève, Droz, 2005 et, dans un autre contexte, la contribution de Luciani, Isabelle, « D’où “parle” Toulouse ? Le corps urbain entre unanimité municipale et inspiration monarchique, XVIe-XVIIe siècle », dans Audisio, Gabriel, dir., Prendre une ville au XVIe siècle. Histoire, Arts, Lettres, Aix-en-Provence, PUP, 2004, p. 229-245.

4 Le Person, Xavier, « Praticques » et « praticqueurs ». La vie politique à la fin du règne de Henri III (1584-1589), Genève, Droz, 2002.

5 Gal, Stéphane, Le verbe et le chaos. Les harangues d’Ennemond Rabot d’Illins, premier président du parlement de Dauphiné (1585-1595), Grenoble, PUG, 2003.

6 « Livre partie des harangues prononcées par M. Balthazard de Villars, président et lieutenant général en la Sénéchaussée et Siège présidial de Lyon et premier président au Parlement de Dombes et depuis conseiller du Roi en ses conseils d’Etat et privé », Biblio. mun. Lyon, fonds général microfilm 1477 [1439]), « Harangue faicte lors de la prestation de serment faicte par les advocatz et procureurs notaires et autres soubz l’obeissance du Roy Henry 4e en la Ville de Lion au Pallais le 17 febvrier 1594 », f° 9 V°.

7 La référence essentielle sur ce sujet demeure l’étude magistrale de Marc Fumaroli qui souligne notamment le décalage entre la grande époque des « Remonstrances d’ouverture » et celle de leur diffusion par le livre, Fumaroli, Marc, L’âge de l’éloquence. Rhétorique et « res literaria » de la Renaissance au seuil de l’époque classique, Paris, Albin Michel, 1994 (1980), p. 475. Sur l’affirmation idéologique de la noblesse de robe et sa définition juridique, Bluche, François et Durye, Pierre, L’anoblissement par charges avant 1789, Paris, Éditions Les cahiers nobles, 1962, Jouanna, Arlette, L’idée de race en France au XVIe siècle et au début du XVIIe, Montpellier, Presses de l’université Paul Valéry, 1981, t. 2, chapitre V et Kaiser, Colin, « Les cours souveraines au XVIe siècle : morale et Contre-Réforme », Annales ESC, 1982, p. 15-31. Dans cette dernière étude est plus particulièrement analysée l’élaboration, à la fin du XVIe siècle, de l’idéal du « parfait magistrat catholique » permettant aux juges des cours souveraines d’échapper au statut de « métis social », selon l’expression de Robert Mandrou, pour constituer une noblesse de robe distincte des valeurs traditionnelles de la noblesse et des groupes urbains de la « bourgeoisie seconde » ainsi désignés par Henri Drouot.

8 Cette expression permet de distinguer la grande rhétorique de la magistrature de l’éloquence judiciaire stricte, celle des avocats. Relevant du genre épidictique ou démonstratif, sa finalité ne consiste pas à gagner une cause mais à encadrer et normer la pratique de ceux qui s’y emploient. Aussi, parallèlement à la publication de ces textes, le début du XVIIe siècle voit-il se multiplier, après ceux de Pierre Ayrault en 1568, de Simon Marion en 1593 et de Cardin Le Bret en 1597, les grands recueils de plaidoyers comme celui d’Anne Robert ou de Louis Servin. L’expression revient quant à elle à Zoberman, Pierre, Les cérémonies de la parole. L’éloquence d’apparat en France dans le dernier quart du XVIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 1998, qui l’emploie pour signifier la différence entre l’éloquence parlementaire et l’art des plaidoiries (p. 319-320). Plus loin, il précise même que la division classique de la rhétorique — délibératif, judiciaire et épidictique — est inopérante pour identifier les discours qui en relèvent. Du fait du primat du « contexte cérémoniel », tout discours peut actualiser le concept s’il répond à ses conditions (p. 637-641).

9 Pons, Alain, « La rhétorique des manières au XVIe siècle en Italie », dans Fumaroli, Marc, dir., Histoire de la rhétorique dans l’Europe moderne, 1450-1950, Paris, PUF, 1999, p. 413.

