Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Usages et images de l'argent dans l'Ouest atlantique aux Temps modernes

 | 
Dominique Le Page

Introduction

Dominique Le Page

Texte intégral

1Renouant avec la vocation initiale de la revue Enquêtes et Documents, Jean-Pierre Bois a publié en 2005 deux récits de voyages datant du XVIIIe siècle qui ont été transcrits et analysés par des étudiants de master de l’université de Nantes. Ce numéro prend la suite en réunissant des documents ayant pour thème commun la question de l’argent. À Nantes et dans ses environs immédiats, cela évoque, bien sûr, en premier lieu, l’argent qui a permis à la cité, dans la seconde moitié du XVIIe siècle, de se lancer dans l’aventure atlantique et de s’affirmer, au siècle suivant, comme l’un des premiers ports français. Les profits réalisés ont donné naissance à des activités diversifiées, faisant de Nantes l’un des grands centres industriels de l’Ouest au XIXe siècle ; ils ont permis aussi la formation d’une bourgeoisie fortunée qui a contribué aux aménagements urbains du siècle des Lumières et irrigué l’ensemble de la société par le biais, entre autres, des salaires redistribués aux milliers de marins qui sont venus constituer les équipages des navires pratiquant la traite négrière ou la droiture.

2Les capitaux investis dans le commerce ne doivent pas faire oublier d’autres formes de circulation monétaire, notamment pour la première modernité. On oublie trop souvent que Nantes a été également la capitale financière de la province de Bretagne à partir du XVIe siècle. À ce titre, elle a abrité les bureaux de grands officiers qu’il s’agisse des trésoriers de France et des trésoriers et receveurs généraux en charge de la collecte de l’argent du roi. Jusqu’aux années 1680, ses élites, issues pour la plupart d’entre elles du monde du négoce mais pas seulement, ont également contrôlé la caisse des états provinciaux, faisant ainsi la preuve de leur capacité à fournir à la monarchie les capitaux qu’elle exigeait et à gérer les principales fermes des impôts de la généralité. Nantes a été enfin le siège de la Chambre des comptes dont les principales missions étaient de contrôler les comptables, de surveiller le domaine royal et d’enregistrer les édits financiers du roi : sans avoir le prestige du Parlement, cette institution, par ses attributions de cour souveraine, a permis à la ville de tenir son rang dans la hiérarchie administrative du royaume et animé un marché local de l’office qui a longtemps séduit une bourgeoisie locale désireuse de s’anoblir. Elle a contribué aussi au rayonnement de la cité. De façon générale, celle-ci n’aurait sans doute pas réussi à s’affirmer comme l’un des pôles majeurs de l’Ouest atlantique si elle n’avait su attirer les hommes et les capitaux de pays étrangers — Espagnols, Portugais, Hollandais et Irlandais — mais aussi des provinces voisines d’Anjou, de Touraine et du Poitou.

3Ce volume se propose d’évoquer quelques-uns des usages de l’argent précédemment évoqués. Il s’organise en trois parties. La première décrit quelques formes de prélèvement financier à l’époque moderne. On y découvrira, en premier lieu, une transcription des listes de cotisés à la taxe de 46 000 écus prélevée par la municipalité nantaise en 1592-1593 avec l’accord du duc de Mercœur pour financer les opérations militaires contre une série de places fortes — Blain, Saint-Florent-Le-Vieil… — qui menaçaient la sécurité de la ville ligueuse. Ce document exceptionnel constitue une contribution à l’histoire financière de la Ligue en Bretagne mais aussi à l’histoire sociale de Nantes. À travers l’analyse d’une harangue de César-Auffray Blanchard aux états de Bretagne réunis à Nantes en 1657, Vincent Gallais montre ensuite comment les commissaires du roi s’y prenaient pour convaincre les représentants des trois ordres de la province de voter le don gratuit qui était financé par ces fameux devoirs sur les boissons, qui faisaient dire à Madame de Sévigné qu’il passait autant de vin dans le corps des Bretons que d’eau sous les ponts. Ce dialogue entre le pouvoir et les élites provinciales, au-delà de ses formes convenues, vient confirmer l’idée que la monarchie a dû constamment composer avec les élites, notamment provinciales, pour obtenir l’argent dont elle avait besoin pour fonctionner. Avec le troisième document mis à jour par Alain Gallicé et Christian Bouvet, c’est l’argent des campagnes qui est dévoilé grâce à l’exemple de la fabrique de la ville de Châteaubriant : ici, il n’est question que de modestes sommes qui servaient pour l’essentiel à financer le service religieux. C’est par ces capitaux difficilement réunis pourtant que se concrétisaient nombre de changements d’envergure comme la Renaissance, grâce à l’adoption, même modeste, des formes architecturales nouvelles, et aussi la Réforme catholique par le biais de l’embellissement des lieux de culte.

4Dans une seconde partie, nous nous intéressons plus succinctement à l’argent du commerce. Grâce à l’analyse de trois documents notariés du XVIIe siècle, Bernard Michon nous donne à voir, tout d’abord, trois techniques qui étaient mises en œuvre pour financer les entreprises de navigation à cette période et esquisse le portrait de quelques-uns des hommes qui acceptaient d’y investir des capitaux. À travers l’analyse du revenu des octrois de Nantes à la fin de l’Ancien Régime, Guy Saupin montre, ensuite, comment la ville a su profiter de l’essor de sa population et de son inscription dans les échanges atlantiques pour prendre en charge l’administration des taxes prélevées sur les échanges et faire la preuve de sa capacité à gérer des sommes de plus en plus importantes. Les profits tirés du commerce venaient enrichir de multiples acteurs dont on peut connaître, au moins partiellement, le patrimoine, grâce aux inventaires après décès. La publication par Martine Acerra de celui de Jean Garnier, maître pilote, domicilié à Rochefort, mort en 1741 à bord de la flûte du roi La Gironde qui commerçait avec la Guyane, révèle une fortune coquette de plus de 19 000 l. Celle-ci a été le fruit d’une lente accumulation où la dot de l’épouse, les biens reçus en héritage et les émoluments tirés d’une fonction lucrative ont constitué autant d’apports décisifs. Une part échappe pourtant à l’analyse suggérant que le défunt, en marge de son activité professionnelle, se livrait à des trafics plus ou moins illicites comme celui de la pacotille et qu’il participait à la traite négrière.

