Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Usages et images de l'argent dans l'Ouest atlantique aux Temps modernes

 | 
Dominique Le Page

Un pamphlet ligueur : le Dialogue d’Adrien Jacquelot

Dominique Le Page et Antoine Pacault

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 Barthélémy Pocquet du Haut-Jussé fait mention d’un Ample discours de la surprise de la ville et for (...)

1Le 13 mars 1589, Rennes connaît une journée des barricades qui permet aux Ligueurs locaux de prendre le contrôle de la ville. L’opération est pourtant sans lendemain et après le départ du duc de Mercœur pour Fougères, les officiers fidèles au roi, menés par le sénéchal Guy Le Meneust et le capitaine René de Montbarot, reprennent la situation en main. Les partisans du gouverneur rebelle sont alors victimes d’une véritable chasse à l’homme et ceux qui ne parviennent pas à s’enfuir sont emprisonnés dans les geôles de la cité et notamment dans celle de la tour des Foulons. C’est là que l’on retrouve les personnages du Dialogue d’Adrien Jacquelot que nous éditons ci-après. Mis à jour par les érudits du XIXe siècle et abondamment exploité par Frédéric Saulnier dans son Dictionnaire des parlementaires de Bretagne, ce document qui est conservé aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de France, relève de la littérature pamphlétaire qui s’est développée dans le royaume de France dès le début des guerres de Religion. En Bretagne où le nombre de protestants a toujours été faible, il a fallu, semble-t-il, attendre les années 15701 et surtout la rébellion de Mercœur en 1589 pour voir ce type d’écrits se multiplier. La majeure partie de ceux que l’on a conservés est due, comme dans le cas présent, à la plume de Ligueurs qui s’en sont violemment pris aux dirigeants du camp adverse ainsi qu’à leurs idées. Ici, la cible choisie est Jacques Barrin (env. 1540-1593), président à mortier au Parlement depuis 1576 et homme de confiance de la famille de Montmorency en Bretagne qui est accusé d’avoir contribué à l’échec du mouvement ligueur à Rennes. Afin de toucher un large public, les auteurs ont privilégié la forme classique du Dialogue mais à la différence du célèbre Dialogue du Manant et du Maheustre ou des quatre Devis d’un catholique et d’un Politique dus au prédicateur nantais Jacques Le Bossu, le texte ne sert pas à mettre en scène une controverse ou un débat d’idées mais à dresser un portrait au vitriol d’un magistrat de cour souveraine, chacun des intervenants apparaissant comme un véritable témoin à charge. Dans la liste des accusations qui sont portées, celles qui concernent la corruption du personnage prennent une telle importance qu’elles justifient l’intégration de cette source dans ce dossier consacré à l’argent. Pour en apprécier la pertinence, il faut procéder tout d’abord à une présentation méthodique du document puis se demander, grâce aux informations dont on peut disposer, quel est le crédit que l’on peut leur accorder.

PRÉSENTATION DU DIALOGUE

Les personnages

  • 2 Pour les officiers du Parlement, la principale source d’informations demeure l’ouvrage de Saulnier, (...)
  • 3 Celui-ci ne fut peut-être qu’un « homme de paille » de Georges Morin du moins si l’on en croit les (...)
  • 4 Il avait épousé en premières noces Lucresse de Charnières, veuve du trésorier et receveur général d (...)

2Le Dialogue met en scène cinq personnages qui sont présents dans la tour aux Foulons à Rennes après la reprise de la ville par les Royalistes le 5 avril. Trois d’entre eux sont des grands officiers de justice : il s’agit tout d’abord d’Adrien Jacquelot2 qui est le principal protagoniste de l’histoire. Né en 1546, il a commencé sa carrière en mai 1564 comme conseiller au présidial d’Angers en bénéficiant de lettres de dispense d’âge et il est devenu conseiller au Parlement de Bretagne en 1576. Le deuxième personnage est Louis Dodieu, sieur de Velly-La-Borde : président à mortier au Parlement depuis 1585, il a, à son actif, en 1589 une carrière très riche puisqu’il a été tour à tour lieutenant particulier civil et criminel au présidial de Rennes, conseiller au Parlement à Rennes (1557-1569 et de 1571 à 1573), puis à Paris (1569-1573), prévôt d’Orléans et maître à la chambre des comptes de Paris (1573-1585). Le troisième officier est Georges Morin, sieur du Chapeau, maître des comptes à Nantes. Son parcours professionnel est connu à partir de 1567, date à laquelle il est signalé comme secrétaire du gouverneur de Bretagne, le vicomte de Martigues. Deux ans plus tard en 1569, il accède à la charge de receveur général des finances à Poitiers ; il la cède en 1573 pour prendre la succession de François Trottereau3 à celle de Bretagne. La création des bureaux de finances en 1577 par Henri III l’incite à résigner sa charge de trésorier à son frère Pierre pour faire l’acquisition d’un office de trésorier de France à Nantes. Du fait de l’opposition des états provinciaux, il ne parvient pourtant pas à se faire recevoir et, en 1580, une commission composée de Philippe du Bec, évêque de Nantes, de Louis Braillon, président au Parlement et de Jean Morin, premier président à la chambre des comptes, est chargée de procéder à la liquidation des offices de trésoriers et au remboursement de ceux qui en ont fait l’acquisition. Cet échec amène Georges Morin à se replier sur la chambre des comptes où il acquiert en janvier 1580 un office de maître. La même année, il épouse Anne Harrouys4, fille de Guillaume, maire de Nantes en 1572, et veuve d’Hélie Poyet, conseiller au Parlement et confirme ainsi son intégration dans les élites nantaises.

  • 5 De son mariage avec Nicole Goubin, il eut neuf enfants, dont six entre 1582 et 1597 (un en Cesson, (...)
  • 6 Jacques Le Pigeon, sieur des Grands Champs, qui fut greffier des requêtes en 1581, était l’époux de (...)
  • 7 Né vers 1550, il était l’époux d’Anne André. Il eut au moins trois enfants baptisés à Toussaints en (...)
  • 8 Il s’agit du témoin n°110. Sa femme déposa également (témoin n°122), Joüon des Longrais, Frédéric, (...)

3Le dénommé Pigeon, quant à lui, appartenait probablement à une famille que l’on rencontre, au XVIe siècle, dans la paroisse de Toussaints de Rennes et doit être identifié avec le François Pigeon, qui a rendu un aveu en 1583, comme sieur de la Maisonneuve et de Villerault, sous la seigneurie du Désert, pour la métairie de Villerault, en Janzé, et qui est qualifié en 1585 de valet de chambre ordinaire du roi. Il aurait eu au moins deux fils : François5, huissier au Parlement (en 1582) et Jacques6 dont il aurait repris, de 1584 à 1585, l’office de greffier des requêtes au Parlement. Son neveu, Sanson Le Pigeon, est également évoqué dans le Dialogue et est présenté en tant que receveur des amendes du Parlement. Il s’agit vraisemblablement de noble Sanson Le Pigeon, sieur de La Loudaye (en Domloup), qui était receveur du domaine du roi à Rennes en 15897 et qui déposa comme témoin dans l’Information du sénéchal de Rennes contre les Ligueurs faite cette même année, et publiée par F. Joüon des Longrais8.

  • 9 Secrétaire du vicomte de Martigues, il aurait occupé la même fonction auprès de son gendre.

4Ces quatre premiers personnages, qui sont prisonniers, peuvent être qualifiés de Ligueurs actifs. Ainsi Georges Morin, est signalé comme l’un des officiers de la Chambre des comptes de Nantes les plus dévoués au duc de Mercœur dans l’enquête diligentée par le sénéchal de Rennes, Guy Le Meneust, au printemps 1589. Ayant accompagné le gouverneur à Rennes, il y est fait prisonnier au mois d’avril. Libéré en octobre, il aurait accompli différentes missions pour son maître notamment à La Hunaudaye où il aurait été capturé une seconde fois par les Royaux puis à Saint-Malo où il aurait échoué à convaincre les bourgeois de reconnaître l’autorité de Mercœur. Membre du conseil d’État de ce dernier jusqu’à sa mort en 1597, son ralliement à la Ligue apparaît surtout comme la marque d’une fidélité à la maison de Penthièvre à la protection de laquelle il devait l’essentiel de sa carrière9 et où, disait-il lui-même, il avait été nourri dès son enfance. Ses deux frères le suivirent dans son engagement, Damien, en restant siéger à la Chambre des comptes où il occupait un office de correcteur et Pierre, qui fut le seul grand officier de finances — il était, nous l’avons dit, trésorier et receveur général — à désobéir au roi et à refuser de gagner Rennes.

  • 10 Ils étaient accompagnés par cinq députés de la ville et un du clergé.
  • 11 Il se serait évadé ou aurait été échangé contre le président Faucon de Ris.

5Louis Dodieu et André Jacquelot font quant à eux partie de cette minorité non négligeable de parlementaires — elle s’élevait à près du quart des effectifs — qui refusa d’obéir à Henri III après l’assassinat du duc de Guise. Jacquelot aurait été convaincu d’adhérer à la Ligue par le duc de Mercœur en personne au cours des entretiens qu’il eut avec lui lors de sa venue à Nantes en compagnie du conseiller Christophe Fouquet10 pour obtenir la libération du premier président Claude Faucon de Ris. Quant à Louis Dodieu, il agit surtout par conviction catholique du moins si l’on en croit ce qu’il écrivait en 1593 au roi Philippe ii d’Espagne : Il y a trente-six ans que je suis officier du roy, j’ai servy cinq roys en plusieurs grandes et honorables charges, mais je n’ay point appris aux endroits où j’ai esté, que en notre ministère, il fallut avoir aultre affection que au service de Dieu, du roy et à la conservation du repos public : cette a esté tousiours ma certaine et entière résolution, il me seroit difficile d’apprendre à présent une aultre leçon. Lors de la journée des Barricades, il s’affirme comme l’un des Ligueurs rennais les plus actifs aux côtés de l’alloué Raoul Martin, des conseillers Launay et du Poulpry… et après sa libération en octobre 1589, il figure avec Jacquelot parmi les officiers qui acceptent d’établir un Parlement ligueur à Nantes11.

  • 12 Morice, Hyacinthe, dom, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Br (...)
  • 13 Pocquet, Barthélémy, op. cit., p. 100.
  • 14 Drouot, Henri, Mayenne et la Bourgogne, 1587-1596, 2 vol., Paris, Picard, 1937.

6Sans avoir le prestige des précédents, François Le Pigeon n’en apparaît pas moins comme l’une des chevilles ouvrières du mouvement ligueur rennais. C’est dans sa maison, rue de la Fannerie, que les plus déterminés d’entre eux établirent leur quartier général au printemps 1589 et c’est lui qui, si l’on en croit le Journal de maître Jehan Pichart12, qui le cite parmi les quatre principaux meneurs de la journée des Barricades du 13 mars 1589, poussa les rebelles à s’emparer des tours de la ville pour prévenir un prétendu coup de force des Huguenots. Preuve de la confiance dont il bénéficiait, c’est à lui que revint l’honneur d’héberger le duc de Mercœur lors de son passage à Rennes13. François Pigeon, par son appartenance à la basoche, serait ainsi un bon représentant de cette bourgeoisie seconde mise en évidence par Henri Drouot14 pour la Bourgogne, qui aurait cherché dans l’adhésion à la Ligue une occasion de remettre en cause la domination des familles qui avaient monopolisé les charges d’officiers dans la seconde moitié du XVIe siècle, enlevant ainsi toute possibilité de carrière aux catégories subalternes du monde judiciaire.

7Le dernier protagoniste, le sieur de La Haye, offre un profil singulier. À la différence des quatre autres, il n’est pas prisonnier mais semble au contraire chargé de la garde des personnes détenues à la tour des Foulons du moins si l’on en croit les mots de salut qu’il prononce à la fin du Dialogue par lesquels il dit : bonsoir Messieurs. Je vous laisseray reposer. Il me faut bientost aller faire une ronde et n’ay pas encore le mot du guet. Il se distingue ainsi comme un homme dévoué au roi et il se montre très hostile aux Ligueurs et à leur chef, le duc de Mercœur. Au début du Dialogue, il dénonce les traîtres qui peuplent le conseil du prince de Dombes et par la suite, il souligne, à plusieurs reprises, les méfaits des rebelles dans la province. Le fait qu’il s’entretienne en toute amitié avec des ennemis du roi ne laisse donc pas de surprendre. Cela peut s’expliquer toutefois par la date de rédaction de ce pamphlet, point sur lequel nous reviendrons, et par la volonté de ses auteurs de donner encore plus de force à leurs attaques contre Jacques Barrin, en montrant qu’elles n’émanent pas seulement de Ligueurs mais aussi d’hommes restés fidèles au monarque.

8Grâce au nom de sa terre — il est qualifié de sieur de La Haye —, grâce aussi à ses interventions qui révèlent qu’il connaissait bien le milieu parlementaire rennais et les événements survenus dans les régions de Derval et de Châteaubriant, on pourrait identifier ce personnage avec Vincent Delourmel, sieur de La Bastière et de La Haye, procureur au Parlement. La Haye était le nom d’une terre située dans la paroisse de Thourie, dont étaient originaires tous les Delourmel que l’on rencontre à cette période dans les archives, qu’ils fussent établis à Rennes ou à Châteaubriant. Cette identification doit être faite toutefois avec prudence car Vincent Delourmel se faisait plutôt appeler sieur de La Bastière, du nom de la seconde terre qu’il possédait et car il paraît un peu jeune pour avoir eu connaissance de certains faits qui sont rapportés dans le Dialogue, notamment ceux qui concernent les débuts de la carrière de Barrin au Parlement.

9Ce doute sur l’identité réelle de La Haye n’est d’ailleurs pas le seul que suscite ce document. On ne sait pas ainsi qui en est le véritable auteur. Selon ce qui est dit dans la dédicace, il s’agirait d’Adrien Jacquelot qui se serait contenté de retranscrire les propos tenus par lui et ses compagnons détenus à la tour aux Foulons. Dans ce cas, le Dialogue aurait été écrit avant le 16 octobre 1589, date à laquelle Dodieu, Morin et Jacquelot sortirent de prison à Rennes pour se réfugier à Nantes, et plus certainement au printemps de cette année, entre le 4 avril, quand la ville repassa sous l’obéissance du roi, et le 30 de ce mois, date à laquelle François Le Pigeon a été inhumé en l’église de Toussaints.

  • 15 À moins que des faits analogues aient eu lieu antérieurement sans que nous en ayons gardé la trace.
  • 16 L’auteur du texte exprime le souhait que le duc vienne en personne en Bretagne ou y envoie un des s (...)
  • 17 Le texte ici reproduit est donc une copie (la troisième), destinée au maréchal de Montmorency.

10Le texte com²porte pourtant des passages qui s’appuient sur des faits bien postérieurs : il signale l’arrêt du Parlement rendu fin août contre le sieur de La Porte et le sieur d’Orvault, il parle de pensions du roi d’Espagne qu’aurait reçues Barrin (forcément après septembre 1589), et, dans le prologue, du voyage de ce dernier auprès du roi à Laval qui n’a eu lieu qu’en décembre 1589. Il indique même la prise de Derval et la ruine des métairies alentour qui ont eu lieu entre 1590 — année du premier siège du château — et 1593 quand les royalistes se sont emparés de la ville15. Le Dialogue aurait donc été élaboré sur une période assez longue s’étendant d’avril 1589 à 1593, année de la mort de Jacques Barrin (22 octobre 1593) et du don à Montmorency de la charge de connétable16. La version définitive que nous éditons ci-dessous17 serait imputable à au moins deux individus : Jacquelot qui en aurait rédigé le premier jet et un autre, dont l’identité n’est pas dévoilée, qui aurait recueilli l’exemplaire abandonné par le premier dans sa fuite et qui l’aurait, selon ce qui est dit dans la préface, reveu et augmenté de ce que j’ay peu savoir estre desfectueux.

  • 18 Il était issu d’une famille originaire de Guipry ou de Messac.

11En plus des cinq intervenants du Dialogue, il y en a donc un sixième, anonyme, qui a joué un rôle essentiel dans sa conception et qui semble animé d’une haine tenace contre Barrin puisqu’il appelle d’autres lecteurs à enrichir eux-mêmes le texte et à l’imprimer pour que Barrin soit congneu tel qu’il est. En recoupant les informations dont nous disposons, il est tentant d’identifier ce personnage avec Roch Lezot, sieur de Vaurozé. Celui-ci, né à Rennes18 en décembre 1567, était depuis 1589, contrôleur à la chancellerie de Bretagne, une charge dans laquelle il avait succédé à son père, noble homme Gilles Lezot, sieur de La Villegeffroy. Sa carrière connut une progression remarquable en 1596 quand il obtint la charge de receveur général des terres des Montmorency en Bretagne et en Anjou. Le fait qu’il se vit confier en même temps la mission de rechercher les abus et malversations commis par ses prédécesseurs, depuis vingt ou trente ans, parmi lesquels figurait Jacques Barrin, incite à penser qu’on lui confia, selon une pratique fréquente à l’époque, cette responsabilité en considération des dénonciations qu’il avait pu faire lui-même aux maîtres de Châteaubriant.

12Dans cette perspective, le Dialogue d’Adrien Jacquelot a pu constituer un élément dans le dispositif mis en place par Lezot pour supplanter Barrin dans la confiance des Montmorency. Le duc est l’un des trois dédicataires du pamphlet avec le Parlement et le prince de Dombes. Si la référence à ces derniers s’explique avant tout par le souci d’informer les représentants du roi sur les agissements de l’un des grands officiers de la province, le choix du maréchal répond quant à lui clairement à l’objectif de dénoncer les viollences, larcins, concussions, exactions, usurpations et abus commis dans ses maisons, forestz, terres et chastelenies de Bretaigne. Sur les trois entretiens que comporte le Dialogue, le plus important et le plus argumenté est celui qui est consacré à ce dernier aspect, ce qui dévoile une nouvelle fois les intentions réelles de ses inspirateurs. Au fil des pages, le pamphlet qui se présente au départ comme la dénonciation d’un mauvais magistrat, se transforme en réquisitoire contre un intendant véreux ; parallèlement, sa portée est modifiée puisque d’instrument au service d’une réforme de la monarchie, il devient une arme entre les mains d’un particulier qui entend faire prévaloir ses propres ambitions.

  • 19 Il avait été tour à tour secrétaire du roi, contrôleur en la chancellerie de Bretagne, maître des r (...)

13Si l’on accepte de voir en Lezot le deuxième auteur du pamphlet, il est toutefois difficile de savoir quelles modifications il a apporté à la première version rédigée par Jacquelot. Il peut être tentant, d’après ce que nous avons dit précédemment, de lui attribuer la paternité de tout ou partie de la description des délits commis par Barrin dans la gestion des biens des Montmorency. Son intervention a pu toutefois ne pas limiter à cela. Par sa propre carrière et par ce qu’avait pu lui transmettre son père qui avait débuté comme greffier du présidial en 155619, il connaissait bien les milieux judiciaires rennais et pouvait avoir été informé des anecdotes qui s’y colportaient, notamment en ce qui concerne Jacques Barrin.

  • 20 Arch. musée Condé, série L, t. XXIV, f° 23, lettre au duc de Montmorency de François Rogier, sieur (...)

14Deux remarques faites par La Haye, qui intervient dans l’ensemble très peu, donnent par ailleurs à réfléchir et inciteraient à voir en lui un porte-parole de Lezot. La première est celle où il dénonce les fuites qui ont lieu dans le conseil du prince de Dombes. On retrouve les mêmes accusations et presque dans les mêmes termes, sous la plume de Roch Lezot en juillet 1597, concernant cette fois le conseil du maréchal de Brissac. L’argument ne vaut pas preuve surtout en une période où l’on voyait des traîtres partout mais la coïncidence mérite d’être relevée. Plus probant serait le fait que La Haye accuse Jacques Barrin de s’être opposé à l’accession de François Rogier à la charge de procureur général au Parlement combien qu’il soit capable et docte et d’avoir tout fait pour favoriser la promotion de son gendre Fouquet. Cette allusion ne paraît pas fortuite d’autant que l’on a conservé une lettre écrite en 1592 par Rogier au duc de Montmorency, lors d’une reprise de Châteaubriant par les Ligueurs, où il dit : Monsieur Lezot s’est comporté en cette affaire ainsi qu’il devait tellement qu’aucuns mal affectionnés au service du roy et au vostre ont pris de là sujet de luy mal vouloir…20. À cette date, le procureur général apparaît donc comme le protecteur de Lezot. En prenant fait et cause pour lui dans le Dialogue, ce dernier aurait donc fait la preuve d’une grande habileté puisqu’il aurait cherché tout à la fois à discréditer un adversaire, Jacques Barrin en l’occurrence, et à gagner un allié en la personne de Rogier pour faire avancer ses propres intérêts auprès du duc de Montmorency.

15Au vu de ces éléments, l’identification La Haye-Lezot peut paraître une hypothèse séduisante et permettrait de dissiper les doutes que nous avons émis précédemment sur l’identité du premier ; elle serait en conformité avec la nature d’un genre, le pamphlet, dont les véritables auteurs cherchaient à demeurer cachés et avec l’esprit d’un temps où les gens aimaient à se parer de masque et à se dissimuler derrière des hommes de paille. En apparaissant sous un nom d’emprunt, somme toute assez commun, comme La Haye, Lezot évitait ainsi de se compromettre personnellement tout en se mettant en bonne position pour tirer les bénéfices de l’opération ainsi montée. Faute de preuve certaine, il est impossible de dire que nous sommes dans le vrai mais ce questionnement sur la véritable identité de La Haye n’est pas inutile d’autant qu’il invite à aborder avec prudence la lecture du Dialogue dont il faut maintenant analyser méthodiquement le contenu.

Les accusations contre Jacques Barrin

16Le Dialogue est construit de façon rigoureuse et se divise en trois entretiens d’inégale longueur. Le premier s’intéresse au rôle joué par Jacques Barrin dans la capture de Jacquelot en avril 1589. Il est dépeint comme un traître qui aurait été engagé depuis le début dans un double jeu entre Ligueurs et Royaux. Selon ses accusateurs, cette duplicité s’expliquerait par ses origines douteuses — il serait le bâtard d’une lingère et d’un prêtre qui l’aurait fait élever par un soldat nommé Barrin — et aurait trouvé à s’exprimer très tôt puisqu’il aurait mis à profit des missions d’inspection des domaines bretons des Montmorency pour s’enrichir à leurs dépens. La profonde corruption du personnage est illustrée par les dépenses alimentaires excessives auxquelles il s’est livré grâce aux sommes dérobées, notamment au fameux pot pourri qui devait apparaître alors comme le comble du luxe et du gaspillage.

17Le deuxième entretien est consacré à la description de la carrière d’officier de Barrin, de son acquisition de la charge de juge criminel à Angoulême à son entrée au Parlement de Bretagne. Ses détracteurs stigmatisent d’abord son incompétence et son absence de connaissance de la loi et de la pratique. Il n’aurait, selon eux, dû ses offices qu’à la protection des Grands, particulièrement de la maison de Montmorency dont il est dit que l’autorité […] estoit grande. De ce fait, et c’est la seconde accusation qui est portée contre lui, Barrin est dépeint comme un mauvais magistrat malgré son esprit assez vif. Il est montré comme un homme effronté, colérique, versatile et sans cœur qui n’hésite pas à se réjouir des peines qui sont infligées aux justiciables qu’ils fussent roturiers ou gentilshommes. Fier et dédaigneux, il est qualifié d’ame méchante, sans conviction religieuse, d’ataiste. Le troisième grief qui lui est fait est d’être un magistrat corrompu. On lui reproche de faire commerce de la justice, d’être à la fois juge et solliciteur et d’utiliser le Parlement à des fins privées : il est accusé ainsi d’y mener de multiples procès dont il cherche à sortir victorieux soit par la menace, soit par la mobilisation des clients dont il dispose dans le groupe des jeunes magistrats. Il est enfin soupçonné de cumuler des fonctions incompatibles avec sa charge de magistrat ou à tout le moins de les faire exercer par des hommes de paille, comme celle de receveur des amendes du parlement, ce qui lui aurait permis de tirer directement profit des peines qu’il avait préalablement infligées.

  • 21 Il a été pourvu à cette charge le 13 février 1573 suite au doublement du personnel de la Chambre. I (...)

18Ce procédé n’est que l’un des moyens mis en œuvre pour s’enrichir et sur lesquels le troisième entretien revient de façon méthodique. Dans le prolongement de ce qui a été dit précédemment, Barrin est accusé d’avoir utilisé les offices qu’il exerçait pour réaliser des bénéfices illicites, notamment en tant que président aux comptes21. Plus largement, il est accusé d’avoir trafiqué sur les offices : il aurait ainsi mis à profit les difficultés de certains receveurs pour racheter leur charge à bas prix puis il les aurait fait exercer par des hommes de confiance.

19Non content de détourner l’argent du roi, Jacques Barrin aurait aussi, et c’est le deuxième procédé qui est dénoncé, fait main basse sur la succession du célèbre marchand nantais André Ruiz dont il avait épousé en 1573 la fille, Jeanne. En accord avec son beau-frère, Jean Morin, premier président à la Chambre des comptes et contre la volonté de la veuve et du fils de Ruiz, qui aurait trouvé que la méthode employée tournoit à déshonneur du défunt, il se serait porté héritier sous bénéfice d’inventaire de Ruiz et aurait convaincu ses créanciers de revoir leurs exigences à la baisse en leur faisant croire qu’il était mort insolvable. Dans le même temps, il aurait procédé à un recouvrement méthodique de tout ce qui était dû à Ruiz, réalisant au passage de substantiels bénéfices. Afin d’accroître ses profits, il n’aurait pas hésité, toujours en association avec Jean Morin, à se mêler de négoce, jusqu’au décès de la veuve d’André Ruiz puis à revendiquer une part importante de l’héritage de cette dernière.

20Faisant flèche de tout bois, Barrin aurait ensuite mis à profit sa fonction d’intendant des biens des Montmorency pour accroître sa fortune. Gouverneur et superintendant de tout ce qu’avoit en ce pays feue Madame la Connestable et ses enfants, selon Le Pigeon, il aurait, grâce à la procuration dont il disposait, fait argent de tout. Il aurait ainsi vendu à son profit les charges seigneuriales, démembré les justices pour accroître le nombre d’officiers, et accepté de composer, contre rétribution, avec les vassaux des Montmorency, des droits dont ils devaient s’acquitter. Afin d’éviter tout contrôle de sa gestion, il aurait privilégié la régie par rapport à la ferme et confié à ses « créatures » les principales responsabilités financières.