10 Remonstrances prononcées aux ouvertures publicques de la Chambre des Comptes de Bretagne. Par Messire Aufray de Lescouet, Conseiller du Roy en ses Conseils d’Estat et Privé, et premier President en ladite Chambre, Seigneur de la Guerrande, et Vicomte du Boschet, A Paris, En la boutique de Nivelle. Chez Sebastien Cramoisy, ruë sainct Jaques, aux Cicognes, M. DC. XIX., Avec Privilege de Sa Majesté, in-8°, [16] - 287 p., Biblio. nat. France, Lf 27 15. Il n’est pas sans intérêt de rappeler que Nivelle et Cramoisy sont les imprimeurs, en 1615, des harangues de Robert Miron, Denis-Simon de Marquemont, Pierre de Rocherolle et d’Armand-Jean du Plessis de Richelieu, les principaux orateurs des états généraux de 1614, et en 1616 d’une harangue de Scipion du Perrier au Parlement de Provence.

11 Au siècle suivant, les remontrances de Malesherbes, premier président de la Cour des aides parisienne, sont, à plus d’un titre, exceptionnelles, Badinter, Élisabeth, Les « remontrrances » de Malesherbes, 1771-1775, Paris, Flammarion, 1985.

12 Haddad, Élie, « Les histoires provinciales du royaume de France : une approche de la culture des officiers « moyens » aux XVIIe-XVIIIe siècles », dans Cassan, Michel, dir., Offices et officiers « moyens » en France à l’époque moderne. Profession, culture, Limoges, PUL, 2004, p. 289-324, note 17, p. 293. Sabine Juratic a relevé néanmoins une quarantaine d’officiers de justice sur ses 220 références d’auteurs de livres de raison et autres écrits du fort privé, Juratic, Sabine, « Bibliographie de journaux, livres de raison et mémoires d’officiers royaux sous l’Ancien Régime (1560-1791) », Lettre d’information de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine, 1988, 16, p. 5-51.

13 Jouhaud, Christian, et Viala, Alain, dir., De la publication. Entre Renaissance et Lumières, Paris, Fayard, 2002, p. 13.

14 Tarrete, Alexandre, « La publication des harangues », dans Jouhaud, Christian, et Viala, Alain, dir., op. cit., p. 29-46. « Le même texte, fixe dans sa lettre, n’est pas le même si changent les dispositifs de son inscription ou de sa communication », Chartier, Roger, Au bord de la falaise. L’histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, Albin Michel, 1998, p. 270.

15 Arch. dép. Loire-Atlantique (désormais ADLA), 185 J 63, pièce n° 3.

16 Floury, Jérôme et Lorant, Éric, Catalogue généalogique de la Noblesse bretonne d’après la réformation de la noblesse 1668-1672 et les arrêts de l’Intendance, du Conseil d’État et du Parlement, Rennes, SAJEF, 2000, t. 2, p. 920.

17 ADLA, 185 J 63, pièce n° 1. Ce chevalier est Gilles de Lescouët, oncle d’Auffray, à propos duquel une information fut conduite le 17 juillet 1536 pour prouver sa noblesse, attestée notamment par la déposition de dix gentilshommes de nom et d’armes.

18 Lors de son mariage à Saint-Pierre de Rennes, on peut noter la présence parmi les témoins de Guy de Rieux, chevalier de l’ordre du roi, capitaine de cinquante hommes d’armes de ses ordonnances et capitaine du château de Brest, et d’Olivier du Chastellier, sieur de La Haultaie, conseiller au Parlement.

19 De ternay, Gaëtan, Dictionnaire des magistrats de la Chambre des comptes de Bretagne, Paris, chez l’auteur, s. d., exemplaire dactylographié, p. 125-126 ; Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne, 1554-1790, Mayenne, Éd. régionales de l’Ouest, 1991 (1909), fiche n° 789.

20 ADLA, B 190, réception d’Isaac de Lescouët comme trésorier de France, le 26 janvier 1617 (liasse non numérotée, 4 pièces).

21 Ibid., B 64, f° 270 V°-271 V°. Il est précisé qu’il a résigné sa charge de conseiller originaire le 21 novembre 1594.

22 Ibid., B 65, f° 71 V°-72 V°.

23 Ibid., f° 158 V°. L’acte de vérification par la Chambre des comptes de ces lettres — préalablement enregistrées au contrôleur général des finances, le 7 mai 1597 — est daté du 23 juin suivant.

