Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Maistre Pierre Pathelin

 | 
Denis Hüe
, 
Darwin Smith

L’Estrade, la Vierge et le Podium : le Puy de Rouen

Denis Hüe

Texte intégral

1On connaît peut-être trop peu l’importance du Puy de la Conception de la Vierge qui, établi dès 1486 par la confrérie qui porte ce nom, a été actif pendant près de trois siècles, organisant la vie culturelle de Rouen, accueillant parmi ses lauréats Guillaume Cretin, André de La Vigne, Clément Marot, et plus tard l’organiste Jehan Titelouze ou Thomas Corneille. Je tente ailleurs de rendre justice à cette institution et aux auteurs qui l’ont illustrée, et ne m’attarderai pas ici sur l’aspect poétique des œuvres présentées, mais sur les conditions de leur représentation, et sur les activités théâtrales qui l’accompagnent.

2On sait que le mot de Puy vient, probablement, du grec πόδιον, et renvoie à l’estrade sur laquelle les poètes étaient censés déclamer leurs œuvres. La réalité historique est plus complexe, et l’on ignore si les poètes lisaient effectivement, s’ils faisaient lire, s’ils étaient sur le podium, ou si le prince trônait sur une estrade. C’est pourtant à cette organisation, entre un haut et un bas, entre l’estrade et la salle, que je vais m’attacher.

  • 1 Ms Rouen, Β.M. Y 186, cité dans Ballin, Notice historique sur l’Académie des palinods, extrait du (...)
  • 2 La salle du Puy semble avoir été, de fait, une vaste salle de réunion, susceptible d’accueillir de (...)

3Je voudrais partir d’une simple remarque, presque une anecdote : en 1596, le registre de la confrérie1 statue que la salle du Puy devient permanente2 :

Et d’autant que par le passé il y avoit de grandz frais pour dresser, lever et abattre les establies sur lesquelles estoit tenu ledit Puy,

  • 3 Ibid., Y 186.

Est ordonné que en la place en laquelle lesd. establis ont de coustume estre dressés depuis trente deux ans, le theastre sera basty permanent de charpenterie et piastre et les bancs estant dans le chapitre dudit convent seront desmontez et mis hault sur ledict theastre…3

4Nous apprendrons plus tard, par David Ferrand, que les membres du Puy avaient ici saisi une opportunité qui leur permit de diminuer grandement la dépense, en récupérant un échafaudage déjà construit :

  • 4 David Ferrand, Les Adieux de la muse Normande aux Palinods, p. 3 ; cf. l’édition de A. Héron, La M (...)

Le premier Président Groulard
Fit construire dans son année
Du débris d’un parloir plaisant
Qu’on avoit basty pour l’entrée
Du redouté Henry le Grand.4

  • 5 Le mot, sauf à avoir un sens particulier, est attesté dans les dictionnaires comme ayant le sens m (...)

5Certes, l’indication est tardive, mais elle est riche d’informations : la première est que les estrades, les « establies » du Puy existaient bien, et sans doute depuis l’instauration de la cérémonie ; la deuxième est que le mot utilisé comme synonyme de ces estrades, présent ici, est bien celui de « théâtre », dorénavant permanent ; la troisième est que ce théâtre, ces estrades, ces establies proviennent du décor de l’entrée royale d’Henri IV à Rouen, et plus précisément, selon Ferrand, d’un « parloir »5 qui, quelle que soit sa forme, était à coup sûr dévolu à l’exercice de l’art oratoire.

6C’est que, quoi qu’il arrive il est bien question ici tout à la fois de parole et de spectacle, aussi bien lorsque le prince préside à l’assemblée du Puy que lorsque, à l’issue du concours, il invite toute la confrérie à un banquet. Les restes d’une entrée royale servent à une cérémonie princière, l’aveu d’une bonne ville à son roi est repris pour mettre en scène celui de la même ville à la Vierge.

L’estrade du Puy

  • 6 Ce n’est bien sûr pas le lieu de retracer même brièvement, la suite de controverses théologiques q (...)

7C’est que l’enjeu du Puy est multiple : il s’agit, certes, de célébrer l’Immaculée Conception de la Vierge, et d’organiser, le premier dimanche qui suit le 8 décembre, une cérémonie fastueuse. La confrérie paye assez largement l’organiste, qui doit donc intervenir plus souvent, et dans un répertoire plus élaboré que celui qu’il pratique d’habitude, et les statuts stipulent dans le détail le nombre important de cierges et leur poids — non négligeable — qui illuminera l’église en cette occasion. Toute la confrérie assiste bien sûr à la messe, et on imagine sans peine qu’il s’agit là, même en période pré-tridentine, d’une cérémonie particulièrement fastueuse, à laquelle l’Église comme le mécénat privé apportent tous leurs soins. Dès le milieu du xiiie siècle, au temps d’Eudes Rigaud, la fête était célébrée en Normandie et même à Paris, dans le collège de Normandie qui tenait alors sa messe annuelle dans l’église Saint-Séverin, au moment où, sous l’influence de saint Bernard et de saint Thomas, elle était réprouvée par l’ensemble de l’Europe6. L’exemple des étudiants parisiens en est la preuve, l’Immaculée Conception est autant une fête religieuse qu’une fête nationale — ou régionale — et elle permet de manifester avec éclat une identité souvent revendiquée.

