Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Usages et images de l'argent dans l'Ouest atlantique aux Temps modernes

 | 
Dominique Le Page

Culture et information royale au Grand Siècle : le premier président Blanchard aux états de Nantes (1657)

Vincent Gallais

Texte intégral

  • 1 Canal, Séverin, Les origines de l’Intendance de Bretagne. Essai sur les relations de la Bretagne av (...)
  • 2 Arch. dép. Loire-Atlantique (désormais ADLA), 103 J 16, le discours se présente sur quatre feuilles (...)

1Une approche des traits culturels et identitaires des grandes robes du second XVIIe siècle ne peut s’affranchir du phénomène le plus marquant du temps, l’irrésistible développement de l’appareil d’État qui s’accompagne de l’émergence d’une nouvelle aristocratie dépositaire de l’autorité centrale. Les recherches sur l’État moderne, notamment l’enquête prosopographique, aménagent une large place à la fonction sociale des institutions. Analyser la formation professionnelle, les savoirs, le sentiment social et la communication politique, permet de dessiner les contours de la société des magistrats. Dans le cadre de la prise de contrôle du territoire, le prince les emploie comme intermédiaires avec ses sujets. Leur mission vise en grande partie à la régulation des systèmes relationnels établis entre les entités dirigeantes provinciales. En Bretagne, le commissaire, préfigurant l’intendant, entre dans l’espace politique par la porte des états, lieu de confrontation par excellence du pouvoir royal et des gardiens des libertés locales1. À l’automne 1657, l’assemblée siège à Nantes en présence du plus important homme de justice de la cité, César-Auffray Blanchard, premier président de la Chambre des comptes qui nous a laissé une trace fondamentale d’expression culturelle, sa harangue2. Il s’agit d’un discours original qui s’adresse aux notables bretons dans le cadre de la négociation concernant le montant de leur présent au roi appelé « don gratuit ». Cet exercice oratoire est intégré dans le spectacle offert par les états. Le rappel de la distribution des rôles, des règles régissant le jeu des acteurs et les rapports de forces, permet de mettre en perspective les mots prononcés.

DANS LA TRIBUNE DES COMMISSAIRES

  • 3 Ibid., C 419, Extraits des délibérations des états de Bretagne.
  • 4 La tâche d’installer et de conserver ces équipements incombe au héraut des états. En 1647, Jean Mel (...)

2Le premier jour d’octobre 1657, les commissaires du roi pénètrent dans la grande salle rectangulaire du couvent des jacobins où les attendent les députés bretons des trois ordres et procèdent à l’ouverture solennelle de la session des états3. Chacun s’installe et s’exprime à la place que la coutume et le règlement du cérémonial lui attribuent dans « l’amphithéâtre des états4 ». La salle des états comprend trois espaces : un centre libre face au gouverneur, parfois envahi par la noblesse, le côté droit dévolu au clergé et au tiers, le côté gauche réservé à la noblesse et aux officiers des états. Les gradins sont élevés de sept ou huit marches et occupent la moitié du lieu. Les invités des commissaires et le reste du public se tiennent en bas de la salle et sont tenus à l’écart par le prévôt.

3Pour dialoguer avec les représentants de la société provinciale, le souverain a nommé par commission générale et commissions particulières des serviteurs de qualité issus de différentes catégories sociales et politiques. Même si certains jouent un rôle mineur et ne doivent parfois leur présence qu’à la seule volonté royale de les honorer, tous sont tenus d’exécuter solidairement les commandements du monarque. Le gouverneur de Bretagne prend la tête des opérations et bénéficie des compétences du premier commissaire du conseil, son principal adjoint. Les chefs des compagnies souveraines, Parlement et Chambre des comptes, ainsi que les officiers des parquets appuient l’action de la dyarchie. Quant aux spécialistes de l’administration financière, trésoriers de France et receveurs généraux des finances, ils exercent pleinement leurs fonctions de contrôle, d’enquête et de conseil sous l’autorité de gouvernants dont les préoccupations apparaissent essentiellement financières.

Le premier président Blanchard

  • 5 ADLA, 103 J 17, César-Auffray Blanchard touche 300 l. pour sa participation aux états. Sur ce perso (...)
  • 6 Gallais, Vincent, « Robe provinciale, réseaux de crédit et finances royales en Bretagne. Portrait d (...)
  • 7 ADLA, B 720, il conduit, en 1643 et 1644, un groupe de commissaires chargés de l’évaluation des dom (...)
  • 8 Bourdeaut, A, abbé, op. cit., p. 368-369, César-Auffray Blanchard convie les commissaires et les me (...)
  • 9 ADLA, 103 J 16, le contrat de mariage est signé le 22 décembre 1634. Jean de Bruc de La Grée (1576- (...)
  • 10 Gallais, Vincent, « La plume et l’argent. César de Renouard, magistrat et financier nantais (1603-1 (...)

4Dans la liste des commissaires dressée par le greffier et dont il fait une lecture publique le premier jour, on relève en quatrième position le nom de notre orateur, César-Auffray Blanchard (1612-1671), baron du Bois-de-La-Musse, premier président de la Chambre des comptes de Bretagne5. Celui-ci est entré tôt dans la magistrature avec un rapide passage à la présidence du présidial entre 1634 et 1636. Depuis 1641, il dirige, d’une main ferme, la Chambre des comptes où il a succédé à son père, Jean Blanchard de L’Essongère (1575-1650), archétype du magistrat acteur de l’édification de l’État absolutiste, dont il a subi l’ascendant tant dans sa formation initiale d’homme de loi que pendant les prémices de son itinéraire professionnel6. Il chemine sur ses traces, fait son entrée au conseil d’État et privé en 1643 et mène à leur terme des missions à caractère administratif et financier7. Anne d’Autriche confirme la promotion de son lignage en le faisant admettre en son conseil et affaires au mois de décembre 1654. Il fréquente pour la première fois l’assemblée des états provinciaux en 1636 où on le distingue déjà comme un héritier prometteur8. Sa connaissance de cette scène politique ne se limite pas seulement à l’invitation royale de s’y rendre pour « tenir la main » aux initiatives du gouverneur. En 1636, il a pris pour épouse Catherine de Bruc, fille de Jean de Bruc de La Grée, procureur syndic des états de 1619 à 16349. En outre, en 1657, il y retrouve son cousin César de Renouard de Drouges, trésorier depuis 165110. Sa qualité de juge supérieur lui vaut de disposer d’un banc à dossier garni d’un tapis vert situé près des membres des parquets, à la limite de la tribune et des députés.

Autour du gouverneur

  • 11 Charles de La Porte représente le cardinal de Richelieu, officiellement gouverneur en 1631, puis An (...)
  • 12 Descendant par sa mère, Marie de Cossé, de François de Cossé, duc de Brissac, lieutenant général du (...)
  • 13 ADLA, 25 J-D, fonds Freslon, vol. II, Charles Blanchard dit l’Aveugle, marquis du Boisde-La-Musse ( (...)

5La direction des affaires est confiée à Charles de La Porte (1602-1664), duc de La Meilleraye, pair et maréchal de France, nommé lieutenant général en haute et basse Bretagne en 1638 par la grâce de son puissant cousin, le cardinal de Richelieu. Dès lors, il occupe ce poste avec le rang de gouverneur11. À l’automne 1657, Monsieur le Maréchal préside la session bien qu’il ne soit plus en charge depuis 1654, remplacé par son fils Armand-Jules de La Porte (1631-1713), marquis de La Meilleraye, qui assiste aux côtés de son père à la représentation politique12. Le premier président Blanchard est un haut magistrat désireux de conserver et de développer le prestige de sa famille, désormais intégrée dans le monde de la robe du Conseil. Cette ambition passe par une inscription dans les circuits du pouvoir provincial. Il en reçoit témoignage le 25 novembre 1640, en l’église Notre-Dame de Nantes, lorsque son fils aîné, Charles, est béni sur les fonts baptismaux en présence du gouverneur et son épouse, Marie de Cossé, parrain et marraine de l’enfant13. Dans l’assemblée, une place prééminente lui confère une certaine majesté :

Monsieur le Maréchal [est] assis dans un fauteuil sur une platte forme de trois marches couverte d’un tapis de velours mi party violet et blanc, semé de fleurs de lys et d’hermines au dessous d’un dais de meme étoffe, le visage tourné vers le bas de la salle.

  • 14 En marge des états, Louis Boucherat conclut chez un notaire nantais un accord relatif à la successi (...)

6L’administration monarchique centralisée, sourcilleuse, trouve son porte-parole en la personne de Louis Boucherat (1616-1699), seigneur de Compans, conseiller ordinaire du roi en ses conseils d’État et privé, direction et finances et maître des requêtes ordinaires de son hôtel. Le futur chancelier de France fait cette année-là sa première apparition aux états de Bretagne. Ce grand serviteur de la Couronne y représenta les intérêts de l’État sous le titre de commissaire du conseil de 1657 à 1661 puis, de 1667 à 1679. À cette occasion, il loge au manoir prebandal du chanoine Coupperie proche cousin du premier président Blanchard14. Il est installé à la gauche du gouverneur sur une chaise à bras.

  • 15 Guy Le Meneust de Bréquigny (1603-1677), conseiller au Parlement de Bretagne (1624), président à mo (...)

