Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Usages et images de l'argent dans l'Ouest atlantique aux Temps modernes

 | 
Dominique Le Page

Fortune de mer au xviiie siècle ou comment s’enrichir quand on est un modeste pilote du roi à Rochefort

Martine Acerra

Texte intégral

1Août 1741. Dans la moiteur de l’été charentais, Françoise Morand, veuve de Jean Garnier, fait dresser l’inventaire après décès de son mari mort à bord de la flûte du roi La Gironde dont il était le pilote entretenu (annexe)

  • 1 Service historique de la Défense, Marine à Rochefort (SHD/Marine Rochefort), 1 E 132, f° 141, lettr (...)

2À cette époque, la longue période de paix franco-anglaise inaugurée à la suite du traité d’Utrecht de 1713 commence à frémir de nouvelles tensions internationales entre Espagne et Angleterre. Cependant, les décennies écoulées correspondent au décollage colonial français et particulièrement au développement du commerce antillais. Outre sa fonction militaire l’arsenal de Rochefort, traditionnellement voué depuis sa fondation aux relations avec les colonies françaises d’Amérique, survit grâce en grande partie aux armements destinés à soutenir le Canada, la Louisiane, les Antilles et le modeste établissement de Cayenne. Chaque année, les navires de transport que sont les flûtes, quittent Rochefort et déchargent aux colonies leurs cargaisons de soutien logistique. La flûte La Gironde, initialement destinée à la Louisiane mais qui tire trop d’eau pour la barre du fleuve Saint Louis qu’il faut passer pour monter à la Nouvelle Orléans, est finalement orientée vers la Guyane1. Sauf en cas de radoub ou de réparations nécessaires, elle effectue une rotation annuelle entre Rochefort, Cayenne, la Martinique et Rochefort, comme en 1741, où, partie le 25 janvier de la rade de l’île d’Aix, elle est de retour à l’arsenal le 19 juillet, portant la triste nouvelle du décès de Jean Garnier.

  • 2 Poussou, Jean-Pierre, Bonnichon, Philippe, Huetz de Lemps, Xavier, Espaces coloniaux et espaces mar (...)
  • 3 Haudrère, Philippe, L’empire des rois, 1500-1789, Paris, Denoël, « L’aventure coloniale française » (...)

3La petite colonie de Cayenne, qui ne comprend au milieu du XVIIIe siècle qu’à peine une centaine de familles françaises, 125 Indiens et quelque 1 500 Noirs2, bénéficie de ce contact régulier avec la métropole. Pour le compte du roi ou celui de particuliers ayant obtenu le droit de passage et de fret, La Gironde transporte des marchandises et des munitions, des meubles et des provisions, des recrues, des soldats, des jésuites, une négresse pour le service d’une dame de qualité, des farines, de l’habillement, et tout ce qui n’apparaît pas sur le rôle de l’écrivain du bord mais qui est bien présent dans les flancs du navire, comme le révèle l’inventaire après décès de Jean Garnier. Au retour de l’Amérique, La Gironde débarque à Rochefort ce qui fait la spécificité de Cayenne : des sucres et du rocou (matière tinctoriale), des caisses de graines et des plantes pour les botanistes avides de parfaire leur connaissance de la flore locale3.

4Mais, à l’abri de ces échanges officiels, s’effectuent d’autres trafics auxquels Jean Garnier s’adonna. Cependant, rien dans la correspondance ministérielle de l’intendant, ni dans les rapports des autres responsables de l’arsenal, ne laisse supposer cette économie discrète et lucrative. Il faut le décès du pilote et l’obligation pour sa veuve, tutrice de leur petit garçon, de faire dresser l’inventaire des biens de la communauté, pour qu’apparaisse l’aisance bien surprenante du couple, au regard des modiques appointements d’un pilote, fût-il entretenu au service du roi.

  • 4 Arch. dép. Charente-Maritime (désormais ADCM), 3 E 21/67, pièce n° 19, contrat de mariage du 31 jan (...)
  • 5 Ibid., 3 E 21/67, pièce 110, achat de maison ; ibid., 3 E 21/71, 25 février 1738.

5Comme nombre de ses semblables employés dans la marine militaire, Jean Garnier fait partie d’une dynastie professionnelle, en l’occurrence celle des pilotes du roi. Activité précieuse parce que savante et responsable de la destinée du navire au moment des atterrages, le pilotage regroupe des hommes, fins spécialistes d’un secteur géographique. Pour Jean Garnier, pour Étienne son père, pour Jean-Baptiste son frère, il s’agit de l’entrée de Cayenne et des abords de la Martinique. Ces qualités professionnelles assurent à Jean Garnier un emploi stable et des appointements assurés. Il conforte sa situation personnelle en contractant un mariage utile en janvier 1735 avec Françoise Morand, fille d’un marchand de La Rochelle, qui lui apporte une petite dot solide de 3 000 l. en argent, meubles et rente4. À la fin de la même année 1735, le jeune couple acquiert pour 2 848 l. la maison de la rue Martrou qui deviendra son foyer rochefortais. Trois ans plus tard, en 1738, Jean Garnier reçoit en héritage de ses défunts parents deux petites maisons situées rue Saint-Louis et rue Saint-Jacques à Rochefort5. Après six ans de mariage, lorsqu’est dressé l’inventaire après décès de Jean Garnier, son contenu apporte la preuve que le couple a su faire fructifier son capital, puisque l’actif de la communauté, sauf erreur de calcul, atteint 19 672 l. 9 s 8 d. Sans appartenir à l’élite des fortunes locales, cette somme rondelette place le couple dans la sphère économique d’une ville à vocation militaire où pourtant se développent les activités du commerce colonial.