8Mais il s’agit, aussi, de célébrer la ville, et de célébrer son prince. Rouen est une des premières villes du royaume, riche et puissante aussi bien sur le plan politique et religieux que sur le plan économique. L’archevêque de Rouen, Georges d’Amboise, est en même temps cardinal et premier conseiller du roi Louis XII : la ville, en rapport avec l’Angleterre et les Flandres, s’ouvre aussi au commerce vers l’Atlantique et, au delà du Portugal et de l’Espagne, c’est le Brésil, son riche bois, ses sauvages et ses perroquets qui arrivent dans les maisons des notables rouennais.

  • 7 J’ai développé ce point ailleurs, dans « La Fête aux Normands à la fin du Moyen Âge », dans Provin (...)

9Le prince du Puy est un de ces notables7 ; grand bourgeois, riche et savant, honoré et puissant, membre souvent du Parlement de Normandie qu’on appelle habituellement le Parlement de Rouen, il est l’incarnation d’un certain idéal à la fois social et intellectuel, l’image de ce que veut être la cité, l’image de ce que veulent être ses habitants. Si, à partir de 1516, le Puy quitte l’église de Saint-Jean-sur-Renelle pour se tenir dans la salle du chapitre des Carmes, le motif en est que l’auditoire était tel qu’il ne parvenait pas à tenir dans l’ancienne église. On doit admettre par conséquent que le bon peuple rouennais assistait aux cérémonies poétiques du Puy aussi bien que les bourgeois et les notables, on doit comprendre que cette cérémonie profane avait la capacité de fédérer presque toute la population de la ville.

10Le prince dès lors est un personnage important, en ce qu’il incarne à la fois la ferveur religieuse — au point d’y donner du sien — et l’ordonnancement du savoir aussi bien poétique que théologique qui régit l’imaginaire de la cité.

11Sur l’estrade, il se montre, et représente à lui seul l’argent, la foi, la puissance et le savoir. Certes, il est rouennais, certes, on peut le croiser dans les rues de la ville, avant comme après les cérémonies ; mais en même temps, il est, avec la Vierge et le Père, celui auquel s’adressent les poètes, presque obligatoirement, puisque chant royal et ballade utilisent, traditionnellement, le mot « prince » — ce n’est pas qu’un simple jeu de convention : l’encomium dépasse le strict cadre de l’envoi pour se tisser dans le texte, et composer ainsi une louange personnalisée. Point focal de la réunion, il gardera de cette dignité ponctuelle, un des aboutissements du cursus bonorum rouennais, un prestige qui se conservera jusqu’à sa mort, au point que les statuts de la confrérie imposent un rituel très précis lors de l’inhumation du prince :

  • 8 Approbation et Confirmation par le pape Léon X des statuts et privilèges de la confrérie de l’Immac (...)

Le prince qui lors sera fera porter par aucun devant le corps un cierge ardant de cire blanche du poix de quatre livres ou environ, qui sera mis sur le lieu ou le corps sera inhumé en quelque lieu que ce soit pour y bruller jusqu’à la fin et consummacion d’icelluy. Et en icelluy cierge sera ataché et affixé l’un des panonceaulx assez grant et plus que ceux qui seront faitz pour ledict puy. Et avec ce sera audict convoy la palme devant ou entre iedict corps. Laquelle palme sera mise tant que le cierge et service durera au chevet de la représentation dudict corps.8

12Secrétaire du roi au Parlement, évêque, lieutenant du grenier à sel ont ainsi eu droit à ces signes particuliers, qui manifestent l’importance de la confrérie. Davantage, si l’on y prête attention, le prince a droit, au moment de son inhumation, à un « panonceau » au moins aussi grand que ceux du Puy : il représente mieux la confrérie que le Puy lui-même, et précédé de la palme qui est donnée au meilleur poète, il est tout à la fois l’homme, l’institution, le prix et le lauréat.

13La seule enluminure qui nous ait conservé une représentation du Puy de Rouen met en évidence cette hiérarchisation : quasiment au centre de l’illustration, le prince est en train d’écrire, vêtu de pourpre violette ; il est la figure essentielle de la cérémonie, installé sous un dais, accompagné des doctes théologiens qui doivent contribuer à l’appréciation des œuvres proposées. Devant lui, plus petits et installés sur un banc, des aides qui semblent tenir l’un la palme, l’autre une trompette. Il n’est pas impossible que la palme ait déjà été attribuée et que ce soit le personnage du premier plan, coiffé d’un chapeau rouge, qui soit le lauréat et qui la tienne à la main — on voit mal comment le jeune homme aux pieds du prince pourrait tenir la palme — : cela expliquerait à la fois son sourire et le geste du joueur de trompette, qui semble tenir son instrument comme s’il venait d’en jouer. De plus, l’assistance, composée à mon sens essentiellement des poètes, est bizarrement représentée, et l’on n’en voit que les bustes : bien sûr, c’est la composition de l’image qui semble guider ce choix : mais il n’est justifiable que par l’estrade que l’on devine, un trait dans le bas du dessin, tout au bord duquel se retrouve un jeune personnage.