7La commission désigne également les présidents du Parlement dont le plus ancien en charge est Guy Le Meneust de Bréquigny, un président de la Chambre des comptes, les procureurs généraux, Yves Morice de Coëtquelfen pour la justice des comptes et André Huchet de La Bédoyère qui parle au nom du Parlement15. Tous bénéficient de chaises sans bras tandis que les techniciens des finances, trésoriers, receveurs et contrôleurs généraux qui siègent auprès d’eux sont alignés sur un banc recouvert d’un tissu vert.

  • 16 Jean Fourché de La Haye-de-Maure (1617-1675), conseiller au Parlement de Bretagne (1644-1654), proc (...)
  • 17 Guillaume de Harouys de La Seilleraye (1618-1699), conseiller au Parlement de Bretagne (1641-1684), (...)

8Au cours de cette session, l’institution connaît un renouvellement important de ses principaux officiers. Ainsi, le 19 novembre 1657, le procureur syndic se démet de sa charge en raison de son grand âge. On élit aussitôt son successeur en la personne de Jean Fourché de Quéhillac16. De même, le 10 décembre, le trésorier quitte son poste au profit d’un parent du premier président, Guillaume de Harouys de La Seilleraye17. L’homme d’argent des états se voit récompensé de sa fidélité au maniement des deniers de la province par un présent de 30 000 l. L’évêque de Nantes reçoit le serment des deux nouveaux officiers.

LE THÉÂTRE DES ÉTATS DE BRETAGNE

Des états en général

  • 18 Bérenger, Jean, « États provinciaux », dans Bluche, François, dir., Dictionnaire du Grand Siècle, P (...)
  • 19 L’ouvrage essentiel sur les états de Bretagne est celui de Rebillon, Armand, Les états de Bretagne (...)

9L’histoire des états provinciaux au XVIIe siècle se confond avec celle de la montée de l’absolutisme18. Sous l’impulsion des cardinaux ministres, on remplace peu à peu ces entités politiques et fiscales, protégées par leur rempart administratif particulier, par des élus, des officiers royaux, des commissaires qui incarnent la consécration d’un État d’offices et de finances. L’existence des états provinciaux à l’intérieur du royaume est décidément insupportable aux artisans de l’absolutisme initiateurs du tour de vis fiscal qui entendent se passer du consentement des sujets pour l’établissement des impôts. On observe cette situation dans les provinces où le roi n’ordonne plus leur réunion depuis le début du XVIIe siècle : Anjou, Bourbonnais, Guyenne, Haute-Auvergne, Limousin, Maine, Marche, Orléanais, Touraine, Dauphiné en 1628 et Normandie en 1655. Cependant, le déclin des assemblées représentatives demeure relatif dans les provinces où elles restent fortement ancrées comme en Languedoc et Bretagne19. De plus, le poids de leur administration particulière et leur capacité à fournir au roi les fonds demandés leur confèrent un réel pouvoir. En conséquence, faute de pouvoir appliquer jusqu’au bout sa logique d’hégémonie, l’État absolutiste recourt à une négociation constructive. De fait, un échange régulier et rituel s’instaure entre les cercles privilégiés de la province — clergé, noblesse et bourgeoisie urbaine — et la monarchie qui recueille les doléances élitaires et édilitaires et diffuse les grandes décisions politiques royales.

  • 20 Bayard, Françoise, « L’administrateur et le financier en France dans la première moitié du XVIIe si (...)
  • 21 Madame de Sévigné, Lettres, texte établi et annoté par Roger Duchêne, Paris, Gallimard, « Bib. de L (...)

10En Bretagne, la session des états, seule institution ayant survécu au rattachement de 1532, est bisannuelle depuis 1630 mais fournit encore l’occasion aux élites de manifester l’attachement à leurs franchises. Ils se réunissent sur ordre du roi pour délibérer sur des questions qu’il leur soumet. Les problèmes touchant leur organisation et la police intérieure peuvent être abordés si le bon plaisir du monarque l’autorise ; celui-ci se réserve le droit de contester et de casser leurs délibérations par arrêt du conseil du roi. Le maintien de ces assemblées se justifie essentiellement par le rôle fiscal et financier prépondérant qu’elles remplissent. Le privilège de consentir les impôts ordinaires et tous les subsides dont l’État en guerre a tant besoin leur donne la force de résister au renforcement de la centralisation20. Ainsi, le roi peut tirer de cette province le produit du fouage, impôt de répartition foncier et roturier hérité de l’époque ducale, auquel s’ajoute la taxe additionnelle du fouage extraordinaire à partir de 1643. Mais la majeure partie provient des prélèvements sur la consommation des boissons alcoolisées, billots et devoirs, dont s’amuse Madame de Sévigné21.

À Nantes (1er octobre-12 décembre 1657)

11La session de l’automne 1657 se déroule à Nantes, pour la vingt-deuxième fois en moins d’un siècle, selon un programme officiel habituel et ses traits particuliers résident dans son exécution, les faits imprévisibles et les humeurs des participants.

  • 22 À l’ouverture de la session, le greffier relève la présence des évêques de Saint-Brieuc, de Vannes, (...)
  • 23 Issu d’une famille d’ancienne noblesse d’Anjou, client de Richelieu, évêque de Nantes (1635-1668) o (...)
  • 24 Amaury III Gouyon, comte de Plouër, vicomte de Tonquédec et Pommerit, gouverneur de Rennes, lieuten (...)
  • 25 Jean VIII Charette de La Gâcherie (1607-1660), conseiller au Parlement de Bretagne (1641-1644), sén (...)
  • 26 Jean du Bouevic de La Driennaye († 1671), doyen des conseillers du présidial de Rennes, procureur s (...)

12Chaque ordre envoie ses délégués, nés ou élus, à la rencontre des commissaires du roi. Le corps de l’Église est composé des neuf prélats épiscopaux, des députés des neuf chapitres et d’une partie des quarante-deux abbés de Bretagne installés à la droite du gouverneur22. Comme le veut l’usage institué en 1608, les états sont placés sous la présidence d’honneur de l’évêque de la cité accueillante, Gabriel de Beauvau, en fonction depuis 163523. Le second ordre, qui prend place en face, peut se présenter dans son ensemble sous la conduite des barons bretons. Il s’agit du groupe — près de deux cents inscrits —, le plus actif, le plus dissipé et le plus puissant de l’assistance. Amaury Gouyon (1601-1663), marquis de La Moussaye, gouverneur de Rennes, lieutenant du roi aux évêchés de Rennes, Saint-Malo, Dol et Vannes, est chargé de présider l’ordre depuis 165124. Toutefois, sous la pression des évêques et du Parlement, inquiets de dépendre d’un gouverneur « hérétique », il se retire dès le début de la session. Le 25 octobre, la noblesse élit un nouveau président : M. du Cambout, marquis de Coislin. Enfin, près des chanoines, le tiers est représenté par les émissaires de trente-huit communautés citadines conduits par Jean Charette de La Gâcherie, sénéchal de Nantes25. À l’extrémité gauche de l’amphithéâtre, séjournent les officiers des états : Jean du Bouevic de La Driennaye, procureur syndic depuis 1643, son substitut Henry de La Chênaye, le greffier Racinoux de Saint-Cyr, accompagné de son fils reçu en survivance et le trésorier26. L’ouverture des états est précédée de la visite de six députés de chaque ordre, mandatés par leurs pairs, aux commissaires dont la présence est ainsi sollicitée.

  • 27 Armand du Cambout de Coislin (1635-1702), petit-neveu et filleul du cardinal de Richelieu, petit-fi (...)
  • 28 Madame de Sévigné, op. cit., t. I, p. 312-314, lettre du 5 août 1671 adressée à Madame de Grignan d (...)
  • 29 ADLA, 4 E 2/1419, le 17 septembre 1657, le magistrat conclut un marché avec Jacques Bontemps, cuisi (...)

13Le maréchal de La Meilleraye, souffrant, laisse son fils proclamer le début de la session en présence d’Armand du Cambout, marquis de Coislin, lieutenant au gouvernement des quatre évêchés de basse Bretagne27. Il ouvre l’une des plus longues réunions du siècle, soit une durée de soixante-treize jours qui reflète l’âpreté avec laquelle les débats sur le don gratuit et ses accessoires sont menés. La contribution des Bretons est au cœur des discussions et son montant, ses modalités de versement, constituent des leviers pour toutes les autres questions. La durée de la session se trouve singulièrement allongée par les fréquentes suspensions de séance qui permettent aux acteurs de se retirer pour se concerter et par les activités festives et obligations mondaines afférentes. L’exercice de la vie politique passe aussi par la table, le côté coulisses des états dont les lettrés locaux ont témoigné : Madame de Sévigné et Chateaubriand28. Le premier président Blanchard ne se soustrait pas aux devoirs de sa charge et engage un extra afin qu’il prépare le repas offert aux officiers de la Chambre des comptes reçus en son hôtel29.

  • 30 Sur la société politique et la Fronde en Bretagne, Collins, James B., Classes, estates and order in (...)