24 Ibid., 185 J 63, pièce n° 3. Il est reçu dans cet office le 20 septembre 1600.

25 Saulnier, Fréderic, op. cit. En 1612, accompagné de quatre autres députés de la Chambre des comptes, il s’est de nouveau rendu auprès du roi, appelé par celui-ci par commission spéciale devant son conseil pour affaire d’importance au bien de nostre service et utillité de nostre dict pais de Bretaigne — la présentation des remontrances de la Chambre contre les abus, malversations et entreprises contre l’autorité royale faites par les supposts des Estats de vostre dicte province de Bretaigne — comme l’indiquent les lettres patentes les récompensant de la somme de 14 275 l., datées du 12 mai 1615, Auffray de Lescouët étant taxé de la somme de 3 400 l. pour son voyage et séjour auprès de la cour du 13 avril au 30 septembre 1612, ADLA, B 70, f° 21. Ce voyage est suivi l’année suivante d’un autre pour le remboursement des frais duquel il est taxé d’une somme de 1 000 l. par le conseil du roi le 16 avril 1614. Différents actes de la Chambre des comptes témoignent des difficultés à établir cette taxe sur un fonds légitime et solvable, ibid., B 618, f° 83 v°, arrêt du 2 mai 1616, ibid., B 619, f° 180, arrêt du 28 juin 1617 et ibid., B 620, f° 164 V°, arrêt du 25 juin 1618).

26 Ibid., B 68, f° 242 V°-245. Ces lettres patentes en forme de chartes d’érection sont reçues par la Chambre des comptes, le 27 mars 1609.

27 Ibid., B 150, liasse n° 2, pièce n° 21.

28 Sur ce personnage essentiel, notamment maire de Nantes entre 1611 et 1613, Gallais, Vincent, « Entre apprentissage et ambition : la culture politique d’un procureur du roi au présidial de Nantes, Jean Blanchard de Lessongère (1602-1612) », dans Cassan, Michel, dir., op. cit., p. 367-386, « Robe provinciale, réseaux de crédit et finances royales en Bretagne. Portrait d’un commissaire pourvoyeur dans la première moitié du XVIIe siècle », dans Bayard, Françoise, dir., Pourvoir les finances en province sous l’Ancien Régime. Journée d’études tenue à Bercy le 9 décembre 1999, Paris, CHEFF, 2002, p. 175-191, et Saupin, Guy, Nantes au XVIIe siècle. Vie politique et société urbaine, Rennes, PUR, 1996, p. 306-307 et 337-338.

29 Gallais, Vincent, « Robe provinciale… », op. cit., p. 184.

30 Outre ces deux filles, Auffray de Lescouët et Suzanne Challot eurent un autre fils, Jean, marié à Françoise Paltier, et une autre fille, Louise, abbesse de Bonlieu en Forez.

31 Niclas, Jean-Charles, La famille de Gondi-Retz au tournant des XVIe et XVIIe siècles. Étude de l’héritage d’une famille ducale à l’époque de la Réforme catholique, thèse de l’École des chartes, Paris, 1996, t. 1, p. 96 et 173.

32 Arch. mun. Nantes (désormais AM Nantes), GG 474, paroisse Sainte-Radegonde, 23 septembre 1608, f° 76 V°. Sa fille aînée, Anne, a été baptisée le 17 mars 1605

33 Ibid., GG 1, paroisse Notre-Dame, 10 avril 1612, f° 117.

34 ADLA, 185 J 63, pièce n° 3. Judith Chahu, seconde fille de Balthazar et Françoise Gayant, est baptisée à Sainte-Radegonde le 6 janvier 1607. Son parrain est René Charrette, sénéchal de Nantes ; sa marraine, Judith Fleuriol, l’épouse de Claude Cornulier, trésorier de France et receveur général des finances, AM Nantes, GG 474, paroisse Sainte-Radegonde, f° 69. Le mariage est enregistré dans la paroisse Saint-Denis, ibid., GG 47, paroisse Saint-Denis, f°. 54 V°.

35 ADLA, B 70, f° 108 V°-111.

36 Ibid., B 190, à la date du 17 janvier 1617.

37 Comme le rappelle Roland Mousnier, « la profession d’avocat était noble. Un gentilhomme pouvait être avocat sans déroger, car l’avocat dit le droit, comme les magistrats, et laisse la procédure aux officiers ministériels, procureurs (nos anciens avoués), huissiers, notaires, qui sont, comme procéduriers et donc serviteurs, des vils », Mousnier, Roland, L’homme rouge ou la vie du cardinal de Richelieu (1585-1642), Paris, Robert Laffont, 1992, p. 18.