Le Puy de Rouen, manuscrit Paris, B.N.F., fr. 19184, f. 295 r°

14On peut s’étonner qu’au milieu du xvie siècle, un dessinateur maîtrise aussi mal la perspective et sache si peu rendre la profondeur, à un moment où les enlumineurs rouennais sont, habituellement, d’une qualité supérieure. Il me semble que la perspective n’est ici bousculée que pour répondre à un choix plus symbolique qu’esthétique, et que la stature imposante du prince, augmentée par la largeur de son habit, est traitée à la façon des enluminures médiévales ; c’est une autre figure de la réalité qui est sous-jacente à l’organisation de l’espace, celle que l’on voit dans les œuvres religieuses plus anciennes, celle que l’on voit dans toutes les gravures d’auteurs offrant leur manuscrit au prince : c’est bien à cela que l’illustration veut renvoyer.

15Selon que l’on aborde la page entière du manuscrit ou l’enluminure elle- même, un curieux jeu d’organisation de l’espace se met en place : prenons le cadre, accompagné dans sa partie basse d’un blason entouré de la devise Dies homini brevi sunt, et c’est le prince qui se trouve au centre de la composition ; prenons, en revanche, l’enluminure seule, et les diagonales se croisent sur un petit pan de mur vert, situé entre le prince et le vitrail qui le surplombe : c’est maintenant au dessus du prince que se trouve l’essentiel du Puy, dans cette tension entre le vitrail et le hommes, entre l’échappée espérée vers le divin et la lourde institution de la cité. Ce blanc dans la composition ne peut que rappeler les innombrables annonciations des peintres du quattrocento, qui invitent le regard, dans un aller-retour perpétuel, à aller de l’humain au divin, et figurent par ce jeu de tension l’échange silencieux de la salutation mariale, parfois souligné d’un phylactère, comme si la parole était res scripta avant d’être proférée. C’est la poésie du Puy qui est ici mise en scène et qui, dans la verticalité hiérarchique que propose l’enluminure, investit à la fois la salutation angélique dans sa louange à la Vierge et le Magnificat dans l’exaltation par l’humanité de la grandeur divine.

16S’élabore ainsi un premier registre de relations dans ce qui est « représentation », comparable à celui que l’on peut voir lors des entrées royales. En même temps que la ville se donne à voir au prince, celui-ci s’offre aux regards, à l’admiration collective, se fait reconnaître tout à la fois comme prince et comme institution. Il est à la fois l’homme de la ville et celui qui reçoit son offrande poétique, il est un bourgeois exemplaire, mais aussi le prince, mis en spectacle comme pour une entrée royale, il est enfin un intermédiaire, presque sacerdotal, entre la piété d’une ville et la Vierge qu’on célèbre. Il reçoit, mais il reçoit d’autant plus qu’il redistribue : l’honneur de la palme, il l’attribue au poète ; la louange et la prière, il les véhicule vers le ciel ; la célébrité, il la renvoie à la ville.

17Représentation encore dans la mesure où le cérémonial permet au prince d’être une sorte de vecteur, cumulant magiquement dans sa personne les trois fonctions : il est le monde du travail, il est l’organisateur, il est le sage. À ce titre, le prince est très exactement un souverain, parce qu’il est un représentant.

18La ville se montre à son prince, même si c’est lui qui est sur l’estrade ; elle a mis, pour l’occasion, ses beaux habits et s’offre en spectacle. La rhétorique poétique fera de même : le chant royal, qui tisse un réseau complexe de relations entre la ville, le prince et la Vierge, met en scène la vie quotidienne, et la transcende pour lui donner une signification religieuse. Le chant royal est lié au présent comme à l’intemporel, au travail du miroitier ou du berger comme à l’allusion politique. C’est la particularité de cette poésie de prendre le geste et l’objet de chaque jour et de le transfigurer pour en faire l’offrande du quotidien : des vaisseaux hauturiers s’interpellent en pleine mer, un agriculteur cherche de la marne pour amender ses terres, un usurier spécule sur le blé, une poule échappe au renard, pendant que le verrier dans sa « flelle » prend une masse de verre en fusion ; et tous ces éléments de la vie de chaque jour, relus, embellis, concourent à la louange de la Vierge et du Prince. Le sens spirituel est manifesté dans l’argument et l’envoi, qui nous apprennent à lire, derrière ces récits de la vie quotidienne, le combat du bien et du mal, le récit de la Chute et de la Rédemption. Mais le sens politique est plus évident encore, qui montre d’un poème à l’autre une ville grouillante, une économie florissante, une justice en place, des corporations attentives à la qualité de leurs produits, un souverain bienfaisant.