6Plusieurs éléments révèlent la nature de cette activité exercée par Jean Garnier en parallèle à sa fonction officielle. Il est possible aussi de noter l’intégration dans le mobilier de quelques belles pièces typiques des intérieurs portuaires du XVIIIe siècle. Enfin, Françoise Morand, en l’absence de son mari toujours voguant sur les mers, semble avoir trouvé comment utiliser son temps dans des activités en lien avec les retours de produits coloniaux à Rochefort.

  • 6 Siamoise : étoffe de fil de coton de fabrication rouennaise à grandes ou petites raies de diverses (...)
  • 7 Rassade : marchandise de traite sous forme de petits grains de verre teints de diverses couleurs do (...)

7Parmi les biens prisés au cours de l’inventaire, dix-huit cotes concernent des effets dits de retour des Iles […] de retour d’Amérique, que ledit feu sieur Garnier avait emporté avec lui pour vendre. Il s’agit, soit de chemises d’hommes en toile de Rouen garnies de baptiste, de serviettes et nappes ouvrées, de pièces de tissu (siamoise6 ou Rouen), soit de chapeaux, de bas, de souliers, soit encore de rassade blanche et bleue7 ou de vingt-quatre douzaines de couteaux de traite. L’ensemble de ces objets et tissus est évalué à plus de 3 000 l., somme coquette pour un seul voyage et un seul homme s’adonnant de toute évidence au commerce de la traite comme le laisse à penser cette agrégation d’objets typiques de la pacotille.

8D’ailleurs, pour rallier Cayenne au XVIIIe siècle, il fallait longer les côtes de l’Afrique au moins jusqu’à Saint-Louis du Sénégal, pour ensuite piquer vers les Amériques en utilisant les vents et les courants et enfin attraper le courant des Guyanes qui pousse du sud au nord. La correspondance de l’intendant de Rochefort est muette sur les étapes de la navigation de la Gironde et n’indique que ses destinations finales, tant l’itinéraire est logique à l’époque.

9Jean Garnier profite encore des avantages de son métier dans le registre plus classique du prêt d’argent. Ainsi sa veuve déclare au moment de l’inventaire que plusieurs personnes de l’équipage de La Gironde doivent à son mari la somme de 838 l. 10 s. Ces avances peuvent correspondre à une participation non payée au trafic de Jean Garnier. De même, plusieurs personnes de qualité résidant à Cayenne ou en Martinique sont ses débiteurs pour la somme totale de 3 114 l. 16 s et 8 d. À ces dettes actives, connues de la veuve et qu’elle signale, s’ajoutent les espèces sonnantes et trébuchantes sous la forme de quatre sacs dans lesquels il y a l’or et l’argent du cour estimées 9 217 l. Notre pilote du roi rentabilise donc largement ses voyages au service de Louis XV.

10Sa femme n’est pas en reste. La maison de la rue Martrou recèle 500 l. pesant de café estimées 450 l. tandis que l’entrepôt de La Rochelle contient 200 livres pesant de cacao estimées 250 l. Les produits coloniaux de retour de Cayenne et de La Martinique permettent d’autres bénéfices par leur revente en métropole. On peut d’ailleurs aussi noter que l’inventaire après décès énumère un certain nombre d’objets qui peuvent laisser penser que Françoise Morand occupait ses loisirs à la vente au détail de ces produits, et, pourquoi pas, à la consommation sur place du cacao et du café. En tout cas, tous les ustensiles nécessaires sont présents : cafetières, moulin à café, pierre à chocolat, huit moules à faire le chocolat, une râpe à râper le chocolat. Nous pouvons raisonnablement l’imaginer en consommatrice mais aussi en chocolatière de Rochefort, offrant à des amateurs habitués ce savoureux breuvage exotique, comme on le dégustait aussi dans la bonne société bordelaise ou parisienne.

11Enfin, dernier élément de cet ensemble baigné d’outremer, l’intérieur du couple Garnier est agrémenté de plusieurs beaux meubles en bois des îles, reflet d’une mode qui touchait toutes les villes portuaires s’adonnant au commerce colonial. Le premier lit prisé dans l’inventaire offre l’image d’un intérieur dans le goût du XVIIIe siècle français avec sa couchette de bois des îles, ses rideaux d’étoffe violette, bordés et enjolivés de rubans jonquille, et sa commode assortie à quatre tiroirs garnis de métal jaune. Table de jeu et cabinet aussi en bois des îles, tasses, soucoupes et sucrier en porcelaine, tableaux, estampes, sièges complètent ce décor de la chambre basse donnant sur la rue Martrou.

  • 8 Gabet, Camille, « Le commerce des officiers sur les vaisseaux de la royale sous Louis XIV », dans R (...)