14Le pouvoir royal domine les états au moyen de ressorts institutionnels et humains. Ses agents directs appuyés sur les figures de proue de la bonne société provinciale forment de puissants relais disposant de toutes les ressources de l’arbitraire royal. Ils n’hésitent pas, en agents zélés de la Cour, à exciter les vanités et flatter les ambitions respectives des individus et des corps constitués qui se côtoient dans ce champ clos. En 1657, l’ambiance est encore marquée par le souvenir du conflit important qui a opposé le parlement frondeur et les états, restés fidèles au roi et soutenus par la Chambre des comptes, depuis 165130. En effet, les parlementaires, alliés à leurs collègues de Paris et aux princes, aspirent à devenir le corps le plus puissant de la province et à s’imposer face aux états en élargissant leurs compétences en matière fiscale. Malgré la défaite des princes l’année suivante, et le retour au pouvoir de Mazarin, les altercations se poursuivirent et s’aggravèrent jusqu’à la réunion des états de Vitré en 1655. En effet, la monarchie qui attisait le feu de la discorde dans le contexte de la Fronde entreprend alors des démarches de pacification. Finalement, sous l’arbitrage du maréchal de La Meilleraye, chaque partie s’accorde pour le bien de la Bretagne.

15Dans son discours inaugural, Louis Boucherat réclame un don de 3 500 000 l. Les contributeurs répondent quinze jours plus tard en proposant seulement 800 000 l. dont le roi devrait se contenter jusqu’aux prochains états prévus en septembre 1659. Entre-temps, ils ont entraîné les commissaires sur le terrain des contraventions, griefs de la province touchant ses privilèges et les infractions commises dans l’application des contrats autrefois conclus avec Sa Majesté.

  • 31 Les dons gratuits de la décennie précédente sont de : 2 600 000 l. en 1647, 1 700 000 l. en 1649, 1 (...)

16Le 24 octobre, face à la perte de patience manifestée par le maréchal qui se plaint du peu d’empressement a délibérer sur l’affaire du Roy, on arrête d’offrir un million de livres aux conditions suggérées. Les commissaires qui rejettent l’offre se montrent toutefois encourageants et promettent de faire valoir auprès du Roy le zèle de la province. Le lundi 29, le président de Bréquigny exhorte les députés à donner 1 100 000 l. alors que dès le lendemain ces derniers renchérissent en réclamant de nouveaux aménagements fiscaux concernant le Domaine contre une contribution de 1 200 000 l. De nombreuses journées de discussion s’ensuivent caractérisées par d’incessantes rondes d’émissaires entrecoupées de « disputes », de fausses trêves et de compromis rendus caducs par les menaces de l’autoritaire maréchal de rompre les états. Finalement, le 9 novembre, le monarque obtient deux millions de livres aux conditions voulues par ses sujets. Une étape est marquée dans l’évolution de la contribution bretonne puisque la barre des deux millions n’a pas été franchie depuis dix ans. De plus, elle représente désormais un seuil minimal31. Mais l’affaire n’est pas encore réglée concernant les délais de paiement. La tension monte entre les protagonistes. Le 23 novembre, le duc de La Meilleraye transmet les ordres, reçus de la Cour, réclamant le versement du don gratuit dans les deux années suivantes et préconisant la séparation des états en cas de non-acquiescement. Les tractations reprennent jusqu’à l’épilogue du 2 décembre. Le contrat passé doit être confirmé par lettres patentes après examen de la minute par le conseil du roi qui le renvoie pour enregistrement des cours souveraines provinciales.

17Avant de refermer les états, on règle en bonne intelligence la question du bail des devoirs. Il revient au gouverneur de veiller à la régularité de la procédure d’adjudication de la ferme des impôts sur les vins et spiritueux. Le 11 décembre, son montant est fixé pour deux années à 2 200 000 l. dont 2 100 000 l. sont destinées aux caisses royales.

18À côté de ces affaires courantes, on évoque d’autres soucis propres à la province dont on peut recueillir quelques extraits. Certains de ces embarras particuliers impliquent des gens de Cour. À titre d’exemple, on débat de la recherche de documents entreprise pour fonder des droits territoriaux du prince de Conti et du prince de Condé ou bien encore du conflit juridique qui oppose le duc de La Trémoille et la duchesse de Rohan à propos du statut de feu Mr le duc de Rohan au sein de la noblesse aux états. On aborde également et généralement tous les procès en cours dans lesquels s’affrontent des communautés urbaines et rurales, les cours souveraines, des diocèses et des particuliers notamment des fermiers d’octrois. Parmi ces affaires se glisse une multitude de différends apportés par les députés sur l’estrade publique d’une province maritime désormais frontière militaire. Ainsi, le 25 octobre, on délibère sur le cas suivant :

Le sieur de la Villemabon Orson prétend avoir un privilège exclusif pour la pêche des huitres sur la côte de Cancalle, on n’en pêche plus que pour luy et il a fait au sujet construire un grand parc. On charge le procureur syndic d’en poursuivre la démolition et de se pourvoir pour le rétablissement de la liberté de la pêche.

  • 32 Abraham Duquesne (1610-1688), nommé chef d’escadre par la reine régente en 1647 après la reddition (...)

19Le 10 novembre, on intervient en faveur de particuliers de Saint-Malo sur qui Monsieur Duquesne a confisqué un vaisseau marchand contre la volonté du roi et la teneur des contrats passés avec ses commissaires32. Le 20 novembre, un nouveau problème surgit à propos d’un prétendu garde cote :

Un capitaine de vaisseau nommé de lourme demande une gratification pour avoir retabli la liberté du commerce sur les cotes de la province et avoir escorté les vaisseaux marchands. Mais on députe au contraire vers Messieurs les commissaires pour se plaindre des pirateries exercées par le sieur de lourme et pour demander qu’il soit arreté et conduist devant les juges qui lont décretté. Monsieur le maréchal charge le capitaine de ses gardes de l’arrêter et promet de lui faire oter la commission quil a obtenue du Roy dont il abuse.

  • 33 Gabriel de Bruc (1636-1676), chevalier de Malte, libéré grâce aux états qui versent finalement 4 00 (...)

20D’autres préoccupations relatives à la Bretagne intérieure et à ses ressortissants sont portées à l’attention de tous. Le 12 novembre, on encourage le procureur syndic à se joindre au procureur de Rennes pour engager les poursuites nécessaires à l’encontre de ceux qui lèvent de nouveaux droits sur la Vilaine notamment le fermier des ports et havres de Redon. De même, le 7 décembre, les députés votent une dépense de 3 000 l. destinées à payer la rançon de Gabriel de Bruc, chevalier de Malte, prisonnier des corsaires d’Alger33.

  • 34 Il s’agit d’évêques catholiques irlandais qui ont fui les persécutions du régime instauré par Cromw (...)

21Enfin, traditionnellement, on octroie des sommes importantes aux gouvernants et à leurs serviteurs. Ainsi, la reine régente est gratifiée de 100 000 l., la reine d’Angleterre, tante du roi, 20 000 l., le maréchal de la Meilleraye 50 000 l., son fils 25 000 l., les officiers de sa garde 10 000 l., leur capitaine 20 000 l. et le marquis de Coislin 3 000 l. Les gens des états ne sont pas oubliés : 1 200 l. au greffier, 1 000 l. au héraut et au substitut. Pour avoir assuré l’ordre et la sécurité dans l’assemblée, le grand prévôt reçoit 10 000 l., chacun de ses lieutenants 4 000 l., son secrétaire 500 l. et les archers qui ont servi 5 000 l. Les jacobins qui abritent en leurs murs le rassemblement sont dédommagés par un don de 3 000 l. D’autres dépenses sont affectées à titre exceptionnel. Ainsi, on alloue 1 000 l. pour contribuer à l’établissement des « filles repenties » à Rennes et 1 500 l. à chacun des cinq évêques exilés d’hybernie et aux deux chevaliers réfugiés, Plonquet et Dodincton, qui les accompagnent34.

22Le rapport financier des états, établi en séance plénière, annonce la clôture de la session. Le rituel de l’ouverture se répète avec l’invitation adressée aux commissaires du roi par six députés de chaque ordre. Les remerciements du gouverneur et la réponse du procureur syndic sont les ultimes paroles prononcées dans l’arène politique bretonne.

PAROLES DE MAGISTRAT

  • 35 Le thème est abordé dans Durand, René, « Un discours de Charles Colbert aux états de Bretagne en 16 (...)

23Le vote du don gratuit, point nodal d’interminables débats, est obtenu par l’action conjuguée de tous les commissaires du roi. À l’instar de la harangue incitatrice du conseiller Boucherat, les chefs des grandes compagnies se doivent de convaincre les Bretons par les mots35. César-Auffray Blanchard nous a laissé le texte inédit, reproduit en annexe, qu’il a exposé à cette occasion et constituant un exemple de l’éloquence robine au milieu du XVIIe siècle. Dans son allocution, il développe un argumentaire riche, directeur d’une pensée ordonnée autour d’une conception absolutiste de la personne royale, de l’outil administratif et des élites sociales.

Une thématique absolutiste

  • 36 Sur le sujet voir, Zoberman, Pierre, Les cérémonies de la parole. L’éloquence d’apparat en France d (...)
  • 37 Cornette, Joël et Méchoulan, Henri, éd., L’État classique. Regards sur la pensée politique de la Fr (...)