19Si rien n’est indigne de la Vierge, si le geste humain peut devenir une offrande, c’est bien sûr parce que Marie est la preuve que l’homme peut s’offrir au Dieu, elle qui est la « servante du Seigneur » ; mais cela ne suffit peut-être pas à expliquer l’unicité de ce phénomène : à aucun autre moment, à aucun autre endroit en effet la piété mariale n’a autant accueilli la vie quotidienne. C’est, à mon sens, la figure du prince, l’incarnation de la cité qui suscite ce foisonnement, certes endimanché et paré de rares vertus, mais profondément amoureux du réel.

Les tréteaux de la table

20Le prince a reçu, tout au long de la journée, les éloges et les hommages. Il va, à l’issue de cette célébration, donner en retour à tous ceux qui ont participé à la fête, membres de la confrérie et poètes.

21Rien dans les statuts ne le précise, mais divers indices laissent penser qu’annuellement, le prince organisait un banquet à l’issue du Puy. Au début du xviie siècle, David Ferrand conclut souvent ses chants royaux sur l’appel au banquet ou à la boisson :

  • 9 Troisième partie de la Muse Normande, « cant ryal », p. 65.

Prinche, me via ο fin bout de ma carte.
De votte jus faut que la Muse tatte,
Et pis, ayant assequé le tonnel.
De bon vin vieil, lors la Muse esmeuë
Sçaura chanter, en beuvant le nouvel
Du grandprochez l’esperanceperdue.9

22Par ailleurs, Noël Taillepied attribue aux banquets la progressive disparition des confréries : qui en effet pouvait se permettre de recevoir aussi luxueusement une assemblée d’une centaine de personnes ? Les confréries y dépensaient la plupart de leurs liquidités, et les princes du Puy se sont, à diverses reprises, désistés face à un honneur aussi cher.

23Néanmoins, ce banquet forme une sorte d’élément équilibrant qui, dans le cadre du Puy, a eu une influence certaine sur sa popularité, comme le fait comprendre D. Ferrand. Après une célébration poétique durable et réservée à une élite — poètes, membres du Puy, et tout simplement lecteurs capables d’apprécier la poésie palinodique — le banquet et la représentation qui l’accompagnaient étaient une manifestation certes fugitive mais fastueuse de la grandeur mariale, dont l’ampleur et la solennité étaient accessibles à tous : les pièces de David Ferrand laissent deviner que, dans les semaines qui suivaient, le banquet du Puy était abondamment commenté, et participait à la notoriété de la confrérie dans les conversations du petit peuple rouennais — cela d’autant plus que les invités étaient nombreux et se composaient sans doute de l’ensemble des poètes présents.

  • 10 « Poule d’Inde, quartier de porc au jambon, grand pâté de porc de Mayence, Andouille, pepons (sort (...)
  • 11 Georges II d’Amboise était alors, on le sait, après son oncle, archevêque de Rouen.

24La réussite du Puy de Rouen tient aussi à cette facette somptuaire qui, plus encore que les poésies elles-mêmes, montrait à quel degré de faste — et certainement d’émulation — s’élevaient les efforts de piété de la bourgeoisie rouennaise. Nous n’avons de trace d’un banquet de la confrérie que par la Parthénie de Jean-Baptiste Le Chandelier, poème latin de 442 vers hexamètres et pentamètres édité et commenté par F. Bouquet. Il semble se caractériser par un faste remarquable, multipliant les plats et les intermèdes. Après une prière à la Vierge, le repas commence par un concert de flûtes qui permet aux convives de découvrir les trente-deux espèces d’entrées proposées à leur appétit10 ; les gelées étaient décorées aux armes de ceux que l’on voulait honorer, le Dauphin nouveau gouverneur de Normandie, et de Martin du Bellay, seigneur d’Yvetot, qui venait de prendre part à la victoire de Cérisoles. Le deuxième service, consacré aux viandes, comprend quarante-deux plats diffférents, et est annoncé par des trompettes, des clairons et des flûtes. Gibier rôti, poules et dindes en pâté se succèdent, cependant qu’on peut voir, en gelée, les armes de la famille d’Amboise11, celles de la maison de France, la salamandre de François Ier.

Le troisième service est composé de desserts, pâtés ou tourtes aux fruits, compotes, patisseries, fruits et sucreries, suivies ensuite de pâtisseries légères, oublies et gaufres. Là encore, un intermède ouvre le service, musique de cithares et de violons accompagnant le chant.

25Avant les pâtisseries légères, l’amphitryon offre alors à ses hôtes un entremets, divertissement courant dans les banquets et qui, sans avoir le faste de ceux du Vœu du Paon, n’en devait pas moins être spectaculaire. Il s’agit en effet d’une tête de sanglier promenée tout autour de la salle :

  • 12 Op.cit., p. cxxiii-cxxiv.

Ce monstre, poussant des gémissements, et vomissant du feu par les narines, pouvait passer pour être la tête de l’une des Gorgones, la fameuse Méduse, détachée de l’égide de Pallas, ou bien encore un monstre plus terrible que l’affreux Cerbère.12

26Le banquet est alors terminé, c’est alors le cérémonial de l’issue de table. Une prière d’action de grâce à la Vierge précède les ablutions à l’eau parfumée, avant que soient apportées sur la table les fleurs mariales, en soie à cause de la saison, pour être distribuées aux convives : la rose, rouge et blanche, la jacinthe, le lis, le tournesol, le narcisse, le laurier, le safran et le liseron. Ceux- ci les offrent alors aux statues de la Vierge disposées sur les diverses tables.