12À Rochefort, alors que l’arsenal est en sommeil du fait de la paix prolongée depuis plusieurs décennies et que le personnel entretenu survit difficilement, l’esprit d’entreprise de Jean Garnier, qui lui permet en six ans de vie commune de sextupler la dot de sa femme, illustre un aspect assez peu connu de cette base navale de l’Atlantique : son rôle dans les retours d’investissements dans l’économie coloniale et, en conséquence, la constitution de coquettes fortunes locales. Il reste cependant à s’interroger sur l’implication des responsables de l’arsenal dans les échanges privés pratiqués à bord des navires du roi en mission officielle. Si le fret marchand est légal en temps de paix, certains débordements ne le sont pas, comme l’illustre le précédent célèbre de L’Amphitrite dont l’équipage trafiqua ouvertement des piastres espagnoles8. On peut supposer que régnait, pour le moins, une certaine tolérance, sinon une réelle connivence. Un point demeure dans l’ombre : La Gironde, flûte du roi officiellement armée par lui à destination de Cayenne et de la Martinique, a-t-elle fait place à son bord à des captifs africains ? À qui Jean Garnier, probablement mort avant d’atteindre Cayenne destinait-il sa pacotille embarquée ? Si chemises, chaussures ou chapeaux pouvaient éventuellement vêtir les colons de Guyane, qui profitait des rassades et couteaux de traite ? La singularité de l’histoire de Jean Garnier réside dans le mélange des genres, entre profession spécialisée au service de l’État et commerce privé, dans lesquels il fait preuve de la même réussite concrétisée par une fortune rapidement acquise, dont seule la mort vient interrompre l’élan.

Annexes

ANNEXE

Inventaire après décès de Jean Garnier maître pilote entretenu pour le service du roi au port de Rochefort9

Inventaire des meubles, effets, titres et papiers étant de la communauté de feu sieur Jean Garnier maître pilote entretenu pour le service du Roi et de demoiselle Françoise Morand sa veuve, laquelle dite demoiselle Morand tant en son nom de commune que comme mère tutrice et curatrice de Jean Baptiste Garnier leur fils mineur, demeurante en cette ville, a requis le transport de nous notaires royaux de la ville de Rochefort soussignés en sa maison de résidence sise en cette ville rue Martrou, où étant en présence et du consentement du sieur Pierre Morand marchand demeurant au bourg de Moëze, curateur aux causes dudit mineur, ont fait trouver Marie Delaunay veuve de Guillaume Lolant et Marie Chauvet veuve de Pierre Barbier, marchandes publiques demeurantes en cette ville, pour apprécier lesdits meubles ci-après inventoriés auxquelles dites appréciatrices nous avons fait faire serment de bien et fidèlement faire ladite appréciation, ce qu’elles ont promis et juré faire, ensuite avons ce jourd’hui premier août mille sept cent quarante et un procédé audit inventaire ainsi qu’il suit, sans qu’il y ait eu aucune appositions de scellés sur lesdits meubles.

Premierement étant entré dans une chambre basse qui a son aspect sur ladite rue de Martrou où étant, s’est trouvé :

une couchette de bois des îles sur laquelle il y a un sommier garni d’une vieille toile, un matelas de grande laine couvert de toile à carreaux, un lit et son traversin coutil de Hollande à grande raie rempli de plume, deux couvertures, une desquelles est une cotonnine verte et l’autre de coton piqué, au dessus de laquelle couchette est un cadre avec des verges de fer tournantes, une garniture d’étoffe violette, le fond, le dossier, la pente de dessus, la partie de dedans et les rideaux bordés et enjolivés de rubans jonquille, estimé le tout ensemble à la somme de deux cent vingt livres

220 #1010

plus une commode de bois des îles ouvrant à quatre tiroirs garnie de métal jaune estimée la somme de quarante livres

40 #

ouverture de laquelle ne s’est trouvé que les coiffes et hardes servant à l’usage de ladite demoiselle veuve Garnier.

plus un miroir à cadre doré sur un pieds sept pouces de glace de haut sur neuf pouces et demi de large, taché, estimé par ladite appréciatrice à la somme de trente livres

30 #

plus six chaises de bois de noyer tourné foncé de paille et une autre chaise rembourrée de filasse, couvertes de camelot, un vieux tabouret rembourré de crin couvert d’une mauvaise tapisserie, six fauteuils de bois blanc peint en jaune, foncés de paille, estimés le tout ensemble par la dite appréciatrice à la somme de quinze livres

15 #

plus une table à jeu d bois des îles à pieds tournés, le dessus garni d’un drap vert, avec son tiroir, une autre petite table en cabaret de bois des îles avec son tiroir, un écran de bois de noyer garni de drap vert, estimés le tout ensemble à la somme de dix huit livres

18 #

plus une paire de chenets à face et pomme jaune, une pelle, une pincette, le tout de fer, un soufflet et une cuvette de faïence, une petite grille simple de fer estimés le tout ensemble à la somme de quinze livres

15 #

plus six tasses et leurs soucoupes, un petit sucrier, sa couverture, le tout de porcelaine, estimé le tout ensemble par ladite appréciatrice à la somme de quinze livres

15 #

plus un tableau représentant feu Louis quatorze Roi de France, à cadre doré, cinq autres moyens à cadre doré dont trois représentent des portraits de saints et saintes et les deux autres des princes de la cour, dix autres petits à estampes à cadre de bois et doré, estimé le tout ensemble à la somme de trente livres

30 #

plus deux morceaux de toile façon de tapisserie estimés à la somme de huit livres y compris un petit rideau de fenêtre de toile de Saint Jean avec sa verge de fer

8 #

plus un cabinet de bois des îles ouvrant à deux pans avec son tiroir en bas estimé par ladite appréciatrice à la somme de cent livres