24Pour convaincre son auditoire, l’orateur lui expose une succession d’idées nourries par sa culture religieuse mais également historique. La juxtaposition des références, semences de discours, caractérise l’exploit oratoire de la magistrature qui exhibe la majesté de son statut dans un style dit du parlement36. On en retient trois voies de réflexion qui s’additionnent et sont autant de miroirs de la pensée politique du temps : une monarchie sacerdotale, un roi de guerre et une France à la domination universelle37.

  • 38 Pour l’ensemble du discours, le magistrat semble s’être inspiré de la lecture de l’ouvrage de Nicol (...)

25La monarchie absolue qui prend sa forme la plus achevée au XVIIe siècle est largement assise sur la sacralisation de la souveraineté du roi dit Très Chrétien. Ce thème est cher à l’orateur qui se répand en louanges à propos du Roy dieu-donné et de son entourage. Les métaphores dont il use donnent une teinte religieuse aux gestes royaux et aux comportements attendus de la part des sujets bretons comparés à des pèlerins marchant vers le salut de la province. Après avoir rappelé brièvement de quelle manière Clovis38, premier roi chrétien, reçut l’assistance divine, par l’intercession de saint Rémy, dans sa lutte contre les Wisigoths, il justifie le versement du don gratuit en lui accordant une dimension mystique :

N’avons nous pas quelque raison de croire que vos dons gratuits qui se prennent sur le vin retiennent quelque chose de cette première bénédiction, et que comme ce vin bénist par s[ain]t Remy dura miraculeusement aussy longtemps que la guerre, vous continurés le vostre jusques au temps de la paix désirée, et si ardemment procurée de laquelle despent vostre soulagement.

  • 39 Sur ce thème, Cosandey, Fanny, La Reine de France. Symbole et pouvoir, Paris, Gallimard, 2000, p. 2 (...)

26De plus, le premier président rend hommage à la reine régente dont il exalte le double rôle, maternel et politique : celui de mère des gloires ayant enfanté ce soleil nostre Roy dieu-donné et celui de la souveraine qui luit et rayonne par tout comme une aurore. Il salue son heureuse présence auprès du jeune monarque en qualité d’éducatrice et de dépositaire de l’autorité royale entre deux rêgnes39.

  • 40 Cornette, Joël, Le roi de guerre. Essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Paris, (...)
  • 41 La prise de la citadelle lorraine de Montmédy par le maréchal de la Ferté eut un grand retentisseme (...)
  • 42 Sur ce sujet, Uomini, Steve, Cultures historiques dans la France du XVIIesiècle, Paris, L’Harmattan (...)

27Le récit des faits de guerre occupe une place centrale dans la harangue. En décrivant le roi-guerrier, le magistrat justifie le renforcement du pouvoir d’un prince naturel et légitime, objet d’un culte dont la liturgie célèbre aussi les mystères de l’Etat40. Il chante sans retenue les victoires et les conquêtes et en particulier la prise de Montmédy, le 7 août 165741. La glorification monarchique, à laquelle il associe tous les bons François se cristallise dans la figure du roi placé en tête de ses armées. Il inscrit ces événements dans l’histoire et la mémoire nationale, relayées par les artistes et gens de lettres, et salue les officiers généraux qui par leur sage conduite et leur valleur incomparable ont contribué au bon-heur de la France. L’histoire sert alors d’instrument de légitimation42.

  • 43 L’orateur fait allusion aux services rendus à la monarchie par l’intéressé. En 1633, ses talents de (...)

28Au centre du propos, le maréchal de la Meilleraye, déjà illustre et craint de l’ennemi, se voit couronné du titre de maréchal des Merveilles43. Ce personnage reçoit déjà, dans de semblables circonstances, des compliments aussi appuyés. Ainsi, en 1655, le magistrat rappelant :

L’Europe a veu à un instant les vents se taire et les ondes mutinées se brizer aux pieds de nos galères, les armes du Roy porter la terreur et l’efroy dans toute l’Italie, percer les rochers, aplanir les montagnes et comme le foudre renverser tout ce qui s’opose à leur violence, nos pertes sont converties en conquestes, la gloire et la réputation du nom françois rétablie et touts les peuples en vénération sous ses ordres [grâce à] à la sage conduite et de la valleur incomparable de ce grand Mareschal […] car entreprendre et achever, poursuivre et gagner, attaquer et emporter, combatre et vaincre sont pour luy mesme choses.

29La célébration des entreprises militaires constitue un ferment efficace de l’affirmation de la territorialité de l’absolutisme et correspond à une conception impériale du pouvoir dans le royaume de France.

  • 44 ADLA, 103 J 16.

30Cette manière de procéder s’inscrit dans la continuité. Dès janvier 1643, lorsqu’il prononce son premier discours devant les états, les députés sont soumis au même argumentaire dont la guerre est le moteur44. Il rend hommage au défunt cardinal de Richelieu qui

a vaincu les Anglois, dompté l’océan et aresté la mer, pris La Rochelle, et Pignerole, secouru Casal, épouvanté Milan, délivré d’opression le princes alliez, réduit Nancy, conquis la Lorayne, planté le lys sur les rempars de Brizac, rendu la Catalogne françoise, l’Alsace sous la domination, le Rein tributaire et l’Espagne aux abois.

31Dans l’espace européen, le Bourbon affronte ceux que le premier président présente comme les ennemis de son estat c’est-à-dire les Habsbourgs de Madrid et de Vienne dont la défaite doit consacrer la vocation universelle de l’autorité du roi de France. Il se réjouit de l’avènement prochain de l’hégémonie française en annonçant la fin du Siglo de Oro par cette formule :

  • 45 L’emploi du terme « pasquin » accentue le ton satirique de la phrase. Il s’agit d’une statue antiqu (...)

Le bras terrible, et l’espée foudroiante du Dieu des armées, ayant tellement abbaissé le nom espagnol, qu’il ne sert plus que de jouet aux enfants, et d’entretien au pasquin tant leurs armes auparavant la terreur du monde s’en vont a mespris45.

  • 46 Hincmar développe la notion de « grand monarque » à travers le baptême de Clovis dans sa Vie de sai (...)
  • 47 Haran, Alexandre, Le lys et le globe. Messianisme dynastique et rêve impérial en France aux XVIeet (...)

32Il poursuit en insistant sur la concrétisation du rêve d’empire universel de la dynastie royale française consommant l’échec définitif de ses concurrents. L’argumentaire, qui décrit les caractères inéluctable et éternel de ce grand ouvrage, s’appuie sur les prédictions rapportées par Liutprand et Hincmar, évêques au service de la cour carolingienne et othonienne46. Ainsi, l’explication providentielle de l’histoire et le recours aux origines bibliques permettent de définir et renforcer les liens entre le souverain et ses sujets, entre Dieu et le peuple élu47 :

Les François après le déluge furent les premiers qui peuplèrent le monde (car les François en hébreux signifient, innundati, sauvés du naufrage), ainsy la monarchie univ[ers]elle du monde qui sera la derniere a esté réservée a nos roys.

  • 48 ADLA, 103 J 17, lettre du roi du 18 septembre 1644, le premier président Blanchard est invité à ass (...)

33L’orateur entraîne son public dans une démonstration, celle de la grandeur royale et de la primauté monarchique ancienne et traditionnelle du roi Très Chrétien. La séance d’information à laquelle il se prête n’est pas une cérémonie de l’information en bonne et due forme, comme il a pu lui-même en observer ; elle peut en représenter le prologue ou l’épilogue48. Le magistrat se plaît à exalter la puissance du jeune roi. Sa vitalité oratoire est mise au service d’une culture d’État, instrument d’une offensive tant idéologique que symbolique. Dans son allocution, il n’oublie pas d’accorder une place à son auditoire.

LES BRETONS ET LE ROI

  • 49 Sur l’intégration de la Bretagne, Le Page, Dominique, Finances et politique en Bretagne au début de (...)

34Le premier président consacre une large partie de son exposé au rôle assigné aux Bretons dans le déroulement général des faits décrits. Il implique Messieurs des états dans les événements et leur issue heureuse afin de mieux les convaincre de poursuivre leurs efforts consentis par le glaive et la fiscalité. En associant le destin de sa province à celui du monarque, et de son royaume, il ne fait que rappeler le succès du processus d’intégration entamé à la fin du XVe siècle49.

35Déjà, en janvier 1643, le premier président entendait démontrer que le sort de la province était étroitement lié à celui du roi de France en mêlant astronomie et science administrative :

Bien que la Bretagne soit comme a l’extrémité du Royaume, toutes fois ni plus ni moins que les rayons du soleil sont plus clairs en leur extrémité accause de la réflection aussy pouvons nous dire que les rayons de l’autorité royalle ont tousjours parus avec plus de clarté dedans cette province, ou habitent l’amour, l’obéissance et la fidélité : vous en pourrez rendre de très fidèlles preuves en accordant a sa Majesté en la nécessité de ses affaires le secours qu’elle désire de vous ; la force des esdits extorque des provinces voysines ce qu’elle implore de la ferveur de vos affections, qu’elle pourroit bien tirer les mesmes interventions que la nécessité rendroit légitimes et contre lesquelles l’obéissance ne vous permettoit pas mesme de murmurer.

  • 50 Sur les mutations du second ordre en France à l’époque moderne, les travaux de Schalk, Ellery, From (...)
  • 51 Jacques de Rougé, gentilhomme breton proche de Mazarin, gouverneur de Dieppe (1650), est l’époux de (...)

