Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Usages et images de l'argent dans l'Ouest atlantique aux Temps modernes

 | 
Dominique Le Page

Un compte de fabrique de la paroisse de Saint-Jean-Baptiste de Béré (Châteaubriant, 1555-1556)

Alain Gallicé et Christian Bouvet

Texte intégral

  • 1 Constant, Georges, abbé, « Une source négligée d’histoire ecclésiastique locale : les registres anc (...)
  • 2 Bouvet, Christian, « Le Pays de Châteaubriant : histoire et identité », Pays de Châteaubriant. Hist (...)
  • 3 Bouvet, Christian, Gallicé, Alain, « Les productions agricoles à Châteaubriant au XVIe siècle (1500 (...)

1Les comptes de fabrique présentent un intérêt reconnu1. Ceux de la paroisse médiévale de Saint-Jean-Baptiste de Béré, qui inclut la ville close de Châteaubriant, offre une série continue à partir de 1506. Le compte édité, celui de l’exercice comptable 1555-1556, trouve place dans la période d’apogée que connaît la ville entre 1530 et 15602, et il se situe dans une phase bien orientée depuis 1547 qui prend fin avec la crise en 1556-15573.

  • 4 Bedos Rezak, Brigitte, Anne de Montmorency : seigneur de la Renaissance, Paris, Publisud, 1990 ; Ke (...)

2Dans les années 1547-1557, la paroisse, d’une superficie de 3 344 hectares, aurait environ 2 000 habitants, sans que l’on puise préciser la répartition de la population et la part que représente l’habitat aggloméré constitué de la ville de Châteaubriant, de ses faubourgs et du bourg de Béré. La ville est le siège d’une puissante baronnie bretonne dont des détenteurs au XVIe siècle, membres de la haute noblesse, occupent des fonctions de premier rang : Jean de Laval est gouverneur de Bretagne de 1531 à sa mort survenue en 1543, Anne de Montmorency (seigneur de Châteaubriant après la donation de Jean de Laval en 1540) est connétable de France4. Cette présence aristocratique, dont il est impossible d’apprécier les retombées économiques et sociales pour la ville et sa campagne, se traduit notamment par les transformations que connaît le château de Châteaubriant, et encore celles de la ville (porte Saint-Nicolas, chapelle Saint-Nicolas, promenade de la Motte-à-Madame…).

  • 5 Arch. mun. Châteaubriant (désormais AM Châteaubriant), GG 46, f° 82-94 v°.

3Ce compte figure dans un registre constitué de feuilles de papier5. Dans celui-ci, la rédaction — effectuée peu avant la reddition des comptes à partir de diverses pièces — est soignée. Les paragraphes, rédigés selon un ordre avant tout chronologique, détaillent les différentes opérations comptables. Leur montant est clairement indiqué en chiffres, et pour les dépenses le montant est également libellé en lettres dans le corps du texte. La comptabilité est tenue en monnaie tournois (désormais t). D’autres comptes peuvent aussi contenir l’acquit de la régularisation des précédents comptables ou encore certaines quittances et autres actes notariés. Le compte édité, commencé le 10 février 1555 et achevé le 2 février 1556, offre une particularité : il n’a pas été rendu.

4Après une analyse stricto sensu de ce compte (les charges, les mises, mais aussi les hommes qui les réalisent), nous présenterons, en prenant appui sur d’autres comptes, des éléments concernant la vie religieuse, mais aussi la vie sociale, politique et économique à Châteaubriant.

LE COMPTE

Les hommes

  • 6 En juillet 1532, suite à un décès d’un des procureurs (donc en cours de mandat), Yvon Pain est dési (...)
  • 7 Le terme de thesaurier est également employé, ibid., GG 45, f° 235.
  • 8 Une exception : en 1528-1529, suite au décès en cours de mandat de Mahé Duval, est nommé, avant le (...)

5Chaque année, selon une procédure qui nous reste inconnue6, deux laïcs sont instituez procureurs et fabriqueurs de la parroesse — le terme de comptable est également employé7 — pour une durée d’un an non renouvelable8 qui court de février à février de l’année suivante. Pour l’exercice 1555-1556, Jean Hamon et Symon Nyotz succèdent à Michel Certain et Robert Le Mestayer (1554-1555), et laissent leur place à Charles Rouille et Jean Le Large (1556-1557).

  • 9 Pour l’ensemble de ce qui suit, ibid., GG 45-46, passim ; ibid., GG 1-3 ; ibid., dossier Boisbriant (...)

6Les données concernant ces personnes sont comptées9. Robert Le Mestayer, est l’un des tapiciers de feu monseigneur de Chasteaubriant, il fait don à la fabrique d’un corporalier. Michel Certain, époux de Marie Drouet, est qualifié de maître en juin 1560 ; il dispose de nombreux biens : dans la Grant Rue, la maison Pousse et à proximité, avec Jean Chappel, celle nommée pour partie du Plat d’Estain et pour une autre Heriais, un jardin près du puits Viollette au faubourg de La Barre, une maison et un jardin à l’extrémité au Bourgérard, et il dispose encore de biens pour lesquels il verse des rentes en vin à la fabrique. De Jean Hamon, nous savons qu’il est cordonnier. Simon Nyotz est peut-être à rapprocher de Jean Nyotz qui en 1553-1554, intervient pour la réfection du presbytère. La famille Rouille est bien implantée à Châteaubriant, plusieurs de ces membres sont propriétaires ; l’un d’eux, Olivier Rouille, clerc et notaire, est procureur de la fabrique en 1509-1510, et autour de 1520, lieutenant de Châteaubriant, son inhumation figure dans l’exercice 1532-1533. Quant à Jean Le Large, en juin 1560, il figure parmi ceux qui tiennent l’immeuble des Salorges au Champ-de-Foire en tant qu’héritier de dom Macé Le Large ; un Pierre Le Large est procureur de la fabrique en 1535-1536, et Jean, fils de Jean, en 1560-1561 ; peut-être sont-ils à rapprocher d’un Jean Le Large, maçon en 1507-1511 ou d’un Robert Le Large, couvreur en 1510-1511.

  • 10 Citons encore en 1560-1561, maître Olivier Bechenec, sr des Fougerais, et en 1561-1562, Romain Perr (...)

7Les procureurs cités disposent de biens et donc d’un répondant financier. Un examen sur la période 1520-1560 montre que leur origine sociale est variée : à des membres d’une certaine élite10, s’ajoutent des personnes de rang social plus ordinaire. Des liens familiaux existent entre certains d’entre eux. Quelques familles fournissent plusieurs procureurs.

Les charges

  • 11 Longtemps la déclaration s’est limitée à une énumération typologique, à un renvoi aux précédents co (...)
  • 12 Une patène est un vase sacré en forme de petite assiette qui sert à couvrir le calice et à recevoir (...)
  • 13 Récipients sans doute destinés à conserver les saintes huiles.
  • 14 Passementerie d’or et d’argent.

8De façon classique les charges commencent par la présentation des tresors et ornemens […] de laditte parroisse et eglise de Sainct Jehan de Beré et Sainct Nicollas11. Sont cités d’abord les objets cultuels liés aux offices, aux fêtes religieuses et aux sacrements : une croix d’argent ; 3 custodes d’argent ornées d’un crucifix destinées à porter le Corpus Domini ; un encensoir et sa chaîne ; 6 calices et leurs plattaines12 ; l’ensemble, comprenant le bois de la croix, et le foyer de l’encensoir, qui est en fer, pèse 30 marcs d’argent 6 onces et un gros d’argent, seul l’un des calices ne dispose pas de son étui. Puis, viennent les pièces métalliques qui servent sur l’autel : une patte de cuivre pour recevoir la croix ; 8 chandeliers, 6 en cuivre et 2 en étain, dont 4 servent à Saint-Nicolas ; 8 orseulx13 en étain pesant 9 livres. Suit ensuite le linge : un corporalier ; 12 chasubles, et au moins — les déclarations sont parfois imprécises — 8 chapes, 9 étoles et 10 fanons et 14 damouaires et des orfrais14 ; 2 draps mortuaires, 10 parements d’autel, dont 2 servent à Saint-Nicolas ; une petite chapelle avec ces 2 brancards pour porter le Corpus Domini le jour du Sacre ; une écharpe ; 4 toiles de drap de soie ; 2 nappes en lin ; 2 pièces de toile de brin (7 aunes) ; 4 pièces de satin (8 aunes trois quarts) ; une pièce de satin noir (une aune et demie) ; un couvrecheff ; un plat d’étain ; une bourse pour porter le Corpus Domini. Et encore 2 bannières dont une est usée ; 20 livres de fil écru ; 3 aunes trois quarts et demi de taffetas ; une petite boîte où se trouvent une pierre de cristal et une vitre de mirouez.

9Certaines pièces font l’objet de développements particuliers qui peuvent porter sur leur destination : il est distingué entre la custode utilisée lors de la procession du Sacre, dotée d’une verrine de vitre, et celle utilisée pour la communion des malades ; parmi les calices, celui qui sert aux dimanches ; parmi les chasubles, celle qui sert au Vendredi Saint et le jour de la Fête-Dieu, celle des octaves du Sacre. Ils peuvent être encore descriptifs : souvent limitée à une simple indication permettant de reconnaître l’objet cité, la présentation peut se faire plus précise lorsque les pièces recensées présentent des défauts — la chaînette de l’encensoir a deux chainons au hault qui sont de fer, et y a l’un des petiz chainons rompu, qu’il reste faire abiller et y faire ung chainon au hault qui se meptra en la grande boucle — ou des signes d’usure, cas de certaines pièces textiles. Pour les procureurs, il s’agit ne pas être pris en faute pour mauvais entretien. Pareille préoccupation se retrouve pour les pièces absentes : il est écrit d’une chasuble qu’elle est vers messire le doyen et d’une chape de trippe de velours qu’elle a été utilisée pour la réparation d’autres pièces.

  • 15 Appelés ensuite Bohémiens et plus tardivement Tziganes, au XVIe siècle, ils servent comme garde du (...)
  • 16 Nassiet, Michel, « Signes de parenté, signes de seigneuries : un système idéologique (XVe-XVIe sièc (...)
  • 17 Une bannière est donnée par Françoise de Foix ; et il est fait allusion aux obsèques de son époux, (...)

10Des précisions sont apportées sur l’origine des pièces lorsque celles-ci ont fait l’objet d’une donation récente. La famille des seigneurs de Châteaubriant lègue une custode et sa coupe, une chape, une chasuble de velours noir, une chape de satin noir et des damouaires, des étoles, des fanons et leurs orfrais, un drap mortuaire, deux parements d’autel servant à Saint-Nicolas, une bannière. Parmi les autres donateurs figurent des ecclésiastiques : messire Yves Taluatz offre un plat d’étain ; le prieur de Saint-Michel, Baudouin Chrestien, une chapelle. Plus nombreux sont des laïcs donateurs dont certains sont nobles : c’est le cas de la famille de Bourgérard qui donne une chasuble ; du seigneur de La Hirelaye, du linge ; de Guyon des Melliers, une chasuble ; de François Dugué, des étoffes. D’autres occupent une situation sociale non négligeable : Robert Le Mestayer, l’un des tapiciers de feu monseigneur de Chateaubriant, lègue un corporalier ; Georges de Coussy, également tapissier, un parement d’autel ; maître Jean Drouet et son épouse, un parement d’autel et une écharpe. Un don de taffetas est associé à des Egiptiens15. À côté d’habits ecclésiastiques, on trouve des étoffes, voire des vêtements destinés initialement à un autre usage, comme cette robe à usage de femme, léguée par François Dugué en memoyre de son épouse. Ces dons, effectués par des membres de la société locale, révèlent leur piété, mais ils développent aussi, chez les nobles, avec les armoiries, un discours qui participe à une valorisation des lignages et à un « système idéologique » : les armoiries désignent une lignée au « niveau du langage explicite », et à un second niveau, au « niveau réel », la seigneurie16. Cette préoccupation est particulièrement le fait de Jean de Laval et de son épouse, Françoise de Foix17, soucieux d’affirmer leur rang dans leur ville de Châteaubriant.

  • 18 Voir pour comparaison l’exemple de la paroisse de Batz, Gallicé, Alain, Buron, Gildas, op. cit., p. (...)
  • 19 D’après le décret de Gratien, les calices et leurs patènes doivent être d’or ou d’argent avec du ve (...)
  • 20 Étoffe veloutée ainsi dite en raison de sa ressemblance avec l’intérieur de la panse des ruminants.
  • 21 Sorte de brocatelle, étoffe imitant le brocard, mêlée de laine et de poil.
  • 22 Serge : étoffe commune de laine.
  • 23 Étoffe de Lincoln.

11Si les quantités paraissent relativement limitées18, la qualité est à souligner. Les vases sacrés sont en argent19. Parmi les tissus, le velours domine et voisine avec la tripe de velours20, le satin, la toile d’or, le fil d’or, le fil d’or et d’argent, le drap d’or, la toile d’or, la toile d’or et d’argent, le damas, la soie, l’ostade21, le taffetas, sans exclure le sarge22, le lin, le brin. Pour leur décoration peuvent être employés le fil d’or, le fil d’or et d’argent, le fil d’argent, les orfrais, le fil de nicolle23. Les couleurs sont variées : le noir, le plus représenté, est associé aux cérémonies funéraires ; mais, figurent aussi le bleu, le blanc, le rouge, le cramoisi, le jaune, le violet, le cendre. Ces pièces sont ornementées de motifs religieux : croix, crucifix, annonciation Notre-Dame, figures des Apôtres, de saint Jean et sur une des bannières de saint Jean-Baptiste (patron de la paroisse) et de saint François, des figures des trépassés sur des draps mortuaires ; s’y ajoutent sans doute encore les lettres mentionnées sur un parement d’autel. On trouve encore des motifs végétaux (semis de branches d’arbres ; fleurs de lis en lien avec le culte marial) et des armoiries. Cette ornementation joue de l’emploi de tissus variés ou de fils de natures différentes ou encore de l’opposition de couleur : sur un fond noir se détachent des motifs de couleur blanche, alors qu’un parement d’autel est mi-parti jaune et rouge.

12Les enseignemens et lettres de la ville de Châteaubriant, non inventoriés, placés en une petite boîte ronde en bois couverte de cuir, sont distingués de ceux de la paroisse de Saint-Jean de Béré, mis en une cassette de bois. Les actes concernant la ville sont entre les mains de Jean Hamon, l’un des procureurs en charge.

  • 24 Cette pratique est différente de celle qui caractérise les premiers comptes connus.
  • 25 Cette pratique est la plus courante mais non exclusive, pour plusieurs exercices, par exemple celui (...)