100 #

ouverture duquel ayant été faite, s’est trouvé quarante sept chemises de toile de Rouen (Rohan) garnies de baptiste à demi usées, estimées par la dite appréciatrice à la somme de deux cent trente cinq livres, lesquelles chemises servaient à l’usage dudit feu sieur Garnier

237 #

plus douze autres chemises de nuit de toile fort usées qui servaient à l’usage dudit feu sieur Garnier, qui sont hors d’état d’être portées et estimées par ladite appréciatrice à la somme de six livres

6 #

plus quatre vestes, trois desquelles sont de basin fin et l’autre de toile, qui servaient aussi à l’usage dudit feu sieur Garnier, estimées à la somme de vingt livres

20 #

plus deux douzaines de chemises d’homme de toile de Rouen garnies de baptiste qui sont de retour de l’Amérique, que ledit feu sieur Garnier avait emportées avec lui pour vendre, estimées par ladite appréciatrice à la somme de six livres la pièce qui font ensemble la somme de cent quarante quatre livres

144 #

plus quinze autres chemises de grosse toile de Rouen garnies de baptiste que ledit sieur Garnier avait emportées pour vendre et qui sont de retour, estimées à la somme de cinq livres la pièce qui font ensemble la somme de soixante quinze livres

75 #

plus huit autres chemises de toile de Saint Jean garnies de grosse casse ( ?) aussi de retour des Iles, estimées à la somme de cinquante sols pièce, font ensemble la somme de vingt livres

20 #

plus huit pièces de serviettes ouvrées tirant chaque pièce vingt aunes qui sont de retour desdites Iles fort avariées qui font ensemble cent soixante aunes estimées à quinze sols l’aune, font ensemble la somme de cent vingt livres

120 #

plus deux pièces de nappes ouvrées tirant chacune douze aunes qui sont aussi de retour des Iles fort avariées qui font ensemble vingt quatre aunes estimées cinquante sols l’aune qui fait ensemble soixante livres

60 #

plus deux paires de pistolets garnis en cuivre et une épée de cuivre doré et la poignée de fil d’argent doré, étant aussi de retour des Iles aussi fort avariés, estimés à la somme de vingt quatre livres

24 #

plus deux chapeaux de castor uni, quatre paires de bas de soie destinés à hommes de différentes couleurs, un ceinturon de soie couleur de rose doublé de peau, deux garnitures de boutons de fil de trait d’or, neuf morceaux de ruban de gaze de différentes couleurs qui font six aunes, le tout aussi de retour des Iles, estimés ensemble à la somme de quatre vingt huit livres

88 #

plus seize chemises de Rouen garnies de baptiste aussi de retour des Iles fort avariées et même pourries, estimées à la somme de cinquante livres

50 #

plus trente deux cols de mousseline et coton dont partie fort mauvaise et l’autre partie à demi usée qui servaient à l’usage dudit feu sieur Garnier, estimés ensemble à la somme de trois livres

3 #

plus vingt paires de souliers dont dix de castor et les dix autres de veau, qui sont de retour des Iles et sont fort avariées, estimées à la somme de quarante sols la paire qui font ensemble la somme de quarante livres

40 #

plus soixante livres de rassade blanche et bleue estimé la somme de seize sols la livre qui sont aussi de retour des Iles qui fait la somme de quarante huit livres

48 #

plus vingt quatre douzaines de couteaux de traite aussi de retour des Iles aussi avariés estimés à la somme de vingt sols la douzaine ce qui fait la somme de vingt quatre livres

24 #

De ladite chambre sommes entrés dans une autre qui a son aspect sur la cour de ladite maison où étant, s’est trouvé un châlit de bois de noyer à colonnes torses foncé dessus et dessous sur lequel il y a une paillasse, un lit et son traversin coutil de pays à petites raies, remplis de plume, un matelas de laine de pays couvert de cotonnade, une cottelone (sic) de laine blanche, une courtepointe de coton, sa garniture d’étoffe verte, le fond, le dossier, la pente et les rideaux bordés et enjolivés d’un ruban blanc et vert, estimé par ladite appréciatrice à la somme de cent quatre vingts livres y compris un petit oreiller

180 #

plus une table de bois des îles à pieds tournés et un tiroir, un tapis de Turquie et un miroir à cadre de bois avec un tour doré en façon de trumeau, estimés le tout ensemble soixante livres

60 #

plus un fauteuil de bois de noyer rembourré de crin couvert de vieille tapisserie à fleurs, estimé à la somme de dix huit livres

18 #

plus six fauteuils à panier et six chaises de bois peint moulure de noyer, foncés de paille, deux autres petites chaises de même bois, estimés ensemble à la somme de douze livres

12 #

plus une grille de fer poli avec deux pommes jaunes, une pelle, pincette et tenaille, estimé ensemble par la dite appréciatrice à la somme de vingt quatre livres

24 #

plus trois portraits à cadre de bois représentant des saints et six autres petits à estampe à cadre de bois, estimés ensemble à la somme de six livres

6 #

plus un vaisselier clos de bois des îles ouvrant à quatre pans et deux tiroirs estimé à la somme de soixante livres

60 #

ouverture duquel ayant été fait des pans du bas ne s’est trouvé que des hardes et linges dudit enfant mineur.

et ouverture des pans du haut ayant été fait, s’est trouvé quatre douzaines d’assiettes, dix sept tant plats que mazarine, deux bassins avec deux boucles, le tout d’étain partie fin partie commun pesant ensemble quatre vingt dix livres estimées à quinze sols la livre qui fait en tout la somme de soixante sept livres dix sols