21Plus gravement encore, Barrin aurait usé de sa position d’intendant pour se constituer un patrimoine foncier aux dépens des Montmorency. En peu d’années, il serait ainsi entré en possession de trois seigneuries : La Haye près de Derval, Le Boisgeffray (Saint-Médard-sur-Ille) et La Galissonnière (Saint-Jean-de-Béré). Si la première lui a été accordée par la Connestable à titre, en quelque sorte, de « domaine de fonction », la seconde lui aurait été cédée à bas prix par le maréchal de Retz pour avoir convaincu sa maîtresse de lui vendre la seigneurie de Callac ; quant à La Galissonnière, il se la serait adjugée en spoliant un mineur, vassal des Montmorency. Une fois ces seigneuries acquises, il aurait mené une stratégie méthodique d’agrandissement, particulièrement à La Haye, en empiétant sur les communaux, en annexant à ses propriétés les terres incultes et les landes et en faisant jouer en sa faveur, grâce à son contrôle du personnel judiciaire, tous les ressorts du système seigneurial. Il aurait ainsi multiplié les tracasseries pour contraindre des vassaux à lui céder leurs propriétés et eu recours de façon systématique à la technique du retrait féodal pour se porter acquéreur des terres mises en vente. Parallèlement, il aurait fait disparaître du trésor de Châteaubriant tous les papiers attestant les rentes qu’il devait payer aux Montmorency ou déclarant le nom de ceux qui détenaient un droit de patronage sur les chapellenies dépendant de ces seigneuries. Sa réussite se serait traduite par l’édification de bâtiments imposants, dont les matériaux — bois et pierre — auraient été dérobés aux maîtres de Châteaubriant, par la prise de possession d’étangs et par l’apposition de ses armes dans l’église de Derval.

22Selon ses détracteurs, ce patrimoine n’aurait pas été amoindri par les guerres de la Ligue qui auraient permis, bien au contraire, à Barrin de continuer à s’enrichir de façon malhonnête. Prétextant le pillage de sa seigneurie de La Haye par les Ligueurs, il aurait obtenu du roi une indemnité de 23 000 écus pour le paiement de laquelle il aurait reçu la garde de terres confisquées aux rebelles dont celle de Fontenay qui appartenait à Charles de Cossé Brissac. Ayant eu le droit d’entretenir une garnison au château de Derval, il en aurait profité pour faire piller les paroisses des environs par ses hommes. Les différentes faveurs qui lui auraient été faites ne l’auraient pas empêché de prêter de l’argent au roi contre de gros intérêts et de continuer à recevoir des pensions du roi d’Espagne et du duc de Mercœur…

23Au total, Barrin apparaît sous la triple figure du traître — à ses amis, à ses parents, à ses maîtres —, du mauvais magistrat et de l’homme parvenu. Il est pour reprendre l’expression de Jacquelot, à qui il revient de récapituler tous ses crimes, un homme hay de Dieu et du monde. Il ne mérite d’autre châtiment que la mort. À la fin du deuxième entretien, Pigeon s’étonne que quelqu’un ne l’a fasché ou rompu la teste. Plus loin, Morin fait part de sa conviction que Barrin ne vivra plus guerres après vu ce dialogue et s’il est homme de cœur, il se pendra. À la fin du pamphlet, après que Dodieu eut affirmé à la vérité si son procez estoit fait, il seroit en grand danger et n’auroit que tenir, Jacquelot surenchérit : comment ! Je vous dy que le Président Gentil Saint Blansay ny ne montèrent ny ne firent jamais la dixième partie des meschanctez que cestuy fait et toutes fois furent pendus.

24La charge est donc impitoyable et le réquisitoire sans appel, comme il convient dans un texte pamphlétaire. Malgré son caractère outrancier, le Dialogue ne laisse pourtant pas d’intriguer en raison du soin avec lequel il est construit, un soin qui est perceptible notamment dans le choix des propos qui sont prêtés aux différents intervenants et au rôle qui leur est dévolu dans la pièce. À Dodieu et Jacquelot, qui étaient tous deux non-originaires de Bretagne et qui ne disposaient sans doute pas d’informations sur le passé de Barrin, revient principalement la mission de dénoncer son double jeu lors de la journée des Barricades puis, par leurs questions ou leurs réactions, de guider les propos de leurs compagnons d’infortune. Ils assument en quelque sorte la fonction de procureurs recueillant des dépositions lors d’un procès.

  • 22 Par son mariage avec Anne Harrouys, il était devenu le beau-frère de François Trotereau, trésorier (...)

25Morin, quant à lui, est sollicité pour évoquer les débuts de la carrière de Barrin en Bretagne et à Angoulême ainsi que son action à Nantes en tant que président aux comptes et que gendre d’André Ruiz. Sa carrière d’officier de finances ainsi que ses liens de parenté avec les Harrouys en faisaient un témoin crédible pour rapporter les faits et gestes de Barrin dans la cité ligérienne où lui-même demeurait. S’il apporte également quelques précisions sur ses agissements à Derval pendant la Ligue, dont il avait pu prendre connaissance grâce à ses fonctions de conseiller de Mercœur22, c’est à La Haye et surtout à Pigeon que revient la tâche de dénoncer l’action de Barrin en tant qu’intendant des Montmorency. Pigeon qui affirme qu’il n’y a personne en cette compagnie qui connaisse mieulx le président Barrin que moy, pouvait justifier ses prétentions par le fait que sa famille possédait la terre des Grands-Champs, en Soudan, et qu’il était donc bien informé de ce qui se passait à Châteaubriant. Sa famille avait été, à Rennes, proche de Jacques Barrin : le 21 février 1585, les parrain et marraines de Renée Le Pigeon, fille de Jacques, sieur des Grands-Champs, furent François Le Pigeon, sieur de La Maisonneuve (grand-père de l’enfant sans doute), damoiselle Jeanne Ruys, femme de monsieur le président Barrin, et demoiselle Judith Vissault (ou Vassault), femme de M. du Plessis Blanchart (autre personne liée à Barrin, selon notre texte). Il est bien plus facile de dire du mal de quelqu’un en citant des faits précis, quand on l’a fréquenté de près pendant des années.

RETOUR SUR TROIS FIGURES DU PAMPHLET

  • 23 Pacault, Antoine, La baronnie de Châteaubriant aux XVIeet XVIIesiècles. Étude d’une campagne tradit (...)
  • 24 Richet, Denis, De la Réforme à la Révolution. Études sur la France moderne, Paris, Aubier, 1991, p. (...)

26La répartition des rôles obéit donc à une certaine logique qui vise à accentuer la vraisemblance des accusations qui sont lancées. La qualité des sources dont nous disposions, grâce notamment aux travaux de Antoine Pacault sur la baronnie de Châteaubriant23, le fait aussi que les accusateurs apparaissent à visage découvert — ce qui est exceptionnel — nous ont incité à vérifier sur quelques points la validité des faits qui sont dénoncés. Ce faisant nous n’avons pas voulu nous transformer en juges — ce qui n’est pas la fonction de l’historien — mais dégager la portée générale du document et mettre en évidence, autant que faire se peut, les intentions de ses auteurs, convaincu avec Denis Richet que « La malignité publique renseigne toujours, moins sur les faits dont elle se fait l’écho, que sur l’existence d’une mentalité commune qui absorbe avec facilité racontars et médisances24 ». À cette fin, nous explorerons tour à tour trois « figures » sous lesquelles Barrin est dépeint dans le pamphlet : celle du traître, celle du mauvais magistrat, celle du parvenu.

La figure du traître

  • 25 Après avoir passé une nuit sous la garde des Ligueurs rennais.
  • 26 Lapeyre, Henri, Une famille de marchands : les Ruiz, Paris, EHESS, 1955, p. 89.
  • 27 Ibid., p. 94.

27D’après les sources dont on dispose, la fidélité de Barrin au roi semble avoir été sans faille au cours de l’année 1589. Lors de la journée des Barricades, il a été délégué par le Parlement avec François Harpin, Christophe Tituau et Jacques de Launay pour rétablir le calme. Ayant reçu les clés de la ville des mains du sieur de Montbarot le 13 mars, il a accepté25, comme le signale Dodieu, d’ouvrir les portes le lendemain, au duc de Mercœur. Ce faisant, il n’aurait fait qu’obéir au Parlement et se soumettre au gouverneur qui était encore à cette date le principal représentant de l’autorité royale dans la province. Tout a changé quand Henri III a interdit aux Rennais, à la fin du mois de mars, de laisser entrer aucune garnison et quand, le 1er avril, il a destitué Mercœur et nommé le comte de Soissons pour le représenter en Bretagne. C’est à ce moment-là que les officiers, particulièrement ceux du Parlement, ont dû faire un choix. Sans que l’on sache le rôle précis que Barrin a joué dans la reprise de contrôle de Rennes le 5 avril par les Royaux, plusieurs indices laissent à penser qu’il s’est affirmé alors comme un partisan résolu de Henri III. Dans une lettre à Simon Ruiz d’avril 1589, un marchand espagnol de Nantes, Balthasar de Arechega, le présente comme le grand responsable de la Révolution de Bretagne26 et l’on sait que Mercœur pour le punir de son attitude, a fait démolir presque entièrement l’une de ses maisons à Nantes27 et inquiété un temps son beau-frère André II Ruiz.

  • 28 Son nom n’apparaît pas dans la correspondance entre les Ligueurs bretons et le roi d’Espagne, Carné (...)

28Cet engagement ne permet toutefois pas d’écarter totalement l’hypothèse selon laquelle Barrin aurait, au mois de mars, entretenu le doute sur ses convictions et continué à dialoguer avec les Ligueurs. Cette attitude était dictée par la simple prudence à l’heure où ces derniers contrôlaient la ville et qu’il devait, en tant que président à mortier et en l’absence du premier président Faucon de Ris, emprisonné à Nantes, faire l’objet d’une surveillance étroite. Pour inspirer confiance, il a d’ailleurs pu faire jouer le fait qu’il était marié avec une Espagnole, du moins si l’on en croit les propos que rapporte Jacquelot dans le Dialogue : il me disoit qu’il étoit ligué en son cœur, qu’il m’avoit promis et juré l’union et qu’il savoit que le duché apartenoit à l’infante d’Espaigne, qu’il était marié à une Espagnole, qu’il espéroit une grande faveur du Roy d’Espaigne et qu’après il temporisait pour faire un bon service au parti et que Monsieur de Mercœur le savoit bien. A-t-il été jusqu’à correspondre avec le gouverneur comme l’en accuse Morin qui dit avoir veu les mémoires qu’il envoioit audit sieur de Mercœur et aux dames de Nantes ou à recevoir de l’argent de lui comme le prétend La Haye ? Il est impossible de le dire ; on ne trouve aucune trace en revanche de pensions qui lui auraient été versées par le roi d’Espagne28. S’il y a eu double jeu de sa part, il n’a dû être que momentané afin de ménager l’avenir.

  • 29 S’il y a contribué, ce n’est pas pour l’argent puisque si l’on en croit le notaire Pichart, les pri (...)

29Quand il a fait tomber le masque, la déception des Ligueurs a dû toutefois être grande, à la mesure des espoirs qui avaient pu être placés en lui. Certains d’entre eux ont pu s’estimer trahis et lui faire porter la responsabilité de leur échec. Il est significatif que Jacquelot l’accuse de l’avoir livré, tel un nouveau Judas, pour de l’argent29 et que Dodieu, dans un propos qui fait douter de la sincérité de son propre engagement, n’hésite pas à dire : ne puis me tenir de dire en passant que Barrin et le président Carpentier sont cause que je suis icy car je ne me souciois de Ligue ni de parti sans eux. Selon un procédé que l’on rencontre assez classiquement dans la littérature pamphlétaire du temps, Barrin est victime d’un procès en diabolisation et transformé en son contraire. De royaliste convaincu, il est dépeint en Ligueur patenté ou en homme jouant constamment un double jeu afin de mieux tirer profit de la situation.

  • 30 L’historien Bertrand d’Argentré fut également contraint de quitter Rennes après avoir vu son hôtel (...)

30L’accusation a d’autant plus de chance de porter qu’elle se développe dans un climat propice. Les guerres de la Ligue, comme toute guerre civile, ont entraîné une profonde division du corps social et porté atteinte aux solidarités traditionnelles. Dans ce contexte, la peur du traître et de l’agent double a tourné à la psychose, amenant les autorités à redoubler de prudence. Les officiers de la Chambre des comptes qui ont tardé à rallier Rennes en 1590 ont fait l’objet d’une enquête serrée et ont dû prêter à nouveau serment de fidélité au roi avant d’être autorisés à nouveau à siéger. De même les autorités municipales — ligueuses ou royalistes — ont adopté régulièrement des mesures d’ostracisme à l’encontre de ceux dont le comportement ou les propos paraissaient suspects. Le président à mortier François Bruslon a été ainsi chassé de Rennes à deux reprises pour sympathie avec les idées ligueuses, une première fois en juin 1589 suite à la journée des Barricades30 et une seconde fois en novembre 1591 sur ordre du duc de Montpensier.

  • 31 Selon Pichart qui l’admirait, il est vrai beaucoup, il aurait dit « à ceux de la garde qu’il sortoi (...)
  • 32 Ce qui amène Pichart à conclure « quand l’on veut noier son chien, on lui fait accroire qu’il a man (...)

31L’accusation de trahison pouvait avoir une portée différente selon les circonstances et les hommes et était donc d’un usage assez large. Dans le cas de François Bruslon, son premier « exil » peut s’expliquer par ses convictions religieuses31 alors que le second était dû, selon Pichart, au fait qu’il s’était opposé à la levée de deniers que voulait faire le duc de Montpensier à Rennes, ayant demandé qu’estoient devenus tant de deniers levez par le passé32. Refuser d’obéir au roi ou discuter les décisions de l’un de ses représentants faisait courir le en de se voir soupçonné de faire le jeu de l’ennemi. Le même grief pouvait être utilisé à des fins tactiques pour semer la discorde dans le camp adverse ou discréditer l’un de ses membres comme dans ce pamphlet royaliste de 1590 intitulé Remontrances aux habitants de Nantes où le président Carpentier, qui était pourtant l’un des parlementaires les plus dévoués à Mercœur, se voyait accuser d’avoir empoisonné sa femme et de s’être déclaré huguenot et ultraroyaliste avant de devenir Ligueur !

  • 33 Lettre de Lezot au duc de Montmorency du 1er juillet 1597, Pacault, Antoine, « Grands seigneurs de (...)

32L’accusation pouvait être brandie aussi contre ceux qui étaient soupçonnés de se montrer trop conciliants avec l’adversaire : c’est le cas du premier président des comptes Jean Avril qui, bien qu’il ait joué un rôle majeur dans le maintien de l’autorité royale en Bretagne en transférant au printemps 1589 la Chambre de Nantes à Rennes, vit la sincérité de son engagement remis en cause, sans doute du fait des concessions qu’il fut amené à faire lors des négociations menées en vue d’obtenir la reddition de villes ligueuses. Elle pouvait viser enfin tous ceux qui, dans une société où les liens de parenté, de clientèle et d’amitié jouaient un rôle déterminant, avaient eu du mal à choisir leur camp. Le trésorier de France, Claude de Cornulier, dont la famille devait son ascension à l’appui que lui avait accordé la maison de Penthièvre, se voyait suspecter en 1597, alors qu’il était membre du conseil du maréchal de Brissac à Rennes, d’être resté fidèle au duc de Mercœur, du moins si l’on en croit ce qu’écrivait Roch Lezot au duc de Montmorency à cette date : le sieur de la Touche Cornulier est créature de monsieur le duc de Mercœur, qui a encore à présent sa mère domestique de madame de Mercœur, et son frère et son beau-frère présidents ou (présents) à Nantes33.

  • 34 Incarcéré au château de Nantes en avril 1589 sur ordre de Mercœur, il fut libéré contre rançon et s (...)
  • 35 Morice, Hyacinthe, dom, op. cit., III, col. 1718.
  • 36 En mai 1591, Miron libéré fit enregistrer à la Chambre des comptes de Nantes ses lettres de rétabli (...)

33Son compagnon d’office, François Miron, fut aussi inquiété34 pour avoir, écrit Pichart, adressé des lettres aux Dames de Mercœur et de Martigues à Nantes par lesquelles il se voit qu’il a accez et conférences avec Mr de Mercœur et y avoit plusieurs lettres, entre autres une parlant de melons luy envoyez par lesdites dames, qu’il disoit estre meilleurs que ceux de par deça, aussi qu’il souhaitoit d’estre avec Mr de Mercœur pour le faire rire des bons comportements des dames de ce pays et qu’il lui avoit écrit de ce que ledit sieur luy avoit commandé. Et fut mis depuis prisonnier à la Feillée et de peur de quelque surprise, il feust mené prisonnier à Vitré par le sieur de Meneuf Bourg Barré qui en fit faire conduite à Vitré35. Arrêté en septembre 1589, il ne retrouva sa charge de trésorier de France qu’un peu moins d’un an plus tard36. Si les délits qui lui furent reprochés étaient apparemment mineurs, le fait qu’il ait continué à correspondre avec le duc de Mercœur pouvait laisser croire qu’il ne considérait pas celui-ci comme un rebelle et que la rupture intervenue en 1589 ne revêtait pas un caractère irrémédiable. Pour les partisans du roi, un tel comportement était devenu inadmissible et devait donc être rigoureusement condamné.

34Dans un tel climat de méfiance, on ne s’étonne donc pas que Barrin se voit reprocher lui aussi de mener un double jeu. Dans son cas, l’accusation de traîtrise prend encore plus de force du fait qu’elle sert de prétexte à une remise en cause de l’ensemble de son comportement et tout d’abord en tant que magistrat.

La figure du mauvais magistrat

  • 37 Il put acquérir cet office vers 1557, quand ce type de charge fut introduit dans les présidiaux.

35Trois mots symbolisent, on l’a vu, aux yeux des détenus de la tour aux Foulons, la pratique de Barrin en tant que magistrat : incompétence, indignité et corruption. Ces défauts s’expliqueraient essentiellement selon eux par le fait qu’il a dû sa carrière à la faveur et non au mérite. D’après les sources dont on dispose, on peut affirmer en effet qu’il était une créature des Montmorency au service desquels sa famille, originaire du Bourbonnais, était entrée dans la première moitié du XVIe siècle. Si l’on n’est pas certain que son père, Pierre, fut officier dans la compagnie de gens d’armes du connétable, on sait en revanche que son oncle, le chanoine Toussaint Barrin, fut membre de son Conseil, dès 1556 au moins. C’est sans doute grâce à son appui que Jacques Barrin put se voir confier ses premières missions, en tant que clerc et solliciteur, comme il est dit dans le pamphlet. La protection des Montmorency dut jouer dès lors pour lui permettre de faire son entrée dans le monde de l’office, en tant que lieutenant criminel à Angoulême37, même si Morin insinue, dans un propos volontairement dégradant, qu’il eut cette charge pour avoir servi de maquereau à un Grand, ce qui laisserait supposer qu’il disposait au début de sa carrière d’autres soutiens.

36L’intervention du connétable fut en tout cas décisive pour le faire admettre comme conseiller au Parlement de Bretagne en 1564 comme le confirme cette lettre qu’il écrivit, en juillet 1564, au duc d’Étampes, gouverneur de la province de Bretagne, où il dit expressément :

  • 38 Biblio. nat. de France, ms. fr. 20 510, f° 16.

Monsieur, j’ay faict pourvoir Barin, présent porteur, d’un estat et office de conseiller au parlement de Bretagne, où il s’en va pour estre receu, auquel j’ay recommandé vos affaires comme les myennes propres, et par luy n’ay voulu faillir vous faire la présente pour vous suplier, s’il a besoing de vostre ayde et faveur envers vos amys audict parlement pour sa réception, que vous l’en vueillez le couvrir pour l’amour de moy, affin que à ceste prochaine séance il puisse estre receu. Je luy ay pareillement donné charge de vous dire de mes nouvelles et de celles de ceste compaignie qui s’en va à Roussillon. Je vous supplieray croyre qu’en toutes choses qui vous toucheront et qui se présenteront ici, que je m’y emploieray en toute affection et bonne voulanté que je feray pour moy mesme38.

  • 39 Il exerçait en même temps la charge de trésorier et receveur général de Bretagne, ce qui montre l’é (...)
  • 40 Il y avait de façon générale des liens très étroits entre les Grands et les magistrats des cours so (...)

37Au vu de cette lettre, on voit que Pigeon était bien informé quand il dit que Barrin apporta des lettres de faveur de Monsieur de Montmorency et autres Grands pour se faire admettre au Parlement. L’aide de ses protecteurs ne s’est d’ailleurs pas limitée à cela et toute l’évolution de sa carrière semble avoir été parallèle au destin de la maison de Montmorency. Son entrée au Parlement en 1564 marque le vrai début de ses activités au service de ces derniers dans leurs domaines bretons, comme s’il n’était venu à Rennes que pour mieux contribuer à la défense des intérêts de ses protecteurs. Ceci est corroboré par le fait qu’en 1567, à la mort du connétable, il résigne aussitôt sa charge de conseiller pour se retirer à Paris. Son retour en Bretagne en 1571, date à laquelle il acquiert un office de président aux enquêtes au Parlement, précède de peu la délivrance par le roi en 1572 d’un brevet qui lui attribue la charge d’intendant des affaires de la veuve du connétable de Montmorency qui était demeurée vacante après la mort de Jacques Thévin39 ; à la différence de ce dernier, il était toutefois plus qu’un comptable et devait assumer les fonctions de superintendant de la baronnie de Châteaubriant, c’est-à-dire qu’il devait en contrôler l’administration générale et avait pour tâche particulière de suivre devant les cours royales bretonnes les affaires qui la concernaient. Cette responsabilité explique peut-être pourquoi en cette même année 1572, il a acheté un office de président aux comptes qu’il a été autorisé, grâce encore sans doute aux appuis dont il disposait, à cumuler avec celle de président aux enquêtes. En 1576, il a renoncé aux deux charges pour acquérir un office de président à mortier, tout en conservant jusqu’à sa mort en 1593 ses fonctions d’homme de confiance des Montmorency40.

  • 41 Davies, Joan : « Family service and family strategies : the household of Henri, duc de Montmorency, (...)
  • 42 C’est le cas de Pierre Cornulier qui, après avoir servi les Laval puis les Penthièvre en tant que s (...)

38Doit-on déduire des protections dont il a bénéficiées qu’il était dénué d’instruction comme le prétend La Haye qui dit qu’il ne scavoit rien ? Dodieu affirme dans le Dialogue que son oncle le chanoine Toussaint Barrin l’entretint aux écoles, ce qui laisse entendre qu’il avait peut-être fréquenté un collège mais qu’il n’était sans doute pas allé à l’université ou qu’il n’y avait pas effectué un cursus complet. Tout dépend en fait de l’âge auquel il est entré au service des Montmorency : ceux-ci l’ont-ils recruté très jeune comme ils le faisaient pour leurs secrétaires qui débutaient leur carrière vers quinze ans41 ou ont-ils attendu qu’il soit mieux formé pour l’engager ? Le fait qu’il ait opté pour une carrière judiciaire nous inciterait à privilégier la seconde hypothèse : les serviteurs des Grands qui n’avaient pas fait d’études de droit trouvaient davantage à s’employer dans les métiers de la finance, comme ceux de receveurs de la taille — ou des fouages en Bretagne —, de contrôleurs et commissaires des guerres, voire de trésoriers de France42. Le chemin des cours souveraines, à l’exception peut-être des Chambres des comptes, leur était fermé, ce qui n’est pas le cas de Barrin.

  • 43 Il s’agit de l’article 12 de l’ordonnance de Moulins et de l’article 104 de celle de Blois.
  • 44 Elle était fixée à trois ans pour les juges présidiaux.
  • 45 Bertrand d’Argentré datait cette coupure de la deuxième moitié du règne de François 1er. Il écrivai (...)

39Quoi qu’il en soit, sa nomination en tant que conseiller s’est faite, comme le dit Dodieu, en une période où l’on n’était si difficiles aux réceptions comme on l’est aujourd’hui. En plus de l’appui d’un Grand, qui a dû être décisif, Jacques Barrin a sans doute bénéficié du fait qu’au début de son développement, le Parlement de de Bretagne a accueilli dans ses rangs des hommes d’expérience qui, comme lui, avaient fait préalablement leurs preuves dans un office de justice moyen, sans être pour autant dotés de tous les grades universitaires. Ce n’est qu’à partir des années 1560 que les magistrats ont vu les exigences formulées à leur endroit s’accroître, notamment en matière de formation. Les ordonnances de Moulins (février 1566) et de Blois ont demandé aux cours souveraines de s’assurer de la capacité et prudhomie des pourvus et d’exiger de ces derniers qu’ils aient hanté et fréquenté les barreaux43, sans toutefois en préciser la durée44. Grâce à cette impulsion, la règle d’interroger systématiquement les promus sur la loi et sur la pratique s’est imposée. Ces changements n’ont été introduits que progressivement et avec des entorses, ce qui permettait à Noël du Fail d’ironiser dans les Contes d’Eutrapel en notant : que par la loy civile c’est le crime de lèze-majesté douter de la capacité d’un officier examiné, receu et qui a fait le serment. Ils ont été cependant irréversibles et ont eu pour conséquence de privilégier les candidatures de ceux qui, passés par l’université, avaient reçu une formation en droit romain aux dépens de ceux qui avaient été formés sur le tas. Dans l’immédiat, ils ont provoqué des tensions au sein de l’institution45 dont témoigneraient les critiques formulées à l’encontre de Barrin. Pour un Dodieu ou un Jacquelot, ce dernier est un homme d’un autre temps qui n’a dû son entrée au Parlement qu’à la protection des Grands et qui porte atteinte à la dignité d’une magistrature qui essaie alors de se définir en quatrième état et de s’émanciper par rapport à tous les pouvoirs qui veulent la contrôler.

  • 46 La même expression était employée contre les présidents de Thou et Séguier en avril 1576, Richet, D (...)