13La déclaration de la charge prend en compte le rest versé par les procureurs précédents, le produit des offrandes et de ventes occasionnelles, le revenu des rentes, la part revenant à la fabrique de la somme versée lors des inhumations — et dans certains exercices, par exemple en 1533-1534, le revenu d’une taillee. L’enregistrement des offrandes suit un ordre chronologique. Pour les dons en nature, lors de chaque dimanche et de certaines fêtes religieuses, sont indiquées leur présence ou leur absence, leur nature, la valeur du produit de la vente, mais très rarement les quantités24. Pour les dons en espèces, outre la date, figurent leur montant et leur origine : donateurs, tronc de l’église Saint-Jean de Béré et de la chapelle Saint-Nicolas, et ce qui revient à la fabrique de certaines oblations. Aucune mention n’apparaît dans les marges25. Des totaux intermédiaires figurent en bas de chaque page.

  • 26 Totalisée 52 l. 18 s 6 d dans le compte, 52 l. 4 s 3 d lors de la déduction, et 52 l. 4 s 8 d en ad (...)
  • 27 Le rest est négatif pour 1506-1507 (6 s 9 d t) et 1507-1508 (7 l. 5 s 5 d t), puis continûment excé (...)
  • 28 Les valeurs relevées s’inscrivent entre un peu moins de 25 l. t en 1506-1507 et plus de 55 l. t en (...)

14Le total des charges s’établit à 52 l. 18 s 6 d t26. Le rest est de 13 l. 2 s 3 d t27. Les recettes ordinaires se montent à 39 l. 16 s 3 d t et 11 pots de vin28. Les ventes occasionnelles sont d’un montant limité : 6 s 6 d t pour une vieille corde, 4 s t pour une branche d’if, 12 s t produit de l’affermage du « pasturaige » du cimetière. La fabrique reçoit de part — d’un montant de 12 s t —, sur 4 inhumations. Le produit des rentes s’élève à 5 l. 10 s 6 d t et 11 pots de vins.

  • 29 Les dates correspondent à celles où la fabrique ne reçoit alors qu’une part des offrandes, voir inf (...)
  • 30 Cette chapelle, de fondation seigneuriale, se situe dans la ville close.

15L’essentiel des recettes ordinaires, soit 30 l. 15 s 3 d t, provient des offrandes. Celles dont n’est mentionné que le montant en espèces, d’un montant de 7 l. 14 s 6 d t, proviennent principalement à la boueste de l’église paroissiale29 qui fournit 5 l. 4 s 7 d t. S’y ajoutent 5 s 8 d t pour partie des sommes recueillies au tronc de la chapelle Saint-Nicolas30, 1 l. 12 s 3 d t pour part de l’oblation obtenue lors de services religieux célébrés en l’honneur de la Vierge, et 12 s t de « denier à Dieu ».

  • 31 Il est mentionné, le 21 février 1529, qu’ils se font à l’issue de la grant messe célébrée en l’égli (...)
  • 32 Neuf dimanches sont affectés de la mention nihil : 10 février, 14 avril, jour de Pâques, 4 mai, 18 (...)
  • 33 AM Châteaubriant, GG 45-46, passim.

16La vente de dons mentionnés en nature s’élève à 23 l. 9 d t. Pour leur grande majorité, ces ventes sont faites le dimanche31. Cependant, certains dimanches ne connaissent ni dons ni ventes32. Pour les 43 dimanches pour lesquels des dons sont enregistrés, le revenu moyen est 9 s 7 d t. Les dons et les ventes sur sepmaine se rencontrent à l’occasion des jours des fêtes de la Circoncision (1er janvier) et de l’Épiphanie (6 janvier), lors de fêtes religieuses qui ne coïncident pas avec un dimanche : jeudi de l’Ascension, lundi de Pentecôte et jour de la Fête-Dieu ; ou qui ne tombent pas le dimanche : les 2 juillet, jour de la Visitation Notre-Dame, 1er août, jour Saint Pierre, et 28 août, jour de la Décollation de Saint-Jean33.

17Parmi les produits vendus, on peut distinguer, d’une part, des produits d’origine animale : beurre, cochons, chair, noul d’eschine, viande (à différencier de la mention de chair), miel ; et, d’autre part, des produits d’origine végétale : céréales (avoine, froment rouge, orge), lin ; légumes (fèves, pourée, oignon, pois), fruits (pommes, raisin). Figurent aussi des dons en pain. Les quantités ne sont pas indiquées, hormis pour les pourceaux (21), ainsi qu’une vente d’un demi-boisseau de froment rouge. À partir des données chiffrées, les produits d’origine animale représentent presque les trois quarts de l’ensemble des ventes (72 %).

  • 34 Gallicé, Alain, Buron, Gildas, op. cit., p. 51-55.
  • 35 Le fait qu’en avril 1562, à Guérande, quatorze ou quinze calvinistes ayant pénétré dans le couvent (...)

18Par comparaison, dans le compte de la fabrique de la paroisse de Batz, tenu de mars 1478 à mars 1479, la seule indication quantitative concernant les offrandes est exprimée en monnaie de compte34. Faut-il y voir un retard de la monétarisation du pays de Châteaubriant, où les offrandes en monnaie ne sont pas absentes ? Ou une pratique comptable différente qui ne retient, à Batz, que le seul revenu financier ? La seconde hypothèse est la plus probable35.

Les mises

  • 36 Depuis l’exercice 1554-1555, la déclaration de certaines dépenses s’accompagne de la présentation d (...)

19La présentation des dépenses est classique : un court paragraphe précise les mises et en indique le montant. Dans la marge, les contrôleurs s’expriment selon les règles et le vocabulaire habituel d’alors : alloué ; depport (mise en attente) ; mention de pièces justificatives36 ou du serment du procureur ; corrections le cas échéant de certaines demandes qui leur paraissent excessives, ainsi 30 s t demandés pour le vin et myse d’un marché de couverture de l’église paroissiale sont-ils réduits à 20 s t, et les 10 s sollicités pour aller chercher la procuration à Nantes à 6 s t.

  • 37 Le Page, Dominique, « Emprunts, aliénations du domaine et constitutions de rentes en Bretagne (anné (...)

20Le total des dépenses se monte à 46 l. 11 s 5 d t — dont 15 l. 14 s 3 d t sont mis en depport. Ce dernier est lié à une circonstance exceptionnelle : 5 l. t correspondent à une somme délivrée, le 30 avril, à François Aze, sergent général de Bretagne, venu à Châteaubriant intimer les habitans de ceste ville de verser 80 l. t et 15 l. monnaie pour deux années et les mises ensuys en raison du défaut de paiement de l’imposition relative aux gages des conseillers du présidial de Rennes arrivée à échéance le 12 avril37. S’y ajoutent 10 l. 14 s 3 d t consacrés à la myse des sergents venus pour cette affaire et aultres myses selon un acte du 23 mai. En marge, il est mentionné que les sommes portées sur ces quittances, certifiées par des témoins, ne seront versées que lorsque l’imposition sera esgaillee.

  • 38 Entre 1508 et 1560, le total des mises (hormis celles financées en partie par une taillee) s’inscri (...)

21Les mises plus ordinaires s’élèvent à 30 l. 17 s 2 d t38. Les postes de dépenses sont classiques :

  • Entretien des édifices religieux. Sont effectués la resparacion de la couverture de l’église paroissiale (14 l. 10 s t selon l’absolinement passé le 15 septembre et le regnable des travaux, à cette somme s’ajoutent 20 s t alloués pour vin et myse) et la mise en place d’une corde à la grosse cloche de Béré (32 s 10 d t), recoustés les gardes et abillé la carrée où l’on met les cierges (32 s 10 d t en comptant le vin du marché), remis en état le coq du clocher de Béré qui ne tournait plus (4 s t), et enlevé le chapier et les coffres de Saint-Nicolas (5 s t), soit au total 17 l. 11 s 10 d t.
  • Entretien des objets cultuels. Sont versés 18 s t à l’orfèvre qui a racoustré (re-soudé d’argent et redoré la croix) la custode qui reçoit la Sainte Hostie lors de la procession du Fête-Dieu ; 2 s t pour réparer le bénitier de cuivre dont un pied est dessoudé ; 7 s t pour la fabrication de 2 orseulx d’étain, soit 1 l. 12 s t.
  • Entretien des vêtements sacerdotaux. Il est engagé 2 s t pour faire abiller les aubes et 4 s 2 d t pour les ornemens du chapier, soit 6 s 2 d t.
  • Achat d’éléments nécessaires aux célébrations religieuses. Du pain bénit pour lequel sont dépensés 2 s 11 d t, les 24 juin et 6 janvier. Du vin pour Pâques, venant s’ajouter à celui reçu en rente : 19 s 6 d t pour 13 pots. De la cire : 3 l. 15 s 10 d t pour 10 livres de cire à 5 s 8 d t en cire neuve destinée à la fabrication de deux torches, pour leur façon et les bâtons (1 l. 4 s 1 d t avec un pain et le vin du marché), pour le luminaire de Béré (4 livres un quart de cire neuve), et pour la façon de 7 cierges à partir de cire ancienne et neuve, 5 l. 5 s 11 d t. S’y ajoutent des dépenses liées à la procession de la Fête-Dieu : pour du bougrain, des épingles et aiguillectes, et les avoir fait attacher aux bâtons du poele, 10 s 10 d t.
  • Accomplissement de services religieux. Des messes sont célébrées selon la volonté de testateurs ayant constitué pour se faire des rentes en faveur de la fabrique : une messe à la Toussaint, une à Noël, pour 4 s t, et une troisième o notte, demandée pour feu dom Pierre Bordier, célébrée le jour de Saint-Pierre-des-Liens (7 s 4 d t).
  • Fonctionnement administratif de la fabrique. La procuration des procureurs coûte 21 s t ; le voyage à Nantes pour en disposer, 6 s t ; le défraiement des témoins : 6 s t pour ceux présents lors de la visite diocésaine et 4 s t pour ceux réunis lors du passage de l’archidiacre de la Mée, le défraiement du commissaire, 6 s t ; le dîner servi à celui-ci et aux auditeurs lors de la reddition du compte, 24 s t ; l’écriture du compte, 6 s t ; soit un total de 73 s t.
  • Achat d’objets destinés à recevoir les dons en nature : 96 potz de bouette (7 s 8 d t) pour recevoir le beurre donné à la fabrique.
  • 39 Cette pratique, apparue dans l’exercice 1519-1520, réapparaît en 1522-1523 et en 1529-1530, mais el (...)
  • 40 Selon ces chiffres, les procureurs doivent 22 l. 11 s 7 d t en comprenant le depport ; selon les in (...)
  • 41 Ibid., GG 46, f° 126 v°-127.

22La déduction clôt le compte ; sont mentionnés alors, les éléments comptables de son calcul39 : mise clere, 29 l. 13 s 2 d t ; depport, 15 l. 14 s 3 d t ; charge, 52 l. 4 s 9 d t40. Cependant, la déduction n’est pas calculée, la conclusion est suspendue, et lors de l’exercice suivant les procureurs ne se chargent d’aucun rest. Cette situation exceptionnelle trouve son explication dans l’exercice 1557-1558 où il est fait état d’une procédure engagée à Nantes contre Jean Hamon, pour lui faire rendre compte du tems qu’il a eté fabriqueur et pour laquelle 2 l. 10 s t sont dépensés41. Le procès ne paraît pas mené devant l’official, ce qui donne à penser que Jean Hamon a gagné Nantes où il réside désormais. Rien n’explique les raisons de son attitude : à titre d’hypothèse, avançons que l’ampleur du depport conjuguée à l’apparente résistance à payer d’imposition relative aux gages des conseillers du présidial de Rennes — la ville de Châteaubriant devant arguer de ses privilèges —, l’a peut-être mis en difficulté financièrement. Rien ne nous renseigne sur l’issue de la procédure et sur le règlement financier d’une affaire dont l’impact financier est important pour la fabrique qui reste débitrice du rest — 6 l. 17 s 4 d t selon les données mêmes du compte — et des frais de procédures engagées (2 l. 10 s t), soit 9 l. 7 s 4 d t, 23,5 % des revenus de l’exercice 1555-1556. Cet épisode accrédite l’idée que les deux procureurs n’exercent pas les mêmes compétences et n’ont pas les mêmes responsabilités.

23Ce compte traduit le rôle de la fabrique comme organisme financier, dirigé par des laïcs, chargé de veiller à la conservation des édifices religieux et de leur mobilier cultuel, et d’assurer l’administration temporelle de la paroisse. S’il est à l’image d’autres comptes de fabrique d’autres paroisses, il présente quelques particularités. Relevons l’absence de demandes de dégrèvements relatives à certaines recettes ou dépenses présentées par les procureurs ; la présence moins marquée du contrôle exercé par le commissaire et les auditeurs. Sont-elles à attribuer à la nature du document, le compte étant transcrit, « au propre » en un registre ? Ou faut-il songer à des pratiques comptables moins formalisées et plus proches d’une pratique quotidienne permise encore par la proximité et le maniement de sommes d’importance limitée ? Aussi, au-delà du formalisme de la présentation, le caractère normatif de la comptabilité ne s’impose-t-il, dans son intégralité, que lentement.

QUELQUES ASPECTS DE LA VIE RELIGIEUSE, SOCIALE, POLITIQUE ET ÉCONOMIQUE

24Sur ces questions, les informations fournies par le compte sont éclairées par d’autres empruntées à d’autres comptes de la fabrique de Saint-Jean-Baptiste de Béré et à d’autres documents.

La vie religieuse

  • 42 En l’église paroissiale Saint-Jean-Baptiste de Béré, outre la messe dominicale, le curé doit y célé (...)

25La vie religieuse se développe dans deux lieux de culte, l’église paroissiale dédiée à saint Jean-Baptiste, communément appelée église Saint-Jean située à Saint-Jean-de-Béré, et la chapelle Saint-Nicolas dans la ville close, les deux étant à la charge de la fabrique42.

  • 43 Elle est enregistrée après une autre effectuée le jour des Roys 1556 (6 janvier) et avant le 2 févr (...)
  • 44 Ibid., GG 46, f° 69, dépense placée entre 8 et le 29 juillet 1554.
  • 45 Le tronc de la chapelle Saint-Nicolas est mentionné le 29 décembre 1555, ibid., GG 46, f° 90 ; mais (...)
  • 46 Ibid., GG 46, f° 108 v°.
  • 47 Ibid., GG 46, f° 130 v°.
  • 48 Ibid., GG 46, f° 137, 143.
  • 49 Ibid., GG 46, f° 143 v°.
  • 50 Ibid., GG 46, f° 137 v°, dès le jeudi 8 septembre 1558.
  • 51 Ibid., GG 46, f° 138 v°.
  • 52 Ibid., GG 46, f° 146.
  • 53 Ibid., GG 46, f° 191.
  • 54 Ibid., GG 46, f° 189. Selon un martyrologue du couvent de la Trinité de Châteaubriant, la dédicace (...)