67 #10 s.

plus deux flambeaux et deux girandoles d’argent estimé la somme de

6 #

plus deux flambeaux, une écuelle, deux salières, trois gobelets, une tasse, douze cuillers et douze fourchettes, une cuiller à soupe, le tout d’argent pesant ensemble seize marcs à quarante six livres dix huit sols le marc, fait la somme de sept cent cinquante livres huit sols

750 # 8 s.

plus un rideau de fenêtre de toile de Saint Jean avec sa verge de fer estimé la somme de quatre livres

4 #

de ladite chambre sommes entrés dans un petit cabinet joignant et trouvé un bureau à placage de douze petits tiroirs et un grand estimé à la somme de dix huit livres

18 #

ouverture desquels tiroirs ayant été faite, ne s’est trouvé que quelques clous et plumes à écrire et trois rames de papiers à lettres.

plus une petite tablette de bois de noyer sur laquelle il y a plusieurs livres de dévotion à l’usage de ladite demoiselle veuve Garnier, la tablette estimée à la somme de trois livres

3 #

plus quatre petits tableaux à paysage à cadre de bois, deux petits portraits de saints à cadre de cuivre, trois cartes, une grande et deux petites, estimé le tout ensemble à la somme de six livres

6 #

Dudit cabinet sommes entrés dans un petit salon à manger, s’est trouvé un vaisselier de sapin tenant à la maison sur lequel il y a un grand chaudron tenant six seaux, un autre chaudron tenant quatre seaux, un autre deux seaux, un autre d’un seau et demi, une poêle à confiture, une lèchefrite, deux chauffe-lit, deux tourtières et leurs couvertures, une moyenne et l’autre grande, une passoire, une petite marmite, un pot à lessive, une petite fontaine et sa cuvette, le tout de cuivre rouge estimé le tout ensemble par ladite appréciatrice à la somme de cent vingt livres

120 #

plus deux petits chaudrons, trois poêlons à queue, trois friquets, quatre cuillers de pot, trois petits friquets à poêlon, quatre couvertures de pot, deux chandeliers à queue, deux cafetières, trois casseroles, quatre chandeliers de potin, un mortier et son pilon, deux réchauds, le tout partie de cuivre jaune, d’airain et de potin, estimé le tout ensemble par ladite appréciatrice à la somme de trente six livres

36 #

plus un petit tournebroche de fer garni d’un poids de plomb, deux chenets, une pelle, une pincette estimés le tout ensemble à la somme de quinze livres

15 #

plus quatre douzaines d’assiettes de faïence de Hollande, deux douzaines de grosses assiettes de faïence commune, onze plats tant grands que petits, deux saladiers aussi de même faïence, un petit pot à eau aussi de faïence, estimés le tout ensemble à la somme de dix huit livres

18 #

Dudit salon sommes entrés dans la cuisine où s’est trouvé deux petits chenets, un garde cendre, une crémaillère, une chambrière, six trois-pieds, deux grilles, une poêle à frire, quatre broches, une pelle, une pincette, une autre petite broche à oiseau, un moulin à café, un crochet à pendre de la viande, deux couteaux de fer à hacher, un pot de fer blanc, un pommier (sic) aussi de fer blanc, deux petites cafetières de fer blanc, un fanal d’airain jaune garni de verre et un autre fanal de fer blanc, un petit mortier de gayac avec son pilon, une paire de cordes de puits avec leurs chéneaux de fer et deux seaux cerclés de fer, estimé le tout ensemble à la somme de vingt livres

20 #

plus un grand garde-manger, trois bailles cerclées en bois, un petit chevalet à scier le bois, une petite scie, un petit fourneau de pierre cerclé d’un petit cercle de fer, une jarre, un bujour (sic) de terre avec sa selle, une pierre à chocolat avec le rouleau de fer, une petite table pour la pierre très mauvaise, une petite table avec son pliant de bois de sapin, huit moules de fer blanc à faire le chocolat, estimé le tout ensemble à la somme de trente livres

30 #

plus un petit fléau et une paire de balances de bois, une paire de balances de cuivre jaune avec leurs fléaux, cent livres de poids de plomb, cent cinquante bouteilles de verre et une grande bouteille de gros verre tenant environ dix pintes, une râpe à râper le chocolat, une mauvaise salière de bois, estimé le tout ensemble à la somme de cinquante livres

50 #

plus un petit mauvais vaisselier sur lequel il y a de la vaisselle de terre, deux cages à poules, une desquelles est très mauvaise, un bassin cerclé de fer, une grande terrine, un panier à salade, deux entonnoirs, un desquels est grand, l’autre petit, estimé le tout ensemble à la somme de dix livres

10 #

De la dite cuisine sommes montés dans une chambre au dessus où étant, s’est trouvé un châlit de bois de noyer foncé dessus et dessous, sur lequel il y a une paillasse, un lit et son traversin de coutil de pays à grandes raies, une couverture de laine verte, une courtepointe de coton piqué, sa garniture de Cadix vert bordé d’un petit ruban de même couleur, estimé par ladite appréciatrice à la somme de cent vingt livres

120 #

plus une table de bois des îles à pieds tournés avec son tiroir et son tapis de coton, estimé à la somme de quinze livres