40Entré dans une cour souveraine du fait de la seule faveur, Barrin se voit accuser d’ignorer les règles de conduite qui y prévalent. Il serait, selon Jacquelot, une peste en la justice46 et il est dépeint comme un conseiller colérique, impétueux et versatile. Point n’est besoin de savoir si son comportement était conforme ou non à ce qui est dénoncé dans le pamphlet ; le portrait qui est fait de lui présente un tel contraste avec l’idéal du parfait magistrat — maître de lui, grave, sévère, instruit, rendant la justice aux riches comme aux pauvres… — que la culture humaniste, revivifiée par la redécouverte de l’Antiquité, essaie alors d’imposer qu’il ne peut que relever de la caricature. Du fait qu’il n’a pas le savoir requis et qu’il n’a pas fréquenté les cercles qui lui auraient permis de l’obtenir, Barrin ne peut se comporter correctement, de façon digne dans un monde qui n’est pas fait pour lui. Ses manières d’agir seraient ainsi en total contraste avec l’image que les membres des cours souveraines tentent de donner d’eux-mêmes dans le contexte difficile des guerres de Religion en réponse aux multiples critiques dont ils sont l’objet.

  • 47 En aucune autre période sous l’Ancien Régime, du fait de la crise religieuse et des développements (...)

41Il est offert en quelque sorte en victime expiatoire, par ses propres collègues, à ceux qui accusent les magistrats des cours souveraines d’utiliser leur pouvoir, non pour le bien général mais à des fins privées. Significatif est dans cette perspective, le reproche qui lui est fait par Pigeon, de refuser de se faire récuser. Dans une société où les liens familiaux et d’intérêts étaient nombreux, la procédure de récusation était régulièrement utilisée pour obtenir la mise à l’écart des juges qui pouvaient être proches de l’une ou l’autre partie. Si elle pouvait relever de la manœuvre tactique afin de gagner du temps, elle révélait plus profondément un souci, dont on peut penser qu’il a été revivifié par la crise morale que connaît la France dans la seconde moitié du XVIe siècle, de mettre en place une justice impartiale, aux décisions indiscutables. En n’acceptant pas de se retirer des procédures où ses intérêts étaient en jeu, Barrin déroge ainsi à un principe du monde judiciaire et révèle son refus de participer à l’effort de re-génération de la justice47.

  • 48 Les magistrats du Parlement de Paris se voyaient ainsi régulièrement reprocher leur avarice ou… leu (...)
  • 49 Il faut noter que les magistrats visés sont les français, c’est-à-dire les non-originaires de la pr (...)

42Il fait la preuve aussi de son caractère profondément vénal. On a dit que les auteurs du pamphlet lui reprochent de n’exercer ses fonctions que pour s’enrichir. On retrouve là une accusation, qui est devenue traditionnelle48, contre la cupidité des magistrats que l’on soupçonne de faire traîner les procédures pour percevoir plus d’épices et d’utiliser leur maîtrise du droit pour leur propre enrichissement. Il est reproché ainsi à Barrin de s’en prendre à une infinité d’honnestes hommes, signantement les gentilhommes, qu’il chiquanne et veult ruiner. L’attaque contre lui ne se limite pas à cela puisqu’il se voit également accuser d’utiliser l’argent mal acquis pour entretenir des clientèles dans le Parlement. De corrompu, il devient à son tour corrupteur. Jacquelot affirme qu’il a à sa dévotion quelque numbre de conseillers de sa faction, signantement quelques jeunes Françays qu’il oblige dès la réception, ausquels il donne souvent à disner et sont bien aises de trouver la nappe mise parce que la pluspart n’ont que leurs estats pour vivre et s’entretenir et pour payer l’argent de l’intérest qu’ils ont emprunté pour achapter leurs estats… Le trait est trop bien ajusté pour ne pas correspondre à une certaine réalité : il permet d’entrevoir une magistrature besogneuse49, contrainte d’aliéner son indépendance pour rembourser des charges dont le prix avait tendance de s’élever alors que les profits qu’elle pouvait en tirer étaient en baisse, en raison notamment de l’accroissement du nombre de titulaires. On est encore loin de l’idéal d’une justice indépendante et souveraine se tenant en quelque sorte « au-dessus de la mêlée ».

  • 50 Son fils André est bien signalé comme receveur des décimes dans l’évêché de Vannes de 1592 à 1598, (...)
  • 51 Morin a été lui-même l’objet de poursuites pour avoir commis des malversations quand il était tréso (...)

43L’originalité des attaques portées contre Barrin réside dans le fait qu’elles émanent non seulement des membres de la bourgeoisie seconde, comme La Haye ou Pigeon, qui pouvaient jalouser un haut magistrat mais aussi de ses propres collègues. Le pamphlet traduit ici, plus largement, le malaise d’officiers confrontés au développement de la vénalité et qui voient leur monde, ou l’image qu’ils s’en font, de plus en plus déstabilisé par l’argent. La carrière de Barrin, client des Montmorency, qui accumule les offices50, devient ainsi le symbole de ce qui est rejeté par les Ligueurs dont les détenus de la tour aux Foulons traduisent bien les idées. Comme eux, ils semblent penser que les officiers doivent être irréprochables sur le plan moral et professionnel pour permettre à la société de sortir de la crise. Sans être eux-mêmes exempts de critiques51, ils parviennent à s’approprier le thème de la vertu et à en faire un outil de propagande pour marquer leur différence avec une monarchie accusée de faire commerce de la justice et pour appeler à une refondation morale et religieuse de l’État.

  • 52 Pour La Roche Flavin, le magistrat devait posséder des biens car la pauvreté entraînait la concussi (...)

44Ce faisant, ils défendent un idéal traditionnel où les juges ne dépendraient pas pour leur nomination de la faveur des Grands ou de la vénalité mais seraient élus par leurs pairs en fonction de leurs qualités et de leur savoir. Comme nombre de Ligueurs, ils semblent considérer que l’exercice de la justice doit être réservé aux privilégiés de la fortune qui sont seuls capables d’échapper aux pressions de toutes sortes et de mettre en œuvre les qualités que l’on attend du parfait magistrat52. L’argent, qui est critiqué quand il permet d’acheter des charges ou quand, sous forme d’épices ou d’amendes excessives, il devient agent corrupteur, apparaît ici comme un préalable à l’entrée dans le monde des officiers, à condition toutefois qu’il ait été acquis de façon honnête. À Dodieu qui affirme c’est l’honneur et louange à un homme de s’accroistre et enrichir, La Haye répond significativement : Ouy, Monsieur pourveu que ce soit par bons moyens et sans se déconnoistre. Sur ce point-là non plus, Barrin ne peut espérer trouver grâce aux yeux de ses détracteurs pour qui il fait figure de nouveau riche, de parvenu.

La figure du parvenu : il n’y a rien de plus glorieux qu’un villain enrichi

45Le pamphlet se plaît à décrire longuement les malversations commises par Barrin en tant qu’intendant des Montmorency, à dénoncer les relations qu’il a entretenues avec le monde du négoce et à souligner son enrichissement rapide. Les accusateurs font référence à des faits précis qui plongent l’historien dans la perplexité d’autant qu’ils sont présentés, comme nous l’avons dit précédemment, par des personnes qui semblent bien informées. On ne peut donc les rejeter d’un trait même si des confusions, volontaires ou non, sont commises, que des amalgames sont opérés et qu’une volonté constante de nuire préside à leur présentation.

  • 53 On ne peut toutefois l’écarter car les sources sur cette période sont très lacunaires ; il montrera (...)
  • 54 C’est dans une lettre d’octobre 1562 que votre soliciteur Barrin est cité pour la première fois dan (...)
  • 55 Arch. musée Condé, série L, t. XIX, f° 55 et 57.

46Si l’on examine tout d’abord les critiques qui sont formulées contre l’action de Barrin en tant que responsable de la gestion des biens des Montmorency, on peut relever des erreurs et des approximations. Dans le premier entretien, Morin précise ainsi qu’il serait venu à Châteaubriant en compagnie d’un certain de La Vernade au temps du trésorier Charron, et situe cet épisode vers 1560-1561 (il y a vingt-huit ans). Les sources n’ont gardé aucune trace de ce passage53 et ce n’est, semble-t-il, qu’en novembre 156354 que Barrin a séjourné pour la première fois à Châteaubriant, accompagnant Jean d’Alesso55. Il a toutefois bien accompli une mission avec La Vernade à Châteaubriant mais en 1568, afin de régler les problèmes de succession posés par la mort du connétable, notamment le paiement de droits de rachat de ses différentes seigneuries, et pour procéder à une nouvelle mise à ferme des terres de la juridiction de Nantes. Morin mélange donc un peu les époques, ce qui peut s’expliquer par l’ancienneté de l’épisode décrit. Sans que l’on puisse tout à fait écarter l’hypothèse que Barrin aurait laissé un mauvais souvenir lors de son passage, on peut toutefois penser que l’erreur commise vise à montrer qu’il était, dès sa jeunesse, corrompu et mal intentionné à l’égard de ses maîtres, une tendance qui aurait trouvé à s’exprimer ensuite pleinement quand il aurait reçu la responsabilité, en 1571, de l’intendance des biens de la veuve du connétable.

  • 56 Cela correspondait au montant de l’ensemble des fermes de ses différentes terres à l’exclusion de C (...)
  • 57 En 1599, l’ensemble des revenus de la baronnie de Châteaubriant fut affermé 30 000 l. par an à Jean (...)

47Dans le réquisitoire qui est dressé sur ce point, des exagérations sont commises. Les revenus du domaine de Châteaubriant sont estimés par Pigeon à 45 000 l. de rente par an ; il aurait été plus juste de parler de 28 à 30 000 l. Entre 1582 et 1587, les recettes ordinaires56 de la baronnie étaient au total de 23 230 l. par an qui, ajoutés à des revenus extraordinaires s’élevant à environ 4 280 l., fournissaient environ 27 500 l.57. Sur ce total, 16 500 l. étaient envoyées à la veuve du connétable et le reste couvrait les gages d’officiers, les dépenses diverses ou correspondaient à des sommes en souffrance, non perçues. Les sommes que Barrin était amené à gérer étaient donc moins importantes que ce qui est annoncé. Cette tendance à surestimer les revenus des seigneuries était classique — en 1636, Dubuisson-Aubenay, parlait même pour Châteaubriant de 60 000 l. de revenu —, mais dans ce cas l’intention de nuire est évidente en permettant d’insinuer que Barrin n’a pas rendu un loyal compte de ce qu’il a perçu et qu’il a détourné à son profit une partie des sommes non déclarées.

48Pigeon lui reproche en outre d’avoir composé, de sa propre autorité, avec les vassaux qui devaient payer des droits seigneuriaux. Cette pratique était courante mais comme il s’agissait d’une grâce, elle ne devait dépendre que du seigneur. Il est impossible de savoir si Barrin s’est substitué à Montmorency en la circonstance et s’il en a profité pour s’enrichir : les deniers casuels qui, par nature, ne pouvaient être chiffrés se prêtaient à toutes les spéculations et alimentaient tous les fantasmes ; ils étaient de ce fait régulièrement utilisés pour nourrir les accusations de détournement de fonds contre les responsables dont on voulait se débarrasser, sans que des preuves pussent être généralement apportées. C’est dans ce sens polémique que l’argument est utilisé contre Barrin par les auteurs du pamphlet.

  • 58 C’est-à-dire un sénéchal, un lieutenant, un alloué, un procureur fiscal et un greffier.
  • 59 Avec un maître, un lieutenant, un procureur d’office, un greffier et des forestiers.
  • 60 Un décompte fait vers 1720 dénombrait (pour les terres possédées en 1589) 3 capitaines, 35 officier (...)
  • 61 Bien des notaires étaient officiers de juridictions seigneuriales diverses et les sergents avaient (...)

49Une tendance à l’exagération se remarque également dans l’évaluation du nombre des offices dont Barrin pouvait nommer les titulaires dont il est dit qu’il s’élevait à 300. Il existait sous la baronnie neuf sièges de justice avec quatre ou cinq officiers en chacune58 et deux maîtrises des eaux et forêts où l’on trouvait aussi de cinq à six titulaires59. À Châteaubriant, Oudon, Champtoceaux, Derval peut-être encore, et Villaucher en Nozay, il y avait aussi des capitaines des châteaux, ou des concierges, et aussi tout un personnel subalterne composé de geôliers, de jardiniers, de portiers, des gardes des archives, des comptables… Même si l’on ajoute les notaires présents dans toutes les paroisses et les avocats et procureurs qui étaient gagés à Rennes ou à Nantes, on reste loin du nombre qui est avancé et qui n’aurait même pas été atteint au XVIIIe siècle60. Tout ce personnel n’était d’ailleurs pas employé directement par Montmorency61 qui ne gageait que les principaux de ces officiers, c’est-à-dire les juges de la juridiction ordinaire et ceux de la maîtrise des forêts.

  • 62 Le système de la ferme avait pour avantage de procurer des revenus réguliers au propriétaire mais i (...)

50Bien que les auteurs du pamphlet grossissent une fois encore le trait, leur propos n’est pas dénué d’intérêt car ce qu’ils nous donnent ainsi à voir, c’est l’introduction de la vénalité dans l’administration seigneuriale. Le reproche qui est fait à Barrin de désunir les juridictions pour accroître le nombre de titulaires — dont on ne retrouve aucune trace dans les sources — ainsi que celui d’exiger, contre le paiement d’une taxe, des lettres de confirmation des officiers seraient ainsi autant d’indices de l’extension aux grandes seigneuries de mesures qui étaient pratiquées par le roi dans ses propres domaines. Les princes qui, comme les Montmorency, cherchaient, dans un contexte économique difficile, à accroître leurs revenus, avaient tout intérêt à faire argent de tout et notamment à tirer profit des offices de leurs seigneuries. Barrin n’est sans doute pour rien dans ces changements mais à travers lui c’est encore au système de la vénalité, dans les seigneuries cette fois, que les Ligueurs de la tour aux Foulons s’attaquent. Il est significatif à cet égard qu’ils lui fassent grief de préférer la régie à la ferme pour la perception des revenus de la baronnie de Châteaubriant. Ce choix, qui est dépeint comme un stratagème lui permettant de placer ses créatures aux principales recettes, était une réponse à un problème que tous les grands propriétaires se posaient au XVIe siècle62. Le roi, dont les revenus ordinaires ne représentaient qu’une part faible du budget, avait privilégié le système de la ferme dans ses domaines bretons dès les années 1560 ; les seigneurs, pour qui les enjeux étaient différents, ont hésité plus longtemps à franchir le pas, comme le montre le cas des Montmorency, sans qu’il faille imputer la responsabilité de cet attachement à une certaine tradition à un individu en particulier.

51Dans le cas de Barrin, on comprend plus globalement, que c’est la figure de l’administrateur tout puissant, agissant sans contrôle qui est mise en cause. Pigeon dit significativement de lui : il a disposé de tout comme le seigneur eust fait puis les vingt ans derniers. L’accusation nous permet là encore de prendre la mesure d’une évolution qui se produit en cette seconde moitié du XVIe siècle dans les grands domaines où le personnage de l’intendant s’impose en lieu et place de propriétaires de plus en plus absentéistes. Barrin a bénéficié de l’éloignement du duc de Montmorency, retenu en Languedoc, pour devenir son homme de confiance en Bretagne. Ce faisant, il s’est attiré la haine et la jalousie de ceux qui n’admettaient pas la position qu’il avait ainsi acquise et dont les auteurs du Dialogue constituent sans doute un échantillon représentatif. Les attaques que ceux-ci lui adressent traduisent donc tout à la fois une ambition, concrète, matérielle, de le discréditer auprès de Montmorency afin de prendre sa place et une réprobation devant l’attitude d’un magistrat de cour souveraine qui continuait à exercer des fonctions financières auprès d’un grand prince, portant là encore atteinte à la dignité de son état. Le pamphlet se ferait, au-delà de son caractère polémique, l’expression d’une volonté de plus grande distinction entre le service public dû au roi et le service privé, une tendance que l’on retrouve dans la présentation qui est faite des relations entre Jacques Barrin et André Ruiz où, cette fois, ce sont les relations entre le monde de la magistrature et celui du négoce qui sont dénoncées.

  • 63 En 1572-1573, une telle commission fut confiée à Louis Braillon, président à la Chambre et Guillaum (...)

52Barrin se voit tout d’abord accuser d’avoir attribué, quand il était président à la Chambre des comptes, à André Ruiz la recette des deniers qu’il était chargé de percevoir dans le cadre de commissions financières qui lui avaient été confiées. Barrin a effectivement exercé une telle responsabilité : celle-ci était une attribution traditionnelle des présidents de la Chambre des comptes qu’ils exerçaient généralement en association avec des présidents du Parlement, des sénéchaux ou des trésoriers de France63. La période où il siège à la Chambre correspond par ailleurs à un temps de crise financière où la monarchie, suite à la reprise des guerres contre les Protestants, multiplie les prélèvements extraordinaires. Que Barrin ait dans ce cas accordé des rabais, comme il en est accusé, n’a rien pour étonner : aliéner du domaine, placer des rentes ou percevoir des emprunts étaient des opérations délicates qui exigeaient de ceux qui en étaient chargés de savoir marchander et amenaient ceux qui y étaient soumis à faire jouer les protections dont ils bénéficiaient pour y échapper. Toutes ces pratiques étaient dans les mœurs du temps ; on peut penser qu’en en faisant grief à Barrin, ses détracteurs veulent mettre en évidence le rôle, qu’en tant que grand officier, il a pu jouer dans l’augmentation des prélèvements fiscaux et lui faire partager ainsi une part du discrédit dont souffrait la monarchie auprès de l’opinion publique. Sans s’attaquer directement au roi, les auteurs du pamphlet préfèrent classiquement ici s’en prendre à l’un de ses représentants qui est soupçonné d’avoir profité des difficultés générales pour s’enrichir et favoriser les intérêts de ses proches, et notamment de son beau-père André Ruiz.

  • 64 Le fait que ce soit Georges Morin qui intervienne sur ce point n’est pas anodin : par ses liens ave (...)

53Le fait que ce dernier soit accusé d’avoir assuré la collecte de l’argent prélevé n’a pas de quoi surprendre même si l’on n’en a pas retrouvé la trace dans les archives : il était devenu dans les années 1560-1570 le principal financier en Bretagne de la monarchie à laquelle il avançait les sommes dont elle pouvait avoir besoin de façon urgente et dont il garantissait à l’occasion les emprunts. En retour, il assurait la perception des principaux impôts indirects de la province et d’un certain nombre de prélèvements extraordinaires. Associé avec les Rocaz, les Le Lou, entretenant des relations très étroites avec Vital de Contour, l’un des trésoriers généraux de Bretagne, il symbolisait à lui seul la réussite de la colonie espagnole nantaise. Le fait qu’il ait marié ses filles avec de grands officiers de justice comme Jacques Barrin mais aussi Jean Morin, premier président de la Chambre des comptes entre 1574 et 1584, révélait un comportement classique des élites négociantes qui cherchaient à montrer leur réussite en nouant des alliances avec la catégorie des nobles hommes. Dans le contexte nantais, il pouvait toutefois prêter le flanc à la critique en donnant l’impression qu’il était à la tête d’un réseau qui étendait ses ramifications dans les secteurs du commerce, des finances et de la justice. Les accusations de collusion, qui sont lancées, se feraient ainsi l’écho des jalousies suscitées par la position dominante qu’il avait conquise64 et qui en faisait, aux yeux de l’opinion, l’un des agents et des premiers bénéficiaires du système fiscal mis en place au cours des guerres de Religion.

54Plus immédiatement, elles servent à discréditer encore un peu plus Barrin qui se voit en outre soupçonné d’avoir détourné son héritage. L’attaque s’appuie là encore sur un fonds de vérité. La succession d’André Ruiz a été effectivement difficile et a provoqué des tensions entre ses héritiers, notamment entre son fils André et son ancien beau-frère, Julien Rocaz, qui a engagé des poursuites judiciaires pour obtenir le paiement de 48 000 l. André a obtenu en la circonstance l’appui de Jean Morin et surtout, après la mort de ce dernier en 1585, de Jacques Barrin. On n’a aucune peine à croire que ces derniers aient profité de leur bonne connaissance des arcanes du milieu judiciaire pour faire traîner les procédures, comme le confirmerait le fait que ces dernières n’étaient toujours pas terminées dans les années 1590. On ne peut dire s’ils ont opéré de même pour décourager les créanciers de André I Ruiz comme il leur est également reproché. Que Barrin soit accusé d’avoir lui-même pratiqué le négoce paraît toutefois douteux, même si l’on peut admettre qu’il a pu investir des capitaux dans cette activité.

  • 65 Dans ce sens, le pamphlet serait un indicateur d’un rejet grandissant de la part des élites traditi (...)

55Les auteurs du pamphlet se laissent encore une fois emporter par leur volonté de nuire et déforment la réalité pour mieux faire passer leur message. Ce qu’ils veulent dénoncer ici, ce sont les relations coupables entre le monde de la magistrature et celui de la marchandise. Ils n’ont pas de prévention contre Ruiz dont ils parlent en termes louangeurs en disant qu’il était estimé l’un des fidelles et riches marchands de Bretagne, homme de bien et d’honneur, qui estoit connu par toute l’Europe et signantement car il trafiquoit et dont ils cherchent à défendre l’honneur et la mémoire. Mais ils sont contre la confusion des états. Barrin en s’alliant avec une famille marchande et en mettant ses talents au service de ses intérêts a porté atteinte au monde épuré de la magistrature que les Ligueurs voudraient voir naître65. Il a également compromis sa dignité en révélant une nouvelle fois son souci de faire argent de tout.

  • 66 Saint-Pern, baron, de et L’Estourbeillon, Régis, de, marquis de, « Réformation de la noblesse de Br (...)

56Au fil des pages, le pamphlet tient à présenter une exacte comptabilité des sommes que Barrin est suspecté d’avoir gagnées. Si l’on suit les auteurs, ses relations avec André Ruiz lui auraient rapporté 60 000 l. à l’occasion de son mariage avec sa fille et 20 000 écus lors du partage de sa succession. Les profits illicites qu’il aurait réalisés quand il était président à la Chambre des comptes sont évalués quant à eux à 15 000 écus. Les données sont plus fournies encore en ce qui concerne son activité d’intendant de la baronnie de Châteaubriant : il aurait ainsi gagné 15 000 écus en vendant les offices seigneuriaux, 2 000 écus par an en s’appropriant les droits casuels pendant 20 ans, 36 000 écus en refusant d’affermer les terres pendant douze ans… Au total, si l’on en croit Dodieu, ses différentes malversations lui auraient rapporté 50 000 écus et plus loin, Morin surenchérit en affirmant qu’il disposerait de 50 000 écus dans sa bourse, sans que l’on sache, dans les deux cas, d’où ils tirent ces informations. La plupart de ces chiffres paraissent fantaisistes et volontairement grossis — ainsi la dot de la fille d’André Ruiz n’aurait été, d’après les sources dont on dispose, que de 10 000 l. au lieu des 60 000 l.66 annoncées — et ne peuvent servir d’éléments pour évaluer la fortune de Barrin.

  • 67 C’est ce que reconnut en 1599 M. du Plessis de Mazancourt, venu en Bretagne régler les affaires de (...)

57Il est un point toutefois où les auteurs du pamphlet se font plus précis : c’est quand ils présentent les propriétés de Barrin. La description de ces dernières est correcte : Barrin a bien acquis la seigneurie de La Haye par un acte du 21 juillet 1576 sur la veuve du connétable de Montmorency pour la somme de 2 500 à 3 000 l., ce qui correspond aux 200 l. de rentes indiquées par Pigeon. Il y a ajouté la seigneurie de La Galissonnière acquise le 13 décembre 1581 pour 4 146 l. et celle du Boisgeffroy, achetée le 15 janvier 1582 à Albert de Gondi, maréchal de Retz. En peu d’années, Barrin s’est donc constitué un patrimoine important tant par son étendue que par sa dignité : ainsi le Boisgeffroy était une châtellenie d’ancienneté qui conférait à son détenteur un prestige certain du fait notamment du pouvoir de commandement sur les hommes qu’elle lui conférait. Même s’ils ont exagéré, comme on l’a vu, les sommes en jeu, les auteurs du pamphlet ont bien compris l’importance qu’a revêtue pour Barrin son mariage avec Jeanne Ruiz puisque c’est grâce à la dot qu’elle a reçue qu’il a financé les achats de La Haye et du Boisgeffroy67.

58Leurs intentions malveillantes se révèlent toutefois à nouveau quand ils démontent certains des procédés utilisés par Barrin pour acquérir ses seigneuries ou pour les agrandir. Ainsi, si l’on en croit Pigeon, le duc de Retz lui aurait fait un prix d’ami lors de la vente du Boisgeoffroy, afin de le remercier de l’avoir aidé à obtenir la terre de Callac. Cette transaction a effectivement eu lieu mais la surestimation du revenu de cette seigneurie, qui ne pouvait être de 3 000 l. de rente dans les années 1580, laisse à penser que la faveur, si tant est qu’elle ait eu lieu, n’a pas été aussi importante que ce qui est dit. Pour ce qui est de La Galissonnière, Pigeon affirme que Barrin l’aurait obtenue d’un mineur, seigneur de la Galmelière, à la moitié moins qu’elle ne vault, après avoir fait pression sur son tuteur, le sieur d’Orvault, pour qu’il la mette en vente. A priori, on ne sait ce que vient faire ici ce seigneur de La Galmelière puisque d’après les sources dont on dispose, cette seigneurie appartenait aux seigneurs de La Garenne et de La Cour-de-Soudan, c’est-à-dire à Bertrand Le Voyer jusqu’à sa mort en 1562 puis à sa sœur, Jeanne, dont l’époux Pierre Liboreau (ou Lihoreau) l’aurait cédée à Barrin.

59Si l’on suit le pamphlet, qui apporte donc sur ce point des informations inédites, la vente aurait été effectuée en réalité par René du Pé, seigneur d’Orvault : celui-ci était bien l’oncle et le tuteur de René Rouxel dont le père, Claude, seigneur de La Galmelière, aurait acheté la seigneurie à Liboreau. Barrin a-t-il profité de la mort de Claude en 1580 pour spolier son héritier en acquérant l’un de ses biens à moindre coût ? Pigeon se montre prudent en disant ne pas savoir si les procédures de la vente aux enchères ont été respectées mais, pour lui, le fait que ce soit Villeraudi, le serviteur zélé de Barrin, qui se soit porté acquéreur avant de se désister en sa faveur, démontrerait la malhonnêteté de l’opération. Là aussi, l’insinuation, qui joue de surcroît sur le ressort quelque peu mélodramatique de l’orphelin dépouillé, tient lieu de preuve. Si l’on comprend que pour Barrin la proie était tentante puisque, d’après une description, de 1560 La Galissonnière comprenait 170 journaux de terre (soit 85 hectares), des fiefs rapportant 33 l. et 84 boisseaux d’avoine, une dîme de 65 l. et un droit de haute justice, l’on ne peut en déduire qu’il a utilisé des moyens illégaux pour l’obtenir.