26À propos de la chapelle Saint-Nicolas, en janvier 155643, 5 s t sont engagés pour avoir fait oster de Sainct Nycollas le chappier, coffres, aultres choses. Cette indication est à rapprocher d’autres : en juillet 1554, une custode est portée au château quant l’église Sainct Nicolas estoit en ruine44 ; les comptes n’enregistrent plus pendant un certain temps de recettes venues de Saint-Nicolas45 ; l’exercice 1556-1557 porte une dépense de cire et il est mentionné deux cierges qui servent au chasteau46 ; l’exercice 1557-1558 est conclu en la chapelle du château de Châteaubriant47 ; puis, avant le 3 juillet 1558, le chapier est réinstallé derrière l’autel Saint-Nicolas (15 d t dépensés pour un pain et un pot de vin), alors que le 22 août 1558, un lundi, est celebrée la premiere messe à Sainct Nycollas48. Nous sommes conduit à penser qu’après avoir été « fermée », la chapelle est réouverte au culte, ce que confirment d’autres informations : entre le 24 et 30 octobre 1558, un tronc y est placé (15 s 7 d t tant pour ferrure que bois49) ; des offrandes provenant de Saint-Nicolas réapparaissent dans les comptes50 ; le dimanche 6 novembre 1558, une procession faicte pour le roy et pour la paix venue de Béré gagne la ville et la chapelle Saint-Nicolas où est célébré un office51 ; le 6 février 1559, le compte de fabrique y est conclu52 ; et encore, dans l’exercice 1561-1562, figure une mise de 18 d t en grousse chandelle le jour que l’eglise de Sainct Nicollas fut dedyé, cette dépense se plaçant, dans le compte, avant une autre relative à messe célébrée le jour de la Toussaint, pourrait être du mois d’octobre53. Quant au motif de la fermeture de la chapelle, certaines des indications déjà citées permettent de les attribuer à des travaux, ce que confirme le fait qu’il faille attendre la fin de l’année 1561 pour voir réapparaître des dépenses concernant l’édifice, avec une intervention sur les cloches54.

  • 55 Voir par exemple les exercices 1510-1511, intervention sur le carrelage ; 1511-1512, sur la couvert (...)
  • 56 Pour l’exercice 1538-1539, des travaux de charpente et de couverture y sont accomplis, ibid., GG 45 (...)
  • 57 Ce courrier est signalé par Pérouse de Montclos, Jean-Marie, Philibert de l’Orme, Architecte du roi (...)

27Ces travaux ne figurent pas dans le compte de la fabrique qui normalement a en charge l’édifice55. Il faut donc songer à une intervention du nouveau seigneur de la baronnie, Anne de Montmorency, et placer alors le chantier qui transforme la chapelle, jusqu’alors pourvue d’un clocher56, en la dotant d’un dôme Renaissance, imité du Saint-Sépulcre, devenu emblématique de la ville. Il peut être daté : commencé en janvier 1556, il s’achève en septembre 1558. Or, en 1558, Philibert de l’Orme, dans un courrier adressé à Anne de Montmorency, évoque des travaux réalisés à Châteaubriant. Cette concordance des dates contribue à étayer l’hypothèse, « séduisante », d’une attribution de ce dôme au célèbre architecte57.

  • 58 Qui est d’abord physique, par exemple, à Saint-Nicolas sont inhumés, en 1551-1552, la femme de cham (...)
  • 59 Les seigneurs de Châteaubriant étaient traditionnellement inhumés dans la chapelle du couvent de la (...)
  • 60 Relevons entre 1555 et 1559, Zacharie, Isaac, Rachel, Sarah, Moïse, Esther, Aaron, David, ibid., GG (...)

28Ces travaux expriment la volonté d’affirmer la présence du nouveau seigneur de Châteaubriant, Anne de Montmorency, au cœur de la cité58, politique qu’il faut inscrire, après la donation de Jean de Laval, dans la continuité de la Maison de Laval59. S’y ajoute le désir de développer un discours inspiré de la Renaissance, dans la ville et pas seulement au château qui, par ses caractères prestigieux et esthétiques, est novateur et espère-t-on mobilisateur. Ce mouvement paraît avoir eu des répercussions sur la vie quotidienne à Châteaubriant, car les registres de baptême s’ornent de prénoms empruntés à l’Ancien Testament60 !

  • 61 Située non loin du château de Châteaubriant, cette chapelle est fondée par François II, le 17 févri (...)
  • 62 ADLA, H 129. Cette situation résulte des origines de l’église Saint-Jean-Baptiste de Béré, très pro (...)

29L’absence de dons et de revenus mentionnés dans d’autres comptes de la fabrique lors de certaines fêtes religieuses — Purification de la Vierge (2 février), Pâques, Saint-Jean-Baptiste (24 juin), Toussaint, Noël —, est révélatrice des conditions d’exercice du desservant. Celles-ci sont connues par un acte passé le 19 avril 1586 entre le prieur du prieuré Saint-Sauveur-de-Béré, et le doyen recteur de la paroisse, titulaire du doyenné de Châteaubriant et de la cure de la paroisse. Selon ce concordat, conforme aux anxiens et louables coustumes, le prieur ou son représentant — à cette date le secretain — célèbre procession et grande messe lors des fêtes religieuses ci-dessus mentionnées. En retour, il dispose des deux tiers des oblations et offertes qui se font à l’église paroissiale, mesmes au tronc Notre Dame, et le curé l’autre tiers — ce dernier reversant, à Pâques, 12 d t à la fabrique. Le prieur reçoit également les deux tiers des aumônes faites à l’adoration de la Croix le Jeudy Absolu, le Vendredy Sainct et samedy de Pasques et le jour de Pasques et sur les droicts auxquels sont soumis les paroissiens lors de la feste de Pasques tant en l’église paroissiale, qu’à Saint-Nicolas et à la Chapelle-au-Duc61. En contrepartie, le prieur doit au curé et au clerc de paroisse un dîner à chacune de ces fêtes religieuses et, le Vendredi Saint, deux miches de pain et deux pots d’eau62.

  • 63 Ordinairement célébrée en l’église paroissiale, la grande messe peut l’être parfois à Saint-Nicolas (...)
  • 64 Purification (2 février), Annonciation (25 mars), Visitation (2 juillet), Assomption (15 août), Nat (...)

30Le document montre aussi la réalité de la pratique dominicale63, l’importance du cycle de Marie64, et d’autres fêtes du calendrier liturgique : Circoncision Notre-Seigneur (1er janvier), Épiphanie (6 janvier), Cendres, Pâques, Ascension, Pentecôte, sa vigile et de ses fériés, Fête-Dieu, Saint-Pierre-ès-Liens (1er août), Transfiguration Notre Seigneur (6 août), Décollation Saint-Jean-Baptiste (29 août), jour des morts.

  • 65 Le 14 juillet 1510, il est donné 3 pains blancs pour le pain benoist, ibid., GG 45, f° 34.
  • 66 Le montant de ces rentes est précisé dans un inventaire qui prend place dans le compte de l’exercic (...)
  • 67 Citons quelques maxima : 26 déclarations pour l’exercice 1529-1530, 23 en 1546-1547, ibid., GG 45, (...)
  • 68 L’exercice de 1552-1523 enregistre une mise tant pour la veille de Pasques que du Sacre pour les ge (...)

31Les achats de pain destiné au pain benoist — qui s’ajoutent à des dons65 et aux achats réalisés grâce aux revenus de certaines rentes spécifiques66 —, effectués à plusieurs reprises au cours de l’année67, attestent d’une pratique de la communion qui ne se limite pas à Pâques où le sacrement est plus solennel puisqu’il se fait sous les deux espèces68. Ce vin est fourni par des rentes spécifiques et des achats effectués par les procureurs.

  • 69 Ibid. GG 45, f° 106, 215, 293 v° ; ADLA, H 129, 19 avril 1586.
  • 70 Matz, Jean-Michel, « Le développement tardif d’une religion civique dans une ville épiscopale. Les (...)

32La célébration de la Fête-Dieu donne lieu à une procession : cierges, encens, accompagnent la Sainte Hostie qui est placée dans une custode d’argent doré, surmontée d’un crucifix, dotée d’une verrine de vitre, portée sur une petite chapelle de toile d’or et d’argent dotée de deux brancars, et déplacée sous un poele. Des mentions, provenant d’exercices antérieurs, font état d’enfants portant des torches, d’ornemens, empruntés à la chapelle du château et destinés à conduire le Sacre, portés à Béré et de Sainct Nycollas au chasteau en passant par le prieuré où, la station faite, le doyen cède sa place à la tête de la procession au prieur jusqu’à la ministrie de la Trinité69. Ces notes esquissent un circuit et suggèrent l’image d’un cortège pérégrinant derrière la croix d’argent et la bannière de veloux cramouesi ornée d’une figure de saint Jean-Baptiste d’un côté et d’une de saint François de l’autre, et frappée des armoiries de Châteaubriant et de Foix. Le rituel, outre sa signification religieuse, exprime la cohésion et l’unité du corps social réuni autour des autorités religieuses et civiles ; il contribue à forger une identité70.

  • 71 Trois cimetières existent à cette époque sur la paroisse : à Béré, le grand cimetière qui s’étend a (...)
  • 72 ADLA, H 129, f° 2.
  • 73 Voire Trans, Saint-Julien-de-Vouvantes ou Saint-Sauveur de Redon, cités dans d’autres comptes.

33À Châteaubriant, comme ailleurs à l’époque, la procession est le « rituel vedette ». Le concordat déjà évoqué de 1586 mentionne qu’aux dates des fêtes religieuses mentionnées dans celui-ci, le clerc de la paroisse doit avertir le prieur lorsqu’il est l’heure d’aller faire la procession et dire la grand messe ; il doit encore le dimanche des Rameaux apporter de l’église paroissiale des rameaux bénits et les distribuer aux religieux avant que ne se forme la procession qui les conduit à la croix du grand cimetière71. Les religieux du prieuré participent encore aux processions du lundi de Pâques, du jour de Saint-Marc, des trois jours des Rogations, de l’octave du Sacre72. Des destinations plus lointaines ne sont pas exclues, telle La Primaudière à Juigné, citée lors de l’exercice 1555-155673.

34La pratique d’inhumations dans l’église est attestée à Saint-Jean-Baptiste et à Saint-Nicolas. Le compte étudié n’en cite qu’un nombre limité, et les noms mentionnés appartiennent à une certaine élite locale : Françoise Morin, noble homme Guillaume Gascher et son épouse, ce qui n’exclut pas des étrangers (une Egiptienne). À chaque fois, la fabrique reçoit 12 s t, pour part de l’enterraige. Cette somme ne correspond-elle qu’à une partie des enterrements ? Ou cette faiblesse des enregistrements d’inhumations dans l’église est-elle le signe que la pratique courante est l’inhumation au cimetière ?

  • 74 AM Châteaubriant, GG 45, f° 403 v°-404, et pour les exercices 1557-1558 et 1561-1562, ibid., GG 46, (...)

35L’idée de la communauté des vivants et des morts dans le cadre d’une religion des œuvres fondée sur la communion des saints apparaît dans la mention dans l’exercice 1549-1550, où il est fait état de dons à la boueste et aux trepassez, dont le produit est partagé par moitié. Elle atteste de services religieux liés au Purgatoire74.

36Le contrôle des procureurs révèle une autre réalité religieuse. Certes, ce contrôle est d’abord comptable, mais la forme du compte, la procédure de son examen, le fait que les procureurs doivent retirer leur lettre de procuration au siège de l’évêché, la visite de l’archidiacre de la Mée et de celle de l’évêque, ou de son représentant, faite en présence de témoins, sont autant d’injonctions, d’ordres à exécuter révélateurs d’une forte présence de la hiérarchie religieuse.

37Par la vigilance, les soins et les dépenses destinés à assurer le service divin, à conserver en bon état, voire à améliorer et renouveler les bâtiments, les objets cultuels et les habits sacerdotaux, également gages de leur solennité, la fabrique est au service de « l’intérêt général » de la communauté paroissiale, corps social dont l’église paroissiale est le lieu de rassemblement, le creuset de sa cohésion et de son identité, mais également un lieu de convivialité et de rencontre.

La vie sociale et économique

  • 75 AM Châteaubriant, GG 45-46, passim.

38Divers éléments font écho aux hiérarchies sociales. Le nom des ecclésiastiques est précédé de dom ou de messire, marquant la distinction et le respect attaché à cet état. La mention de noble homme ou de demoiselle souligne l’appartenance reconnue à la noblesse. La qualité de maître renvoie à une reconnaissance d’un niveau d’étude75.

  • 76 Noté sacriste dans l’exercice 1553-1554, il est en 1562, vicaire du doyen ou soubs curé, ibid., GG (...)

39Si la mention de témoins présents lors d’actes passés ou d’actions accomplies (relevé des troncs, passation de marché, renables c’est-à-dire réception des travaux, reddition du compte) vise à donner crédit et validation à ces faits, l’indication et aultres paroessiens montre que ces noms ont été sélectionnés. Sont cités Olivier Bechenec, Louis Bourdon, dom Jean Chene, Pierre Cothen, Romain Danduz, Jean Dauphin et son fils, Guillaume Dermaille, maître Jean Drouet, Jean Geffrat, Jean le Maistre, fils de René, Pierre Morin, Jean Perrigault, Guillaume Robert, Martin Touzé. La présence ecclésiastique souligne que la paroisse est d’abord une institution spirituelle servie par des prêtres qui, pour l’accomplissement de leurs actes religieux, demandent à la fabrique les engagements financiers nécessaires, parfois expressément : la réfection d’ornemens du chappier est faite du commandement de missire Pierre Rouxeau76.

  • 77 Maître Jean Drouet l’est lors de l’exercice 1559-1560 ; Olivier Bechenec, sr de Fougerais, lors de (...)
  • 78 Olivier Bechenec, Louis Bourdon, Jean Drouet, qualifiés de maîtres, sont notaires.
  • 79 Olivier Bechenec est noté chastelain en 1538-1539 et encore en 1551, son inhumation dans la chapell (...)

40Nombre de témoins laïcs, dont les noms peuvent apparaître souvent sur plusieurs années et quelques-uns accéder à la charge de procureur77, disposent d’une certaine aisance et sont possessionnés en ville. Ils peuvent occuper des postes de responsabilités dans l’administration royale ou seigneuriale78 ou être apparentés à des officiers79. Aussi bon nombre de noms retenus le sont-ils en raison de la notabilité de ceux qui les portent. Cette différenciation, qui croise d’autres hiérarchies ecclésiastiques et seigneuriales, traduit une forte distinction sociale que l’administration paroissiale confirme et renforce.