5L’argent avait donc aussi sa part d’ombre et il alimentait par cela même spéculations et fantasmes, tout en provoquant des tensions dans le corps social. Cette dimension apparaît dans les deux derniers documents que nous publions en troisième partie de ce dossier et qui nous amènent dans l’univers des magistrats. Le premier, intitulé le Dialogue d’Adrien Jacquelot, est un pamphlet datant des années 1589-1593 : écrit par des Ligueurs détenus à Rennes, il s’attaque à Jacques Barrin, président à mortier au Parlement de Bretagne et gendre du célèbre marchand espagnol installé à Nantes, André Ruiz. Soupçonné d’avoir trahi le camp catholique, Barrin voit l’ensemble de sa carrière soumis à une critique féroce où l’on devine que ce qui lui est avant tout reproché, c’est d’être un parvenu, un homme à l’enrichissement trop rapide. À travers ce pamphlet dont il a été possible, grâce à la documentation dont nous disposions, de vérifier sur quelques points la pertinence, c’est l’arrière-plan social des guerres de Religion qui transparaît : on y constate que certains choix opérés au cours de cette période ont constitué une réponse aux frustrations accumulées par ceux qui avaient été victimes des rapides transformations politiques et économiques du XVIe siècle ou qui n’avaient pas su en apprécier la portée.

6En contrepoint à ce texte virulent, les harangues du premier président à la Chambre des comptes de Bretagne, Auffray de Lescouët, sont inspirées par un tout autre esprit que restitue Yann Lignereux. L’argent n’y est pas évoqué, ce qui peut sembler paradoxal quand on considère la fonction qu’il occupait et quand on sait les liens qu’il entretenait avec des hommes de finances. Imprégné de culture humaniste, Auffray de Lescouët se montre avant tout désireux, par la puissance du verbe, de rétablir la concorde dans une institution qui s’est profondément divisée lors des guerres de la Ligue et de faire l’éloge d’un roi qui a rétabli la paix dans le royaume. Derrière la généralité du propos qui obéit à des règles rhétoriques très précises, pointent pourtant des ambitions concrètes : celle d’une famille tout d’abord qui, en dédiant ce volume aux Gondi, espère trouver les soutiens nécessaires à la poursuite de son ascension sociale ; celle d’un corps de grands officiers ensuite qui aspire, grâce à une rénovation de ses pratiques et à une morale irréprochable, jouer le rôle de conseiller traditionnel du Prince. À l’image du mauvais juge mettant en péril le salut collectif que symbolise Jacques Barrin dans le pamphlet répond celle d’une « magistrature sacerdotale » défendue par Auffray de Lescouët dans ses harangues. Entre les deux, c’est plus globalement le rapport des juges à l’argent et à la vénalité qui a été en partie réglé, grâce notamment à la l’introduction de la paulette qui a assuré l’hérédité des charges et permis aux ennemis d’hier de se réconcilier en investissant massivement dans l’État. Toutes ces interprétations n’épuisent pas la richesse de ces documents et tout comme on ignore le véritable auteur du Dialogue d’Adrien Jacquelot, on ne peut savoir quelle a été, in fine, l’accueil réservé à l’ouvrage de Auffray de Lescouët. Loin de constituer un aveu d’impuissance, ces incertitudes viennent au contraire stimuler la réflexion et apprendre à se méfier des vérités trop bien établies.

7Les sources présentées sont de longueur inégale et sont abordées sous différents angles. Publiées in extenso pour ce qui est de l’emprunt, du compte paroissial, de l’inventaire après décès et du pamphlet, elles sont citées à titre d’exemples dans le cas des actes notariés ou des harangues du commissaire aux états et du premier président à la Chambre des comptes. Dans tous les cas, elles se veulent invitation à approfondir les points abordés et à ce titre, elles suggèrent des chantiers de recherches encore mal explorés, particulièrement dans l’Ouest de la France, qu’il s’agisse de l’histoire sociale, de celle des États au XVIIe siècle ou du financement des opérations maritimes. Plus largement, elles veulent donner ou redonner le goût de l’archive car s’il est vrai que l’historien ne doit pas se contenter de ce que lui apportent les sources et qu’il doit constamment soumettre celles-ci à la critique, il n’est pas de recherche sans immersion dans les documents du passé.

8Je tiens, pour conclure, à remercier Jean-Pierre Bois qui m’a offert l’opportunité de coordonner ce numéro d’Enquêtes et documents, tous les collègues qui m’ont fourni une contribution, Bernard Courbot qui a pris le temps de réaliser quelques graphiques pour illustrer les données de l’impôt de 1592, montrant ainsi qu’il ne peut plus y avoir d’histoire sociale sans maîtrise de l’outil informatique et particulièrement Alain Gallicé qui, en plus de son article, a consacré de nombreuses heures à revoir la transcription de l’emprunt de Mercœur et à la mise en forme de l’ensemble de ce volume. Sans son aide, celui-ci n’aurait pas vu le jour ou du tout moins pas dans les délais impartis.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540