  • 68 ADLA, B 1833.
  • 69 On ne peut non plus écarter totalement l’hypothèse que ces terres aient été accordées en récompense (...)

60Une même prudence doit être observée pour ce qui concerne les procédés auxquels il aurait eu recours pour accroître ses différentes seigneuries. L’affirmation de François Le Pigeon, selon laquelle il aurait opéré par menus achats additionnés les uns aux autres et par afféagements du domaine seigneurial, de manière à constituer des métairies, apparaît assez vraisemblable et l’époque en offre d’autres exemples. L’aveu de la baronnie de Derval, rendu en 1627, mais rassemblant des données plus anciennes, qui signalait Jeanne Ruys comme propriétaire de nombreuses nouvelles baillées en quantité de fiefs de la paroisse de Derval, montre que des agrandissements s’étaient faits en grignotant des terres du domaine de la seigneurie68. Il n’y a pas grand risque à penser, même si ses héritiers en firent aussi, que nombre d’entre eux avaient eu lieu entre 1576 et 1593, du temps du président Barrin, comme le dit le pamphlet. Le délit résiderait ici dans le fait que Barrin aurait agrandi ses propriétés aux dépens de ses maîtres mais ce comportement n’avait rien de singulier : nombre de seigneurs ne procédaient pas autrement à l’égard du domaine royal du fait de l’absence de réformations régulières que la monarchie — et il en allait sans doute de même pour les Montmorency à l’égard de leurs propres terres —, n’avaient les moyens ni le désir d’entreprendre69.

  • 70 En cela, on peut penser qu’il a sans doute bénéficié des circonstances notamment des difficultés éc (...)

61Que Barrin ait également fait pression sur les paysans pour qu’ils lui cèdent leurs terres ou qu’il ait profité de sa position de pouvoir pour chasser des vassaux récalcitrants comme le sieur du Cassia qui est évoqué dans le texte, tout cela paraît également concevable, même si l’on doit, sur ces points croire, les auteurs du pamphlet sur parole. S’ils disent vrai, et, on l’a dit, Pigeon semble bien informé, le cas Barrin constituerait une belle illustration de quelques-unes des techniques, à la limite de la légalité, qui étaient mises en œuvre pour constituer de grands domaines au temps des guerres de Religion70. Celles-ci, du fait des difficultés économiques qu’elles ont engendrées, ont été marquées de façon plus générale par d’intenses transferts de propriété qui ont connu des perdants — les paysans, les nobles… — et des gagnants parmi lesquels on retrouve tous ceux qui ont su, comme Jacques Barrin, profiter du développement de l’État. La politique d’accumulation de terres à laquelle il s’est livré traduit cette réussite en même temps qu’elle révèle son ambition d’intégrer les rangs de l’aristocratie terrienne comme en témoigne le fait qu’il ait acquis bois et étangs et qu’il ait apposé ses armes sur la chapelle de Derval.

62Quoi qu’il en soit, on peut penser qu’à travers toutes ces accusations, plus ou moins fondées, les auteurs du pamphlet veulent surtout démontrer que l’enrichissement de Barrin a été trop rapide pour avoir été vraiment honnête. Venant après l’énumération des sommes qu’il est suspecté d’avoir honteusement gagnées et qui constitueraient en quelque sorte « l’argent sale » qu’il aurait « blanchi » dans l’acquisition de terres, elles donnent sa couleur finale au Dialogue dont l’objectif principal est de dépeindre Barrin sous les traits d’un parvenu qui serait, pour reprendre les termes de Morin, devenu merveilleusement riche en peu de temps. Ce souci explique pourquoi, il est présenté dès le premier entretien comme un homme parti de rien, issu de la relation d’un prêtre et d’une lingère, une alliance qui devait être pour un Ligueur le comble de l’abomination. Le propos volontairement vulgaire, qui est un lieu commun de la littérature pamphlétaire, recouvre une part de réalité que Dodieu révèle quand il rapporte, plus sérieusement, avoir entendu dire que Barrin n’eut jamais un solt de partage ny de succession de père ny de mère. Il se révèle sur ce point bien informé puisque Jacques Barrin avait effectivement abandonné, par un acte du 26 juin 1576, au moment même où il était pourvu de l’office de président à mortier au Parlement, à son frère Anne Barrin, seigneur des Roulliers, tous ses droits sur la succession de ses parents. N’ayant aucun capital de départ, Barrin appartient, aux yeux de ses détracteurs, à la catégorie des nouveaux riches dont il posséderait d’ailleurs tous les défauts, notamment l’orgueil et la morgue ainsi que l’avidité. La dénonciation de ces défauts nous vaut l’emploi de quelques formules très imagées. Pigeon dit qu’il est homme de mauvaise grâce […], homme rude qui ne salue personne et s’il le fait est en merciers de Rennes qui ne lèvent qu’un bout de leurs chapeaulx. La Haye surenchérit en précisant qu’il n’a point d’âme. Il ne se soucie pas d’où il vienne pourveu qu’il en ait. Il prendroit comme l’on dit sur le baril d’un ladre. La critique culmine dans la description faite par le même de la cérémonie de l’hommage que Barrin a prêté pour ses terres où il est dépeint comme un grand raabi venu d’Egypte ou d’Arabie […] si enflé et si superbe qu’il ne pensoit que la terre fust digne de le porter. Le ridicule qui est ici dénoncé fait écho à la peinture qui avait été précédemment faite de la façon dont Barrin exerçait son office de magistrat : dans les deux cas, il lui est reproché de ne pas connaître les règles à respecter et de vouloir jouer un rôle pour lequel il n’est pas fait.

  • 71 Robert Descimon distingue deux types de comportements chez les présidents du Parlement de Paris dan (...)
  • 72 Richet, Denis, op. cit., p. 180-186.

63Si l’on élargit la réflexion, on constate donc que ce qui est reproché surtout à Barrin, c’est d’apparaître comme un nouveau venu dont l’ascension a été trop rapide. Dans un monde de la magistrature en voie d’oligarchisation, il bouleverse les principes qui règlent la promotion sociale. Sa trajectoire montre qu’il a su faire jouer en sa faveur tous les leviers qui permettaient d’accélérer les carrières dans la France du XVIe siècle, particulièrement le service des Grands et du roi. En liant son sort à celui de la maison des Montmorency, il a su trouver un protecteur suffisamment puissant pour se voir attribuer des charges importantes dans un État royal alors en pleine croissance et un maître pas trop regardant qui lui a fait confiance pour la gestion de ses terres, ce qui lui a permis de réaliser au passage des profits substantiels. Sa fidélité au roi en 1589 est dans la logique de son attachement aux Montmorency. N’étant pas un héritier, il a dû toutefois faire la preuve d’une conduite agressive71 pour s’imposer ainsi que d’un certain opportunisme comme en témoigne son alliance avec les Ruiz. Si l’on excepte ce dernier élément, qui est lié à la conjoncture particulière de la France atlantique, son cas rappelle celui d’autres magistrats de cours souveraines ou celui de financiers qui ont, tout comme lui, constitué des fortunes importantes au XVIe siècle et qui se sont lancés dans la course aux honneurs seigneuriaux et aux privilèges nobiliaires. On peut penser notamment, et toutes proportions gardées à la famille des Séguier, étudiée par Denis Richet et particulièrement à Pierre i Séguier qui a fait en partie fortune en gérant les biens des Nevers72 tout en menant une brillante carrière de magistrat. Comme Barrin, il a accumulé les offices et la terre et a provoqué, au cours des guerres de Religion, la verve des pamphlétaires qui lui ont reproché un enrichissement trop rapide et sa cupidité.

64Si les Séguier semblent avoir été victimes d’attaques surtout de la part de la bourgeoise seconde, on a vu que Barrin était quant à lui pris pour cible par de grands officiers. Le Dialogue par la violence des accusations qui sont proférées contre lui se ferait ainsi l’écho d’une certaine rancœur, d’une certaine frustration éprouvée par certains de ses collègues magistrats devant sa réussite éclatante et son avancement trop rapide. L’unité des cours souveraines n’était souvent qu’une façade qui masquait des rivalités internes dont les causes, qu’il s’agisse de postes à obtenir ou de profits à réaliser, étaient bien souvent matérielles. Dans cette perspective, la rupture qui intervient en 1589 en Bretagne lors de la révolte de Mercœur aurait porté au grand jour la division qui s’est progressivement créée entre les groupes qui ont tiré profit des transformations de l’État dans la seconde moitié du XVIe siècle et ceux qui en ont souffert ou dont la carrière a marqué le pas, faute d’appuis suffisants.

  • 73 On retrouve ici l’évolution décrite par Robert Descimon pour le Parlement de Paris au temps des gue (...)

65Ne la voir que sous cet angle serait pourtant réducteur. Comme le montre le Dialogue, les détracteurs de Barrin révèlent qu’ils partagent l’idéal d’une magistrature qui se distinguerait par sa morale, son savoir, son mode de vie et qui constituerait un modèle pour le reste de la société. Face aux progrès de la vénalité et aux pressions diverses qu’ils subissent, particulièrement celle des Grands, ils témoignent un attachement à l’autonomie du quatrième état73. La réalisation de cet idéal impliquait que les grands officiers disposent d’une fortune de départ et soient, en un mot, des héritiers. Il n’y avait pas de place dans ce schéma pour un homme nouveau comme Jacques Barrin dont la réussite insolente, probablement sans équivalent au Parlement de Bretagne à cette période, suscitait toutes les interrogations et nourrissait les inquiétudes d’autant qu’il prétendait à son tour favoriser la carrière de ses proches. En prenant parti pour le roi en 1589, il devenait une cible idéale pour des Ligueurs rendus furieux par leur défaite et qui espéraient, en s’en prenant à lui, tout à la fois justifier leur propre action et le discréditer auprès de ses protecteurs pour prendre sa place.

CONCLUSION

  • 74 Les héritiers de Joseph de Villemandy en sortirent ruinés mais la famille s’est maintenue au XVIIe (...)
  • 75 Il paya une caution de 20 000 l. que son père rassembla pour lui, Arch. nat., minutier central, étu (...)
  • 76 Ibid., minutier central, étude liv 455. 23 juillet 1600.
  • 77 On parlait alors de la malhonnêteté de Lezot dans des termes comparables (larcins et friponneries) (...)
  • 78 En 1625, Roch Lezot était chevalier de l’Ordre, sieur de La Villegeffroy (en Betton), Pommeniac (en (...)

66Leurs attentes sur ce dernier point ne furent pas totalement déçues. Il y eut bien, à la fin de la Ligue, les troubles s’apaisant, une tentative de remise au clair de la gestion de la baronnie de Châteaubriant. En 1595, les comptes du deffunt sieur Peyret et de ceux de la gestion dudit Villemandy furent présentés à Paris par ce dernier, et rejetés par le conseil du connétable74. Le 17 mars 1596, Roch Lezot fut, comme nous l’avons indiqué précédemment, institué receveur général de toutes les terres de Bretagne et Anjou75. Sa gestion ne fut pas elle non plus sans tache et dès juillet 1600, tous ses pouvoirs furent révoqués par des envoyés de Montmorency, qui lui interdirent de résider à l’avenir sur les terres de la baronnie76. Il retrouva peu après ses fonctions de receveur, mais pour peu de temps : en 1609, il perdit à nouveau la confiance du duc, qui le fit traduire en justice77. S’il est, comme nous le pensons l’un des inspirateurs du pamphlet, il n’en tira donc que momentanément profit et découvrit à ses dépens la difficulté de garder la confiance de maîtres exigeants78. Le destin des détenus de la tour aux Foulons fut également contrasté. Georges Morin mourut en 1597, sans avoir apparemment manqué à la fidélité qu’il avait manifestée jusque-là à la maison des Penthièvre. En l’absence d’héritier mâle, sa famille tomba en quenouille et on en perd la trace au XVIIe siècle. Le président Dodieu, après avoir dirigé le Parlement ligueur de Nantes de 1590 à 1593, fut chassé par Mercœur et, après avoir vainement cherché à obtenir l’aide financière de Philippe II, il se rallia à Henri IV qui lui accorda en 1601 un brevet de conseiller d’État après qu’il eut accepté de résigner sa charge de président à mortier en faveur d’un royaliste. Le conseiller Jacquelot, malgré ses sentiments pro-espagnols, continua à servir Mercœur jusqu’en 1598 puis fut réintégré au Parlement de Bretagne où il fut à l’origine d’une dynastie de conseillers qui se perpétua jusqu’au XVIIIe siècle. Sans être la victime de représailles, nos personnages ne connurent donc pas de réussite éclatante, comme si leur engagement ligueur avait compromis durablement leur avenir ainsi que celui de leur famille et les avait condamnés à des destins « ordinaires ».

  • 79 Ses deux enfants confirmèrent l’ancrage de la famille dans le monde parlementaire : son fils Jean d (...)
  • 80 Du moins si l’on en croit Henri Lapeyre qui rapporte que sa mère Jeanne Ruiz, après avoir renoncé à (...)
  • 81 ADLA, B 203.
  • 82 Collins, James B., « Gilles Ruellan, sieur du Rocher-Portal : le marquis colporteur », dans Pourvoi (...)
  • 83 Il demeura jusqu’à sa mort l’un des relais privilégiés du pouvoir en Bretagne en étant désigné comm (...)

67Il n’en alla pas de même pour la famille Barrin. À sa mort en octobre 1593, Jacques Barrin fut enterré solennellement à Rennes en présence des officiers du Parlement et de la Chambre des comptes ainsi que du gouverneur et inhumé dans la chapelle qu’il avait fait édifier. Ses enfants consolidèrent son héritage. Classiquement, ses filles épousèrent des magistrats : l’aînée, Isabelle, se maria en 1588 avec Christophe Fouquet (1562-1627) qui, grâce aux services qu’il rendit à Henri IV, lui succéda dans sa charge de président à mortier ; la seconde prénommée Renée fut unie au conseiller Jean d’Elbène. L’aîné des garçons, André (1576-1649), après une jeunesse agitée qui le vit tuer deux hommes au cours d’un duel à Toulouse où il faisait ses études universitaires, devint conseiller au Parlement de Bretagne (1603-1649), épousa Renée de Bourgneuf, la fille du premier président René et obtint en 1644 l’érection du Boisgeffroy en marquisat79. Le destin du cadet, Jacques (v. 1578-1645) ressemble par certains points à celui de son père : après avoir commencé sa carrière au service des Montmorency, il aurait mené des études à Salamanque80 et à Angers81 avant de devenir conseiller au Parlement de Bretagne en 1598 — jusqu’en 1610. Son mariage en 1603 avec Vincente Ruellan, la fille de Gilles, le grand manieur d’argent breton sous le règne de Henri IV82, qui fait écho à l’union de son père avec la fille d’André Ruiz, témoignerait de son implication dans les réseaux financiers qui existaient alors en Bretagne ; il lui ouvrit en tous les cas les allées du pouvoir puisqu’il devint maître des requêtes en 1616, premier président à la Chambre des comptes de Nantes — 1619-1626 — puis conseiller d’État83. À partir des bases établies par Jacques, les Barrin réussirent donc leur implantation en Bretagne et intégrèrent le cercle relativement étroit des familles influentes de la noblesse de robe sur laquelle la monarchie se reposa pour contrôler la province pendant la majeure partie du XVIIe siècle.

Dialogue d’Adrien Jacquelot

  • 84 Il s’agit de Henri de Bourbon (1573-1608), devenu duc de Montpensier après la mort de son père Fran (...)

68Pour monsieur le Prince de Dombes84

69Dialogue de Mr Adrian Jacquelot, conseiller en la cour de Parlement de Bretagne, contenant partie des actions, origine, vie et mœurs de maître Jacques Barin, président en ladite court, ledit Jacquelot, maître Louys Dodieu aussy président en ladite court, maître Georges Morin, sieur du Chapeau, et maître Françoys Pigeon, sieur de la Maison Neuve et le sieur de La Haye interlocuteurs.

  • 85 Il s’agit du duc Henri Ier de Montmorency (Montmorency-Damville, 1534-1614) second fils du connétab (...)

70À monseigneur le mareschal de Montmorency85

  • 86 Henri IV, entreprenant la reconquête de son royaume, était parti de Tours fin novembre 1589, avait (...)

71Monseigneur ayant recouvert ce dialogue escript de la main de maître Adrian Jacquelot, conseiller en la cour de parlement de Bretagne, trouvé près Bonnes Nouvelles la nuit qu’il sortit de la Tour aux Foullons avecq ledit président Dodieu et Chapeau Morin et d’autant que ce feust la minute dudit dialogue qui n’a esté (que j’aye sceu) imprimée ny mise en lumière, voyant, qu’après le publicq, ce dialogue vous importe plus qu’à nul autre seigneur pour contenir particulièrement beaucoup de viollences, larcins, concussions, exactions, usurpations et abus commis en vos maisons, forestz, terres et chastelenies de Bretaigne qui vous servira de mémoires et instructions estant ou [en blanc] autre par desa pour vous informer de la vérité, l’ayant reveu et augmenté de ce que j’ay peu savoir estre desfectueux, priant les lecteurs y adjouster ce qu’ils scavent davantage, amander et corriger ce qu’ils sauront de certain estre mal rapporté, faire le tout imprimer s’ils en ont meilleure commodité que moy et cependant en faire escrire plusieurs copies et les faire publier, afin que Barrin soit congneu pour tel qu’il est et en attendant avoir la commodité de le faire imprimer, je me contenteray pour le présent d’en faire trois copies, l’une pour monseigneur le prince de Dombes, qu’il luy envoyra s’il lui plaist au roy pour l’informer des factions, trahisons et faux donnez à entendre à Sa Majesté par ce président Barin estant à Laval86 pour les destituer, punir, révoquer et faire rendre ce qu’il a obtenu de rescompenses de Sa Majesté d’un faux donnez à entendre, la seconde pour messieurs de la court de parlement, de la tierce pour vous monseigneur que je vous envoyrai à la première commodité si je ne scay qu’autre premier que moy ne la vous ait envoyée, et attendant vostre venue en ce duché ou aultres de vostre part pour vous informer de la vérité, je m’enquérerai plus particulièrement de ce qui vous concerne de vostre service pour le vous faire entendre en priant Dieu monseigneur accroître votre grandeur que j’honore et révère et luy baise les mains en toute humilité.

Dialogue

Premier entretien

  • 87 La tour aux Foulons commandait la porte du nord de la ville de Rennes.

72Dodieu, Jacquelot, Morin, La Haye, Pigeon
[la scène se situe à la tour de la Porte-aux-Foullons87 à Rennes]

  • 88 La rue aux Foulons.
  • 89 La capture de Adrien Jacquelot déguisé en paysan est attestée par le notaire Jean Pichart dans son (...)
  • 90 Montbarot : René Marec, sieur de Montbarot, fils de Pierre, conseiller aux Grands Jours puis au Par (...)
  • 91 Infante d’Espagne : Isabelle-Claire-Eugénie d’Autriche (1566-1633), fille aînée du roi d’Espagne Ph (...)
  • 92 La Hunaudaye : il s’agit de René ii de Tournemine de La Hunaudaye. Il fut institué lieutenant génér (...)
  • 93 Mr du Breil : il était lieutenant de Montbarot. Il fut fait prisonnier par les Ligueurs rennais le (...)
  • 94 Les dames de Nantes : Marie de Beaucaire, veuve du vicomte de Martigues, gouverneur de Bretagne de (...)
  • 95 Lire Vincelles. Il s’agit de Toussaint Barrin, sieur de Vincelles (mort à 75 ans, le 10 mars 1581), (...)
  • 96 Le père de Jacques Barrin, noble Pierre Barrin, écuyer, sieur des Roulliers (en Bourbonnais, parois (...)
  • 97 Madame la connestable : il s’agit de Madeleine de Savoie, cousine du roi François Ier et veuve du c (...)
  • 98 La Vernade fut peut-être chassé, mais, si ce fut la veuve du connétable qui le décida, ce fut forcé (...)

Dodieu
J’entens un grand bruit en ceste rue88, Monsieur Morin, je vous prie voyez ce que c’est.
Morin
Ce n’est qu’un paysan que l’on amène prisonnier.
Dodieu
Que peut-il avoir fait le pauvre homme ?
Morin
Je ne scay. Il ressemble fort bien à Mr Jacquelot et croy que c’est lui-mesme. C’est luy de certain89.
Dodieu
Où l’ont-ils peu prendre ? Je le pensois à Nantes.
Morin
Vois le cy.
Jacquelot
Bonsoir, Messieurs.
Dodieu et Morin
Bonsoir Monsieur. Mon Dieu, qui vous a amené icy ? Comment avez-vous avez esté pris ?
Jacquelot
Je le vous diray. J’ay esté trahi. O mon Dieu que je suis fasché ! et que j’ay receu de honte !
Morin
Dites-nous, Monsieur, comment avez-vous esté pris ?
Jacquelot
Estant menacé d’estre mis prisonnier, je me chachai chez le président Barrin, où je demeuré long temps, cependant que l’on me cherchoit par toute ceste ville et voyant que l’on pensoit que j’eusse sorty et l’on ne pensoit plus en moy, je prie Monsieur Barrin de me faire sortir, espérant me retirer pour ce temps à Nantes : il conseille me déguiser comme voyez et fault par nécessité que s’ait esté luy qui en ait adverty Mr de Montbarot90 et les gardes des portes parce que je ne m’estois déclaré qu’à luy.
Dodieu
Est-il possible ? O le trahistre !
Morin
Il ne feust jamais autre, vous ne deviez point vous fier en luy.
Jacquelot
O le Méchant, o le trahistre ! Je luy avois fait tant de plaisir, il m’avoit fait tant de belles promesses ! Il me disoit qu’il étoit ligué en son cœur, qu’il m’avoit promis et juré l’union et qu’il savoit que le duché apartenoit à l’infante d’Espaigne91, qu’il était marié à une Espagnole, qu’il espéroit une grande faveur du Roy d’Espaigne et qu’exprès il temporisait pour faire un bon service au parti et que Monsieur de Mercœur le savoit bien. Je ne me fusse jamais défié de luy.
Dodieu
Ny moi-aussi. Il m’en avoit dit autant et davantage et quand Mr de Mercœur vint en cette ville, il alla prendre les clefs de Mr de La Hunaudaye92, les porta à Mr de Mercœur, il fit prendre prisonnier Mr du Breil93 et faisoit toutes les mines du monde d’estre ligué. Il entretint assez longtemps et par diverses fois le duc de Mercœur, l’assurant qu’il luy feroit fidelle service et depuis luy a mandé qu’il luy serviroit mieux ici que près de sa personne ny à Nantes où il luy donneroit advertissement de tout ce qui se feroit en cette ville.
Morin
J’ay veu les mémoires qu’il envoioit audit sieur de Mercœur et aux dames de Nantes94.
La Haye
Il faut bien qu’il y ait des traistres au conseil de Mr le Prince car il ne s’y propose ny ne s’y résoult chose de quoy le duc de Mercœur ne soit incontinent adverty.
Jacquelot
Il y a trop de gens à ce conseil. Je croy qu’il est assez méchant de m’avoir trahi pour avoir sa part de ma ranson. Sa barbe et sa mine me devoient assez avoir adverti de ne m’estre fyé en luy, joinct que j’ay entendu qu’il est d’où il est mais je ne le scay pas de certain.
Dodieu
Ny moy aussi, mais je m’en enquéreray. Il me souvient de l’avoir veu à Paris pauvre garçon et chez un chanoine de la Sainte-Chapelle que l’on nomme Mr de Vielles95 et disoit l’on communément que c’était son fils.
Morin
Comment, fils d’un prestre ?
Dodieu
Voire.
Morin
Qui estoit sa mère ?
Dodieu
Je ne le scay pas bien mais l’on disoit qu’elle estoit lingère assez belle qui tenoit boutique au pallays à Paris et que ce chanoine l’ayant pratiquée et enfermée en ses clostures, l’avoit engrossée de ce Barrin, depuis l’avoit mariée à ung soldat qui s’appeloit Barrin96 qui vendoit de la chandelle, ce me semble, qui advoua l’enfant. Ce chanoine était riche en bénéfices et estoit confesseur de Madame la Connestable97, fut aymé et respecté en cette maison de Montmorancy. Il entretint aux escolles ce Barrin son fils puis trouva moien de le donner à feu Monsieur le connestable qui l’envoya en Bretagne.
Morin
Il me souvient qu’il y a environ vingt-huit ans qu’ung appelé La Vernade et luy se rendirent au logix du feu trésorier Charron assez en mauvais équipage et estoit lors ledit Charron superintendant de Chasteaubriant et de tout ce qu’avoit monsieur le connestable en Bretagne et n’en faisoit compte ny estat que de petits clairs et solliciteurs. Quelque temps après, il les envoye à Chasteaubriant visiter les bois, forestz, chaussées et estangs et faire des procès-verbaux de l’estat desdites choses et ils pillèrent et dérobèrent tellement qu’ils amassèrent quelques cinquante escus.
Dodieu
Les ménagèrent-ils bien ?
Morin
Non, ils se desbauchèrent et despandirent tout. Il me souvient qu’ils faisoient des déjeuners où ils avoient des pots pourris qui coustoient 12 à 15 francs.
Dodieu
Qu’est-ce qu’un pot pourry ?
Morin
Ce pot pourry se faisoit de chapons, perdris, pigeons, veau, mouton, oiseaulx, capres, pruneaulx, raisins de Corinthe, canelle, muscade et faisoient le tout cuire ensemble tellement que cela estoit bon et cher.
Dodieu
Ce jeu dura-t-il longuement ?
Morin
Tant que leur argent et crédit dura et le trésorier Charron estant adverty le mande à Madame la Connestable qui leur mande incontinent s’en retourner le trouver, ce qui leur fascha bien, elle les voulut chasser mais Barrin qui estoit le plus fin chargea tout sur son compaignon, tellement qu’elle renvoya La Vernade98 et par la prière et faveur de son confesseur retint Barrin.
Dodieu
Depuis que devint-il ?
Morin
Nous en deviserons demain car je vois que l’on nous mande pour souper.
Jacquelot
C’est bien dit, aussi bien suis-je bien ennuyé car je n’ay aujourd’hui rien mangé.