  • 80 Ibid., GG 45, f° 27 v°, exercice 1509-1510.
  • 81 Lors de l’exercice 1515-1516, il est fait état du consentement des paroesssiens, et rappelé la néce (...)
  • 82 Ibid., GG 45, f° 97, 3 mars 1518, 106 v°, 26 mars 1516, 150, 25 février 1524, 179 v° pour 1526-1527 (...)
  • 83 Ibid., GG 45, f° 342 v°, 1er janvier 1546 ; GG 46, f° 28 v°, 9 février 1552, 81, 5 février 1554.
  • 84 Ibid., GG 45, f° 86 v°, expression prêtée au commissaire, contrôleur du compte ; ibid., GG 45, f° 1 (...)
  • 85 Le 9 février 1552, l’affermage d’une pièce de terre est consenti des seuls auditeurs et du commissa (...)
  • 86 Supra.
  • 87 Sur ce mot, Rigaudière, Albert, « Les procureurs urbains en Auvergne, Velay et Lyonnais aux XIVe et (...)

41Les comptes éclairent le fonctionnement de la fabrique. Si des travaux d’une certaine importance sont engagés, un devis est établi, des bannies sont criées80, une adjudication a lieu, un renable est établi, et les quittances permettent d’exercer le contrôle comptable. Le respect des procédures est gage de l’accomplissement du « service public » exercé dans l’intérêt général, tout en assurant une relation de proximité avec les paroissiens. Les procureurs exécutent les décisions prises, suivent les travaux, exercent leur rôle de comptable81. Leur rôle de gestionnaire se retrouve dans l’organisation des adjudications, et, comme d’autres comptes le montrent, lors de nouvelles baillées de certaines rentes, de la réception de donations, de l’achat ou de la vente de rentes constituées82 ou, à partir de 1541, de l’affermage pour 3 à 6 ans de biens possédés par la fabrique83. En cela, ils sont les mandataires de leur communauté ou plus précisément du groupe d’hommes qui se trouvent à la tête de la paroisse, de ces gens de bien de la paroisse comme il dit le 10 février 1517, ou de la plus mere et saine partie des paroessiens comme il est mentionné le 7 juin 152384. Ils forment un organisme assimilable au general de la paroisse85. Ils sont responsables devant ceux-ci, comme en atteste le cas de Guillaume Hamon qui fait l’objet d’une procédure judiciaire86. L’épisode met en lumière un autre aspect de la fabrique : elle est une personne morale dotée du droit d’ester. Ainsi les fabricqueurs sont-ils bien les procureurs de la paroisse, mais leur marge de manœuvre est limitée87.

  • 88 Supra.

42Les rentes dont dispose la fabrique sont un autre aspect de sa présence dans la paroisse. Elles sont nombreuses. Aux leix — legs anciens — s’ajoutent celles dont l’affectation est en pain bénit ou en vin, et d’autres constituées plus récemment. Assises sur des biens, leur revenu est cependant limité, en partie en raison du caractère ancien de certaines. Dans la grande majorité des cas, elles ont leur origine dans des legs testimoniaux. La fabrique sait acheter ou vendre ces rentes constituées88. Elle participe ainsi au marché du crédit en raison de ses disponibilités financières, traduisant une gestion des fonds possédés — la constitution d’une rente constituée pouvant être assimilée à un placement.

  • 89 AM Châteaubriant, GG 45, f° 70, la dépense occasionnée est de 32 s 6 d t.
  • 90 Ibid., GG 46, f° 298.
  • 91 Le 1er octobre 1446, la paroisse de Saint-Jean-de-Béré est déchargée de 34 feux (les gens des compt (...)
  • 92 Ibid., GG 45, f° 37, formule utilisée à propos de question de fiscalité.

43Dans l’exercice 1514-1515, il est fait état d’un appointé fait entre les paroissiens et les habitants de la ville89 ; à partir de l’exercice de 1570-1571, les procureurs et fabriqueurs sont désignés comme l’étant de la ville de Chateaubriant et de la paroisse Saint-Jean de Béré90. Cette nouveauté conduit à s’interroger sur les rapports existant entre la fabrique et les habitants de la ville de Châteaubriant, autre corps social dont l’identité se fonde sur l’enceinte urbaine et une exemption de fouage accordée par le pouvoir ducal le 1er octobre 144691, distinction nettement établie comme en atteste la formule : les afferes de la ville et des champs de ceste paroesse92. Trois approches peuvent être utilisées pour traiter des rapports de la fabrique avec d’autres éléments ou pouvoirs civils.

  • 93 Ibid., GG 45, f° 86 v°, 95, 106.
  • 94 Ibid., GG 54.
  • 95 Ibid., GG, 45, f° 206 v°, 218, 226 v°, 236, 242.
  • 96 Ibid., GG 45, f° 326.
  • 97 Ibid., GG 45, f° 400 v°.
  • 98 Ibid., GG 46, f° 31. L’inventaire du 2 août 1569, comprend les titres de la ville et de la paroisse (...)
  • 99 En atteste, la formule employée le 9 février 1582, lors de l’examen des comptes, les habitans assem (...)

44La question des lectres et enseignemens de ladite parroessse donne un premier éclairage. Le 10 février 1517, l’inventaire en est réclamé. L’injonction du commissaire est répétée le 11 février 151893. Dans l’exercice 1518-1519, une somme (16 s 6 d t) y est consacrée. Cet inventaire se trouve aux Archives municipales de Châteaubriant sous le titre Inventoire et declaration des lettres et enseignements de la fabrice de Sainct Jehan de Beré94. Ces lectres et actes sont ensuite mentionnés lors des exercices 1529-1530, 1530-1531, 1531-1532, comment ayant été baillees à Jacques Guerrier, l’un des paroissiens, puis à Pierre Marion lors de l’exercice 1532-1533, pour se retrouver chez Jacques Guerrier en 1533-153495. Dix ans après, en 1543-1544, ils se trouvent chez Pierre Yvon, ancien procureur96. Il faut attendre l’exercice 1549-1550, pour trouver mentionnés deux boîtes, c’est-à-dire la distinction entre ce qui est spécifique à la paroisse de ce qu’il l’est de la ville97. Lors de l’exercice 1552-1553, les lettres de la ville sont confiées à Robin Le Seneschal jusqu’à ce qu’il en soit fait un inventaire, non encore réalisé en 1556-155798. Dans ce domaine, la distinction entre ville et paroisse s’impose lentement. Le fait que l’ensemble des documents reste, lors de l’exercice 1555-1556, sous la responsabilité d’un des procureurs de la fabrique illustre l’absence d’une administration municipale autonome99. La communauté de ville de Châteaubriant ne voit le jour que le 20 septembre 1587.

  • 100 Ibid., GG 45, f° 122, 138 v°.
  • 101 Ibid., GG 45, f° 36.
  • 102 Ibid., GG 45, f° 132. En 1555-1556, le compte ne mentionne pas de venue de prédicateur, sans doute (...)
  • 103 Ibid., GG 45, f° 151, 233 v°.

45Le recours au prédicateur pour prêcher lors du Carême apporte d’autres indications. En 1519, sa venue fait suite à un commandement de maître Louis Bechenec et d’Olivier Rouille, respectivement châtelain et lieutenant de Châteaubriant, indication que l’on retrouve en 1521100. Les frais sont couverts par une quête dont le produit, le plus souvent, est complété par une mise de la fabrique faite, par exemple le 2 avril 1510 du consentement des bourgeois, ou manans et habitans et aultres comme il est dit des paroissiens en 1520101. Cette pratique pose problème : un acte du 6 avril 1523 fait état d’une décision de la cour de Châteaubriant selon laquelle la fabrique doit payer 10 écus aux beaux peres de Teillay ; mais, parce que l’on ne pouvait trouver sur quoy les prendre, l’alloué et le lieutenant de Châteaubriant, avec l’accord de plusieurs gens de bien de ceste ville, ordonnent que la fabrique débourse 7 l. 10 s t pour parfaire une somme de 20 l. t102. Ajoutons qu’en 1531, la somme versée par la fabrique est baillée en la main de Loys Bechenec, châtelain de Châteaubriant103. L’autorité seigneuriale, dont relève une partie de la ville, prend l’initiative, la fabrique n’apporte qu’un complément de financement et doit s’y soumettre en dépit de la volonté diocésaine d’assurer le principe de l’autonomie de la fabrique face aux instances laïques de décision.

  • 104 Ibid., GG 45, f° 37.
  • 105 Ibid., GG 45, f° 340.
  • 106 Ibid., GG 45, f° 350 v°.
  • 107 Ibid., GG 45, f° 353 v°
  • 108 Ibid., GG 45, f° 355 v°.

46Les questions fiscales enfin apportent leur lot d’indications. En 1510, 5 s t demandés par les procureurs pour trois supplications faites du commandement de messires les bourgeois et procureurs de ladite paroesse à Monseigneur, Madame et Damoayselle pour les afferes de la ville et des champs de ceste paroesse, leur sont refusés au motif qu’une telle dépense relève de la levée des tailles et des fouages104. Lors de l’exercice 1544-1545, la dépense (12 l. 12 s t) relative au déplacement à Rennes du châtelain de Châteaubriant et d’Angelot Blanchet, esluz des paroessiens, au sujet de l’emprunct ordonné par les messr de Rennes, est prise en charge par la fabrique105. Cette somme est reversée lors de l’exercice suivant à partir du revenu de l’imposition106. Cependant, en 1545, un nouveau voyage à Rennes est nécessaire et ce sont 6 l. 15 s t qui sont affectés au déplacement de Georges de Coussy, maître Drouet et Jean Ollivier107. À cela, le 23 juillet 1546, le suffragant de l’évêque de Nantes, lors de sa visite à Châteaubriant, réagit en ordonnant aux procureurs de faire lever dilligemment sur les paroissiens cette somme pour aultant que en serait faire tort à l’église et fabrique108. Les personnes citées ne sont pas les procureurs du moment, signe qu’il est possible de désigner d’autres représentants pour des affaires particulières.

  • 109 Sur les modalités de la levée du fouage, Kerhervé, Jean, L’État breton aux 14eet 15esiècles. Les du (...)
  • 110 Le trésorier déclare avoir versé à Jean Rouille 2 écus pour aller à Nantes au sujet de la gendarmer (...)
  • 111 Les procureurs font figurer une somme de 6 L 18 s t versée, le 21 avril 1550, par Guillermine Dogué (...)

47La paroisse est une circonscription fiscale dans laquelle la levée des impositions — l’esgail — est effectuée par les procureurs de la fabrique qui désignent, pour sa cueillette, certains paroissiens — les collecteurs — mais selon une comptabilité particulière109 ; l’autorité diocésaine a soin de rappeler le principe de l’autonomie financière de la fabrique. Ces principes trouvent encore leur application lors de l’exercice 1548-1549110, 1550-1551111, et nous l’avons vu, en 1555-1556.

  • 112 Bouvet, Christian, Gallicé, Alain, « Les productions… », op. cit.

48Du point de vue économique, les dons en nature donnent une image de la polyculture pratiquée sur les terres de la paroisse. La succession des ventes traduit les disponibilités des donateurs et plus encore le calendrier agricole. L’importance des produits d’origine animale est révélatrice des possibilités naturelles offertes à l’élevage, et le caractère extensif de la céréaliculture112.

  • 113 Pour les prix et leur évolution des denrées agricoles, ibid., p. 217-220.

49Quelques salaires et prix sont mentionnés : un demi-boisseau de froment rouge est apprécié 2 s 10 d t (5 janvier 1556) ; la douzaine de pots pour conditionner le beurre vendu par la fabrique, 10 d t, 12 d t ; une livre de cire, 5 s 8 d t ; un pot de vin, 18 d t (Pâques) ; un pot de vin et un pain, 20 d t113. Quant aux cochons, le prix d’un pourceau, dont nous ne savons jamais le poids, entre 3 s 8 d t et 10 s t.

50En résumé, ce compte apporte un lot important d’informations variées sur la pratique comptable, sur la vie religieuse, sociale, politique et économique. Indirectement, il renseigne sur les effets de la présence d’Anne de Montmorency après la donation de 1540, et sur sa politique monumentale. Il illustre le fonctionnement de la fabrique qui agit par l’entremise de ses procureurs contrôlés par la communauté paroissiale et par l’autorité ecclésiastique.

Annexes

ANNEXE

Compte de fabrique de la paroisse de Saint-Baptiste de Beré, 1555-1556114

(f° 82) Le compte que rendent Jehan Hamon et Symon Nyotz, procureurs et fabricqueurs de la parroisse de Sainct Jean de Beré, davant monsieur le commissaire baillé et députté par messieurs les vicaires de messeigneurs le doyen et chappitre de Nantes, le siege episcopal vaccant, pour veoir et ouyr ledit compte, receptes et myses, que lesdits Jehan Hamon et Symon Nyotz ont faict en ladite procuration et fabrice dempuys l’institution d’iceulx, Jehan Hamon et Symon Niotz, jucques à la conclusion et datte de ce present compte, quel rendent lesdits Hamon et Niotz à…115 instituez procureurs et fabricqueurs de ladite parroisse pour l’an present commenczant ce present jour.

Premier,

Se chargent lesdits Jehan Hamon et Symon Nyotz, procureurs, de tresors et ornemens de ladite parroisse et eglise de Sainct Jehan de Beré et sainct Nicollas. Scavoir d’une croix d’argent avecq son estuy ; item une custodde d’argent dorree en laquelle a ung crucifix et une verrine de vitre de laquelle on porte le corps de Notre Seigneur au Sacre ; item une aultre custodde d’argent dorré pour portez le Corpus Domini aux maladdes, et sur la couppe de ladite custodde y a ung crusifix d’argent et les armes de feu monseigneur de Chasteaubriant ; une petitte custodde d’argent avecq ung crucifix au dessurs pour porter le Corpus Domini ; la grande custodde avecq la verrine à ung estuy et les deux aultres n’en ont poinct ; item ung ensensier d’argent avecq ses chainettes d’argent, fors deux chainons au bas qui sont de fer, et y a l’un des petiz chainons rompu, quel reste faire abiller et y faire ung gros chaisnon au hault qui se meptra en la grande boucle ;

(f° 82 v°) item ung calice d’argent dorré avecq dix apostres au cerne dudit calice et ung crucifix sur la patte avecq la plattaine qui a ung sainct Jehan ;

item ung aultre calice d’argent dorré avecq sa plattaine qui sert aux dimanches ; item ung aultre calice d’argent dorré avecq sa plattaine ; item ung aultre calice d’argent dont la plattaine en est doree, le sounaige et le milieu ; item ung aultre calice d’argent qui a une croix sur la patte avecq sa plattaine ; item ung aultre petit calice d’argent avecq sa plattaine.