36Le siècle de Louis XIV qui commence est un siècle de fer. La guerre, mère de l’État, mobilise les forces économiques et sociales du royaume. L’empreinte du roi combattant est prégnante dans l’esprit du haut magistrat qui ne conçoit pas l’exercice du devoir régalien de défense et de protection des sujets sans l’appui naturel des nobles dont le rôle traditionnel, porteur d’estime sociale, est mis en avant50. Ainsi, les succès résultent de l’action de ces braves courages qui avec tant de hardiesse et de jugement ont exécutés les généreuses résolutions du Roy qui ne peut souffrir que ses armées combatent sous ses ordres sans qu’elles soient animées de sa présence. Le commissaire présente la participation de la noblesse bretonne comme un sacrifice offert au culte du souverain triomphant. D’ailleurs, le métier des armes est fort prisé dans sa parentèle souvent endeuillée. Derrière ces phrases, l’orateur songe peut-être à son beau-frère, Jacques de Rougé, marquis du Plessis-Bellière et lieutenant général des armées décédé lors de l’expédition de Naples après avoir été blessé à Castellamare, le 17 novembre 165451. De même, on remarque dans les campagnes de la minorité de Louis XIV les deux frères de son épouse : René de Bruc de Montplaisir, officier au régiment de Poitou, maréchal de camp en 1651 et son cadet François de Bruc de La Rablière, également officier au régiment de Poitou, mestre de camp en 1657. Ils ont succédé à Jacques de Rougé à la tête du régiment de cavalerie du Plessis-Bellière. Une part de l’hommage est probablement destinée au marquis de Coislin, maître de camp de cavalerie, présent dans l’assistance. Mais, plus que le don de leur sang, c’est de leurs espèces dont a besoin le souverain.

37L’assemblée entend le magistrat, porte-parole d’une monarchie en quête de liquidités, entonner l’antienne d’un appel à contribution teinté de mysticisme. Il tente de persuader les élites locales en leur inculquant un sentiment de culpabilité. Le commissaire leur rappelle que la Bretagne est épargnée par les misères de la guerre. Dans l’attente de la paix, il implore les Bretons de redoubler gaiment leurs secours d’argent même si les sources de vos finances sont tantost épuisées et de rejeter la réflexion d’une épargne honteuse au millieu de nos plus pressantes nécessités. La tournure et le contenu de cette supplique accentuent la dimension tragique de l’instant. Les Bretons se voient intégrés dans une communauté française unifiée sous la couronne d’un souverain victorieux auquel est due toute l’affection exigée par leur réputation si justement acquise et une collaboration fructueuse guidée par les intérêts communs et nationaux. Désireux d’oublier les troubles de la Fronde, il veut rassurer l’auditoire qu’il incite à verser un don gratuit conséquent car les intentions de la monarchie sont louables et bénéfiques pour la province :

Vous tenants assurés que tout ainsy que le cœur est le meilleur l’heure d’un espervier oyseau royal qui volle pour la victoire avec un sentiment d’honneur, et non pas pour la proie, de mesme il n’y a point de presant si capable d’attirer une ame vraiment royalle que celuy qui se fait voluntiers, et avec le cœur de celuy qui le donne.

38Afin d’achever de les convaincre, il introduit la parabole suivante :

Les mouches à miel ont quelque ombre de police en leur petit estat, elles ont un roy dont elles révèrent les volontés, elles combatent pour sa gloire, et font parestre autant de courage en la guerre que d’industrie en la paix ; […] elles se retranchent d’une partie considérable de leur propre aliment pour en faire un don gratuit a leur roy : N’auriés vous pas regred, Messieurs, de vous voir surmontés en ce devoir par un si petit et si foible animal.

  • 52 Sur la définition de l’absolutisme, Cosandey, Fanny et Descimon, Robert, L’absolutisme en France. H (...)
  • 53 L’orateur emprunte cette image à François de Sales, Introduction à la vie dévote, paru en 1609. Plu (...)
  • 54 Sur la représentation du monarque absolu, Marin, Louis, Le portrait du roi, Paris, Minuit, 1981, p. (...)

39Le magistrat commissaire propose une vision corporatiste de l’État royal. À l’instar des ouvrières de la ruche, les sujets jouent un rôle précis auprès du souverain, notamment par le biais des assemblées représentatives. Cette conception exige des élites provinciales une disponibilité humaine et matérielle, exclusive et permanente. Les états de Bretagne contribuent par leur don d’argent à nourrir un système politique, l’absolutisme, dans lequel ils sont à la fois acteurs et spectateurs52. Le corps des états est un rouage dans un appareil politique protecteur, l’une des pièces nécessaires à la conservation de l’État dont l’équilibre est garanti par le puissant ressort d’Archimède. De plus, le don est assimilé à un devoir de chrétien — le geste du pèlerin — car il a esté soigneusement remarqué non par un financié, un politic, ou un home d’estat, mais par un saint et un grand saint53. Au fil des phrases, César-Auffray Blanchard peint, à l’aide d’une palette de mots choisis, un portrait officiel du roi absolu qu’il offre à la contemplation de ses sujets bretons. Le récit des faits héroïques produit un effet iconique conduisant à l’apothéose du monarque54.

  • 55 Sur le rôle des élites bretonnes en matière financière au XVIIe siècle, Collins, James B., op. cit. (...)
  • 56 Muchembled, Robert, La société policée. Politique et politesse en France du XVIeau XXesiècle, Paris (...)

40La culture alchimique et impersonnelle des agents royaux au Grand Siècle s’élabore et s’affermit au quotidien ; elle se mêle aux acquis intellectuels dans l’action locale et l’application des préceptes d’un art du gouvernement fondé sur une interpénétration constante des pouvoirs, organe central et unités provinciales. Ce discours en offre l’illustration et son auteur incarne cette noblesse d’État qui peuple les cours souveraines du royaume, exerce le métier administratif et assure la communication royale dans les lieux de séjour du pouvoir. Il est le produit de la pépinière d’une monarchie exécutive fascinant, et façonnant, des serviteurs passeurs de système et de culture. Au temps de l’imprégnation succède celui de la diffusion. Les élites sociales, politiques et financières bretonnes rassemblées dans leurs états reçoivent un message transmis dans un langage parfaitement intelligible à des sujets qui évoluent dans des structures institutionnelles offertes au clientélisme étatique55. Toutefois, ces groupes dominants et possédants, anciens et nouveaux, perméables et fluides, qui gravitent autour du monarque et constituent ce milieu hybride grâce auquel se bâtit l’absolutisme, savent aussi, le cas échéant, raviver la solidarité provinciale pour freiner les exigences monarchiques et aboutir au compromis. Enfin, à l’aube d’un grand règne, les paroles du haut magistrat semblent annoncer la mise en place inéluctable d’un mécanisme réglé par un horloger central, le roi56.

Annexes

ANNEXE

Discours de César-Auffray Blanchard, 165757

Monsieur, Messieurs. L’honneur des armes du Roy, le bruit de ses victoires, la sage conduitte et la valleur incomparable de ses lieutenants et généraux d’armées retentissent par tout, il n’y a aucun lieu dans l’univers qui ne responde un agréable escau aux acclamations de joie de touts les bons François, et semble à proprement parler que l’assemblée que nous faisons icy ne soit à autre fin que pour joindre nos discours à la douse armonie de tant de voix qui célèbrent comme à l’envy le bon-heur de la Françe, et la gloire de son nom : ces beaux esprits qui font des présents aux siècles advenir des merveilles du nostre en feront passer la mémoire à la postérité, ils parleront avec admiration de nos conquestes, ils descriront avec estonnement le siège de Montmédy, et en exprimeront la prise avec des paroles choiesies et proportionnées à la grandeur du sujet, ils doneront des louanges à ces braves courages, qui avec tant de hardiesse et de jeugement ont exécutés les généreuses résolutions du Roy, qui ne peut souffrir que ses armées combatent sous ses ordres sans qu’elles soient animées de sa présence ; de sorte que les victoires qu’il remporte sur les ennemis de son estat, sont purs effects de sa valleur, qui y sera descrite comme le plus beau et riche ornement de leur histoire : la victoire a des couronnes de divers prix, et diverses estoffes, mais celles de sa Majesté regardées en toutes leurs fasses, et considérées avec leurs circonstances ont des merveilles qui ne sont pas communes.

Aussy sont-elles animées de l’heureuse présence de la Reyne, Reyne mère des gloires, qui luit et rayonne par tout comme une aurore qui a enfanté ce soleil nostre Roy dieu-donné. Animées encor de la sage et prudente conduitte, et de la valleur incomparable de cet illustre Duc et Mareschal des merveilles nostre gouverneur, qui a si adventageusement accreu les limites de ce Royaume, que les ennemis mesme l’ont publié. Le bras terrible, et l’espée foudroiante du Dieu des armées, ayant tellement abbaissé le nom espagnol, qu’il ne sert plus que de jouet aux enfants, et d’entretien au pasquin tant leurs armes auparavant la terreur du monde s’en vont à mespris ; Et quoyque toutes les provinces de la Françe se ressentent en quelque fasson de misères l’une longue guerre, cette province luy a l’obligation de l’en avoir tousjours préservée. Ce qu’est un effect, Messieurs, du Zelle qu’il a pour vostre soulagement, de la vigillance qu’il apporte à vous maintenir en la jouissance paisible de vos biens, et une marque visible de ses hautes lumières, lesquelles comme le puissant ressort d’Archimède remuent toutes les pièces nécessaires pour vostre conservation : que de choses grandes il y auret à dire sur son sujet, mais puisque nous n’avons n’y parole n’y langue qui les puissent dignement exprimer, il faut plustot luy rendre honneur par le silence, que par un foible discours non proportionné à ses héroyques vertus, estant bien mal-aisé de mesurer la hauteur de cet Astre qui n’a point de défauts.