Second entretien

Jacquelot
Je prins l’autre jour grand plaisir à ouïr discourir de mon trahistre Barrin. Je vous prie, Monsieur Morin, continuons l’histoire ; elle sera plaisante, voilà monsieur qui nous aydera bien, je veux estre le secrétaire et employer ce que je scay.

  • 99 Pierre Carpentier, sieur de Crécy-sur-Caune, président à mortier non-originaire, pourvu le 30 avril (...)
  • 100 Doit-on deviner que ce fut Montmorency qui le lui donna ? Il pouvait avoir un intérêt à envoyer un (...)

Dodieu
C’est bien dit, aussi bien nous n’avons pas grandes affaires. Les prisonniers font ordinairement quelque chanson, parachevons cette histoire au lieu de chanson, car je ne chante guère bien. Pigeon, nous n’en avons pas grandes occasions ; ce dialogue sera plus plaisant et m’assure qu’en pouvons rapporter beaucoup encore, que ne sachons le tout ni la centiesme partie de ses mechancetez et ne puis me tenir de dire en passant que Barrin et le président Carpentier99 sont cause que je suis icy car je ne me souciois de Ligue ni de parti sans eux.
Jacquelot
Mr Morin, où estions-nous demourez ? Je vous prie, continuez de nous dire que devint Barrin estant retourné à Paris.
Morin
L’on rapporte en ce pays qu’il avait eu la vérolle et que pour avoir servy de maquereau à un Grand, il avait eu l’estat de juge criminel d’Angoulême100 où il fut quelque temps et s’y maria à une femme que je ne scay pas bien qu’elle estoit, de laquelle il eut bien de l’argent puis il vendit son estat et dit l’on qu’il trahit aussi la ville et la bailla aux Huguenots puis s’en vint en Bretagne brave avecq sa femme et un estat de conseiller en la cour.
Pigeon
Il me souvient qu’il arriva à Chasteaubriant faisant bonne mine, brave et en bon équipage.
Morin
Comment fut-il receu conseiller ?

  • 101 Il s’agit certainement de maître Rolland Bourdin, avocat en la cour. C’était un Nantais, et bien id (...)
  • 102 Christophe Fouquet, seigneur de Challain (1562-1628), avait épousé le 14 décembre 1588 Isabelle Bar (...)
  • 103 Jean Rogier, sieur du Clyo et de Villeneuve, fut procureur général au Parlement de 1581 à 1588, ann (...)
  • 104 Robert du Hardaz, seigneur de Coaisson (Couascon, en Messac), né vers 1507, conseiller au Parlement (...)
  • 105 Il s’agit sans doute de Jean de Luxembourg qui fut receveur et payeur des gens du Parlement et rece (...)
  • 106 Louis II de Bourbon-Montpensier (1513-1582) : il épousa successivement Jacqueline de Longvic, comte (...)
  • 107 Lire Juhault. Maître Robert Juhault, sieur de Harcurgin ( ?), paroissien de Toussaints, épousa le 1 (...)

Pigeon
Il apporta lettres de faveur de Monsieur de Montmorency et autres Grands et amena d’honnestes hommes pour les présenter, disant estre venus exprès.
La Haye
Je le croy bien car autrement il n’eust esté receu, il ne scavoit rien.
Dodieu
J’ay mémoire de cela. L’autorité de ceste maison de Montmorency estoit grande ; aussi que l’on n’estoit en ce temps-là si difficiles aux réceptions comme l’on est aujourd’hui.
Pigeon
A la vérité, il n’avait ny loy ny pratique mais il avoit l’esprit assez vif ; il comprant bien un faict mais au point de fonds ny de jugement arresté, il est fol et effronté, il boit, il jure, colère à l’extrémité.
Morin
Il est vray mais il est incontinent retourné.
Pigeon
Et s’il y demeuroit, il le faudrait mener à Saint-Guédas.
Jacquelot
Sans faute, il a d’aussy mauvaises parties pour ung bon juge que conseiller ou président de séance car premièrement, comme nous disions, il ne scavoit guères, et n’a pas grande pratique, il est violent et tempestatif et qui pis est, il a une méchante âme, il n’a ny foy ny religion, il est à mon jugement ataiste ; il ne se soucie ni de messe ni de presche, de Huguenot ni de catholique ; il n’a que son ambition et avance en recommandation ; c’est une peste en la justice.
La Haye
O ! le méchant.
Pigeon
Il a toujours une infinité de procez ; les papiers des requestes et autres juridictions en sont plains, chose mal séante à un président.
Jacquelot
Il en a bien vrayment et scavez vous comme il importune et gourmande ses juges s’ils ne font et jugent à sa fantaisie et les veult manyer ; il roule des yeux et jure Dieu comme un saunier embourbé, aussi les gens de bien ne veulent rien voir en procez où il a interest mais il a à sa dévotion quelque numbre de conseillers de sa faction, signantement quelques jeunes Françays qu’il oblige dès la réception, ausquels il donne souvent à disner et sont bien aises de trouver la nappe mise parce que la pluspart n’ont que leurs estats pour vivre et s’entretenir et pour payer l’argent de l’intérest qu’ils ont emprunté pour achapter leurs estats.
Morin
Je scay bien qu’en la cour, il y a bien des Ligueurs mais ils ne sont pas si effrontez ; il n’a point de honte de les prier de juger pour luy à la pareille.
Pigeon
Il n’y a personne en cette compagnie qui connaisse mieulx le président Barrin que moy et ay remarqué ses actions et solicitations extraordinaires. J’en ay congneu beaucoup mais je ne congneu jamais un plus dangereulx ; car il ne s’enquiert ny ne se soucie du droit et quand il est prié par quelqu’un qu’il affecte effrontément, il ayme pour luy et n’a honte d’estre juge et solisteur.
La Haye
À ce propos, il me souvient qu’estant une fois chez Mr Bourdin101 derrière une tapisserie, il luy recommandoit un procez que je croy pour un conseiller présidial de Vannes. J’entendis qu’il respondit : « ne savez-vous pas bien que je ferois la fausse monnoye pour vous ? Baillez seulement par escript ce que vous voulez que je die et opine et ne vous soussiez mais mondieu Bourdin, mon amy, vous me ferez damner ».
Dodieu
Quels mots ! Quelle conscience de juge ! Il faut qu’il ne soussie ny de paradis ny d’enfer ; et croy sans mentir qu’il a la conscience bien cauterizée.
Pigeon
Il a encore un autre mal ; il ne veult jamais estre récusé et de tant plus on le récuse, plus il affecte de demeurer juge ; il ne confesse jamais récusations et si elles sont jugées pertinentes, il mayne beaucoup de bruit et va de chambre en chambre, les tourmentant comme un lutin et s’il est ordonné qu’il s’abstiendra, il ne veult jamais sortir ny permettre que la pauvre partie qui l’a récusé ait justice ou qu’à toute peine en grondant et jurant dieu, ainsi ses confrères disent bien tout hault que c’est un vray fol et m’étonne que monsieur le procureur général ne faict tenir des mercurialles plus souvent pour y donner ordre ou qu’il n’en advertit le roy.
La Haye
Il craint bien cela, aussi il vouloit faire avoir l’état à son gendre le président Fouquet102 et a esté tant marry que l’on avoit receu le procureur général de présent103, qu’il en a pensé devenir fol et a empesché sa réception tant qu’il a peu combien qu’il soit capable et docte et sy Barrin n’est bientôt destitué, il y a danger qu’il ne mette la cour au néant aussi bien et mieulx que l’appellation de feu monsieur du Hardaz104 et à la vérité tous les gens de bien désirent une bonne réformation.
Morin
Il ne faut point réformer Barrin, il le faudra refondre du tout, qui en voudra faire quelque chose de bon.
Pigeon
Je trouve encore une mauvaise partie en luy en ce qu’il est fisical et sanguinaire ; je l’ay veu beaucoup de fois se rire de la mort d’une infinité de pauvres prisonniers, signantement d’un gentilhomme et se glorifie quant il les a condamnez de mourir en grosses amandes.
La Haye
Il me souvient qu’il présidoit lorsqu’un gentilhomme pas loing de cette ville fut condamné en 4 ou 500 escus d’amande pour ses récusations et en s’en allant du pallais, il trouva Luxembourg105, qu’il appelle et luy dit que Monsieur de Montpensier106 et luy luy debvroient bien une bonne hacquenée parce qu’il venoit de luy adjuger 4 ou 500 livres d’amendes.
Pigeon
Il faisoit cependant son profit. N’a-t-il pas l’estat de receveur des amendes de la cour ? Juzault107 l’exersoit sous luy et mon nepveu Sanson Pigeon l’exerce aujourd’huy soubz Barrin et luy en tient compte tellement que pour son avance et pour gagner plus il condamne beaucoup en des amandes, qu’il ne feroit s’il n’étoit receveur.
Dodieu
Cet estat est incompatible avecq l’estat de président.
Jacquelot
Il faudrait qu’il obteroit et laisse l’un ou l’autre.
Pigeon
Je suis marry que mon nepveu a pris cette recepte soubz luy car je (me) crains qu’il ne le ruyne en la fin, aussi bien qu’il a fait les héritiers de Juzault mais il pourra luy faire quelque faveur en ma faveur.
Dodieu
Il me semble que pour toutes les faveurs qu’il a faites et pour l’estat et grade qu’il a, il n’est guères respecté ny aymé.
Pigeon
Je croy qu’il est hay de Dieu et du monde et n’est pas bien aimé de ses domestiques.
Dodieu
Pourquoy cela ?
Pigeon
Il est homme de mauvaise grâce, comme vous le voyez, homme rude qui ne salue personne et s’il le fait est en merciers de Rennes qui ne lèvent qu’un bout de leurs chapeaulx. Au reste, il attaque et mécontente une infinité d’honnestes hommes signantement les gentilshommes qu’il chiquanne et veult ruiner et m’estonne que quelqu’un ne l’a fasché ou rompu la teste et à la vérité ses estats, honneurs et biens l’ont rendu si superbe qu’il ne connaît ni ne respecte personne ; il se décongnoist du tout et ne luy souvient plus quel il est ni d’où il est venu tant l’ambition et l’avarice l’ont aveuglé.
Dodieu
Est-il si riche comme l’on dit ?
Morin
Oui, il est devenu merveilleusement riche depuis peu de temps.
Dodieu
Comment cela ? Car j’ay entendu qu’il n’eut jamais un solt de partage ny de succession de père ny de mère.
Morin
Monsieur Pigeon et moy vous dirons ce que nous en savons demain car je voy qu’il s’en va tard et ce discours sera long, nous sommes ennuyez.
Jacquelot
Vous avez raison ; aussi bien voilà un soldat qui nous vient quérir pour soupper.

Troisieme entretien

  • 108 Jacques Barrin épousa en premières noces N… de Cherberis, dont la sœur épousa un premier président (...)
  • 109 Florimond Le Charron, sieur de La Pabotière, trésorier et receveur général pour le roi depuis 1540, (...)
  • 110 Cette façon de présenter les choses, sans être fausse, constitue pourtant un raccourci très rapide. (...)
  • 111 Lire Villemandy. Joseph de Villemandy, sieur de La Rivière. Il était d’une famille originaire d’Ang (...)
  • 112 On ne voit pas bien par quelle addition Dodieu parvient à ce total. Toutes les valeurs indiquées so (...)
  • 113 Les revenus de la baronnie de Châteaubriant étaient en effet mis en recette. Il n’y avait pas de fe (...)
  • 114 Il s’agissait sans doute de Louis Dugué, qui était depuis 1580 châtelain d’Oudon et de Champtoceaux (...)
  • 115 André Ruiz était venu à Nantes dès 1537 au moins pour s’initier au négoce ; il se maria avant 1540 (...)
  • 116 André Ruiz décéda le 14 juillet 1580, ibid., p. 85.
  • 117 Il s’agit probablement de Julien Rocaz, fils d’Yvon, maire de Nantes de 1566 à 1568 et associé d’An (...)
  • 118 La fortune de André Ruiz était évaluée à 200 000 l. en 1577, Id., ibid. p. 51.
  • 119 La maison et métairie de La Haye, au sud-est du bourg de Derval, fut achetée par acte du 21 juillet (...)
  • 120 On remarque que le texte ne suggère en ce passage que des arrondissements du domaine de La Haye, et (...)
  • 121 Cette pratique était en effet courante. Ainsi, dans les années 1570, la maison de Villaucher (nunc (...)
  • 122 Cette estimation ne peut être vérifiée, mais elle est invraisemblable. Ce serait autant que ce qu’é (...)
  • 123 La seigneurie d’Anguignac, en Conquereuil, avait été acquise par le connétable de Montmorency (avan (...)
  • 124 Michel Peyrat, ou Perret, sieur de La Motte. Il fut comptable des revenus de la baronnie au début d (...)
  • 125 En 1586, maître Jean Barbier était châtelain et fermier de Derval, pour 3 775 l. par an, et non pas (...)
  • 126 La seigneurie de La Cour-de-Soudan, qui couvrait pratiquement toute la paroisse de ce nom, aux port (...)
  • 127 Lire : Callac. En 1570, les terres et seigneuries de Callac, Plusquellec et Plougonver avaient été (...)
  • 128 Jacques Barrin acquit le 15 janvier 1582 la seigneurie du Boisgeffroy, en Saint-Médard-sur-Ille, d’ (...)
  • 129 Cet homme n’a pu être identifié. Aucun nom de lieu en Ille-et-Vilaine, ne ressemble à celui-là.
  • 130 Noble homme Nicolas Blanchart, sieur du Plessis, avocat en la cour, épousa à Toussaints de Rennes, (...)
  • 131 Maître Pierre Gouault, sieur de Sévegrand (en La Chapelle-des-Fougeretz), procureur au Parlement, f (...)
  • 132 René du Pé, seigneur d’Orvault, et du Plessis-de-Joué, puis, comme époux de Nicole Rouxel, seigneur (...)
  • 133 Tout ceci n’a pas pu être vérifié. La Briandaye est un nom inconnu en Saint-Jean-de-Béré. La terre (...)
  • 134 Le fermier de Teillay défaillant ne pouvait être que maître Jean Chappel, d’une famille notable de (...)
  • 135 Maître Jean de Coussy, sieur de La Mathaudais (en Rougé). Il était l’époux de Julienne Gérard, deme (...)
  • 136 Il s’agit de la seigneurie de Fontenay, en Chartres-de-Bretagne, seigneurie fort ancienne, qui donn (...)
  • 137 La maison de La Haye fut pillée en mars 1589 par une troupe ligueuse que commandait le capitaine Pé (...)
  • 138 Ce fait n’a pas pu être éclairci. On croit comprendre ici que Barrin, les troubles menaçant, aurait (...)
  • 139 Lire Guinret. Gilles Bahelot, sieur de Guinret, était un petit gentilhomme de la paroisse de Derval (...)
  • 140 Cette remarque nous indique que Barrin avait bien acquis des métairies ou constitué en métairies ce (...)
  • 141 L’aveu de la baronnie de Derval en 1560 signalait Jehan Fresche et Tiphaine Branlart sa femme, ADLA (...)
  • 142 Le récit de l’opération, tel que le fait Le Pigeon ne peut être contrôlé, non plus que la part qu’y (...)
  • 143 El senor de La Casa, en espagnol « le seigneur de la maison ».
  • 144 Soit 500 à 600 hectares. Même en ces quartiers de bois et de landes très étendus qui avoisinaient l (...)
  • 145 La saisie de l’héritage de Georges Berthelot, tenu pour une déshérence, par les officiers du seigne (...)
  • 146 Dans L’information contre les Ligueur de juin-juillet 1589, le témoin n° 88 — Mathurin Le Breton, s (...)
  • 147 Jacques de Launay, sieur de Saint-Germain, était un Parisien, conseiller non-originaire au Parlemen (...)
  • 148 Je croy qu’il faut : de son.
  • 149 Ces vers, qui sont inversés par rapport au texte original, sont extraits de L’Epître au roi pour av (...)
  • 150 René Gentil, président aux enquêtes au Parlement de Paris : membre à partir de 1527 de la commissio (...)
  • 151 Jacques de Beaune dit Semblançay (né vers 1455-1458, mort le 12 août 1527), général des finances de (...)