38 Le certificat du payement par Balthazar Chahu du droit annuel pour les années 1615 et 1616, une quittance du payement par Isaac de Lescouët, le 14 décembre 1616, de la somme de 5 000 l. pour la résignation de cet office, et une autre quittance attestant du versement, le 16 décembre suivant, de 324 l. pour le droit du marc d’or.

39 Charmeil, Jean-Paul, Les trésoriers de France à l’époque de la Fronde. Contribution à l’histoire de l’administration financière de l’Ancien Régime, Paris, Picard, 1964, p. 318.

40 Par un acte passé devant les notaires Pierre Guillet et Jean Bonnet, le 8 mai 1618, Auffray résigne son office de premier président en faveur de son fils. Dans les pièces recueillies par le procureur général de la Chambre des comptes pour la réception de Jacques Barrin, le 22 juin 1619, une quittance enregistrée au contrôle général des Finances fait état du versement, le 8 octobre 1618, par Isaac de Lescouët de la somme de 4 500 l. pour la résignation en sa faveur de cet office dont il a payé également le droit de marc d’or correspondant, soit 324 l., ADLA, B 71, f° 104-105 V° ; ibid., B 621, f° 63.

41 Ibid., B 74, f° 37-38. Les lettres patentes de provision sont datées du 20 janvier 1629. Malgré les lacunes importantes dont souffre pour notre étude le fonds des notaires nantais (disparition des minutes de Pierre Guillet et de Charles Germond, lacune dans celles de Jean Bonnet et Jean Bodin), un acte de transport de rente constituée, établi le 16 novembre 1628 devant le notaire Desmortiers par Françoise Gayant en faveur d’Isaac de Lescouët, d’un montant de 575 l. pour un capital de 14 800 l. rend compte des mécanismes financiers de cette succession qui assure à Henri Chahu la jouissance de cet office (ibid., 4 E 2671, pièce n° 34).

42 AM Nantes, GG 419, f° 468 et ibid., GG 1, f° 217.

43 Figeac, Michel, « Être trésorier de France à Bordeaux au XVIIIe siècle : une simple sinécure ou un tremplin sur les chemins de l’ascension sociale ? », dans Cassan, Michel, dir., op. cit., p. 233-246 et Lüttenberg, Thomas, « Messieurs sont absents. L’assiduité des trésoriers généraux de France au bureau des finances de Bourges (1578-1650) », dans Id., ibid., p. 75-93.

44 AM Nantes, GG 48, paroisse Saint-Denis, f° 46 v° et ibid., GG 397, paroisse Saint-Vincent, f° 52. Pour le baptême de ses filles, Lucrèce, le 1er juillet 1627, et Judith, le 16 août 1628, les parrains et marraines sont choisis encore dans le milieu de la Chambre des comptes ce qui n’est plus le cas pour Marie et Marquise, baptisées les 19 janvier 1631 et 8 avril 1632, ibid., GG 1, f° 198 v°, 203, 217 et 226. Ce changement dans l’horizon d’alliances coutumier coïncide avec la résignation de sa charge de trésorier de France et général des finances en novembre 1628.

45 Ibid., GG 1, f° 192. Dans l’acte de baptême, on apprend que Louis est né le 31 janvier précédant et qu’il a été ondoyé à sa naissance.

46 ADLA, B 74, f° 223-225. Parmi les pièces de la vérification par la Chambre des comptes de ces lettres, le 18 février 1632, figure une lettre d’Henri de Montmorency, datée du 20 août 1626, attestant de la prestation de foi, hommage et serment de fidélité par Isaac de Lescouët à cause de la terre de La Galmelière, a presant a luy apartenant a cause du don quy luy en a esté faict en faveur de mariage par Messire Auffray de Lescouet son pere.

47 AM Nantes, GG 2, paroisse Notre-Dame, f° 8. Son parrain est Louis de Lescouët, sieur de La Galmelière ; sa marraine, Lucrèce de Lescouët, dame de La Chalouzais.

48 Ferrieu, Xavier, « Le château du Boschet, Bourg-des-Comptes. Notes historiques », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 68, 1991, p. 425. Un aveu et dénombrement du 28 août 1694, consécutif à une commission députée par le roi pour la réforme de son domaine, permet de préciser la nature et les fiefs de la vicomté du Boschet, ADLA, B 2212, n° 19, f° 87-93.