15 #

plus deux chenets à face de cuivre, une pelle, une pincette et un grand fléau de fer, estimé ensemble à la somme de trente livres

30 #

plus une grande malle couverte de peau estimée à la somme de quinze livres

15 #

plus un cabinet de bois de noyer ouvrant à deux portes et son tiroir en bas estimé à la somme de quarante cinq livres attendu qu’il est endommagé et fendu

45 #

ouverture duquel ayant été faite, s’est trouvé cinq petites chasses de grosse toile, une seringue et son tuyau d’étain, estimés ensemble à la somme de dix livres

10 #

plus des hardes et des linges servant à l’usage de ladite demoiselle veuve Garnier plus trois quarts et deux sacs dans lesquels il y a cinq cents livres de café estimés la somme de dix huit sols la livre qui fait ensemble la somme de quatre cent cinquante livres

450 #

plus un petit rideau de toile rayée avec sa verge de fer, un fauteuil de bois blanc peint en noyer foncé de paille, estimé à la somme de quatre livres

4 #

De ladite chambre sommes allés dans une autre chambre haute qui a son aspect sur ladite rue de Martrou, où étant, s’est trouvé, une couchette de bois des îles sur laquelle il y a un sommier de filasse couvert de gros coton à carreaux, un lit et son traversin de coutil de Hollande à petites raies, remplis de plume, deux matelas de laine de pays, un garni de basin uni, et l’autre de cotonnade rayée, une cottolonne (sic) blanche, une courtepointe piquée de coton, au dessus de laquelle couchette, il y a un cadre avec ses verges de fer tournantes, une garniture de serge d’Aumale verte bordée de galons d soie battue, le fond, le dossier et la pente de dedans de satin vert, estimé le tout ensemble à la somme de trois cent trente livres

330 #

plus une tapisserie de Bergame contenant seize aunes, sans être doublée estimée à la somme de quarante livres

40 #

plus dix huit petits tableaux à estampe à cadre de bois doré estimés à la somme de huit livres

8 #

plus un miroir à cadre doré sur vingt cinq pouces de haut et dix neuf pouces de large de glace, estimé par ladite appréciatrice à la somme de cinquante livres

50 #

plus six fauteuils de bois de noyer rembourrés partie de crin et de filasse couverts de grosses tapisseries à carreaux de plusieurs couleurs, un autre fauteuil de bois des îles rembourré de crin couvert d’une grosse tapisserie à panneaux, trois petits tabourets rembourrés de crin couverts de ( ?), estimés le tout ensemble à la somme de cent cinquante livres

150 #

plus six chaises de bois de noyer foncées de paille et un petit marchepied de bois de sapin, une table de moyenne grandeur de sapin avec son pliant estimé le tout ensemble par ladite appréciatrice à la somme de quinze livres

15 #

plus une paire de chenets à face jaune, une pelle et une pincette de fer poli, une cuvette de faïence et un petit couvert estimé ensemble à la somme de seize livres

16 #

plus une garniture de cheminée contenant douze tasses, douze soucoupes, cinq vases de faïence de Hollande, estimé le tout ensemble à la somme de vingt quatre livres

24 #

plus un rideau de fenêtre gros coton, une verge de fer estimé à la somme de cinq livres

5 #

plus un cabinet de bois des îles ouvrant à deux pans et un tiroir au bas estimé par ladite appréciatrice à la somme de cent cinquante livres

150 #

ouverture duquel ayant été faite, s’est trouvé vingt cinq draps de lit de différentes toiles de chanvre au deux tiers neufs, estimé le tout ensemble à la somme de cent quarante quatre livres

144 #

plus dix huit autres draps de lit de grosse toile de brin à demi usé estimé ensemble à la somme de soixante douze livres

72 #

plus vingt quatre autres draps de lit de différentes toiles de brin à moitié neuf estimé ensemble à la somme de cent quatre vingt douze livres

192 #

plus deux douzaines de nappes ouvrées tant grandes que petites estimées ensemble à la somme de quatre vingt seize livres

96 #

plus vingt nappes unies de toile de chanvre à demi usé estimé ensemble à la somme de trente livres

30 #

plus deux douzaines de nappes ouvrées estimées ensemble à la somme de trente six livres

36 #

plus neuf douzaines de serviettes ouvrées et une veinée de fil de lin estimées ensemble à la somme de cent vingt livres

120 #

plus onze douzaines de grosses serviettes tant ouvrées que unies dont la majeure partie est fort usée estimés le tout ensemble à la somme de quarante quatre livres

44 #

plus cinq douzaines de torchons de grosses toiles d’étoupes estimés à la somme de douze livres

12 #

plus quatre rideaux de fenêtre deux de gros coton et les deux autres de toile de Saint Jean, estimés ensemble à la somme de douze livres

12 #

plus un petit bureau de bois d’érable à quatre tiroirs fermant à clef estimé à la somme de vingt quatre livres

24 #

ouverture desquels tiroirs ayant été faite, ne s’est rien trouvé plus une commode de bois des îles à quatre tiroirs, une ferrure d’argent taché estimée par ladite appréciatrice à la somme de soixante livres

60 #

ouverture desquels tiroirs ayant été faite, s’est trouvé six pièces de siamoise qui sont de retour de l’Amérique, tirant le tout ensemble cent vingt cinq aunes estimées à trente huit sols l’aune qui fait ensemble la somme de deux cent trente sept livres dix sols