Et pezent ladite croix et les troys custoddes, ensensier et les six calices, comprenant le boys qui est en la croix, et le foyer de l’ensensier, qui est de fer, le tout ensemble, peze trante marcz six onces ung gros d’argent, et les six calices et l’ensensier ont chacun son estuy.

Item une patte de cuyvre pour meptre la croix ; item deux grans chandeliers de cuyvre pour meptre les sierges sur l’autel ; item deux chandeliers d’estain pezans dix sept livres et demy qui servent à Sainct Nycollas ; item deux petiz chandeliers de cuyvre qui ont les deux pattes de hault d’estain servans à Sainct Nycollas ; item huict orseulx pezans neuff livres d’estain ; item deulx chandeliers de cuyvre à candelabre rompuz, et nota autres ;

item ung corporallier de fil d’or et d’argent à bastons rompuz quel a donné Roberd Le Mestayer l’un des tapiciers de feu monseigneur de Chasteaubriant ; item ung chouaisible de veloux avecq des fleurs de lis, (f° 83) semé de branches d’arbres, battu de toille d’or, et sert au Vendredy Sainct et le jour du Sacre, sans estolle ny fanon ;

item ung aultre chouaisible de satin bleu et estolle de fil d’or qui sert durant les octaves du Sacre, avecq deux estolles et ung fanon ;

item ung aultre chouaisible armoyé des armoyries du Bourgerard avecq son estolle et fanon ; [en marge] Ledit comptable dit ne l’avoir eu en sa charge et declare estre vers messire le doyen.

item une chappe de veloux noir avecq ung escuson de fil d’or armoyé des armoyries de feu monseigneur de Chasteaubriant, quel fut donné à l’obseque de mondit seigneur de Chasteaubriant ; item ung chouaisible de veloux noir avecq deux damoueres, estolles et fanons, et y a au dessurs, a chacun, son escuson de fil d’or armoyez des armoyries de Chasteaubriant ; item une chappe de satin noir avecq ung chouaisible de mesme et deux dammouaires, deux estolles et troys fanons, et les orfrais sont de satin blanc ; ung drap mortuaire de veloux noir avecq la croix de satin blanche et quatre escusons de fil d’or armoyéz des armoyries dudit Chasteaubriant ;

[en marge] nota que soubz le chapperon de la chappe de veloux noir il n’a esté trouvé de veloux, ensemble sont les escussons du drapt mortuere de veloux noyr.

item deux paremens d’autel de veloux noir dont l’un a quatre escusons et l’autre cinq, de fil d’or armoyés desdites armories de Chasteaubriant servans au grant autel à Chasteaubriant Sainct Nycollas et celuy qui sert à, hault a ou milieu, ung crucifix d’or et d’argent ;

item quatre paremens d’autel de satin noir avecq les croix de satin blanc ;

item deux aulnes ung quart de satin blanc estans en seix sept pieczes couppé en demye leze, constat en cancelle, ung quart, et en interligne seix ;

(f° 83 v°) Item ung chouaisible figuré quel donna le feu sr de La Hirelaye avec deux damouaires, une chappe, deux estolles et troys fanons de mesme armoyéz de troys fleurs de lys d’argent avecque lambeaulx ;

item une chappe de veloux cramouesi ; item ung chouaisible de damas blanc avecq ses damoueres, estolles et fanons ;

item une chouaisible de veloux rouge avecque deux daumoures armoyéz de figures avecq estolles et fanons ;

item ung chouaisible d’ostadde noire avecq ses daumoueres et estolles et chappe de mesme ;

item ung chouaisible de veloux rouge avecque deux damoueres bien ussez, et ny estolles ne fanons ;

item ung chouaisible bourde avecq deux damuaires que Guyon des Melliers donna ;

item une petite chapelle de toille d’or et d’argent avecq deux brancars pour meptre et porter le corps de Notre Seigneur à la procession du jour du Sacre, quelle a donné deffunct monsieur le prieur de Beré Sainct Michel, messire Bauldouyn Crestien ; ne se chargent lesdits Hamon et Nyotz de la chappe de trippe de veloux noir où est les figures des trespassez parce que elle a esté employee et myse à racoustrez, les chouaisibles et deux damouaires de trippe de veloux parce, quelx estoinct fort uséz et rompuz ;

[en marge] et par ce ne ce charge ledit comptable que dudit choyesible et des deulx dammoueres declarez en la presente article.

Item ung drapt mortuaire de trippe de veloux noir avecque la croix de satin blanc et les figures des trepassez ;

item ung chouaisible de satin noir avecq sesdits dammoueres où sont les figures des trepassez, et sont bien usez et rompuz ;

[en marge] il a esté prins les orfrays dudit choyesible qui estoinct pour meptre à la chapelle et dammoyere de trippes de veloux.

(f° 84) item ung parement de veloux rouge où y a ung crucifix au milieu ;

item un failly parement de veloux rouge ouquel y a une Anonciation Notre Dame au milieu ;

ung parement d’autel figuré avecque des lettres d’argent au hault dudit parement quel a donné Georges de Coussi en l’an mil Vct, quel parement est my party de coulleurs jaulne et rouge ;

item ung parement et escherpe de damas vuls116 figure, et la doubleure dudit parement est de sarge de soye bleue, quel parement est pour servir en escherpe à porter le Corps de Notre Seigneur aux maladdes, quel ont donné maistre Jehan Drouet et Jehanne Caris, sa compaigne, et ledit parement est frangé autour de soye viollette ;

item une robe à usaige de femme de satin cramouesi, quelle a donné noble escuyer Francois Dugué en memoyre de damoyselle Françoise du Boysriou, sa compaigne, pour faire une chapelle, scavoir chouaisible et daumoueres ; item quatre toilles de drap de soye pour servir aux festes de Notre Dame et aux octaves du Sacre à la petite chapelle ;

[en marge] ladite robe a esté randue en sept piecze que est contenu au precedant et derrannier compte.

item une bourse de drap d’or frunzé avecq les serrans de soye rouge servante pour porter le Corpus Domini ;

item une banniere de veloux cramouesi où y a ung Sainct Jehan, d’ung cousté, et ung sainct Francois, de l’aultre, armoyé des armoyries

[item une nappe de toyelle de lin contenant troys aulnez ung quart à l’aune à drap merquee de fil noir de nicolle ;

item unne aultre nappe de fil de lin plus grous merqué de fil blanc et deulx couvrechefs non benis117

[en marge] Il reste ung couvrecheff qu’il metera versdits les Roulle et Le Large] ;

(f° 84 v°) de Chasteaubriant et de Fouays assemblees, quelle donna deffuncte haulte et puissante dame Françoyse de Fouays, dame de Chasteaubriant ;

une aulte bannyere de veloux scendre, bien usée ;

item ung plat d’estain peczant troys livres et demye que feu missire Yves Taluatz donna ;

deux piezes de toille de brin contenant le tout sept aulnes, aulnes à l’aulne de drap ;

item vingt deux livres de fil escru tant aultement de ceste annee que de la precedante ;

[en marge] nota qu’il n’a esté trouné que XXlb de fil.

item troys aulnes troys quars et demy de taffetas lonne de troys quars de mesure, le tout en deulx filz que donnerent les Egiptiens118 ;

item une petite boueste ronde de boys coupverte de cuyr ou sont les enseignemens et lettres de la ville de Chasteaubriant, qu’elle a été baillée en garde à Jehan Hamon, à present procureur, quelles ne sont inventariés ;

item une aultre petitte boueste où il y a seullement une petitte pierre de cristal et vitre de mirrouez qui, mesme, est entre les mains dudit Hamon ;

Item une cassette de boys où sont les lettres et enseignemens de la parroisse de Sainct Jehan de Beré ;

Item troys piezes de satin blanc contenant quatre aulnes troys quartz ;

Item une pieze de satin noir contenant une aulne et demye et quelque peu davantaige ;

[en marge] nota qu’il n’a esté trouvé que unne aulne juste de satin, et partant resteroit demye aulne et plus à fournir par ledit comptable qu’il fournira et baillera ausdit Rouille et Le Large en la valleur d’iceluy dedans ouict jours prochains.

Quels ornemens, tresors, acoustremens et aultres choses cy davant declerés (f° 85) et mentionnés ont esté par lesdits Jehan Hamon et Symon Nyotz, procureurs cedit jour baillez ausdits…119, procureurs nouveaulx, quelx les ont prinses en charge et promys en respondre ausdits parroysiens, à la fin de leurs année, à la maniere acoustumée ainsi et comme les precedans procureurs ont acoustumé faire les ungs aux aultres.

(f° 85 v°) Charges et receptes par deniers et vins de rentes

se chargent lesdits Hamon et Niotz, comptables de la somme de treze livres deux soulz troys deniers tournoi qu’ilz ont eue et recue des procureurs precedans, scavoir de Pierres maistre Michel Certain et Roberd Le Mestayer, en quoy estoinct tenuz lesdits procureurs ausdits parroissiens par la deduction de leur compte, pour ce

xiii l. ii s iii d

feubvrier 1554

le second dismanche dixieme jour de feubvrier

nihil

du tiers dismanche, dixiesme XVIIme jour dudit moys, ung cochon vendu

x s viii d

dudit jour en lin

iii s iiii d

celuy jour ung noul d’eschine vendu

xviii d

du quart et dernier dismanche dudit moys a esté trouvé en la bouette à Beré es presence de Pierres Morin et Romain Danduz,

iii s viii d

mars

le troisiesme jour dudit moys de mars, premier dismanche, en beure

viii s

du second dismanche Xme jour en lin

iii s

du tiers dismanche, XVIIme jour dudit moys, en beure

iii s

XIIII L. XV S V d

(f° 86) le vingt quatriesme jour dudit moys de mars en beure

ii s vi d

celuy jour ung cochon vendu

iiii s iiii d

dudit jour en lin

ii s vi d

du derroin jour de mars, quint dismanche, en beure

iiii s

apvril

le VIIme jour du moys d’apvril, premier dismanche, ung cochon vendu

iiii s

dudit jour ung aultre cochon vendu

xviii d

item le Jeudi Absolu, Xme jour dudit moys, fut trouvé en la bouette à Beré es presence de Pierres Cothen et Martin Touzé

xi s iiii d

item du jour des grans Pasques, second dismanche et quatorziesme jour dudit moys

nihil

du tiers dismanche, XXIme jour dudit moys, ung cochon vendu

vii s

dudit jour ung cochon vendu

iiii s vii d

celuy jour ung aultre cochon vendu

iii s vii d

celuy jour en beure

ii s viii d

du quart dismanche, XXVIIIme jour dudit moys, ung cochon vendu

vi s vii d

dudit jour en beure

ii s ix d

celuy jour en pain

xx d

LIX S

(f° 86 v°) may

du premier dismanche quart jour de may

nihil

du second dismanche, XIme jour dudit moy, en beure

iii s ix d

du tiers dismanche XVIIIe jour

Nihil

le XXIIIe jour dudit moys, jour de l’Ascention, en beure

ii s ii d

du quart dismanche, XXVIme jour, en beurre

v s x d

juign

du premier jour de juign, vigille de la Penthecouste, fut trouvé en la bouette à Beré es présence de Jehan Daulphin et un sien filz

xi s viii d

du premier dismanche, deuxiesme jour de juign, jour de la Penthecouste, ung cochon vendu

viii s viii d

dudit jour en beure

viii s

celuy jour ledit Hamon, comptable, receut de maistre Jehan Drouet pour denier à Dieu qu’il disoict avoir receuz

xii s

du tiers jour dudit moys, lundi des fériers de la Penthecoustre, en beure

ii s iiii d

du tiers dismanche, IXme jour dudit moys, jour de la Trinité, ung cochon vendu

iiii s vii d

lviii s xi d lix S

(f° 87) du XIIme jour dudit moys, vigille du Sacre, pour part de l’enterreaige d’une Egiptienne

xii s

du trezeme jour dudit moys, jour du Sacre, en beure

XIX d

item du quart dismanche, XVIIme jour dudit moys, en beure

v s vi d

du XXIIIIe jour dudit moys, quint dismanche, en poys vertz

ii s i d

dudit jour en beure

xv s

celuy jour fut trouvé en la bouette à Beré es presence de Jehan Le Maistre, filz René et Guillaume Dermaille

vi s xi d

du derroin jour de juign en beure

xv s vi d

dudit jour un cochon vendu

x s

celuy jour en lin

xiii d

du jour de la Notre Dame en beure

xiii d

dudit jour en lin

xx d

celuy jour en feubves

vi d

juillet

du premier dismanche, quart jour de juillet, en beure

x s vi d

dudit jour en beure feubvres

ii s ii d

celuy jour en lin

ii s i d

iiii L vi s viii d iiii L vii s viii d lxxiii s xi d120

(f° 87 v°) dudit jour en poys verds

xvi d

du IXme jour dudit dudit moys pour part de ce que fut trouvé ou tronc de Sainct Nycollas

iiii s vi d

du second dismanche, XIIIIme jour dudit moys, en feubves

iii s ix d

dudit jour en beure et miel

vii s v d

dudit jour en lin

iii s iiii d

du tiers dismanche, XXme jour dudit moys, ung cochon vendu

v s vi d

celuy jour ung aultre cochon vendu

iii s viii d

dudit jour en feubves

ii s iii d

dudit jour en beure

v s

item du quart dismanche, XXVIIIme jour dudit moys, que la procession fut à La Primaudiere