Et vous, Messieurs, croiés vous n’avoir point de part à touts ces bons succès, que cette brave noblesse n’y ait pas contribué de son sang, et que vos secours d’argent n’ayent pas coopéré à la gloire de toutes ces conquestes. Nos histoires raportent que celuy de nos roys qui premier embrassant la lumière de la foy changea le nom de Clovis au nom auguste de Loys se préparant à la guerre contre Alaric roy des Gots, fut assisté par s[ain]t Remy d’un flacon de vin benist, auquel on attribua la signalée victoire qu’il emporta de l’armée d’un si puissant et terrible ennemy : N’avons nous pas quelque raison de croire que vos dons gratuits qui se prennent sur le vin retiennent quelque chose de cette première bénédiction, et que comme ce vin bénist par s[ain]t Remy dura miraculeusement aussy long-temps que la guerre, vous continurés le vostre jusques au temps de la paix désirée, et si ardemment procurée de laquelle despent vostre soulagement. Quelle satisfaction pour vous, Messieurs, de vous voir si dignement contés au nombre des instruments qui ont élevés la gloire du nom françois jusques au plus haut point qu’elle ait jamais esté ; et comme ira tousjours en augmentant parce que les François après le déluge furent les premiers qui peuplèrent le monde (car les François en hébreux signifient, innundati, sauvés du naufrage) ainsy la monarchie univ[ers]elle du monde qui sera la derniere a esté réservée à nos roys ; c’est l’oracle de Phœdius, qui a donné tant de terreur aux empereurs romains, du passage de l’empire a la Françe ; C’est la prophétie d’Hypolite évesque de Sicille rapportée par Liutprand ; Et la prédiction escrite par Hincmarus, qui assurent l’éternité de cette monarchie. Quel ravissement avés vous, Messieurs, de rendre vostre nom, vostre siècle, et vostre province illustre de l’honneur de contribuer à un si grand ouvrage. Quel desplaisir au contraire a vostre postérité si vous terniciés le lustre et la splendeur de la réputation que vous avés acquise par la réflexion d’une épargne honteuse au millieu de nos plus pressantes nécessités ?

Les mouches à miel ont quelque ombre de police en leur petit estat, elles ont un roy dont elles révèrent les voluntés, elles combatent pour sa gloire, et font parestre autant de courage en la guerre que d’industrie en la paix ; Mais ce qu’est remarcable, et qui a esté soigneusement remarqué non par un financié, un politic, ou un home d‘estat, mais par un s[ain]t et un grand s[ain]t, elles se retranchent d’une partie considérable de leur propre aliment pour en faire un don gratuit a leur roy : n’auriés vous pas regred, Messieurs, de vous voir surmontés en ce devoir par un si petit et si foible animal. Vous avés beaucoup fait (je l’advoue) aux années précédentes, les sources de vos finances sont tantost épuisées, s’il ne faut-il pas que vous perdiés courage ; ains comme le pèlerin se voyant aprocher du giste ou il doit arriver redouble ses forces, et casy se délasse en travaillant, il faut franchir par une ferveur d’affection le peu qui reste de ce mauvais chemin : si vous le faitte gaiment, la graçe du don en augmentera le prix ; vous tenants assurés que tout ainsy que le cœur est le meilleur l’heure d’un espervier oyseau royal qui volle pour la victoire avec un sentiment d’honneur, et non pas pour la proie, de mesme il n’y a point de presant si capable d’attirer une ame vraiment royalle que celuy qui se fait voluntiers, et avec le cœur de celuy qui le donne : c’est ce que vostre propre jugement vous persuade assés, la raison vous y convie, le devoir vous y engage, vostre réputation si justement acquise demende que vous laissiés cette marque d’affection a la postérité, la Françe l’exige de vous comme un daitte dont l’obligation est puisée dans la nature mesme qui contribue de toute sa puissance au secours de son roy.

Notes

1 Canal, Séverin, Les origines de l’Intendance de Bretagne. Essai sur les relations de la Bretagne avec le Pouvoir central, Paris, H. Champion, 1911, p. 69 sq.

2 Arch. dép. Loire-Atlantique (désormais ADLA), 103 J 16, le discours se présente sur quatre feuilles volantes rédigées au recto qui ont peut-être servi d’aide-mémoire au magistrat.

3 Ibid., C 419, Extraits des délibérations des états de Bretagne.

4 La tâche d’installer et de conserver ces équipements incombe au héraut des états. En 1647, Jean Melot, titulaire de cette fonction, demande à Pierre Cuchette, maître menuisier, de construire un théâtre de quarante pieds de longueur pour la session qui doit se tenir à Nantes au couvent des jacobins. L’ouvrage doit être livré le 6 mars suivant moyennant 100 l., ibid., 4 E 2/105, le 23 février 1647. Des témoignages sur le décor et le cérémonial sont fournis dans Bourdeaut, A., abbé, « Journal des estats de Bretagne commencés à Nantes en décembre 1636 tenu par Dubuisson-Aubenay », Bulletin de la société archéologique et historique de Nantes et de Loire-Inférieure, 67, 1927, p. 350-389 ; Bérenger, Jean et Meyer, Jean, La Bretagne à la fin du XVIIe siècle d’après le mémoire de Béchameil de Nointel, Paris, Klincksieck, 1976, p. 112-118. Concernant les membres de l’assemblée, on peut tirer profit de Kerhervé, Jean, Roudaut, François, Tanguy, Jean, La Bretagne en 1665 d’après le rapport de Colbert de Croissy, Brest, CRBC, 1978.

5 ADLA, 103 J 17, César-Auffray Blanchard touche 300 l. pour sa participation aux états. Sur ce personnage, voir Gallais, Vincent, « Chahut à la chambre ou le premier président contesté – septembre 1642 » dans « La chambre des comptes de Bretagne », études réunies par Le Page, Dominique et Jarnoux, Philippe, Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 108, 2001, p. 159-168.

6 Gallais, Vincent, « Robe provinciale, réseaux de crédit et finances royales en Bretagne. Portrait d’un commissaire pourvoyeur dans la première moitié du XVIIe siècle », dans Pourvoir les finances en province sous l’Ancien Régime, études réunies par Bayard, Françoise, Paris, CHEFF, 2002, p. 175-191 ; Id., « De la cour à la ville, Jean Blanchard, maire de Nantes (1611-1613) », dans Le pouvoir urbain dans l’Europe atlantique du XVIe au XVIIIe siècle, études réunies par Saupin, Guy, Nantes, CRHIA, 2002, p. 35-55.

7 ADLA, B 720, il conduit, en 1643 et 1644, un groupe de commissaires chargés de l’évaluation des domaines délaissés à la reine régente en Bretagne afin de parvenir au paiement de son douaire.

8 Bourdeaut, A, abbé, op. cit., p. 368-369, César-Auffray Blanchard convie les commissaires et les membres les plus éminents de l’assemblée au bal qu’il donne chez lui le soir du 6 janvier 1637.

9 ADLA, 103 J 16, le contrat de mariage est signé le 22 décembre 1634. Jean de Bruc de La Grée (1576-1651), avocat au Conseil du roi (1607), intendant de la maison du duc de Retz (1613-1618), agent du cardinal de Richelieu en Bretagne (1627-1630), maître des requêtes de la reine (1630), conseiller d’État (1639), révoqué de sa charge de procureur syndic pour fraude dans l’attribution des fermes (1636). Ses enfants, dont Catherine de Bruc (1619-1678), forment, autour de leur sœur Suzanne (1605-1705), marquise du Plessis-Bellière, la garde rapprochée des bailleurs de fonds et agents d’affaires du surintendant Nicolas Fouquet ; Petitfils, Jean-Christian, Fouquet, Paris, Perrin, 1998, p. 114.

10 Gallais, Vincent, « La plume et l’argent. César de Renouard, magistrat et financier nantais (1603-1675) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 111, 2004, p. 47-63, César de Renouard de Drouges (1603-1675), maître à la Chambre des comptes de Bretagne (1633-1652), frère de Jean-Jacques Renouard de Villayer (1605-1691) et beau-frère de Paul Hay du Châtelet (1592-1636), tous deux maîtres des requêtes, conseillers d’État et académiciens.

11 Charles de La Porte représente le cardinal de Richelieu, officiellement gouverneur en 1631, puis Anne d’Autriche qui a repris cette charge à sa mort en 1642. Par son autoritarisme exacerbé, il lie solidement la province au pouvoir central, Saupin, Guy, Nantes au XVIIe siècle. Vie politique et société urbaine, Rennes, PUR, 1996, p. 60-61, 64-65, 76-77, 262-263. Il exerça également des fonctions ministérielles en qualité de surintendant général des Finances de juillet 1648 à avril 1649, Bayard, Françoise, Félix, Joël et Hamon, Philippe, Dictionnaire des surintendants et contrôleurs généraux des finances, Paris, CHEFF, 2000, p. 77-80.