237 # 10 s

plus une pièce de toile de Rouen contenant soixante sept aunes estimées par ladite appréciatrice à quarante cinq sols l’aune qui fait le tout la somme de cent cinquante livres quinze sols

150 # 15 s

plus une autre pièce de toile de Rouen tirant soixante dix sept aunes estimés à la somme de quarante sols l’aune ce qui fait la somme de cent cinquante quatre livres

154 #

plus deux morceaux d’autres toiles de Rouen tirant chacune dix huit aunes, estimés par ladite appréciatrice à la somme de trois livres l’aune qui fait la somme de cent huit livres le tout ensemble

108 #

plus une pièce de toile ouvrée tirant douze aunes, propre à faire des nappes estimée à cinquante sols l’aune, ce qui fait la somme de trente livres

30 #

plus une autre pièce de toile ouvrée tirant vingt aunes propres à faire des serviettes estimée la somme de quinze sols l’aune ce qui fait la somme de quinze livres

15 #

plus douze petites croix avec le cœur d’argent à la Maintenon, douze paires de boucles d’oreille d’argent, trois petites lorgnettes et trois lunettes avec leurs étuis estimés le tout ensemble à la somme de quinze livres

15 #

plus un habit une veste et deux culottes de drap couleur ventre de biche, un autre habit, veste et culotte de drap cannelle, deux autres vestes et deux culottes de Cadix couleur marron, un habit et deux culottes de camelot brun doublé d’une toile grise, un habit, veste et culotte de ras de castor doublé de Cadix, un autre habit et deux culottes de polonaise brune doublé de toile grise, et deux perruques de retour de campagne avariées, le tout servant à l’usage dudit feu sieur Garnier, estimé le tout ensemble par lesdittes appréciatrices à la somme de cent livres

100 #

De la dite chambre sommes montés dans un petit grenier à côté où étant s’est trouvé un petit châlit de bois de noyer foncé dessus et dessous sur lequel il y a une paillasse, un lit et son traversin remplis de plume, deux couvertes de laine, une de bord, sa garniture de serge verte à frange, le tout usé estimé par lesdittes appréciatrices à la somme de soixante quinze livres

75 #

plus une épée à poignée et garde d’argent estimée la somme de trente six livres

36 #

plus deux matelas, un de vieille laine de pays et l’autre de crin couverts de vieille toile, deux couverture de bord une de laine et l’autre de coton, un coffre de bord, une malle couverte de toile, estimés le tout ensemble à la somme de trente trois livres

33 #

plus une grande mauvaise caisse de sapin, une grande table avec son pliant aussi de sapin, une petite échelle, un panier à chauffer le linge, un palan garni de ses élingues, une petite pompe à la hollandaise, six grands flacons de verre, douze et six flacons de verre, un vieux tric trac avec ses damiers, estimés le tout ensemble à la somme de trente livres

30 #

Qui sont tous les meubles et effets qui se sont trouvés en ladite maison et qui nous ont été représentés par ladite demoiselle veuve Garnier dont le montant sera ci-après expliqué avec les billets et argent qui se trouvera, et ont les appréciatrices, signé

Suit les billets qui sont dus par différents particuliers à la communauté :

ladite Demoiselle veuve Garnier nous a déclaré qu’il est du par plusieurs personnes de l’équipage du vaisseau du roi la Gironde sur lequel est décédé ledit feu sieur Garnier, la somme de huit cent trente huit livres dix sols, à prendre sur ledit équipage lorsqu’il sera payé de la campagne

838 # 10 s

plus ladite demoiselle veuve Garnier nous a présenté quatre sacs dans lesquels il y a de l’or et argent du cours, lesquels sacs ayant été vidés et comptés, il s’est trouvé qu’il y a en tout la somme de neuf mille deux cent dix sept livres

9217 #

plus ladite demoiselle veuve Garnier a déclaré qu’il y a au bureau de l’entrepôt de La Rochelle, deux cents livres de cacao estimé à vingt cinq sols la livre qui fait la somme de deux cent cinquante livres

250 #

plus ladite demoiselle veuve Garnier nous a déclaré qu’il est du au feu sieur Garnier par le sieur Baron sous ingénieur à Cayenne la somme de trois cent quatre vingt douze livres seize sols

392 # 16 s

plus qu’il est du aussi audit feu sieur Garnier par le sieur Legrand Delucet lieutenant de compagnie à Cayenne, la somme de trois cent cinquante trois livres dix sols

353 # 10 s

plus qu’il est du aussi audit feu sieur Garnier par le sieur Girard lieutenant de compagnie audit Cayenne, la somme de sept cent sept livres

707 #

plus a aussi déclaré qu’il est du audit feu sieur Garnier par le sieur de Longueville de la Martinique, la somme de deux cent dix neuf livres seize sols

219 # 16 s

Plus ladite Demoiselle a déclaré aussi qu’il est du audit feu sieur Garnier par le sieur Tizeau de Cayenne vingt livres de cacao estimé vingt sols la livre, fait

20 #

plus ladite Demoiselle veuve Garnier a déclaré qu’il est du aussi audit feu sieur Garnier par le sieur Batel de Cayenne la somme de cent cinq livres quatre sols

105 # 4 s

plus a déclaré aussi qu’il est du audit feu sieur Garnier par le sieur ARDIBUS secrétaire à Cayenne la somme de cinquante trois livres