Dodieu
Monsieur Morin, vous nous aviez hier promis de nous dire comme et depuis quel temps le président Barin est devenu si riche.
Morin
Il me souvient qu’il a esté dit cy devant comme Barrin s’en retourna en Bretagne pourveu d’un estat de conseiller et d’une femme qu’il amena du pays d’Auvergne108 ; mais il se tenut au chasteau de Chasteaubriant longtemps après qu’il fut reçu conseiller et le trésorier Charron109 mort, il gouverna absolument, obtint procure de Madame la connestable telle qu’il voulut, en vertu desquelles il pilla si bien qu’il s’empluma peu à peu et estant veuf de cette femme, de laquelle il avoit une seule fille, il vendit son estat de conseiller et achepta un estat de président aux comptes110, comme homme remuant et qui vouloit mettre le nez partout, et ayant eu cet estat, il espousa une fille d’André Ruys, qu’il a encores, qui luy bailla, comme j’ay ouy dire, 60 000 l. qui l’enflèrent bien.
Dodieu
Vous dites vray ; cela luy fit bon vantre.
Morin
En ce déport de temps, il se fit bailler une commission pour faire une grande taxe sur les biens de Bretagne et pour vendre et engaiger le domaine du Roy et en fit receveur son beau-père André Ruys où ils eurent et desrobèrent beaucoup et print ledit Barrin une infinité de présens et commissions pour exempter et rayer de son rolle beaucoup de riches gens plus riches que ceux qui y demeurèrent et dit l’on qu’il print et desroba en ceste occasion plus de 15 000 escus.
Jacquelot
O ! le larron ! c’estoit bien de l’argent.
Pigeon
Je veux soullager Monsieur Morin, et vous dirai partie des volleries et concussions qu’a faites Barrin à Chasteaubriant et autres terres en déppendant. Il estoit comme a esté dit gouverneur et superintendant de tout ce qu’avoit en ce pays feue Madame la Connestable et ses enfans ; le revenu est de 45 000 l. de rente, et y a environ de officiers, notaires, sergens qu’officiers de forestz. Il a disposé de tout comme le seigneur eust fait puis les vingt ans derniers ; il a désuny les juridictions et chatelainies et a pourveu aux estats et offices d’où il a tiré de grans deniers. Il n’y a si petit estat de notaire, sergent ou geollier qu’il n’ait vendu et ceulx que monsieur le Connestable avoit instituez, il leur a fait renouveller leurs mandemens et en a tiré de grans deniers ; car il n’a rien fait gratis qu’à ses valets et leurs alliez, encores je ne scay s’il l’a fait et à grant peine se trouvera aujourd’huy officiers en toutes les terres de Chasteaubriant qui ayent mandement que de Barrin et de Villeraudy, son vallet, et Esturgeon111 tellement que l’on fait compte qu’il a tiré de cela seulement plus de 10 000 escus.
Dodieu
C’est beaucoup mais il en a fait part à Madame la Connestable et à Messieurs ses enfans.
Pigeon
Je n’en scay rien mais ce n’est que le moings. Il a composé des ventes et rachaptz qui sont en grand nombre puis vingt ans, desquels il a touché de grands deniers et eu de grandes commissions et présents et ne scay quel compte il en a tenu.
Dodieu
Et bien est-ce tout ?
Pigeon
Ce n’est encore à mon advis que moings car il n’est content du casuel. Il a oultre tiré par chacun an de revenu certain 2 000 escus pour le moings.
Dodieu
Voilà déjà plus de 50 000 escuz112.
Pigeon
Pour mieux couvrir son jeu, il y a plus de douze ans que la terre de Chasteaubriant et ce qui en despend n’a été en ferme113 ; il les a mises à recepte, et y en a la plupart mis ses serviteurs et factionnaires qui n’en portent que le nom, car Barrin jouit de tout soubz leur nom et ne font ny ne disent que ce qu’il commande et empesche que tout le grand des terres n’eussent esté baillées à ferme à de riches marchands d’Oudon et Chantoceaux114 à 13 000 escus par an et toutesfois j’ay entendu qu’il n’en tint compte de 10 000 escuz, tellement qu’à ce compte Barrin tireroit plus de 3 000 escus par an qui sont pour les douze années 36 000 escus qu’il volle et desrobe (je ne saurois parler plus honnestement) à monseigneur de Montmorency.
Dodieu
Voilà de grans deniers ; je ne m’étonne plus s’il a de l’argent.
Pigeon
Je vous diray d’autres choses. Le bonhomme André Ruys est mort et sa femme115 ; Monsieur Morin vous dira mieulx que moy ce qui s’est passé à Nantes.
Morin
Le bonhomme Ruys mourut le premier116 estimé l’un des fidelles et riches marchands de Bretagne, homme de bien et d’honneur, qui estoit connu par toute l’Europe et signantement car il trafiquoit. Il luy estoit beaucoup deu, ainsy ne pouvoit-il qu’il ne deust aux marchands et banquiers forains, principallement pour n’avoir pas la commodité de compter ensemble ny faire tenir les deniers et l’on scait que le crédit du bonhomme Ruys valloit mieux et beaucoup que tout son bien mais voicy une grande méchanceté de quoy sedussent les deux gendres du bonhomme Ruys, Barrin et le président Morin contre la volonté de la veuve et du fils pour ce que à la vérité tournoit à déshonneur du deffunt.
Dodieu
Dites-nous je vous prie ce que c’est.
Morin
Ils s’advisèrent de se porter les héritiers du bonhomme sous bénéfice d’inventaire affin d’estonner les pauvres créditeurs estrangers, lesquels ayant écrit et partie envoyé leurs facteurs à Nantes recueillir ce qui leur estoit justement deub, ils sont estonnez que l’on leur dist que André Ruys devoit autant qu’il avoit, tellement que les pauvres marchants et facteurs se désespéroient et cependant Barrin et ses compagnons interposoient des personnes par soubz main pour les conseiller d’accorder et d’en prendre ce qu’ils pouroient et en la fin l’on leur bailloit environ la moitié de ce qui leur estoit deub et bailloient quittance du tout.
Dodieu
Ha Malheureux. Si le bonhomme Ruys pouvoit retourner, il leur crieroit tant de pouilles et les déshériteroit.
Morin
Ayant ainsi composé avec tous les marchands et banquiers, ils se départirent de ce bénéfice d’inventaire, se font payer tout à la rigueur de ceulx qui estoient demeurez relicateurs au bonhomme Ruys et en a depuis mis beaucoup en procez et les a fait payer deux fois, thesmoings Rocaz117 et une honorable femme de delà Nantes de laquelle j’oublie le nom et beaucoup d’autres.
Dodieu
Je ne scaurois croire cela.
Morin
Il est vray et si depuis eux la veuve et fils de Ruys, Barrin et Morin continuèrent le trafic de marchandise, et départirent le profit et jusqu’à la mort de la veuve qu’elle laissa tout et dit l’on qu’ils eurent à chacun 20 000 escus, entre les actions qu’ils départirent118.
Jacquelot
Voilà de grans moyens de s’estre fait riche, mais dites-moi quels beaux acquests a fait Barrin.
Pigeon
Il n’y a qu’environ quinze ans qu’il a commencé à acquérir son premier acquest et fut La Haye près Derval.
Jacquelot
Est-elle de grande valeur ?
Pigeon
Elle valloit au plus 200 livres de rente119.
Dodieu
Que cela !
Pigeon
Non. Mais il l’a bien augmentée et bastie120.
Jacquelot
En est-il bien approprié ?
Pigeon
Je ne scay. Car il l’a acquise de feue madame la Connestable sa maistresse. Je ne scay si elle la pouvoit vendre ; je croy qu’il n’en paya guères ; elle n’en faisoit pas grand estat. Cela se souloit donner à viage à quelques serviteurs ou officiers qui se prenoit garde121 et advertissoit le seigneur son maistre de ce que il voyait importer pour son service.
Dodieu
Y-a-t-il fait de grans bastimens ?
Pigeon
Oui et superbes pour y despendre 10 000 escuz de rente.
Jacquelot
C’est une grande folie, veu que la terre est de si peu de valeur.
Pigeon
Il luy a fort peu cousté parce qu’il a prins le bois aux forestz de la seigneurie et la pierre de taille en la mesme terre, a contraint les subgets à faire tous les charrois à leurs despens et en a usé comme s’il eust été seigneur de Chasteaubriant.
Dodieu
Les pauvres subjets ont été par ce moyen bien vexez.
Jacquelot
Le revenu de cette terre, de combien est-il à présent ? Que y-a-t-il acquis ?
Pigeon
Je pense que la terre vaut aujourd’huy de 1 000 à 2 000 l. de rente122 et si le pays n’est gueres bon, chacun scait que c’est pays de landes et de forêts.
Dodieu
Mais dites-nous donc en quoy ny comment il l’a peu rendre de cette valleur.
Pigeon
Il faudrait avoir le sénéchal de Derval pour bien le dire mais je vous en diray ce que j’en ay appris. Il a enclos prez allentour de la maison de La Haye grand nombre de communs et de belles nouës pour y faire des prez. Il a contraint plusieurs personnes de luy bailler leurs terres. S’il y a quelques bonnes gens qui acquièrent pour s’accommoder, il a le procureur fiscal en manche qui demande le retraict féodal. Il s’est emparé d’un estang appellé l’estang de Mésangé duquel les chastellains de Derval jouissent de tout temps. Il est à présent appellé l’estang de Monsieur le président. Il a ainsy annexé de la seigneurie en la paroisse de Lusangé, la prée de Monsieur et pour collorer et déguiser mieux son affaire, il a acquis certains petits prez qu’il a fait explaner et abbatre les fossez d’entr’eulx et a enclos certains communs au joignant, tellement qu’il a fait une belle prée et grande qu’ils appellent la prée de Monsieur le Président. Il a annexé la cure de Derval, de laquelle il jouit soubz un confidentiaire. Il a annexé une chapelainie dépendante de la terre d’Anguignac123 dépendante dudit Derval, en laquelle a ung beau buisson appellé le bois au prestre duquel il a fait coupper une belle rabine et veut enclorre ledit bois et bien 1 000 à 1 200 journaux de terre, tant landes que terres vagues non fermées dont la pluspart appartiennent ausdits subjets de ladite baronnie qui en sont fort interessez.
Dodieu
Vous me contez merveilles.
Pigeon
Je vous veux encore dire une chose. Il a esté dit si oultrecuidé qu’il a fait en l’église de Derval démolir une ancienne chapelle de la seigneurie et en fait bastir de nouveau une au costé du chasteau plus hault que le grand autel où il y a employé la taille où estoit une belle et grande vitre antique armoyée des armoiries et alliances des feus seigneurs de Derval qu’il a fait rompre et seullement mys du voyre blanc, attendant choisir de belles armoiries (ils ont choisi trois papillons) qu’il pourra bien faire car il n’y en a point de plus belles que d’un villain car ils sont à plaisir. Il la fait appeler la chapelle de Monsieur le Président.
Dodieu
Mais que disent les chastelains, receveurs et procureur fiscal ?
Pigeon
Il a esté dit cy devant que pour mieux jouer son rolle, il avoit mis la terre à recepte et baillé à La Motte son neveu124 et à Jean Barbier un serviteur125 ; le procureur fiscal et tous les autres officiers ont esté instituez de luy tellement qu’ils n’oseroient dire mot.
Dodieu
L’on ne les laissera pas de les en rechercher quelque jour et Barrin estant superintendant de toutes les affaires du seigneur ne peult se garantir ny excuser.
Pigeon
Il est pourtant bien fin, meschant et subtil. Il y a environ de vingt ans qu’il a fait recevoir les rentes à ses valletz sur paperaces et rolles non réformez, tellement que tout ce qu’il devoit de rentes de ses terres dérobées, acquises et annexées à celles de La Motte, ses alliez et officiers de Derval ne paient plus rien ou peu et en sera la mémoire perdue et mesmes des rentes qu’ils doivent.
Jacquelot
Voilà de grandes meschancetez mais il se trouvera des aveux, lettres, tiltres et enseignemens en la chartre et trésor de Chasteaubriant et ailleurs.
Pigeon
À grant peine car il a celé et dérobé toutes les lettres du Trésor de Chasteaubriant qui portoient desdites rentes et autres choses que ses serviteurs et domestiques ont dérobé et usurpé sur ladite seigneurie et toutes celles qui portoient de la Galissonnière, la cour de Soudan où il vouloit marier sa défunte fille126, et toutes les lettres qui faisoient mention du droit de patronage des bénéfices des chapelainies dépendantes desdites seigneuries.
Dodieu
Vous me parlez du plus trahistre et desloyal à son maistre qu’oncques j’ouy parler ayant esté advancé et basti toute sa fortune en ceste maison de Montmorency et s’estant les seigneur et dame fiez en luy de toute la négoce et superintendance de toutes leurs terres et affaires en Bretagne et croy que le seigneur mareschal de Montmorency s’en fera ung jour rendre un bon compte et en demandera justice.
Pigeon
Ce n’est pas tout car il persuada à feu Madame la connestable d’alliéner la terre du Fellac127 à Monsieur le Mareschal de Raiz, obtenut de madite Dame procures telle qu’il voulut pour cest effect et au lieu que ladite terre valloit et devoit estre récompensée de 2 000 l. de rente et de 20 000 écus, il la bailla pour 20 000 livres seulement parce qu’en ceste faveur Monsieur le Mareschal de Raiz vendit (mais je croy qu’il donna) audit Barrin la terre de Boisgeffray pour peu de chose encore que ce soit une belle et ancienne maison de valleur de 3 000 l. de rente128.
Jacquelot
Ce n’est pas estre larron pour un petit. Il est pendable par toute terre.
Dodieu
Est-il en possession de ceste terre ?
Pigeon
Ouy. Il s’est fait atourner les hommes, réformé les juridictions et rolles, banni et approprié, basti aux despens des vassaux et subjets et voisins qu’il a contraints par force à faire les charrois et faire bailler ce que luy servoit, il les a tous tourmentez et en procès et par tous moyens, thesmoing le sieur de la Genolière129 et autres que je ne nomme point.
La Haye
Je fus à ses hommages. Il avoit une grande robe de velours, l’advocat Blanchart130 une robbe de damas que luy avoit presté maistre Pierre Gouault131 son procureur fiscal. C’estoit une manificence que de voir cela, il tenoit une gravité, ne regardoit personne que de travers ; c’estoit comme un grand raabi venu d’Egypte ou d’Arabie ; il estoit si enflé et si superbe qu’il ne pensoit point que la terre fust digne de le porter ; aussy l’on dit communément qu’il n’y a rien plus glorieux qu’un villain enrichi ; il n’avoit jamais eu homme ni subjet que depuis six ou sept ans.
Dodieu
C’est honneur et louange à un homme de s’accroistre et enrichir.
La Haye
Ouy Monsieur pourveu que ce soit par bons moyens et sans se déconnoistre.
Jacquelot
Mais à ce que je voy, en tous ces bastimens et acquests, il n’a pas beaucoup despendu de son argent ; il a fait tout aux despens et préjudice de son maistre, de ses subjets et du public. N’a-t-il pas acquis autre chose ?
Pigeon
Il a aussi acquis la Galissonnière sur un mineur seigneur de la Galmelière, à la moitié moins qu’elle ne vault.
Jacquelot
Comment cela ? Le mineur pourra donc estre receu à rembourser.
Pigeon
Je ne scay car Barrin pratique le sieur d’Orvault132, tuteur de ce mineur, afin de faire mettre ceste terre en vente, le fit consentir aux parens et decretter en instance mais je ne scay si toutes les solennitez ont esté gardées ; je scay qu’il n’y a qu’un bout fait par Villeraudi lors greffier de Chasteaubriant et serviteur de Barrin et fust ceste terre adjugée à Villeraudi à sa première offre et n’y eut jamais personne qui osast mettre un escu d’enchère, voyant ce président qui avoit deffendu et fait prier tous ceux qui avoient volonté de l’acquérir, de ne l’enchérir, encores qu’il y en avoit qui en avoient bien envie et promit aux parens des mineurs le faire valloir deux mille escus davantage, aultrement elle n’eust esté mise en vente la chandelle esteinte. Villeraudi fit incontinent déclaration que l’acquest qu’il avoit fait estoit pour son maistre le président Barrin, aussy il n’avoit point de moyen de payer.
Jacquelot
Que valloit bien cette terre ?
Pigeon
Elle vault environ 600 l. de rente mais il y a annexé la cure de Béré, Saint-André, les mestairies de la Mercerie et de la Briandaye133 qu’il a eues par faulte de paiement de la ferme de Teillay134 appartenant au seigneur de Montmorency, de rentes et dismes et a tout affermé à Mataudaye de Chasteaubriant135.
Jacquelot
Mais il ne luy en paye rien à ceste heure ; il est ligué.
La Haye
Il n’y perd pas un liard ni au Boisgeffray ni à La Haye ni en tout son revenu ; il est bien d’accord avec les Liguez et oultre tire de bonnes pensions du Roy d’Espaigne et du duc de Mercœur et fust encore si effronté de demander au Roy estant à Laval rescompense de 23 000 escus qu’il disoit faussement avoir perdu à La Haye, encores que l’on sache assez qu’il n’a jamais perdu vaillant 200 escus au plus, tellement que l’on dist qu’il a déjà touché plus de 10 000 escus outre la jouissance de Fontenay136, de quoy il jouit à la valleur de 4 000 l. de rente sans le bois qu’il a fait abattre, de quoy il se chauffe tous les jours.
Dodieu
Voilà un meschant homme. Il pourra un jour regorger tout et peut-être luy fera-t-on son procez.
La Haye
Oultre tout cela et néantmoins avoir obtenu du roy de grandes récompenses, il a encores un arrest contre les sieurs d’Orvault et La Porte de la perte de ladite somme de 23 000 escus137 qu’il veut exécuter contr’eulx et a trouvé je ne scay quels faux thesmoings, qu’il avoit fait venir des soldats de La Haye qui avoient transporté la valleur de ladite somme de 23 000 escus, tellement que le pauvre La Porte qui auroit volonté de faire service au roy a esté contraint de prendre le party de la Ligue pour se servir des gages de ce tirant.
Morin
Vous vous mocquez ; il n’y a point d’apparence ; il gagneroit et prendroit de tous costez et par falsitez s’enrichiroit de la misère du peuple. Cela ne demeurera pas impuni.
La Haye
Il n’a point d’âme. Il ne se soucie pas d’où il vienne pourveu qu’il en ait. Il prendroit, comme l’on dit sur le baril d’un ladre. N’a-t-il pas obtenu commission pour Pierre son vallet138 affin d’avoir compaignie et de se mettre au chasteau de Derval, luy a fait bailler assignation sur des paroisses à la charge que son vallet luy bailleroit la moitié de ce qu’il voleroit et prendroit tant sur les pauvres gens qu’autres tellement qu’il en a eu de bon argent, oultre le grand nombre de beufs et vaches que l’on a veu mener au Boisgeffray et depuis que le capitaine Pierre est hors de Derval, je luy ay ouy dire qu’il estoit bien aise d’en estre dehors et que que le président en emportoit tout le profit.
Morin
Il est donc raisonnable qu’il soit pendu pour son vallet.
La Haye
Monsieur le président faisoit bonne mine de n’estre fasché que le sieur de Guevret avoit entré au chasteau de Derval139 mais la présidente ne povoit se garder de plorer140, aussi a-t-elle perdu le meilleur de ses métairies.
Morin
Le seigneur de Chasteaubriant a fait des fortiffications car la capitaine Pierre a fait abattre pour plus de 1 000 escus de bois de haute fustaye, de quoy il a été fait procès-verbal et les pauvres subjects et gens de bien sont bien aisés que ce capitaine volleur est hors du chasteau, car il ne faisoit la guerre qu’aux marchans et pauvres laboureurs qui ne portoient les armes.
Dodieu
Il ne fault que cela pour le faire pendre luy et son maistre. Le duc de Mercœur, chef des rebelles, le déffend.
Morin
Je trouve encore une indigne meschanceté préjudiciable au seigneur de Derval et à ses subjets du mariage qu’il fit de La Motte, son valet, avec la veufve feu Jean Fresche141 et pour y parvenir il advoua ce La Motte pour son neveu car auparavant, il ne l’avoit point fait, il ne luy servoit que de clerc et pour faire consentir à ce mariage, les frères, oncles et parens de cette veuve, il leur fit belle promesse et donna à l’un la sénéchaussée de Nozay et l’allouisse de Derval, à un autre l’estat d’alloué de Nozay et à un oncle de ceste veuve permission de faire un moulin entre ceulx de la seigneurie, promet faire avoir à ce jeune marié la chapelenie de Derval, ce qu’il fit, mais il tira une contrelettre par laquelle néantmoins Barrin jouiroit ; il fit outre accroire que son neveu adoptif avoit 4 ou 5 000 escus pour mettre en un acquest et dès lors projettèrent de luy faire avoir la maison du Foy des Bois assez près de Derval142.
Jacquelot
Comment y peurent-ils parvenir ? Car celuy qui l’avoit n’avoit que faire de vendre.
Pigeon
Je vous diray. Ils tourmentèrent tant le seigneur de la Cassa143 ; ils lui demandèrent qu’il respondit des deniers des rolles ; ils l’appellèrent pour lui bailler leur adveu ; après ils lui deffendoient de faire les barrières en sa maison ; touttefois luy voulloient faire abbattre ses garannes, déffendoient de faire des fossez, après le menaçoient d’abattre ce qu’il en avoit de faits ; tantost ils disoient qu’il enjamboit sur les communs du seigneur ; bref ils l’importunèrent tant qu’il résolut de s’abituer ailleurs et de leur vendre sa maison que Barrin achapta à grand marché soubz le nom de son neveu adoptif car l’on scait que les deniers procédoient de sa bourse et la Motte n’avoit aucun moyen de payer.
Dodieu
O ! quelles ruses ! mais le seigneur de Chasteaubriant n’a pas grand interest à cela.
Pigeon
Si a bien, car il estoit à la seigneurie de Derval de rentes et redevances qui sont ou seront perdues o le temps ou en auront rejetté partie sur les pauvres voisins ou consorts et les ventes et lots ne sont payés comme de tous les autres achaptz si autres les eussent acquises et s’est advansé ledit de La Motte d’accroistre ceste maison du Fouay sur la seigneurie et enclore 1 000 à 1 200 journaux de terre144, partie de pauvres gens et subjets qui n’en oseroient dire mot.
Morin
J’ay entendu que s’il y a quelqu’un qui veille ou se puisse accommoder de quelque chose, que Barrin, La Motte, ses alliez et officiers ayent envie, incontinent ils font s’opposer le procureur qui demande la terre par puissance de fief, occasion qu’il ne se fait plus contrats que d’échange ; les ventes par conséquence se perdent et s’il y a déshérence ou réversion de fief, il, son neveu, ses alliez ou officiers l’emportent comme ils ont fait naguères la succession de Georges Berthelot145 qu’ils firent saisir par désérance ou un des parens s’oppose, informe, produit par devers l’alloué qui luy fait main levée ; le procureur fiscal appelle, relève et inthime, finablement par l’auctorité et crainte du présidant, il est contraint de vendre et porter à la Motte chastelain pour peu d’argent où Barrin est incontinent subrogé, cela fait le procureur ne dit plus mot et se dépport de son appel.
Dodieu
Les héritiers en l’estoc paternel eussent bien informé mais voicy une vollerie de quoy ils s’advisent par le conseil de Barrin. La Motte faisant l’inventaire se saisit de toutes les terres où estoient les quitances de la ferme qu’il avoit eue de la maison d’Anguignan, et les ayant fait tout saisir faulte de payement de la ferme ; ce que voyant les pauvres gens quittèrent tout et Barrin s’en est accommodé soubz le nom de son clerc et neveu adoptif.
Jacquelot
O ! grandes méchancetez. En tout événement, cela servit au seigneur de Derval ; l’on trouvera les saisies et contrats.
Pigeon
Il ne sera pas possible, car ils ont tout retiré et ne se fait contrats entr’eulx que Villeraudi ou Barbier, serviteurs, n’ayent signé qui ne les apparoistroient du vivant de Barrin.
Morin
Il ne vivra plus guerres après avoir vu ce dialogue et s’il est homme de cœur, il se pendra.
Dodieu
Non fera pas ; plus tost ce sera peut estre cause qu’il y pensera, se recongnoistra et fera raison à un chascun.
Jacquelot
Dieu luy en face la grace ; mais je ne m’y attens pas ; je pense que ce n’est pas faute. Il se reconnoistra ; il ne pourra pas avoir fait tant de meschancetez.
Dodieu
Barrin n’a-t-il pas acquis autre chose ?
Pigeon
Non pas que je sache.
Morin
Je croy qu’il fut subrogé par ses beaux-frères en certains restats qu’un appellé Vivian Briardaye, receveur des décimes de Vennes146, debvoit au bonhomme Ruys.
Pigeon
Vous dites vray ; il ne m’en souvenoit pas. Ce Vivian est aussy un grand larron. Le clergé de Vennes estoit prest de le faire pendre et, ne sachant où aller, il s’adressa à Barrin qui luy promist sauver la vye et fit tant par le moyen de Launay Saint-Germain147 (qui ne vaut rien non plus) qu’il l’a conservé jusqu’icy parce qu’il luy bailla la maison du clergé en la paroisse de Six près Vannes qui est belle et ancienne et de bon revenu, luy quicta oultre son estat de receveur des décimes de l’évesché de Vennes qui est beau et quelques bénéfices et croy que Barrin jouist encore de la cure de Plescop.
Jacquelot
Qu’a-t-il fait de cet estat ?
Pigeon
Il en a toujours jouy sous le nom de Bordier son serviteur, fils d’un cordonnier de Chasteaubriant qui a bien appris à148 son maistre à piller et desrober.
Morin
Et bien a-t-il plus rien vollé ?
Pigeon
Je croy qu’il a fait encore une bonne volerie de quoy il n’est nouvelle.
Dodieu
Je vous prie dittes tout puisque nous y sommes.
Pigeon
Vous pouvez scavoir qu’il y eut une fille de sa première femme qui mourut il y a trois ou quatre ans. Après le decez de ceste femme, il ne fit point d’inventaire, tellement que la communité a duré jusqu’au decez de sa fille. Ses héritiers étoient donc fondez à répéter les deniers dotaux et à recueillir leur part de tous lesdits acquets cy devant et touttefois n’en a payé que bien peu et contenta à peu de chose un jeune homme d’Angoumois qui vint en cette ville par deux fois pour recueillir ladite succession.
Dodieu
Je croy qu’il a l’âme si bonne qu’il luy fist sa part bien petite.
Jacquelot
Je croy que Barrin doit avoir de grans deniers en bourse.
Morin
Je pense qu’il peut avoir 50 000 escus pour le moins.
Pigeon
Il peut bien ; car il y a longtemps qu’il commence à amasser et ne donne rien, au reste il est grand usurier et fait merveilleusement profiter son argent jusques à achapter du vin pour le revendre ; Sanson Pigeon, mon neveu, en sait bien une partie ; il luy a vendu beaucoup en ceste ville, il estoit clairet.
Jacquelot
Le diable le feroit bien pauvre ; il prend par tout à ce que je voy.
La Haye
Ce seroit donc de luy que le Roy et Monsieur Le Prince debvroient prendre de l’argent et d’autres usuriers et gens qui cachent leur argent et qui ne donneroient point à disner à un homme d’honneur une fois en dix ans et vous les voiez crier et murmurer les premiers s’il leur faut bailler un escu et si on leur retient leurs gaiges. S’ils estoient gens de bien craignant Dieu, aimant et honorant leur Roy et leur pais, ils debvroient volontairement offrir partie de leurs moyens. Si j’estois roy, je leur en ferois bien bailler et soullagerois les pauvres qui travaillent à vivre et s’entretenir au service du Roy et qui n’ont rien touché depuis le commencement de ces guerres et ne jouissent de leurs revenuz et sont endoibtez de grandes sommes de deniers, de quoy ils payent interestz et une partie à Barrin.
Dodieu
Et bien Messieurs est-ce tout ?
Pigeon
Je croy qu’ouy. Pour le moins, il ne me souvient autre chose à présent.
Dodieu
Or sus Monsieur Jacquelot, un brief recueil et sommaire des noms et épithètes qu’avons donnez à Barrin.
Jacquelot
Barrin est un trahistre nommé, à Dieu premièrement, au roy à son maistre, monsieur le maréchal de Montmorency et à moi. Barrin est ligué, espion, pensionnaire du roy d’Espaigne et du duc de Mercœur, Barrin fils de prestre et d’une lingère du palais, débauché, clerc, solisteur, maquereau, Barrin est ignorant, indigne de son estat, une peste en justice, receveur des amendes de la cour, receveur des décimes de Vannes, recteur de Béré, de Derval et de Plescop, chapelain de Saint-André et tôt effronté, colère, violent, tempestatif, sans foy, sans loy, sans religion, athéiste qui ne se soucie ni de paradis ni d’enfer, ambitieux, avaritieux, usurier, grand chiquanneur, effronté juge et solisteur fiscal, sanguinaire, hay de Dieu et du monde, de mauvaise grace (il ne salue personne), superbe concussionnaire, tireur, voleur, marchand, tavernier, affronteur, jureur de Dieu, yvrogne, larron
au demeurant le meilleur fils du monde
sentant la hart de cent pas à la ronde
comme disoit Marot de son vallet149.
Dodieu
A la vérité si son procez luy estoit fait, il seroit en grand danger et n’auroit que tenir.
Jacquelot
Comment ! Je vous dy que le Président Gentil150, Saint Blansay151 ny ne montèrent ny ne firent jamais la dixième partie des meschancetez que cestuy fait et et touttes fois furent pendus.
Morin
Dieu luy fera la grace de se recongnoistre et fera pénitence et satisfaction.
La Haye
Satisfaction ! Il ne demeurera donc rien à ses héritiers.
Jacquelot
Mais que seront-ils ? s’il est fils de Prestre ?
Dodieu
Ne passons plus oultre, je vous prie, cela offenceroit des gens de bien.
Jacquelot
Je le veulx, laissons le reste et le jugement aux lecteurs mieux advisez. Allonsnous coucher, il est tard.
La Haye
Bonsoir Messieurs. Je vous laisseray reposer. Il me faut bientost aller faire une ronde et n’ay pas encore le mot du guet.
Dodieu, Morin, Pigeon
Adieu, Monsieur, ne nous éveillez pas tantost en passant à vostre ronde.
La Haye
Bon soir Messieurs.
(Pris sur un manuscrit du temps mesme)

Notes

1 Barthélémy Pocquet du Haut-Jussé fait mention d’un Ample discours de la surprise de la ville et forteresse de Concq, Paris, 1577, publié dans les Archives curieuses de l’Histoire de France, par Cimber et Danjou, 1836, t. IX, p. 165. Pour une liste, sans doute incomplète, de ces pamphlets, voir Pocquet, Barthélémy, Histoire de Bretagne. La Bretagne province, t. v, réimp., Mayenne, Éditions régionales de l’Ouest, 1985, p. 160-165.

2 Pour les officiers du Parlement, la principale source d’informations demeure l’ouvrage de Saulnier, Frédéric, Le Parlement de Bretagne, 1554-1790, Mayenne, Éditions régionales de l’Ouest, 1991, auquel nous renvoyons le lecteur, une fois pour toutes.

3 Celui-ci ne fut peut-être qu’un « homme de paille » de Georges Morin du moins si l’on en croit les propos de son compagnon d’office, Vital de Contour, qui l’accusa de gérer la recette pour un autre. C’est en tout cas son frère Pierre qui lui servit de commis.

4 Il avait épousé en premières noces Lucresse de Charnières, veuve du trésorier et receveur général de Bretagne Jacques Thévin, décédé en 1569. Il n’a pu récupérer son office qui est revenu à Vital de Contour qui dut profiter en la circonstance de l’appui du duc de Montpensier, nouveau gouverneur de la province.

5 De son mariage avec Nicole Goubin, il eut neuf enfants, dont six entre 1582 et 1597 (un en Cesson, et cinq en Saint-Germain de Rennes).

6 Jacques Le Pigeon, sieur des Grands Champs, qui fut greffier des requêtes en 1581, était l’époux de Marguerite Bouschet ou du Bouschet, dont il eut des enfants, en Saint-Germain lui aussi, en 1585-1586. Il était donc de la même génération que François, sieur de la Viollays, et, sûrement son frère (il prit le sieur de la Maisonneuve comme parrain de son premier enfant). Il fut inhumé en l’église de Toussaints le 7 janvier 1588.

7 Né vers 1550, il était l’époux d’Anne André. Il eut au moins trois enfants baptisés à Toussaints entre 1577 et 1584.

8 Il s’agit du témoin n°110. Sa femme déposa également (témoin n°122), Joüon des Longrais, Frédéric, « Information du sénéchal de Rennes contre les Ligueurs (1589) », Bulletin et mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, t. xli, 1re partie 1911 et xli, 2e partie, 1912.

9 Secrétaire du vicomte de Martigues, il aurait occupé la même fonction auprès de son gendre.

10 Ils étaient accompagnés par cinq députés de la ville et un du clergé.

11 Il se serait évadé ou aurait été échangé contre le président Faucon de Ris.

12 Morice, Hyacinthe, dom, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, (Preuves), Paris, 1746, t. iii, col. 1695-1758.

13 Pocquet, Barthélémy, op. cit., p. 100.

14 Drouot, Henri, Mayenne et la Bourgogne, 1587-1596, 2 vol., Paris, Picard, 1937.

15 À moins que des faits analogues aient eu lieu antérieurement sans que nous en ayons gardé la trace.

16 L’auteur du texte exprime le souhait que le duc vienne en personne en Bretagne ou y envoie un des ses représentants (Attendant vostre venue en ce duché ou aultres de votre part). L’espoir de la venue en Bretagne du duc de Montmorency s’exprimait fréquemment vers la fin de la Ligue mais bien peu auparavant. Les succès de Henri IV, la proximité où Montmorency était avec lui, tout cela encouragea ensuite bien des gens à vouloir faire leur cour au duc, à chercher à trouver en lui un protecteur efficace à l’avenir. Ce souhait accroît les doutes que l’on peut émettre sur la date d’élaboration du Dialogue mais le fait que Montmorency y soit appelé maréchal et non connétable amène toutefois à penser qu’il a été rédigé avant la fin de l’année 1593.

17 Le texte ici reproduit est donc une copie (la troisième), destinée au maréchal de Montmorency.

18 Il était issu d’une famille originaire de Guipry ou de Messac.

19 Il avait été tour à tour secrétaire du roi, contrôleur en la chancellerie de Bretagne, maître des requêtes en cour de Parlement. Il avait été également greffier de la communauté de ville (autour de 1574), procureur des bourgeois de Rennes aux états de Bretagne et à l’assemblée de la réformation de la coutume à Ploërmel en 1580. Il fit partie des députés envoyés en Cour en 1577, 1578, 1579, 1582, Courville, Loïc, de, « La chancellerie près le Parlement de Bretagne et ses officiers », Bulletin de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, 2e partie, 1998, p. 119 à 244. Il fut anobli par lettres le 20 mars 1599. Roch Lezot était le fils de damoiselle Jeanne de Bréhant, sa première femme.

20 Arch. musée Condé, série L, t. XXIV, f° 23, lettre au duc de Montmorency de François Rogier, sieur de Villeneuve, procureur général au Parlement.

21 Il a été pourvu à cette charge le 13 février 1573 suite au doublement du personnel de la Chambre. Il avait payé 10 000 l. pour des gages de 800 l. Il fut reçu le 2 mars 1573.

22 Par son mariage avec Anne Harrouys, il était devenu le beau-frère de François Trotereau, trésorier et receveur général puis maître des comptes, mort en 1588, qui avait été pendant de plus de dix ans l’un des fermiers de Châteaubriant et qui avait donc pu lui communiquer des informations précieuses.

23 Pacault, Antoine, La baronnie de Châteaubriant aux XVIe et XVIIe siècles. Étude d’une campagne traditionnelle et d’une grande terre de la noblesse de cour, thèse de doctorat, dactyl., université de Paris IV, 4 vol., 1 062 p.

24 Richet, Denis, De la Réforme à la Révolution. Études sur la France moderne, Paris, Aubier, 1991, p. 231.

25 Après avoir passé une nuit sous la garde des Ligueurs rennais.

26 Lapeyre, Henri, Une famille de marchands : les Ruiz, Paris, EHESS, 1955, p. 89.

27 Ibid., p. 94.

28 Son nom n’apparaît pas dans la correspondance entre les Ligueurs bretons et le roi d’Espagne, Carné, Gaston de, Correspondance du duc de Mercœur et des ligueurs bretons avec l’Espagne, 2 vol., Rennes, 1899.