12 Descendant par sa mère, Marie de Cossé, de François de Cossé, duc de Brissac, lieutenant général du roi en Bretagne et du financier breton Gilles Ruellan. Il reçoit le titre de duc de Mazarin en 1661 par son mariage avec Hortense Mancini, nièce du cardinal. Il débute comme lieutenant général du roi aux ville et comté de Nantes (1643), grand maître et capitaine général de l’artillerie de France (1646), maréchal de camp (1649), lieutenant général des armées du roi (1654). Il exerça également de nombreux gouvernements : haute et basse Alsace (1661), La Fère (1685), Brisach (1703), Port-Louis, Vincennes… Sur ce personnage, Livet, Georges, Le duc Mazarin, gouverneur d’Alsace, Paris-Strasbourg, 1954.

13 ADLA, 25 J-D, fonds Freslon, vol. II, Charles Blanchard dit l’Aveugle, marquis du Boisde-La-Musse (1639-1708).

14 En marge des états, Louis Boucherat conclut chez un notaire nantais un accord relatif à la succession de sa parente Marie-Angélique de Loménie, ibid., 4 E 2/1367, le 17 novembre 1657.

15 Guy Le Meneust de Bréquigny (1603-1677), conseiller au Parlement de Bretagne (1624), président à mortier (1634) ; Yves Morice de Coëtquelfen († vers 1689), avocat général à la Chambre des comptes de Bretagne (1649), procureur général (1651-1682), successeur de Jean-Baptiste Becdelièvre de La Busnelais (1625-1656), neveu du premier président Blanchard ; André Huchet de La Bédoyère (1628-1688), conseiller au Parlement de Bretagne (1648), procureur général (1650), conseiller d’État (1651), ses contemporains le décrivent comme un bon gentilhomme qui se pique d’obliger tout le monde, même les criminels, Meyer, Jean, La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, EHESS, 1966, t. 1, p. 39.

16 Jean Fourché de La Haye-de-Maure (1617-1675), conseiller au Parlement de Bretagne (1644-1654), procureur syndic des états jusqu’à sa mort, cousin de Louise Fourché, première épouse de Nicolas Fouquet, surintendant des finances.

17 Guillaume de Harouys de La Seilleraye (1618-1699), conseiller au Parlement de Bretagne (1641-1684), conseiller d’État (1645), trésorier des états de Bretagne jusqu’en 1687, révoqué et emprisonné à la Bastille pour malversations. Le trésorier des états occupe une place de premier plan dans l’assemblée ; il veille au suivi des recettes et des dépenses notamment les frais de députation.

18 Bérenger, Jean, « États provinciaux », dans Bluche, François, dir., Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, 1990, p. 559-561 ; Legay, Marie-Laure, Les états provinciaux dans la construction de l’État moderne aux XVIIe et XVIIIe siècles, Genève, Droz, 2001.

19 L’ouvrage essentiel sur les états de Bretagne est celui de Rebillon, Armand, Les états de Bretagne de 1661 à 1789. Leur organisation, l’évolution de leur pouvoir, leur administration financière, Rennes, Plihon, 1932 ; voir aussi, Bérenger, Jean, « Les états de Bretagne au début du XVIIe siècle », dans État et société en France aux XVIIe et XVIIIe siècles. Mélanges offerts à Yves Durand, études réunies par Bardet, Jean-Pierre, Dinet, Dominique, Poussou, Jean-Pierre, Vignal, Marie-Catherine, Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2000, p. 75-88. Sur le Languedoc, voir Beik, William, Absolutism and society in seventeenth century France. State power and provincial aristocracy in Languedoc, Cambridge, 1985, p. 3 sq.

20 Bayard, Françoise, « L’administrateur et le financier en France dans la première moitié du XVIIe siècle », dans Descimon, Robert, Schaub, Jean-Frédéric et Vincent, Bernard, dir., Les figures de l’administrateur. Institutions, réseaux, pouvoir en Espagne, en France et au Portugal (XVIe-XIXe), Paris, EHESS, 1997, p. 109-120.

21 Madame de Sévigné, Lettres, texte établi et annoté par Roger Duchêne, Paris, Gallimard, « Bib. de La Pléiade », 1974, t. I, p. 319-320, lettre à madame de Grignan, le 12 août 1671, elle lui écrit : « Il faut croire qu’il passe autant de vin dans le corps de nos Bretons que d’eau sous les ponts, puisque on prend là-dessus l’infinité d’argent qui se donne à tous les états ».

22 À l’ouverture de la session, le greffier relève la présence des évêques de Saint-Brieuc, de Vannes, « entré le 2 octobre », des abbés de Montfort, de Beaulieu, de Blanche-Couronne, de La Vieuville et de Riaillé, de Villeneuve, « entré le 6 octobre » et de deux députés par chapitre.

23 Issu d’une famille d’ancienne noblesse d’Anjou, client de Richelieu, évêque de Nantes (1635-1668) où il fonde le séminaire des sulpiciens et poursuit la diffusion de la réforme catholique engagée par ses prédécesseurs.

24 Amaury III Gouyon, comte de Plouër, vicomte de Tonquédec et Pommerit, gouverneur de Rennes, lieutenant du roi aux évêchés de Rennes, Saint-Malo, Dol et Vannes (1654-1657), époux de Henriette-Catherine de La Tour-d’Auvergne, fille du duc de Bouillon. Il est élu à la tête de l’ordre de la noblesse lors des états de 1651, à Nantes, au détriment des deux favoris, les ducs de Rohan et de La Trémoille, et César de Vendôme, candidat de la reine régente. Le 13 novembre 1657, les états le gratifient de 50 000 l. en considération des services que lui et les siens ont rendus au Roy et à la province mais aussi pour le dédommager des oppositions qu’il a eues à soutenir pour se maintenir dans ses charges en particulier de la part des parlementaires rennais. Sur ce personnage, voir Cornette, Joël, Histoire de la Bretagne et des Bretons, t. 1, Des âges obscurs au règne de Louis XIV, Paris, Le Seuil, 2005, p. 544-554 et Tulot, Jean-Luc, éd., Correspondance du marquis et de la marquise de La Moussaye (1619-1663), Paris, H. Champion, 1999.

25 Jean VIII Charette de La Gâcherie (1607-1660), conseiller au Parlement de Bretagne (1641-1644), sénéchal de Nantes (1644), maire de Nantes (1650-1652).

26 Jean du Bouevic de La Driennaye († 1671), doyen des conseillers du présidial de Rennes, procureur syndic des états nommé à vie en 1643.

27 Armand du Cambout de Coislin (1635-1702), petit-neveu et filleul du cardinal de Richelieu, petit-fils du chancelier Pierre Séguier, duc de Coislin et pair de France (1663), lieutenant général du roi en Bretagne (1648), maître de camp général de la cavalerie légère (1665). Il participe aux campagnes de Louis XIV en Flandre et en Alsace, est promu maréchal de camp et lieutenant général des armées royales en 1668 et nommé prévôt de la ville de Paris (1669). Il fut reçu à l’Académie française en 1652. En 1659, 1665 et 1693, il présida l’ordre de la noblesse aux états de Bretagne.

28 Madame de Sévigné, op. cit., t. I, p. 312-314, lettre du 5 août 1671 adressée à Madame de Grignan dans laquelle la marquise s’émerveille des « comédies », « bals éternels » et « pyramides de fruits pour lesquelles il faut faire hausser les portes ». Elle décrit ainsi la session : « c’est un jeu, une chère, une liberté jour et nuit qui attirent tout le monde. Je n’avais jamais vu les états ; c’est une assez belle chose » ; Chateaubriand, Mémoires d’Outre-tombe, édition annotée par Edmond Biré, Paris, 1898, t. I, p. 244, « le temps de la tenue des états en Bretagne était un temps de galas et de bals […] les Bretons sont remarquables par leurs danses et par les airs de ces danses ».

29 ADLA, 4 E 2/1419, le 17 septembre 1657, le magistrat conclut un marché avec Jacques Bontemps, cuisinier et pâtissier nantais. Celui-ci doit exercer ses talents au domicile de son employeur dès le jour de l’ouverture de la session des états avec l’obligation d’être présent lors de chaque réception. Le contrat prend fin le 24 décembre 1657 moyennant le versement comptant des 120 l. de gages convenus.

30 Sur la société politique et la Fronde en Bretagne, Collins, James B., Classes, estates and order in early modern Brittany, Cambridge, 1994, p. 187 sq. ; Cornette, Joël, op. cit., p. 521-555, Chaline, Olivier, Le règne de Louis XIV, Paris, Flammarion, 2005, p. 331-332.

31 Les dons gratuits de la décennie précédente sont de : 2 600 000 l. en 1647, 1 700 000 l. en 1649, 1 300 000 l. en 1651, 1 800 000 l. en 1653 et 1 500 000 l. en 1655. Dans la décennie suivante, on offre : 2 300 000 l. en 1659, 2 400 000 l. en 1661, 2 000 000 l. en 1663, 2 200 000 l. en 1665 et 2 800 000 l. en 1667.

32 Abraham Duquesne (1610-1688), nommé chef d’escadre par la reine régente en 1647 après la reddition de Bordeaux, ville frondeuse.