Nihil

aougst

du premier jour d’aougst, jour saint Pierre, en miel

xix d

item du premier dismanche, quart jour dudit moys, deux cochons venduz

vii s ix d

didit jour ung aultre cochon vendu

vii s

celuy jour en miel

v s

en beure

v s iii d

en poys et feubves

x d

lxiiii s ii d

(f° 88) du VIme jour dudit moys, jour sainct Cire de la Transfiguration Notre Seigneur121

nihil

du second dismanche, XIme jour dudit moys en miel

ii s x d

dudit jour ung cochon vendu

vii s viii d

en poys verdz

viii d

item du XVIIIme jour dudit moys, jour de la Notre Dame my aougst, pour part de l’oblacion

vii s iiii d

du tiers dismanche, xviii XXIme jour, en beure

iii s iii d

dudit jour en oignons

iiii s iii d

en pain

xviii d

en feubves

vi d

dudit jour ung cochon vendu

iiii s ix d

item pour part du terreaige de Françoise Morin

xii s

du quart dismanche dudit moys que la procession fut à Sainct Mandé

nihil

item du XXVIIIe jour dudit moys, jour de la Decollation Sainct Jehan, ung cochon vendu

iiii s ix d

septembre

du premier dismanche, premier jour de septembre, en pommes

x d

dudit jour en feubves

viii d

li s

(f° 88 v°) celuy jour en beure et miel

vi s

celuy jour en oignons

ii s ix d

item du VIIIme jour dudit moys, jour Notre Dame angevine, pour part de l’oblation

xv s vi d

du tiers dismanche, XVIme jour dudit moys, en oignons

iii s vi d

dudit jour ung cochon vendu

v s

du quart dismanche, XXIIme jour en, fut vendue une faillie corde presque usee

vi s vi d

dudit jour en miel

xiii d

item du XXIXme jour dudit moys et quint dismanche en lin

ii s ix d

en miel

xiiii d

dudit jour en pain

xv d

octobre

le premier jour d’octobre fut trouvé en la bouette à Beré es presence de missire Jean Chene et Romain Danduz, la somme de trante neuff soulz, cy

xxxix S

du premier dismanche, VIIme jour d’octobre, ung cochon vendu

iiii s xi d

dudit jour en chair

xx d

dudit jour en pain

vi d

iiii L xi s vii d

(f° 89) dudit jour en lin

ii s ix d

item du second dismanche, XIIIIme jour dudit moys, en pain

xv d

dudit jour en miel

xvii d

dusit jour en oignons

x d

item du tiers dismanche, XXme jour dudit moys, en chair

vi s

dudit jour en miel

ii s vi d

dudit jour en pain

iiii s ii d

item du quart dismanche, XXVIIme jour, en viande

iiii s viii d

dudit jour en miel

xvi d

item du dernier jour d’octobre, vigille de la Toussainctz, fut trouvé en la bouette à Beré es presence de Francois Perrigault et Guillaume Roberd

ix s

novembre

dudit jour en viande

ii s v d

du tiers jour de novembre, premier dismanche, en pommes

xi d

dudit jour en raisins

xiii d

item du second dismanche, Xme jour dudit moys, en viande

v s v d

dudit jour en miel

xx d

xlv s xlv s v d

(f° 89 v°) item du tiers dismanche, XVIIme jour dudit moys, en viande

xv s iii d

dudit jour en beure

xx d

item du quart dismanche, XXIIIIme jour, en viande

viii s vi d

dudit jour en miel

xii d

item pour part de l’oblation du jour de la Presentation Notre Dame

iiii s xi d

decembre

le premier jour de decembre, premier dismanche, en viande

x s vi d

dudit jour en pain

ii s iiii d

dudit jour en pommes

viii d

item second dismanche, VIIIe jour dudit moys, en viande

ii s i d

dudit jour pour part de l’oblation de la Notre Dame angevine Conception Notre Dame

ii s vi d

item du tiers dismanche dudit moys, XVme jour, en beure

iii s iiii d

item, du quart dismanche, XXIIme jour dudit moys, en viande

ii s vi d

item du quint dismanche, XXIXme jour dudit moys, en viande,

xii d

lvi s iii d

(f° 90) item la vigille de Noel fut trouvé en la bouette à Beré es présence de Romain Danduz et Pierres Morin,

xii s vi d

item ledit fut trouvé au tronc à Sainct Nycollas

xiiii d

janvier

du premier jour de l’an, premier jour dudit moys, en pain

xxii s vi d

dudit jour en orge

v s

dudit jour en lin

ii s ii d

item du premier dismanche, Vme jour, en pain

xxii s vi d

dudit jour ung demy bouexeau de froment rouge vendu

vi s x d

dudit jour en pommes

xvi d

item du sixiesme jour dudit moys, jour des Troys Roys, en pain

xviii d

dudit jour en avoine

xxii d

item du second dismanche, XIIme jour dudit moys, en beurre

ii s iii d

dudit jour en chair

xv d

item du tiers dismanche, XIXme jour dudit moys, en chair

ii s vi d

dudit jour en beure

ii s iii d

dudit jour en pouree

v d

item du quart dismanche XXVIme jour dudit mois

nihil

iiii L. vi s vii d

(f° 90 v°) feubvrier

du premier jour de janvier, jour de, feubvrier veigle de la Chandeleur, fut partie de l’oblation trouvé la bouette, à Beré es presence de Guillaume Roberd et Romain Danduz dix soulz six deniers, cy

ii s x s vi d

du premier second jour jour dudit mois, jour de la Chandeleur, pour partie de l’oblation II S

item se charge avoir receu de Robert Moran douze soulz pour le pasturaige du simetiere, et pour ce

xii s122

item se chargent avoir receu de Robin Duval, en l’acquet de Jehan Brossault, pour erreaiges qu’il doibt à cause de l’argent que donna feu Pierres Martin à la fabrice, la somme de six soulz, cy

vi s

item se chargent lesdits comptables avoir receu de la mestayeie du Sausay, douze soulz, qui tient à ferme une pieze de terre siise aux Saulsay, apartenant à ladite fabrice, laquelle est affermée à ladite mestayere et pour ce

xii s vi d

item se chargent lesdits comptables avoir esté poyez du debvoir de teraige de deffunct de Guillaume noble homme Guillaume Gascher et Yvonne Gascher, la somme de some de vingt et quatre soubz et pour ce,

xxiiii s123

xxxi s xx L. iii s lxvii s124

(f° 91) item se chargent avoir receu de Robin Duval pour rente et erreaiges quil doibt à la fabrice à cause d’ung contract de quatorze soulz de rente faict entre ledit Duval et Gilles Le Clerc, comme procureur de ladite fabrice, iceluy contract datté du VIIme jour de juign mil Vct XXIII, signé de O. Rouille et P. Rouczeray, pour ce

xiiii s

item se chargent lesdit comptables avoir receu de de Jehan Jehannault et la veuffve Devernot, pour une piecze de jardrin sciise aux Viez apartenant à ladite fabrice, la somme de vingt soulz, cy

xx s

item se chargent avoir receu de de Jacques Boullay, a cause d’ung jardrin apartenant à ladite fabrice, la somme de douze soulz, cy

xii s

item se chargent avoir receu de Pierres Groullet la somme de cinq soulz à cause d’ung jardrin qu’il tient à ferme siis à la fontaine au Jax, cy

v s

item se chargent lesdits comptables avoir receu des rentes appellees leix, la somme de trante et cinq soulz et pour ce

xxxv s

item se chargent lesdits comptables avoir receu de Robin Duval à cause d’erreaiges qu’il doibt ladite fabrice, la somme de

vi s

item se chargent lesdits comptables avoir receu pour la branche de l’iff qutre soulz et pour ce

iiii s125

lvii s iiii l. xii s iiii l. xvi s

(f° 91 v°) item se chargent lesdits comptables avoir receu le jour de Pasques les potz de vin de rente cy après declarez,

scavoir,

de Nicolas Guerrier pour son pré de Dieu Grace ung pot de vin

de maistre Jehan Drouet et Jehanne Caris, sa compaigne, quatre potz vin qu’ilz doibvent à cause d’une pieze de terre appellée l’estange de Chescheu siise près la Haulte Torche

item de maistre Michel Certain pour et en l’acquet de Jehan Chappel, filz feuz Jehan Chappel, et Marie Drouet, ses pere et mere, quattre potz vin, pour une pieze de terre appellée La Motte Crenesnon

item de Gilles Le Clerc et Romain Perrigault pour une pieze de terre estante près la Haulte Torche à Dieu Grace et une autre pieze de terre siise près l’estange de la Torche, ung pot vin

Plus congnoissent avoir receu de Jehan Beuschet, cordonnyer, pour et en l’acquet de Nycollas et Francois Harel pour une pieze de terre siise à La Torche apartenant ausdit Harel, ung pot de vin

Somme des potz vin

XI potz vin

Somme toute des receptes, cy davant decalrees, receues par lesdits Jehan Hamon et Symon Nyotz, procureurs et fabricqueurs en l’an surdit, se fe montent, sauff erreur de giet, la somme de cinquante et deux livres dix ouict soulz sex deniers, et pour ce

lii l. xviii s vi d

lii l. xviii s vi d

(f° 92) descharges

Mises et descharges faictes par lesdits Jehan Hamon et Symon Nyotz, procureurs de ladite fabrice en ceste annee precedente, de quoy demandent lesdits comptables descharge et rabeix sur les receptes cy davent inscriptes,

Premier,

demandent descharge lesdits comptables de la somme de vingt deniers pour deux douzaines de pots de bouette, cy

xx d

item pour treze potz de vin du jour de Pasques, davantaige celuy qui fut donné, à raison de dix huict deniers le pot, la somme de dix neuff soulz six deniers tournoi, cy

xix s vi d

item pour troys douzaine de potz de bouette

iii s

[en marge pour ces trois articles] alloué

Item demandent lesdits comptables descharge de la somme de cent soubz tournoi par eulx delivree à Francois Aze, sergent general de ce pays, pour sa course d’estre venu intimer les habitans de ceste ville de faire tenir la somme de quatre vingts livres tournoi et quinze livres dite monnoie pour deux annees et myses ensuys à cause du deffault de payement des gaiges de messeigneurs les conseillers du siege presidial de Rennes escheues dès le douziesme d’apvril, derroin, sellon qu’ilz coustent par proces verbal dudit Aze baillé soubz son signe ausdits comptables, le XXXme jour d’apvril present an et signé de O. Bechenec et L. Bourdon pour presens, cy

C S depport

[en marge] depport attendant luy estre alloué la somme tiree agiet jusques à ce qu’elle esté esgaillee entre les habitans et aultres contributifz aux gaiges des presidiaulx.

vi L. iiii s ii d

(f° 92 v°) item demandent descharge de la somme de dix livres quatorze soulz troys deniers tournoi par eulx delivree pour subvenir à la myse des sergens qui sont venuz pour la taxe de l’estat desdits conseillers et officiers dudit siege presidial et aultres myses soubz le certifficat de ce en fait par messires Jehan Drouet, Ollivier Bechenec et Loys Bourdon datté le XXIIIme de may derroin, present an, cy

x l. xiiii s iii d depport

[en marge] depport comme dessur.

item de la somme de quatorze livres dix soulz tournoi par eulx payee à Pierres Morin, coupvreur d’ardoyse, pour reparacion de la coupverture de l’eglise parochiale de Beré, par les relations octroiees dudit Morin ausdits comptables assiises au pied de l’absolinement desdits reparacions luy en faict le XVme jour de septembre de ce, soubz les signes de J. Geffrart et O. Bechenec, cy

xiiii l. x s

[en marge] alloué, par verificacion du mandement faict ovecques ledit Morin, couvreur, et d’acquit le regnable

item demandent descharge de la somme de trante soulz tournoi par eulx payee en vins et myses faisant et traictant ledit absolinement desdits reparacions de ladite eglise, cy

xxx s

[en marge] alloué XX S

item de la somme de dix huit livres soulz par eulx payee à l’orfeubvre pour avoir racoustré la custodde où on porte la Sainte Hostie au jour du Sacre et l’avoir resouldee d’argent et redorré la croix de dessurs ladite custodde, cy

xviii s

[en marge] alloué par serment qu’il a faict avoir ladite somme de xvii s

xxvii L xii s iii D xvi L viii s

(f° 93) item pour troys douzaines de potz de bouette

iii s

item a esté payé par lesdits comptables sept soulz tournoi pour du bougrain mys au peole, cy

vii s

item pour avoir faict meptre ledit bougrain au poele

ii s vi d

item a cousté tant en espingnes pour tendre les ornemens à Sainct Nycollas que en aguillectes pour attacher les bastons à porter le poele à la feste du Sacre

xvi d

item pour pain benist le XXIIIIme de juign, quint dismanche dudit moys,

xv d

item pour de la somme de trante deux soulz par eulx payee pour une corde neuffve myse qui requise estoit de meptre à la grosse cloche à Beré et l’avoir faict racoustrer et recoustre les gardes et bendes et aussi abille la carree où on mept les cierges, et en vin de marché dix deniers, qui est somme toutte

xxxii s x d

item du jour Sainct Pierre des Liens pour la messe o notte de requiem pour feu missire Pierres Bordier

iii s iiii d

item payé pour avoir faict racoustrer le benestier de cuyvre quel estoict depeceze et avoict ung pied desouldé, a cousté

ii s

[en marge, pour l’ensemble de la page] alloué

Liii s iii d

(f° 93 v°) item demandent lesdits compables descharges de la somme de soixante quinze soulz dix deniers tournoi pour la myse des torches, scavoir de dix livres de cyre neuffve, chacune livre cinq soulz huict deniers, que sont cinquante six soulz huict deniers ; pour faczon de deux torches, seix deniers pour livre, que sont dix huict livres ; et six soulz six deniers pour les bastons desdites torches ; ung pot de vin et ung pain, vingt deniers ; qui est ladite somme de soixante quinze soulz dix deniers tournoi, cy

lxxv s x d

item demandent lesdits comptables leur estre alloué la somme vingt quatre soulz ung denier par eulx payee pour quatre livres un quart de cyre neuffve, à raison de cinq soulz huict deniers chacune livre, employees au luminaire de Beré, cy

xxiiii s i d

item de la somme de cinq six soulz par eulx payee pour faczon de sept cierges tant vieilles que neuffves, cy

vi s

item de la somme de sept soulz tournoi par lesdits comptables payee pour faczon de deux orseulx et de l’estain y mis, cy

vii s

Item demandent lesdits comptables descharge de la somme de six soulz par eulz payee à six tesmoigns qui estoinct de la visitation de messieurs de Nantes, cy vi s