29 S’il y a contribué, ce n’est pas pour l’argent puisque si l’on en croit le notaire Pichart, les prisonniers de la tour aux Foulons étaient sous la garde du capitaine Montbarrot.

30 L’historien Bertrand d’Argentré fut également contraint de quitter Rennes après avoir vu son hôtel dévasté et sa bibliothèque pillée. Il se réfugia chez des amis en la paroisse de Cesson où il mourut le 13 février 1590, Planiol, Marcel, Histoire des institutions de la Bretagne, 4 vol., Mayenne, Éditions régionales de l’Ouest, 1984, t. v, XVIe siècle, p. 38.

31 Selon Pichart qui l’admirait, il est vrai beaucoup, il aurait dit « à ceux de la garde qu’il sortoit, que l’on lui faisoit tort, et quant à lui qu’il estoit bon serviteur de Dieu et du Roi et l’avoit toujours esté et le seroit pendant sa vie, et n’avoit jamais donné occasion aux habitants de Rennes de se malcontenter de lui, ains leur avoit toujours fait plaisir », Morice, Hyacinthe, dom, op. cit., t. iii, col. 1695-1758.

32 Ce qui amène Pichart à conclure « quand l’on veut noier son chien, on lui fait accroire qu’il a mangé le lart ».

33 Lettre de Lezot au duc de Montmorency du 1er juillet 1597, Pacault, Antoine, « Grands seigneurs de cour et gentilshommes provinciaux entre 1550 et 1650 », dans Noblesses de Bretagne du Moyen Âge à nos jours, dir. Kerhervé, Jean, Rennes, PUR, 1999, p. 173. Le frère dont il est question est Jean Cornulier, grand maître des eaux et forêts et le beau-frère est Jacques de Launay, qui avait accepté de siéger au Parlement ligueur créé à Nantes par Mercœur.

34 Incarcéré au château de Nantes en avril 1589 sur ordre de Mercœur, il fut libéré contre rançon et se rendit aussitôt à Rennes pour faire service au roi. Il fut rétabli dans son office de trésorier de France le 5 mai 1590.

35 Morice, Hyacinthe, dom, op. cit., III, col. 1718.

36 En mai 1591, Miron libéré fit enregistrer à la Chambre des comptes de Nantes ses lettres de rétablissement dans la charge de trésorier de France qui lui avaient été délivrées par le conseil d’Etat, Arch. dép. Loire-Atlantique (désormais ADLA) B 602, f° 193. En 1594-1595, il assuma la charge d’intendant des finances auprès des troupes du maréchal d’Aumont.

37 Il put acquérir cet office vers 1557, quand ce type de charge fut introduit dans les présidiaux.

38 Biblio. nat. de France, ms. fr. 20 510, f° 16.

39 Il exerçait en même temps la charge de trésorier et receveur général de Bretagne, ce qui montre l’étroite connexion qui existait à cette période entre les degrés les plus élevés de l’administration financière royale et princière.

40 Il y avait de façon générale des liens très étroits entre les Grands et les magistrats des cours souveraines. Les premiers avaient besoin des seconds pour les conseiller devant les cours de justice, pour mener des transactions afin de terminer à l’amiable certains procès ou encore pour obtenir des prêts d’argent. Les grands officiers rendaient quant à eux la justice de façon à se ménager la faveur des puissants. Ces échanges de services, qui étaient vitaux pour les carrières des magistrats, ne faisaient pas pour autant d’eux des « créatures » des Grands comme cela semble avoir été le cas de Barrin à l’égard des Montmorency.

41 Davies, Joan : « Family service and family strategies : the household of Henri, duc de Montmorency, ca. 1590-1610 », Bulletin of the Society for the Renaissance Studies, III (1), 1985.

42 C’est le cas de Pierre Cornulier qui, après avoir servi les Laval puis les Penthièvre en tant que secrétaire, devint receveur du fouage puis maître à la Chambre des comptes avant de terminer sa carrière comme trésorier de France à Nantes.

43 Il s’agit de l’article 12 de l’ordonnance de Moulins et de l’article 104 de celle de Blois.

44 Elle était fixée à trois ans pour les juges présidiaux.

45 Bertrand d’Argentré datait cette coupure de la deuxième moitié du règne de François 1er. Il écrivait dans son Advis sur le partage des nobles (préface) : « Ceux des officiers, qui estoient nourris sous l’ancienne coustume… d’excellens entendemens, venus et elevez par degrez… tant qu’ils vesquirent, retenans quelques anciennes regles et traditions, les garderent bien… et comme ils estoient forts ne se laissoient pas aisément esbranler… Ils passerent peu à peu de ce siecle, tellement que depuis l’an 1539 jusques en l’an 1550, il en restoit fort peu. […] Les places se remplirent de jeunes, comme aux bastimens où l’on voit ces vieux piloris defaillir, on y met de neufs », cité par Planiol, Marcel, op. cit., note 43, p. 218.

46 La même expression était employée contre les présidents de Thou et Séguier en avril 1576, Richet, Denis, op. cit., p. 232.

47 En aucune autre période sous l’Ancien Régime, du fait de la crise religieuse et des développements de la vénalité, ne s’est peut-être posé avec autant d’acuité le problème de l’exercice du métier de magistrat, Kaiser, Colin, « Les cours souveraines au XVIe siècle : morale et Contre-Réforme », Annales Ésc, t. 37, 1982, p. 15-31 et Daubresse, Sylvie, Le Parlement de Paris ou la voix de la raison (1559-1589), Genève, Droz, 2005.

48 Les magistrats du Parlement de Paris se voyaient ainsi régulièrement reprocher leur avarice ou… leur goût pour le faste, Barnavi, Élie, Descimon, Robert, La sainte Ligue, le Juge et la potence, Paris, Hachette, 1985, p. 128-177.

49 Il faut noter que les magistrats visés sont les français, c’est-à-dire les non-originaires de la province : ils faisaient l’objet d’attaques régulières, notamment pour leur mauvaise connaissance de la Coutume de Bretagne.

50 Son fils André est bien signalé comme receveur des décimes dans l’évêché de Vannes de 1592 à 1598, Jarnoux, Philippe, Famille et mobilité sociale dans les élites citadines en Bretagne (1550-1720), Mémoire HDR, dactyl., t. 2, p. 299.

51 Morin a été lui-même l’objet de poursuites pour avoir commis des malversations quand il était trésorier et receveur général de Bretagne, ce qui a retardé un temps sa réception en tant que maître des comptes, ADLA, B 61, f° 110-111.

52 Pour La Roche Flavin, le magistrat devait posséder des biens car la pauvreté entraînait la concussion et inclinait à la rébellion.

53 On ne peut toutefois l’écarter car les sources sur cette période sont très lacunaires ; il montrerait en tout cas que Barrin aurait été bien jeune (moins de vingt ans) pour sa première mission d’inspection dans la baronnie.

54 C’est dans une lettre d’octobre 1562 que votre soliciteur Barrin est cité pour la première fois dans ce qui subsiste de la correspondance reçue par Montmorency,

55 Arch. musée Condé, série L, t. XIX, f° 55 et 57.

56 Cela correspondait au montant de l’ensemble des fermes de ses différentes terres à l’exclusion de Champtoceaux.

57 En 1599, l’ensemble des revenus de la baronnie de Châteaubriant fut affermé 30 000 l. par an à Jean et Ambroise Conseil, de Château-Gontier. En 1632, on n’en était toujours qu’à 28 500 l.

58 C’est-à-dire un sénéchal, un lieutenant, un alloué, un procureur fiscal et un greffier.

59 Avec un maître, un lieutenant, un procureur d’office, un greffier et des forestiers.

60 Un décompte fait vers 1720 dénombrait (pour les terres possédées en 1589) 3 capitaines, 35 officiers des justices, 53 procureurs postulants, 38 sergents, 84 notaires, 7 officiers des deux maîtrises des eaux et forêts, et 27 gardes à pied ou à cheval, 1 arpenteur, un portier et un agent des affaires, soit exactement 250 personnes, Arch. musée Condé, série F, carton 6.

61 Bien des notaires étaient officiers de juridictions seigneuriales diverses et les sergents avaient aussi d’autres métiers.

62 Le système de la ferme avait pour avantage de procurer des revenus réguliers au propriétaire mais il avait généralement pour conséquence une dégradation des équipements qui n’étaient pas entretenus.

63 En 1572-1573, une telle commission fut confiée à Louis Braillon, président à la Chambre et Guillaume Le Maire, sénéchal de Nantes, ADLA, B 57, f° 325-326. En mai 1574, la charge revenait au premier président Jean Morin, au sénéchal Le Maire et au trésorier de France Pierre Cornulier, ibid., B 57, f° 366, Le Page, Dominique, « Emprunts, aliénations du domaine et constitutions de rentes en Bretagne (années 1550-années 1570) », Économie et société dans la France de l’Ouest atlantique du Moyen Âge aux Temps modernes, Rennes, PUR, « Enquêtes et documents », n° 29, 2004, p. 147-169.

64 Le fait que ce soit Georges Morin qui intervienne sur ce point n’est pas anodin : par ses liens avec les Penthièvre, par son passé d’ancien trésorier et receveur général de Bretagne, une charge que contrôlait toujours son frère Pierre, par ses alliances avec l’un des présidents de la Chambre des comptes, Louis Braillon et avec la puissante famille Harrouys, il appartenait à un autre « réseau » qui avait pu chercher un temps à rivaliser avec les Ruiz sur le plan financier, Le Page, Dominique, « Les grands officiers de finances en Bretagne dans la seconde moitié du XVIe siècle », Pourvoir les finances en province sous l’Ancien Régime, journée d’étude du 9 décembre 1999 tenue à Bercy sous la direction de Bayard, Françoise, Paris, CHEFF, 2002, p. 193-209.

65 Dans ce sens, le pamphlet serait un indicateur d’un rejet grandissant de la part des élites traditionnelles de tous ceux qui avaient pu se mêler de près ou de loin au commerce.

66 Saint-Pern, baron, de et L’Estourbeillon, Régis, de, marquis de, « Réformation de la noblesse de Bretagne », Revue historique de l’Ouest, 1897, p. 205 sq. et Arch. dép. Illeet-Vilaine (désormais ADI-et-V, 3 J 254).

67 C’est ce que reconnut en 1599 M. du Plessis de Mazancourt, venu en Bretagne régler les affaires de la succession du président Barrin : Les rachats des maisons de la Hays et de la Galissonnière ne seront dus que par le décès de madame la présidente, d’aultant que sont esté les deniers dotaux de ladite dame qui y ont esté employés, ibid., 23 J 254.

68 ADLA, B 1833.

69 On ne peut non plus écarter totalement l’hypothèse que ces terres aient été accordées en récompense de services rendus ou de prêts d’argent dont on n’a pas gardé le souvenir.

70 En cela, on peut penser qu’il a sans doute bénéficié des circonstances notamment des difficultés économiques qui ont contraint nombre de propriétaires à vendre leurs terres.

71 Robert Descimon distingue deux types de comportements chez les présidents du Parlement de Paris dans la seconde moitié du XVIe siècle : le premier dit d’ascension caractériserait des hommes nouveaux qui auraient des conduites agressives, le second dit de défense serait celui des officiers appartenant à des familles déjà bien installées et qui se contenteraient de préserver les positions acquises. Barrin est dans le stade de l’enrichissement rapide, d’où sa quête effrénée d’offices, de profits et de terres. Cette attitude fait de lui une cible de choix pour les Ligueurs.

72 Richet, Denis, op. cit., p. 180-186.

73 On retrouve ici l’évolution décrite par Robert Descimon pour le Parlement de Paris au temps des guerres de Religion. Il écrit : « l’idée de la magistrature s’épurait dans une triple exigence : religieuse, le catholicisme réformé ; morale, prudhomie et gravité ; intellectuelle, le savoir, c’est-à-dire les humanités et le droit romain. Mais deux autres exigences s’affirmaient avec une force croissante : l’exigence économique de l’aisance, l’exigence sociale de la naissance », Barnavi, Élie, Descimon, Robert, op. cit., p. 157.

74 Les héritiers de Joseph de Villemandy en sortirent ruinés mais la famille s’est maintenue au XVIIe siècle, vers Rennes.

75 Il paya une caution de 20 000 l. que son père rassembla pour lui, Arch. nat., minutier central, étude viii 412, f° 186.

76 Ibid., minutier central, étude liv 455. 23 juillet 1600.

77 On parlait alors de la malhonnêteté de Lezot dans des termes comparables (larcins et friponneries) à ceux qu’on applique à Barrin dans le Dialogue. Ainsi, le 10 septembre 1609, Montmorency établit une procuration en blanc pour poursuivre la punition et réparation des abbuz et malversations commis en ses terres et seigneuries par Me Roch Lezot, sieur de Vaurozé, cy-devant son agent et entremetteur de ses affaires en Bretagne et Anjou et contre aucuns de ses officiers qui ont participé auxdits abbuz et malversations, et lui donne pouvoir d’avouer la récusation qui a été proposée contre Mr Le Febvre procureur général en ladite court de parlement de Bretagne fondé sur les mauvais traitements dont il a usé envers M. Juvenel l’un des secrétaires de mondit seigneur, et l’amitié familière qui est entre luy et ledit Lezot en la maison paternelle duquel il est demeurant…, ibid., minutier central, étude liv 473. L’affaire n’était pas encore réglée en 1632 au moment de la prise de possession de la baronnie par le prince de Condé.

78 En 1625, Roch Lezot était chevalier de l’Ordre, sieur de La Villegeffroy (en Betton), Pommeniac (en Bain), Les Barres, Vaurozé (en Betton sans doute), conseiller du roi, doyen de la chancellerie de Bretagne. Il demeurait à Rennes, rue Saint-Georges. Il fut inhumé en la chapelle du couvent de Bonne-Nouvelle, le 22 décembre 1650.

79 Ses deux enfants confirmèrent l’ancrage de la famille dans le monde parlementaire : son fils Jean devint conseiller au Parlement alors que sa fille Louise épousa le procureur général Huchet, Saulnier, Frédéric, op. cit., t. i, p. 60-61.

80 Du moins si l’on en croit Henri Lapeyre qui rapporte que sa mère Jeanne Ruiz, après avoir renoncé à l’envoyer étudier à Paris alors tenu par les Ligueurs, le fit aller à Salamanque après qu’on lui eut dit que c’était la plus fameuse et merveilleuse université qui se retrouve à présent. Simon Ruiz paya les frais de pension, Lapeyre, Henri, op. cit., p. 94.

81 ADLA, B 203.

82 Collins, James B., « Gilles Ruellan, sieur du Rocher-Portal : le marquis colporteur », dans Pourvoir les finances…, op. cit., p. 211-223.

83 Il demeura jusqu’à sa mort l’un des relais privilégiés du pouvoir en Bretagne en étant désigné commissaire aux états, notamment en 1634.

84 Il s’agit de Henri de Bourbon (1573-1608), devenu duc de Montpensier après la mort de son père François de Bourbon (v. 1539-1592). Il reçut le 7 juin 1589 le commandement des troupes royalistes en Bretagne avec le maréchal du Boisdauphin après la capture du comte de Soissons par le duc de Mercœur. Il arriva à Rennes le 13 août 1589. Sa seule fille, Marie (1605-1627), épousa Gaston d’Orléans (1626).

85 Il s’agit du duc Henri Ier de Montmorency (Montmorency-Damville, 1534-1614) second fils du connétable Anne de Montmorency, et duc de Montmorency depuis la mort de son frère aîné François en 1579. Il était comme son père gouverneur du Languedoc, où il avait, jusqu’à la Ligue, passé l’essentiel de son temps, et guerroyé. Bien que catholique, il soutint constamment la cause d’Henri de Navarre, puis d’Henri IV, dont il était très proche, et qui lui donna la charge de connétable en 1593. Tous deux combattirent côte à côte durant les guerres civiles. Il ne devint propriétaire des domaines bretons qu’avait eus son père qu’en 1586, à la mort de sa mère Madeleine de Savoie, veuve du connétable, à qui ils avaient été laissés sa vie durant. Ces domaines bretons comprenaient la baronnie de Châteaubriant, c’est-à-dire un vaste ensemble de terres jointives autour de la ville de Châteaubriant (Châteaubriant, Vioreau, Rougé, Beauregard, Issé, Derval, Nozay, Martigné, Le Theil, Candé), ainsi que les terres de Brancien et du Chastelier (près de Broons), et les seigneuries d’Oudon et de Champtoceaux (celle-ci en Anjou) sur les bords de la Loire.

86 Henri IV, entreprenant la reconquête de son royaume, était parti de Tours fin novembre 1589, avait obtenu la capitulation du Mans le 2 décembre, puis les jours suivants celles de Segré, Craon, Laval. Ce fut là que Jacques Barrin alla le trouver au nom du Parlement, avant qu’il ne poursuivît ses opérations vers la Normandie.

87 La tour aux Foulons commandait la porte du nord de la ville de Rennes.

88 La rue aux Foulons.

89 La capture de Adrien Jacquelot déguisé en paysan est attestée par le notaire Jean Pichart dans son journal, Morice Hyacinthe, dom, op. cit., t. III, col. 1700.

90 Montbarot : René Marec, sieur de Montbarot, fils de Pierre, conseiller aux Grands Jours puis au Parlement de Bretagne et de Béatrix d’Acigné. Il était en 1589 capitaine de Rennes et joua un rôle actif aux côtés du sénéchal Guy Le Meneust de Bréquigny lors de la journée des Barricades du 13 mars 1589. Réfugié dans la tour de la porte Mordelaise, il refusa de se soumettre au duc de Mercœur et quitta Rennes pour son domaine de La Martinière. Ses propriétés de la presqu’île guérandaise furent, en représailles, pillées par les Ligueurs.

91 Infante d’Espagne : Isabelle-Claire-Eugénie d’Autriche (1566-1633), fille aînée du roi d’Espagne Philippe II et de sa troisième épouse, Élisabeth de France. Arrière-petite-fille de Claude de France, elle pouvait revendiquer des droits sur la Bretagne que le duc de Mercœur fit semblant de reconnaître pour obtenir l’aide espagnole ; son père soutint également ses prétentions sur la couronne de France après la mort du cardinal de Bourbon en 1590. L’abjuration de Henri IV en 1593, puis la soumission de Mercœur en 1598 mirent fin à ses ambitions.

92 La Hunaudaye : il s’agit de René ii de Tournemine de La Hunaudaye. Il fut institué lieutenant général dans les évêchés de Rennes, Dol, Saint-Brieuc et Saint-Malo le 3 mars 1575. En mars 1589, il fit une visite des maisons suspectes de Rennes afin de défendre la ville contre les entreprises des Ligueurs. Si l’on en croit Jacquelot, c’est lui qui remit les clés de la ville à Barrin après la journée des Barricades ; selon d’autres sources, c’est Montbarrot qui fut contraint de procéder à cette opération. Quoi qu’il en soit, La Hunaudaye resta fidèle au roi et assuma la direction de la province en juin 1589 après la capture du comte de Soissons. Il mourut à Vitré en 1591 après avoir participé au siège de Rouen avec Henri IV.

93 Mr du Breil : il était lieutenant de Montbarot. Il fut fait prisonnier par les Ligueurs rennais le 14 mars et incarcéré à Nantes.

94 Les dames de Nantes : Marie de Beaucaire, veuve du vicomte de Martigues, gouverneur de Bretagne de 1565 à 1569 et Marie de Luxembourg, sa fille, mariée au duc de Mercœur.

95 Lire Vincelles. Il s’agit de Toussaint Barrin, sieur de Vincelles (mort à 75 ans, le 10 mars 1581), oncle de Jacques Barrin, abbé de Saint-Romain de Blaye, chanoine de la Sainte-Chapelle, et au service de Montmorency comme membre de son conseil. Ce fut certainement par lui que Jacques Barrin entra au service du duc.

96 Le père de Jacques Barrin, noble Pierre Barrin, écuyer, sieur des Roulliers (en Bourbonnais, paroisse de Saint-Bonnet-de-Rochefort, près de Gannat), mort en 1557, était en réalité archer des gardes du corps du roi.

97 Madame la connestable : il s’agit de Madeleine de Savoie, cousine du roi François Ier et veuve du connétable Anne de Montmorency (1493-1567). Ils s’étaient mariés en 1527.

98 La Vernade fut peut-être chassé, mais, si ce fut la veuve du connétable qui le décida, ce fut forcément après la mort d’Anne de Montmorency en 1567, et donc bien longtemps après celle du trésorier Charron. On le vérifie d’ailleurs en découvrant que ce fut seulement en 1568 que La Vernade, gérant lors vos affaires, est passé à Châteaubriant. Après la mort du connétable, ce fut lui qui fit accord avec le receveur du domaine de Nantes pour le rachat que ledit receveur disait lui appartenir, qui était de 500 livres pour chacune de vos dites terres seigneuries, et qui, avec Barrin et le capitaine d’Oudon, poussa, ou autorisa, Mathurin Chasles, greffier d’Oudon, à prendre à ferme toutes les terres de la juridiction de Nantes, lettres de Mathurin Chasles et de Myrevault à la duchesse, le 2 février 1569, Arch. musée Condé, série L, t. xx, f° 186 et 188. La Vernade ne devait pas être simplement un petit clair et solliciteur, pas plus que Barrin à ce moment sans doute.

99 Pierre Carpentier, sieur de Crécy-sur-Caune, président à mortier non-originaire, pourvu le 30 avril 1587, reçu le 11 août. Il résigna en 1598 ou 1599. Très favorable à la Ligue en 1589, il siégea au Parlement ligueur à Nantes, où il fut premier président, succédant à Dodieu. À la fin de février 1589, il était parti de Rennes pour retrouver Mercœur à Nantes, mais ce ne fut que le 7 mars qu’on en fut informé à Rennes. C’était la première défection que connût le Parlement, Saulnier, Frédéric, op. cit., p. 204-205.

100 Doit-on deviner que ce fut Montmorency qui le lui donna ? Il pouvait avoir un intérêt à envoyer un serviteur dans cette justice car il avait en Angoumois quelques seigneuries : la seigneurie de Manteresses, acquise en 1528, à laquelle s’ajoutèrent ensuite celles de Montdenis, la Greslière et Gourville. Morin semble situer ce passage de Barrin à Angoulême avant son premier séjour, comme conseiller, au Parlement de Bretagne, en 1564-1567. C’est peu vraisemblable (Barrin était au service direct du duc en 1562 comme en 1563). Frédéric Saulnier, lui, le place après, ce qui est plus compréhensible. Mais ce ne fut sûrement pas immédiatement après puisqu’en 1568 Barrin passa en mission à Châteaubriant avec La Vernade.

101 Il s’agit certainement de maître Rolland Bourdin, avocat en la cour. C’était un Nantais, et bien identifié comme tel en 1576 lorsqu’il fut des vingt Bretons choisis, aux états de Rennes, pour aller représenter la province aux états généraux de Blois en décembre, Pocquet, Barthélémy, op. cit., t. v, p. 71. Mais il s’était depuis établi à Rennes, puisqu’il y eut une fille, Marguerite, (baptisée en Saint-Germain le 28 août 1581) de sa femme Bertranne Huteau. Il était le beau-frère de Mathurin Huteau, marchand demeurant à Vannes, sur le port, qui fut fait prisonnier au printemps 1589 par Jacques de Kermeno, sieur de Keralio, capitaine de Vannes et Ligueur. Bourdin demeurait ce jour-là chez son beau-frère, Joüon des Longrais, Frédéric, op. cit., témoin n° 34.

102 Christophe Fouquet, seigneur de Challain (1562-1628), avait épousé le 14 décembre 1588 Isabelle Barrin, et devint président à mortier au Parlement de Bretagne en 1593, en reprenant l’office de son beau-père. Il n’avait que 32 ans.

103 Jean Rogier, sieur du Clyo et de Villeneuve, fut procureur général au Parlement de 1581 à 1588, année où il résigna son office en faveur de son fils François qui demeura en charge jusqu’en 1603. C’est à l’institution de ce dernier que Barrin se serait donc opposé, Saulnier, Frédéric, op. cit., p. 16.

104 Robert du Hardaz, seigneur de Coaisson (Couascon, en Messac), né vers 1507, conseiller au Parlement de Bretagne pourvu en 1554. Il mourut après 1571. Nous ignorons de quelle affaire il s’agit.

105 Il s’agit sans doute de Jean de Luxembourg qui fut receveur et payeur des gens du Parlement et receveur du fouage dans l’évêché de Rennes de 1569 à 1577.

106 Louis II de Bourbon-Montpensier (1513-1582) : il épousa successivement Jacqueline de Longvic, comtesse de Bar-sur-Seine (1538) puis Catherine Marie de Lorraine, sœur de Henri de Guise (1570). Il était gouverneur et lieutenant pour le roi en Touraine en 1560 et fut gouverneur de Bretagne de 1569 à 1582. Par lettres du 16 juillet 1572, le roi lui avait fait don des rachats et autres deniers casuels de Bretagne, parmi lesquels figuraient les amendes du Parlement, ce qui explique l’allusion faite dans ce passage. Malgré les remontrances qu’elle présenta au roi en cette occasion, la Chambre des comptes dut enregistrer le don le 14 avril 1573, ADLA, B 57, f° 195.

107 Lire Juhault. Maître Robert Juhault, sieur de Harcurgin ( ?), paroissien de Toussaints, épousa le 18 décembre 1583 à Saint-Germain de Rennes Gillette Lezot, en eut un fils, Laurent, baptisé le 10 septembre 1584 ; il se remaria dès 1585 avec Guillemette Jouault. La famille Lezot était certainement liée à Barrin, qui y repéra dès 1592 Roch Lezot, sieur de Vaurozé, contrôleur en la chancellerie de Bretagne, pour le faire travailler (à Rennes) au service de Montmorency. Ce fut lui qui, après la mort de Barrin, fut finalement choisi en mars 1596 comme receveur général de toutes les terres de Montmorency en Bretagne et Anjou.

108 Jacques Barrin épousa en premières noces N… de Cherberis, dont la sœur épousa un premier président au Parlement de Bordeaux. Il en eut une fille qui resta à la garde de sa tante, Lapeyre, Henri, op. cit., p. 52.

109 Florimond Le Charron, sieur de La Pabotière, trésorier et receveur général pour le roi depuis 1540, reçut en 1552 du connétable de Montmorency une procuration générale pour s’occuper de toutes ses affaires bretonnes, c’est-à-dire surtout celles de sa baronnie de Châteaubriant. Il conserva jusqu’à sa mort en 1560 ces fonctions de superintendant de Chasteaubriant, ainsi que le dit le texte.