49 Amiot, Christophe, « Bourg-des-Comptes : le château du Boschet. Étude architecturale », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 68, 1991, p. 446.

50 Histoire genealogique de la Maison de Gondi par Monsieur de Corbinelli, Gentilhomme originaire de Florence, à Paris, chez Jean-Baptiste Coignard, Imprimeur ordinaire du Roy, ruë saint Jacques, à la Bible d’or, M. DCC. V., avec approbation et privilege de Sa Majesté, in-fol., t. 2, p. 112-136. L’ouvrage de Monique Bras-Paquin et Émile Boutin, Les Gondy de Retz, Nantes, Siloë, 2002, n’apporte rien de nouveau au monument précédent.

51 Remonstrances prononcées…, op. cit., Avi verso.

52 Les registres de la Chambre des comptes ne conservent pas en effet les discours prononcés par les présidents et procureur général aux ouvertures judiciaires annuelles de la cour souveraine nantaise.

53 Gallais, Vincent, « Entre apprentissage… », op. cit., p. 371. Sur cette dynamique de la conciliation et de « l’oubliance », Cassan, Michel, Le temps des guerres de religion. Le cas du Limousin (vers 1530-vers 1630), Paris, Publisud, 1996, p. 300-303.

54 Outre ses travaux sur le monde des officiers de la Chambre des comptes dans le programme sur les « officiers moyens », « Les officiers de finances « moyens » entre Bretagne et France (vers 1490-vers 1540) », dans Cassan, Michel, éd., op. cit., p. 207-232 et « Les activités professionnelles des gens des comptes de Bretagne au XVIe siècle », dans Id., ibid., p. 43-74, un numéro spécial des Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2001, 108, dirigé par Philippe Jarnoux et Dominique Le Page, permet une approche synthétique de cette institution tandis qu’un article de ce dernier précise la situation de cette cour souveraine au début de la Ligue, « Le personnel de la Chambre des comptes de Bretagne en conflit (1589-1591) », Cahiers d’histoire, 2000, 45, p. 587-609.

55 Gallais, Vincent, « Chahut à la Chambre ou le premier président contesté, septembre 1642 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, op. cit., p. 160-161.

56 Dans ce discours d’adieu, il fait référence aux 22 ans passés à la tête de cette compagnie, Remonstrances prononcées…, op. cit., p. 263.

57 Sur ces volumes de Polyantheae, Fumaroli, Marc, op. cit., p. 738-748, Goyet, Francis, Le sublime du « lieu commun ». L’invention rhétorique dans l’Antiquité et à la Renaissance, Paris, Honoré Champion, 1996 et Moss, Anne, Les recueils des lieux communs. Méthode pour apprendre à penser à la Renaissance, Genève, Droz, 2002 (1996) ; sur la pratique de ces livres et sur la constitution de volumes de référence, Delatour, Jérôme, « De l’art de plaider doctement. Les notes de lecture de Pierre Dupuy, jeune avocat 1605-1606 », dans Bercé, Yves-Marie, et Soman, Alfred, dir., « La justice royale et le Parlement de Paris, XIVe-XVIIe siècles », Bibliothèque de l’École des Chartes, 153, juillet-décembre 1995, p. 319-412 et Gallais, Vincent, « Entre apprentissage… », op. cit., p. 374-379 ; sur la rhétorique et l’art de l’éloquence, Goyet, Francis, Traités de poétique et de rhétorique de la Renaissance, Paris, Librairie générale française, 2001 (1990) et Salazar, Philippe-Joseph, dir., L’art de parler. Anthologie de manuels d’éloquence, Paris, Klincksieck, 2003.

58 Balisson de Rougemont, Michel-Nicolas, Le discours de rentrée, comédie-vaudeville en 1 acte, Paris, Gymnase dramatique, 28 novembre 1838, Paris, Marchant, s. d., cité par Farcy, Jean-Claude, Magistrats en majesté. Les discours de rentrée aux audiences solennelles des cours d’appel (XIXe-XXe siècles), Paris, CNRS éditions, 1998, note n° 44 p. 46. Fort d’une tradition remontant au moins au milieu du XIVe siècle, seulement interrompue entre 1789-1808, 1903-1931 et 1939-1947, ce discours est facultatif depuis 1974.