  • 13 Il n’est pas impossible que Jean-Baptiste Le Chandelier ait été lui-même l’auteur de la comédie.

27Ce n’est qu’après que le prince du Puy invite l’assistance à se déplacer pour assister à une comédie, qui ne nous a pas été conservée13.

28Le spectaculaire est bien là, la représentation est effective. Après avoir reçu à son compte une partie de la louange mariale, le prince à son tour offre au public, comme ordonnateur, un banquet, un entremets et un spectacle. En un temps où la largesse faisait encore partie des attributs essentiels de la noblesse, un repas somptueux était la marque la plus frappante de cette générosité. Il s’agit donc d’imiter les princes dans leur rôle essentiel de dispensateur de richesses, et l’ambition est, si l’on extrapole à partir du texte de Jean-Baptiste Le Chandelier, de rivaliser à la fois d’abondance et de luxe. L’entremets présenté, comme la présence de citrons et d’oranges, importés sans nul doute d’Espagne, et d’autres plats recherchés, montrent le souci du prince de faire de son banquet un moment fort de la journée.

29Si les statues de la Vierge trônent encore sur les tables, le banquet est simplement humain. Les pièces légères qui sont composées alors ne laissent pas de doute, c’est au prince, et au rire qu’est consacré le moment privilégié de la réplétion, celui que les hobbits nomment « filling up the corners ». Au Puy d’Amour de 1511, le ton est au rire et à la plaisanterie, comme le montre cette pièce primée de Chrestien :

30Ensuivent les ballades d’amours pretendans au prix du disner du lendemain dud. Puy, sur ce reffrain : Vieils amoureux faictes un sault. Xtien a eu le prix.

Gentilz gallans, faictes armee
Pour assaillir tous faulx vieillars
Lesquels ont obtins mainte annee
4 Le prix d’amours par leurs vieulx ars.
Dictes hardiment qu’ils sont ars,
Et leur livrez novel assault.
Escripvez en vos estandars :
8 « Vieulx amoureux faictes un sault ! »

Ilz ont la braye toute usee
Et n’ont espieu, lance ne dardz !
Ilz ne sauroient prendre visee
12 Ne tirer un bon coup droit de arcz !
Ilz sont cassez, ils sont couardz,
Chascun le congnoit sans deffault,
Tant qu’on leur dit en toute pars
16 « Vieulx amoureux faictes un sault ! »

Ilz ont bien, en mainte assemblee,
Aucunesfois des bons hazards,
Mais quoy ? C’est de nuyct et d’emblee,
20 Et si sont bien souvent des ars.
Puis ilz ne sonnent de buzars
Quant ilz lievent les yeulx en hault,
Et qu’on crye aprés tels musars
24 « Vieulx amoureux faictes un sault ! »

Gentils amoureux et gaillardz
A qui jamais le cueur ne fault,
Criez tous aprés ces paillars
28 « Vieulx amoureux faictes un sault ! »
Manuscrit unique, Oxford Douce 379, f. 86 r°

31Il ne s’agit plus de faire dans le noble, dans le sublime, mais d’assumer sans hésitation son humanité la plus simple. Les poètes offrent au prince, en échange du banquet, non plus une louange mariale, mais la poésie fugitive qui s’accorde au moment, les « mots de gueule » dont on sait, avant Rabelais, qu’il ne faut pas faire provision : un seul manuscrit nous conserve la trace de ce Puy d’Amour organisé après le banquet.

Le Théâtre du Puy

32On ne sait pas si les représentations théâtrales qui accompagnèrent indiscutablement le banquet furent, elles aussi, systématiques ; se superposaient- elles aux Puys d’Amour, ou les remplaçaient-elles, on l’ignore. Trois ou quatre occasions nous sont connues, et il y en a peut-être eu d’autres ; la première attestation se trouve dans la pièce Le Triumphe des Normands de Tasserie, composée entre 1490 et 1499, probablement à l’occasion d’un puy. La deuxième est datée de 1521, c’est la moralité de Guillaume Thibault sur la Dame à l’agneau. La troisième, inédite, est la moralité — peut-être de Jacques Le Lieur — présentée à l’issue du Puy en 1544. Si l’on ajoute la mention du spectacle proposé par Jean-Baptiste Le Chandelier à l’issue de sa Parthénie, et la Moralité à six personnages de Pierre Du Val, dont il n’est pas certain qu’elle soit liée au Puy de Rouen, on a l’ensemble des occurrences renvoyant à une activité théâtrale associée au Puy.

33La pièce de théâtre est commandée par le prince, et se fait à ses frais. Il est possible même, c’est le cas en 1544, qu’il la compose lui-même : Jacques Le Lieur était prince du Puy cette année là.