VI S

[en marge, pour l’ensemble de la page] alloué

cxviii s xi d

(f° 94) item demandent descharge de la somme de quatre soulz par eulx payee à Thomas Lespicier qui a racoustré le coc desur le clocher de Beré, quel ne tournoict poinct, cy

iiii s

item ont lesdits comptables payé deux soulz le jour de la Toussainctz pour faire dire la messe pour feu Pierres Martin

ii s

Item ont payé lesdits comptables pour avoir faict celebrer une messe la nuit de Noel

ii s

Item pour avoir faict abiller aulcunes des aulbes

ii s

Item payé pour pain benist le jour des Roys, VIme de janvier

xx d

Item payé par lesdits comptables pour avoir faict oster de sainct Nycollas le chappier, coffres, et aultres choses, cinq soulz, cy

v s

Item pour la lectre de procure a cousté

xxi s

Item pour le messaigier qui a aporté ladite lectre, scavoir ledit Hamon qui y est allé expres, pour ce dix soulz, cy

x s vi s

Item pour le commissaire qui a vacqué a ce present compte

vi s

[en marge pour l’ensemble la page] alloué

LIII S VIII d II L. IX S VIII d

(f° 94 v°) pour les escriptures et enrollement de ce present compte

vi s

item pour la despense du commissaire et des auditeurs

xxiiii s

item payé pour avoir faict abiller aulcuns des ornemens du chappier a cousté Jehan Jehannault, tailleur, du commandement de missire Pierres Rouxeau

iiii s ii d

item demandent leur estre alloué la somme de sept soulz par eulx payee à Guillaume Bonvarlet, orfeubvre, pour avoir faict racoustrez et refreschez l’encensier et y mys deux chainons au hault, cy

vii s v s

item demande rabat pour les temoigns de la vissitasyon de Nozay

iiii s126

[en marge] xli s ii d

somme de la mise clere

xxix l. xiii s ii d tournoi

et par depport

xv l. xiiii s iii d tournoi

et la charge se monte

lii l. iiii s ix d tournoi

déduction sur ce faicte

Notes

1 Constant, Georges, abbé, « Une source négligée d’histoire ecclésiastique locale : les registres anciens des marguilliers », Revue d’histoire de l’Église de France, 33, 1938, p. 170-183 ; Goujard, Philippe, « Les fonds de fabriques paroissiales : une source d’histoire religieuse méconnue », ibid., 68, 1985, p. 99-111 ; Chiffoleau, Jacques, « Pour une économie de l’institution ecclésiale à la fin du Moyen Âge », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, 1984, p. 247-279 ; Martin, Hervé, « Une paroisse bretonne à la fin du Moyen Âge : Orvault (1460-1520) », Kreiz, 1, 1992, p. 135-151 ; Follain, Antoine, dir., L’argent des villages du XIIIe au XVIIIe siècle. Actes du colloque d’Angers (30-31 octobre 1998), Caen, Association d’histoire des sociétés rurales, 2000 ; Lagadec, Yann, Restif, Bruno, « Pouvoir et religion de Haute-Bretagne au XVIe siècle : le compte de fabrique de Louvigné-de-Bais (1503-1504) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 190, 2002, p. 31-60 ; Lagadec, Yann, Pouvoir et politique en Haute-Bretagne rurale : l’exemple de Louvigné-de-Bais (XVIe-XIXe siècles), dactyl., thèse d’histoire, université Rennes II, 2003 ; Gallicé, Alain, Buron, Gildas, « Un compte de fabrique de la paroisse Saint-Guénolé de Batz (mars 1478-mars 1479) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 111, 2004, p. 29-71. Dans une perspective incluant les villes, Perraud-Charmantier, André, Essai sur le général de la paroisse en Bretagne particulièrement dans le diocèse de Nantes, et dans le dernier état de l’institution, thèse de droit, université Rennes I, 1926 ; Minois, Georges, « L’administration paroissiale dans le Trégor au XVe siècle », Société d’émulation des Côtes-du-Nord, 107, 1978, p. 59-79.

2 Bouvet, Christian, « Le Pays de Châteaubriant : histoire et identité », Pays de Châteaubriant. Histoire et Patrimoine, 1, 2002, p. 10-13 ; Pacault, Antoine, « La baronnie de Châteaubriant au milieu du XVIe siècle », ibid., p. 38-43 ; Id., La baronnie de Châteaubriant aux XVIe et XVIIe siècles : étude d’une campagne traditionnelle et d’une terre de la noblesse de cour, dactyl., thèse d’histoire, 4 vol., Paris, 1992.

3 Bouvet, Christian, Gallicé, Alain, « Les productions agricoles à Châteaubriant au XVIe siècle (1500-1565) », Mémoires de la société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 2005, p. 205-233.

4 Bedos Rezak, Brigitte, Anne de Montmorency : seigneur de la Renaissance, Paris, Publisud, 1990 ; Kermina, Françoise, Les Montmorency. Grandeur et déclin, Paris, Perrin, 2002 ; Davis, Nathalie Zemon, Essai sur le don dans la France du XVIe siècle, trad. Denis Trierweiler, Paris, Le Seuil, 2003.

5 Arch. mun. Châteaubriant (désormais AM Châteaubriant), GG 46, f° 82-94 v°.

6 En juillet 1532, suite à un décès d’un des procureurs (donc en cours de mandat), Yvon Pain est désigné par les manens demeurant en la ville de Chateaubriant, ibid., GG 45, f° 235.

7 Le terme de thesaurier est également employé, ibid., GG 45, f° 235.

8 Une exception : en 1528-1529, suite au décès en cours de mandat de Mahé Duval, est nommé, avant le 15 novembre, Pierre Martin qui est ensuite institué l’année suivante procureur, ibid., f° 200, 206 v°.

9 Pour l’ensemble de ce qui suit, ibid., GG 45-46, passim ; ibid., GG 1-3 ; ibid., dossier Boisbriant ; Arch. dép. Loire-Atlantique (désormais ADLA), B 2101, 2 mai 1541, aveu du seigneur de Châteaubriant ; ibid., B 2102, 2 juin 1560, aveu du seigneur de Châteaubriant.

10 Citons encore en 1560-1561, maître Olivier Bechenec, sr des Fougerais, et en 1561-1562, Romain Perrigault, sr de La Morinaye, AM Châteaubriant, GG 46, f° 161, 177.

11 Longtemps la déclaration s’est limitée à une énumération typologique, à un renvoi aux précédents comptes et à un inventaire réalisé le 2 décembre 1518. Le 10 février 1517, le commissaire de l’exercice comptable de 1516-1517, demande aux nouveaux procureurs de rédiger l’inventaire des tresors — cet inventaire trouve place dans ce compte. D’autre part, il est demandé que, lors du prochain exercice, l’inventaire soit étendu aux lettres, linges, livres, rentes, leix, et ypotheques, ibid., GG 45, f° 79, 86 v°. Si lors de l’exercice 1517-1518, le détail de ce qui compose les ornemens et tresors est mentionné, on en revient ensuite à une énumération ou à une simple mention renvoyant parfois à un inventaire daté 2 octobre 1518 (daté par ailleurs du 2 décembre 1518). Lors de l’exercice 1541-1542, la certification de l’inventaire est demandée par le commissaire, ce qui est le cas encore en 1545-1546. À cette date, des indications chiffrées apparaissent, mais il faut attendre le compte 1547-1548, pour que s’impose la déclaration détaillée de ce qui est possédé. Cependant, l’inventaire des livres n’est pas réalisé ; ibid., GG 45, f° 310 v°, 350 v°, 375 v°-376.

12 Une patène est un vase sacré en forme de petite assiette qui sert à couvrir le calice et à recevoir l’hostie.

13 Récipients sans doute destinés à conserver les saintes huiles.

14 Passementerie d’or et d’argent.

15 Appelés ensuite Bohémiens et plus tardivement Tziganes, au XVIe siècle, ils servent comme garde du corps ; Asséo, Henriette, Les Tsiganes : une destinée européenne, Paris, Gallimard, « Découvertes », 1994. Dans le cas présent, sans doute auprès d’Anne de Montmorency. Certains séjournent à Châteaubriant, l’inhumation d’une Egiptienne figure au compte de 1555/1556.

16 Nassiet, Michel, « Signes de parenté, signes de seigneuries : un système idéologique (XVe-XVIe siècle) », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 68, 1991, p. 176, 213-214.

17 Une bannière est donnée par Françoise de Foix ; et il est fait allusion aux obsèques de son époux, Jean de Laval, inhumé dans la chapelle Saint-Nicolas.

18 Voir pour comparaison l’exemple de la paroisse de Batz, Gallicé, Alain, Buron, Gildas, op. cit., p. 33, et dans l’évêché de Nantes avec des fabriques de village : Orvault, ADLA, 114 J 8, 9-12, à partir de 1460, Martin, Henri, op. cit. ; Basse-Goulaine, ADLA, E, dépôt 3, supplément, 3549-3552, à partir de 1473 ; ou de villes : Saint-Martin-de-Chantenay, Arch. mun. Nantes, GG 17-19, à partir de 1481, La Nicollière-Teijero, Stéphane, « Comptes de la fabrique Saint-Martin de Chantenay (1481-1506) », Revue de Bretagne et de Vendée, 1875, p. 474-485 ; registres de Saint-Nicolas et Sainte-Croix de Nantes. Un inventaire des sources a été publié par Hildesheimer, Françoise, Répertoires provisoires des délibérations et comptabilités communales. Moyen Âge et Ancien Régime, 2, Région Pays de la Loire et Poitou-Charente, Paris, Direction des Archives de France et Institut de recherche et d’histoire des textes, 1981, qu’il convient d’actualiser.

19 D’après le décret de Gratien, les calices et leurs patènes doivent être d’or ou d’argent avec du vermeil à l’intérieur de la coupe. Cependant, dans les trois premiers quarts du XVe siècle, l’étain et le cuivre remplacent l’or et l’argent, Le Duc, A., « Orfèvres et crise à la fin du Moyen Âge », dans Barral i Altet Xavier, dir., Artistes, artisans et production artistique au Moyen Âge, actes du colloque international, université de Rennes II, 2-6 mai 1983, 3 vol., Paris, Picard, 1986-1990, vol. I, p. 77. Présentation des objets religieux : Perrin, Joël, dir., Thesaurus des objets religieux du culte catholique, Paris, Éditions du patrimoine, 1999.

20 Étoffe veloutée ainsi dite en raison de sa ressemblance avec l’intérieur de la panse des ruminants.

21 Sorte de brocatelle, étoffe imitant le brocard, mêlée de laine et de poil.

22 Serge : étoffe commune de laine.

23 Étoffe de Lincoln.

24 Cette pratique est différente de celle qui caractérise les premiers comptes connus.

25 Cette pratique est la plus courante mais non exclusive, pour plusieurs exercices, par exemple celui de 1519-1520, en marge, les contrôleurs attestent de leur action par la mention « à leur rapport », AM Châteaubriant, GG 45, f° 116 v°-120 v°.

26 Totalisée 52 l. 18 s 6 d dans le compte, 52 l. 4 s 3 d lors de la déduction, et 52 l. 4 s 8 d en additionnant les calculs intermédiaires où figure un sous-enregistrement de 13 s 9 d.

27 Le rest est négatif pour 1506-1507 (6 s 9 d t) et 1507-1508 (7 l. 5 s 5 d t), puis continûment excédentaire oscillant entre 2 l. 9 s t en 1508-1509, et 100 l. t en 1510-1511, ibid., GG 45, f° 6, 13, 37 v°.

28 Les valeurs relevées s’inscrivent entre un peu moins de 25 l. t en 1506-1507 et plus de 55 l. t en 1510-1511, 1536-1537, et 1552/1553, ces maxima bénéficiant de donations ponctuelles, ibid., GG 45, f° 1-4, 32-36, 265 v°-269 v° ; ibid., GG 46, f° 31 v° 6 v°.

29 Les dates correspondent à celles où la fabrique ne reçoit alors qu’une part des offrandes, voir infra.

30 Cette chapelle, de fondation seigneuriale, se situe dans la ville close.

31 Il est mentionné, le 21 février 1529, qu’ils se font à l’issue de la grant messe célébrée en l’église paroissiale, ibid., GG 45, f° 207.

32 Neuf dimanches sont affectés de la mention nihil : 10 février, 14 avril, jour de Pâques, 4 mai, 18 mai, 28 juillet, 6 août, jour de la Transfiguration Notre Seigneur, 28 août, 26 janvier, 2 février : seuls pour les 28 juillet et 28 août, l’explication est donnée : la procession fut à La Primaudiere paroisse de Juigné-les-Moutiers ; puis à Sainct-Mandé, chapelle située sur la paroisse de Trans, au croisement des chemins de Teillé et de Riaillé, appelée aussi Saint-Maudez, Chapron, Joseph, Dictionnaire des coutumes, croyances et langage du Pays de Châteaubriant, 1924.

33 AM Châteaubriant, GG 45-46, passim.

34 Gallicé, Alain, Buron, Gildas, op. cit., p. 51-55.

35 Le fait qu’en avril 1562, à Guérande, quatorze ou quinze calvinistes ayant pénétré dans le couvent dominicain Saint-Yves y brisent des images religieuses, s’emparent d’un quartau de bled trouvé sur l’autel de Saint-Avertin, le distribue à des pourceaux, paraît donner corps à cette seconde hypothèse, Morice, Hyacinthe, dom, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, 3 vol., 1742-1746, t. III, col. 1305-1307.

36 Depuis l’exercice 1554-1555, la déclaration de certaines dépenses s’accompagne de la présentation d’une quittance indiquant la date et le nom de certains signataires, AM Châteaubriant, GG 46, f° 68.

37 Le Page, Dominique, « Emprunts, aliénations du domaine et constitutions de rentes en Bretagne (années 1550-années 1570) », dans Économie et société dans la France de l’Ouest Atlantique du Moyen Âge aux Temps modernes, textes réunis par Saupin, Guy, Sarrazin, Jean-Luc, Rennes, PUR, « Enquêtes et documents », 2004, p. 147-169.

38 Entre 1508 et 1560, le total des mises (hormis celles financées en partie par une taillee) s’inscrit dans une fourchette comprise entre 18 l. t lors de l’exercice 1508-1509 et 93 l. t pour l’exercice 1552-1553, AM Châteaubriant, GG 45, f° 19-21 v ; ibid., GG 46, f° 40 v°.

39 Cette pratique, apparue dans l’exercice 1519-1520, réapparaît en 1522-1523 et en 1529-1530, mais elle ne s’impose qu’à partir de l’exercice 1542-1543, ibid., f° 124 v°, 149, 216 v°, 325.

40 Selon ces chiffres, les procureurs doivent 22 l. 11 s 7 d t en comprenant le depport ; selon les indications du compte, la somme est de 22 l. 1 s 4 d t.

41 Ibid., GG 46, f° 126 v°-127.

42 En l’église paroissiale Saint-Jean-Baptiste de Béré, outre la messe dominicale, le curé doit y célébrer 3 messes 3 autres jours de la semaine et encore les obsèques et les mariages. À Saint-Nicolas, le curé est tenu à 3 messes, les autres jours (lundi, mercredi et ?). Ces précisions mentionnées, par un inventaire du 2 décembre 1518, pourraient faire suite à un accord du 9 septembre 1367 mentionné dans un autre inventaire daté du 2 août 1569, ibid., GG 54.

43 Elle est enregistrée après une autre effectuée le jour des Roys 1556 (6 janvier) et avant le 2 février 1556, dernière recette du compte de l’exercice comptable 1555-1556.

44 Ibid., GG 46, f° 69, dépense placée entre 8 et le 29 juillet 1554.

45 Le tronc de la chapelle Saint-Nicolas est mentionné le 29 décembre 1555, ibid., GG 46, f° 90 ; mais il faut attendre le 21 août 1558, ibid., GG 46, f° 137, pour voir réapparaître, puis régulièrement citées, des oblations à Saint-Nicolas.