33 Gabriel de Bruc (1636-1676), chevalier de Malte, libéré grâce aux états qui versent finalement 4 000 l. aux ravisseurs. Il est le petit-neveu de Jean de Bruc de La Grée, procureur syndic des états (1619-1634), beau-père du premier président Blanchard.

34 Il s’agit d’évêques catholiques irlandais qui ont fui les persécutions du régime instauré par Cromwell, lord protecteur d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande depuis 1653.

35 Le thème est abordé dans Durand, René, « Un discours de Charles Colbert aux états de Bretagne en 1665 », Revue historique, 1920, 133, p. 263-272. On y retrouve des accents et des procédés communs à la harangue du premier président et qui sont propres au langage des promoteurs de l’absolutisme.

36 Sur le sujet voir, Zoberman, Pierre, Les cérémonies de la parole. L’éloquence d’apparat en France dans le dernier quart du XVIIe siècle, Paris, H. Champion, 1999, p. 321-525 ; Fumaroli, Marc, L’âge de l’éloquence. Rhétorique et res literaria de la Renaissance au seuil de l’époque classique, Genève, Droz, 1980, p. 430-490 ; Declercq, Georges, « La rhétorique classique entre évidence et sublime (1650-1675) », dans Fumaroli, Marc, dir., Histoire de la rhétorique dans l’Europe moderne (1450-1950), Paris, PUF, 1999, p. 629-706 ; Gal, Stéphane, éd., Le verbe et le chaos. Les harangues d’Ennebond Rabot d’Illins, Premier Président du Parlement de Dauphiné (1585-1595), Grenoble, PUG, 2003.

37 Cornette, Joël et Méchoulan, Henri, éd., L’État classique. Regards sur la pensée politique de la France dans le second XVIIe siècle, Paris, Vrin, 1996, p. 9-43 ; Durand, Yves, L’Ordre du monde. Idéal politique et valeurs sociales en France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Sedes, 2001, p. 143-150. Sur les origines, voir Krynen, Jacques, L’empire du roi. Idées et croyances politiques en France (XIIIe-XVe siècles), Paris, Gallimard, 1993.

38 Pour l’ensemble du discours, le magistrat semble s’être inspiré de la lecture de l’ouvrage de Nicole Gilles, Les chroniques et annales de France depuis l’origine des François et leur venue ès Gaules, paru en 1492 sous le titre original suivant : Les très élégantes, très véridiques et copieuses Annales des très pieux, très nobles, très chrétiens et très excellents modérateurs des belliqueuses Gaules… compilées par… Nicole Gilles jusqu’au temps de très prudent et victorieux roy Loys onziesme. Cet ouvrage, considéré comme la première des Histoires de France a fait l’objet de dix-sept rééditions corrigées et augmentées notamment par François de Belleforest et Gabriel Chappuys jusqu’en 1617.

39 Sur ce thème, Cosandey, Fanny, La Reine de France. Symbole et pouvoir, Paris, Gallimard, 2000, p. 295-332.

40 Cornette, Joël, Le roi de guerre. Essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Paris, Payot, 1993, p. 207.

41 La prise de la citadelle lorraine de Montmédy par le maréchal de la Ferté eut un grand retentissement dans le royaume. Aux mains des rois d’Espagne depuis 1556, la forteresse, bâtie par Charles Quint, se rendit après la mort du gouverneur, Jean d’Allamont de Mallandry, frappé par un boulet de canon. Les combats furent ardents et le roi de France y perdit 5 800 soldats. Le siège auquel assistèrent le jeune Louis XIV et Mazarin dura 57 jours. Montmédy fut attribuée à la France par le traité des Pyrénées de 1659.

42 Sur ce sujet, Uomini, Steve, Cultures historiques dans la France du XVIIe siècle, Paris, L’Harmattan, 1998 ; Grell, Chantal, Michel, Christian, L’école des princes ou Alexandre disgracié. Étude sur la mythologie monarchique de la France absolutiste, Paris, Belles Lettres, 1988.

43 L’orateur fait allusion aux services rendus à la monarchie par l’intéressé. En 1633, ses talents de chef d’armée sont récompensés par la croix de l’ordre du Saint-Esprit et la charge de grand maître de l’artillerie de France. En 1639, le roi lui accorde le bâton de maréchal de France à la suite de campagnes victorieuses menées aux Pays-Bas. Il remporta d’autres succès, notamment dans le Roussillon et en Italie jusqu’en 1648. Pourtant, Tallemant des Réaux écrit à son endroit que « c’est un grand assiégeur de villes mais il n’entend rien à la guerre de campagne. Il est brave mais fanfaron, violent à un point estrange », dans Historiettes, édition annotée par Antoine Adam, Paris, Gallimard, coll. « Bib. de La Pléiade », 1967, t. I, p. 326.

44 ADLA, 103 J 16.

45 L’emploi du terme « pasquin » accentue le ton satirique de la phrase. Il s’agit d’une statue antique sur laquelle on placardait à Rome des sonnets moqueurs tournant en dérision une personne, une catégorie ou une institution.

46 Hincmar développe la notion de « grand monarque » à travers le baptême de Clovis dans sa Vie de saint Rémy. Quant à Liutprand, évêque de Crémone, il évoque la prophétie d’Hyppolite de Sicile dans Liber de legatione constantinopolitana composé vers 968 qui voue Byzance, corrompue et décadente, à la destruction au profit d’un empire chrétien d’Occident puissant.

47 Haran, Alexandre, Le lys et le globe. Messianisme dynastique et rêve impérial en France aux XVIe et XVIIe siècles, Paris, Champ Vallon, 2000.

48 ADLA, 103 J 17, lettre du roi du 18 septembre 1644, le premier président Blanchard est invité à assister au Te Deum célébré en la cathédrale de Nantes pour fêter la victoire du duc d’Enghien à Fribourg. Sur ce sujet, Fogel, Michèle, Les cérémonies de l’information dans la France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1989, p. 192 sq.

49 Sur l’intégration de la Bretagne, Le Page, Dominique, Finances et politique en Bretagne au début des temps modernes. Étude d’un processus d’intégration au royaume de France (1491-1547), Paris, CHEFF, 1997.

50 Sur les mutations du second ordre en France à l’époque moderne, les travaux de Schalk, Ellery, From Valor to Pedigree. Ideas of Nobility in France in the Sixteenth and Seventeenth Centuries, Princeton, 1986, trad., L’épée et le sang. Une histoire du concept de noblesse (vers 1500-vers 1650), Paris, Champ Vallon, 1996 ; Smith, Jay M., The cultur of Merit. Nobility, Royal Service and the making of Absolute Monarchy in France (1600-1789), université du Michigan, 1996, p. 93-150.

51 Jacques de Rougé, gentilhomme breton proche de Mazarin, gouverneur de Dieppe (1650), est l’époux de Suzanne de Bruc (1605-1705), confidente et femme d’affaires du surintendant Fouquet. Quatre enfants sont nés de leur union : Pierre, marquis de Fay, colonel de cavalerie tué à Saint-Gothard en Hongrie en 1664 ; François, marquis du Plessis-Bellière, gouverneur de Carmagnole et de Suze, maréchal de camp, mort à Saragosse en 1692 ; Henri-François, chevalier de Malte ; Catherine (1641-1713), épouse du duc François de Créqui (1624-1687), marquis de Marines et maréchal de France.

52 Sur la définition de l’absolutisme, Cosandey, Fanny et Descimon, Robert, L’absolutisme en France. Histoire et historiographie, Paris, Le Seuil, 2002.

53 L’orateur emprunte cette image à François de Sales, Introduction à la vie dévote, paru en 1609. Plusieurs chapitres de l’ouvrage mettent en avant l’abeille pour ses vertus et son comportement en société.

54 Sur la représentation du monarque absolu, Marin, Louis, Le portrait du roi, Paris, Minuit, 1981, p. 117 sq.

55 Sur le rôle des élites bretonnes en matière financière au XVIIe siècle, Collins, James B., op. cit., p. 194 sq. ; « Les finances bretonnes du XVIIe siècle : un modèle pour la France ? », dans L’administration des finances sous l’Ancien Régime, études réunies par Bayard, Françoise, Paris, CHEFF, 1997 ; « La gestion du Domaine royal en Bretagne », dans Les finances en province sous l’Ancien Régime, études réunies Bayard, Françoise Paris, CHEFF, 2000, p. 151-163 ; « Les conflits des élites locales dans la France moderne : le cas breton », dans « Élites et conflits », études réunies par Bayard, Françoise et Brelot, Claude-Isabelle, Cahiers d’Histoire, 45, 2000, p. 645-674 ; « Gilles Ruellan, sieur du Rocher-Portal, le marquis-colporteur », dans Pourvoir les finances…, op. cit., p. 211-222. Le cas breton possède de nombreuses similitudes avec celui du Languedoc présenté par Beik, William, op. cit. et Dubost, Jean-François, « Absolutisme et centralisation en Languedoc au XVIIe siècle (1620-1690) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 37, 1990, p. 369-397. Dans cette province, les états sont dominés par les villes.

56 Muchembled, Robert, La société policée. Politique et politesse en France du XVIe au XXe siècle, Paris, Le Seuil, 1998, p. 120-130.

57 ADLA, 103 J 16.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540