34Au terme d’une journée bien remplie, c’est là la fin de l’échange, l’aboutissement des dons et guerredons. Le poète et le prince sont, enfin, des spectateurs ; assis dans la même salle, ils n’en sont plus à se regarder et se reconnaître mutuellement, ils contemplent ensemble une dernière représentation, à laquelle ils ne participent plus, du lien qui unit les Normands à la Vierge. Par cela, ils se légitiment, et s’inscrivent dans un concert intemporel où les héros comme les allégories reconnaissent leur place.

35Dans le Triumphe des Normands, par exemple, c’est la figure de Guillaume le Conquérant, fondateur mythique de la fête, qui ouvre le spectacle ; Sarquis, l’hérétique par excellence, qui va le contredire ; le roi Salomon qui va trancher, en parfaite justice, après avoir entendu les divers témoins, dont le « Commun Peuple de Normandie ». Celui-ci, certes, va être comique, patoisant et excusant son accent par une revendication de sa « normandité » :

  • 14 Op.cit., p. 47, v. 1110-8.

Bé, n’est ce nostre propre usage
Et le vray vulgaire normant ?
Quique m’en vueille estre blasmant ?
Ainsi me l’a ma mere apprins
Et n’en doy peint estre reprins.
Pourtant se ces gallins gallans
Ont esté parmy ces Francheiz
Et ont contrefait leur langage,
Si sieux je vray Normant, g’y gage.14

36Qu’on y prenne garde, cette expression de « vray Normant » sonne bien proche, et pas seulement par son homophonie, de celle des « vieux croyants ». Il s’agit de revendiquer une identité non seulement régionale et dialectale, mais aussi religieuse. De tous les témoins appelés par Guillaume, le Commun Peuple est le seul à utiliser dans un rondeau l’argument de la lex orandi, qui veut que la réflexion théologique prenne en compte et suive la démarche de la foi :

  • 15 Le Triumphe des Normands, et la Dame a l’aigneau, de G. Tasserie et de G. Thibault, édités par Pier (...)

Se je le crey, se je le crey !
Bé, a quey me le demandous ?
En ignorons, par nostre foy ?
Se je le crey, se je le crey !
Le diable m’emport’ quant es sey
Se ne m’en fais machue de houx !15

37Dans la Moralité de la Dame à l’agneau, de Guillaume Thibault, la Dame à l’agneau est, bien sûr, une figure de la Vierge, qui sera protégée de l’attaque de la Dame à l’aspic. L’agneau est, bien sûr, agneau christique et pascal ; mais l’écu de la dame, détaillé sur plusieurs vers, nous montre bien qu’il faut lire, en filigrane, la ville de Rouen :

Mon Dieu ce bel escu me forme,
Dedens imprimant son aigneau
De euer bening, de blanche forme ;
Jamais il n’en fut de plus beau. […]

Mon aigneau a voullu champ prendre
En la maison de Charité,
Champ de gueulles le faict comprendre,
La laine blanche, en purité.[…]

  • 16 Op. cit., p. 94-5, v. 201-4, 209-12, 217-20.

Les trois fleurs de lys d’esperance
Sur champ d’azur de dignité
D’ung seul Dieu donnent congnoissance
Que j’ay comprins en trinité.16

38La ville de Rouen, ville des défenseurs de l’Immaculée Conception, se présente ainsi comme le bouclier de Marie, et se met en scène, intégrant la Normandie à l’univers des idées et de l’allégorie.

39Les derniers tréteaux, ceux du théâtre, sont ainsi ceux de l’accès à un autre niveau d’idées. Ce n’est plus au monde du quotidien, ni à celui du pouvoir que Rouen, le prince et les poètes se rattachent : c’est à celui de l’idée, celui de l’histoire ou de l’allégorie.

40Il en sera presque de même en 1544, lorsque Jacques Le Lieur fera présenter sa Moralité à dix personnages, Sapience Divine, Ignorance, La Vierge et les sept Artz Liberaulx. Après une belle ballade d’ouverture où Sapience Divine loue « la sapience eternelle du Pere », Ignorance survient, et s’interroge sur ce qu’elle entend : elle finira par apprendre que l’on est là en train de célébrer la conception de la Vierge et, bien sûr, s’en offusquera :

  • 17 Ms Rouen, B.M. Y 17, f. 190 v°.

Ce sont propos prins de viel doctrinal,
Dont vous n’avouez sinon l’original,
Et duquel rien, sinon piege, redonde
Pour tous humains soubz la machine ronde
– Joint que ce n’est texte de vérité.17

41On assiste alors à une sorte de disputatio au cours de laquelle Sapience Divine convoque la Vierge, hésitant à venir se faire rendre justice, et les Arts Libéraux, qui vont montrer tour à tour la nécessité et l’importance du privilège mariai, disputatio à la fin de laquelle Ignorance finira par être terrassée par ses interlocuteurs, et terminera à genoux, reconnaissant ses fautes et implorant la Sapience Divine :

  • 18 Ibid., f. 202 r°.