59 Dans une toute autre perspective et pour notre modernité, signalons l’essai de réhabilitation de cet élément de la communauté — le lieu commun — qui enseigne « les variations, les enchaînements absurdes, les conduites d’échappement, les déplacements de limites, les retournements », Cauquelin, Anne, L’art du lieu commun. Du bon usage de la Doxa, Paris, Le Seuil, 1999, p. 13.

60 Crouzet, Denis, « Préface » dans, Daubresse, Sylvie, op. cit., p. VII ; Fumaroli, Marc, op. cit., p. 489.

61 Remonstrances prononcées…, op. cit., p. 2-3. À ce désarroi font écho l’humilité de l’orateur, la naïveté de ses paroles et la simplicité de ses actions dans l’exorde de la quatrième ouverture (p. 107).

62 Ibid., p. 216.

63 Ibid., p. 4.

64 Ibid., p. 13.

65 Ibid., p. 19.

66 Fumaroli, Marc, op. cit., p. 489.

67 Si classiquement figurent pêle-mêle Proclus, Aristote, Philocleon et Platon, Archimède, Galien, Dioscoride, Chrysippe, Hésiode, Homère, Varon, Pindare, Plutarque, Pline, Clément l’Alexandrin, Jamblicus Sénèque, Horace, Fabius Pictor, Varon, Aristophane, Aulu-Gelle, le poète Titinus ( ?), Euripide et Virgile, Empédocle, Pythagore, Zénon, Caton et Galien, Trismégiste et Orphée, Moïse, Zacharie, David, Joël, Jérémie, Daniel, Isaïe et Salomon, les saints Thomas, Jean, Augustin, Jude, Paul, Jérôme et Luc, Auffray de Lescouët s’appuie également sur rabbi Saadias, rabbi Levi, rabbi Moïse l’Égyptien, rabbi Joseph ben Carnitol et Mahomet. Dans ce tableau des autorités littéraires et autres « sentences », religieuses et philosophiques, de l’auteur, il faut signaler l’absence singulière de toute référence explicite à Cicéron alors que les « belles-lettres » jouissent d’un nombre considérable d’occurrences.

68 Annexes 1 et 2. Outre la référence dans la cinquième ouverture à la remontrance de l’avocat général, il fait allusion dans la suivante à un point précédemment développé dans le discours du procureur, s’excusant dès lors de ne pas s’y attarder davantage.

69 Remonstrances prononcées…, op. cit., p. 65 et 219.

70 Ibid., p. 73, 127 et 170.

71 Ibid., p. 74.

72 Ibid., p. 97 ; voir également p. 126.

73 Fumaroli, Marc, op. cit., p. 476-477.

74 Annexes 3 et 4 et Fumaroli, Marc, op cit., p. 225-231.

75 Remonstrances prononcées…, op. cit., p. 100.

76 Ibid., p. 100 et 107.

77 Ibid., p. 122-123, 160 et 177. Le défaut de cette connaissance complète la peinture du mauvais officier évoquée plus haut (annexe 5).

78 Ibid., p. 178-179.

79 Ibid., p. 192 ; annexe 6.

80 Ibid., p. 259-260 et 270.

81 Ibid., p. 283.

82 Ibid., p. 29.

83 Bercé, Yves-Marie, La naissance dramatique de l’absolutisme, 1598-1661, Paris, Le Seuil, 1992 ; Cornette, Joël, dir., La monarchie entre Renaissance et Révolution, 1515-1792, Paris, Le Seuil, 2000, p. 30-31.

84 Remonstrances prononcées…, op. cit., p. 256.

85 Houllemare, Marie, « Un avocat parisien entre art oratoire et promotion de soi (fin XVIe siècle) », Revue historique, avril 2004, 630, p. 293.

86 Remonstrances prononcées…, op. cit., p. 216-217.

87 Ibid., p. 267 et 268.

88 Jouhaud, Christian et Merlin, Hélène, « Mécènes, patrons et clients. Les médiations textuelles comme pratiques clientélaires au XVIIe siècle », Terrain 21, octobre 1993, p. 48.

89 Jouhaud, Christian, « Présentation », Annales. Hss, « Littérature et histoire », mars-avril 1994, p. 273-274.

90 Roger Chartier évoque ainsi à ce sujet « les appropriations plurielles qui, toujours, inventent, déplacent, subvertissent », Chartier, Robert, op. cit., p. 272-273.

91 Jouhaud, Christian, et Viala, Alain, éd., op. cit., p. 5.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540