53 #

plus a déclaré aussi qu’il est du audit sieur Garnier par le sieur DEMOUTY officier des troupes à Cayenne sept cent cinquante trois livres de rocou à dix sols la livre, font la somme de trois cent soixante quinze livres

375 #

plus ladite veuve Garnier a déclaré qu’il est du audit feu sieur Garnier son mari par le sieur Sene orfèvre à Cayenne la somme de cent soixante douze ivres, lequel dit Sené est mort insolvable

172 #

plus ladite Demoiselle veuve Garnier nous a aussi déclaré qu’il est du audit feu sieur Garnier son mari par le sieur Coursols du Fort Royal de la Martinique la somme de quatre cent seize livres dix sols

416 # 10 s

Toutes lesquelles sommes ci-dessus déclarées et inventoriées ladite Demoiselle Garnier en tiendra compte d’une moitié à son fils mineur lorsqu’elle les aura reçues et non autrement, attendu qu’elle ne connaît point les dénommés qui doivent et les risques qu’il y a [à] courir la mer.

Plus ladite Demoiselle veuve Garnier nous a déclaré qu’il est du à ladite communauté par le sieur Prillieux marchand droguiste de cette ville la somme de cent quatre vingts livres

180 #

Et finalement ladite Demoiselle veuve Garnier a aussi déclaré qu’il est du à ladite communauté par le nommé Metereau, farinier, demeurant en la paroisse de Marennes la somme de cent vingt livres

120 #

Suit les titres et papiers :

premierement, la grosse en parchemin du contrat de mariage dudit feu sieur Garnier avec ladite Demoiselle Morand passé devant Tayeau le jeune l’un de nous le trente et un janvier mille sept cent trente cinq dûment en forme qui demeure coté et paraphé par la lettre

A

plus la grosse en parchemin du contrat de vente d’une maison située en cette ville rue de Martrou, faite audit feu sieur Garnier et Demoiselle Morand par le sieur Dabbadie, passé par ledit sieur Tayeau le vingt et unième novembre mille sept cent trente cinq, dûment en forme qui demeure coté et paraphé par la lettre

B

plus la grosse en parchemin du contrat de partage fait entre ledit feu sieur Garnier et son frère, devant ledit Tayeau le vingt cinquième février mille sept cent trente huit, dûment en forme, qui demeure coté et paraphé par la lettre

C

et finalement la grosse en parchemin d’une cession et licitation faite entre les sieurs et demoiselle Morand audit feu sieur Garnier et demoiselle Morand sa femme, passé devant Gautier notaire le dix sept mars mille sept cent trente huit, dûment en forme, qui demeure coté et paraphé par la lettre

D

Qui sont tous les meubles, effets, titres et papiers qui sont de ladite communauté et se sont trouvés dans ladite maison qui nous ont été représentés par ladite Demoiselle Morand veuve Garnier montant à la somme de dix neuf mille six cent soixante douze livres neuf sols huit deniers, sauf erreur de calcul, laquelle a juré et affirmé par serment fait es mains de nousdits notaires ne retenir aucun par fraude ni autrement dont acte fait clos et arrêté le présent inventaire en ladite maison le jour et an susdits.

[Signature de la veuve : Morand veuve Garnier]

[Signature du curateur du mineur : Morand]

[Signatures des deux notaires]

Notes

1 Service historique de la Défense, Marine à Rochefort (SHD/Marine Rochefort), 1 E 132, f° 141, lettre de Maurepas, secrétaire d’État à la Marine. La Gironde est une flûte de 560 tonneaux, pouvant embarquer 291 tonneaux de fret, outre ses rechanges et vivres. Elle peut être armée de trente canons en guerre. Elle a été construite à Rochefort en 1737 par Blaise Geslain. Elle est perdue sur le rocher du Four au large du Croisic en 1748.

2 Poussou, Jean-Pierre, Bonnichon, Philippe, Huetz de Lemps, Xavier, Espaces coloniaux et espaces maritimes au XVIIIe siècle, Paris, SEDES, 1998, p. 234.

3 Haudrère, Philippe, L’empire des rois, 1500-1789, Paris, Denoël, « L’aventure coloniale française », 1997, p. 250.

4 Arch. dép. Charente-Maritime (désormais ADCM), 3 E 21/67, pièce n° 19, contrat de mariage du 31 janvier 1735 passé devant Tayeau, notaire à Rochefort.

5 Ibid., 3 E 21/67, pièce 110, achat de maison ; ibid., 3 E 21/71, 25 février 1738.

6 Siamoise : étoffe de fil de coton de fabrication rouennaise à grandes ou petites raies de diverses couleurs.

7 Rassade : marchandise de traite sous forme de petits grains de verre teints de diverses couleurs dont on fait un grand trafic sur les côtes d’Afrique à l’époque de la traite, Kouamé, Aka, Les cargaisons de traite nantaises au XVIIIe siècle. Une contribution à l’étude de la traite négrière française, dactyl., Thèse d’histoire, dir. Christian Hermann, 2005, Nantes, université de Nantes, p. 32.

8 Gabet, Camille, « Le commerce des officiers sur les vaisseaux de la royale sous Louis XIV », dans Rochefort et la mer, n° 3, Présence maritime française aux XVIIe et XVIIIe siècles, Jonzac, Publications de l’Université francophone d’été, 1987.

9 ADCM, 3 E 21/74, pièce 109, 1er août 1741 devant Tayeau, notaire à Rochefort.

10 C’est-à-dire livre.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540