Ha Sapience, en qui les fondementz
Du monde ont prins anciennement aistre,
Ha Sapience, en qui les mouvementz
Des cielz tournantz ont prins leur bastimens
Pour au parmy de la terre ronde estre,
C’est vous, c’est vous des septs artz regle et maistre,
C’est vous par qui les sept arts ont eu voix,
C’est vous par qui, a dextre et a senestre,
Ceste dame est seulle exempte de mectre
Au reng de ceux que languissent les loix…18

42Dès lors, vêtue d’un nouvel habit, elle se joint au chœur des louanges, dans un rondeau qui a pour refrain « Ignorance est tournee a congnoyssance », au cours de laquelle Sapience s’adresse au « Peuple fidelle ayant sens inspiré » pour lui montrer comment les Sept Arts peuvent triompher tout à la fois de l’impiété et de l’ignorance, souvent liées.

43Le projet est ambitieux — et il n’est pas certain qu’il aboutisse — de proposer une sorte de compréhension mariale du monde, mettant la Vierge à la source des Arts, et par là de toute connaissance. Il reste cependant à le constater, dans une démarche nouvelle qui dépasse les propos apologétiques des premières moralités. Jacques Le Lieur instaure, dans l’argument de sa pièce, une perspective qui complète celles que l’on avait déjà vues : après la dimension historique, la dimension allégorique, c’est maintenant le savoir qui est mobilisé. L’histoire, l’imaginaire, la connaissance concourent à louer la Vierge, à l’initiative d’un prince qui d’une année à l’autre, bâtit progressivement non seulement une immense louange mariale, mais aussi un immense tableau de la Normandie.

44Cela n’est pas innocent. À l’issue de la cérémonie du Puy, à l’issue du banquet, la pièce de théâtre a pour rôle de donner à la journée une signification nouvelle, de montrer comment elle s’inscrit dans l’ordre de l’histoire et dans l’ordre du savoir. Si les premières poésies du Puy étaient essentiellement apologétiques, on voit lentement s’organiser une création poétique appuyée sur l’allégorie — la moralité de Thibault est l’extrapolation d’une ballade primée — puis, bientôt, sur la science : c’est ce qu’indiquait, ostensiblement, le rondeau joint à l’affiche, sans doute aussi de Jacques Le Lieur :

  • 19 Ibid., f. 4 r°.

Apollo doncq, par champs, montz et prarie
Jusqu’en ce Puy tes neuf muses charie
Pour inspirer leurs filz d’adoption :
Le noble prince y donne l’option
Des prix d’honneur que Raison apparie.19

La Vierge immaculée, manuscrit Paris, B.N.F., fr. 19369, f. 1 v°

45Le savoir, les muses se joignent à la célébration de la Vierge. Le monde nouveau s’ouvre, et il n’est pas étonnant que ce signe en soit donné par le premier bourgeois rouennais à faire apprendre le grec à ses enfants.

  • 20 Qu’on pense par exemple au cheval rouan qui ne se laisse monter que par un cavalier fleurdelysé et (...)

46Il faut revenir maintenant à ces tréteaux, ces establies, ce podium dont on était parti. Dans le jeu de la représentation, le prince se montre aux Normands comme il leur montre la Normandie. Mais, de même que le roi était, dans le jeu de miroirs qui est propre à une entrée royale, représenté sur une scène et en quelque sorte dévoilé par le jeu des allégories20, de même le prince dévoile-t-il non seulement la Normandie, mais la portée même de la foi conceptionniste. Par le rite, mais aussi par la parole, par le chant royal offert comme par le spectacle reçu, le poète normand s’inscrit dans l’histoire et dans sa signification. Il renouvelle, d’une estrade à l’autre, dans son humanité même, l’exaltation de sa province et, par dessus tout, celle de la Vierge. Je voudrais conclure sur une image de Marie immaculée, isolée dans un manuscrit d’œuvres en général connues ailleurs mais non signées ici, et qui ouvre le volume (voir reproduction page précédente). Entourée de docteurs que l’on ne reconnaît que par les phylactères qui les caractérisent, louanges mariales anonymes et reconnaissables comme les chants royaux du manuscrit, la Vierge trône, debout sur une colonne : la voici, à son tour, sur un podium, à écouter les louanges des hommes, à se reconnaître en eux pendant qu’ils s’identifient en elles, à se perdre dans le vertige d’une simple femme qui est mère de Dieu, et se retrouver, hommes, sous le regard bienveillant du divin. Le podium, l’estrade, le théâtre élèvent ainsi les Normands et l’ensemble de l’humanité, les rehaussant et les exaltant.

Notes

1 Ms Rouen, Β.M. Y 186, cité dans Ballin, Notice historique sur l’Académie des palinods, extrait du précis des travaux de l’Académie royale de Rouen, publié en 3 parties, N. Périaux, Rouen 1834-38, p. 44 sq.