46 Ibid., GG 46, f° 108 v°.

47 Ibid., GG 46, f° 130 v°.

48 Ibid., GG 46, f° 137, 143.

49 Ibid., GG 46, f° 143 v°.

50 Ibid., GG 46, f° 137 v°, dès le jeudi 8 septembre 1558.

51 Ibid., GG 46, f° 138 v°.

52 Ibid., GG 46, f° 146.

53 Ibid., GG 46, f° 191.

54 Ibid., GG 46, f° 189. Selon un martyrologue du couvent de la Trinité de Châteaubriant, la dédicace de la chapelle Saint-Nicolas a lieu le 16 novembre 1558.

55 Voir par exemple les exercices 1510-1511, intervention sur le carrelage ; 1511-1512, sur la couverture ; 1512-1513, sur les vitres…, ibid., GG 45, f° 37, 43, 52.

56 Pour l’exercice 1538-1539, des travaux de charpente et de couverture y sont accomplis, ibid., GG 45, f° 285-286 v°.

57 Ce courrier est signalé par Pérouse de Montclos, Jean-Marie, Philibert de l’Orme, Architecte du roi (1514-1570), Paris, Mengès, 2000, p. 286-287, qui l’estime en relation à la réalisation des galeries sud et ouest du château. Le Bœuf, François, « Les logis Renaissance à Châteaubriant, ou comment rajeunir l’image d’un vieux château », Pays de Châteaubriant. Histoire et Patrimoine, 2, p. 63, propose comme « hypothèse encore plus séduisante que Philibert pourrait être l’auteur du dôme de l’ancienne église Saint-Nicolas ». Sur cette question, mise au point dans Bouvet, Christian, Gallicé, Alain, « La chapelle Saint-Nicolas et les constructions réalisées par Anne de Montmorency à Châteaubriant dans la première partie du XVIe siècle », à paraître.

58 Qui est d’abord physique, par exemple, à Saint-Nicolas sont inhumés, en 1551-1552, la femme de chambre de Mme Marguerite, et le sommelier de monseigneur le Connétable, AM Châteaubriant, GG 56, f° 19-23 v° ; en 1555-1556, une Egiptienne, supra.

59 Les seigneurs de Châteaubriant étaient traditionnellement inhumés dans la chapelle du couvent de la Trinité. Ce n’est pas le cas de Jean de Laval. En 1543, son tombeau prend place en la chapelle Saint-Nicolas où l’association des armes d’Anne de Montmorency à celle de Jean de Laval établit un discours de la continuité et de la légitimité de la succession.

60 Relevons entre 1555 et 1559, Zacharie, Isaac, Rachel, Sarah, Moïse, Esther, Aaron, David, ibid., GG 3, f° 72 v°, 82, 84 v°, 89, 90, 96, 102, 106.

61 Située non loin du château de Châteaubriant, cette chapelle est fondée par François II, le 17 février 1484, Goudé, Charles, Histoire de Châteaubriant, baronnie, ville et paroisse, Rennes, 1870, p. 500-502.

62 ADLA, H 129. Cette situation résulte des origines de l’église Saint-Jean-Baptiste de Béré, très probablement élevée dans le bourg des moines par la puissante abbaye tourangelle de Marmoutier ; Bouvet, Christian, « À propos des premiers seigneurs de Châteaubriant aux XIe et XIIe siècles », Bulletin de la Société archéologique et historique de Nantes et de Loire-Atlantique, 122, 1986, p. 87-96.

63 Ordinairement célébrée en l’église paroissiale, la grande messe peut l’être parfois à Saint-Nicolas ; ainsi le 15 août 1512, le 2 juillet 1536, le 2 juillet 1542, il est indiqué que la grant messe fut dicte à sainct Nicolas car il estoit feste de Notre Dame. On notera la concordance de ces dimanches avec le cycle marial, la pratique est d’y célébrer la grand-messe lorsque les fêtes mariales tombent un dimanche. Cette pratique n’est pas exclusive puisque, le 25 novembre 1548, jour de la Sainte-Catherine, la grand-messe est célébrée également à Saint-Nicolas AM Châteaubriant, GG 45, f° 48, 267, 318, 390.

64 Purification (2 février), Annonciation (25 mars), Visitation (2 juillet), Assomption (15 août), Nativité Notre-Dame (8 septembre, qui prend une dimension régionale : elle est l’Angevine), Présentation Notre-Dame (21 novembre), Conception Notre-Dame (7 décembre).

65 Le 14 juillet 1510, il est donné 3 pains blancs pour le pain benoist, ibid., GG 45, f° 34.

66 Le montant de ces rentes est précisé dans un inventaire qui prend place dans le compte de l’exercice 1516-1517 (f° 86) ; il s’élève à 8 s 4 d t provenant de 8 débirentiers. Elles sont détaillées et précisées dans l’exercice 1519-1520, et dont les termes sont le deuxième jour de l’an, l’Épiphanie, la Chandeleur, la Saint-Jean-Baptiste, le jour de Noël. Elles sont encore citées lors de l’exercice 1549-1550. Le montant de ces rentes peut être versé en pain, ainsi les 2 janvier et le 2 février 1544, ibid., GG 45, f° 86, 121 v°, 328 v°-329, 403 v°-406 v°.

67 Citons quelques maxima : 26 déclarations pour l’exercice 1529-1530, 23 en 1546-1547, ibid., GG 45, f° 214 v°-216 v°, 362-362 v°.

68 L’exercice de 1552-1523 enregistre une mise tant pour la veille de Pasques que du Sacre pour les gens qui ont acommuniez en vin clairet, ibid. GG 45, f° 143. L’usage du vin se retrouve lors de certains pardons, ainsi en septembre ou octobre 1532, est-il dépensé 10 s 10 d t, le dismanche du pardon en vin pour dispenser aux paroessiens après avoir receu Corpus Domini, ibid., GG 45, f° 239 v°.

69 Ibid. GG 45, f° 106, 215, 293 v° ; ADLA, H 129, 19 avril 1586.

70 Matz, Jean-Michel, « Le développement tardif d’une religion civique dans une ville épiscopale. Les processions à Angers (v. 1450-v. 1550) », dans Vauchez, André, dir., La religion civique à l’époque médiévale et moderne (Chrétienté et Islam), Actes du colloque du centre de recherche Histoire sociale et culturelle de l’Occident XIe-XVIIIe siècles, Nanterre, 21-23 juin 1993, Rome, École française de Rome, 1995, p. 363.

71 Trois cimetières existent à cette époque sur la paroisse : à Béré, le grand cimetière qui s’étend au sud de l’église paroissiale, et le cimetière Saint-Vincent, réservé aux pauvres, situé à l’ouest du précédent ; dans la ville close, le cimetière autour de la chapelle Saint-Nicolas. Le grand cimetière, dominé par une croix, est bucolique à souhait, planté de chênes, d’ifs, de noyers, d’un prunier, d’un cerisier et d’un grand ormeau ; enclos de murs et de haies, il est l’objet d’interventions continuelles parfois d’importance comme le rapporte l’exercice 1547-1548, AM Châteaubriant, GG 45, f° 59, 104 v°, 139, 227, 357 v°, 380-382 ; ibid., GG 46, f° 103, 157.

72 ADLA, H 129, f° 2.

73 Voire Trans, Saint-Julien-de-Vouvantes ou Saint-Sauveur de Redon, cités dans d’autres comptes.

74 AM Châteaubriant, GG 45, f° 403 v°-404, et pour les exercices 1557-1558 et 1561-1562, ibid., GG 46, f° 118-120 v°, 182. Pour 1557-1558, il est précisé que l’offrande se partage par moitié, et que la part donnée aux trépassés a été vendue, ce qui ne semble pas être pas la pratique habituelle. Le Goff, Jacques, La naissance du Purgatoire, Paris, Gallimard, 1981, p. 436-437, 481-882 ; Vincent, Catherine, Les confréries médiévales dans le royaume de France, XIIe-XIVe siècles, Paris, Albin Michel, 1994, p. 104 ; Id., « Y a-t-il une mathématique du salut dans les diocèses du nord de la France à la veille de la réforme », Revue de l’histoire de l’Église de France, 77, 1991, p. 139-149 ; Fournié, Michelle, Le Ciel peut-il attendre ? : le culte du purgatoire dans le Midi de la France, Paris, Cerf, 1997.

75 AM Châteaubriant, GG 45-46, passim.

76 Noté sacriste dans l’exercice 1553-1554, il est en 1562, vicaire du doyen ou soubs curé, ibid., GG 46, f° 52 v°, 194.

77 Maître Jean Drouet l’est lors de l’exercice 1559-1560 ; Olivier Bechenec, sr de Fougerais, lors de celui de 1560-1561, ibid., GG 46, f° 147, 161.

78 Olivier Bechenec, Louis Bourdon, Jean Drouet, qualifiés de maîtres, sont notaires.

79 Olivier Bechenec est noté chastelain en 1538-1539 et encore en 1551, son inhumation dans la chapelle Saint-Nicolas figure dans l’exercice 1551-1552. Louis Bourdon est à rapprocher de François Bourdon, qualifié dans l’exercice de 1559-1560 de chastelain fermier, ibid., GG, f° 122, 269 v°, 279 v° ; ibid., GG 46, f° 17 v°, 157.

80 Ibid., GG 45, f° 27 v°, exercice 1509-1510.

81 Lors de l’exercice 1515-1516, il est fait état du consentement des paroesssiens, et rappelé la nécessité d’un mandement pour que la dépense effectuée soit prise en compte, ibid., GG 45, f° 76, 77

82 Ibid., GG 45, f° 97, 3 mars 1518, 106 v°, 26 mars 1516, 150, 25 février 1524, 179 v° pour 1526-1527, 200 v°, pour 1528-1529, 279 v°, pour 1538-1539, 300, pour 1540-1541 ; ibid., GG 46, f° 8 v°, 1550-1551, f° 57-58, 6 février 1554,

83 Ibid., GG 45, f° 342 v°, 1er janvier 1546 ; GG 46, f° 28 v°, 9 février 1552, 81, 5 février 1554.

84 Ibid., GG 45, f° 86 v°, expression prêtée au commissaire, contrôleur du compte ; ibid., GG 45, f° 152.

85 Le 9 février 1552, l’affermage d’une pièce de terre est consenti des seuls auditeurs et du commissaire, ibid., GG 46, f° 28 v°. Lors de l’exercice 1570-1571, la reddition du compte est faite en présence du commissaire appelé avecque luy nombre suffizant des habitants de ladite ville et parroise et nommez au prosne de leur grand messe, ibid., f° 298.

86 Supra.

87 Sur ce mot, Rigaudière, Albert, « Les procureurs urbains en Auvergne, Velay et Lyonnais aux XIVe et XVe siècles », Mélanges de l’école française de Rome, Moyen Âge, 114, 2002, p. 121-159.

88 Supra.

89 AM Châteaubriant, GG 45, f° 70, la dépense occasionnée est de 32 s 6 d t.

90 Ibid., GG 46, f° 298.

91 Le 1er octobre 1446, la paroisse de Saint-Jean-de-Béré est déchargée de 34 feux (les gens des comptes ne consentant, le 28 novembre 1446, qu’à un rabais de 30 feux en attendant le résultat de l’enquête) correspondant à la ville de Châteaubriant à charge pour ceux de la ville de contribuer au titre de l’aide, ibid., AA 1.

92 Ibid., GG 45, f° 37, formule utilisée à propos de question de fiscalité.

93 Ibid., GG 45, f° 86 v°, 95, 106.

94 Ibid., GG 54.

95 Ibid., GG, 45, f° 206 v°, 218, 226 v°, 236, 242.

96 Ibid., GG 45, f° 326.

97 Ibid., GG 45, f° 400 v°.

98 Ibid., GG 46, f° 31. L’inventaire du 2 août 1569, comprend les titres de la ville et de la paroisse, mais l’énumération commence par ceux de la ville. Ils ont trait à l’exemption de fouage de 1446 (décision du duc, 28 novembre 1446, confirmation de la chambre des comptes, 18 mars 1447) et à une levée fiscale au titre de l’aide du 15 octobre 1449, ibid. GG 54. Ce dernier acte doit être rapproché d’une diminution de moitié de l’aide consentie le 15 décembre 1449, ibid., CC 1/3.

99 En atteste, la formule employée le 9 février 1582, lors de l’examen des comptes, les habitans assemblez en forme de corps politique décident de vendre la totalité du fil possédé en leurdite tresorerie, ibid., GG 46, f° 408.

100 Ibid., GG 45, f° 122, 138 v°.

101 Ibid., GG 45, f° 36.

102 Ibid., GG 45, f° 132. En 1555-1556, le compte ne mentionne pas de venue de prédicateur, sans doute parce sa venue n’engage pas financièrement la fabrique.

103 Ibid., GG 45, f° 151, 233 v°.

104 Ibid., GG 45, f° 37.

105 Ibid., GG 45, f° 340.

106 Ibid., GG 45, f° 350 v°.

107 Ibid., GG 45, f° 353 v°

108 Ibid., GG 45, f° 355 v°.

109 Sur les modalités de la levée du fouage, Kerhervé, Jean, L’État breton aux 14e et 15e siècles. Les ducs, l’argent et les hommes, 2 vol., Paris, Maloine, 1987, p. 600-602.

110 Le trésorier déclare avoir versé à Jean Rouille 2 écus pour aller à Nantes au sujet de la gendarmerie, et 2 autres à un écuyer qui a été à Rennes, et encore 30 s t à un sergent venu de Rennes, soit une dépense de 10 l. 10 s t qui est refusée par le commissaire, au motif que la somme est à prélever sur la taille à lever au sujet de l’étape des gens d’armes qui gagnent l’Écosse, Arch. mun. Châteaubriant, GG 45, f° 397.

111 Les procureurs font figurer une somme de 6 L 18 s t versée, le 21 avril 1550, par Guillermine Dogué, épouse de Pierre Guayseau, l’un des procureurs, à maître Jean Ollivier à propos d’un procès contre ceulx de Marcillé, et ce du consantement des habitans de la ville de Chasteaubriant. Cette mise est refusée au motif que la somme est esgaillée sur les deux esgails concernant les paroissiens de la ville et des champs, ibid., GG 46, f° 12.

112 Bouvet, Christian, Gallicé, Alain, « Les productions… », op. cit.

113 Pour les prix et leur évolution des denrées agricoles, ibid., p. 217-220.

114 AM Châteaubriant, GG 46.

115 Espace laissé en blanc.

116 Sans.

117 Ces deux paragraphes sont d’une autre main.

118 Paragraphe d’une autre main.

119 Espace laissé en blanc.

120 Le décompte de cette page s’établit à LXXXVII S VIII d, le total est sous-estimé de 13 s 9 d.

121 De la Transfiguration Notre Seigneur est écrit d’une autre main.

122 Les trois paragraphes sont d’une autre main.

123 Écriture d’une autre main.

124 Le total obtenu en additionnant chaque paragraphe de ce folio est de 65 s t.

125 Écriture d’une autre main.

126 Écriture d’une autre main.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540