110 Cette façon de présenter les choses, sans être fausse, constitue pourtant un raccourci très rapide. Jacques Barrin résigna en réalité son état de conseiller à la fin de 1567, en faveur de Charnières. Il fut pourvu d’un office de président aux enquêtes, et fut reçu le 6 septembre 1571. Tout en le conservant, il devint président aux comptes en 1573 (pourvu le 13 février, reçu le 2 mars). Ce ne fut qu’en 1576 qu’il se démit de cette dernière charge.

111 Lire Villemandy. Joseph de Villemandy, sieur de La Rivière. Il était d’une famille originaire d’Angoumois : il avait donc suivi Jacques Barrin en Bretagne. À Châteaubriant, il fut greffier de la baronnie, et en même temps fermier de plusieurs terres (Issé, Teillay), et, sous les ordres de Barrin, comptable de l’ensemble des revenus extraordinaires, puis ordinaires à partir de 1585, et receveur et solliciteur des affaires de Monseigneur à partir de 1587. Son rôle était donc considérable, d’autant plus que le responsable principal Barrin était souvent retenu à Rennes. Il se réfugia lui-même en cette ville lorsque celle de Châteaubriant se déclara ligueuse, mais il y revint ensuite, en 1596, et ce fut en Saint-Jean de Béré qu’il mourut et fut inhumé le 6 juillet 1597. Le nom d’Esturgeon nous est inconnu.

112 On ne voit pas bien par quelle addition Dodieu parvient à ce total. Toutes les valeurs indiquées sont invérifiables. Le seul montant certain à notre connaissance est celui des gages annuels de Barrin en sa charge de surintendant de la baronnie de Châteaubriant : ces gages étaient de 1 000 l. par an, soit autant que ses gages de président à mortier, et beaucoup plus que ceux de tous les autres serviteurs de Montmorency à Châteaubriant. Qu’il ait profité de cette charge pour accroître son profit, par les moyens qu’indique Pigeon, c’est possible, mais on ne peut en dire plus.

113 Les revenus de la baronnie de Châteaubriant étaient en effet mis en recette. Il n’y avait pas de ferme générale comme on en trouvait déjà dans beaucoup de grandes terres de la province. Ce choix de continuer à n’affermer les terres qu’une à une avait été discuté en 1570-1571 et avait été recommandé comme plus avantageux pour le seigneur. Il n’est donc pas évident que la ferme générale était la meilleure solution, et cela n’apparaissait pas tel à l’époque. De plus, il aurait fallu en ce cas trouver un candidat. Tout cela n’était sans doute pas aussi simple que le dit Pigeon.

114 Il s’agissait sans doute de Louis Dugué, qui était depuis 1580 châtelain d’Oudon et de Champtoceaux (c’est-à-dire fermier des deux terres ainsi que du péage sur la Loire). Il mourut avant 1592 et son fils Laurent, sieur de Lisle, lui succéda. En décembre 1597, Mercœur saisit tout ce qu’il avait recueilli des revenus de Montmorency, occasion de contestations ultérieures prolongées avec les agents du duc. Mais en 1600, c’était son fils Laurent Dugué qui lui avait succédé en ses fonctions. Le total de ces deux fermes, qui dépassait 5 000 l., était considérable, et imposait d’avoir un fermier aux reins solides.

115 André Ruiz était venu à Nantes dès 1537 au moins pour s’initier au négoce ; il se maria avant 1540 avec Isabel de Santo Domingo, fille de Francisco, négociant espagnol installé à Nantes dès 1522 et il obtint des lettres de naturalité en mars 1546, Lapeyre, Henri, op. cit., p. 48-49.

116 André Ruiz décéda le 14 juillet 1580, ibid., p. 85.

117 Il s’agit probablement de Julien Rocaz, fils d’Yvon, maire de Nantes de 1566 à 1568 et associé d’André Ruiz. Il avait épousé en premières noces la fille aînée de ce dernier, Marie. Après la mort de celle-ci en 1568, il se remaria avec Françoise de Contour, fille du trésorier et receveur général Vital de Contour auquel il succéda en 1580.

118 La fortune de André Ruiz était évaluée à 200 000 l. en 1577, Id., ibid. p. 51.

119 La maison et métairie de La Haye, au sud-est du bourg de Derval, fut achetée par acte du 21 juillet 1576 (à Paris), sur Madeleine de Savoie, veuve du connétable de Montmorency, propriétaire de la baronnie de Châteaubriant, et donc de celle de Derval qui en faisait partie. Un mémoire de 1599, qui rappelle que cet achat de 1576, fut fait avec les 10 000 l. de la dot de Jeanne Ruys, comme les achats ultérieurs de la Galissonnière (4 146 l.) et des fiefs de La Rivière et de La Chauvelière (3 000 l.), permettrait donc d’évaluer à 2 500 à 3 000 l., au maximum, le montant de l’achat de La Haye, Adi-et-V, 23 J 254. Elle rassemblait environ cent journaux en un tenant, dont une bonne proportion de bois. Elle valait même peut-être moins que 200 l. de revenu : le lieu, domaine et métairie de La Haye avait été affermé, pour six ans, 50 l. par an en 1563, Arch. musée Condé, série L. t. xix, f° 55, et 80 l. en 1570, ADLA, 1 J 138. La (petite) métairie du Houx, en Derval, autre partie du domaine, ne valait alors que 30 l. Si Barrin avait acquis pour 2 500 ou 3 000 l. une terre affermée jusque-là 80 ou 100 l., il n’y avait rien eu d’anormal.

120 On remarque que le texte ne suggère en ce passage que des arrondissements du domaine de La Haye, et non pas la constitution ou l’achat de métairies plus éloignées dans la paroisse, comme les Barrin du XVIIe siècle en possédèrent une demi-douzaine (aux environs du vieux château surtout). Il y en eut pourtant, si l’on en croit ce que dit plus loin le sieur de La Haye, et justement près du château. Mais les acquisitions de Jacques Barrin ne firent qu’amorcer un mouvement que sa fille Renée, puis son second fils André ne cessèrent de suivre au siècle suivant. Les deux métairies de La Huardais et de La Tirardière, qu’André Barrin fit anoblir en 1628, ne devaient peut-être rien aux achats faits par son père. Les bâtiments actuels de La Haye, ou du moins ce qui en demeure d’ancien, montrent des parties pouvant dater de cette époque.

121 Cette pratique était en effet courante. Ainsi, dans les années 1570, la maison de Villaucher (nunc la Ville-au-Chef), en Nozay, que le seigneur n’utilisait plus pour y résider lui-même, était laissée à Valentin Collobel, sieur du Bohallard, châtelain (fermier) de la châtellenie, sans autre condition que de n’y faire demeurer personne d’autre sans l’autorisation de la veuve du connétable.

122 Cette estimation ne peut être vérifiée, mais elle est invraisemblable. Ce serait autant que ce qu’étaient alors affermées, en 1585, la châtellenie d’Issé — qui comportait deux métairies — (1 230 l.), celle de Nozay — qui en avait trois — (1 410 l.), voire celle de Rougé (1 821 l.), ou encore le comté de Montfort (552 écus en 1588, au baron de Vitré), alors que la terre de La Haie, toute agrandie et embellie qu’elle fût, ne s’arrondissait sans doute par ailleurs que de peu de métairies (si même il y en avait déjà), n’avait évidemment pas de justice et n’avait aucun fief, et donc ne levait aucune rente qui pût la faire passer pour une seigneurie. Or, de très loin, c’étaient les fiefs qui pesaient alors le plus lourd dans les revenus des seigneuries. À la même date (1590), le prieuré de Béré, en Saint-Jean-de-Béré, Rougé et même Erbray, qui avait trois métairies, diverses pièces éparses, un moulin, une justice et des fiefs, n’était affermé que 700 l. (233 écus), ADLA, H 117.

123 La seigneurie d’Anguignac, en Conquereuil, avait été acquise par le connétable de Montmorency (avant 1567, donc). Elle comprenait, autour de son manoir, 100 journaux de terre, et deux métairies d’une cinquantaine de journaux chacune, 150 journaux de bois, des fiefs nombreux, un moulin, un étang, etc., ibid., B 1 833. Elle fut vendue 10 000 écus, en 1600, à Jehan de Guiheneuc, seigneur de Juzet.

124 Michel Peyrat, ou Perret, sieur de La Motte. Il fut comptable des revenus de la baronnie au début des années 1580, agissant (sans le titre) comme receveur général, sous l’autorité de Barrin. En 1580, il avait été subrogé à Louis Fresche comme fermier, ou peut-être simplement receveur (châtelain) de la terre de Derval, pour les trois dernières années de son bail. C’était une solution habituelle : lorsqu’un fermier abandonnait son bail, le receveur général, qui pouvait être par ailleurs son propre fermier pour tel ou tel bien particulier, prenait souvent lui-même à son compte la perception des revenus qu’abandonnait le défaillant. Était-il le neveu de Barrin ? Sans doute, si c’était bien lui que Barrin avait chargé en mars 1585 de conduire à la duchesse ses revenus de Châteaubriant : Madame, je m’assure que mon neveu vous aura envoyé argent lequel est fort malaisé à recouvrer en ce temps, écrivait-il le 13 mars 1585, Arch. musée Condé, série L, t. xxi, f° 327.

125 En 1586, maître Jean Barbier était châtelain et fermier de Derval, pour 3 775 l. par an, et non pas receveur (contrairement à ce que dit le Dialogue. Il avait donc succédé à Louis Fresche et à La Motte. Il s’agissait probablement de cette famille Barbier de Guémené-Penfao qui fournit par la suite les procureurs fiscaux de la châtellenie de Vay, aussi bien en 1686 (maître René Barbier, sieur de La Herpinais) qu’en 1700 et qu’en 1785.

126 La seigneurie de La Cour-de-Soudan, qui couvrait pratiquement toute la paroisse de ce nom, aux portes de Châteaubriant, appartenait dans les années 1570 à Jeanne Le Voyer, qui avait épousé en 1558 Pierre Liboreau, seigneur de La Pasqueraye. François Liboreau, leur fils, qui vivait encore en 1588, pouvait être le gendre espéré par Jacques Barrin. Il mourut bientôt, sans postérité, et la seigneurie de Soudan revint donc à sa sœur Renée Liboreau, épouse de René du Bouschet.

127 Lire : Callac. En 1570, les terres et seigneuries de Callac, Plusquellec et Plougonver avaient été affermées par la veuve du connétable à maître Guillaume Bihan, pour 6 ans et pour 1 500 l. tournois par an, ADLA, 1 J 138. En 1650, la baronnie de Callac fut affermée 2 000 l. par Eugène Joseph Rogier, comte de Villeneuve, ADI-et-V, 4 E 132. Le montant de 2 000 l. indiqué par François Le Pigeon est donc peut-être seulement un peu arrondi. Une belle seigneurie étant normalement estimée, compte tenu de sa dignité, à 30 fois son revenu annuel (et non pas 20 fois, comme pour les terres ordinaires), le prix de 20 000 écus (c’est-à-dire 60 000 l.) a été ici correctement calculé.

128 Jacques Barrin acquit le 15 janvier 1582 la seigneurie du Boisgeffroy, en Saint-Médard-sur-Ille, d’Albert de Gondi, maréchal de Retz, et de sa femme Claudine de Clermont qui la lui avait apportée. C’était une châtellenie d’ancienneté que les Barrin arrondirent au point que vers le milieu du XVIIe siècle, elle comportait en plus de son château et des 907 journaux de terres et bois qui l’entouraient, quatre métairies, quatre moulins, trois étangs et des fiefs en une douzaine de paroisses. André Barrin put la faire ériger en marquisat en 1644. Son revenu à cette date était estimé à 3 334 l. En raison des acquisitions faites par Jacques Barrin et ses successeurs, on peut considérer que l’estimation donnée par le Dialogue de 3 000 l. de revenu en 1582, a été assez généreusement gonflée.

129 Cet homme n’a pu être identifié. Aucun nom de lieu en Ille-et-Vilaine, ne ressemble à celui-là.

130 Noble homme Nicolas Blanchart, sieur du Plessis, avocat en la cour, épousa à Toussaints de Rennes, le 13 juin 1581, demoiselle Judith Vassault. Celle-ci fut en 1585, en même temps que Jeanne Ruys, marraine de Renée, fille de Jacques Le Pigeon, sieur des Grands Champs.

131 Maître Pierre Gouault, sieur de Sévegrand (en La Chapelle-des-Fougeretz), procureur au Parlement, fut nommé procureur des états de Bretagne auprès du Parlement lors des états de Quimper de 1586. Il remplaçait en cette charge, alors gagée 200 l. par an, maître Julien Dauffy, sieur de la Mitonnière, dernièrement décédé, qui avait été nommé en 1575. Il fut anobli en 1591 et fut envoyé en 1593 auprès de la reine d’Angleterre chercher des secours contre les Espagnols. Son fils Guy Gouault, écuyer, sieur de Sévegrand, et époux de Guillemette Broust, fut prévôt et juge ordinaire de Rennes (dès 1601, et toujours en 1616).

132 René du Pé, seigneur d’Orvault, et du Plessis-de-Joué, puis, comme époux de Nicole Rouxel, seigneur de La Galmelière, du Val, et de Maupiron (ces trois terres en Moisdon et Auverné). Il fut, en 1573, capitaine de l’arrière-ban de l’évêché de Nantes, et, en 1585, gouverneur et capitaine de Redon. Il fut, en 1580, le tuteur de René Rouxel, fils mineur de Claude Rouxel, seigneur de La Galmelière, mort cette année-là.

133 Tout ceci n’a pas pu être vérifié. La Briandaye est un nom inconnu en Saint-Jean-de-Béré. La terre de Saint-André, elle, ne nous a révélés à aucune époque les noms de ses propriétaires avant le XVIIIe siècle. La Mercerie, par contre, était bien aux Barrin après 1600, et appartenait dans les années 1580 à écuyer René Legouz, sieur de Gallerne, La Baguais et Launay. La déconfiture familiale de ce René Legouz, et les ventes qui en témoignèrent, allaient être surtout marquées au début du XVIIe siècle : il vendit alors à Jacques II Barrin la maison et métairie de La Baguais, la métairie de La Jarretière et la juridiction du Loray. Sans doute avait-il ; dès avant la Ligue, déjà vendu La Mercerie. Tous ces biens étaient contigus à la Galissonnière.

134 Le fermier de Teillay défaillant ne pouvait être que maître Jean Chappel, d’une famille notable de Châteaubriant. Il avait cette ferme en 1585-1586, était déjà alors poursuivi pour des retards de paiement et Joseph de Villemandy prit sa suite.

135 Maître Jean de Coussy, sieur de La Mathaudais (en Rougé). Il était l’époux de Julienne Gérard, demeurait Grande-Rue à Châteaubriant, et était alors un des principaux notables de la ville. Il était le fils de Georges de Coussy, sieur de La Mathaudais (mort en 1577) et de Françoise Rio (descendante — fille ? — d’un argentier de François, puis de Jean de Laval). Il était le frère d’Olivier de Coussy, sieur de Launay, qui fut échevin de Nantes de 1582 à 1585. En 1570, il avait pris à ferme la maison de La Haye, en Derval, de la duchesse de Montmorency. En 1587, il fut le premier procureur syndic de la ville de Châteaubriant, lors de la création de la communauté de ville, et il en fut, l’année suivante, député aux états de Bretagne. Il était greffier de Châteaubriant à la veille de la Ligue. Il est mort avant 1593. En 1574, à la naissance de sa fille Jeanne, il lui avait choisi pour marraine Jeanne Ruys, femme de Jacques Barrin.

136 Il s’agit de la seigneurie de Fontenay, en Chartres-de-Bretagne, seigneurie fort ancienne, qui donna naissance à une paroisse au Moyen Âge. Elle appartenait à la famille d’Acigné. En 1589, il s’agissait (depuis la mort de Jean VIII d’Acigné en 1573) de Judith d’Acigné, femme de Charles de Cossé, comte de Brissac. Celui-ci fut un des principaux chefs militaires de la Ligue. Proche du duc de Guise, il avait armé les Parisiens lors de la journée des barricades (13 mai 1588), avait été élu président de la noblesse aux états généraux de Blois d’octobre-novembre de la même année. Il chercha en vain à rallier Angers à la Ligue en février 1589, puis combattit aux côtés de Mayenne à Arques. Gouverneur de Paris pour la Ligue, il en ouvrit pourtant les portes à Henri IV qui en fit le jour même un maréchal de France (22 mars 1594). La confiscation des biens des Ligueurs avait donc frappé les siens en 1589, dont la seigneurie de Fontenay.

137 La maison de La Haye fut pillée en mars 1589 par une troupe ligueuse que commandait le capitaine Péraudière, et qu’accompagnait ou guidait le sieur de Bruguel, fils de Jacques de Trélan, sieur de La Porte, gentilhomme de la paroisse de Derval. L’arrêt du Parlement du 26 août 1589, rendu à la requête de Barrin, après information faite les 6, 7, 9 et 30 avril, le fut contre Jacques de Trélan, sieur de la porte, le fils dudit Trélan nommé Bruguel, le sieur d’Orvaux, le capitaine Thomas du régiment dudit d’Orvaux, la trompette du duc de Mercœur, un appelé péraudière des Touches près Joué, un mareschal du bourg de Joué, le capitaine la Jallière, René Richet serviteur dudit sieur de la Porte, le sergent Launay des gardes dudit duc de Mercœur, une femme nommée la Corgne, la femme de Nicollas Thébault tenant hostellerie aux Trois Trompettes à Nantes (cette dernière pour recel des meubles volés). Les sieurs de la Porte, d’Orvault, Thomas, etc. furent condamnés à mort, ADLA, E 637. Dès le 3 mai, Barrin avait obtenu une lettre royale ordonnant de récompenser [sur les biens des Ligueurs] ceux qui auront par eulx receu des pertes et ruynes comme vous nous avez escript qu’a fait le président Barrin, ADI-et-V, 1 BA/9, f° 171. Le montant indiqué de 23 000 écus, que rien n’est venu nous confirmer, semble évidemment bien trop considérable pour compenser des pertes qui n’auraient consisté qu’en meubles et papiers.

138 Ce fait n’a pas pu être éclairci. On croit comprendre ici que Barrin, les troubles menaçant, aurait placé quelqu’un au château de Derval, inhabité, pour en assurer la garde. Il en aurait donc fait le capitaine du château (en ignorant le sieur du Boisbriant, Philippe de Monthoir, que le connétable avait nommé à cette charge). Son nom de Pierre étonne car il était celui du capitaine du château de Châteaubriant (Charles Pierres, sieur de Bellefontaine), que Mercœur allait bientôt remplacer par La Courpéan, gentilhomme ligueur. Il ne pouvait pourtant pas s’agir de ce Charles Pierres, ni d’ailleurs de son fils (le sieur de La Noë), qui allait être lui-même Ligueur, et qu’on n’aurait pas désigné aussi lapidairement par son seul patronyme.

139 Lire Guinret. Gilles Bahelot, sieur de Guinret, était un petit gentilhomme de la paroisse de Derval, que tout nous montre comme assez besogneux. Il avait été archer (lui ou son frère) dans la compagnie de Georges du Bueil, sieur de Bouillé, en 1574, Morice, Hyacinthe, dom, op. cit., t. III. col. 1397. Le château de Derval, dont le Dialogue affirme qu’il se serait emparé, et qui appartenait à Montmorency, était sans doute dès cette date en mauvais état. Il ne pouvait pas constituer un enjeu militaire important. Mais la veuve du connétable y avait nommé un capitaine, dès avant 1586, Philippe de Monthoir. Il fut pris par les Ligueurs en 1590 et aurait été repris par les Royalistes en 1593. Les populations paysannes des alentours souffrirent beaucoup de ces entreprises. Si l’épisode du sieur de Guinret, dont parle le texte, qui évoque aussi la ruine des métairies proches correspond bien à ces affaires de 1590-1593, et n’en fut pas comme une sorte de premier essai (en 1589), il faudrait donc donner à ce texte une date plus tardive que celle qu’il affecte de se donner. On ne peut pas imaginer que notre texte, si bien informé par ailleurs, confonde en ce passage Derval avec Châteaubriant, où, en 1589, le capitaine Pierres fut remplacé, par Mercœur, par le sieur de La Courpéan Jacques de Kerboudel.

140 Cette remarque nous indique que Barrin avait bien acquis des métairies ou constitué en métairies certaines des terres qu’il avait acquises. Elle nous confirme aussi que tous ces biens étaient des propriétés de sa femme, Jeanne Ruys, puisqu’ils avaient été acquis avec les 10 000 l. de sa dot.

141 L’aveu de la baronnie de Derval en 1560 signalait Jehan Fresche et Tiphaine Branlart sa femme, ADLA, B 1833. Mais la veuve de Jehan Fresche qu’épousa La Motte était Anne Lespaigneul, seconde femme de Fresche probablement. Jehan Fresche est cité en 1571 comme fermier de la terre de Nozay, Arch. musée Condé, série L. Son fils Louis le fut ensuite de celle de Derval.

142 Le récit de l’opération, tel que le fait Le Pigeon ne peut être contrôlé, non plus que la part qu’y aurait prise Barrin. Perret (ou Peyrat) avait bien été le comptable des recettes de la baronnie, et avait bien eu l’autorité d’un receveur général, compte tenu des absences fréquentes de Barrin, qui l’avait recruté. Mais cela n’implique pas forcément, en soi, une complicité coupable. Il est certain que Michel Peyrat, sieur de La Motte, acquit la terre du Foy-des-Bois, en Derval. Il y demeurait en 1590. Cette acquisition s’était faite sur Thomas Fresche, sieur du Fouay.

143 El senor de La Casa, en espagnol « le seigneur de la maison ».

144 Soit 500 à 600 hectares. Même en ces quartiers de bois et de landes très étendus qui avoisinaient la terre du Foy-des-Bois, cela fait beaucoup. Nous avons remarqué que le Foy-des-Bois était pratiquement invisible dans les aveux de la baronnie de Derval, aussi bien en 1560 (où la modestie de la terre, à l’époque, l’expliquait peut-être), qu’au cours du XVIIe siècle, où cela ne se comprend plus. On devrait au moins trouver les noms des propriétaires du lieu, répétés de fief en fief, ou de nouvelle baillée en nouvelle baillée. On ne les trouve pas. Peut-être a-t-on vraiment tout fait, du temps de Barrin, pour qu’il en soit ainsi, et que les agents du seigneur n’aient aucun moyen de rien percevoir sur cette maison par la suite. Peut-être donc Le Pigeon a-t-il raison ici, de même que dans une remarque déjà faite plus haut : ses alliez et officiers de Derval ne paient plus rien ou peu et en sera la mémoire perdue et mesmes des rentes qu’ils doivent. Le camouflage a été réussi.

145 La saisie de l’héritage de Georges Berthelot, tenu pour une déshérence, par les officiers du seigneur, fut en effet une affaire dont quelques traces nous sont restées. Un mémoire sur ce sujet fut discuté en 1599 entre les héritiers de Barrin et M. du Plessis de Mazancourt, envoyé par le duc. Seul son titre nous est connu : Pour les desherances supposées, entre autres un contrat des héritages de deffunte Georgette Berthelot, où madame la connestable est opposante pour la deshérance qu’elle prétendait, 29 octobre 1585. L’affaire avait donc été connue à Paris, et les héritiers Barrin avaient à s’expliquer sur elle quinze ans plus tard. Il en était de même pour les droits de lods et ventes et les rachats perçus par Barrin ou de son temps, ou pour l’affaire de la chapelle en l’église de Derval : Pour le regard de la chapelle estant en l’église de Derval, qu’il la bailleroit par adveu comme la tenant de monseigneur le connestable, ADI-et-V, 23 J 254.

146 Dans L’information contre les Ligueur de juin-juillet 1589, le témoin n° 88 — Mathurin Le Breton, sieur de Saint-Cire —, cite maistre Jehan Vivien, autrement Biardaye parmi les Ligueurs de Vannes. Jehan Vivien, sieur de La Biardais, en la paroisse de Caro, devait être parent de cet autre Jehan Vivien, aussi noté comme Ligueur au même moment, qui était greffier civil et ordinaire du siège présidial de Vannes, Joüon des Longrais, Frédéric, op. cit. Un dénommé Jean Vivien était bien receveur des décimes dans le diocèse de Vannes de 1579 à 1589, Jarnoux, Philippe, op. cit., p. 299.

147 Jacques de Launay, sieur de Saint-Germain, était un Parisien, conseiller non-originaire au Parlement de Bretagne depuis 1571. Le 13 mars 1589, lors du soulèvement de Rennes en faveur de la Ligue, il alla avec Jacques Barrin, Harpin et le conseiller Tituau trouver La Hunaudaye et Montbarot pour voir comment reprendre les choses en mains puis tous quatre tentèrent de mettre bas les armes à la foule qui encombrait les rues. Il siégea pourtant dès le début au Parlement ligueur où il fut président à mortier. En 1598, il fit sa soumission au roi et réintégra le Parlement de Bretagne. Il avait épousé à Nantes le 6 mai 1594 Marie Cornulier. Il mourut à Rennes chez son beau-frère Pierre Cornulieren février 1604 et fut inhumé aux Cordeliers, Saulnier, Frédéric, op. cit., p. 577-578.

148 Je croy qu’il faut : de son.

149 Ces vers, qui sont inversés par rapport au texte original, sont extraits de L’Epître au roi pour avoir été dérobé écrite par Clément Marot en 1528.

150 René Gentil, président aux enquêtes au Parlement de Paris : membre à partir de 1527 de la commission de la Tour-Carrée chargée de juger les financiers poursuivis pour malversations, il est lui-même arrêté et exécuté en 1537.

151 Jacques de Beaune dit Semblançay (né vers 1455-1458, mort le 12 août 1527), général des finances de Languedoc puis de Languedoïl (1495-1516), trésorier et receveur général des finances de la reine Anne (1491-1502), il est de 1518 à 1523 l’ordonnateur suprême des finances monarchiques. Victime de poursuites pour concussion, il est pendu le 12 août 1527 et ses biens confisqués, Bayard, Françoise, Felix, Joël, Hamon, Philippe, Dictionnaire des surintendants et contrôleurs généraux des finances, Paris, CHEFF, p. 24-25.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540