2 La salle du Puy semble avoir été, de fait, une vaste salle de réunion, susceptible d’accueillir de grandes assemblées. On voit en effet les Carmes accueillir en avril 1587 le siège présidial de la ville, et recevoir pour cette occasion une indemnité de 240 écus sol pour l’occupation de leur maison. À cette occasion, le siège présidial règle diverses factures de tapissier, serrurier, menuisier et vitrier, sans doute pour aménager la salle. (Archives départementales de Seine Maritime, D 2286). On peut constater qu’en 1637, lorsque la Cour des Aides loge provisoirement chez les Carmes, il n’est pas fait mention de travaux particuliers. On sait que le Puy de Rouen avait aménagé entre-temps la salle, et il y a tout lieu de penser qu’il s’agit bien du même lieu. (Archives départementales de Seine Maritime, D 2712). C’est cet aménagement qui permet à Farin (Histoire de la ville de Rouen, 3e édition complétée, chez Bonaventure Le Brun, 1738,VI, p. 69) de parler « du Puy de la Conception de Nôtre Dame, qui se tient au même couvent dans un balcon, préparé pour ce sujet ».

3 Ibid., Y 186.

4 David Ferrand, Les Adieux de la muse Normande aux Palinods, p. 3 ; cf. l’édition de A. Héron, La Muse Normande, Rouen, Société rouennaise de Bibliophiles, 1891, 5 volumes, t. I, p. xxvj.

5 Le mot, sauf à avoir un sens particulier, est attesté dans les dictionnaires comme ayant le sens moderne, et ne renvoie pas à une forme particulière. Tout au plus peut-on signaler, dans l’Encyclopédie, un « parloir des Feuillants », renvoyant à cet ordre religieux, qui était une salle largement ouverte, située à l’extrémité d’un dortoir pour permettre aux moines tenus au silence ailleurs d’y échanger quelques mots.

6 Ce n’est bien sûr pas le lieu de retracer même brièvement, la suite de controverses théologiques qui s’est développée autour de la ferveur conceptionniste. On pourra s’appuyer, pour plus d’informations, sur l’article « Immaculée Conception » du Dictionnaire de Théologie catholique : quoiqu’ancien, il retrace clairement l’essentiel de la question.

7 J’ai développé ce point ailleurs, dans « La Fête aux Normands à la fin du Moyen Âge », dans Provinces, régions, terroirs au Moyen Age, sous la direction de B. Guidot, (Colloque de Strasbourg, septembre 1992), Presses Universitaires de Nancy, p. 39-56.

8 Approbation et Confirmation par le pape Léon X des statuts et privilèges de la confrérie de l’Immaculée Conception dite Académie des Palinods, instituée à Rouen…, É. Frère (éd.), Rouen, Société des Bibliophiles Normands, 1864, non paginé.

9 Troisième partie de la Muse Normande, « cant ryal », p. 65.

10 « Poule d’Inde, quartier de porc au jambon, grand pâté de porc de Mayence, Andouille, pepons (sorte de melons) bouillis, concombre bouilli, ramier aux herbes, saucisses, haricot de mouton, chapon aux herbes, brouet de chapon, mouton aux navets, passereaux frits, passereaux aux aromates, sanglier aux navets, venaison à la fromentée, sarcelles en pâté, grand pâté de chapon, poussins farcis en pâté, canard en pâté, tarte aux herbes, laitues, scarole, gelée à la canelle, gelée ambrine, gelée blanche, gelée rouge, gelée déchiquetée au vermillon, petite poitrine au blanc manger, Dauphin d’or appliqué sur gelée, armoiries des du Bellay reproduites en gelée », Jean-Bapthiste Le Chandelier, La Parthénie, ou Banquet des Palinods de Rouen, éd. F. Bouquet, Rouen, Société des Bibliophiles Normands, 1883, p. CIV-CV. Cette liste donnée à titre d’exemple ne sera pas poursuivie avec celle des autres services. Soulignons l’exotisme de la poule d’Inde qui figure dans cette liste ; l’animal a été importé en France vers 1532 (Robert Historique, ad. verb.).

11 Georges II d’Amboise était alors, on le sait, après son oncle, archevêque de Rouen.

12 Op.cit., p. cxxiii-cxxiv.

13 Il n’est pas impossible que Jean-Baptiste Le Chandelier ait été lui-même l’auteur de la comédie.

14 Op.cit., p. 47, v. 1110-8.

15 Le Triumphe des Normands, et la Dame a l’aigneau, de G. Tasserie et de G. Thibault, édités par Pierre Le Verdier, Société des Bibliophiles Normands, 1908, p. 48, v. 1132-7.

16 Op. cit., p. 94-5, v. 201-4, 209-12, 217-20.

17 Ms Rouen, B.M. Y 17, f. 190 v°.

18 Ibid., f. 202 r°.

19 Ibid., f. 4 r°.

20 Qu’on pense par exemple au cheval rouan qui ne se laisse monter que par un cavalier fleurdelysé et sans éperons, lors de l’entrée de François Ier à Rouen (cf. A.-M. Lecoq, François Ier imaginaire, symbolisme et politique à l’aube de la Renaissance française, Macula, 1987, p. 228).

Table des illustrations

Légende Le Puy de Rouen, manuscrit Paris, B.N.F., fr. 19184, f. 295 r°
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34056/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34056/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende La Vierge immaculée, manuscrit Paris, B.N.F., fr. 19369, f. 1 v°
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/34056/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M

© Presses universitaires de Rennes, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540